Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30 | 1er semestre/spring 2021Dossier « Les figures de l'État-a...Lutte contre l’inflation : enjeux...

Dossier « Les figures de l'État-actionnaire »

Lutte contre l’inflation : enjeux de la fixation des salaires à Électricité de France

Controlling inflation: wage setting issues at Électricité de France
Lucha contra la inflación: desafío de la fijación de los salarios en Electricité de France
Hélène Bénistand

Résumés

En 1946, la création d’EDF s’inscrit dans la lignée du programme du Conseil national de la Résistance et vise à assurer la souveraineté nationale en créant des « champions nationaux ». Dans le cadre de sa politique de lutte contre l’inflation, l’État s’emploie à contrôler les salaires dans tous les domaines. Cela revient à imposer aux entreprises comme EDF des objectifs dépassant leurs enjeux propres. Dans les industries de flux, comme EDF, la fixation des salaires soulève des problématiques particulières. Le maintien du flux productif repose sur le fonctionnement continu des installations. Dans le cadre d’un travail de « surveillance-contrôle », les travailleurs mobilisent leurs compétences dans des situations parfois imprévisibles. Cela semble appuyer l’idée que ces derniers méritent un salaire plus élevé que la moyenne et un statut social protecteur, dont le but est en partie d’« acheter » la paix sociale. Or, cette logique se heurte à la volonté de la tutelle de maîtriser les salaires du secteur public du fait de leur effet d’entraînement supposé sur le secteur privé. L’entreprise EDF, sous la direction d’André Decelle, tente alors de lier l’évolution des salaires à la productivité en développant des calculs de productivité globale, pour prouver la légitimité des hausses de salaire. Ces luttes autour des salaires amènent plus globalement à poser la question du statut d’une entreprise publique : est-elle maîtresse de sa gestion ou est-elle nécessairement un outil, soumis aux enjeux économiques nationaux ? Cet article vise à montrer que la question des salaires cristallise la tension entre les objectifs politiques poursuivis par l’État et la gestion rationnelle de l’entreprise, portée par les ingénieurs-économistes dirigeants de l’entreprise.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie les rapporteurs anonymes qui ont relu, commenté et corrigé les différentes versions de l’article pour leurs suggestions. Je remercie les membres de Phare, et en particulier Ariane Dupont-Kieffer, Léon Guillot, Yara Zeineddine et Jean Dellemotte pour les discussions fructueuses et leurs relectures. Je remercie le personnel des centres d’archives qui m’a accompagné dans le travail préparatoire à la rédaction.

Introduction

  • 1 Centre des archives économiques et financières (1967), 512.1 RAP/MAG, Groupe de travail du Comité i (...)

1En 1967, dans le contexte de la publication du rapport Nora (Burlaud & Laufer, 1980), l’État doit prouver que le recours aux entreprises publiques est le moyen le plus efficace et le moins coûteux d’atteindre les objectifs qu’il se fixe1. Cette vision de la gestion des entreprises publiques par l’État est à l’opposé de celle qui préside à la création d’Électricité de France (EDF).

  • 2 Archives nationales (1948), 19770385/2, Direction du gaz, de l’électricité et du charbon, Rapport s (...)

2Cette entreprise intégrée, créée en même temps que Gaz de France (GDF), apparaît avec le décret-loi du 8 avril 1946 qui met à disposition de la nation toutes les branches de l’industrie des énergies électriques et gazières. La nationalisation donne lieu à un long travail d’harmonisation des 700 sociétés préexistantes (Vuillermot, 2003 ; Barjot, 2013). Ainsi, jusqu’aux années 1960, l’État contribue à la structuration du secteur public en définissant son statut juridique et ses règles de fonctionnement (Daumas, 2005). Il faut également établir une structure hiérarchique et un statut commun à plusieurs dizaines de milliers de travailleurs. Parallèlement, la forte hausse des besoins en gaz et en électricité met en évidence l’insuffisance du réseau électrique français et la nécessité d’accélérer la reconstruction, l’aménagement et la création d’infrastructures. Alors que l’immédiat après-guerre est marqué par des coupures et des restrictions, les ventes d’électricité en 1946 dépassaient de 16 % celles2 de 1938.

3La nationalisation s’inscrit dans la lignée du programme du Conseil national de la Résistance3 et vise à assurer la souveraineté nationale en créant des « champions nationaux » placés sous l’égide de l’État (Daumas, 2005, p. 174). Le champion national, tel que défini par Scott Viallet-Thévenin, renvoie à la défense par les salariés de l’idée selon laquelle la gestion optimale du secteur de l’énergie reposerait sur les entreprises publiques (Viallet-Thévenin, 2015, p. 761). Selon lui, le modèle de champion national répondrait à des objectifs politiques.

4La nationalisation répond à des enjeux structurels, en donnant à l’État la maîtrise d’un secteur stratégique dans le cadre de la reconstruction. En termes conjoncturels, il peut agir sur les tarifs et les salaires pour lutter contre l’inflation, ou encore moduler l’enveloppe d’investissement pour faire face à des fluctuations économiques. Les entreprises publiques sont également les vecteurs d’un « aménagement du marché », par exemple en maintenant des activités jugées non rentables (Victorri, 1979, p. 73).

5Ainsi, la fixation des tarifs et des salaires à EDF révèle des enjeux en matière de lutte contre l’inflation externes à l’entreprise. Les luttes autour des salaires amènent plus globalement la question du statut d’une entreprise publique : est-elle maîtresse, comme toute entreprise, de sa gestion, ou est-elle un instrument soumis aux enjeux économiques nationaux ? Avec le rapport Nora, la maîtrise des salaires du secteur public comme outil de lutte contre l’inflation est remise en question. Plus précisément, le recours aux entreprises publiques à des fins qui leur sont extérieures ne doit être possible que si elles sont le meilleur moyen d’y parvenir et que le coût de ces interventions est précisément évalué (Victorri, 1979).

Finalement, à ses missions internes de production et distribution d’énergie s’ajoutent des objectifs externes reposant sur un impératif de pilotage et d’exemplarité dans la fixation des prix et des salaires, mais également d’une politique salariale sociale. La question devient celle de l’articulation entre ces objectifs externes et la gestion par l’entreprise de ses propres finalités.

  • 4 Au-delà de ces éléments, le statut social d’EDF vient de l’harmonisation des statuts très différent (...)
  • 5 Commission des communautés européennes (1967), Critères à la base de la fixation des salaires et pr (...)

6Cet article vise à montrer que c’est notamment parce que l’État ne tient pas compte du fait qu’EDF est une entreprise de flux que la lutte contre l’inflation par la maîtrise des salaires peut être vue comme constituant une entrave au « bon » fonctionnement de cette entreprise et au maintien de la production. En effet, pour EDF, dont la production ne peut être stockée, les hausses de salaire sont l’un des moyens de maintenir le flux productif et, en conséquence, le flux de profit (Vatin, 1987). Le fonctionnement des industries de flux tient principalement à la capacité des salariés à intervenir dans des situations parfois imprévisibles (id.). Ainsi, les salariés doivent être capables de rétablir la production en cas d’arrêt imprévu. Le salaire et le statut du personnel d’EDF visent donc notamment4 à rémunérer les compétences des travailleurs, à les fidéliser et à prévenir tout arrêt volontaire de la production par les salariés. Ces spécificités de fonctionnement du secteur électrique se heurtent à la volonté de la tutelle de maîtriser les salaires du secteur public, du fait de leur effet d’entraînement supposé sur le secteur privé (Picard, Beltran & Bungener, 1985). Si les hausses de salaire se propagent entre secteurs (Dessau, 1963, p. 510), que la lutte contre l’inflation nécessite la maîtrise des salaires5 et que le secteur public agit comme un signal pour le secteur privé en termes de négociations sur les salaires (Pougnaud, 1985, p. 35), la maîtrise des salaires des entreprises publiques, et du secteur public dans sa globalité, devient primordiale.

7Au-delà de son statut de monopole public et des enjeux de la nationalisation, c’est surtout son caractère d’industrie de flux, et les conséquences de cette dernière sur la politique salariale, qui nous semblent faire d’EDF un cas d’étude intéressant dans le cadre de la réflexion portant sur la lutte contre l’inflation. Cela nous amènera à interroger les relations et les divergences d’intérêts entre la tutelle, la direction et les salariés de l’entreprise.

  • 6 André Decelle est polytechnicien et ingénieur des ponts et chaussées. En 1956, il devient directeur (...)
  • 7 Marcel Boiteux est normalien (1942), agrégé de mathématiques (1946) et diplômé en section économiqu (...)

8La divergence d’intérêts se traduit par des conflits autour des salaires, marqués par des grèves. Les compétences techniques des travailleurs d’EDF sont mises au service de leurs revendications : il ne s’agit plus de maintenir le flux productif, mais au contraire de l’interrompre. Face à cela, EDF, sous la direction d’André Decelle6 (1962-1967) et à l’instigation de Marcel Boiteux7, essaie de lier l’évolution des salaires à celle de la productivité en développant des calculs de productivité globale (Massé & Bernard, 1969 ; Vincent, 1965, 1968, 1969, 1971). Il s’agit de légitimer les hausses de salaire par la production (Frost, 1985).

9La position de l’État s’oppose donc à celle de l’entreprise et de ses dirigeants, principalement des ingénieurs-économistes. Il semble alors qu’EDF a deux spécificités. Une première, d’ordre interne, comme entreprise de flux dans le cadre de la reconstruction puis de la lutte contre l’inflation. Une seconde, d’ordre externe, comme élément clé de la politique économique menée par l’État. Avant d’examiner l’intérêt commun que constitue la contractualisation de la grève, c’est la tension entre ces deux spécificités que nous essaierons de mettre en lumière en analysant la gestion d’EDF entre 1946 et le début des années 1970. La direction d’EDF a tenté de trouver des éléments économiques internes pour justifier sa politique salariale, mais l’État ne va pas s’en satisfaire et imposera une approche contractuelle de la grève.

10Cet article mobilise principalement des éléments d’histoire de la pensée économique et d’histoire économique : la première permet de saisir la nature des arguments quand la seconde rend perceptibles les raisons de leur développement ou disparition. L’étude s’appuie sur un travail de dépouillement d’archives (annexe), afin de mieux saisir le discours des différents acteurs et d’obtenir des données sur cette entreprise. Elle exploite des travaux peu connus, notamment ceux d’André L.-A. Vincent sur la productivité globale des facteurs. Nous mobilisons également des outils de sociologie, en particulier le concept d’industrie de flux emprunté à François Vatin (Vatin, 1987) : il nous semble constituer une grille de lecture intéressante des modes de production d’une entreprise telle qu’EDF.

