Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30 | 1er semestre/spring 2021Notes de lectureL’économie numérique : une involu...

Notes de lecture

L’économie numérique : une involution du mode de production capitaliste ?

À propos de l’ouvrage Techno-féodalisme. Critique de l’économie numérique de Cédric Durand
The digital Economy: an involution of the capitalist mode of production? About the book Techno-féodalisme. Critique de l’économie numérique by Cédric Durand
Sterenn Lebayle et Nicolas Pinsard
Référence(s) :

Cédric Durand, Techno-féodalisme. Critique de l’économie numérique, Paris, Zones, 2020, 253 p.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Soit Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft.

1Dans son dernier ouvrage, Techno-féodalisme. Critique de l’économie numérique (2020), Cédric Durand s’empare de la question de l’économie numérique et de ses conséquences sur les dynamiques socio-économiques contemporaines. Sous un angle différent, cet ouvrage prolonge sa réflexion sur le capital fictif (Durand, 2014), dans laquelle il identifiait les trois ressorts de ce dernier : les « profits financiers », la « dépossession » et le « parasitisme ». Sans l’énoncer explicitement, son dernier ouvrage traite de cette dernière dimension, le parasitisme, à travers le rôle de l’économie numérique et des Gafam1 dans la captation prédatrice de la plus-value. Plus généralement, l’ambition de cet ouvrage est d’interroger les dernières mutations du capitalisme pour identifier les dynamiques qui pourraient, à terme, faire émerger un nouveau mode de production. C’est en ce sens que l’hypothèse « techno-féodale » doit s’entendre.

2L’ouvrage de Durand fait 256 pages et est structuré en quatre chapitres. Le premier chapitre, « Misère de l’idéologie californienne », identifie un consensus qui joue un rôle idéologique structurant et promeut des politiques économiques favorables aux start-up : le « consensus de la Silicon Valley », qui repose sur « [l’]innovation et [l’]entrepreneuriat dans l’économie de la connaissance » (p. 17). L’auteur réalise une généalogie de ce consensus et souligne le rôle de certaines fondations, telles que la Progress & Freedom Foundation, dans la promulgation d’idées libertariennes qui revendiquent un rôle extrêmement réduit de l’État dans l’économie numérique, tout en mettant en avant le caractère fondamental de la sécurisation des droits de propriété. Ce consensus est structuré autour de trois piliers : une approche théorique néo-schumpetérienne, une mise en concurrence généralisée, y compris sur un marché du travail devenu flexible, et une protection des droits de propriété intellectuelle assortie d’une fiscalité réduite. L’auteur met en évidence les contradictions du consensus de la Silicon Valley avec la réalité de l’économie numérique et en particulier avec l’intervention structurante de l’État fédéral américain dans ce secteur. La formation de monopoles, les Gafam, dans ce marché revendiqué comme horizontal constitue l’autre contradiction de ce consensus. S’il se révèle n’être qu’un mythe, le consensus de la Silicon Valley alimente aussi une idéologie d’exportation, dont l’un des effets a été d’empêcher tout interventionnisme économique européen dans le domaine numérique.

  • 2 On retrouve ici la notion de « Big other », de Shoshana Zuboff (2015), selon laquelle les individus (...)

3Le chapitre 2, « La domination du numérique », aborde les effets de la construction de monopoles au sein de l’économie numérique sur le plan des individus, de la coordination et de la domination. Au sein de ce chapitre, Durand souligne que les monopoles ne concentrent pas les données uniquement pour assurer la coordination des agents économiques. Ils ont aussi un rôle proactif d’orientation du comportement des individus et des entreprises. Ce double mouvement de données assuré par les Gafam aboutit en réalité à la formation d’une « gouvernementalité algorithmique », qui engendre la perte pour les subjectivités de toute capacité de réflexivité2 (2020, p. 105). Ce double mouvement est rendu possible par la centralité des monopoles du numérique dans le processus de captation et de restitution des données, dont l’un des effets est l’accentuation de la position centrale et dominante de ces entreprises.

4Le chapitre 3, « Les rentiers de l’intangible », explore la domination des Gafam en cherchant à en définir les caractéristiques singulières. L’abaissement des coûts de communication permet au capital de s’affranchir en partie des frontières nationales, en facilitant la coordination des différentes étapes de la production. Les chaînes mondiales de valeur (global value chains) deviennent alors structurées par la production d’actifs intangibles. D’une part, la domination des Gafam repose sur la coordination des chaînes mondiales de valeur et, d’autre part, les actifs intangibles produits par ces entreprises, tels que des logiciels ou des savoir-faire, connaissent des rendements d’échelle croissants et quasiment infinis, en raison de la faiblesse des coûts marginaux de ces produits, leur permettant de capter une part disproportionnée de la valeur produite le long de la chaîne de production. La forme de cette domination amène Durand (ibid., p. 173) à considérer que que la monopolisation intellectuelle, liée aux actifs intangibles, est devenu le plus puissant moyen de capter la valeur. Le développement du numérique alimenterait ainsi une économie de rente.

