Navigation – Plan du site

AccueilNuméros29« Quoiqu’il en coûte ? »

« Quoiqu’il en coûte ? »

Un monde hyperfinanciarisé peut-il sortir du Grand Confinement sans retourner à un à-venir néolibéral ?
« Whatever it costs ? » Can an hyper-financialized world emerge from the great lockdown without returning to a neoliberal order ?
Solène Morvant-Roux, Jean-Michel Servet et André Tiran

Résumés

L’objectif de cette contribution est d’analyser les solutions déjà appliquées et celles encore en débat face à la crise économique et sociale consécutive au Grand Confinement. Après avoir défini l’hyperfinanciarisation néolibérale comme cadre structurel de mise en œuvre des choix de politique économique, il est soutenu que des solutions généralement affirmées comme rompant avec le passé sont en fait pleinement dominées par lui. Notre argument se concentre sur l’endettement public, mesure phare des remèdes proposés. Sans un changement profond de l’ordre politique et économique existant, ces instruments de politique économique manifestent une capacité limitée de transformation et ne peuvent d’emblée constituer des alternatives progressistes au système dominé par une orthodoxie économique et financière.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Couramment la cause d’une crise est située comme un évènement « exogène » au système de production et d’échange au sein duquel elle survient (Servet, 2010). Certaines analyses des crises passées illustrent cette naturalisation et externalisation de leur cause : au xixe siècle, par exemple, Jevons avait attribué l’origine des cycles économiques à l’apparition récurrente de taches solaires (Dockès, 2017). En 2007, ont été pointés du doigt des prêts à des ménages devenus insolvables par suite d’une dévalorisation de leurs biens immobiliers sur lesquels avaient été basés des produits financiers spéculatifs. La crise de 2020 n’échappe pas à cette démarche : les analyses sont focalisées sur un virus apparu en Chine provoquant une pandémie et le Grand Confinement qui a touché graduellement à des degrés divers tous les pays ; un virus désigné comme un ennemi contre lequel nous serions « en guerre ». Ce combat a justifié dans l’urgence unité nationale et mobilisation de moyens largement qualifiés d’exceptionnels alors que certains marqueront peut-être durablement les interventions publiques en nous faisant entrer dans une nouvelle Grande Transformation, faisant suite à la nouvelle Transformation soumise à une orthodoxie économique et financière des années 1980-2000.

  • 1 Ajoutons que rien ne garantit que le même virus, ou d’autres similaires, voire pire s’ils ont une p (...)

2S’imaginer affronter ce qui serait un ennemi dédouane tout un chacun d’éventuelles responsabilités collectives et partagées. Cette démarche permet d’innocenter les façons de produire et d’échanger et leurs responsables ainsi que les modes de consommation et de vie comme facteurs endogènes de la crise. Cela masque les causes profondes de son émergence, de sa propagation, de sa durée et de ses possibles réplications (Coriat, 2020)1. Or, ces causes profondes englobent les relations entre humains et leurs rapports avec leur environnement, à travers lesquels on peut définir un système économique. Contextualiser la crise oblige à tenir compte d’un fait majeur de l’actuel état du monde : la financiarisation des sociétés. Elle a radicalement transformé les modes d’interdépendance entre humains mais aussi entre humains et non-humains. Elle agit en profondeur sur les mécanismes de production, de circulation de la monnaie et des dettes ; et cela les a reconfigurés. La centralité de la finance lui permet d’opérer comme un puissant mode de prédation grâce à la position qu’occupent les institutions financières et leurs supports techniques juridiques, comptables et informatiques dans l’interdépendance des humains (donc dans les rapports employeurs-employés, producteurs-intermédiaires-consommateurs, État-citoyen et humains-environnement). Le poids des prélèvements financiers peut conduire à s’interroger si l’on n’est pas sorti du « capitalisme » (défini traditionnellement par la relation capital/travail) pour entrer dans une nouvelle ère où la finance devenue intermédiaire indispensable permet la captation des survaleurs qu’elle engendre (Servet, 2021a).

  • 2 Pour éviter de ne retenir que la dimension sanitaire et insister sur les contraintes et les conséqu (...)

3L’hypothèse d’un lien entre la crise actuelle et le régime d’accumulation par l’hyperfinanciarisation s’oppose à celle de l’émergence et propagation rapide du virus comme résultat d’un fait naturel extérieur aux activités humaines2. Naissance et propagation de la covid-19 tiennent aux modes de mise en relation produits d’une trentaine d’années d’orthodoxie économique et financière ayant intensifié l’exploitation des humains et de leurs milieux de vie et rendus plus vulnérables physiquement et psychiquement (Audier, 2021 ; Théret, 2021). À partir de ce constat est soutenu que les solutions ne peuvent être trouvées en prolongeant le passé, en l’adaptant, ou dans ce qui serait pour l’essentiel sa reproduction, voire dans une sorte de hâte à appliquer des projets surannés parce que fortement marqués par le référent néolibéral dont le maître mot est « adaptation et consensus » (Stiegler, 2019). Or, les issues le plus souvent proposées aujourd’hui apparaissent essentiellement une réplication/reformulation du système économique actuellement dominant, voire son accélération (Boyer, 2020). Compte tenu du rôle central de la monnaie et de la finance dans les formes actuelles d’interdépendance des activités humaines, nous nous intéresserons ici au mode de financement pour faire face à la crise et pour en sortir. L’objectif est de montrer que des solutions généralement affirmées comme de rupture sont en fait dominées par le passé ; en l’occurrence par un référentiel néolibéral. Ce diagnostic sur le cadre structurel des mesures prises dans le contexte de la crise sanitaire et sociale sera suivi de quelques suggestions de réformes rompant avec ce modèle politico-socio-écologique.