11Notre argumentation s’organisera autour de deux axes. Nous essaierons d’abord de saisir la nature des relations entre l’État et EDF dans le cadre de la lutte contre l’inflation de 1946 à 1962, année de la nomination d’André Decelle à la direction de l’entreprise. Pour cela, nous questionnerons la double identité qui marque cette entreprise publique, à la fois champion national – du fait de son rôle dans la politique économique – et entreprise de flux. Puis, nous discuterons la contradiction qui peut exister entre le rôle alloué par l’État à la maîtrise des salaires dans le cadre de sa politique de lutte contre l’inflation et la continuité du flux productif. Le deuxième temps de cet article questionnera la réponse des dirigeants de l’entreprise, ingénieurs-économistes, à la maîtrise des salaires imposée par l’État : la productivité globale des facteurs comme outil de preuve par la production (1962-1970). Enfin, nous verrons pourquoi, malgré cet outil, la politique salariale fut complétée par la contractualisation de la grève.

1. L’État, EDF et la lutte contre l’inflation : entre fluidité industrielle et mise au service de l’État (1945-1962)

12La période est marquée par des tâtonnements organisationnels, techniques et politiques importants dans ce secteur public contraint par la fluidité industrielle et sa mission de service public : pourvoir aux besoins en électricité de tous (Viallet-Thévenin, 2015, p. 766) et être un exemple dans la fixation des salaires (Pougnaud, 1985). Il s’agira donc d’abord de caractériser le fonctionnement d’EDF à deux titres : comme champion national et comme entreprise de flux. Cela nous amènera notamment à interroger le rôle de cette entreprise dans le cadre de la politique de lutte contre l’inflation. Puis, nous concentrant sur cette dernière, nous nous demanderons si la maîtrise des salaires, à cette fin de politique économique, n’est pas en contradiction avec la continuité du flux.

1.1. EDF : une entreprise dont le flux stratégique en fait un champion national

  • 8 Centre des archives économiques et financières (1967), 512.1 RAP/MAG, Groupe de travail du Comité i (...)

13Les entreprises publiques ont joué un rôle crucial dans la reconstruction et le développement de la France d’après-guerre, en particulier dans les secteurs du transport et de l’énergie (Barjot, 2013, p. 55). La politique de nationalisation est « menée au nom de l’affirmation de la souveraineté nationale. Cette stratégie est la forme prise par l’intervention de l’État, lorsque l’initiative privée était défaillante, dans des secteurs stratégiques où l’objectif était de faire naître des “champions nationaux” en utilisant une technologie de pointe » (Daumas, 2005, p. 174). Toutefois, leur double rôle dans la planification fait apparaître un paradoxe : ce sont des « entreprises de caractère industriel et commercial, vouées à l’efficacité, mais aussi [un] support privilégié d’interventions et contraintes d’intérêt général destinées à favoriser la politique économique et sociale des pouvoirs publics8 ».

14Dès la Libération, la nationalisation de l’électricité répond à des enjeux économiques : Pierre Vallé, chef de cabinet du ministère de la Production industrielle, estime les investissements nécessaires dans le secteur énergétique à une centaine de milliards de francs de l’époque (Picard, Beltran & Bungener, 1985, p. 2). L’importance des investissements envisagés tient à la volonté de développer le potentiel hydro-électrique de la France, pour réduire la dépendance extérieure au charbon. En raison de l’importance qui est donnée à EDF dans la politique économique, mais aussi de l’importance des investissements qui y sont faits, cette entreprise publique semble bien correspondre à l’objectif fixé par sa création : constituer un champion national.

Tableau 1. Financement des investissements d’EDF (1958-1965)

Renseignements comptables

Prévisions actualisées

Estimations prévisionnelles

1958

1959

1960

1961

1962

1963

1964

1965

Financement

2.567

2.898

2.823

2.840

3.152

3.380

3.985

4.265

Ressources propres nettes (après remboursement d’emprunt)

372

573

376

349

509

300

225

150

Emprunts 

  • FDES

1.148

1.490

1.680

1.550

1.500

3.041

3.725

4.085

  • Emprunts publics

614

775

798

867

1.012

Autres ressources extérieures (crédits bancaires, BEI, dommages de guerre…)

233

60

- 31

74

131

39

35

30

Note : les sommes sont exprimées en millions de nouveaux francs.

Source : EDF GDF Archives (1962), boîte no 823168, Renseignements demandés par la Direction du Budget au Ministère des Finances, par la voie de M. J. P. Martin, Contrôleur d’État, 29 août

  • 9 Ce fonds, créé en 1955 par la réunion de différents fonds précédemment mis en place par l’État, est (...)
  • 10 Le plan d’amélioration et de développement de l’électricité et du gaz est prévu par l’article 25 de (...)

15L’engagement de l’État en faveur de l’amélioration du secteur électrique français est visible dans la part que représentent les montants versés par le fonds de développement économique et social9 (FDES) : ils constituent environ la moitié des investissements de l’entreprise publique entre 1958 et 1965 (tableau 1). Par ailleurs, l’organisation de l’entreprise traduit l’engagement politique en faveur du développement de ce secteur industriel, ce qui est visible dans les multiples projets qui y sont menés (développement de la production hydro-électrique, nucléaire, etc.). La création de la Caisse nationale d’équipement de l’électricité et du gaz participe de cette logique, en mettant à disposition des services nationaux les moyens financiers nécessaires à la réalisation de leurs objectifs, et notamment à la réalisation du plan d’amélioration et de développement de l’électricité et du gaz10. Elle peut emprunter pour répondre aux divers besoins de financement et ces emprunts peuvent être garantis par l’État, qui réaffirme ainsi une volonté d’encourager le progrès des secteurs électriques et gaziers en France.

16Le niveau d’investissement dans le secteur électrique répond à son caractère d’industrie de réseau. En effet, en plus d’être une industrie de flux, car sa production fonctionne sur le principe d’une circulation continue de la matière dans les installations, le secteur est une industrie de réseau, caractérisée par l’importance de ses infrastructures et le poids des coûts fixes par rapport aux coûts variables. Les missions de service public et l’investissement de l’État dans ces industries impliquent l’intervention d’un régulateur, ici l’État, qui doit notamment veiller à l’intérêt collectif (Percebois, 2001, p. 819 ; Guerrien & Gün, 2012, p. 448). EDF est donc à la fois entreprise de flux et industrie de réseau. La quasi-impossibilité de stocker l’énergie contraint le mode de production de cette industrie, ce qui est perceptible à l’aune du concept de fluidité industrielle : c’est parce que la production est un flux que sa continuité constitue un enjeu majeur de la politique industrielle de cette entreprise. L’activité d’un système de production électrique, dans le cas d’une entreprise publique comme EDF, renvoie à un monopole naturel, organisé sous forme de monopole intégré – de droit (Staropoli, Yvrande-Billon, 2009, p. 92). Comme le souligne Marcel Boiteux, le monopole naturel ne concerne finalement que le réseau (Boiteux, 2000, p. 123) : sa duplication aurait un coût trop important (Percebois, 2001, p. 819). Cela implique que les coûts fixes, les investissements, correspondent à un bien public : l’offre est indivisible. Ainsi, parce que l’électricité n’est pas stockable, il faut faire correspondre en permanence offre et demande, sous peine de panne de courant généralisée. Finalement, le monopole naturel détenu sur les réseaux renforce l’importance de la continuité du flux productif et donc de la politique salariale qui la sous-tend.

17Dans une entreprise comme EDF, le coût du travail représente une faible part faible des coûts de production, contrairement au capital et aux coûts des ressources énergétiques. Cela tient au fait qu’EDF est une « industrie de flux » et non pas une industrie de main-d’œuvre, comme le fut par exemple une industrie automobile à l’époque. Ainsi, dans le cas des industries de flux, le niveau de main-d’œuvre est déterminé par la structure de l’usine et non par la quantité produite. Il correspond au nombre de personnes nécessaires pour faire fonctionner les installations. Ce personnel technique doit être hautement qualifié et compétent, car il surveille le flux productif et le rétablit en cas de besoin.

  • 11 Bien que le terme « opérateurs de surveillance-contrôle » désigne principalement les travailleurs d (...)

18Dans ce type d’industrie, la valeur d’un travailleur se mesure alors à la connaissance qu’il a du processus productif et des tâches à accomplir pour que le flux soit maintenu. Ainsi, François Vatin met en avant, concernant les « opérateurs de surveillance-contrôle11 », le fait que « leur importance productive se mesure à la connaissance concrète qu’ils ont du processus productif et à leur responsabilité vis-à-vis de la valeur du produit, voire des installations et de la sécurité des personnes » (Vatin, 1987, p. 143). Leur qualification repose sur l’acquisition de compétences par un processus d’accumulation combinant expérience et transmission des savoirs par les pairs. Ainsi, cette tradition « métiers » leur donne une connaissance concrète du processus productif, malgré sa complexité et sa grande technicité. Leurs compétences relèvent d’un travail hyperqualifié. Les agents sont alors difficilement remplaçables : ainsi pourraient être justifiées des hausses de salaire ayant pour but de prévenir des mouvements de grève.

19Or, les entreprises publiques ont un double rôle puisqu’elles sont à la fois des entreprises industrielles, qui cherchent à maximiser leur efficacité, mais aussi des outils d’intervention publique (Anastassopoulos, 1985). L’État, parce qu’EDF est une entreprise publique, en a fait un instrument privilégié de la politique conjoncturelle de lutte contre l’inflation, au mépris parfois de son « bon » fonctionnement – notamment en contrôlant les hausses de salaire. Cette utilisation d’EDF à des fins de politique conjoncturelle peut être contradictoire avec le type d’industrie dont il s’agit : une industrie de flux.

1.2. De l’exemplarité dans la fixation des salaires : fluidité industrielle et lutte contre l’inflation à EDF

Jacques Victorri montre que le recours aux entreprises publiques dans le cadre de politiques économiques conjoncturelles a été récurrent, notamment par la fixation des salaires et des tarifs au nom de la lutte contre l’inflation. Toutefois, ce recours ne permet pas réellement de l’enrayer, mais en masque seulement certaines manifestations (Victorri, 1979).