5Enfin, le chapitre 4, « L’hypothèse techno-féodale », ouvre la discussion théorique sur les effets de cette économie de rente sur les rapports de production et les forces productives – selon un couple marxiste classique. Au cœur de l’économie numérique, Durand identifie des logiques spécifiques qui se distingueraient de celles du mode de production capitaliste. Cette identification donne lieu à « l’hypothèse techno-féodale », selon laquelle l’économie numérique orienterait les investissements vers la protection et l’expansion de rentes numériques au détriment de finalités productives : l’accaparement et la production de données, selon une boucle rétroactive, engendrent en effet une captation de rentes par les entreprises numériques. Durand mobilise le concept de prédation – précédemment développé par Thorstein Veblen (1978 [1899]) et Mehrdad Vahabi (2016) – pour nourrir son hypothèse techno-féodale d’après laquelle la dynamique de captation de rentes par ces entreprises numériques relèverait du féodalisme, mais d’un féodalisme structuré par les technologies de l’information et de la communication (TIC), d’où le concept de techno-féodalisme. Dans cette perspective, de façon similaire aux fiefs féodaux où le seigneur exerçait une domination sans partage, le politique et l’économique seraient unifiés là où les entreprises numériques rendraient dépendants et captifs les consommateurs, ces derniers devenant en définitive des sujets de la glèbe numérique.

6Les deux derniers chapitres constituent le cœur de l’ouvrage : c’est dans ceux-ci que le concept de techno-féodalisme est justifié. Il faut saluer le travail entrepris par Durand (2014 ; 2020) pour identifier les conséquences des dynamiques socio-économiques contemporaines, à savoir la faiblesse des taux d’investissement et des gains de productivité, l’atonie de la croissance occidentale, le gonflement du crédit, la hausse des inégalités, etc. Dans cet ouvrage, en particulier, il propose une voie d’interprétation de l’économie numérique différente de celle du digital labor (Casilli, 2019), qui tend à concevoir toute activité humaine comme du travail lors de l’utilisation de technologies numériques. Or, en considérant tout revenu comme un profit directement tiré de l’exploitation d’un travail, le digital labor ne peut expliquer ces faits stylisés du régime d’accumulation. L’ouvrage de Durand constitue à cet égard un réel apport et rend possible la discussion de notions importantes, comme la rente et le rapport entre le politique et l’économique.

7Il nous semble néanmoins que l’ouvrage bute sur certaines limites qui, pourtant, représentent les axes structurants de l’argumentaire. C’est dans cette direction que nous proposons de poursuivre la note de lecture, en réalisant une critique de l’analogie entre rentes et féodalité (1.) et en montrant que l’économie numérique, en raison de la nature des revenus dégagés et parce qu’elle ne se passe pas d’une intervention politique, reste inscrite dans le cadre d’analyse du capitalisme et peut-être plus précisément dans celui de l’impérialisme (2.). Nous souhaitons ainsi suggérer que le cadre de la féodalité se révèle inadapté pour décrire les mutations que documente Durand (2020), tandis que le cadre du capital reste parfaitement adéquat pour l’analyse des enjeux contemporains.

1. Rentes et numérique : le féodalisme est-il le bon filon ?

Face au concept polysémique de rente, Durand (id.) adopte une définition générale en soulignant principalement son caractère non productif comme forme de captation de valeur :

La problématique de la rente est directement liée à cette logique d’appropriation de valeur déconnectée d’un engagement productif. C’est le cas de la propriété foncière des ressources naturelles, et c’est aussi le cas du secteur financier. […] La référence au féodalisme renvoie au caractère rentier, c’est-à-dire non productif, du dispositif de captation de la valeur. (Ibid., p. 220-221)

Il est pourtant utile de revenir sur les ambiguïtés du terme de rente, car ses multiples sens ne renvoient pas tous au féodalisme. Dans la première partie, nous revenons sur cette polysémie (1.1.) et sur les conséquences d’une interprétation trop générale du concept, qui conduit à adopter la grille du féodalisme pour l’analyse des rapports numériques (1.2.).

1.1. Ambiguïtés du concept de rente

8Dans l’analyse marxiste, quel que soit le mode de production, la valeur a pour origine le travail et un surtravail est capté par les exploiteurs. Ainsi, dans le mode de production capitaliste, la valeur d’échange d’une marchandise incorpore le temps de travail socialement nécessaire à sa production (Marx, 2014 [1867]). Il résulte de ce rapport d’exploitation la captation d’une plus-value par les propriétaires des moyens de production, donnant lieu à un profit. Là réside l’exploitation capitaliste. Or, des formes d’exploitation spécifiques correspondent à chaque mode de production. Dans le mode de production féodal, la rente féodale est le mécanisme par lequel les seigneurs exploitent les serfs.

  • 3 Sur ce point, nous partageons le point de vue de Cédric Durand (2020, p. 224) lorsqu’il cite Perry  (...)

9Ces deux modes de production engendrent la captation d’un surtravail par le biais soit du profit pour le capitalisme, soit de la rente féodale pour le féodalisme. Des dynamiques socio-économiques différentes sont néanmoins à l’œuvre dans ces deux modes de production. Dans le capitalisme, la dynamique d’appropriation du surtravail, prenant la forme historique de plus-value, procède de la propriété privée des moyens de production et implique en conséquence des investissements qui renouvellent et développent lesdits moyens. Dans le mode de production féodal, en revanche, l’appropriation du surtravail repose sur la propriété de la terre sur laquelle les serfs produisent ; le surtravail est donc approprié sous forme de rente terrienne perçue par le seigneur, soit en nature soit sous forme monétaire, précisément en raison du titre de propriété. Sachant que la terre seigneuriale ne se renouvelle pas ni ne s’accumule – à l’inverse des moyens de production du capitalisme –, il n’existe pas de dynamique d’investissement qui engendrerait un taux de croissance cumulatif et relativement élevé3.