1. Financiarisation et néolibéralisme : matrices du présent et de l’à-venir

1.1. La financiarisation généralisée

4Produit de la globalisation et du tournant néolibéral, la financiarisation contemporaine est un phénomène vaste et complexe (Godechot, 2015) mobilisant endettement des États sur les marchés financiers, cotation en bourse des entreprises, titrisation des dettes, optimisation fiscale, etc. Les économies domestiques ne sont pas indemnes et se trouvent aussi au cœur de ces dynamiques (notamment via la multiplication des plans de retraite par capitalisation et des recours massifs à l’endettement des ménages). Ainsi, la financiarisation a fait que l’interdépendance des activités humaines passent de plus en plus par des relations financières ce qui a conduit certains chercheurs à pointer l’apparition d’une nouvelle forme d’exploitation financière au-delà des relations de travail, massifiée voire amplifiée grâce au passage au numérique (baisse des coûts d’intermédiation) et à l’utilisation des données personnelles. Des économistes marxistes ont examiné dans quelle mesure la financiarisation a donné naissance à une nouvelle « classe de rentiers » via le mécanisme de l’expropriation de la valeur qui se distingue de celui de l’exploitation (Harvey, 2005 ; Lapavitsas, 2009). Face à cet endettement, les débiteurs (États, ménages et entreprises) voient leurs ressources diminuer (impôts, revenus, profits) au profit des acteurs de la finance globale (Hudson, 2021) ou des plateformes numériques (Swartz, 2020). Il existe des articulations entre les formes spéculatives et quotidiennes de la financiarisation : par exemple, les spéculations sur les matières agricoles avec des conséquences sur leurs consommations alimentaires ; celles sur les matières premières comme le pétrole, sur leurs modes de déplacement et sur l’habitat, etc.

5La financiarisation repose également sur un capitalisme actionnarial (Aglietta & Arrondel, 2019) dans lequel la valorisation des actifs financiers joue un rôle central au détriment du développement du profit lié à la production de biens industriels, à la production de services ou d’une rémunération de l’épargne par les taux d’intérêt. Ce qui explique la faiblesse généralisée des investissements productifs et le fait que les placements l’emportent massivement sur l’investissement. Cette survalorisation cumulative des actifs financiers obtenue notamment par le rachat d’actions à partir de l’endettement même des entreprises et le placement de leurs profits s’appuie sur une évasion fiscale massive voire une finance à dimension criminelle (Hudson, 2021). Cela justifie la qualification de l’économie financiarisée comme parasitaire.

6La financiarisation contemporaine s’accompagne enfin de l’émergence d’un nouveau régime monétaire international (mise en concurrence des devises) et national (hégémonie de la monnaie crédit-bancaire). Cette transformation reconfigure les rapports entre les différents acteurs au cœur de la création et la circulation monétaire (avec la nécessité de distinguer la monnaie de placement de la monnaie de paiement) et induit une perte de souveraineté des gouvernements au profit des banques centrales et des banques commerciales (Théret, 1995, 2010 ; Lemoine, 2015). La hiérarchie et la différence de nature entre ces deux institutions ont été largement oubliées au point de confondre tous les instruments monétaires, en oubliant que la monnaie bancaire ne pouvait pas jouer le rôle ultime propre à la monnaie centrale, en cas de fortes perturbations des marchés monétaires.

  • 3 Elle veille à ne pas isoler les questions « économiques et financières », des questions « sociales  (...)

7Ce contexte conduit à une approche substantive de l’économie (Sobel, 2005)3. Elle permet de découvrir les « causes » endogènes des principales crises récentes du dernier demi-siècle (Dockès, 2019). À propos de celle de 1973, on a parlé de « fin » ou d’« essoufflement » du « régime fordiste » (Boyer, 1987 ; Dockès, 1987 ; Walery, 2009). En 2007, l’interdépendance des activités humaines a été fortement perturbée parce que le monétaire et le financier constituent l’épicentre d’une société devenue, dans presque toutes ses dimensions, « liquide » (Bauman, 2007). Quant à la crise de 2020, elle touche directement l’humain, et donc la ressource « travail ». Durant les trente années précédentes, les systèmes économiques ont été fortement fragilisés par l’application de prétendus remèdes imprégnés en particulier par la gestion comptable « coûts-bénéfices » et la conversion en « valeur de marché » des équipements sanitaires (Dupuy, 2020). D’où l’incapacité de répondre en temps utile aux manques patents de masques, de tests et de lits en service de réanimation. Les sociétés largement fragilisées se trouvaient incapables de confronter une pandémie de cette ampleur (par son étendue et la rapidité de sa propagation) et aussi du fait de fortes insuffisances scientifiques sur son identification liées à l’abandon de recherches fondamentales ; celles-ci étant considérées comme peu ou non rentables ainsi que l’atteste la liquidation d’équipes de recherche dans les firmes pharmaceutiques.

1.2. Le référent néolibéral

8La confusion souvent faite entre « libéralisme » et « néolibéralisme » oblige à préciser, même brièvement, ce qui, depuis l’après Seconde Guerre mondiale, est devenu à la fois une doctrine économique servant de référentiel et un ensemble de pratiques. On doit tout d’abord relever qu’une diversité de courants de pensée et d’expériences politiques recouvre le terme « néolibéralisme ». Et ce dès ses origines avec le colloque réuni à l’initiative de Lippmann en 1938 (Audier, 2012 ; Cabannes, 2021). Une des caractéristiques communes à l’ensemble de ces manifestations est le primat accordé à la concurrence des intérêts individuels et à l’opposition à une régulation étatique des systèmes économiques (assimilée à une bureaucratisation inefficace). Toutefois l’État joue un rôle crucial pour soumettre individus et sociétés (dans leurs dimensions nationales et internationales) à cette logique généralisée d’individualisation, de concurrence et de privatisation ; y compris par la répression policière en cas d’absence de consensus sur des objectifs économiques et politiques. Les banques centrales notamment ont été réformées pour constituer un levier essentiel de mise en place des politiques issues de ce modèle. L’endettement privé et public joue un rôle essentiel pour appliquer ce système.

