Navigation – Plan du site

AccueilNuméros29Effets mésoéconomiques de la cris...

Effets mésoéconomiques de la crise de la covid-19

Vers une accentuation de la financiarisation du football professionnel européen
Meso-economic effects of the covid-19 crisis
Towards an accentuation of the financialization of European professional football
Efectos meso-económicos de la crisis de la covid-19
Hacia una acentuación de la financiarización del football profesional europeo
Jérémie Bastien

Résumés

À partir d’une grille d’analyse conceptuelle permettant de déterminer l’impact des chocs macroéconomiques sur le football professionnel européen, cet article identifie les canaux par lesquels la crise pandémique de la covid-19 s’est transmise à cet espace méso spécifique pour en caractériser in fine les effets. À court terme, cette crise a conduit à une diminution des revenus des clubs qui a été compensée par une augmentation de leurs dettes, en particulier sous l’effet des mesures de soutien prises par les États et par les instances sportives. Les scénarios de reprise de l’activité économique envisagés permettent de minimiser les conséquences de plus long terme de la crise : en capacité de vendre leur spectacle sportif aux diffuseurs TV et des espaces de visibilité aux entreprises sponsors, les clubs ne seront que peu affectés par la crise pandémique. Cependant, en soutenant le prix des joueurs, l’augmentation de l’endettement des clubs et le renforcement de leur télédépendance alimentent les contradictions endogènes au football professionnel européen étant issues de sa financiarisation. La crise de la covid-19 ne fait ainsi qu’accélérer et qu’amplifier le risque structurel dans cet espace méso.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis près de 30 ans, de nombreux travaux se sont efforcés de rendre compte de la dynamique économique spécifique qui caractérise chaque secteur et chaque territoire, ces spécificités contribuant à une meilleure compréhension des capitalismes contemporains (Laurent & du Tertre, 2008). Accepter cette idée de diversité synchronique appelle à identifier en quoi chaque système productif à l’échelle mésoéconomique contribue singulièrement à façonner le régime macroéconomique. Mais elle appelle aussi à rendre compte des modalités uniques par lesquelles un secteur ou un territoire est influencé par le régime global, y compris dans les périodes de crise.

2De par son ampleur mais aussi de par une interconnexion inédite entre choc d’offre et choc de demande, la crise pandémique de la covid-19 semble n’avoir épargné qu’un nombre restreint de systèmes productifs. Par exemple, les effets de la crise sanitaire ont été relativement limités pour le secteur de la grande distribution dans les économies développées, le secteur pharmaceutique ayant quant à lui trouvé des opportunités de croissance dans la crise à l’image des grands laboratoires.

  • 1 Les données relatives aux indemnités de transfert présentées dans cet article sont issues de transf (...)

3Le football professionnel européen (FPE), espace méso identifié (Bastien, 2017a), apparaît lui aussi comme une activité préservée par la crise pandémique au regard d’un des indicateurs de richesse les plus rapidement visibles dans son économie, à savoir les indemnités de transfert. À cet instant, l’achat par le club de Naples de V. Osimhen au Lille OSC pour 70 M€ (plus 10 M€ de bonus) fait partie des transferts les plus élevés de la saison 2020 / 2021 et il s’inscrit dans la moyenne des vingt plus gros transferts de la saison précédente1. Ainsi, la longue phase d’expansion du FPE ouverte dans les années 1980 en lien avec sa financiarisation progressive (ibid.) ne serait pas remise en cause par la crise pandémique de la covid-19. Cet article entend questionner cette supposée résilience du FPE dans ce contexte de crise inédite.

4Pour cela, nous proposons dans une première partie une grille de lecture des impacts des crises macroéconomiques sur le FPE, construite à partir des principales modalités de financement des clubs. Après avoir passé en revue les conséquences de court terme de la crise pandémique de la covid-19 sur le FPE, nous mobilisons cette grille dans le cadre d’une démarche prospective afin d’envisager ses conséquences de plus long terme dans une deuxième partie. Enfin, nous montrons dans une troisième partie que ce choc exogène contribue finalement à ancrer le FPE dans son régime de croissance financiarisée, accentuant ainsi ses principales contradictions et accélérant le risque systémique.

1. Les canaux de transmission des crises au football professionnel européen

5Identifier les modalités par lesquelles la crise pandémique de la covid-19 s’est propagée au FPE implique en amont de déterminer l’ensemble des canaux de transmission d’une crise globale à un espace méso aussi spécifique que celui du FPE. Pour mener à bien ce projet, nous partons du modèle de financement des clubs, que nous présentons et discutons brièvement dans une première section, et montrons, dans une seconde section, en quoi chacune des sources de revenus qu’il prévoit peut être affectée par une crise globale.

1.1. Retour sur la structure de financement des clubs

  • 2 +653% entre 1996 et 2018. Les données relatives à l’ensemble des clubs européens de 1re division pr (...)

6Il est couramment admis dans la littérature en économie du sport que le développement économique du FPE s’est traduit par une évolution du modèle de financement de ses clubs. À partir des années 1980, le modèle MMMMG (Médias – Magnats – Marchés – Merchandising – Global) s’est progressivement substitué au modèle SSSL (Spectateurs – Subventions – Sponsors – Local) qui prévalait depuis la professionnalisation du football (Andreff, 2000), entraînant avec lui une forte croissance des revenus des clubs2.

  • 3 i.e. les cinq ligues nationales majeures en Europe : Allemagne, Angleterre, Espagne, Italie et Fran (...)
  • 4 Les données relatives au Big Five sont issues du rapport Annual Review of football finance de juin (...)
  • 5 Les données sur la Ligue 1 française proviennent des rapports financiers publiés chaque année par l (...)

7Au-delà de l’internationalisation des sources de financement des clubs (passage du Local au Global), ce nouveau modèle consacre dans un premier temps la télédépendance des clubs. Durant la saison 2018 / 2019, près de 53 % du chiffre d’affaires des clubs du Big Five3 dépendaient des droits de retransmission TV4. Pour certains, ce sont parfois plus de 60 % des revenus qui sont issus de ces droits, à l’image de près de 3/4 des clubs français cette même saison5.

  • 6 Pour un endettement total sous forme de comptes courants d’actionnaires de plus de 568 M€.

8Le modèle MMMMG consacre dans un deuxième temps le rôle joué par les investisseurs dans le FPE. Depuis que les clubs ont abandonné leur statut associatif et qu’ils sont progressivement devenus des sociétés commerciales, ils n’ont cessé d’attirer de nouveaux capitaux, d’abord nationaux et européens puis internationaux, redéfinissant leur structure de propriété. Jouant un rôle central dans le développement commercial des clubs via la professionnalisation de leur fonction marketing, ces nouveaux acteurs, issus de secteurs d’activité variés, contribuent aussi plus directement à la croissance de ces entreprises sportives par le biais d’abandons de compte courant ou d’augmentations de capital. En Ligue 1 (L1), les propriétaires de clubs ont par exemple injecté plus de 26 M€ via des abandons de compte courant lors de la saison 2018 / 20196, auxquels se sont adjoints des apports en capitaux de 283,5 M€. Au niveau européen, la contribution des actionnaires des clubs de 1re division s’est élevée à 12,5 Mds€ au total sur la période 2009 / 2018.