Ce profil de développement – faiblesse de l’investissement et atonie des gains de productivité – serait caractéristique du mode de production féodal, mais aussi de l’économie numérique. C’est d’abord ce parallélisme qui invite Durand à l’analogie :

La référence au féodalisme renvoie au caractère rentier, c’est-à-dire non productif, du dispositif de captation de valeur. Et l’on retrouve cette idée de prévalence de la rente sur la logique productive dans le cas des firmes intensives en intangibles, notamment les plateformes. (Durand, 2020, p. 221)

10Seulement, concevoir la rente comme une caractéristique singulière du féodalisme n’a rien d’évident, car elle subsiste sous le mode de production capitaliste. Elle désigne alors un rapport qualitativement différent de la rente féodale, bien que toujours appuyé sur la propriété foncière. En effet, dans le mode de production féodal, la rente constitue l’essence même du surtravail : il s’agit du rapport d’exploitation directe qui lie le serf à son seigneur. En revanche, dans le mode de production capitaliste, la rente n’est plus qu’un revenu dérivé de la plus-value capitaliste : il s’agit d’un prélèvement, opéré au titre de la propriété d’un actif de production rare ou limité. La rente capitaliste n’existe qu’ex post, dans la répartition de la plus-value entre capitalistes et propriétaires fonciers. Cette dimension est capitale pour comprendre l’articulation logique des modes de production et le passage historique de l’un à l’autre. L’émergence de l’entrepreneur individuel transforme ainsi irrémédiablement la nature de la rente et la structure des anciens rapports de production, comme le souligne Marx :

Dès que le fermier capitaliste commence à s’interposer entre le propriétaire foncier et l’agriculteur exploitant, tous les rapports qui s’étaient constitués au sein de l’ancien mode de production se dissolvent. […] Le changement qui en résulte n’affecte pas seulement la forme réelle et accidentelle de la rente, comme dans les cas précédents, mais sa nature même. […] Ce n’est plus la rente, mais le profit, qui est la forme normale de la plus-value. (Marx, 2008 [1885, 1894], p. 1971-1972, nous soulignons)

11Rapport direct d’exploitation sous le féodalisme, la rente devient sous le capitalisme un rapport second, inscrit dans les circuits de répartition de la plus-value capitaliste. Dissimulés sous la même terminologie, il s’agit bien de deux rapports différents, attachés chacun à un mode de production distinct, les rapports de force que Durand repère dans l’économie numérique paraissant résolument appartenir à une configuration capitaliste où la rente est un rapport second qui ne relève pas de l’exploitation directe :

L’essor du numérique nourrit une gigantesque économie de rente, non pas parce que l’information serait la nouvelle source de valeur, mais parce que le contrôle de l’information et de la connaissance, c’est-à-dire la monopolisation intellectuelle, est devenu le plus puissant moyen de capter la valeur. (Durand, 2020, p. 173)

  • 4 Voir le cas historique des Corn Laws.
  • 5 « La rente est légitime lorsqu’une position est acquise par les mérites. En cela, les efforts d’inn (...)

12Ambivalent, le terme de rente l’est encore d’une autre manière, puisqu’il désigne les deux types de prélèvement que sont la rente foncière et la rente de monopole. Si le partage de la plus-value entre profits et rentes est déterminé en partie par le politique4, les rentes de monopole qui ne sont pas adossées à des actifs physiques et non reproductibles, mais procèdent de diverses barrières à l’entrée, sont à plus forte raison tributaires de la réglementation publique. La protection juridique de la propriété intellectuelle érige des barrières à l’entrée qui permettent aux détenteurs de brevets ou de bases de données de s’assurer temporairement d’une rente de monopole. Toutefois, cette protection juridique est susceptible d’être atténuée : il serait par exemple possible de réadapter le concept de facilité essentielle pour rendre compte du rôle de certains actifs numériques dans la production5 (Conseil national du numérique, 2014). Plus généralement, dans le cas des plateformes, des applications et des moteurs de recherche, on observe que certains marchés au profil de « monopole naturel » supportent dans la durée la présence de plusieurs concurrents (Evans & Schmalensee, 2017) : pour devenir et rester des monopoles, les entreprises de ces marchés nécessitent à la fois des investissements renouvelés et une intervention politique qui le leur permette. Les rentes de monopoles sont donc périodiques, transitoires et hautement dépendantes du niveau de réglementation. Au contraire de la rente foncière, elles ne peuvent constituer un pur revenu et impliquent un réinvestissement au moins partiel.

13Le choix d’assimiler les rentes numériques à des rentes foncières, plutôt qu’à des rentes de monopole, tend à naturaliser une situation qui pourrait simplement ressortir d’un rapport de force périodique entre firmes. Dans cet ouvrage, et bien qu’il soit lui-même à l’origine d’une taxonomie des rentes de monopoles intellectuels (Durand & Milberg, 2020), Durand ne tranche non seulement pas cette ambivalence, mais glisse régulièrement dans le champ de la rente foncière, en évoquant une « rareté absolue des données originales », en comparant les points de capture des données avec des puits de pétrole, en parlant de cyberterritoire pour adosser la collecte de données à un aspect territorial… Si, dans le mode de production capitaliste, la distinction entre rente foncière et rente de monopole peut sembler de l’ordre d’une disputatio sur le sexe des anges – puisque les deux dimensions de la rente reposent in fine sur un pouvoir de marché –, elle est utile pour contester le basculement des rentes de monopole dans la grille d’analyse de la féodalité, à laquelle elles ne peuvent correspondre. Avec l’usage indifférencié du concept de rentes, les rentes de monopoles intellectuels se trouvent ainsi assimilées aux rentes foncières et permettent à Durand de nourrir la comparaison avec une dynamique féodale marquée par la primauté de la domination territoriale.

