Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30 | 1er semestre/spring 2021Notes de lectureL’économie féministe et du genre ...

Notes de lecture

L’économie féministe et du genre en France : vers l’institutionnalisation ?

À propos des ouvrages d’Hélène Périvier, L’économie féministe, et de Guillaume Vallet, Économie politique du genre
Feminist Economics and Gender Economics in France: towards institutionalization?
Irène Berthonnet
Référence(s) :

Hélène Périvier, L’économie féministe. Pourquoi la science économique a besoin du féminisme et vice versa, préface T. Piketty, Paris, Presses de Sciences Po, 2020, 216 p.

Guillaume Vallet, Économie politique du genre, préface J. Nelson, Louvain-la-Neuve, De Boeck supérieur, coll. « Ouvertures économiques », 2020, 185 p.

Texte intégral

  • 1 Ce qui n’est pas contradictoire avec l’existence de travaux précurseurs documentés notamment dans l (...)
  • 2 Cela n’empêche pas Nancy Folbre d’être toujours sceptique, en 2007, sur le fait que l’économie fémi (...)
  • 3 Voir en particulier les travaux de Sylvie Morel et ceux du Réseau québécois en études féministes (R (...)
  • 4 Voir plus bas pour une discussion de la différence entre genre et féminisme.
  • 5 À l’exception notable du colloque Différents regards sur l’économie féministe, organisé par Artemis (...)

1Le travail de théorisation mené au sein des mouvements féministes dans les années 1970 a progressivement gagné les sciences humaines et sociales, où se sont développés de plus en plus de travaux féministes (ou sur le genre). Dans la discipline économique, l’intégration de ces perspectives s’est faite plus lentement, au point que Fatiha Talahite a pu parler de « résistance » de l’économie au genre1 jusqu’aux années 1990 (Talahite, 2014, p. 15). Cependant, à partir de cette date, les recherches sur le genre en économie se systématisent et s’organisent, comme en témoigne la naissance de l’International Association for Feminist Economics (IAFFE) en 1992, puis de la revue scientifique Feminist Economics2 en 1995 (Braunstein et al., 2020). Si ces recherches ont aussi été largement alimentées par certaines chercheuses francophones canadiennes3, la recherche française a été plus lente à intégrer la question. Aujourd’hui, de nombreux travaux de socioéconomie ou d’économie appliquée prennent en compte la dimension genrée de phénomènes tels que l’étude des inégalités sur le « marché du travail », par exemple. Cependant, jusqu’à récemment, très peu de recherches se situaient explicitement dans le sous-champ que je qualifierai d’« économie féministe et du genre4 » (EFG). De même, il n’existe pas de revue d’économie française consacrée à ces questions, ni d’association professionnelle, ni d’enseignements dans les cursus d’économie (à ma connaissance), ni de manuel. Quelques colloques se prêtant à des discussions scientifiques sur la question ont existé, mais ils ont rarement été organisés par des économistes5.

  • 6 Morel (2007) expose déjà l’importance d’une « fertilisation croisée » entre féminisme et économie i (...)

2La parution simultanée en 2020 des ouvrages d’Hélène Périvier, L’économie féministe, et de Guillaume Vallet, Économie politique du genre, témoigne d’un changement actuel de la situation. Ces livres viennent combler le manque de travaux d’économistes féministes sur le genre en français à destination de ce que je qualifierais pour l’instant de grand public (voir partie 1 ci-dessous pour une plus longue discussion sur le public auquel ces ouvrages sont destinés). Ils font dialoguer – quoique sous des formes différentes qui les rendent plutôt complémentaires que concurrents – l’économie hétérodoxe et l’EFG, dans une démarche proche de celle adoptée depuis longtemps par Sylvie Morel6 (2007 ; Morel et al., 2019). Dans les deux ouvrages, ce dialogue est considéré comme mutuellement enrichissant (pour l’économie ainsi que pour la réflexion féministe et sur le genre), contribuant à faire apparaître de nouveaux objets (travail domestique et éducatif, nouveau pour les économistes), de nouvelles approches des objets traditionnels (enrichir l’analyse des inégalités par celle de la production et distribution des ressources) et même parfois des méthodologies novatrices. Après avoir discuté de la forme hybride des deux ouvrages et du public qu’ils peuvent intéresser, je présenterai brièvement le contenu de chacun. La dernière partie revient sur le positionnement de l’EFG tel qu’il est proposé par les deux ouvrages : un sous-champ explicitement normatif permettant de mobiliser le lien science-société dans les analyses et dans le cadre d’une expertise économique permettant de réfléchir aux politiques économiques et sociales les plus adaptées.