Tableau 2. IPC en moyenne annuelle – base 100 = 1970

1949

1950

1951

1952

1953

1954

1955

1956

1957

1958

35,1

39

45,6

51

50,4

50,2

50,8

51,8

53,2

61,2

1959

1960

1961

1962

1963

1964

1965

1966

1967

1969

65,0

67,4

69,6

72,9

76,4

79,0

81

83,2

85,4

89,3

Source : Insee (1990), Annuaire rétrospectif de la France. 1948-1988 : séries longues, Paris, p. 287

  • 12 Sont notamment mises en place les œuvres sociales, dont le budget repose sur le prélèvement de 1 % (...)
  • 13 Direction du personnel du Secrétariat général des groupements d’employeurs des industries électriqu (...)

20Le contrôle constant des salaires du secteur public dans le cadre de la lutte contre l’inflation est principalement établi sur l’effet d’entraînement supposé des salaires du secteur public. La volonté de l’État de maîtriser les salaires est prégnante dans les années 1950 (Picard, Beltran & Bungener, 1985, p. 171), notamment du fait des poussées inflationnistes qui marquent la fin de la décennie et le début des années 1960 (Tableau 2). Ce contrôle exercé sur les salaires d’EDF est possible, car il est compensé par un certain nombre d’avantages sociaux dont les travailleurs bénéficient12 dès 1946, complétés dès 1949 par un tarif préférentiel dans leur accès à l’énergie, considéré comme un avantage en nature et sans effet d’entraînement sur les salaires du privé13.

  • 14 Dans ce courrier, le syndicat met en évidence le fait que pour le personnel employé et ouvrier « à (...)
  • 15 Roger Gaspard, polytechnicien et ingénieur des ponts et chaussées et de l’École supérieure d’électr (...)
  • 16 Le salaire de base correspond au salaire national de début de l’échelle 1, coefficient 100. Il renv (...)

21Les questions salariales sont un élément important de l’histoire d’EDF. Après la guerre, avec la reprise de la croissance, les salaires augmentent par à-coups en raison de l’absence de mécanismes d’ajustement automatiques. La question de la revalorisation des salaires se pose dès 1949. Le syndicat CGT (Confédération générale du travail) du personnel des industries énergétiques de la région parisienne s’adresse14 à Roger Gaspard15, alors directeur général d’EDF, afin d’obtenir une revalorisation du salaire de base16 et de la prime à la production. Les salariés d’EDF ont l’impression d’être lésés par rapport aux salariés du secteur privé : entre 1948 et 1949, le salaire horaire moyen du secteur privé a augmenté de 21 % contre une hausse de 16 % de la rémunération annuelle moyenne des agents d’EDF-GDF (Tableau 3).

Tableau 3. Variation comparée de la rémunération moyenne à EDF et dans le secteur privé (1948-1957)

Année

M

Milliards de frs

E

Nombre d’agents

S

Francs

Ii

Ie

1948

30,7

108.500

283.000

100

100

1949

35,8

109.760

327.000

116

121

1950

40,8

111.880

366.000

129

129

1951

52,2

112.950

463.000

164

163

1952

60,8

112.620

540.000

191

195

1953

62,5

111.760

559.000

198

200

1954

66,7

110.840

602.000

213

211

1955

70,4

109.600

642.000

227

227

1956 (prévu)

78,7

109.880

716.000

253

248

1957 (prévu)

81,3

110.610

735.000

260

M = total des rémunérations EDF et GDF (rubriques comptables) charges annexes de personnel exclues
E = effectifs moyens EDF + GDF au cours de l’année
S = M/E = rémunération annuelle moyenne par agent
Ii = indice (base 1948 = 100) de la rémunération annuelle moyenne par agent à EDF/GDF
Ie = indice (base 1948 = 100) du salaire horaire moyen du secteur privé, d’après l’enquête trimestrielle du ministère du Travail – industries de transformation, de transports (sans SNCF) et commerce (sans banques et assurances) – toutes catégories de personnel ouvrier de plus de 18 ans, sans heures supplémentaires ni primes de rendement ; concerne environ 4,200,000

Source : EDF GDF Archives (1957), boîte no 823157, EDF, Comparaison de l’évolution des rémunérations à Électricité de France et dans le secteur privé, 4 février

  • 17 Centre des archives économiques et financières (1967), 512.1 RAP/MAG, Groupe de travail du Comité i (...)

22Or, même si les salariés obtiennent des promesses de revalorisation de la direction, ces dernières restent soumises aux décisions ministérielles. En droit, ce sont les entreprises publiques qui se dirigent elles-mêmes et, pour ce faire, elles sont dotées des instances nécessaires, dont l’activité est soumise au contrôle du Parlement, du Gouvernement et d’un organisme « quasi juridictionnel ». Cependant, dans la pratique, l’essentiel du pouvoir est concentré au niveau gouvernemental. Les pouvoirs des conseils d’administration sont soumis à la tutelle. Ainsi, toute décision importante concernant la gestion semble devoir être préalablement approuvée par l’autorité de tutelle, qui est souvent directement présente dans le conseil d’administration, puisque l’État est représenté par les fonctionnaires de l’administration centrale et ministérielle17. De plus, la nomination du président et du directeur général ne dépend pas in fine du conseil d’administration, mais du gouvernement.

23La tension entre les deux missions d’EDF, pourvoyeur d’énergie et outil de la politique de lutte contre l’inflation, s’accentue en 1954 dans le cadre des négociations sur les revalorisations de salaire menées par Edgar Faure. Ce dernier veut prendre en compte les salaires indirects des agents et notamment les avantages en nature, ce qui paraît cohérent avec la logique externe visant à limiter les hausses de salaire. Or, ce sont justement ces avantages en nature et le statut dans sa globalité qui, ajoutés aux salaires, permettent de fidéliser la main-d’œuvre, de maintenir le flux productif et, en conséquence, le flux de profit. Ce sont autant de garanties du maintien de l’activité de l’entreprise. À la logique interne de la politique salariale menée par les dirigeants d’EDF s’opposent les réserves de la tutelle. Cette dernière craint que la direction n’augmente les salaires pour acheter la « paix sociale » dans une entreprise qui, parce qu’elle est très capitalistique, peut se le permettre. En effet, les dépenses de personnel ne représentent que 23 % des dépenses de fonctionnement de l’entreprise (Picard, Beltran & Bungener, 1985, p. 171). Par ailleurs, les dépenses directes de personnel d’EDF, soit les rémunérations et la prime de productivité, augmentent moins au fil du temps que les dépenses d’activité principale : les premières augmentent de 78,57 % entre 1958 et 1965 alors que les secondes font plus que doubler sur la période (Tableau 4).

Tableau 4. Résultats d’activité, dépenses liées au personnel et investissements à EDF (1958-1965)

Tableau 4. Résultats d’activité, dépenses liées au personnel et investissements à EDF (1958-1965)

Note : les sommes sont exprimées en millions de nouveaux francs

Source : EDF GDF Archives (1962), boîte no 823168, Renseignements demandés par la Direction du Budget au Ministère des Finances, par la voie de M. J. P. Martin, Contrôleur d’État, 29 août

24Dans le cadre de tensions croissantes entre l’État et le personnel d’EDF, Roger Gaspard se fait l’intermédiaire privilégié entre les syndicats et la tutelle. Ce rôle d’intermédiaire, particulièrement délicat concernant la question des salaires, est notamment visible dans les compromis qu’il réussit à trouver. Ainsi, en 1956, pour les dix ans de la nationalisation, il met en place une prime non liée au salaire. La mise en place de cette prime répond en partie aux attentes des travailleurs, sans pouvoir être perçue comme une véritable hausse des salaires par la tutelle. Or, les compromis ne permettront pas à Roger Gaspard d’éviter les grèves, donc les ruptures de flux, dues à des revendications de hausses de salaire. Ainsi, on compte 17 jours de grèves en mars 1950 et 13 jours de grèves pendant l’été 1953. Ces revendications sont perceptibles au travers des différentes modifications de la rémunération : doublement de la prime de rendement en 1954, hausse de 5 % du salaire de base obtenue par arbitrage du ministre de tutelle en avril 1955, etc.

  • 18 EDF GDF Archives (1956), boîte no 823157, Direction du personnel d’EDF-GDF, E.D.F. – G.D.F. Rappel (...)
  • 19 Id.

25Cette période est marquée par deux moments de négociation importants, qui confortent le rôle d’arbitre de l’État dans le cadre de la politique salariale. La première négociation est menée par André Morice, ministre du Commerce. À la suite d’une hausse des salaires de 22 % aux chantiers de Saint-Nazaire en 1955, une revendication salariale émerge à EDF. Les syndicats chiffrent le retard de salaire à 12 % par rapport au secteur privé18 en août 1955 et demandent une hausse substantielle du salaire de base. Le ministre de tutelle est appelé à arbitrer le conflit : cela s’est traduit par une hausse de 5 % du salaire de base au 1er septembre 1955, par la création d’une prime mensuelle temporaire de 3 % au premier janvier et par l’intégration de cette prime temporaire au salaire de base au 1er juillet 1956. Bien que le calendrier des hausses n’ait pas été tenu, « on peut résumer les dispositions de cette décision arbitrale de septembre 1955 en disant qu’elles ont fixé une nouvelle majoration de l’ensemble des salaires et une prime de 9 % échelonnée du 1er septembre 1955 jusqu’en 195719 ».

  • 20 EDF GDF Archives (1957), boîte no 823158, Ribeyre P., Courrier informant les directeurs généraux d’ (...)