9Il faut analyser dans ce contexte les instruments mobilisés pour couvrir le coût immédiat de gestion du Grand Confinement et ensuite celui de sa sortie. Nous passons ci-dessous en revue le potentiel de certaines mesures et interrogeons ensuite les implications du recours à d’endettement public qui a été l’un des principaux leviers pour répondre à l’urgence née de la crise économique.

2. Face à la crise, quelles solutions de financement privilégier ?

10Selon la cible directement visée, en fonction de l’impact recherché et de leurs effets collatéraux, les mesures sont reconnues comme une politique de l’offre (par soutien aux entreprises) généralement considérée comme étant de « droite » ou une politique de la demande (par distribution d’aides pour combler la chute des revenus des ménages) généralement considérée comme étant de « gauche » ; avec la possibilité d’une combinaison pragmatique des deux. Les gouvernements peuvent en effet tout aussi bien s’endetter pour soutenir la demande que l’offre. Soutenir la demande par une distribution d’allocations aux ménages, à certaines catégories, soutenir leurs investissements dans l’habitat, etc. Et soutenir l’offre en assurant immédiatement le maintien d’un tissu d’activités, permettre aux entreprises en compensant leur perte d’activités et en finançant le chômage partiel de ne pas licencier leurs employés, prendre en charge les intérêts de leurs emprunts, etc. Et, dans un second temps, de favoriser des investissements nouveaux nécessaires en situation de crise écologique. Si les approches néolibérales paraissent en général plus axées sur le soutien à l’offre, elles peuvent aussi concerner la demande, comme on le voit avec certaines formes de revenu universel (Morvant-Roux, Servet & Tiran, 2020). En effet, ce qui apparaît a priori comme un soutien aux ménages peut en fait constituer un appui indirect au secteur financier. C’est le cas de la distribution de chèques par le président Trump aux résidents américains dans le besoin et qui ont de fait servi surtout à rembourser les échéances auprès des établissements financiers pour les prêts éducatifs, santé et immobiliers notamment (Bourdeau, 2020).

11Dans ce qui suit, nous nous attachons non pas directement à l’objet de ces financements, question bien évidemment essentielle mais dépassant notre objectif centré sur le sous-jacent des « solutions » proposées. On se concentre sur les modalités de leur financement. La question (essentielle au fonctionnement d’une société démocratique) est d’autant plus centrale que le contexte de la financiarisation généralisée fait qu’il ne s’agit pas seulement de moyens mis en œuvre. Les choix de tel ou tel modèle de financement impactent directement ou indirectement l’ensemble de l’organisation économique, et donc les rapports même des humains avec leur environnement, du fait notamment des conséquences sur l’exploitation de la nature des exigences du rendement financier (Arnsperger, 2015).

12Il est difficile d’imaginer que de nouvelles charges soient à court, voire moyen terme, couvertes par une compression d’autres dépenses publiques. Un effet d’inertie dans celles-ci rend quasi-irréalisable une substitution rapide de ressources entre postes budgétaires. Il faut donc trouver des moyens additionnels pour financer l’État au budget globalement nécessairement accru par des dépenses spécifiques urgentes et essentielles (médicales notamment), ainsi que les soutiens à la population et aux entreprises, alors que simultanément la récession tend à diminuer les recettes publiques et que s’imposent de nouvelles charges liées au financement de la question écologique. Relevons ici que la recherche du mode de financement de cette crise de la covid-19 s’est beaucoup faite avec la croyance que les besoins induits seraient de courte durée et donc que les interventions des gouvernements dureraient peu ; prévisions démenties par les vagues successives de la pandémie. De ce point de vue le prolongement des taux d’intérêt bas est tant crucial pour les gouvernements que pour une fuite en avant vers un capitalisme hyperflexibilisé et hyperfinanciarisé. La fin de l’endettement facile signifierait nécessairement l’ouverture d’affrontements de grande ampleur.

  • 4 Dans un échange de emails, François Morin a appuyé l’adoption de ce terme « résolution » proposé da (...)

13Certains opposants par principe à la résolution4 de toute dette publique, et en particulier à l’annulation des dettes liées à la covid-19, ont proposé de la couvrir par des augmentations d’impôts (Descamps, 2021 ; Bichot, 2020 critiqués par Servet, 2021d). Outre les risques déflationnistes d’une ponction fiscale accrue si l’effet redistributif est mal ciblé, l’obstacle rédhibitoire à ces propositions d’augmentation des impôts demeure le référentiel néolibéral et les forces sociales qui lui sont attachées. Les inégalités de revenus sont toujours pensées comme stimulant l’activité économique (à moins qu’il ne s’agisse d’une stratégie électorale). La solution anti-néolibérale, qui consisterait à faire machine arrière en augmentant les taux d’imposition des revenus et des patrimoines pour les remettre aux niveaux qui étaient les leurs dans les années 1970 ou 1950, semble néanmoins en train d’émerger dans l’agenda des réformes pour un « monde d’après » (Fonds Monétaire International, 2021).

14Hors réduction des dépenses publiques et augmentation de la fiscalité, reste pour financer les dépenses liées à l’actuelle crise, l’endettement : un endettement public mais aussi privé. On peut noter que les thuriféraires de la rigueur budgétaire n’ont pas promu l’endettement privé pour faire face aux manques de ressources. On aurait pu imaginer que ceux, habituellement si soucieux de l’équilibre des comptes publics, proposent un endettement des ménages et des entreprises auprès des banques commerciales. L’échéance de ces prêts aurait pu être repoussée ; l’État aurait pu garantir leurs emprunts et donc la puissance publique n’aurait alors eu à sa charge que les intérêts et le capital non remboursé.