1.2. L’hypothèse techno-féodale et les relations de dépendance

La naturalisation des rentes numériques passe par la notion de territoire et leur assimilation à une rente foncière. Elle permet d’envisager une situation qui ne serait pas transitoire, mais vouée à durer. D’après l’analyse de Durand (2020), des mutations structurelles affecteraient, par le biais des rentes numériques, le mode de production capitaliste. Ces caractères inédits justifieraient une grille de lecture nouvelle :

La dynamique du capitalisme est animée en son cœur par un impératif d’investissement lié à la concurrence et à la dépendance généralisée au marché. Or l’essor des intangibles bouscule cette logique classique. Les actifs numériques et leurs utilisateurs devenant indissociables, la mobilité des individus et des organisations est entravée. (Ibid., p. 210)

C’est bien d’abord une ambiguïté sur le statut conceptuel de la rente qui rend possible l’hypothèse techno-féodale. Dans cette hypothèse, les grandes firmes numériques ne seraient donc pas de simples trusts, mais mettraient en œuvre une stratégie médiévale de conquête de l’espace intangible numérique – qualitativement différente des stratégies de concentration des capitaux et de mise en place de barrières à l’entrée.

14Pour aboutir à l’analogie féodale, le processus de conquête et de domination territoriale se double d’une dépendance des sujets qui occupent ce territoire vis-à-vis des entités dominantes. L’approche prédatrice, en introduisant la notion de dépendance, est donc centrale dans ce glissement vers l’analogie féodale : « Dans cette configuration [d’économie numérique], l’investissement n’est plus orienté vers le développement des forces productives, mais des forces de prédation » (Ibid., p. 210). Le cadre théorique de la prédation (Vahabi, 2016) conçoit cette dernière et la protection comme les deux éléments d’un même rapport dialectique : la « proie » est protégée dans le cadre de la relation de prédation, ce qui la rend dépendante de ce rapport – indépendamment du mode de production. Pour Durand, la conquête des territoires numériques place en situation de dépendance et de mobilité contrainte les usagers qui occupent cet espace. Dans cette perspective, la dépendance est ce qui permet la comparaison du territoire de l’économie numérique avec les fiefs féodaux : « Les grands services numériques sont des fiefs dont on ne s’échappe pas. Cette situation de dépendance des sujets subalternes vis-à-vis de la glèbe numérique est essentielle car elle détermine la capacité des dominants à capter le surplus économique » (Durand, 2020, p. 218).

Cette comparaison introduit pourtant un glissement dans l’analyse, jusque-là cantonnée aux rapports de force interentreprises. La relation de dépendance, dans le fief féodal, est en effet à la fois personnelle et levier d’exploitation.

15L’École des Annales, à travers Marc Bloch (1982 [1939-1940]), définit les fiefs et la vassalité comme étant traversés par des relations de dépendance personnelle. La relation de dépendance féodale n’a pas encore fait l’objet d’un processus d’abstraction du pouvoir à travers la formation d’organisations qui le permettent. Au contraire, dans le mode de production capitaliste, la dépendance se réalise à travers une relation impersonnelle, dont la formation de sociétés anonymes cotées est l’une des figures : tout un processus en amont est ainsi nécessaire à la dépersonnalisation du pouvoir inscrit dans cette relation.

16Par ailleurs, la relation féodale de dépendance personnelle recouvre aussi un rapport d’exploitation directe des serfs par leurs seigneurs. Dans la comparaison entre le serf fuyant son fief et l’usager abandonnant une application, comme incarnation d’un même rapport de dépendance, on oublie que le rapport de dépendance du serf supporte aussi un rapport d’exploitation directe – ce qui, sauf à en revenir à l’hypothèse du digital labor, n’est pas le cas pour l’internaute.

17Le fait de définir le techno-féodalisme sous l’angle de la relation de dépendance amène donc à analyser des rapports de production proprement capitalistes au prisme du féodalisme. Or, les relations de dépendance entre les donneurs d’ordre et leurs fournisseurs ou leurs sous-traitants dans le secteur de l’automobile, par exemple, ne renvoient pas à une dimension féodale, mais bien à des rapports de production capitalistes, dont la forme est celle d’un éclatement de la production propre aux chaînes mondiales de valeur contemporaines (Klebaner, 2020). Dans le rapport entre sous-traitants et donneurs d’ordre, il n’est pas question d’exploitation de l’un par l’autre, mais d’une inégale répartition du surplus généré par l’exploitation des travailleurs des deux entreprises. La coexistence de la rente et du profit d’entreprise place donc clairement l’analyse dans le champ du mode de production capitaliste.

18De manière générale, la dépendance n’est pas un phénomène typiquement féodal : le capitalisme est aussi marqué par une dépendance générale, mais impersonnelle, qui découle du monopole de la classe capitaliste sur les moyens de production et de subsistance – dépendance qui contraint le prolétaire à louer et relouer sans cesse sa force de travail, reproduisant systématiquement les conditions de sa propre dépendance. Au sein de ce monopole de classe, il existe en outre des monopoles spécifiques qui, par le biais des mouvements de prix, sont susceptibles de capter une valeur supplémentaire. Finalement, pour préserver ces rentes de monopoles, une fraction importante doit en être réinvestie – au contraire de la rente féodale, voire de la rente absolue ou différentielle qui se transforme en pur revenu pour le rentier. Dès lors, dotée de ces caractéristiques, l’économie numérique ne serait-elle pas une simple variante de cartellisation de l’économie capitaliste ?