26Un second arbitrage a lieu à la suite d’une grève générale en France20 en 1957. Mené par Paul Ribeyre, ministre de l’Industrie, il restera sans effet. Ribeyre conçoit la nécessité de revaloriser les salaires et veut que leur augmentation soit progressive. Il décide du versement d’un complément de traitement mensuel soumis aux retenues statutaires à partir du 1er janvier 1958. Le ministre suivant, Jean-Marcel Jeanneney, dénonce cet accord. Seule une hausse de 4 % ne varietur est accordée en 1958. Or, cette augmentation ne constitue pas un rattrapage puisque tous les fonctionnaires et salariés des entreprises publiques en bénéficient (Kocher-Marboeuf, 2003). La difficulté des négociations entourant les décisions de Jeanneney finit de convaincre la tutelle de l’impossibilité de laisser jouer les rapports de forces pour résoudre les problèmes de fixation des salaires du secteur public, tant cette question a des influences économiques globales – notamment à cause de l’effet d’entraînement des salaires du secteur public sur le privé. Le ministre se prépare à stopper cette hausse en 1959 et les syndicats sont invités à négocier. Une évidence se fait jour : le salaire de base fixé en 1946 n’a plus de sens en 1960 et la nécessité de refondre la grille des salaires est admise par tous les partenaires, malgré l’ampleur de la tâche. Marcel Boiteux et les études économiques générales d’EDF préparent cette refonte sous des contraintes strictes, puisque les salaires ne doivent pas augmenter de plus de 5 % sur une durée de deux ans, alors qu’une hausse de 5,75 % avait été obtenue par Roger Gaspard et acceptée par les ministères après des négociations. L’adoption des décisions Jeanneney amène au remplacement de Gaspard, directeur général trop lié à la IVe République et dont le pouvoir de négociation apparaît trop important (Picard, Beltran & Bungener, 1985, p. 175). André Decelle lui succède.

Tableau 5. Augmentation des salaires intervenue à EGF depuis le 1er janvier 1957

Dates

1957

1958

1959

1960

1961

1962

1963

Indice base 100 – 31 déc. 1956

109,66

113,02

118,08

126,61

137,66

149,05

163,06

Évolution du pouvoir d’achat 1957-1962

Dates

oct. 1958

févr. 1959

janv. 1960

mai 1961

oct. 1962

Indice base 100 – juill. 1957

87

87,1

85,9

91,3

97,3

Note : l’évolution du pouvoir d’achat pour octobre 1962 tient compte des hausses de salaire en cours et le coût de la vie est supposé stable entre juin 1961 et octobre 1962.

Sources : EDF GDF Archives (1964), boîte no 823171, Augmentation des salaires intervenue à EGF depuis le 1er janvier 1957, 16 janvier ; EDF GDF Archives (1961), boîte no 823166, EDF GDF, Évolution du pouvoir d’achat des salaires d’E.D.F. – G.D.F. depuis juillet 1957, 26 juin

27La gestion de cette entreprise publique par la tutelle semble devoir répondre à des enjeux de politique économique nationaux, comme en témoigne sa contribution à la lutte contre l’inflation. Les hausses de salaire, par à-coups, sont le fruit de négociations importantes avec la tutelle. La gestion de l’entreprise ne semble donc pas seulement viser à son « bon » fonctionnement comme entreprise de flux : les nombreux blocages relatifs aux salaires sont autant d’interruptions du flux productif. Si la tutelle semble donc moins tenir compte des contraintes de l’entreprise que des intérêts nationaux, il n’en va pas nécessairement de même pour la direction de l’entreprise. À la suite de l’arbitrage défavorable mené par Jean-Marcel Jeanneney, la direction de l’entreprise met en avant les spécificités d’EDF comme entreprise de flux. En effet, elle s’emploie à rationaliser le fonctionnement de l’entreprise dès la nationalisation de l’électricité. C’est cette rationalisation de la gestion de l’entreprise et sa traduction sur la fixation des grilles salariales que nous allons nous employer à montrer.

2. Lutte contre l’inflation et gestion rationnelle à EDF : contrôle de l’évolution des salaires et de la grève (1962 – début des années 1970)

28Lors de la nationalisation de l’électricité se pose la question de la gestion de ce secteur d’importance. La construction de la gestion rationnelle de cette entreprise prend principalement appui sur sa politique tarifaire. Comme le souligne Guillaume Yon (2014, 2016), cette dernière doit constituer le principal dispositif de gestion de l’entreprise et incarner les idéaux qui ont porté la nationalisation de ce secteur industriel (Yon, 2016, p. 276). Or, la question tarifaire, bien qu’importante politiquement, est confiée par le conseil d’administration à des ingénieurs-économistes, dès 1948. Plus généralement, c’est la gestion globale de l’entreprise qui est confiée à des ingénieurs. EDF est un monde dominé par les ingénieurs des ponts, ou X-Ponts, qui sont « des organisateurs qui raisonnent en termes scientifiques et économiques » (Wieviorka & Trinh, 1989, p. 33). Ce sont donc des acteurs, des ingénieurs, dont procède la rationalité de la gestion de l’entreprise. Il s’agit pour eux de protéger le flux, donc de tenir compte des caractéristiques de l’industrie électrique, tout en répondant aux injonctions de l’État. C’est le rôle des ingénieurs et leur approche que nous essaierons d’abord de mettre en lumière. Puis, nous verrons que leur réponse au problème d’évolution des salaires recourt au développement d’un nouvel outil, la productivité globale, devant prouver à la tutelle de la légitimité la politique salariale. Enfin, nous montrerons que la lutte contre les interruptions ne peut s’appuyer uniquement sur les hausses de salaire et la logique de preuve par la production : elle nécessitera la contractualisation de la grève, à la suite du rapport Toutée.

2.1. De la gestion rationnelle de l’industrie électrique : le rôle des ingénieurs

29Les premiers dirigeants d’EDF sont des acteurs centraux de la reconstruction du pays. Ils ont le souci d’une gestion rationnelle de l’entreprise. Cette gestion est considérée comme la meilleure voie vers une efficacité tant technique qu’économique : les avis des conseillers techniques sont privilégiés. La direction de l’entreprise est ainsi en grande partie composée d’ingénieurs, parmi lesquels les X-Ponts sont très représentés.

Tableau 6. Présidents (1946-1969) et directeurs généraux (1946-1979) d’EDF

Directeur

Date

Formation

Pierre Simon

1946-1947

Ingénieur du corps des ponts et chaussées

Étienne Audibert

1947-1949

Ingénieur du corps des mines

Louis Escallier

1949-1952

Inspecteur des finances

Marcel Flouret

1952-1962

Polytechnicien

Roger Gaspard

1962-1964

Ingénieur du corps des ponts et chaussées

Pierre Guillaumat

1964-1965

Ingénieur du corps des mines

Pierre Massé

1965-1969

Ingénieur du corps des ponts et chaussées

Directeur général

Date

Formation

Pierre Simon

1946-1947

Ingénieur du corps des ponts et chaussées

Roger Gaspard

1947-1962

Ingénieur du corps des ponts et chaussées

André Decelle

1962-1967

Ingénieur du corps des ponts et chaussées

Marcel Boiteux

1967-1979

Normalien, agrégé de mathématiques et diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris

Source : Hélène Bénistand, 2017, d’après Wierviorka M. & S. Trinh (1989), Le modèle EDF. Essai de sociologie des organisations, Paris, La Découverte, coll. « Textes à l’appui. Série sociologie »

30On peut parler de corps concernant les ingénieurs étant donné que leurs études respectives, qu’elles se déroulent à l’École polytechnique ou par d’autres biais, leur donnent l’occasion d’acquérir une culture, des valeurs et un langage commun (Kessler, 2005). On peut considérer que l’École des ponts et chaussées forme un corps d’ingénieurs au service de l’État. Se trouvent alors rassemblés sous un langage particulier, celui des ingénieurs, tous les éléments facilitant les relations à l’État. La technocratie, ou gestion d’entreprise par la technique de production afin d’obtenir la plus grande efficacité, repose sur des compétences élevées, un attachement à la raison et surtout la volonté de servir l’intérêt général. C’est parce qu’elle partage cette culture d’ingénieur que l’administration tutélaire est en mesure d’entendre les arguments scientifiques et économiques avancés par les cadres de la direction d’EDF (Wieviorka & Trinh, 1989).

  • 21 Au-delà de la tutelle technique, la tutelle économique repose sur le ministère de l’Économie et des (...)
  • 22 EDF GDF Archives (1946), boîte no 823315, Loi no 46-628 du 8 avril 1946 sur la nationalisation de l (...)

31Les dirigeants de l’entreprise bénéficient d’une autonomie relative vis-à-vis de leur tutelle technique21 – la Direction du gaz, de l’électricité et du charbon du ministère de l’Industrie – du fait de leurs compétences22 (Wieviorka & Trinh, 1989, p. 34). Les responsables de la tutelle ont un parcours semblable à celui des dirigeants d’EDF, ce qui rend la communication aisée. Au-delà d’opinions politiques parfois divergentes, ils partagent les mêmes orientations, privilégiant la compétence, le savoir-faire et la science. Ainsi, la légitimité de la direction repose sur ses compétences et permet de défendre les intérêts de l’entreprise face à la tutelle. Dans la pratique, la direction s’appuie plus systématiquement sur des méthodes mathématiques, ce qui fut notamment le cas dans le cadre de la prime de productivité Croizat ou de la répartition des surplus de productivité globale des facteurs.

  • 23 Guillaume Yon (2014, 2016) met en évidence le fait que les ingénieurs-économistes se posent comme d (...)

32Le cas de la tarification est particulièrement représentatif de cette approche. La politique tarifaire doit permettre la mise en place d’une planification à long terme et doit discipliner les consommateurs. Elle s’appuie sur la théorie du rendement social de Maurice Allais (2006 [1945]) et s’inscrit dans la continuité des travaux des ingénieurs-économistes du xixe siècle, en particulier Jules Dupuit23. L’enjeu de la tarification au coût marginal de long terme est d’assurer la satisfaction maximale, tout en minimisant les gaspillages. Cela fait écho au caractère de monopole naturel du réseau électrique : l’électricité n’étant pas stockable, il faut produire à chaque instant les quantités demandées. Or, la demande est variable. Au tournant des années 1950 survient alors un problème économique : éviter les défaillances productives, notamment les coupures, et limiter le déploiement de capacités inutilisées. Cette volonté d’optimisation se heurte à la diversité des moyens de production. Là où la production hydraulique est certaine et coûteuse en termes d’investissement, les centrales thermiques ont une production stable et sont coûteuses en combustible. Ainsi, pour Marcel Boiteux :

le prix n’a pas pour objet de rémunérer les dépenses du producteur au nom d’un quelconque principe d’équité, mais de motiver les décisions à venir des consommateurs de telle manière que celles-ci ne causent pas dans l’économie de dépenses irrationnelles. […] Un tarif trop faible, par exemple, encouragera le consommateur à accroître demain sa consommation au prix d’une dépense de production dont la valeur économique excède la satisfaction qu’elle créera : la différence équivaut à un gaspillage des ressources qu’une bonne tarification a précisément pour rôle d’éviter. (Boiteux dans Yon, 2016, p. 283)

33Les concepteurs visent de ce fait à assurer la cohérence globale du système : le calcul doit leur permettre de montrer les conséquences des revendications, de l’État par exemple, sur la production et la consommation d’électricité. Ils cherchent par conséquent à rationaliser le fonctionnement de l’entreprise publique et la mise en cohérence de la gestion de l’entreprise reposera sur la tarification. Le raisonnement de Boiteux, et d’Allais avant lui, le conduit à affirmer que l’état de rendement social maximum est atteint quand on impose à tous les marchés, sans négociation possible, d’égaliser les prix aux coûts marginaux. Le rendement social permet, d’une part, d’identifier les gaspillages et l’utilisation complète ou non des possibilités de production et, d’autre part, d’estimer l’allocation des facteurs qui maximise la satisfaction des consommateurs.