15On peut aussi remarquer qu’à travers ses injections de liquidités5, l’État, prenant à sa charge une partie des coûts de production, préserve le capital privé, ses profits et ses détenteurs6. Il limite la dépréciation des actions et les pertes de patrimoine liées aux faillites. Il dispense les actionnaires de la prise de risque considérable qu’induirait la recapitalisation de secteurs au bord du gouffre. Tout cela se fait par transfert de charges sur la collectivité ; autrement dit sur les contribuables. Ainsi ont été limitées les pertes de revenus et d’emploi des ménages, dont le pouvoir d’achat a aussi été maintenu en partie ; donc le marché des biens et services pour les entreprises. A aussi été permis de maintenir la profitabilité des entreprises avec pour effet collatéral, un maintien des cours boursiers, immunisant ainsi les actionnaires des pertes potentiellement colossales sur la valeur de leurs titres et conservant un flux de dividendes à un niveau qui est très supérieur à ce qui l’aurait été sans les aides publiques.

16À défaut d’une fiscalité accrue et sans innovation en matière de création monétaire publique (nous y reviendrons), la solution adoptée a été celle de l’endettement matrice du modèle économique néolibéral et qui avait progressé à tous les niveaux : des ménages, des entreprises, des collectivités locales et des États depuis les années 1980. Les blocages institutionnels consécutifs aux réformes des banques centrales ou le nouvel esprit ayant dominé leur gestion, ont rendu caduque la couverture des déficits budgétaires publics par leur soutien direct. Les dettes publiques ont donc été largement financées par le recours au marché et, jusqu’à la récente baisse des taux, les charges d’intérêt se sont accumulées au cours du dernier quart de siècle ; puisque les dettes passées étaient largement remplacées par de nouvelles. On doit toutefois noter que sur l’ensemble de la planète les dettes privées sont plus élevées que les publiques. Ainsi, fin 2017, le montant global des dettes était de 213 trillions de dollars, soit 262 % du produit intérieur brut (PIB) mondial. Il a crû de 240 % depuis 2008 (Bohoslavsky, 2020). Les dettes des entreprises et des ménages contribuent pour les deux tiers de l’endettement total.

17Alors que les banques centrales se mettaient, au nom de la crédibilité, ou se trouvaient dans l’incapacité réglementaire de financer directement les États, le rachat de dettes passées avait permis de contourner l’obstacle juridique. L’endettement public se faisait de plus en plus par avances à court terme de la Banque centrale. Ces avances remboursables et le « rachat » de titres publics par la Banque centrale, émis sur le marché et souscrits par les établissements financiers, sont un moyen essentiel de création monétaire (Landau, 2020). La nouveauté liée à la crise réside dans le développement massif de nouvelles dettes des États directement détenues par des banques centrales. Ces programmes de rachat de titres ont débuté en 2014 mais ont connu une accélération très marquée en 2020 pour financer les dépenses et soutenir l’économie du fait de la pandémie. L’essentiel des nouvelles émissions de titres de dette des gouvernements de la zone euro effectuées en 2020 a ainsi été « absorbé » par les banques centrales à hauteur de 60 % des 874 milliards d’euros émis sur la période du premier confinement (Sirello, 2020).

18Mais les garanties d’emprunts pour les entreprises stimulent aussi l’endettement privé, de même que les bonus fiscaux des ménages s’ils empruntent pour tel ou tel type de dépenses ainsi encouragées.

19Et le quantitative easing (QE) amorcé après la crise de 2008 a montré ses limites. En effet, les banques centrales ont racheté des créances détenues par les banques commerciales et ont donc injecté des liquidités via ces banques supposées les diffuser ensuite dans l’économie ; mais on connaît aujourd’hui l’utilisation spéculative des trois-quarts de ces fonds alimentant en particulier l’accroissement des cours boursiers. Dans le contexte de la crise actuelle, l’effet du QE s’avère aussi limité car il consiste surtout à alimenter les réserves additionnelles des banques commerciales dans les banques centrales, pour éviter à niveau national ou fédéral une crise monétaire et financière consécutive à un manque de liquidités. Mais rien ne garantit que leur afflux incite réellement à des prêts aux ménages et aux entreprises.

20Dans ce contexte, l’avance des banques centrales aux États eux-mêmes via le découvert autorisé d’abord à court terme puis pour du moyen et même du long terme par certaines d’entre elles représente une innovation notable, cette avance aux gouvernements est néanmoins généralement annoncée comme devant être remboursée (Morvant-Roux & Servet, 2020). Donc on est aussi dans un processus d’endettement des États, mais cette fois-ci directement vis-à-vis des banques centrales, dont les statuts les ont rendus indépendantes et pour lesquelles la logique néolibérale a fait proscrire, on l’a vu, la possibilité de création publique de monnaie sans endettement…

3. Pour une émission monétaire de la Banque centrale

  • 7 Certains, comme Scialom, Bridonneau et Peters (2020), ont proposé que se mette en place une logique (...)
  • 8 Sur les actuelles controverses portant la création monétaire, on peut lire avec étonnement les réce (...)

21Une alternative en rupture avec l’endettement comme pilier du dispositif financier néolibéral actuel, consisterait en une émission monétaire par la Banque centrale sans contrepartie de promesse de remboursement7, autrement dit une résolution de cette dette, soit par anticipation de son annulation, soit par sa conversion en une dette perpétuelle d’autant plus aisée à couvrir que les taux d’intérêt pour les dettes publiques de nombreux États voire pour de grandes entreprises peuvent aujourd’hui être négatifs. On retrouverait là le « circuit du Trésor », ayant permis la reconstruction de l’Europe après la Seconde Guerre mondiale (Théret & Lemoine, 2020). La Banque centrale, redevenue établissement public de plein exercice, n’apparaîtrait plus comme une super banque commerciale telle que la pensée ordo-libérale l’a instituée. Ce découvert à la Banque centrale au bénéfice de l’État serait alors consenti avec l’objectif d’impulser dans le circuit économique une dynamique des activités de production et d’échange ainsi qu’un soutien aux appauvris de la crise ; on parle d’un effet de relance. La légitimité de cette dette perpétuelle conservée dans les banques centrales pourrait être que ses débiteurs en tant que citoyens en sont simultanément les créanciers. Le même argument pourrait être apporté pour financer la crise écologique8.