9Dans un troisième temps, le poste « marchés » rend compte de l’activité des clubs sur le marché des transferts, mais aussi de leurs recours aux marchés financiers ainsi qu’au marché des emprunts bancaires pour se financer. C’est ainsi que sur les dix dernières saisons (2008 / 2009-2018 / 2019), les clubs de L1 ont enregistré un endettement envers les banques et les institutions financières de 285,6 M€, un pic – plus de 500 M€ – étant observé sur les deux dernières saisons. À côté de ce financement intermédié, le financement désintermédié des clubs est dérisoire. Seule une vingtaine de clubs sont à ce jour cotés sur le marché des valeurs mobilières. Les opérations de financement sur le marché des transferts sont quant à elles plus couramment adoptées par les clubs, ce qui conduit notamment à identifier les ligues et clubs dits vendeurs nets de joueurs. Au sein du Big Five, seule la L1 présente une balance des transferts excédentaire (107,02 M€) sur les dix dernières saisons. Le club de l’AS Monaco y a notamment contribué avec sept exercices bénéficiaires, dont un à hauteur de 171,4 M€ en 2018 / 2019.

  • 7 Par exemple, 16,3 % des revenus de Manchester United provenaient du merchandising en 2019 (ir.manut (...)

10Pour terminer, le modèle MMMMG consacre l’augmentation des revenus de merchandising des clubs de football, le poids relatif de la vente de produits dérivés restant toutefois marginal pour la majorité des clubs européens (de l’ordre de moins de 1 % du CA), seuls les grands clubs faisant exception7.

11Si nous reconnaissons que le FPE tend à converger vers le modèle de financement MMMMG, deux commentaires sont indispensables.

12Le premier rejoint l’analyse de Wladimir Andreff (2017). Cette convergence masque en réalité une hétérogénéité nationale quant à la structure de financement des clubs. L’auteur souligne que seules dix ligues nationales se seraient converties au modèle MMMMG (dont le Big Five) et que huit seraient en transition vers ce modèle, toutes les autres adoptant encore le modèle de financement SSSL.

13Nous y ajoutons un second commentaire : y compris dans les ligues converties au modèle MMMMG, des postes de revenus caractéristiques du modèle SSSL demeurent majoritaires. C’est le cas du sponsoring. Les recettes provenant des sponsors représentent environ 1 / 5e du CA (22 % en 2018) des clubs européens de 1re div. et plus de 1/4 du CA (27 % en 2018 / 2019) des clubs du Big Five. Le recul des recettes de billetterie est plus net, même si leur valeur relative (environ 15 % du CA des clubs) reste supérieure à celle de certains postes du modèle MMMMG, à commencer par le merchandising. Pour finir, s’il est indiscutable que les subventions publiques aux clubs ne représentent qu’une part infime de leurs revenus globaux (environ 1 %), l’existence d’un soutien indirect aux clubs – sous forme d’allocations d’ordre matériel et infrastructurel, de cautionnement auprès de partenaires financiers ainsi que d’avantages sociaux et fiscaux – maintient le caractère central du financement public dans le football européen (Bastien, 2014).

1.2. Proposition d’une grille d’analyse conceptuelle

  • 8 Notons que cette dépendance aux actionnaires est relative à leurs apports de fonds mais aussi à leu (...)

14Cette relecture de la structure de financement des clubs nous apprend que les relations inter-entreprises sont déterminantes dans le FPE. Si les relations B to C avec les spectateurs et plus largement avec les consommateurs de produits dérivés ne peuvent être négligées, les relations B to B sont à l’origine des principaux flux entrants de richesse : d’abord lorsque les clubs effectuent des transactions entre eux sur le marché des transferts ; ensuite et surtout lorsque les clubs réalisent des opérations commerciales avec des entreprises extérieures au football, autrement dit quand ils vendent leurs droits TV et des espaces de visibilité à des sponsors. Dans ce contexte, les clubs sont tributaires du climat des affaires hors football, d’autant plus compte tenu de leur dépendance à leurs actionnaires8.

15Nous proposons ci-dessous une grille d’analyse conceptuelle permettant justement d’appréhender cette connexité entre économie globale et économie du football face à une conjoncture déprimée. Construite à partir des modalités de financement des clubs présentés précédemment (figure 1), elle identifie huit canaux de transmission des crises globales au football.

Figure 1. Des modèles de financement des clubs aux canaux de transmission des crises au football

Source : auteur

16Les trois premiers sont trois des principaux canaux classiquement repérés pour rendre compte de la diffusion des chocs financiers à l’économie réelle (Furceri & Mourougane, 2010), que nous déclinons au niveau mésoéconomique en les appliquant à l’économie du FPE :

par le canal du crédit, un processus de resserrement du crédit (credit crunch) peut affecter le financement indirect des clubs en restreignant l’accès aux emprunts bancaires ou en augmentant la charge de la dette ;

par le canal du taux de change, les clubs peuvent connaître, d’une part, une dépréciation des revenus issus de la vente de leur production et des droits liés à des acteurs implantés hors de la zone euro et, d’autre part, une augmentation du prix d’achat des joueurs situés hors de cette même zone ;

  • 9 L’autre composante de l’effet de richesse négatif concerne la baisse du prix des actifs immobiliers

par un effet de richesse négatif affectant le patrimoine individuel des principaux financeurs du football, ceux-ci le répercutent sur leurs apports financiers aux clubs. Dans le capitalisme financiarisé, un effet de richesse négatif se caractérisant au moins partiellement par une diminution du patrimoine financier des ménages sous l’effet de chocs boursiers9, il est à noter que ces derniers peuvent affecter le financement direct des clubs par le canal du cours des actions.

  • 10 À noter que l’effet de richesse négatif n’est opérant que dans les deux premiers cas puisqu’il ne s (...)

17L’effet de richesse négatif appelle à des précisions sur les modalités de diffusion des crises globales au football. Lorsque ce canal de transmission opère, et que la propagation de la crise financière à l’économie réelle est effective, de nouveaux canaux sont à l’œuvre. Ceux-ci, spécifiques au football cette fois-ci, rendent compte des conséquences mésoéconomiques d’une crise économique globale sur les clubs. Plus précisément, la conjugaison des implications immédiates de l’effet de richesse négatif – baisse du patrimoine individuel des ménages – et de la contraction de l’activité économique générée par la crise économique – diminution de la consommation privée des ménages et baisse de l’investissement des entreprises – peut engendrer une détérioration de la situation financière des principaux financeurs des clubs, les premiers la répercutant sur les seconds. Dans cette perspective, nous identifions cinq canaux de transmission10 :

le canal des propriétaires : la diminution du patrimoine individuel des propriétaires de clubs et / ou la contraction de l’activité dans leur secteur originel peuvent les inciter à réduire leurs contributions financières aux clubs voire à s’en désengager ;

le canal des ménages : sous l’effet de la diminution de leur revenu permanent et de la baisse de leur patrimoine individuel, conduisant au resserrement de leur contrainte budgétaire, les ménages peuvent être soumis à de nouveaux arbitrages les incitant à délaisser les biens et services produits par les clubs (spectacle sportif et produits dérivés) au profit des dépenses courantes ;

le canal des sponsors : la dégradation de la situation financière des entreprises sponsors de clubs peut les conduire à restreindre voire à stopper leurs partenariats dans le football ;

le canal des télévisions : la dégradation de la situation financière des diffuseurs peut les amener à revoir le montant des droits TV des compétitions à la baisse voire à ne pas verser tout ou partie des droits ;

le canal des administrations publiques : la dégradation des finances publiques sous l’effet de la mise en place de politiques conjoncturelles contracycliques peut conduire les administrations publiques à de nouveaux arbitrages dans lesquels les dépenses sociales sont privilégiées au détriment du soutien au monde sportif.