  • 24 Arbitrage mené par André Morice en septembre 1955, puis arbitrage mené par Paul Ribeyre en 1957.

34Ainsi, la technocratie dirigeante d’EDF a été à l’origine de compromis et d’avancées dans la gestion de l’entreprise, notamment par le développement de modèles de gestion, comme celui de la productivité globale des facteurs. Le développement de ces outils atteste de la rationalisation de la gestion de l’entreprise, notamment sur la question des salaires. Or, dans le cadre de la politique des salaires, l’influence de l’État et sa volonté de maîtrise sur EDF sont particulièrement visibles, notamment par la mise en place de commissions successives24. Face aux tentatives de l’État pour accroître son emprise sur la gestion d’EDF, une stratégie de défense implicite est mise en place, en développant une argumentation fondée sur la « preuve par la production » visant à montrer que la nationalisation était une réussite productive d’une valeur incontestable (Frost, 1985, p. 86).

2.2. Preuve par la production et maîtrise des salaires

35La preuve par la production nécessite le développement de nouveaux outils, notamment concernant le suivi de l’évolution des salaires. Pour contrecarrer les limitations de ces derniers, il est possible de recourir au concept de productivité globale des facteurs. Dès le milieu des années 1960, André Decelle est soucieux d’établir des critères encadrant la hausse des salaires. Il missionne le service des études économiques générales dirigé par Marcel Boiteux. Pierre Bernard en particulier doit lier ces hausses de salaire à la productivité de l’entreprise, afin d’en prouver la légitimité (Levant & Nikitin, 2020). Il reprend les calculs de productivité globale des facteurs développés par André L.-A. Vincent à l’Insee. Ce dernier fait de la mesure du surplus de productivité, par la productivité globale des facteurs, « le noyau chiffré de l’avantage collectif, du surplus de bien-être attendu ou obtenu » (Vincent, 1965, p. 919). Pierre Massé et Pierre Bernard en proposent une adaptation pour EDF. Si le profit peut parfois paraître suffisant, ce n’est en fait qu’un indicateur partiel des performances pour cette entreprise puisque, à côté des critères d’efficacité, il prend également en compte des rentes de monopole et peut être affecté par une fixation arbitraire des tarifs ou des traitements (Courbis, 1968, p. 563). Or, la tutelle, au nom de la lutte contre l’inflation, a souvent agi pour maîtriser les salaires et les tarifs du secteur public.

36Le Centre d’étude des revenus et des coûts (Cerc), qui consacre le premier numéro de sa revue à l’étude de la productivité globale, définit le surplus de productivité globale ainsi :

  • 25 Centre d’étude des revenus et des coûts (1969), « Surplus de productivité globale et comptes de sur (...)

Une entreprise fabrique un certain nombre de produits et utilise divers facteurs de production (personnel, équipement, matières premières, etc.). Supposons que, d’une année à l’autre, la quantité des biens ainsi fabriqués augmente, et que les divers éléments contribuant à cette production restent les mêmes. On dira que l’entreprise a réalisé un « surplus » […]. Nous appellerons ce surplus, pour bien en marquer l’origine : « surplus de productivité globale »25.

37Ainsi, un progrès de productivité globale est repéré quand le volume des produits augmente plus vite que celui des facteurs nécessaires à la production. Cela permet d’établir un rapport entre le surplus gagné, ou la performance de l’entreprise, et les facteurs utilisés.

  • 26 La méthode est d’ailleurs pensée dès son développement comme un guide de l’évolution des salaires p (...)

38Néanmoins, la mesure des gains de productivité, qui correspond « au gain que le producteur a pu réaliser sur la masse des inefficacités » (Courbis, 1968, p. 564), ne suffit pas si l’on veut déterminer les transferts entre agents. Il s’agit là encore de savoir si le surplus dû à un gain de productivité a donné une position plus favorable au producteur ou si le gain a été compensé par une variation des prix (id.). Il convient d’analyser simultanément les gains de productivité et les transferts entre les consommateurs, les fournisseurs, les salariés, les actionnaires, etc. La somme algébrique de ces transferts – entre les producteurs et les autres « agents » économiques – est nulle (id.). Cette méthode permet de connaître la répartition du surplus entre les différents acteurs de l’entreprise26. Vincent distingue alors deux temps, celui de la réalisation des gains de productivité et celui de leur répartition, de la définition de la politique des revenus : « Dans ces conditions, le “premier temps” correspond à un effort de productivité et exige la collaboration de tous les facteurs ; le “second temps” correspond à la répartition des fruits de la productivité et voit se dérouler la lutte incessante des possesseurs de facteurs pour obtenir la meilleure part possible » (Vincent, 1965, p. 899). La productivité globale des facteurs est donc un critère « synthétique » (Picard, Beltran & Bungener, 1985, p. 220) de gestion. Elle s’appuie sur des comptes de surplus, définis par Vincent, qui établissent une égalité entre le surplus créé et le surplus tel qu’il est réparti (aux salariés, aux fournisseurs, à l’entreprise).

Encadré 1. Méthode des surplus de productivité globale des facteurs

Dans la méthode des surplus de productivité globale des facteurs (Vincent, 1971), on a :

– p, p0, q et q0 les prix et quantités des produits de l’année courante et de l’année de base N0

– f, f0, s et s0 les quantités et prix de l’année courante et de l’année de base

On peut alors écrire pour tous les postes des comptes d’exploitation :

– en ce qui concerne la production :
Σpq - Σp0q0 = [Σp0q - Σp0q0] + [Σpq - Σp0q] (I)

– en ce qui concerne les facteurs :
Σsf - Σs0f0 = [Σs0f - Σs0f0] + [Σsf - Σs0f] (II)

En soustrayant (I) à (II), on obtient le surplus de productivité globale en fonction des avantages de prix :

S = [ΣsfΣs0f] – [ΣpqΣp0q]

39Cette équation fait apparaître le surplus de productivité globale, soit la différence entre le surplus de l’ensemble des facteurs de production et le supplément de production. Plus précisément, il s’agit d’une différence entre l’avantage de prix lié à l’ensemble des facteurs et celui lié à la production (Vincent, 1971, p. 6). La création du surplus dépend de la manière dont les facteurs de production sont agencés, en raison de leur prix et de leur rareté : elle permet d’interroger l’organisation concrète de la production, qui est l’affaire des unités et non de l’administration centrale (Bernard cité par Picard, Beltran & Bungener, 1985, p. 220). Grâce à des remontées d’informations depuis les centres de production, la productivité globale des facteurs permet à EDF de mesurer les progrès productifs de ses différentes unités, d’évaluer leur gestion, mais aussi de rendre des comptes détaillés à la tutelle sur l’état de la productivité de l’entreprise. Les mesures de productivité globale des facteurs permettent donc de voir l’évolution des différents centres et d’évaluer les performances des unités locales.

40En ce qui concerne la politique des revenus, le recours à la productivité globale des facteurs permet de mieux saisir l’évolution de la situation d’un groupe d’agents ou d’un centre. Ainsi, cet outil permet « de mettre l’accent sur le lien qui existe entre l’évolution de la productivité globale d’une entreprise, l’évolution des diverses catégories de revenus qu’elle distribue (à ses salariés, à ses fournisseurs, à ses actionnaires, à ses prêteurs, à l’État, etc.) et l’évolution de ses prix de vente » (Méraud, 1979, p. 13). C’est un outil utile lorsqu’il s’agit de constater l’état de la répartition des revenus et d’expliciter les choix faits en termes de politique des revenus et leurs conséquences : il est alors au service de la stratégie de la preuve par la production. Ainsi, il permet de justifier a posteriori les hausses de salaire par les gains obtenus grâce au travail des agents.

  • 27 Le développement de nouvelles installations et infrastructures entraîne une montée en compétence, d (...)

41Parce qu’il permet de formaliser les hausses de salaire, d’apporter une « preuve scientifique » les justifiant auprès de la tutelle, cet outil est un instrument issu d’une gouvernance technocratique, mis au service du sort des agents de l’entreprise. Le maintien du flux productif entraîne une association entre le progrès technique et la montée en compétence des agents27 qui en découle. Ces changements peuvent être valorisés par l’utilisation de la productivité globale des facteurs auprès de la direction, qui peut évaluer l’évolution des différents centres, et auprès de la tutelle qui, maîtrisant toujours les salaires, peut juger de la pertinence de leur hausse. La mise en évidence de surplus de productivité semble être un outil de justification de la politique salariale de l’entreprise, dont le fonctionnement est contraint par le monopole naturel et caractérisé par un haut niveau d’investissement.

42Pourtant, l’argumentation économique ne semble pas suffire face aux enjeux politiques. En effet, le recours à la productivité globale des facteurs dans le cadre de la preuve par la production n’allège pas les demandes adressées par l’État à EDF. La tension entre la logique interne de l’entreprise, qui vise au maintien du flux, et la logique externe, qui sert des intérêts de politique économique nationale, persiste encore. La contractualisation de la grève apparaît alors comme une solution pouvant rendre compatibles ces deux injonctions.

2.3. Contractualisation de la grève

  • 28 À la veille de la grève de 1957, les syndicats et la direction décident de mettre en place un servi (...)

43L’autre pendant de la rationalisation de la gestion du personnel à EDF est la contractualisation de la grève, soit la mise en place de protocoles d’arrêt et d’un encadrement très strict du droit de grève (Vatin, 1987, p. 181). La mise en place de ces règles contribue, tout comme les hausses de salaire, au maintien du flux productif. L’arrêt total de la production n’est plus légalement possible à partir des années 1950 et de la mise en place du « plan Croix-Rouge28 » : un service minimum, notamment pour les établissements de santé, est toujours assuré.