22L’orthodoxie financière actuelle d’inspiration monétariste s’oppose à une création publique de monnaie du type circuit du Trésor, donc sans endettement sur les marchés financiers. L’obstacle jusqu’à ce jour quasi rédhibitoire tient à la culture économique de ceux et celles qui gouvernent l’économie et la finance et des experts économistes qui en sont les porte-voix ; mais aussi tous les acteurs des marchés financiers qui perdraient leur rôle et leurs gains. Les grands gestionnaires d’actifs américains ont capturé une part des intérêts économiques, politiques et monétaires. Trois géants contrôlent désormais environ le dixième de toute la capitalisation boursière mondiale. Or ces « élites » politiques, économiques et intellectuelles n’envisagent pas d’injection de nouvelles liquidités sans adossement à une dette financiarisée. En mettant leurs dettes sur les marchés comme n’importe quel autre acteur, les États ont alimenté la financiarisation de l’économie.

23Une autre critique récurrente à l’encontre de l’injection de liquidités est qu’elle relancerait l’inflation. Or, la fin de celle-ci proclamée est un leurre. Voilà plus de vingt ans que d’énormes quantités de liquidités ont été injectées via les créances des banques commerciales et la titrisation dépassant largement l’économie dite « réelle ». La hausse des prix a persisté en portant sur l’immobilier (pour des logements mais aussi des bureaux) et sur les actions, des éléments exclus de l’indice des prix mesurant « l’inflation ». Les causes d’une hyperinflation tiendraient, si les confinements persistaient ou réapparaissaient, à une insuffisance massive de biens produits et de capacités à les transporter.

  • 9 Voir les nombreuses réactions positives et négatives provoquées par la publication de l’appel à une (...)

24La quasi-impossibilité d’un déficit budgétaire, analogue à celui pratiqué par les États après la Seconde Guerre mondiale, cause d’un recours massif des États aux marchés financiers, conduit à un endettement risqué si les taux d’intérêt augmentent ; ou, au-delà des actuels refus9, anticipe une annulation ou une résolution de cette dette. En attendant, face aux blocages politiques et culturels (jusqu’à quand ?) vis-à-vis d’une annulation ou d’une résolution des dettes conservées par les banques centrales, une proposition réaliste consisterait à articuler émission et circulation monétaires entre différents échelons d’acteurs et d’entités collectives. Telle l’émission par une collectivité territoriale de promesses de paiement, fondées sur leur engagement à les honorer et circulant ensuite entre entreprises et entre citoyens comme de quasi-moyens de paiement. Certaines provinces d’Argentine l’ont fait jusque dans les années 2000 (Coutrot & Théret, 2019 ; Martinache et al., 2019). À des échelons locaux l’accroissement des liquidités et de la vitesse de circulation de la monnaie pourrait aussi se faire par appui de collectivités territoriales aux groupes de monnaies locales complémentaires et aux systèmes de crédit interentreprises analogues aux WIR (Wirtschaft) en Suisse ou au Sardex italien (Blanc, 2020).

Conclusion

25Au-delà des apparences et de discours du type « nous avons compris que tout devait changer et que nous étions dans l’erreur », a été montré que ces prétendues solutions, parce qu’elles reproduisent les éléments déterminants de l’organisation économique et financière passée, dessinent essentiellement demain à l’image d’hier. La présente crise et sa gestion manifestent l’impuissance du référent néolibéral à répondre aux besoins collectifs et individuels pour la vie du plus grand nombre. Or, au-delà des apparences et des déclarations, il est toujours proposé comme l’ingrédient essentiel d’un remède supposé efficace en tout lieu et en tout temps. Ce faisant, la masse des fonds déversés par les banques centrales et les États ne parvient que très partiellement jusqu’aux destinataires finaux supposés, c’est-à-dire les consommateurs et les entrepreneurs investissant. Le secteur financier, occupant une position rentière dans le fonctionnement de l’économie (Hudson, 2021), continue d’en absorber une grande partie. L’illustre la remontée spectaculaire des cours sur les marchés financiers alors que le plus grand nombre des activités de production et d’échange apparaissaient encore fortement atteintes… L’anticipation par les acteurs financiers d’une prochaine reprise durable des activités de production et d’échange risque d’être illusoire.

26Actuellement, deux éléments fondamentaux doivent être retenus qui ont continué de fonctionner et de s’amplifier :

  • le développement des flux financiers avec la valorisation des actifs financiers au travers de la création monétaire nouvelle via les banques centrales ;

    • 10 À cet égard en donne une indication la tentative en juin 2019 de Facebook avec la cryptomonnaie Lib (...)

    et l’amplification gigantesque des flux d’informations gérés par les acteurs d’Internet qui ont joué un rôle crucial croissant. On observe un processus en cours de « fusion-absorption » entre le secteur financier et celui des plates-formes des grands acteurs d’Internet10. Nous n’en sommes pas encore là mais les proximités sont fortes entre la gestion, la captation et la valorisation des flux financiers et celles des flux d’informations.

27Le diagnostic faisant actuellement autorité parmi les gouvernants et leurs conseillers est dramatiquement myope. Il esquive une analyse des fondamentaux de l’organisation des sociétés-économies, en particulier, parce que les trois éléments cruciaux de l’existence, la nature, la monnaie et le travail sont traités comme des marchandises alors que leur reproduction en tant que telles se révèle impossible, comme l’a analysé Karl Polanyi en les comprenant comme des « marchandises fictives ». L’analyse se cantonnant à un duo Marché/État et mobilisant le second au bénéfice du premier, ignore les communs alors qu’ils sont au cœur de la monnaie comme de la nature et du travail. Leur reconnaissance et leur bonne gestion supposent (Servet, 2020) :

  • d’intégrer la société civile et ses organisations représentatives ;

  • de reconnaître la pertinence d’une démocratie nouvelle par l’ensemble des parties prenantes ;

    • 11 Une subsidiarité ascendante permet de résoudre les problèmes locaux localement et ne réfère à une i (...)

    d’asseoir celle-ci sur un principe de délégation des prises de décisions par une subsidiarité ascendante11 ;

  • et pour assurer tant une certaine cohérence de la multitude des actions décentralisées que la satisfaction de l’intérêt général, le retour à une coordination globale des intérêts particuliers.