1. Forme et public des deux contributions

3Avant même d’entrer dans la présentation du contenu de chaque ouvrage, il me semble intéressant de s’arrêter un instant sur leur format pour mieux cerner la nature des contributions et le public auquel elles s’adressent. Ces ouvrages participant à mon avis d’un processus d’institutionnalisation de l’EFG en France, la discussion sur leur forme et leur lectorat nous renseigne également sur l’avancement de ce processus.

4Les deux livres présentent une forme hybride, à la croisée des résultats de recherche, du manuel et de l’essai. Hélène Périvier et Guillaume Vallet écrivent tous deux s’adresser à un public de non-spécialistes de l’EFG (étudiant·es, chercheur·ses non-économistes ou tout public intéressé par la question), ce qui n’empêche pas leurs ouvrages de s’appuyer sur leurs recherches (relatives aux politiques fiscales et sociales de redistribution pour Hélène Périvier et à la macroéconomie et les institutions menant ces politiques pour Guillaume Vallet). L’ouvrage de Guillaume Vallet est même d’emblée assis sur ses recherches puisque l’introduction présente son modèle « Hub and spokes » permettant d’établir la logique binaire et inégalitaire du genre comme système social (Vallet, 2020, p. XI), remobilisé tout au long du livre. Dans le même temps, les deux ouvrages adoptent un positionnement proche de l’essai (surtout celui d’Hélène Périvier) en affirmant ne pas viser à l’exhaustivité, mais plutôt à la défense d’un point de vue engagé (Périvier, 2020) ou au traitement en particulier des « questions les plus vives de l’économie politique du genre » (Vallet, 2020, p. XXI). Cependant, l’ouvrage de Guillaume Vallet se présente sous la forme d’un manuel, avec des chapitres thématiques, et il est publié par les éditions De Boeck supérieur en tant que tel.

5La forme quelque peu indéterminée de ces ouvrages me semble s’expliquer précisément par le fait que l’EFG n’est pas encore un sous-champ installé et perçu comme légitime au sein de l’économie politique française. Cela rend difficile la centralisation des résultats sous une forme consensuelle susceptible de faire l’objet d’un manuel. Cependant, les recherches en EFG sont aussi trop développées pour pouvoir ignorer ses contributions, en particulier celles interpellant directement l’économie politique traditionnelle. L’étude de Guillaume Vallet revendique d’ailleurs explicitement de faire de l’économie politique du genre un sous-champ autonome de l’économie politique. Pour étayer cette revendication, il est nécessaire de mobiliser des résultats de recherches importants et de délimiter l’espace d’un tel sous-champ au sein des autres sciences sociales féministes et du genre ainsi qu’au sein de l’économie politique, ce que Guillaume Vallet fait d’ailleurs tout au long de son ouvrage.

6Néanmoins, l’EFG n’est pas encore assez structurée pour qu’il soit possible de rédiger un ouvrage de recherche relevant intégralement de ce champ : d’une part, les recherches relevant de l’EFG sont très variées et s’inscrivent dans des clivages existants en économie (Eydoux, 2020) ; d’autre part, le champ français – précisément du fait de sa faible institutionnalisation – ne structure pas (encore) de vrai programme de recherche ancré dans l’EFG. Tant Hélène Périvier que Guillaume Vallet sont spécialistes de domaines d’études (respectivement politiques sociales d’un côté et macroéconomie et histoire de la pensée de l’autre, pour le dire très rapidement) qui ne relèvent pas nécessairement de l’EFG. Leurs recherches, mobilisant fortement cette perspective, servent ici d’appui à la constitution du sous-champ. Le choix d’ouvrages à forme hybride, destinés à un public large, peut donc aussi être justifié par la même perspective : faisant appel à l’intérêt croissant du « grand public » pour cette dernière, depuis notamment le mouvement « me too », les deux économistes exercent une pression pour la reconnaissance du sous-champ académique, tout en fournissant des supports pour celles et ceux qui souhaiteraient établir leurs recherches dans le champ de l’EFG ou enseigner celle-ci aux étudiant·es d’économie.