2. Retour au capital : monopoles, État et numérique

19Le fait que les revenus tirés du numérique doivent être substantiellement réinvestis et ne se transforment que partiellement en revenus pour les rentiers nourrit ce schéma d’une cartellisation. Cela permet de réaffirmer la pertinence d’un cadre d’analyse purement capitaliste. Dans ce cadre, la thématique de la rente de monopole n’épuise pas les types de revenus que les firmes tirent du numérique et dont la diversité met aussi l’accent sur les usages productifs des données (2.1.). D’autre part, l’intervention forte des États dans l’économie numérique entre en contradiction avec la grille de lecture féodale et invite plutôt à réinvestir les théories de l’impérialisme pour qualifier la période actuelle (2.2.).

2.1. Retour au capital

  • 6 Soit la recherche, pour une entreprise d’un secteur, d’un profit supérieur au profit moyen de l’ens (...)

20À revers de l’hypothèse techno-féodale, les parties plus empiriques de l’ouvrage donnent clairement à voir les rentes numériques comme le produit d’âpres stratégies pour monopoliser d’une part des données d’usagers et d’autre part des données de production. L’enjeu de ces stratégies étant, pour les capitaux individuels, d’échapper à la péréquation générale des profits6, les mécanismes en jeu appartiennent strictement à la dynamique capitaliste, sans comparaison possible avec les mécanismes de la dynamique féodale.

21Si le registre capitaliste de la rente se révèle en principe adéquat pour analyser une partie des revenus générés par l’économie numérique, il ne permet pourtant pas d’épuiser l’analyse des diverses formes de revenus associées à ce secteur de l’économie. La rente tirée du numérique se distingue en effet des profits que les firmes numériques peuvent tirer de leur activité. Une analyse moins absolue et plus diversifiée des revenus du numérique permet d’envisager les usages productifs qui émergent des données : les services numériques permettent d’accroître l’efficacité des entreprises d’autres secteurs à travers la hausse de la productivité, l’accélération de la circulation des marchandises, l’augmentation du volume des échanges, etc. Ces phénomènes permettent la réalisation d’un surprofit, selon une approche marxiste. L’usage des données engendre des effets sur la production et ne peut donc être perçu comme une simple captation de rentes.

Il en va ainsi d’Amazon, qui est une entreprise disposant d’une rente de monopole et qui, pourtant, réinvestit activement ses revenus plutôt que de verser des dividendes :

[…] Amazon n’est pas une entreprise financiarisée. […] Tandis qu’entre 2012 et 2017 les firmes de l’indice Standard & Poor’s 500 redistribuaient 98 % de leurs profits, Amazon investissait, innovait et étendait à une vitesse vertigineuse le spectre de son activité. (Durand, 2020, p. 93-94)

22Les revenus, parfois rentiers, tirés des activités les plus lucratives (et en particulier le cloud public, dont Amazon détenait près de 50 % des parts de marché mondiales en 2018) permettent alors un réinvestissement soutenu dans d’autres activités, comme la logistique (Berthelot, 2019). Or, ces investissements ne sont pas uniquement destinés à capter des revenus sous forme de rentes : ils améliorent la productivité d’activités très concrètes – ici la logistique – et permettent ce faisant de capter un profit des activités industrielles, qui peut être bonifié suivant les conditions technologiques dans lesquelles s’exerce l’activité. Ainsi, en 2018 en France, le chiffre d’affaires moyen par tête dans les entrepôts logistiques d’Amazon était trois fois supérieur à celui de ses concurrents de la distribution classique (id.). Si ce chiffre d’affaires n’est pas un indicateur de profitabilité de l’entreprise, il peut en revanche donner un indice de l’avance technologique d’Amazon sur ses concurrents.

23Des entreprises de l’économie numérique comme Amazon perçoivent donc plusieurs formes de revenus : rentes de monopole (prélevées sur l’ensemble des branches de la production), surprofit (prélevé au sein de chaque branche de production, en raison d’une productivité accrue) et profit d’entreprise. Cette distinction est nécessaire pour saisir les dynamiques socio-économiques des entreprises numériques, qui répondent à une logique propre au mode de production capitaliste et non à celle du mode de production féodal.

2.2. Économique et politique

24Le retour au cadre du mode de production capitaliste donne du sens à d’autres éléments de l’analyse et notamment à l’interrelation entre les instances économique et politique que Durand (2020) cherchait à analyser sous le prisme de la prédation. Dans sa propre grille, cette interrelation devenait ainsi l’un des éléments caractéristiques de l’involution féodale, « le caractère indissociablement politique et économique des rapports de domination, qui se cristallisent dans une institution centrale, le dominium, où le pouvoir sur les hommes se confondait avec le pouvoir sur la terre » (Durand, 2020, p. 204).