18Au-delà de la reconnaissance de canaux spécifiques pouvant expliquer la propagation des chocs macroéconomiques à l’espace méso du FPE, cette grille d’analyse conceptuelle alerte sur la nature du choc. Selon qu’il s’agisse d’une crise financière ou d’une crise économique, les voies par lesquelles elle peut se propager au FPE ne sont pas les mêmes, impliquant avec elles des conséquences différentes (tableau 1). Comme évoqué précédemment, la prépondérance des relations inter-entreprises dans le football renforce en théorie la portée des cinq derniers canaux et donc l’impact d’une crise économique sur le FPE. D’autant plus que les effets sont cumulatifs. En effet, comme le montre l’histoire du capitalisme financiarisé, crise financière et crise économique sont souvent interdépendantes au sens où l’une peut entraîner l’autre.

Tableau 1. Classification des canaux de transmission en fonction de la nature de la crise

Source : auteur

2. Application à la crise de la covid-19

19À l’instant où nous écrivons ces lignes, de nombreux pays sont entrés dans la troisième vague épidémique de la crise de la covid-19. Dans ce contexte, plusieurs d’entre eux, notamment en Europe, ont instauré de nouvelles restrictions dans le but de freiner la propagation du virus, certains pays allant jusqu’à l’instauration de nouvelles mesures de confinement (Allemagne, Portugal, Royaume-Uni, etc.). Cette situation tend à dégrader les principaux indicateurs de richesse des pays concernés par de telles dispositions, les répercussions macroéconomiques de la crise pandémique étant déjà d’une intensité inédite à ce jour (OCDE, 2020) : effondrement du Produit Intérieur Brut, explosion du nombre de chômeurs, croissance du déficit public et de la dette publique, etc. Si les ondes sectorielles de la crise sont d’ampleurs variables, peu d’activités économiques semblent avoir été épargnées par l’étendue de la crise, sa diffusion à des échelles mésoéconomiques ayant la plupart du temps été immédiate lors des premières mesures de confinement en mars 2020. Cette partie aborde justement dans une première section les effets de court terme de la crise sur le FPE, avant d’envisager dans une seconde section ses effets de plus long terme en mobilisant la grille d’analyse présentée précédemment.

2.1. Les conséquences immédiates de la crise

20Les mesures de confinement prises par de nombreux états européens en plein cœur de la crise pandémique, soit en mars 2020, ont eu des implications immédiates pour les clubs de football. Ne fournissant pas de biens et de services qui permettent la satisfaction des besoins fondamentaux des individus, les compétitions professionnelles de football ont été mises à l’arrêt à la mi-mars dans la quasi-totalité des pays européens11 et au niveau continental (Champions League et Europa League), suivant ainsi le pas d’un large pan de l’industrie culturelle. Dans ce contexte inédit, les conséquences pour les clubs ont été similaires à celles subies par de très nombreuses entreprises dans de multiples secteurs d’activité : une dégradation de leur situation financière, principalement sous l’effet conjoint de la diminution de leurs produits d’exploitation et du maintien de leurs charges d’exploitation. Ne pouvant vendre leur spectacle sportif aux ménages et aux chaînes TV d’une part, et ne pouvant vendre des espaces de visibilité aux entreprises d’autre part, les recettes de billetterie des clubs, et dans certains cas (cf. infra) leurs recettes TV ainsi que leurs recettes de sponsoring ont été gelées pendant toute la période de suspension des compétitions. Ces baisses de revenus, cumulées à l’incertitude entourant le déroulement des compétitions pour la saison 2020 / 2021, ont été d’autant plus pénalisantes pour les clubs qu’elles ont entraîné une contraction du marché des transferts à l’été 2020. De manière plus anecdotique, les recettes de merchandising des clubs ont elles aussi diminué avec la fermeture d’un ensemble de points de vente dans le monde et avec le ralentissement du commerce mondial. Plus anecdotique encore car ne concernant qu’un nombre restreint de clubs, le cours de l’action des clubs cotés a plongé dès la fin du mois de février 2020 – -51,5 % sur le STOXX Europe Football12 ou encore -31,3 % pour Manchester United sur le New York Stock Exchange13 – avant néanmoins de connaître un rebond historique (en comparaison des crises passées) à l’image des principales bourses mondiales.

  • 14 5 000 spectateurs par exemple en France pour les finales des coupes nationales 2019/2020.

21À la lumière de ces premiers constats, deux situations doivent toutefois être distinguées. La première renvoie aux compétitions qui ont été interrompues temporairement, soit la majorité des compétitions européennes, pour lesquelles la reprise a été progressive à partir de la mi-mai 2020 sous la forme de huis clos (i.e. sans spectateurs) ou avec une affluence limitée14. La seconde situation renvoie quant à elle aux compétitions qui ont été interrompues définitivement, comme le championnat de France, leur suspension ayant in fine signifié l’arrêt définitif de la saison 2019 / 2020.

  • 15 Plus précisément, l’exercice comptable de la saison 2019/2020 fera état dans certains cas d’une cou (...)

22Selon la situation, les conséquences de court terme de la crise ont été différentes. Dans le premier cas, la reprise des compétitions a limité les effets négatifs de la crise sanitaire. Les contrats de diffusion TV et les contrats de sponsoring étant conclus en amont d’une saison, les chaînes TV et les sponsors ont finalement honoré leur engagement, n’affectant en rien les revenus des clubs15. Compte tenu des restrictions de rassemblement collectif mises en place dans plusieurs pays dans le cadre de la lutte contre le covid-19, de nombreux clubs n’ont toutefois pas pu vendre leur spectacle sportif aux ménages, ou de manière limitée, affectant mécaniquement leurs recettes matchs (billetterie et services de restauration principalement).

  • 16 Étude sur l’impact économique et social du COVID-19 sur les clubs de football professionnel de Ligu (...)

23Dans le second cas, l’impact immédiat de la crise sanitaire a été plus intense. Au gel des recettes matchs se sont parfois ajoutées des suspensions de versement de revenus de sponsoring et de revenus TV au titre de la non-livraison d’une prestation par les clubs – respectivement un espace de visibilité et un spectacle sportif. Le championnat de France illustre cette situation : d’une part, le désengagement de Canal + et de beIN SPORTS a entraîné un manque à gagner de près de 70 M€ pour les clubs de L1 et de L2 ; d’autre part, certaines entreprises ont suspendu leur partenariat avec les clubs, à l’instar de Bistro Régent avec les Girondins de Bordeaux en avril 2020 dans le cadre d’un contrat de sponsoring maillot de 1,40 M€/an. Au total, le manque à gagner pour la L1 est estimé à 385 M€ pour la saison 2019/2020, auxquels s’ajoute une diminution de 220 M€ du résultat des opérations de mutations de joueurs16.

2.2. Les conséquences de long terme de la crise

24Les cas évoqués ci-dessus incitent à s’interroger sur les conséquences de plus long terme de la crise de la covid-19 sur le FPE. Dans cette perspective, trois facteurs attirent notre attention :

  1. la généralisation actuelle en Europe des processus de reconfinement des populations au regard de la résurgence du virus ;

  2. les répercussions à venir de la crise sanitaire sur les économies nationales (défauts de paiements, multiplication des faillites, hausse de la pauvreté, etc.) ;

  3. la mise en place progressive de stratégies vaccinales.

25Pour mener à bien notre analyse, nous recourons à la grille d’analyse présentée dans la partie précédente en retenant un choc de nature économique. La méthode des scénarios étant constitutive de la démarche prospective (Julien, Lamonde & Latouche, 1975), nous croisons cette grille avec trois scénarios de reprise de l’activité économique au niveau mondial en fonction de l’évolution de la pandémie. Ces scénarios ont été construits à partir de projections formulées par des économistes (Levy-Garboua & Maarek, 2020 ; OCDE, 2020) et par des médecins (Kiem et al., 2020). Nous y faisons correspondre des modalités particulières de déroulement des compétitions sportives pour la saison en cours et pour les saisons à venir.