2. Présentation générale

2.1. L’économie féministe d’Hélène Périvier

7Hélène Périvier est économiste à Sciences Po et directrice du Programme de recherche et d’enseignement des savoirs sur le genre de Sciences Po (Presage). Son livre présente plutôt la forme d’un essai que celle d’un manuel ou d’une contribution à la recherche. Il est formellement divisé en trois parties de deux chapitres chacun (I. L’économiste, la féministe et la cité ; II. Au-delà de l’homme économique ; III. L’économie au défi de l’égalité), mais, en ce qui concerne le contenu, on peut distinguer deux parties.

8La première partie (chapitres 1-4) constitue une bonne introduction pour les étudiant·es ou le grand public désireux de se documenter sur les apports mutuels du féminisme et de l’économie, ainsi que sur leur histoire. Le premier chapitre retrace l’histoire de la discipline pour mettre en lumière ce qu’Hélène Périvier nomme « ses excès », c’est-à-dire la généralisation de certaines hypothèses néoclassiques dans le cadre du néolibéralisme et la tendance systématique des économistes à hiérarchiser les approches plutôt qu’à accepter un pluralisme qui serait plus fertile. Le deuxième chapitre met en évidence quelques apports théoriques structurants des différents féminismes (concept de genre, exploitation des femmes par le travail domestique, par exemple) pour « en retrouver l’écho dans la pensée économique » (Périvier, 2020, p. 61). À partir de là, le chapitre trois retrace les apports des réflexions et théories féministes à l’économie politique, sur des thèmes variés tels que le care ou l’efficacité des politiques publiques. Le chapitre quatre propose une relecture de l’histoire de la pensée économique y introduisant les travaux de femmes économistes souvent oubliées par l’histoire traditionnelle de la discipline, étude qui fait écho à la parution récente de The Routledge Handbook of the History of Women’s Economic Thought (Madden & Dimand, 2019). Le chapitre d’Hélène Périvier qui s’y trouve apporte à cette histoire une classification des types de contributrices, qu’elle identifie comme vulgarisatrices, conjointes ou pionnières.

9La seconde partie (chapitres 5, 6 et conclusion) repose davantage sur les recherches propres d’Hélène Périvier, portant sur les politiques sociales et fiscales. Cette partie lui permet de développer un point de vue original sur certaines thématiques classiques du féminisme, comme celle du travail domestique gratuit, par exemple. Proposant une approche articulant marché, État et famille, l’auteure met l’accent sur le rôle des contextes institutionnels et des différents modèles d’État social dans l’organisation d’une inégalité structurelle entre femmes et hommes qui ne laissera pas la lectrice régulationniste indifférente. D’après elle, il faut comprendre l’ordre sexué comme le résultat de politiques sociales, fiscales et familiales qui l’instituent et elle en conclut logiquement que les États sociaux ont participé à organiser le patriarcat au moins autant que le capitalisme. Elle documente en particulier la création du « modèle de Monsieur Gagnepain », c’est-à-dire une situation où l’ensemble des protections juridiques et sociales sont associées au droit familial, centré sur le contrat de mariage. Ce système aurait rendu rationnelle la spécialisation des femmes dans la sphère de la reproduction sociale plutôt que dans la production capitaliste pour toutes les catégories sociales. En effet, la politique fiscale a permis de socialiser le coût de la spécialisation sexuée des rôles, la rendant ainsi accessible à l’ensemble des couples. Aujourd’hui, l’augmentation du salariat féminin a amorcé une transformation de ce modèle, transformation qui reste néanmoins inachevée puisque les mécanismes de protection sociale liés au statut familial n’ont pas été mis à jour. Elle appelle finalement à une réforme de l’imposition des couples qui permettrait de financer l’allongement du congé paternité ou parental (ou les deux) et plus généralement à repenser tout le système social et fiscal. Enfin, le dernier chapitre réaffirme l’enjeu de la mise en place de politiques pour atteindre l’objectif de l’égalité et débouche sur une conclusion intitulée « Pour une économie politique féministe », dans laquelle Hélène Périvier revient sur la directive proposée par la Commission européenne en 2017 pour instaurer un congé parental égalitaire (4 mois par parent) à laquelle de nombreux gouvernements s’opposent, dont celui d’Emmanuel Macron.