25Pourtant, cette interrelation est principalement marquée, outre le registre de « gouvernementalité algorithmique » (ibid., p. 105), par l’intervention de l’État. L’économie numérique dépend de l’État, en l’occurrence états-unien, pour son développement et la formation de ruptures technologiques. Sans la Defense Advanced Research Projects Agency (Darpa), agence publique états-unienne créée en 1958, le consensus de la Silicon Valley n’aurait pas vu le jour (Mazzucato, 2014). Cette agence américaine a directement financé le développement des ordinateurs personnels (personal computer, PC), des semi-conducteurs, des interfaces numériques entre l’humain et les PC et d’internet sous sa forme initiale : l’Arpanet, en 1969. Sans ces différents aspects, le « Big other » ne pourrait pas fonctionner et ne serait qu’une chimère. En 2015, la Darpa a lancé un nouveau programme intitulé Building Resource Adaptive Software Systems (Brass), dans le but de développer des algorithmes qui permettent aux logiciels de s’adapter automatiquement à leur environnement, à travers leur propre algorithme, sans aucune reprogrammation ou intervention humaine sur une durée de 100 ans (Defense Advanced Research Projects Agency, 2019). Le développement, d’intervention étatique, d’une telle intelligence artificielle (IA) s’inscrit directement dans les perspectives de croissance autour du transhumanisme espérées par Google et plus généralement par les entreprises numériques.

26En outre, les données du numérique sont matérielles : elles transitent par des réseaux câblés et supposent d’être stockées dans des data centers. L’organisation de ces réseaux et la localisation de ces serveurs font intervenir le territoire numérique des entreprises, mais également le territoire national des États. Puisqu’il s’agit d’actifs stratégiques, ces éléments entraînent une forte intervention de ces derniers (Cattaruzza, 2019). Apple en est une illustration exemplaire : cette entreprise héberge les données de ses utilisateurs chinois dans les centres de données de China Telecom, entreprise publique chinoise, du fait de la réglementation nationale qui interdit le transfert territorial des données personnelles. La signature de cet accord entre les deux entreprises révèle de nouveau le rôle crucial de l’État, du moins de la sphère publique, dans le développement de l’économie numérique. L’État joue un rôle primordial dans cette dernière, ce que souligne bien Durand lorsqu’il évoque le retard de l’Europe en la matière, incapable de piloter une politique industrielle ou de planifier une intervention publique structurante.

27Pourtant, la présence de l’État distingue le féodalisme du capitalisme (Bihr, 2019). Cette institution suppose le passage d’un pouvoir personnel à un pouvoir impersonnel qui se traduit notamment par l’émergence de finances publiques (Pinsard, 2020). La période de transition entre le féodalisme et le capitalisme est à cet égard révélatrice du caractère structurant de l’État dans cette dynamique institutionnelle et socio-économique. Selon Marx (2014 [1867], p. 165), « le commerce mondial et le marché mondial inaugurent, au XVIe siècle, l’histoire moderne de l’existence du capital ». Or, à cette période, l’expansion européenne a directement à voir avec le soutien militaire et financier de l’État et, inversement, les finances publiques font l’objet d’appropriation privée, notamment pour le cas français, à travers l’achat de titres rendu possible par l’accumulation de richesses provenant de l’expansion européenne (Dessert, 1984). La construction de l’État et l’émergence du capital se réalisent de façon conjointe et se distinguent des rapports sociaux ayant cours dans le féodalisme. Il est dès lors difficilement défendable de mobiliser la notion de féodalisme pour expliciter le fonctionnement de l’économie numérique, dans laquelle les États jouent un rôle primordial.

  • 7 La question de l’impérialisme, comme cadre théorique mettant en lumière les dynamiques socio-économ (...)

28Reste à envisager une grille de lecture alternative qui rendrait compte des phénomènes recensés par Durand sans tomber dans le parallèle avec la féodalité. Nous suggérons qu’un retour à la notion d’impérialisme puisse donner du sens à ces phénomènes – à condition de comprendre l’impérialisme comme le caractère d’une phase socio-historique périodiquement récurrente et non comme un stade ultime du capitalisme7. L’impérialisme désigne une phase où la concentration de capital sous forme de monopoles agit activement sur la reconfiguration de la hiérarchie internationale des puissances. Rejoignant la description de Durand, ces monopoles soutenus par leurs États respectifs tirent des rentes de la plus-value produite dans d’autres secteurs et dans d’autres territoires, d’une manière effectivement « prédatrice ». Ces transferts de valeur ont des effets néfastes sur la productivité générale qui peuvent bien être perçus comme une régression « féodale » s’accompagnant de bonds technologiques localisés.

  • 8 On peut analyser à travers cette perspective la guerre économique qui oppose les États-Unis à la Ch (...)
  • 9 Nous avons néanmoins conscience que l’interpénétration des économies amène le capital à se réguler (...)

29L’impérialisme donne ainsi à voir les effets des rapports concurrentiels entre fractions du capital, des rapports entre le capital et l’État et enfin des rapports de pouvoir interétatique des pays du centre8. Cependant, cette reconfiguration de la hiérarchie des puissances produit aussi des effets sur le rapport capital/travail au sein de chaque État. Or, l’hypothèse techno-féodale ne peut tenir ensemble ces différents niveaux d’analyse, en raison de l’absence d’identification des classes en jeu dans les phénomènes qu’elle documente. En effet, la notion d’« usagers » uniformément confrontés à la domination des monopoles nivelle la stratification de classe des agents économiques sous la figure unifiée de consommateurs. Au contraire, la théorie de l’impérialisme inclut à la fois la stratification de classe et le fait que l’expression de la lutte des classes demeure inévitablement nationale9 – ce qui ne va pas, du côté du capital comme du travail, sans divergences internes à chaque classe.