26Le scénario 1 envisage une reprise économique rapide en début d’année 2021 grâce à un meilleur contrôle du virus, conduisant à une nette amélioration de la confiance des ménages et des entreprises. Ce scénario optimiste suppose donc une intensification de la stratégie vaccinale et une efficacité du vaccin, tant en matière de transmission du virus qu’en matière de limitation des formes graves d’infection à la covid-19. Évacuant la possibilité d’une nouvelle vague épidémique, ce scénario nous permet d’envisager le bon déroulement des compétitions sportives sans contraintes spécifiques, plus particulièrement en termes de nombre de spectateurs.

27Le scénario 2 envisage une lente reprise de l’activité économique mondiale en 2021 en raison :

  1. de la forte contraction de l’activité liée aux mesures de confinement instaurées ces derniers mois dans de multiples pays ;

  2. du ralentissement de la productivité compte tenu des dispositions d’hygiène et de sécurité au travail mises en place dans les entreprises ;

  3. de l’instauration de nouvelles mesures de confinement dans les pays où le taux d’infection n’est pas maîtrisé.

28Ce deuxième scénario n’évacue pas l’existence du vaccin mais il suppose que celui-ci ne pourra pas engendrer une immunité collective à court terme face à la covid-19. Deux motifs peuvent être avancés : le temps nécessaire à la vaccination des populations et l’efficacité limitée du vaccin (sur la prévention des formes graves d’infection, sur la transmission, sur la durée de protection ou encore sur les variants du virus). La présence d’un vaccin conduit toutefois à limiter l’ampleur des vagues épidémiques dans ce scénario. Ainsi, nous faisons l’hypothèse que les compétitions sportives pourront avoir lieu, mais dans un cadre particulier de huis clos ou avec une affluence limitée compte tenu de la présence toujours avérée du virus. Des reports ponctuels sont envisageables en cas de contamination de joueurs (ce qui a déjà été observé durant la saison 2020/2021), mais la livraison des matchs sera assurée sur toute la durée de la saison.

29Le scénario 3 prévoit la survenue de vagues épidémiques successives en 2021 et lors des années suivantes d’une ampleur comparable – sinon supérieure – à celle qu’ont connue les pays européens à l’automne 2020. L’hypothèse d’une faible efficacité – voire d’une efficacité nulle – du vaccin ne peut en effet être écartée, notamment compte tenu du développement actuel de multiples variants. Cela conduirait à la mise en place de mesures sanitaires et de restrictions drastiques (confinement dur) pouvant induire une nouvelle et forte contraction de l’activité économique. Plus encore, le maintien d’une forte incertitude aurait des effets négatifs sur la demande (bien plus que dans le scénario précédent), la conjoncture incitant les ménages à thésauriser. Nous ajoutons à ce scénario l’hypothèse d’une probable propagation de la crise économique à la sphère financière à travers le non-paiement d’échéances de prêt par de nombreuses entreprises et ménages en difficulté. En ce qui concerne les compétitions sportives, ce scénario pessimiste nous amène à l’hypothèse de leur nouvelle suspension ou annulation.

  • 17 À notre connaissance, seul le club anglais de West Ham a constaté l’incapacité d’un de ses principa (...)

30Notre analyse croisée (tableau 2) révèle que seul le scénario 3 pourrait avoir des répercussions à long terme de nature à déstabiliser structurellement le FPE dans sa forme actuelle et ce pour trois raisons. Premièrement, une nouvelle forte dégradation des indicateurs macroéconomiques sous l’effet de l’instauration de mesures de restriction drastiques afin de gérer une nouvelle vague épidémique de grande ampleur – notamment en Europe – contribuerait à fragiliser davantage encore l’ensemble des secteurs institutionnels pour lesquels les apports au football deviendraient secondaires, activant ainsi les cinq canaux de transmission spécifiques au football. S’ils restent à ce jour limités17, les cas de faillite de partenaires de clubs pourraient se systématiser et ainsi avoir des répercussions financières désastreuses sur le football. Deuxièmement, l’ampleur de la crise économique et ses conséquences sur le football seraient d’autant plus fortes que s’y conjugueraient les effets d’une crise financière naissante, rendant opérant les trois canaux classiques de diffusion d’une crise financière à la sphère réelle. Troisièmement, en privant les clubs de leur principale production, à savoir le spectacle sportif, la crise exposerait une nouvelle fois les clubs au non-versement d’une partie de leurs revenus de sponsoring et surtout de leurs revenus TV, ce qui entraînerait une nouvelle dégradation de leur bilan et une probable vague de faillites.

Tableau 2. Effectivité des canaux de transmission de la crise de la covid-19 au football professionnel européen selon les scénarios de reprise économique

Source : auteur

31Puisqu’ils rendent la production du spectacle sportif possible, même sous contrainte d’affluence maximum ou de huis clos, les scénarios 1 et 2 ne devraient pas renverser les régularités économiques et sociales du FPE telles qu’observées depuis les années 1980 (Bastien, 2017a). Du côté de l’offre, la capacité des clubs à vendre des espaces de visibilité aux sponsors – au moins via une retransmission TV – et surtout leur spectacle sportif aux chaînes TV assurera la pérennité de leur modèle économique. Du côté de la demande, la crise économique, si intense soit-elle, ne devrait pas reconsidérer l’engagement de ces firmes dans le FPE, les produits que propose ce dernier étant fondamentaux dans les stratégies développées par les entreprises sponsors (Tribou, 2005) et par les chaînes TV (Parlasca, 2006). Deux autres facteurs vont dans ce sens.

  • 18 C’est ainsi que Bistrot Régent, après avoir suspendu temporairement le contrat de sponsoring le lia (...)

32En premier lieu, nous n’observons qu’un nombre limité de ruptures de contrats de sponsoring ou de contrats de droits TV depuis l’éclatement de la crise sanitaire. La pluri-annualité des contrats est un premier facteur explicatif de ce constat. Un second tient à l’engagement réaffirmé de certains partenaires en plein cœur de la crise18.

33En second lieu, les crises passées – la crise dite de la Nouvelle Économie et la crise des subprimes plus particulièrement – nous enseignent que l’impact des chocs macroéconomiques sur le CA des clubs est faible (Bastien, 2017b) – comme le montre la croissance de long terme des revenus des clubs européens de 1re div. (graphique 1) – en particulier grâce au maintien de contrats commerciaux à haute valeur monétaire. Cela traduit d’une part la capacité des clubs à attirer de nouveaux partenaires dès lors que certains s’en désengagent. Cela traduit d’autre part que les nouveaux arbitrages auxquels peuvent être contraintes les entreprises pendant une crise économique et / ou financière se font rarement à la défaveur du football. Le maintien voire les nouveaux partenariats développés par les firmes aériennes et par les firmes automobiles, voire par les organisations issues du secteur du tourisme (ex. partenariat République de Maurice-Liverpool FC), illustrent ce phénomène puisque ces trois secteurs sont particulièrement affectés par la crise pandémique.