2.2. L’économie politique du genre de Guillaume Vallet

  • 7 Il s’agit du domaine de son doctorat, mais Guillaume Vallet travaille également dans le champ de l’ (...)

10Guillaume Vallet est économiste à l’université Grenoble Alpes, il est docteur en économie (macroéconomie monétaire7) et en sociologie (sociologie du genre). Son ouvrage a une vocation plus académique que celui d’Hélène Périvier, puisqu’il revendique la constitution de l’économie politique du genre comme branche à part entière de l’économie politique (à la fois autonome et en dialogue avec les autres branches). L’ouvrage est présenté comme un manuel et en a la forme, mais repose aussi sur des résultats de recherches obtenus par l’auteur dans ses travaux. Le profil de recherche atypique de Guillaume Vallet, en particulier, lui permet de faire dialoguer la thématique du genre avec des approches plus traditionnelles en économie hétérodoxe, par exemple la macroéconomie post-keynésienne, dans une perspective adoptée jusqu’à présent uniquement par Irene Van Staveren (2010).

  • 8 Pour une critique de cette approche, voir notamment les travaux de Naila Kabeer (2005).

11L’introduction articule la thématique du genre avec l’économie politique et circonscrit ainsi l’objet du manuel. Le premier chapitre, intitulé « L’économie politique du genre : la constitution d’un champ » est clairement le plus institutionnel, puisque Guillaume Vallet y expose sa revendication de faire de l’économie politique du genre un sous-champ de l’économie politique. Les chapitres suivants correspondent à ce que l’on attend d’un manuel et traitent des thèmes principaux de l’EFG. Le chapitre deux aborde les inégalités scolaires et salariales vues par l’économie politique (ce choix interroge néanmoins le ou la lecteur·rice économiste, plus familier·ère des inégalités patrimoniales que des inégalités scolaires). Le chapitre trois introduit un thème classique de la littérature féministe, celui de l’articulation entre les domaines public et privé que Guillaume Vallet qualifie de « relation sphère domestique-sphère professionnelle », en discutant particulièrement du poids du travail de reproduction sociale non marchand, encore largement réalisé par les femmes, pour lequel il propose des pistes d’intégration dans la comptabilité nationale, remplaçant notamment le produit intérieur brut par un revenu national élargi (qui prendrait en compte à la fois l’investissement et le revenu non marchands générés par le travail d’éducation des enfants et par l’autoproduction domestique). Le quatrième chapitre aborde les enjeux du genre dans le développement économique et durable introduits avec la notion d’empowerment des femmes, ce qui correspond à l’approche du développement par les organisations internationales8 depuis les années 1990 (Prévost, 2011). Le chapitre cinq et dernier chapitre propose un panorama de l’importance du genre dans les institutions internationales, à la fois dans leurs structures internes (univers genré) et dans leurs politiques. L’analyse de l’impact genré de la politique monétaire (effets distributifs et impact sur l’emploi féminin) constitue un apport particulièrement stimulant, où la double compétence de Guillaume Vallet (sur le genre et en macroéconomie) permet réellement d’intégrer le genre à l’économie politique plutôt que d’en faire une dimension superposée à une analyse plus traditionnelle. Son étude des effets des politiques monétaires croise de façon approfondie les notions de classe, de secteur, de genre et de stratégie de développement, rappelant notamment le travail de Thierry Ribault (2000).

3. Quel positionnement épistémologique et politique pour une économie politique féministe et du genre ?

  • 9 On trouve déjà cet argument dans la pensée de Sylvie Morel (2007, p. 17‑18), pour qui l’institution (...)

12La question qui se trouve au cœur de la réflexion sur l’EFG proposée par les deux ouvrages est aussi ce qui intéressera le plus le ou la lecteur·rice de la Revue de la régulation : quels sont les fondements d’une épistémologie commune à l’économie politique et aux savoirs féministes ou du genre ? Pour Hélène Périvier comme pour Guillaume Vallet, l’un des principaux points de recoupement est le positionnement explicitement normatif de l’EFG9. Cependant, la norme proposée dans l’Économie féministe diffère de celle qui est constitutive de l’Économie politique du genre.

  • 10 Il faut néanmoins souligner que cette différenciation entre le féminisme et le genre n’épuise pas l (...)