30La massification de la consommation d’équipements informatiques et de services internet présuppose une augmentation des salaires réels, obtenue par redistribution des gains de productivité. Il n’y aurait pas 904 millions d’internautes chinois sans lutte préalable pour le salaire, impulsant un début de redistribution des gains de productivité et une remontée de filière. Pour qui ne croit pas que le marché soit l’unique stimulant de l’innovation, c’est ainsi que la lutte des salariés en Chine affecte la domination internationale des États-Unis : en stimulant le rattrapage technologique national. À terme, ce rattrapage chinois et la contestation de la domination internationale des États-Unis qui l’accompagne pourraient affecter la situation et le pouvoir d’achat des travailleurs états-uniens : la lutte des classes en Chine rebattrait les cartes de la lutte des classes de l’autre côté du Pacifique. Avec la notion d’impérialisme, l’analyse des monopoles numériques s’inscrit dans un tableau plus vaste, qui permet d’envisager la manière dont les luttes des classes dans chaque aire, aussi bien celles du capital que celles du travail, peuvent se répercuter au sein des autres, en matière de politiques intérieure et étrangère.

Conclusion

31L’ouvrage Techno-féodalisme est un travail intéressant en raison de son ambition de saisir les dynamiques socio-économiques contemporaines à même de modifier les rapports de production et les forces productives. Durand (2020) propose une grille théorique novatrice pour comprendre l’économie numérique. C’est finalement grâce au travail conceptuel innovant de Durand que nous avons pu réaliser cette note de lecture critique, qui s’inscrit dans les débats contemporains à propos des rapports entre rente et profit et entre économique et politique dans le régime d’accumulation financiarisé.

32À la lecture de Techno-féodalisme, une question transversale nous intrigue : pourquoi chercher dans la réversibilité – ou l’involution – du mode de production capitaliste ce qui pourrait être retrouvé dans des conjonctures que ce mode de production a déjà traversées ? La combinaison entre des rentes de monopole, un affaiblissement de l’investissement et une relative stagnation des gains de productivité n’est pas une conjoncture inédite.

33Dans une période analogue, Léon Trotsky (1938) décrivait aussi la situation économique des années 1930 comme moribonde et annonciatrice d’un pourrissement du mode de production capitaliste : « Les forces productives de l’humanité ont cessé de croître. Les nouvelles inventions et les nouveaux progrès techniques ne conduisent plus à un accroissement de la richesse matérielle ». Il est frappant que la notion de stagnation séculaire ait été inventée par Alvin Hansen dans les années 1930 et qu’elle soit de nouveau mobilisée pour décrire l’activité macroéconomique depuis la crise financière de 2007 et la réhabilitation du concept par Lawrence Summers en 2013 (Roubtsova, 2016). Ces périodes passées nous montrent que si le capital traverse périodiquement des phases d’affaiblissement de la productivité en lien avec la concentration des capitaux, celles-ci sont temporaires – sous réserve, du moins, que le capital surmonte les conflits sociaux qui leur sont associés. Il est dès lors probable que la régulation de l’économie numérique suive cette tendance capitaliste, mais non sans effet sur le régime d’accumulation financiarisé.

Haut de page

Bibliographie

Anderson P. (2013), Lineages of the absolutist state, London, Verso, coll. « Verso world history ».

Becker J. & J. Jäger (2012), « Integration in crisis: a regulationist perspective on the interaction of european varieties of capitalism », Competition & Change, vol. 16, no 3, p. 169-187.

Berthelot B. (2019), Le monde selon Amazon, Paris, Le Cherche midi, coll. « Documents ».

Bihr A. (2019), Le premier âge du capitalisme, 1415-1763, t. 2 La marche de l’Europe occidentale vers le capitalisme, Paris, Syllepse.

Bloch M. (1982) [1939-1940], La société féodale [en ligne], éd. numérique P. Palpant, Paris, Albin Michel, coll. « L’Évolution de l’humanité ». URL : http://classiques.uqac.ca/classiques/bloch_marc/societe_feodale/bloch_societe
_feodale.pdf
[consulté le 27/05/2021]

Bürbaumer B. (2020), Le souverain et le marché. Théories contemporaines de l’impérialisme, Paris, éditions Amsterdam, coll. « Lignes rouges ».

Casilli A. (2019), En attendant les robots. Enquête sur le travail du clic, postface D. Méda, Paris, Le Seuil, coll. « La Couleur des idées ».

Cattaruzza A. (2019), Géopolitique des données numériques. Pouvoir et conflits à l’heure du big data, Paris, Le Cavalier bleu, coll. « Géopolitique ».

Conseil national du numérique (2014), Neutralité des plateformes. Réunir les conditions d’un environnement numérique ouvert et soutenable. URL : https://cnnumerique.fr/files/2017-09/CNNum_Rapport_Neutralite_des_plate
formes.pdf
[consulté le 21/05/2021]

Defense Advanced Research Projects Agency (2019), Department of Defense Fiscal Year (FY) 2020 Budget Estimates, unclassified. URL : https://www.darpa.mil/attachments/DARPA_FY20_Presidents_Budget_Request
.pdf
[accessed on 27/05/2021]

Dessert D. (1984), Argent, pouvoir et société au Grand Siècle, Paris, Fayard.

Durand C. (2014), Le capital fictif. Comment la finance s’approprie notre avenir, Paris, Les Prairies ordinaires, coll. « Essais ».

Durand C. (2020), Techno-féodalisme. Critique de l’économie numérique, Paris, Zones.

Durand C. & W. Milberg (2020), « Intellectual monopoly in global value chains », Review of International Political Economy, vol. 27, no 2, p. 404-429.