Graphique 1. Revenus des clubs européens de 1re div. (en millions d’euros)

Source : auteur, d’après UEFA

3. De la crise de la covid-19 au renforcement des conditions endogènes de crise du football professionnel européen

34Même en cas de recrudescence du virus ou de l’un de ses variants, l’hypothèse d’un reconfinement drastique des populations européennes est peu probable au risque de créer des distorsions économiques et sociales irréversibles. À l’image des mesures de confinement ayant été instaurées à l’automne 2020 en France, il s’agit de préserver au maximum l’activité économique en dépit du contexte sanitaire. Dès lors, et donc au regard des scénarios 1 et 2 présentés dans la partie précédente, les probabilités que la crise économique sous-jacente à celle de la covid-19 entraîne une crise du FPE sont faibles. Soumis à ce choc exogène, la pérennité du régime économique du FPE est toutefois conditionnée par une accélération de sa financiarisation, repoussant mais ne rejetant pas l’échéance de sa crise structurelle. Pour le montrer, nous mettons en évidence dans une première section que, si elle ne devrait pas avoir d’effets structurels sur leur CA, la crise pandémique a affecté le bilan des clubs. Cette situation n’est pas spécifique au football, mais elle intervient dans un espace méso l’étant particulièrement de par l’instabilité de son régime économique. Cette dégradation des bilans des clubs est capitale pour la croissance du FPE dans la mesure où elle soutient le prix des joueurs, et donc celui des principaux actifs des clubs, qui est par ailleurs soutenu par le maintien de droits TV élevés, y compris pendant la crise sanitaire comme nous le verrons dans une seconde section.

3.1. Une détérioration des bilans des clubs

35Comme cela est plus largement observable dans d’autres secteurs d’activité, la crise pandémique a entraîné un accroissement de l’endettement d’entreprises déjà endettées dans le FPE. Dans plusieurs pays européens, les clubs ont bénéficié de facilités de prêts au même titre qu’un large ensemble d’entreprises, dispositifs le plus souvent orchestrés par les états centraux dans le cadre de leur politique conjoncturelle visant à contrer les effets de la crise de la covid-19. En France, la Ligue de Football Professionnel (LFP) a ainsi souscrit à un prêt garanti par l’État (PGE) d’un montant de 225 M€ pour le compte des clubs de L1 et de L2 afin de compenser le manque à gagner des droits TV19. Particularité du football, les clubs ont pu souscrire en parallèle à un PGE individuel. Ce fut le cas de l’Olympique Lyonnais qui additionna aux 12,9 M€ perçus via le prêt collectif de la LFP un emprunt en son nom propre de 92,6 M€20. Un dispositif comparable aux PGE a été mis en place en Angleterre, la Covid Corporate Financing Facility, qui a notamment permis au club de Tottenham de souscrire à un emprunt de 219 M€ alors que le club enregistre déjà un endettement bancaire de plus de 700 M€21.

  • 22 Saison pour laquelle la DNCG a pour la première fois publié les comptes des clubs de L1.

36En pesant à la hausse sur les dettes financières des clubs, la crise pandémique tend ainsi à accroître les ratios d’endettement des clubs qui affichaient déjà des niveaux particulièrement élevés dans la période pré-crise. À l’échelle européenne, les données publiées par l’UEFA font état d’un endettement net moyen des clubs de 1re div. de 7,3 Mds€ par saison entre 2009 et  2018, les dettes nettes contractées par les clubs étant dans certaines ligues nationales d’un montant supérieur à leur CA comme en Moldavie (304 %), en Turquie (131 %), en Bulgarie (123 %) ou encore au Portugal (120 %) en 2018. La plus grande complétude des données françaises montre quant à elle que, depuis la saison 1996/199722, l’endettement des clubs de L1 pèse en moyenne pour 3/4 de leurs actifs et l’encours de leurs dettes est en moyenne 4,5 fois supérieur à leurs capitaux propres, signifiant que l’activité des clubs est majoritairement financée par recours à l’endettement (tableau 3). Il est intéressant de noter que ces ratios ne sont pas grevés par l’endettement financier des clubs : le ratio de levier (dettes financières / capitaux propres) s’élève en moyenne à 0,95 sur la même période en L1.

Tableau 3. Ratios d’endettement de la Ligue 1 (en millions d’euros)

Source : auteur, d’après DNCG

  • 23 Les dernières données disponibles les plus complètes faisaient état pour l’exercice 2012 de l’endet (...)

37Cela signifie que les formes d’endettement des clubs sont multiples23, le problème étant que la crise de la covid-19 va également peser sur ces autres éléments du passif des clubs pour deux raisons.

38Premièrement, les dispositifs d’aide publique dont ont bénéficié les clubs de certains pays prévoient un report de certaines charges. En France par exemple, des délais de paiement des charges sociales et fiscales ont été mis en place. Ces mesures gouvernementales contribuent à accroître les dettes sociales et fiscales des clubs.

  • 24 C’est par exemple déjà le cas du club espagnol du Valence CF.
  • 25 En plus d’arriérés envers ses joueurs, le club de l’Inter Milan n’a par exemple pas réglé la premiè (...)

39Deuxièmement, puisque les clubs ont des difficultés croissantes à mobiliser de l’emprunt bancaire compte tenu de la frilosité des banques commerciales à leur égard (étant donné leurs ratios d’endettement), ceux n’ayant pas profité de dispositions de soutien public ou ceux étant (et qui seront) affectés par la crise via leur trésorerie sans bénéficier de telles mesures seront contraints de différer un certain nombre de leurs paiements, d’abord envers les services publics de collecte des impôts et des cotisations sociales, mais aussi envers leur personnel24 et plus encore envers d’autres clubs concernant le règlement des indemnités de transferts25. Enfin, dans la perspective d’un maintien de l’activité des clubs à un niveau comparable à celui d’avant la crise, tout porte à croire que de nombreux actionnaires injecteront des fonds dans leur club sous la forme de prêts comme vu précédemment.

40Par conséquent, en pesant sur l’ensemble des postes d’endettement des clubs, la crise pandémique va accroître la fragilité structurelle des bilans des clubs.

41Dans cette même lignée de dégradation croissante des bilans des clubs, ajoutons que la crise de la covid-19 pourrait systématiser une pratique encore isolée dans le FPE : la titrisation. Principalement mobilisée en Angleterre, cette pratique permet aux clubs l’utilisant de disposer immédiatement de liquidités élevées afin de faire face à leurs frais de fonctionnement et à leurs dépenses d’investissements. Pour cela, les clubs émettent des obligations sur les marchés financiers, celles-ci étant adossées aux flux de trésorerie futurs des clubs. En contrepartie, les détenteurs des obligations perçoivent des intérêts et un remboursement de l’entièreté de la somme investie à l’échéance. Au-delà d’alourdir le passif des clubs, cette pratique est problématique en ce qu’elle a tendance à répondre aux besoins de recrutement des clubs et non à investir dans les infrastructures. C’est dans cette perspective que la Bundesliga a ouvert des discussions en mars 2020 avec les fonds d’investissement Apollo Global Management et KKR & Co. pour obtenir un prêt de plusieurs centaines de millions d’euros gagés sur les futurs revenus de la ligue26.

42Pour terminer, la détérioration des ratios d’endettement des clubs sera d’autant plus forte que ces derniers vont enregistrer des résultats nets déficitaires sur l’exercice 2019/2020 et probablement aussi sur l’exercice 2020/2021 en raison de la contraction de leur CA. Les dispositifs de chômage partiel et de report de charges ainsi que les baisses de salaires appliquées dans certains clubs ne devraient pas limiter leurs pertes tant ces mesures ont été temporaires (quelques semaines au mieux) et tant la part des revenus consacrée aux salaires reste élevée (Bastien, 2018). Cette détérioration des résultats nets des clubs ne remet toutefois aucunement en cause leur pérennité et celle du FPE. Soumis à une contrainte budgétaire molle (Andreff, 2009), il n’est pas impératif qu’ils dégagent des excédents nets, ce qui explique la récurrence de leurs pertes – le niveau moyen des pertes nettes des clubs européens de 1re div. est de 706 M€ sur la période 2008/2018, 2 exercices sur 11 ayant été bénéficiaires – et le niveau élevé de leur endettement pour les financer. Les déficits et les dettes étant durablement intégrés au modèle économique des clubs, et donc au régime économique du FPE (Bastien, 2017a), la crise de la covid-19 n’entraînera pas une faillite généralisée du FPE, au moins tant que la valeur des joueurs se maintiendra. Le soutien des autorités publiques et sportives aux clubs lors de conjonctures défavorables – et plus encore leur souplesse permanente à leur égard (contrôle financier limité ou inexistant, possibilité de lourds arriérés sociaux et fiscaux, etc.) qui est partie intégrante de la contrainte budgétaire molle – va également dans le sens de leur préservation.