28Rompre avec l’hégémonie, tant pratique qu’idéologique, du néolibéralisme, aux échelons tant globaux et nationaux que locaux, est impossible sans intégrer simultanément ces quatre exigences, en particulier dans le champ monétaire et financier en raison de sa place actuelle dans la reproduction du système. Cela suppose que soit privilégiée une interdépendance reconnue et pratiquée comme telle de l’ensemble des activités humaines et avec leur environnement. Autrement dit doit primer un esprit de solidarité et de coopération dans la gestion d’une économie pensée elle aussi comme un commun à des échelons tant globaux et nationaux que locaux.

29Le chemin pour y parvenir (voire déjà pour s’y engager résolument) ne pourra qu’être très long. Mais y a-t-il d’autres issues possibles, y compris pour résoudre le défi climatique et la crise environnementale, dont celle de la covid-19 n’est peut-être déjà qu’un épiphénomène et une première alarme.

Haut de page

Bibliographie

Aglietta M. (dir) (2019), Capitalisme : le temps des ruptures, Paris, Odile Jacob, coll. « Économie ».

Arnsperger C. (2015), « Monnaie », in D. Bourg & A. Papaux (dir.), Dictionnaire de la pensée écologique, Paris, PUF, p. 652-654.

Audier S. (2012), Néolibéralisme(s) : une archéologie intellectuelle, Paris, Bernard Grasset.

Audier S. (2021), « Il n’y aura pas de mutation écologique sans mutation égalitaire », Marianne. URL : https://www.marianne.net/agora/entretiens-et-debats/serge-audier-il-ny-aura-pas-de-mutation-ecologique-sans-mutation-egalitaire [consulté le 31/03/2021]

Bauman Z. (2007), Le présent liquide, Paris, Seuil.

Bichot J. (2020), « La grande affaire des dettes publiques », L’économie au service de l’homme. URL : http://www.economiematin.fr/news-dette-publiques-grande-affaire [consulté le 31/03/2021]

Blanc J. (2020), « Politiques territoriales de résilience et de transition écologique : la piste des monnaies locales ? », Terra Nova. URL : http://tnova.fr/notes/politiques-territoriales-de-resilience-et-de-transition-ecologique-la-piste-des-monnaies-locales [consulté le 31/03/2021]

Bohoslavsky J. P. (2020). Private debt and human rights : report, GE.20-00054 (E),Human Rights Council, Forty-third session  URL : https://www.undocs.org/A/HRC/43/45 [consulté le 31/03/2021]

Bourdeau M. (2020), « Les aides coronavirus pour les Américains pourraient finir dans la poche des banques », Huffpost. URL : https://www.huffingtonpost.fr/entry/les-aides-coronavirus-pour-les-americains-pourraient-finir-dans-la-poche-des-banques_fr_5e96069ec5b6a7e383dfd925 [consulté le 31/03/2021]

Boyer R. (1987), La théorie de la régulation, une analyse critique, Paris, La Découverte.

Boyer R. (2020), Le capitalisme à l’épreuve de la pandémie, Paris, La Découverte.

Cabannes M. (2021), « Le néolibéralisme et la démocratie dégradée », Les Possibles, no 27.

Coutrot T. & T. Bruno (2019), « Système fiscal de paiement complémentaire : un dispositif pour renverser l’hégémonie », Revue Française de Socio-Économie, vol. 22, no. 1, p. 163-170.

Coriat B. (2020), « L’âge de l’anthropocène, c’est celui du retour aux biens communs », Mediapart. URL : https://www.mediapart.fr/journal/economie/160520/benjamin-coriat-l-age-de-l-anthropocene-c-est-celui-du-retour-aux-biens-communs [consulté le 31/03/2021]

Descamps C. (2021), « L’annulation de la dette est une manœuvre opportuniste et dangereuse » Le Monde, URL : https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/01/22/christian-descamps-l-annulation-de-la-dette-est-une-man-uvre-opportuniste-et-dangereuse_6067157_3232.html [consulté le 31/03/2021]

Dockès P. (1987), « Un bilan des analyses de la crise », M (Marxisme, mouvement), no 13, p. 25-30.

Dockès P. (2017), Le capitalisme et ses rythmes : quatre siècles en perspective. Tome I, Sous le regard des géants, Paris, Classiques Garnier.

Dockès P. (2019), Le capitalisme et ses rythmes : quatre siècles en perspective. Tome II, Splendeurs et misère de la croissance, Paris, Classiques Garnier.

Dufrêne N. & A. Grandjean (2020), La monnaie écologique. Pour sauver la planète, Paris, Odile Jacob.

Dufrêne N., Giraud G. & A. Grandjean (2020), Réponse à Henri-Sterdyniac. URL : https://alaingrandjean.fr/wp-content/uploads/2020/11/reponse-henri-sterdyniac-monnaie-ecologique.pdf [consulté le 31/03/2021]

Dupuy J.-P. (2020), « Si nous sommes la seule cause des maux qui nous frappent, alors notre responsabilité devient démesurée », par Antoine Reverchon. URL : https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/07/03/jean-pierre-dupuy-si-nous-sommes-la-seule-cause-des-maux-qui-nous-frappent-alors-notre-responsabilite-devient-demesuree_6045012_3232.html [consulté le 31/03/2021]

Fonds Monétaire International (2021), « Fiscal monitor, a fair shot ». URL : https://www.imf.org/en/Publications/FM/Issues/2021/03/29/fiscal-monitor-april-2021 [consulté le 04/06/2021]

Giraud G. (2020), Audition au Sénat, 13 mai. ULR : https://www.publicsenat.fr/article/politique/covid-19-c-est-une-repetition-generale-paradoxalement-pas-si-severe-que-ca-182539 [consulté le 31/03/2021]

Godechot O. (2015), « Variétés de financiarisation et accroissement des inégalités », Revue Française de Socio-Économie, vol. hors-série, no 2, p. 51-72. URL : https://www.cairn.info/revue-francaise-de-socio-economie-2015-2-page-51.htm [consulté le 31/03/2021]

Harvey D. (2005), The New Imperialism, Oxford, Oxford University Press.