44Par ailleurs, compte tenu de l’infrastructure technique, une vacance de poste met en péril la sécurité de l’installation, car l’arrêt comme la remise en service exigent du temps. Il en ressort un paradoxe : faire grève crée du travail. En outre, la législation accorde le droit de grève aux ouvriers, mais pas celui de manipuler les infrastructures de l’entreprise dans le cadre de cette grève :

ou bien l’ouvrier est en grève et il ne peut pas manipuler les installations, mais il risque alors de mettre en péril la sécurité et peut donc être réquisitionné à cet effet. Ou bien il n’est pas en grève, et il ne doit agir que selon les directives reçues, ce qui lui interdit notamment d’arrêter les installations si on ne lui en a pas donné l’ordre. La grève est donc théoriquement impossible, car l’arrêt des installations suppose impérativement que la Direction en donne l’ordre. (Vatin, 1987, p. 181)

45Ceci est visible dans les propos tenus par Robert Lacoste dans une circulaire de 1948 : « Ce droit [de grève] consiste uniquement dans la cessation du travail ; il ne saurait s’étendre à la liberté donnée aux grévistes de décider des manœuvres à effectuer sur les réseaux ou sur le niveau de la production à assurer par les centrales électriques. » (Circulaire no 995 du 30 septembre 1948 citée par Kenedi & Clément, 2007, p. 57).

  • 29 La fluidité sociale est « l’intégration effective par le personnel des normes et objectifs de l’ent (...)

46Cette impossibilité, admise par la direction et les syndicats de cette entreprise, a souvent mené à l’élaboration de protocoles d’arrêt qui devaient permettre de déterminer, après dépôt du préavis de grève, quelles unités seraient arrêtées, comment et pour combien de temps. Cette forme très poussée de contractualisation de la grève s’accorde aux contraintes des industries de flux : elle encadre et limite fortement le droit de grève. Dans le cadre de ces accords d’arrêt, elle met en évidence le fait que la fluidité sociale29 ne vise pas à faire disparaître la grève, mais à l’encadrer de façon à maintenir la fluidité des produits.

  • 30 Georges Pompidou charge le 4 octobre 1963 Jean Toutée d’établir un rapport dont l’objectif affiché (...)

47Ainsi, à EDF, un renforcement du contrôle de la grève peut être identifié dans la politique contractuelle lancée par André Decelle, soucieux de mettre en place de nouvelles règles au dialogue entre les pouvoirs publics, la direction et les syndicats. Une première approche de ces conventions est contenue dans le rapport Toutée30 :

  • 31 EDF GDF Archives (1964), boîte no 823171, Confédération générale des cadres (1964), « Le Rapport To (...)

[ce rapport vise à mettre en place] des conventions suffisamment souples pour permettre de reprendre le dialogue chaque fois que c’est nécessaire. Un examen permanent de la situation doit avoir pour résultat une transformation des rapports salariaux dans les entreprises publiques. Nous pensons que si un tel climat est créé, les accords signés pourraient comporter une clause excluant le recours à la grève pendant la durée de leur application et pour les stipulations prévues par ces accords31.

48Cela vise à faire de la grève l’instrument ultime des revendications, utilisé lorsqu’aucune négociation ne peut aboutir. Le rapport Toutée met en avant une résolution des conflits par voie juridictionnelle, afin d’éviter un règlement par les rapports de force. Il propose la mise en place d’un collège extérieur à l’entreprise, afin que la médiation ne soit plus confiée à des individus nommés pour l’occasion. Cette charge pourrait, selon le rapport, être attribuée à la sous-commission des entreprises publiques du Plan, qui présente l’avantage d’être extérieure aux instances administratives communes, mais aussi d’être en mesure d’appliquer à un cas particulier les directives définies par le plan. Dès lors, comme cela est avancé dans le rapport Toutée, il ne s’agit pas de supprimer toute forme de revendication, mais seulement d’en « pacifier » les moyens.

  • 32 Souligné par l’auteur. EDF GDF Archives (1964), boîte no 823171, Syndicat CGT des Services centraux (...)

49C’est pourquoi ce rapport est rapidement considéré comme portant atteinte au droit de grève : « Elles [les propositions du rapport Toutée] débouchent sur une nouvelle mise en cause du droit de grève, au travers de la conclusion de contrats dits “de progrès”, dont la base fondamentale resterait en dehors de toute discussion paritaire32 ». L’enjeu soulevé est la remise en question de la gestion tripartite, principe même du fonctionnement d’EDF : le conseil d’administration est composé de représentants de l’État, des travailleurs et des consommateurs. Or, cette possibilité d’ingérence acte bien l’influence renforcée de l’État sur le fonctionnement des entreprises publiques, dont EDF.

50Le rapport fait également le constat de l’échec des relations entre l’État et le personnel des entreprises publiques, notamment concernant la fixation des salaires : peu importe l’accord trouvé entre le personnel et la direction, le gouvernement est le décideur ultime. Cet échec est mis en avant dans une publication de la Confédération générale des cadres :

  • 33 EDF GDF Archives (1964), boîte no 823171, Confédération générale des cadres (1964), « Le Rapport To (...)

Il s’agit d’un loyal constat d’échec présenté sous une forme fort nuancée, mais qui laisse cependant bien apparaître le jugement très sévère et unanime que les salariés portent à l’État […]. Comme nous n’avons pas cessé de proclamer qu’en matière salariale l’État se comporte d’une façon incohérente, donc dangereuse, nous nous félicitons des appréciations contenues dans la première partie du rapport33.

  • 34 EDF GDF Archives (1964), boîte no 823171, Réactions syndicales au rapport Toutée publiées par la pr (...)

51Bien que le diagnostic soit partagé par la plupart des syndicats, les solutions proposées paraissent moins consensuelles. Si le dialogue doit être rétabli à EDF, les syndicats n’acceptent pas de n’être consultés que sur la base de ce qui sera décidé par l’État. Ainsi, à la lecture du rapport Toutée, la CGT s’oppose à la limitation du recours à la grève34. Dès lors, ce rapport est accepté uniquement comme point de départ de discussion avec la tutelle. Il y a une remise en question profonde des rapports avec celle-ci, remise en question largement soulignée dans le rapport :

  • 35 EDF GDF Archives (1964), boîte no 823171, Confédération générale des cadres (1964), « Le Rapport To (...)

l’absence de dialogue dans les questions salariales est due au fait que l’étatisation progressive des entreprises monopolistiques a pour conséquence de porter directement toute question devant les Pouvoirs publics aux niveaux les plus élevés, où les organisations représentatives du personnel n’ont pas organiquement accès, et dont le rôle est d’ailleurs, non de négocier, mais de décider35.

Conclusion

52Le caractère d’industrie de flux d’EDF en fait une entreprise particulière : le personnel y a une place prépondérante en tant qu’instrument du maintien du flux productif et de profit. Les salaires ne sont alors pas tant vus comme un coût que comme un moyen d’assurer le maintien du flux : dans cette entreprise hautement capitalistique, ils représentent une dépense relativement faible. Seule l’image de l’entreprise, vue comme « champion national » du secteur public, permet de redonner de la cohérence au recours à EDF dans le cadre d’une politique de lutte contre l’inflation. C’est sans doute parce que le statut du personnel vise à impliquer ce dernier dans le développement de l’entreprise et de la nation et que l’État fait d’EDF une entreprise publique de premier plan, notamment par ses investissements, que sa place est perçue comme prépondérante dans l’économie. Si le recours à EDF dans le cadre de la lutte contre l’inflation semble donc être en contradiction avec le fonctionnement des industries de flux, il semble pleinement cohérent avec le rôle politique de cette industrie.

53Dès lors, comment comprendre la politique menée par l’État en termes de maîtrise des salaires au nom de la lutte contre l’inflation ? On voit apparaître une tension entre la gestion rationnelle de l’entreprise, portée par les ingénieurs-économistes à sa tête, et les objectifs politiques qui y sont attachés. L’ingérence de l’État dans le cas d’EDF est encore plus difficile à comprendre quand on connaît les tentatives de l’entreprise visant à lier les salaires à l’évolution de la productivité globale des facteurs. En effet, reconnaître et mettre en évidence les apports des travailleurs à la productivité peut être un moyen de justifier des hausses de salaire, dans une logique de preuve par la production. La réponse à une question politique se fait sur le terrain de la science. Les tensions entre la logique interne, définie par la fluidité industrielle, et la logique externe de « champion national » expliquent la concomitance d’une logique de preuve par la production et d’une politique de contractualisation de la grève.

Haut de page

Bibliographie

Allais M. (2006), Économie pure et rendement social : contribution de la science économique moderne à la construction d’une économie de bien-être [1945], Paris, Dalloz, coll. « Bibliothèque Dalloz ».

Anastassopoulos J.-P. (1985), « Les entreprises publiques entre l’autonomie et la dépendance : une analyse des divers instruments de régulation des entreprises publiques par l’État », Politiques et management public, vol. 3, no 2, p. 73-98.

Barjot D. (2013), « Reconstruire la France après la Seconde Guerre mondiale : les débuts d’Électricité de France (1946-1953) », Entreprises et histoire, no 70, p. 54-75.

Boiteux M. (2000), « Du monopole de la lumière », Les cahiers de médiologie, no 10, p. 119-180.

Burlaud A. & R. Laufer (1980), Management public. Gestion et légitimité, Paris, Dalloz, coll. « Dalloz gestion. Systèmes et stratégies ».

Courbis R. (1968), « Productivité globale des facteurs, prévision des prix et politique des revenus », Revue économique, vol. 19, no 4, p. 563-606.

Daumas J.-C. (2005), « La gouvernance des entreprises à la française : le modèle et l’histoire », Comptabilité-Contrôle-Audit, vol. 11, no 3, p. 167-178.

Dessau J. (1963), « Plan et masse salariale », L’Actualité économique, vol. 39, nos 3-4, p. 501-536.

Frost R.L. (1985), « La technocratie au pouvoir… avec le consentement des syndicats : la technologie, les syndicats et la direction à l’Électricité de France (1946-1968) », trad. fr. A. Sampon, Le Mouvement social, no 130, p. 81-96.