3.2. Une stabilisation du prix des actifs

43L’expansion du FPE est tirée depuis les années 1980 par une innovation comptable : celle consistant pour les clubs à inscrire les contrats de joueurs à l’actif de leur bilan, les joueurs étant alors considérés comme des immobilisations incorporelles (Gerrard, 2006). En 2018, les actifs joueurs représentaient 30 % des actifs totaux des clubs européens de 1re div. Depuis 2009, ils pèsent en moyenne pour près d’1/4 des actifs des clubs. Par conséquent, au-delà du volume et de la structure de l’endettement des clubs, la faiblesse de leurs bilans s’explique aussi par la nature de leurs actifs. En effet, la valeur des joueurs est volatile, notamment parce qu’elle est assujettie à leurs performances sportives et à d’éventuelles blessures. Plus encore, la valeur des joueurs est dépendante de l’évolution du marché des transferts. Depuis près de 25 ans, c’est l’euphorie qui caractérise ce marché. En 2018, les dépenses de transfert des clubs européens ont atteint 8 Mds€, soit une croissance de 168 % par rapport à celles de 2009. Les dépenses de transfert des clubs du Big Five sont quant à elle 25 fois plus élevées aujourd’hui qu’il y a 25 ans.

44La pérennité des clubs, et plus encore la durabilité du FPE sont donc fonction de l’évolution du marché des transferts. Si elle peut générer une contraction passagère de ce marché, la crise pandémique ne devrait pas conduire à un retournement tendanciel affectant durablement à la baisse le prix des joueurs. À l’heure où nous écrivons, les récents transferts de K. Havertz (du Bayer Leverkusen à Chelsea pour 80 M€), de V. Osimhen (cf. supra), de R. Dias (du Benfica à Manchester City pour 68 M€), de T. Werner (du RB Leipzig à Chelsea pour 53 M€), de L. Sané (de Manchester City au Bayern Munich pour 45 M€) ou encore de N. Aké (de Bournemouth à Manchester City pour 45 M€) confirment des prix de marché élevés sur la saison 2020/2021. Bien qu’elles ne soient pas au niveau des prix maximums pratiqués ces dernières saisons, ces transactions témoignent de l’activité des grands clubs sur le marché des transferts, et plus particulièrement sur le segment supérieur du marché (celui composé des superstars). Parce qu’ils sont plus résistants aux chocs macroéconomiques que les autres clubs compte tenu de la diversification de leurs revenus, de la valeur de leur marque pour les partenaires27, de l’envergure de leurs propriétaires ou encore du niveau de leurs actifs, les grands clubs européens vont continuer de dépenser massivement sur le marché des transferts. D’autant plus que les modifications apportées au fair-play financier par l’UEFA28, qui contribuent notamment à minimiser le poids de l’exercice 2020 dans les calculs de la règle de l’équilibre financier, devraient préserver l’incitation à la dépense des clubs.

  • 29 Le dernier exercice disponible (2018/2019) fait état d’un endettement total de plus de 1 Md€. https (...)

45Pour les plus fragiles d’entre eux, le développement de pratiques financiarisées aura des effets similaires, comme le montre le transfert croisé Arthur-Pjanic réalisé entre la Juventus de Turin et le FC Barcelone à la fin du mois de juin 2020. En vendant Arthur, le FC Barcelone, très endetté29, a inscrit directement la somme perçue (72 M€) à l’actif de son bilan comme expliqué ci-dessus. Le paiement de l’indemnité de transfert pour le recrutement de M. Pjanic (60 M€) est quant à lui étalé sur la durée du contrat, ce dernier étant forcément à durée déterminé dans le football. Autrement dit, l’achat permet de gonfler le bilan d’un club dès l’acquisition d’un joueur alors que la transaction financière est fractionnée sur plusieurs exercices comptables.

46Pour toutes ces raisons, les prix vont se maintenir à un niveau élevé sur le marché des transferts, y compris sur le segment inférieur par un effet de diffusion impulsé par le comportement d’achat des grands clubs sur le segment supérieur (Franck, 2015). C’est ce qu’illustre un ensemble de transactions récentes sur le segment inférieur du marché pour des montants avoisinant les 10 M€ (e.g. M. Cucurella, H. Diallo, J. Moder, C.  Ejuke, A. Grbić, A. Gaich, S. Botman, P. Bernardoni). En définitive, si une baisse en volume et en valeur des transactions est observable lors de la saison 2020 / 2021 du fait des conséquences immédiates de la crise pandémique, les transferts susmentionnés sont les signaux d’une contraction limitée du marché, qui ne devrait de surcroît être que temporaire. En effet, la préservation d’une double interaction devrait contribuer au maintien du prix des joueurs en dépit de la crise de la Covid-19 et ainsi assurer la croissance du FPE. Cette double interaction se compose d’une circularité endettement-prix des joueurs et d’une circularité droits TV-prix des joueurs.

47La première circularité concerne l’ensemble des clubs. Comme nous l’avons vu, de nombreux clubs se sont endettés pour surmonter les effets immédiats de la crise sanitaire et ainsi financer leur activité à court et moyen terme, y compris sur le marché des transferts. Par exemple, Tottenham a recruté en août 2020 P.-E. Höjbjerg qui évoluait jusqu’alors à Southampton en échange d’une indemnité de 16,6 M€. Le recours à l’endettement va ainsi compenser les pertes de revenus des clubs et soutenir le prix des joueurs.

  • 30 À ce titre, les mesures de restrictions et de confinement prises dans nombre d’états européens dans (...)
  • 31 Cet article ne traite pas du désengagement de Mediapro en L1, les raisons de ce départ étant déconn (...)

48La seconde circularité concerne quant à elle principalement l’activité des petits clubs tant elle est déterminante dans leur capacité à être compétitifs au niveau sportif. Concrètement, la croissance des indemnités de transfert sur le segment inférieur du marché – et les salaires correspondant (Llorca & Teste, 2016) – est principalement alimentée depuis les années 1980 par la croissance des droits TV. Autrement dit, les revenus TV permettent aux petits clubs de répondre durablement à l’inflation du prix des joueurs (indemnités de transfert et salaires) qui est entretenue par les grands clubs. Nos scénarios les plus probables (1 et 2) ne prévoyant pas une nouvelle suspension des compétitions30, les prix devraient se stabiliser à moyen terme avant une reprise de leur dynamique haussière, le versement d’indemnités particulièrement élevées n’étant pas exclu sur le segment supérieur du marché. L’entrée progressive ainsi que l’intérêt croissant des GAFAM et des NATU – qui ont tiré profit de la crise – pour le football européen d’une part, et le développement des services OTT d’autre part, devraient à terme soutenir la croissance des droits audiovisuels (Feuillet, Durand & Scelles, 2018), y compris là où ils ont déjà diminué (e.g. Bundesliga)31.

49Cette hypothèse de non-retournement du marché des transferts semble validée par deux faits :

  1. L’intérêt récent de fonds spéculatifs pour le FPE – y confirmant une tendance nouvelle – à la recherche d’une rentabilité rapide de leurs investissements. L’entrée de RedBird Capital Partners au capital du Toulouse FC ou encore l’intérêt porté par différents fonds à la société en cours de création par la ligue italienne pour gérer ses droits commerciaux32 en sont deux exemples.