Evans D. S. & R. Schmalensee (2017), De précieux intermédiaires : comment BlaBlaCar, Facebook, PayPal ou Uber créent de la valeur, préface J. Tirole, trad. de l’anglais C. Jaquet, Paris, Odile Jacob.

Klebaner S. (2020), Normes environnementales européennes et stratégies des constructeurs automobiles. Un jeu coopératif aux résultats ambigus, préface T. Weil, postface P. Blain, Paris, Presse des mines, coll. « Économie et gestion ».

Marx K. (2008) [1885, 1894], Le capital. Livres II et III, éd. M. Rubel, Paris, Gallimard, coll. « Folio. Essais ».

Marx K. (2014) [1867], Le capital : critique de l’économie politique. Livre premier, le procès de production du capital, éd. J.-P. Lefebvre, trad. É. Balibar et al., Paris, Puf, coll. « Quadrige ».

Mazzucato M. (2014), The entrepreneurial state: debunking public vs. private sector myths, revised ed., London, Anthem Press.

Pinsard N. (2020), « Régulation et marchandisation de l’État par la fiscalité et la finance. Le cas des offices en France du xiie au xviie siècle », Thèse de doctorat en sciences économiques, Université Sorbonne Paris Nord.

Roubtsova M. (2016), « How secular is the current economic stagnation? », CEPN Working Paper no 2016-09, Centre d’économie de l’université Paris Nord.

Trotsky L. (1938), Programme de transition. L’agonie du capitalisme et les tâches de la IVe Internationale [en ligne]. URL : https://www.marxists.org/francais/trotsky/livres/trans/tran.htm [consulté le 27/05/2021]

Vahabi M. (2016), The Political Economy of Predation : manhunting and the economics of escape, New York, Cambridge University Press.

Veblen T. (1978) [1899], Théorie de la classe de loisir, trad. de l’anglais L. Évrard, précédé de Avez-vous lu Veblen ? par R. Aron, Paris, Gallimard, coll. « Tel ».

Zuboff S. (2015), « Big other: surveillance capitalism and the prospects of an information civilization », Journal of Information Technology, vol. 30, no 1, p. 75-89.

Haut de page

Notes

1 Soit Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft.

2 On retrouve ici la notion de « Big other », de Shoshana Zuboff (2015), selon laquelle les individus subissent un phénomène d’aliénation lorsque leurs comportements sont modifiés afin de favoriser la vente de marchandises dans le cadre d’un capitalisme de surveillance.

3 Sur ce point, nous partageons le point de vue de Cédric Durand (2020, p. 224) lorsqu’il cite Perry Anderson (2013) : « […] la terre est un monopole naturel : elle ne peut être étendue indéfiniment, mais seulement redivisée ».

4 Voir le cas historique des Corn Laws.

5 « La rente est légitime lorsqu’une position est acquise par les mérites. En cela, les efforts d’innovation menés par les acteurs doivent être encouragés. C’est ce qui fonde la protection de cette rente par le droit de la propriété intellectuelle, mais c’est aussi ce qui justifie que les politiques de concurrence lui appliquent parfois des limitations. À cette fin, la théorie des facilités essentielles est un outil privilégié puisqu’il garantit aux acteurs un accès équitable aux ressources détenues par un acteur, lorsqu’elles sont essentielles pour l’entrée sur un marché. Mais ce concept a toujours peiné à s’appliquer aux ressources qui ne sont pas des “infrastructures” à proprement parler » (Conseil national du numérique, 2014, p. 28).

6 Soit la recherche, pour une entreprise d’un secteur, d’un profit supérieur au profit moyen de l’ensemble des secteurs.

7 La question de l’impérialisme, comme cadre théorique mettant en lumière les dynamiques socio-économiques actuelles, connaît un renouveau dans la littérature en sciences économiques. Le lecteur ou la lectrice peut se référer à l’ouvrage récent de Bürbaumer (2020) qui développe ce type d’approche, mais d’une façon différente de la nôtre.

8 On peut analyser à travers cette perspective la guerre économique qui oppose les États-Unis à la Chine et dont l’économie numérique concentre tous les conflits. L’offensive états-unienne contre l’entreprise Huawei, qui vise à priver celle-ci des semi-conducteurs produits sur le sol des États-Unis, en est un exemple.

9 Nous avons néanmoins conscience que l’interpénétration des économies amène le capital à se réguler à une échelle internationale, notamment en Europe (Becker & Jäger, 2012). Il s’organise à une échelle internationale qui lui offre une grande mobilité, au contraire du travail qui reste principalement cantonné au niveau national et est pour cette raison exposé à des chocs asymétriques et à la mise en concurrence des aires géographiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sterenn Lebayle et Nicolas Pinsard, « L’économie numérique : une involution du mode de production capitaliste ? », Revue de la régulation [En ligne], 30 | 1er semestre/spring 2021 | 2021, mis en ligne le 07 juillet 2021, consulté le 28 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/regulation/19008 ; DOI : 10.4000/regulation.19008

Haut de page

Auteurs

Sterenn Lebayle

Doctorante en sciences économiques, Université Sorbonne Paris Nord, Centre d’économie de l’Université Paris Nord (CEPN), 99 avenue Jean-Baptiste-Clément 93430 Villetaneuse ; sterenn.lebayle@univ-paris13.fr

Nicolas Pinsard

Docteur en sciences économiques, Centre d’économie de l’Université Paris Nord (CEPN), 99 avenue Jean-Baptiste-Clément 93430 Villetaneuse ; nicolas.pinsard@univ-paris13.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search