Guerrien B. & O. Gün (2012), Dictionnaire d’analyse économique : microéconomie, macroéconomie, monnaie, finance, etc., Paris, La Découverte, coll. « Grands repères. Série dictionnaires ».

Kenedi A. & D. Clément (2007), Le management du parc nucléaire d’EDF, préface de L. Stricker, Paris, L’Harmattan.

Kessler M.-C. (2005), « L’esprit de corps dans les grands corps de l’État en France », in Guglielmi G. J. & C. Haroche (dir.), L’esprit de corps, démocratie et espace public, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Politique éclatée », p. 277-298.

Kocher-Marboeuf E. (2003), « Chapitre X. Le conflit des salaires EDF-GDF », in Le patricien et le général. Jean-Marcel Jeanneney et Charles de Gaulle 1958-1969. Volume I., Vincennes, Institut de la gestion publique et du développement économique, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, coll. « Histoire économique et financière – xixe-xxe », p. 297-312.

Levant Y. & M. Nikitin (2020), « History of an unsuccessful performance measurement innovation: surplus accounts in France (1966-c.1990) », Accounting History Review, vol. 30, no 3, p. 307-339.

Massé P. & P. Bernard (1969), Les dividendes du progrès, Paris, Le Seuil, coll. « Société ».

Méraud J. (1979), « Productivité globale et comptes de surplus », Journal de la société statistique de Paris, vol. 120, no 1, p. 9-31.

Percebois J. (2001), « Énergie et théorie économique : un survol », Revue d’économie politique, vol. 111, no 6, p. 815-860.

Picard J.-F., Beltran A. & M. Bungener (1985), Histoire(s) de l’EDF. Comment se sont prises les décisions de 1946 à nos jours, Paris, Dunod, coll. « L’Œil économique ».

Pougnaud P. (1985), La rémunération des fonctionnaires, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? ».

Sirot S. (2008), « Un siècle de coupures de courant dans les grèves des électriciens. De la centralité à la marginalisation (1905-2004) », Annales historiques de l’électricité, no 6, p. 29-37.

Staropoli C. & A. Yvrande-Billon (2009), « La dynamique des réformes d’industries de réseaux : le cas de l’électricité et des chemins de fer en Grande-Bretagne », Annals of Public and Cooperative Economics, vol. 80, no 1, p. 89-117.

Vatin F. (1987), La fluidité industrielle. Essai sur la théorie de la production et le devenir du travail, Paris, Méridiens-Klincksieck, coll. « Réponses sociologiques ».

Viallet-Thévenin S. (2015), « Du champion national au champion international : résistance et transformations d’un modèle de concurrence dans le secteur énergétique des années 1990-2000 », Revue française de science politique, vol. 65, nos 5-6, p. 761-783.

Victorri J. (1979), « Le rôle du secteur public dans la politique économique », Revue économique, vol. 30, no 1, p. 72-87.

Vincent A. L.-A. (1941), L’organisation dans l’entreprise et dans la nation, étude comparative, Nancy, Société industrielle de l’Est.

Vincent A. L.-A. (1965), « De la mesure de la productivité aux problèmes généraux de gestion économique », Revue économique, vol. 16, no 6, p. 879-924.

Vincent A. L.-A. (1968), La mesure de la productivité, Paris, Dunod, coll. « Sigma ».

Vincent A. L.-A. (1969), « La productivité globale, clé de l’étude de la répartition », Revue économique, vol. 20, no 5, p. 783-829.

Vincent A. L.-A. (1971), « Indices et surplus de productivité globale. Étude méthodologique comparative », Revue économique, vol. 22, no 1, p. 1-42.

Vuillermot C. (2003), « La nationalisation de l’électricité en France en 1946 : le problème de l’indemnisation », Annales historiques de l’électricité, 2003, no 1, p. 53-69.

Wierviorka M. & S. Trinh (1989), Le modèle EDF. Essai de sociologie des organisations, Paris, La Découverte, coll. « Textes à l’appui. Série sociologie ».

Yon G. (2014a), « L’économicité d’EDF. La politique tarifaire d’Électricité de France et la reconstruction de l’économie nationale, de la nationalisation au milieu des années 1960 », Politix, no 105, vol. 1, p. 91-115.

Yon G. (2014b), « L’intérêt général et l’investissement. Coût marginal de long terme et tarification à Électricité de France (1948-1949) », Annales historiques de l’électricité, no 12, p. 43-63.

Yon G. (2016), « Théorie économique, réalité industrielle et intérêt général. La recherche de l’optimum à Électricité de France (1946-1965) », Thèse de doctorat en socio-économie de l’innovation, Université Paris Sciences & Lettres.

Haut de page

Annexe

Cote

Centre d’archive

Service producteur

Titre du document et date

19770385/2

Archives nationales

Ministère de l’Industrie, Direction du gaz, de l’électricité et du charbon

Rapport sur l’activité d’Électricité de France et de Gaz de France depuis la nationalisation, 31 mars 1948

512.1 RAP/MAG

Centre des archives économiques et financières

Groupe de travail du Comité interministériel des entreprises publiques

Nora Simon (rapporteur général)

Rapport sur les entreprises publiques, La documentation française, 1967

boîte no 823156

EDF GDF Archives

Syndicat du personnel des industries énergétiques (CGT)

Lettre à M. Gaspard, 7 avril 1949

boîte no 823156

EDF GDF Archives

Journal officiel de la République française

Statut national du personnel de la production, du transport et de la distribution (en situation d’activité ou d’inactivité) du gaz et de l’électricité, 25 juin 1946

boîte no 823157

EDF GDF Archives

EDF-GDF, Direction du personnel

E.D.F. – G.D.F. Rappel des modifications de salaires intervenues depuis fin 1954, 24 août 1956

boîte no 823158

EDF GDF Archives

Ministère de l’Industrie et du Commerce, Paul Ribeyre (Ministre)

Courrier informant les directeurs généraux d’EDF et GDF des décisions prises par le Ministre de l’Industrie et du Commerce dans le cadre d’un arbitrage, 23 novembre 1957

boîte no 823171

EDF GDF Archives

Confédération générale des cadres

« Le Rapport Toutée », Bulletin de quinzaine, no 399, 1er-15 février 1964

boîte no 823171

EDF GDF Archives

Syndicat CGT des Services centraux d’EDF

Compte-rendu de la Réunion du Bureau Confédéral des 12 et 14 février. Examen du rapport Toutée, 20 février 1964

boîte no 823171

EDF GDF Archives

EDF

Augmentation des salaires intervenue à EGF depuis le 1er janvier 1957, 16 janvier 1964

boîte no 823171

EDF GDF Archives

EDF

Réactions syndicales au rapport Toutée publiées par la presse quotidienne, 17 février 1964

boîte no 823166

EDF GDF Archives

EDF GDF

Évolution du pouvoir d’achat des salaires d’E.D.F. – G.D.F. depuis juillet 1957, 26 juin 1961

boîte no 823157

EDF GDF Archives

EDF

Comparaison de l’évolution des rémunérations à Électricité de France et dans le secteur privé, 4 février 1957

boîte no 823168

EDF GDF Archives

EDF

Renseignements demandés par la Direction du Budget au Ministère des Finances, par la voie de M. J. P. Martin, Contrôleur d’État, 29 août 1962

boîte no 823315

EDF GDF Archives

Journal officiel de la République française

Loi no 46-628 du 8 avril 1946 sur la Nationalisation de l’électricité et du gaz, 9 avril 1946

boîte no 823173

EDF GDF Archives

EDF-GDF

Électricité de France – Gaz de France Masses salariales 1964 et 1963, 22 janvier 1965

Haut de page

Notes

1 Centre des archives économiques et financières (1967), 512.1 RAP/MAG, Groupe de travail du Comité interministériel des entreprises publiques, Rapport sur les entreprises publiques, rapporté par S. Nora, Paris, La Documentation française, coll. « Rapports aux pouvoirs publics », p. 38.

2 Archives nationales (1948), 19770385/2, Direction du gaz, de l’électricité et du charbon, Rapport sur l’activité d’Électricité de France et de Gaz de France depuis la nationalisation, ministère de l’Industrie, 31 mars, p. 5.

3 Conseil national de la Résistance (1944), Les jours heureux. URL : https://musee-resistance-chateaubriant.fr/wp-content/uploads/2020/04/LivretCnr_AMRC_V20
131025a_Light-1.pdf
[consulté le 19/05/2021]

4 Au-delà de ces éléments, le statut social d’EDF vient de l’harmonisation des statuts très différents des entreprises qui sont nationalisées dans le cadre de sa création. Le statut du personnel est prévu dans la loi de nationalisation et ne peut pas réduire les droits acquis dans les différentes entreprises. Plus encore, comme l’explique Marcel Paul, « il s’agissait de faire du personnel, le corps et l’âme de la nationalisation, de l’attacher aux deux industries par des dispositions sociales d’un niveau égal à la tâche qui allait lui incomber et, en même temps, par la démonstration de sa participation réelle à la mise en place et à la gestion d’une branche économique nationale » (Picard, Beltran & Bungener, p. 1985). Ainsi, le statut du personnel doit permettre de valoriser les compétences, d’attacher les travailleurs à l’entreprise, mais aussi de reconnaître la dangerosité de certains métiers, dans le cas des ligneurs par exemple.

5 Commission des communautés européennes (1967), Critères à la base de la fixation des salaires et problèmes qui y sont liés pour une politique des salaires et des revenus, Bruxelles, coll. « Étude. Série politique sociale », p. 18.

6 André Decelle est polytechnicien et ingénieur des ponts et chaussées. En 1956, il devient directeur général des études générales d’EDF. Il y occupera ensuite, successivement, les postes de directeur de la distribution, directeur général adjoint et directeur général (de 1962 à 1967).

7 Marcel Boiteux est normalien (1942), agrégé de mathématiques (1946) et diplômé en section économique de l’Institut d’études politiques de Paris (1947). Il entre au CNRS en 1946, sous la supervision de Maurice Allais. En 1949, il rejoint EDF en tant qu’ingénieur au service commercial. En 1956, il obtient le statut d’ingénieur au service des études économiques générales, puis de directeur des études économiques à la direction générale. En 1967, il est nommé directeur général adjoint puis directeur général, poste qu’il occupe jusqu’en 1979.