Hudson M. (2021), Dette, rente et prédation néolibérale, Lormont, Au bord de l’eau.

Landau J.-P. (2020), « La monnaie après le covid-19 » Commentaire, no 172, p. 841-844.

Lapavitsas C. (2009), « Financialised Capitalism : crisis and financial expropriation ». Historical Materialism vol. 17 no 2, p. 114-148. URL : https://brill.com/view/journals/hima/17/2/article-p114_6.xml?language=en [consulté le 31/03/2021]

Lemoine B. (2016), L’ordre de la dette : enquête sur les infortunes de l’État et la prospérité du marché, Paris, La Découverte.

Martinache I., Roman P. & G. Thiry (dir.), « Débat & controverse : le projet de monnaie fiscale complémentaire », Revue française de socio-économie, no 22. URL : https://journals.openedition.org/lectures/35104?lang=fr [consulté le 31/03/2021]

Morvant-Roux S. & J.-M. Servet (2020), « Rompre véritablement avec l’orthodoxie financière persistante », Le Monde. URL : https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/05/08/rompre-veritablement-avec-l-orthodoxie-financiere-persistante_6039033_3232.html [consulté le 31/03/2021]

Morvant-Roux S., Servet J.-M. & A. Tiran (2020), « Face à l’urgence humanitaire, un revenu de base temporaire, fondant et préparant un au-delà de la crise », in Menétrey-Savary A.-C., Maham R. & L. Recordon (dir.), Tumulte postcorona. Les crises, en sortir et bifurquer, Lausanne, Éditions d’en bas, p. 80-84.

Peters A. (2020), « Le don monétaire. La force de la monnaie au service du bien commun », André Peters. URL : https://andrepeters.net/2020/04/14/le-don-monetaire/ [consulté le 31/03/2021]

Polanyi K. (1983), La grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard.

Scialom L. & B. Bridonneau (2020), Crise économique et écologique : osons des décisions de rupture, Terra Nova. URL : https://tnova.fr/notes/crise-economique-et-ecologique-osons-des-decisions-de-rupture [consulté le 31/03/2021]

Servet J.-M. (2010), Le grand renversement. De la crise au renouveau solidaire, Paris, Eyrolles.

Servet J.-M. (2020), « La démocratie par partie prenantes, une alternative à la démocratie par le vote », La pensée écologique. URL : https://lapenseeecologique.com/entretien-avec-jean-michel-servet-la-democratie-par-parties-prenantes-une-alternative-a-la-democratie-par-le-vote/ [consulté le 31/03/2021]

Servet J.-M. (2021a), « La science économique peut-elle survivre à la crise actuelle ? À propos de : Pierre Dockès, Splendeurs et misère de la croissance, Classiques Garnier », La Vie des idées. URL : https://laviedesidees.fr/La-science-economique-peut-elle-survivre-a-la-crise-actuelle.html [consulté le 31/03/2021]

Servet J.-M. (2021b), « Les dépenses publiques. Quoi qu’il en coûte ? », Revue du MAUSS permanente. URL : http://www.journaldumauss.net/./?Les-depenses-publiques-Quoi-qu-il-en-coute [consulté le 31/03/2021]

Servet J.-M. (2021c), « Mieux vaut s’endetter davantage pour remettre son économie à flot », La vie autrement. Le Blog de Philippe Le Bé. URL : https://blogs.letemps.ch/philippe-le-be/2021/01/23/jean-michel-servet-les-etats-qui-pratiquent-le-plus-rapidement-une-forte-austerite-pour-rembourser-leurs-dettes-seront-aussi-ceux-qui-auront-le-plus-de-peine-a-sen-sortir/?subscribe=pending#blog_subscription-2 [consulté le 31/03/2021]

Servet J.-M. (2021d), « La résolution de la dette de la covid-19 ou sa transformation en dette perpétuelle n’ont rien d’une “manœuvre opportuniste et dangereuse” », Revue du MAUSS permanente. URL : http://www.journaldumauss.net/?Jean-Michel-Servet-La-resolution-de-la-dette-de-la-Covid-19-ou-sa [consulté le 31/03/2021]

Sirello O. (2020), « Qui a acheté les dettes en zone euro depuis le début de la crise sanitaire ? », Bloc-Notes Eco, Billet n188, Banque de France. URL : https://blocnotesdeleco.banque-france.fr/billet-de-blog/qui-achete-les-dettes-en-zone-euro-depuis-le-debut-de-la-crise-sanitaire [consulté le 04/06/2021]

Sobel R. (2005), « Dé-penser l’économique sans Mauss et avec Polanyi », L’Homme et la société, n156-157, p. 169-183. URL : https://www.cairn.info/revue-l-homme-et-la-societe-2005-2-page-169.htm [consulté le 31/03/2021]

Sterdyniak H. (2020), La monnaie magique encore, une lecture de l’ouvrage : « Une monnaie écologique ». URL : https://blogs.mediapart.fr/henri-sterdyniak/blog/071120/la-monnaie-magique-encore-une-lecture-de-l-ouvrage-une-monnaie-ecologique [consulté le 31/03/2021]

Stiegler B. (2019), « Il faut s’adapter » : sur un nouvel impératif politique, Paris, Gallimard, coll. « NRF Essais ».

Swartz L. (2020), New Money : how payment became social media, New Haven, Yale University Press.