13L’économie d’Hélène Périvier est normative car elle est explicitement féministe, au sens où elle considère l’égalité femme-homme comme un objectif à atteindre en soi (et non dans une perspective instrumentale, où ladite égalité sert avant tout à améliorer les performances). Son féminisme, ainsi défini, est présenté comme une dimension d’un positionnement égalitariste général et relève d’un impératif de justice. À ce titre, elle rejette l’économie néoclassique qui prétend, depuis le xixe siècle, faire une économie positive, tout comme elle rejette l’élargissement plus récent de ce paradigme à l’étude de toutes les questions sociales (Périvier, 2020, p. 17-18). Chez Guillaume Vallet, l’objectif recherché dans la démarche d’économie politique du genre est celui de l’augmentation du bien-être général de la population. Contrairement à Hélène Périvier, qui décrit une situation où les hommes en tant que groupe ont des privilèges à maintenir, Guillaume Vallet considère que la réduction du rôle économique et social du genre dans l’économie capitaliste sera bénéfique non seulement pour les femmes mais aussi pour tous, dans la mesure où le genre organise plutôt un continuum de domination qu’une opposition entre deux groupes. Les deux ouvrages sont donc complémentaires à travers leurs positionnements (féminisme en face de genre10).

  • 11 Elle mobilise le terme d’« économie politique » dans sa conclusion, mais en donnant à l’expression (...)

14Les deux économistes présentent cette normativité assumée comme une composante intégrante d’une économie politique ou institutionnaliste : Guillaume Vallet ancre sa réflexion dans une économie politique qu’il prend la peine de définir et de positionner dans une démarche de sciences sociales, où – contrairement aux sciences de la nature – il serait impossible de faire abstraction de la normativité (voir son chapitre 1). Hélène Périvier s’inscrit quant à elle dans l’institutionnalisme11, qu’elle ne définit comme ni marxiste ni néoclassique, deux paradigmes qu’elle accuse d’avoir évacué les questions de justice et de morale de la science économique, ce qui lui semble contradictoire avec l’objectif égalitariste qu’elle revendique. L’institutionnalisme d’Hélène Périvier s’inscrit néanmoins dans une approche de l’économie comme science des moyens (Périvier, 2020, p. 179) qui peut renseigner sur l’allocation des ressources rares permettant de servir l’idéal d’égalité femmes-hommes.

15Si Hélène Périvier et Guillaume Vallet associent tous deux leur positionnement normatif à une économie politique, c’est surtout pour proposer des politiques économiques et sociales permettant d’atteindre les objectifs ainsi explicités. Le positionnement épistémologique d’une EFG hétérodoxe s’accompagne ainsi de la posture fréquente en économie politique consistant à mobiliser les analyses économiques au service d’un réformisme politique pour conseiller les gouvernements sur la bonne marche à suivre. Cette perspective est centrale dans l’ouvrage d’Hélène Périvier, comme le montre sa conclusion – dont le sous-titre est « Pour une économie politique féministe » – dans laquelle elle discute de la réforme d’ampleur à mener sur les politiques sociales, fiscales et familiales, dans le cadre d’une nouvelle articulation institutionnelle entre famille, État et marché. Comme évoqué plus haut, Guillaume Vallet donne quant à lui un autre sens au terme d’économie politique, mais cela ne l’empêche pas de considérer aussi que l’économie politique du genre doit permettre de formuler les politiques économiques et sociales améliorant le bien-être global. Ainsi, les deux économistes considèrent que c’est à l’État d’agir pour desserrer le rôle du genre et de la domination masculine et ce, malgré le fait que l’État a joué par le passé un rôle actif dans l’organisation d’un capitalisme genré. Aujourd’hui, ce serait aux États de refondre les systèmes de politiques sociales et économiques pour créer une nouvelle économie capitaliste aménagée et débarrassée de ses aspects patriarcaux.

  • 12 Hélène Périvier rappelle d’ailleurs que c’est le féminisme matérialiste qui a introduit la perspect (...)
  • 13 Les économistes de la Review of Radical Political Economics avaient cependant été pionnières en pub (...)