8 Centre des archives économiques et financières (1967), 512.1 RAP/MAG, Groupe de travail du Comité interministériel des entreprises publiques, Rapport sur les entreprises publiques, rapporté par S. Nora, Paris, La Documentation française, coll. « Rapports aux pouvoirs publics », p. 10.

9 Ce fonds, créé en 1955 par la réunion de différents fonds précédemment mis en place par l’État, est un compte spécial du Trésor. Il s’agit d’un organe de contrôle et d’accompagnement des investissements de l’État qui doit favoriser la réalisation du plan de modernisation. Les aides peuvent prendre plusieurs formes : prêts directs, subventions ou aides indirectes (avantages fiscaux par exemple).

10 Le plan d’amélioration et de développement de l’électricité et du gaz est prévu par l’article 25 de la loi no 46-628 du 8 avril sur la nationalisation de l’électricité et du gaz.

11 Bien que le terme « opérateurs de surveillance-contrôle » désigne principalement les travailleurs de centrales, qui contrôlent à proprement parler le flux, nous considérons que les « ligneurs » peuvent également entrer dans cette catégorie de travailleurs : ils contribuent aussi à la continuité du flux productif. Plus précisément, nous pensons qu’il faut différencier les travailleurs ayant des fonctions techniques de ceux ayant des fonctions administratives.

12 Sont notamment mises en place les œuvres sociales, dont le budget repose sur le prélèvement de 1 % des recettes des services et exploitations de gaz et d’électricité dans le périmètre national. Le budget est administré par les salariés élus au sein du conseil central des œuvres sociales. Il sert à financer les prestations complémentaires de protection sociale (maladie, famille) et des activités d’entreprises sociales d’intérêt général (établissement de cure, de repos, colonies de vacances, coopératives et restaurants, etc.). EDF GDF Archives (1946), boîte no 823156, Ministère de la Production industrielle, Statut national du personnel de la production, du transport et de la distribution (en situation d’activité ou d’inactivité) du gaz et de l’électricité, Journal officiel de la République française, 25 juin.

13 Direction du personnel du Secrétariat général des groupements d’employeurs des industries électriques et gazières (1949), PERS 161 – Réaménagement des avantages en nature (Art. 28 du Statut national), 16 novembre. URL : https://sgeieg.fr/wp-content/uploads/2021/01/sgeieg-pers161-reamenagement-des-avantages-en-nature-art.28-du-statut-national-decision-dextension-enn1081-8-12-1949.pdf [consulté le 19/05/2021]

14 Dans ce courrier, le syndicat met en évidence le fait que pour le personnel employé et ouvrier « à qualification égale, les traitements et salaires à EDF et à GDF sont de 2. 000 à 5. 000 francs par mois inférieurs à ceux appliqués à la Ville de Paris et dans l’Industrie Privée, tous avantages considérés » (EDF GDF Archives (1949), boîte no 823156, Syndicat du personnel des industries énergétiques, Lettre à M. Gaspard, 7 avril.). Même si cette revendication ne concerne que le personnel de la région parisienne, il témoigne que des disparités trop importantes donnent lieu à des revendications, voire à des grèves massives qui confrontent la direction d’EDF, les syndicats et l’État.

15 Roger Gaspard, polytechnicien et ingénieur des ponts et chaussées et de l’École supérieure d’électricité, est nommé directeur général adjoint d’EDF en 1946, puis directeur général (1947-1962) et président (1962-1964).

16 Le salaire de base correspond au salaire national de début de l’échelle 1, coefficient 100. Il renvoie aux fonctions de manœuvres, garçons de bureau, de courses, de plantons, etc. Son montant est fixé par accord entre le président-directeur général d’EDF et les représentants des syndicats nationaux, ou par le ministre de tutelle en cas de divergence. Des majorations résidentielles, locales ou départementales, s’y ajoutent. En 1946, le salaire national de début de l’échelle no 1 est de 4 400 francs par mois, montant fixé par l’arrêté interministériel du 30 avril 1946. EDF GDF Archives (1946), boîte no 823156, Ministère de la Production industrielle, Statut national du personnel de la production, du transport et de la distribution (en situation d’activité ou d’inactivité) du gaz et de l’électricité, Journal officiel de la République française, 25 juin.

17 Centre des archives économiques et financières (1967), 512.1 RAP/MAG, Groupe de travail du Comité interministériel des entreprises publiques, Rapport sur les entreprises publiques, rapporté par S. Nora, Paris, La Documentation française, coll. « Rapports aux pouvoirs publics ».

18 EDF GDF Archives (1956), boîte no 823157, Direction du personnel d’EDF-GDF, E.D.F. – G.D.F. Rappel des modifications de salaires intervenues depuis fin 1954, 24 août.

19 Id.

20 EDF GDF Archives (1957), boîte no 823158, Ribeyre P., Courrier informant les directeurs généraux d’EDF et GDF des décisions prises par le Ministre de l’Industrie et du Commerce dans le cadre d’un arbitrage, ministère de l’Industrie et du Commerce, 23 novembre.

21 Au-delà de la tutelle technique, la tutelle économique repose sur le ministère de l’Économie et des Finances : « les trois directions du Budget, du Trésor et des Prix ont à connaître, chacune en ce qui la concerne, de la gestion des entreprises publiques et à préparer dans leurs domaines respectifs, les décisions du ministre » (Centre des archives économiques et financières (1967), 512.1 RAP/MAG, Groupe de travail du Comité interministériel des entreprises publiques, Rapport sur les entreprises publiques, rapporté par S. Nora, Paris, La Documentation française, coll. « Rapports aux pouvoirs publics », p. 81).

22 EDF GDF Archives (1946), boîte no 823315, Loi no 46-628 du 8 avril 1946 sur la nationalisation de l’électricité et du gaz, Journal officiel de la République française, 9 avril, article 4. Cet article acte l’autonomie financière, technique et commerciale du monopole.

23 Guillaume Yon (2014, 2016) met en évidence le fait que les ingénieurs-économistes se posent comme défenseurs de l’intérêt général. Ils arbitrent des choix techniques, optimisent et décident de la pertinence ou de l’intérêt d’un projet selon les gains d’efficacité qu’il permet de réaliser. Ces motivations politiques, présentes dans le cercle X-Crise de l’entre-deux-guerres, proviennent du travail des ingénieurs des ponts du xixe siècle, dont les réflexions passent aux promotions suivantes, à l’instar de celles de Maurice Allais ou Pierre Massé, notamment par les enseignements assurés par Clément Colson puis François Divisia.

24 Arbitrage mené par André Morice en septembre 1955, puis arbitrage mené par Paul Ribeyre en 1957.

25 Centre d’étude des revenus et des coûts (1969), « Surplus de productivité globale et comptes de surplus », Documents du CERC, no 1, p. 7-8.

26 La méthode est d’ailleurs pensée dès son développement comme un guide de l’évolution des salaires par André L.-A. Vincent (1965, 1969, 1971).

27 Le développement de nouvelles installations et infrastructures entraîne une montée en compétence, dont fait état l’entreprise. Ainsi, dans le calcul des masses salariales d’EDF et GDF en 1964 et 1963, il est fait état d’une modification de la technicité globale du personnel. Celle-ci serait expliquée par les formations données aux employés pour qu’ils puissent exploiter les nouvelles centrales thermiques ou encore pour que leurs compétences répondent à la modernisation de nouveaux procédés d’exploitation. EDF GDF Archives (1965), boîte no 823173, EDF GDF, Électricité de France – Gaz de France Masses salariales 1964 et 1963, 22 janvier.

28 À la veille de la grève de 1957, les syndicats et la direction décident de mettre en place un service minimum pour les établissements de santé, l’éclairage public, la signalisation, etc. (Sirot, 2008, p. 35)

29 La fluidité sociale est « l’intégration effective par le personnel des normes et objectifs de l’entreprise » (Vatin, 1987, p. 164). Selon Vatin, il s’agissait de créer un groupe homogène d’agents de contrôle répondant aux normes et objectifs de l’entreprise et pas nécessairement de réduire les coûts liés au travail. La fluidité sociale n’étant jamais pleinement réalisée, en revanche, des ruptures de flux sont possibles. La contractualisation de la grève vise à les encadrer pour maintenir le flux productif et assurer la sécurité des installations.

30 Georges Pompidou charge le 4 octobre 1963 Jean Toutée d’établir un rapport dont l’objectif affiché est de faciliter le dialogue et les négociations entre le personnel du secteur public (hors fonction publique) et le gouvernement.

31 EDF GDF Archives (1964), boîte no 823171, Confédération générale des cadres (1964), « Le Rapport Toutée », Bulletin de quinzaine, no 399, 1er-15 février.

32 Souligné par l’auteur. EDF GDF Archives (1964), boîte no 823171, Syndicat CGT des Services centraux d’EDF (1964), Compte-rendu de la Réunion du Bureau Confédéral des 12 et 14 février. Examen du rapport Toutée, 20 février.

33 EDF GDF Archives (1964), boîte no 823171, Confédération générale des cadres (1964), « Le Rapport Toutée », Bulletin de quinzaine, no 399, 1er-15 février.

34 EDF GDF Archives (1964), boîte no 823171, Réactions syndicales au rapport Toutée publiées par la presse quotidienne, 17 février.

35 EDF GDF Archives (1964), boîte no 823171, Confédération générale des cadres (1964), « Le Rapport Toutée », Bulletin de quinzaine, no 399, 1er-15 février.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 4. Résultats d’activité, dépenses liées au personnel et investissements à EDF (1958-1965)
Légende Note : les sommes sont exprimées en millions de nouveaux francs
Crédits Source : EDF GDF Archives (1962), boîte no 823168, Renseignements demandés par la Direction du Budget au Ministère des Finances, par la voie de M. J. P. Martin, Contrôleur d’État, 29 août
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/18938/img-1.png
Fichier image/png, 84k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Bénistand, « Lutte contre l’inflation : enjeux de la fixation des salaires à Électricité de France », Revue de la régulation [En ligne], 30 | 1er semestre/spring 2021 | 2021, mis en ligne le 07 juillet 2021, consulté le 28 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/regulation/18938 ; DOI : 10.4000/regulation.18938

Haut de page

Auteur

Hélène Bénistand

Doctorante, laboratoire Philosophie, histoire, et analyse des représentations économiques (Phare), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 112 boulevard de l’Hôpital, 75013 Paris ; helene.benistand@univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search