  2. Les récentes prises de participation d’investisseurs plus classiques dans l’économie contemporaine du FPE, i.e. à la recherche d’une « rentabilité indirecte » (Bastien, 2017a, p. 12), à l’image du rachat en cours par le fond qatari dirigé par Hisham Saleh Al Hamad Al Mana de 51 % des parts du club de Parme en échange de plus de 60 M€.

50En investissant dans le FPE, ces deux types d’acteurs anticipent que la valeur des joueurs ne sera pas durablement affectée, auquel cas leur stratégie d’investissement serait inopérante. En cela, ils alimentent le momentum en soutenant les déséquilibres financiers des clubs par des apports de fonds qui contribuent in fine à stabiliser la valeur des joueurs. Mais, dans le même temps, ils érodent plus encore la convention liant la croissance des actifs des clubs à celle des indemnités de transfert dépendant elle-même de celle des droits TV.

Conclusion

51Espace méso résilient face aux chocs de nature macroéconomique, le FPE devrait surmonter, non sans quelques secousses conjoncturelles, les conséquences de la crise pandémique de la covid-19. D’un côté, les mesures de soutien prises par les autorités publiques et sportives, leur historique tolérance à l’égard des clubs en matière d’équilibre financier, et la reprise de nombreuses compétitions ont limité les effets immédiats de la crise. De l’autre, en dépit de l’ampleur de la crise économique, le maintien des compétitions durant la saison 2020 / 2021 contribue à modérer les conséquences de plus long terme de la crise pandémique en rendant possible la vente du spectacle sportif aux chaînes TV. De là, la double interaction endettement-prix des joueurs et droits TV-prix des joueurs restera opérante, assurant la croissance du FPE au moyen d’une pratique comptable faisant des joueurs les actifs des clubs.

52Ces mécanismes endémiques, s’ils contribuent à la pérennité du régime économique du FPE face à ce choc exogène, renforcent dans le même temps sa logique financiarisée. D’une part, ils renforcent la télédépendance des petits clubs et creusent ainsi les écarts entre eux et les grands clubs, le modèle économique des premiers ne cessant de se fragiliser. D’autre part, en entretenant simultanément la croissance des actifs intangibles des clubs et leurs déséquilibres financiers, ces mécanismes amplifient l’ampleur du futur retournement. La présence d’acteurs toujours plus financiarisés – les fonds d’investissement – et le recours croissant à des techniques financiarisées – la titrisation – ne faisant que nourrir la dynamique de retournement.

53En définitive, la crise pandémique contribue à révéler les contradictions endogènes du FPE nées de sa financiarisation grandissante. Le parallèle avec le régime global et la façon dont il traverse la crise sanitaire est évident. Plus encore, les modalités de sorties de crise au niveau macroéconomique sont reliées au renforcement des conditions de crise du FPE au niveau mésoéconomique. En effet, l’accroissement des inégalités post-crise dans le régime global contribue à l’accroissement des inégalités post-crise dans le FPE : les grands clubs continuent d’être soutenus par des agents à forte capacité de résilience face aux crises, à commencer par leurs propriétaires, alors que les petits clubs sont davantage soumis aux arbitrages de leurs principaux financeurs. Cette accélération de la dualisation du FPE met à mal son organisation et son fonctionnement en ligue ouverte. En conséquence, le risque de crise structurelle est croissant, ouvrant la voie à la création d’une ligue fermée dans le FPE : la Superleague européenne. Dans ce contexte d’hyper-concentration du capital, seul un contrôle accru de la structure d’actionnariat des clubs contribuerait à une réduction du déséquilibre concurrentiel du FPE et ainsi à une réduction du déséquilibre compétitif de ses compétitions, préservant le modèle traditionnel d’organisation du sport en Europe.

Haut de page

Bibliographie

Andreff W. (2009), « Équilibre compétitif et contrainte budgétaire dans une ligue de sport professionnel », Revue économique, vol. 60, no 3, p. 591-633. URL : https://doi.org/10.3917/reco.603.0591 [consulté le 18/01/2020]

Andreff W. (2000), « L’évolution du modèle européen de financement du sport professionnel », Reflets & Perspectives de la vie économique, vol. 39, no 2-3, p. 179-195.

Andreff W. (2017), « Le modèle économique du football européen », Pôle Sud, vol. 2, no 47, p. 41-59. URL : https://doi.org/10.3917/psud.047.0041 [consulté le 08/03/2021]

Bastien J. (2017a), « Le football professionnel en Europe est-il en crise ? Une réponse régulationniste », Revue de la régulation, vol. 21. URL : http://journals.openedition.org/regulation/12282 [consulté le 18/01/2020]

Bastien J. (2014), « Management public du football professionnel contemporain en Europe : entre externalités et conflits d’intérêts », Revue européenne de management du sport, no 41, p. 5-22.

Bastien J. (2017b), « Le football professionnel européen dans un système capitaliste financiarisé en crise : une approche régulationniste des facteurs de changement institutionnel », Thèse de doctorat en Sciences économiques, Université de Reims Champagne-Ardenne.

Bastien J. (2018), « Une analyse économique des contrats de travail dans l’industrie du sport professionnel : Hold-up en football », Économie & Institutions, vol. 27. URL : https://doi.org/10.4000/ei.6189 [consulté le 18/01/2020]

Feuillet A., Durand C. & N. Scelles (2018), « Revenus télévisuels : Le rôle politique clé de la ligue professionnelle », Jurisport, Revue juridique et économique du sport, vol. 183, p. 39-44.

Franck E. (2015), « Regulation in leagues with clubs’ soft budget constraints: the effect of the new UEFA Club Licensing and Financial Fair Play Regulations on managerial incentives and suspense », in Andreff W. (ed), Disequilibrium Sports Economics. Competitive Imbalance and Budget Constraints, Edward Elgar, Cheltenham, Northampton, p. 228-249.

Furceri D. & A. Mourougane (2010), « Une lecture de la crise à la lumière des crises passées », Économie et statistique, vol. 438-440, p. 19-42. URL : https://doi.org/10.3406/estat.2010.9589 [consulté le 18/01/2020]

Gerrard B. (2006), « Financial innovation in professional team sports: the case of English Premiership soccer », in Andreff W. & S. Szymanski (eds), Handbook on the Economics of Sport, Edward Elgar, Cheltenham, p. 709-718.

Julien P.-A., Lamonde P. & D. Latouche (1975), « La méthode des scénarios en prospective », L’Actualité Économique, vol. 51, no 2, p. 253-281. URL : https://doi.org/10.7202/800621ar [consulté le 18/01/2020]

Kiem C., Massonnaud C., Levy-Bruhl D., Poletto C., Colizza V., Bosetti P., Gabet A., Olie V., Zanetti L, Boëlle P.-Y., Crepey P. & S. Cauchemez (2020), « Évaluation des stratégies vaccinales covid-19 avec un modèle mathématique populationnel ». Working paper, Institut Pasteur.

Laurent C. & C. du Tertre (2008), Secteurs et territoires dans les régulations émergentes, L’Harmattan, Paris.

Levy-Garboua V. & G. Maarek (2020), « Macroéconomie du coronavirus », Commentaire, vol. 3, no 171, p. 497-494. URL : https://doi.org/10.3917/comm.171.0487 [consulté le 18/01/2020]

Llorca M. & T. Teste (2016), « Dépenses salariales et performances dans l’industrie du football », Revue française d’économie, vol. 31, no 2, p. 125-145. URL : https://doi.org/10.3917/rfe.162.0125 [consulté le 18/01/2020]

OCDE (2020), Perspectives économiques de l’OCDE, vol. 2020, no 2, Éditions OCDE, Paris. URL : https://doi.org/10.1787/8dd1f965-fr [consulté le 18/01/2020]

Parlasca S. (2006), « Collective selling of broadcast rights in team sports », in Andreff W. & S. Szymanski (eds), Handbook on the Economics of Sport, Edward Elgar, Cheltenham, p. 719-729.