16Finalement, il est intéressant de relever que l’institutionnalisation en France d’une approche de type EFG au sein de l’économie comme discipline académique semble passer par le développement d’une expertise économique sur le genre. En effet, une économie politique du patriarcat existe déjà depuis les premières théorisations féministes des années 1970, donc bien avant l’institutionnalisation même de l’économie féministe nord-américaine12. Cependant, c’était alors une économie qui n’était pas théorisée par des économistes (mais par des féministes et des chercheuses d’autres sciences sociales, en particulier des sociologues13). Elle était conçue dans une approche féministe matérialiste (marxiste et non marxiste) qui analysait un système d’oppression et d’exploitation des femmes, dénonçant le patriarcat comme structure à renverser. Ce dernier y était pensé comme un système relativement autonome du capitalisme, dont l’analyse ne préoccupait que peu les économistes, qui se considèrent traditionnellement plutôt comme des spécialistes du système capitaliste. L’intégration de l’EFG dans le champ de l’économie académique par des économistes de profession a conduit à un relatif abandon de la vision systémique du patriarcat, pour lui préférer des approches à travers la notion de « capitalisme genré » qui mettent l’accent sur l’exercice continu de la domination masculine entre sphères privée et sociale. Ainsi, pour Guillaume Vallet, si la domination masculine préexiste au capitalisme, ce dernier la renforce en accentuant la séparation entre sphères professionnelle et domestique (Vallet, 2020, p. 95). En outre, le genre est vu comme un système créant des sphères spécifiques d’accumulation du capital, rendues possibles par l’exercice continu du pouvoir masculin. L’auteur donne ainsi l’exemple du proxénétisme, interprété comme une position qui permet l’accumulation de capital financier par les hommes à partir du travail des femmes, travail qui est rendu possible par une situation contrainte dans la sphère domestique et par le contrôle du proxénète sur l’ensemble de la vie privée de la prostituée (ibid., p. 76-77). Cette approche par la notion de « capitalisme genré » débouche finalement sur la nécessité de sa prise en charge par l’État, dans le cadre de politiques économiques et sociales adéquates. L’institutionnalisation d’une EFG en France semble donc passer par un rabattement de la question du patriarcat sur celle du capitalisme, permettant à l’économiste hétérodoxe de proposer des politiques économiques et sociales destinées à avancer progressivement vers l’égalité et le bien-être global.

Haut de page

Bibliographie

Braunstein E. et al. (2020), « Gender at the core of systems of power and inequality », Revue de la régulation, no 27.

Delphy C. (2013a), L’ennemi principal, t. 1 Économie politique du patriarcat, Paris, Syllepse, coll. « Nouvelles questions féministes ».

Delphy C. (2013b), L’ennemi principal, t. 2 Penser le genre, Paris, Syllepse, coll. « Nouvelles questions féministes ».

Eydoux A. (2020), « Les lignes de faille de l’économie féministe », L’Économie politique, no 88, p. 56‑68.

Folbre N. & E. Hertz (2007), « C’est qui, “nous” ? Entretien avec Nancy Folbre, économiste féministe », Nouvelles Questions Féministes, vol. 26, no 2, p. 110‑115.

Kabeer N. (2005), « Gender equality and women’s empowerment: a critical analysis of the third millennium development goal », Gender & Development, vol. 13, no 1, p. 13‑24.

Madden K. & R. Dimand (eds) (2019), Routledge Handbook of the History of Women’s Economic Thought, Abingdon, Routledge, coll. « Routledge international handbooks ».

Morel S. (2003), « La notion de “marché” : un piège pour la pensée critique », in Colloque international de l’Alliance de recherche IREF/Relais-femmes sur le mouvement des femmes québécois, L’accès des femmes à l’économie à l’heure de l’intégration des Amériques : quelle économie ?, Université du Québec à Montréal, 23-26 avril.

Morel S. (2007), « Pour une “fertilisation croisée” entre l’institutionnalisme et le féminisme », Nouvelles Questions Féministes, vol. 26, no 2, p. 12‑28.

Morel S. et al. (2019), « Pour une économie féministe radicalement hétérodoxe », Revue de la régulation, no 25.

Périvier H. (2020), L’économie féministe. Pourquoi la science économique a besoin du féminisme et vice versa, préface T. Piketty, Paris, Presses de Sciences Po.

Prévost B. (2011), « Le genre dans les nouvelles stratégies de lutte contre la pauvreté : de Sen à la Banque mondiale », in Guérin I., Hersent M. & L. Fraisse (dir.), Femmes, économie et développement. De la résistance à la justice sociale, Toulouse, Érès, coll. « Sociologie économique », p. 29‑61.