Théret B. (dir.) (1995), L’État, la finance et le social. Souveraineté nationale et construction européenne, Paris, La Découverte.

Théret B. (2010), « L’argent public et les régimes économiques de l’ordre politique », Genèses, n80, p. 136-152. URL : https://www.cairn.info/revue-geneses-2010-3-page-136.htm [consulté le 31/03/2021].

Théret B. (2021), « La bourse et la vie : crise du capitalisme et crise sanitaire », AOC. Analyse, Opinion, Critique. URL : https://aoc.media/analyse/2021/02/11/la-bourse-et-la-vie-crise-du-capitalisme-et-crise-sanitaire/?loggedin=true [consulté le 31/03/2021].

Théret B. & B. Lemoine (2020), « Il est possible de construire un circuit du trésor européen écologique », Gestion & Finances Publiques, vol. 4, no 4, p. 53-59. URL : https://gfp.revuesonline.com/articles/lvgfp/abs/2020/04/lvgfp20204p53/lvgfp20204p53.html

Haut de page

Notes

1 Ajoutons que rien ne garantit que le même virus, ou d’autres similaires, voire pire s’ils ont une propagation aérienne, ne réapparaitra plus ou moins rapidement. Voir l’audition de Gaël Giraud (2020) sur Public Sénat.

2 Pour éviter de ne retenir que la dimension sanitaire et insister sur les contraintes et les conséquences des choix politiques de gestion de la crise, sans doute serait-il plus pertinent de désigner son événement comme « Grand confinement » plutôt que comme pandémie du coronavirus qui affecte les pays (d’abord Chine, Italie, France, Espagne). Elles sont caractérisées par une incapacité immédiate voire durable de faire face à la multiplication de cas graves liés à ce virus. La solution appliquée, par des gouvernements pris au dépourvu, celle du confinement, explique la récession mais elle se répercute également sur les pays n’ayant pas opté pour un confinement strict mais dépendants pour leurs exportations ou le tourisme.

3 Elle veille à ne pas isoler les questions « économiques et financières », des questions « sociales » et des questions « environnementales » ne relevant pas de domaines supposés distincts et qu’il serait possible d’appréhender séparément (Polanyi, 1983). Il faut les penser rétroagissant par interactions pour comprendre les multiples dimensions, facteurs et surdéterminations de la crise actuelle.

4 Dans un échange de emails, François Morin a appuyé l’adoption de ce terme « résolution » proposé dans Servet, 2021d et il a apporté les précisions suivantes. « Depuis 2014, lorsqu’une banque commerciale menace de faire faillite, a été mis en place à l’échelon européen un mécanisme dit de « résolution bancaire ». Celui-ci fait référence à un ensemble de mesures d’ordre réglementaire organisant la liquidation ordonnée d’un établissement financier en défaillance, en protégeant au maximum les dépôts des épargnants et en réduisant au minimum la charge pour les contribuables, l’État intervenant alors toujours en dernier ressort. Avec la directive 2014/59/UE dite BRRD ou Bank Recovery and Resolution Directive, cette réglementation est dénommée « mécanisme de résolution unique » qui établit donc un cadre pour le redressement et la résolution des établissements de crédit.

5 Dans le cas français, plus de 75 milliards d’euros sont venus soutenir la profitabilité et la trésorerie des entreprises en 2020. À cela s’ajoutent les 100 milliards du plan de relance, presque intégralement fléchés sur les entreprises. Certaines entreprises comme Air France devront être à nouveau renflouées.

6 Voir : https://www.xerficanal.com/economie/emission/Olivier-Passet-Face-a-la-crise-faut-il-nationaliser_3749369.html

7 Certains, comme Scialom, Bridonneau et Peters (2020), ont proposé que se mette en place une logique de « don ». Pour une discussion de la proposition d’annulation de la dette, voir : Servet, 2021b ; 2021c ; 2021d.

8 Sur les actuelles controverses portant la création monétaire, on peut lire avec étonnement les récentes critiques de Sterdyniak (2020) traitant ceux et celles défendant des idées opposées aux siennes d’« illuminés »… à l’encontre de Dufrêne et Grandjean, 2020. Voir leur réponse avec Giraud (Dufrêne, Giraud & Grandjean, 2020).

9 Voir les nombreuses réactions positives et négatives provoquées par la publication de l’appel à une annulation des dettes publiques détenues par la BCE, tribune signée par plus de 150 économistes de treize pays européens dans la presse européenne le 5 février 2021 [http://www.cadtm.org/TRIBUNE-Annuler-les-dettes-publiques-detenues-par-la-BCE-pour-reprendre-en-main]. Une réponse d’économistes de gauche opposés à l’annulation [https://dette-publique.eu/] parue le 28 février 2021 a elle-même donné aussitôt lieu à de nombreuses tribunes et débats.

10 À cet égard en donne une indication la tentative en juin 2019 de Facebook avec la cryptomonnaie Libbra, devenue en décembre 2020 Diem, subdivisée en étant adossée elle à plusieurs devises.

11 Une subsidiarité ascendante permet de résoudre les problèmes locaux localement et ne réfère à une instance supérieure que si son intervention se révèle indispensable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Solène Morvant-Roux, Jean-Michel Servet et André Tiran, « « Quoiqu’il en coûte ? » », Revue de la régulation [En ligne], 29 | 2021, mis en ligne le 02 mai 2021, consulté le 14 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/regulation/18679 ; DOI : 10.4000/regulation.18679

Haut de page

Auteurs

Solène Morvant-Roux

Université de Genève, Suisse ; solene.morvant@unige.ch

Articles du même auteur

Jean-Michel Servet

IHEID, Suisse et laboratoire CNRS Triangle, université de Lyon 2 ; jean-michel.servet@graduateinstitute.ch

Articles du même auteur

André Tiran

Laboratoire CNRS Triangle, université de Lyon 2 ; andre.tiran@univ-lyon2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search