Tribou G. (2005), « Sponsoring : le retour symbolique sur investissement », in Bouchet P. & C. Sobry (dir.), Management et marketing du sport : du local au global, Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq, p. 47-65.

Haut de page

Notes

1 Les données relatives aux indemnités de transfert présentées dans cet article sont issues de transfermarkt.fr.

2 +653% entre 1996 et 2018. Les données relatives à l’ensemble des clubs européens de 1re division proviennent des rapports de benchmarking publiés chaque année par l’Union européenne des associations de football (UEFA). Le dernier en date (2020) fournit des chiffres sur l’exercice 2018.

3 i.e. les cinq ligues nationales majeures en Europe : Allemagne, Angleterre, Espagne, Italie et France.

4 Les données relatives au Big Five sont issues du rapport Annual Review of football finance de juin 2020 publié par Deloitte.

5 Les données sur la Ligue 1 française proviennent des rapports financiers publiés chaque année par la Direction Nationale du Contrôle de Gestion (DNCG). Le dernier en date fournit des chiffres sur la saison 2018/2019.

6 Pour un endettement total sous forme de comptes courants d’actionnaires de plus de 568 M€.

7 Par exemple, 16,3 % des revenus de Manchester United provenaient du merchandising en 2019 (ir.manutd.com).

8 Notons que cette dépendance aux actionnaires est relative à leurs apports de fonds mais aussi à leur capacité, en tant que figures de fonds d’investissements ou du monde des affaires, à attirer des partenaires financiers et commerciaux au sein des clubs.

9 L’autre composante de l’effet de richesse négatif concerne la baisse du prix des actifs immobiliers.

10 À noter que l’effet de richesse négatif n’est opérant que dans les deux premiers cas puisqu’il ne s’applique qu’à des personnes physiques et non à des personnes morales.

11 Seul le championnat biélorusse a été maintenu.

12 https://www.stoxx.com/index-details?symbol=FCTP, consulté le 11 août 2020.

13 https://www.boursorama.com/cours/MANU/, consulté le 11 août 2020.

14 5 000 spectateurs par exemple en France pour les finales des coupes nationales 2019/2020.

15 Plus précisément, l’exercice comptable de la saison 2019/2020 fera état dans certains cas d’une coupe dans les revenus anticipés par les clubs, une partie de ceux-ci étant reportés sur l’exercice 2020/2021 en raison de l’achèvement des compétitions après la clôture de l’exercice 2019/2020 en juin 2020.

16 Étude sur l’impact économique et social du COVID-19 sur les clubs de football professionnel de Ligue 1, synthèse de l’étude, Syndicat Première Ligue et Ernst & Young, juillet 2020, 8 p.

17 À notre connaissance, seul le club anglais de West Ham a constaté l’incapacité d’un de ses principaux sponsors, à savoir la société de services financiers Basset & Gold, d’honorer son contrat après avoir fait faillite en raison de la crise de la covid-19.

18 C’est ainsi que Bistrot Régent, après avoir suspendu temporairement le contrat de sponsoring le liant aux Girondins de Bordeaux comme vu précédemment, a annoncé dès la fin du mois de mai 2020 le maintien de son partenariat avec le club pour la saison suivante. C’est également durant cette période de suspension de la L1 que le PDG d’Accor, Sébastien Bazin, a réaffirmé l’attachement de son groupe au Paris Saint-Germain en déclarant : « Tout va bien et on est très fiers d'être associé au PSG [...]. C’est dans les mauvais moments que l'on reconnaît ses amis et ceux qui sont là pour vous. Dans les moments de tempête et de joie, nous serons aux côtés des gens avec lesquels nous sommes partenaires [...] ». https://www.la-croix.com/Sport/Sponsoring-Accor-deja-tout-paye-PSG-rectifie-PDG-2020-04-05-1301087951, consulté le 11 août 2020.

19 https://www.france24.com/fr/20200504-football-ligue-1-l1-pge-pret-banque-droits-tv-covid-19, consulté le 17 août 2020.

20 https://rmcsport.bfmtv.com/football/ligue-1-l-ol-obtient-un-pret-de-926-millions-d-euros-1938067.html, consulté le 17 août 2020.

21 https://www.tottenhamhotspur.com/the-club/investor-relations/annual-reports/, consulté le 13 août 2020.

22 Saison pour laquelle la DNCG a pour la première fois publié les comptes des clubs de L1.

23 Les dernières données disponibles les plus complètes faisaient état pour l’exercice 2012 de l’endettement suivant pour les clubs européens de 1re div. : dettes bancaires et commerciales (6,3 Mds€), dettes groupe et parties liées (2,1 Mds€), dettes de transfert (2,4 Mds€), dettes fiscales (1,4 Md€), dettes de personnel (1 Md€).

24 C’est par exemple déjà le cas du club espagnol du Valence CF.

25 En plus d’arriérés envers ses joueurs, le club de l’Inter Milan n’a par exemple pas réglé la première échéance du transfert de A. Hakimi au Real Madrid.

26 https://www.nytimes.com/2020/04/08/sports/germany-soccer-coronavirus.html, consulté le 14 août 2020.

27 À titre d’exemple, le groupe Intersport a signifié en avril 2020 au club d’Amiens le non-renouvellement du contrat de sponsoring maillot qui les liait et qui arrivait à échéance à la fin de la saison 2019/2020 pour motifs économiques associés à la crise de la covid-19. Les partenariats similaires reliant le groupe aux clubs de Lille et de Marseille n’ont quant à eux pas été remis en cause.

28 https://fr.uefa.com/insideuefa/about-uefa/news/025e-0fb61128c42e-344cb37d14c2-1000--mesures-d-urgence-temporaires-en-matiere-de-fair-play-financier/, consulté le 17 août 2020.

29 Le dernier exercice disponible (2018/2019) fait état d’un endettement total de plus de 1 Md€. https://www.fcbarcelona.fr/fr/club/organisation-and-strategic-plan/commissions-and-bodies/annual-reports, consulté le 18 août 2020.

30 À ce titre, les mesures de restrictions et de confinement prises dans nombre d’états européens dans le cadre des deuxième et troisième vagues n’ont pas conduit à une suspension ou à une annulation des championnats nationaux et continentaux.

31 Cet article ne traite pas du désengagement de Mediapro en L1, les raisons de ce départ étant déconnectées de la crise de la covid-19.

32 https://www.lesechos.fr/industrie-services/services-conseils/le-football-italien-aiguise-les-appetits-des-fonds-dinvestissement-1226369, consulté le 18 août 2020.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Source : auteur
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/18504/img-2.png
Fichier image/png, 56k
Crédits Source : auteur
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/18504/img-4.png
Fichier image/png, 63k
Crédits Source : auteur
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/18504/img-6.png
Fichier image/png, 42k
Crédits Source : auteur, d’après UEFA
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/18504/img-8.png
Fichier image/png, 13k
Crédits Source : auteur, d’après DNCG
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/18504/img-10.png
Fichier image/png, 84k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérémie Bastien, « Effets mésoéconomiques de la crise de la covid-19 », Revue de la régulation [En ligne], 29 | 2021, mis en ligne le 17 mai 2021, consulté le 14 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/regulation/18504 ; DOI : 10.4000/regulation.18504

Haut de page

Auteur

Jérémie Bastien

Maître de conférences en Sciences économiques, université de Reims Champagne-Ardenne – Laboratoire REGARDS ; jeremie.bastien@univ-reims.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search