Ribault T. (2000), « Toyotisme et daiéisme : deux pôles complémentaires du rapport salarial au Japon », Économies et sociétés, vol. 34, no 1, p. 71-100.

Talahite F. (2014), « Genre et théorie économique », Regards croisés sur l’économie, no 15, p. 13‑28.

Vallet G. (2020), Économie politique du genre, préface J. Nelson, Louvain-la-Neuve, De Boeck supérieur, coll. « Ouvertures économiques ».

Van Staveren I. (2010), « Post-Keynesianism meets feminist economics », Cambridge Journal of Economics, vol. 34, no 6, p. 1123‑1144.

Haut de page

Notes

1 Ce qui n’est pas contradictoire avec l’existence de travaux précurseurs documentés notamment dans les ouvrages d’Hélène Périvier (2020, chapitre 4) et Guillaume Vallet (2020, p. 3-8 et p. 72-76).

2 Cela n’empêche pas Nancy Folbre d’être toujours sceptique, en 2007, sur le fait que l’économie féministe soit réellement reconnue aux États-Unis comme une sous-discipline à part entière (Folbre & Hertz, 2007).

3 Voir en particulier les travaux de Sylvie Morel et ceux du Réseau québécois en études féministes (Réqef).

4 Voir plus bas pour une discussion de la différence entre genre et féminisme.

5 À l’exception notable du colloque Différents regards sur l’économie féministe, organisé par Artemisa Flores Espinola, Sylvie Morel et Fatiha Talahite au sein du Congrès international des recherches féministes dans la francophonie (Cirff) à Paris en 2018.

6 Morel (2007) expose déjà l’importance d’une « fertilisation croisée » entre féminisme et économie institutionnaliste. Son approche est plus explicitement ancrée dans les travaux de John Commons et son programme de recherche l’a également conduite à mobiliser concrètement l’institutionnalisme dans la pensée critique féministe (voir par exemple sa discussion de l’inadéquation de la notion de marché pour penser l’articulation entre marché, État et économie sociale [Morel, 2003]).

7 Il s’agit du domaine de son doctorat, mais Guillaume Vallet travaille également dans le champ de l’histoire de la pensée économique.

8 Pour une critique de cette approche, voir notamment les travaux de Naila Kabeer (2005).

9 On trouve déjà cet argument dans la pensée de Sylvie Morel (2007, p. 17‑18), pour qui l’institutionnalisme, comme le pragmatisme, contient et explicite les aspects normatifs présents dans tout processus d’enquête.

10 Il faut néanmoins souligner que cette différenciation entre le féminisme et le genre n’épuise pas le questionnement du positionnement normatif de l’EFG (féminisme ou genre ?) et qu’elle ne fait pas l’objet d’un consensus. En prenant appui sur la tradition matérialiste qui définit le genre avec une charge subversive plus forte que celle d’un positionnement féministe fondé sur la seule revendication d’une égalité (par exemple, Delphy, 2013a ; 2013b), Morel considère par exemple que l’économie du genre est une version radicale de l’économie féministe (Morel et al., 2019).

11 Elle mobilise le terme d’« économie politique » dans sa conclusion, mais en donnant à l’expression un tout autre sens sur lequel je reviens plus loin.

12 Hélène Périvier rappelle d’ailleurs que c’est le féminisme matérialiste qui a introduit la perspective féministe en économie, même si elle identifie – comme Guillaume Vallet, d’ailleurs – des précurseur·es remontant encore plus loin.

13 Les économistes de la Review of Radical Political Economics avaient cependant été pionnières en publiant un numéro spécial sur « l’économie politique des femmes » dès 1972, suivi par un numéro spécial sur le genre en 1980.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irène Berthonnet, « L’économie féministe et du genre en France : vers l’institutionnalisation ? », Revue de la régulation [En ligne], 30 | 1er semestre/spring 2021 | 2021, mis en ligne le 07 juillet 2021, consulté le 28 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/regulation/18988 ; DOI : 10.4000/regulation.18988

Haut de page

Auteur

Irène Berthonnet

Maîtresse de conférences, Université de Paris, Laboratoire dynamiques sociales et recomposition des espaces (Ladyss), Université Paris Ouest Nanterre La Défense, bâtiment W 217 A, 200 avenue de la République, 92001 Nanterre ; irene.berthonnet@u-paris.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search