Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30 | 1er semestre/spring 2021Présentations de thèsesEntre utopie et action collective...

Présentations de thèses

Entre utopie et action collective, comment accompagner la transition des territoires vers l’économie circulaire ?

Le cas de la commande publique dans le secteur de la construction
Between utopia and collective action, how can we guide the transition of territories to the circular economy? The case of public procurement in the construction sector
Joël Ntsondé

Résumés

Notre thèse caractérise les mécanismes cognitifs, organisationnels et interorganisationnels qui sous-tendent les actions collectives pour la transition de l’économie d’un territoire vers l’économie circulaire. À partir de l’exemple de la commande publique dans le secteur de la construction, nous nous interrogeons sur les transition studies (Markard et al., 2012), pour proposer un modèle de transition conceptualisant les mécanismes qui peuvent permettre à des acteurs économiques, sociaux et politiques d’accompagner la transition de leur territoire vers l’économie circulaire. Ce modèle, dans lequel sont d’abord pris en compte les processus qui amènent des entrepreneurs à concevoir des innovations d’économie circulaire, permet ensuite de conceptualiser les mécanismes qui conduisent des organisations publiques et privées à coopérer avec ces entrepreneurs, avant, enfin, d’expliciter les processus à partir desquels cette dynamique d’action collective peut matérialiser la transition économique.

Haut de page

Texte intégral

Thèse soutenue le 05/10/2020 à Mines ParisTech.

Sous la direction de Franck Aggeri, Mines ParisTech

Jean-Philippe Denis, président, Université Paris-Saclay

Valentina Carbone, rapporteure, École Supérieure de Commerce de Paris

Corinne Vercher-Chaptal, rapporteure, Université Sorbonne Paris Nord

Jean-Pierre Chanteau, examinateur, Université Grenoble-Alpes

Valérie Guillard, examinatrice, Université Paris-Dauphine-PSL

Arnaud Bousquet, Matériaupôle, invité

Question(s) de recherche

1Cette thèse a comme objet de recherche la compréhension des actions pouvant amener à une transition des territoires vers l’économie circulaire (Korhonen, Honkasalo & Seppälä, 2018), à partir de l’exemple de la commande publique dans le secteur de la construction. La commande publique constitue un instrument d’action fondamental pour les collectivités territoriales et peut avoir un effet d’entraînement sur les pratiques des entreprises (Ademe, 2016). Peu de travaux ont étudié les raisons pour lesquelles des organisations (entreprises privées ou collectivités locales) sont attirées par le concept d’économie circulaire et disposées à transformer leurs modes de conception et de production pour mettre en œuvre ses principes. Afin de comprendre l’attractivité de l’économie circulaire et son impact, nous avons donc fait le choix de nous intéresser plus particulièrement à l’importance de l’imaginaire, des mythes et des utopies dans les changements organisationnels et sociétaux.

2La recherche a été centrée sur différents acteurs impliqués dans des marchés publics relatifs à des matériaux de construction et des opérations d’urbanisme sur une période d’environ deux ans (2018 à 2020), pour caractériser leurs pratiques et leurs évolutions : architectes, constructeurs, maîtres d’ouvrage… Afin de pouvoir appréhender la complexité de ces évolutions, nous avons choisi une approche mobilisant différents niveaux (individuel, organisationnel et inter-organisationnel), ce qui nous a permis de préciser notre problématique avec trois questions de recherche.

3La première, au niveau des personnes, nous invite à rechercher les motivations des acteurs qui s’engagent dans des activités de création d’entreprise ou de conception d’innovations au service de l’économie circulaire. La seconde nous conduit à interroger les processus à partir desquels des initiatives individuelles se conjuguent à des stratégies et des pratiques organisationnelles pour enclencher une dynamique collective. Elle traite notamment d’un paradoxe : dans quelle mesure un concept aussi flou que celui d’économie circulaire peut-il servir de support et de catalyseur à l’organisation d’une dynamique d’action collective ? La troisième question de recherche porte sur les conditions de réussite dans la durée d’une action collective cherchant à faire advenir une « économie circulaire ». Cette réussite n’est en effet jamais assurée, ni au niveau de l’entreprise ni au niveau du territoire, et l’on peut faire l’hypothèse que la transition ne peut progresser sans l’engagement conjoint d’acteurs privés et d’acteurs publics.

L’objectif théorique de cette thèse est de modéliser la trajectoire possible de transition d’un territoire, en faisant apparaître, à travers le cas de la commande publique, les mécanismes cognitifs et organisationnels qui permettent aux acteurs économiques, sociaux et politiques de s’investir dans cette construction.

Méthode

Nous avons choisi d’enquêter sur des terrains d’Île-de-France (Grand-Orly Seine Bièvre, Val-de-Marne, Est Ensemble, Plaine Commune…), où les projets d’économie circulaire se sont développés plus facilement (Lévy, 2016).

4Du point de vue épistémologique, nous avons adopté une démarche compréhensive et abductive (Dumez, 2013) s’inscrivant dans un paradigme constructiviste, à la différence des modèles conceptuels de transition existant dans la littérature académique (Markard, Raven & Truffer, 2012 ; Geels, 2010), qui s’intéressent assez peu aux mécanismes sociocognitifs qui sous-tendent l’engagement des acteurs dans des projets de transition écologique.

5Cette thèse a été construite autour d’un dispositif de recherche comprenant plusieurs composantes. La composante principale est un projet de recherche-intervention (Moisdon, 2015) lancé en partenariat avec le Matériaupôle, un réseau d’acteurs innovants en matériaux et procédés. Ce projet s’est déroulé sur une durée de deux ans (2018 à 2020). Il avait pour objectif de comprendre comment le levier de la commande publique peut favoriser le développement d’un écosystème autour de l’économie circulaire dans le Val-de-Marne, en particulier dans le secteur de la construction (projet EcoCirc).

6Le dispositif de recherche incluait différentes stratégies de collecte de données, soit sous forme d’enquêtes qualitatives menées à travers des entretiens semi-directifs auprès d’acteurs publics ou privés, soit sous forme d’observation ethnographique lors d’ateliers collectifs. Une enquête au Danemark a aussi été effectuée pour analyser les conditions de réussite de la mise en place d’un marché public particulièrement innovant en matière d’économie circulaire. Cette enquête a également été réalisée par le biais d’entretiens qualitatifs auprès d’acteurs publics et privés, pour compléter les données collectées en France et identifier des pistes d’action que peuvent mettre en place les organisations publiques et privées pour accompagner la transition d’un territoire vers l’économie circulaire.

7L’itinéraire de la recherche a débuté par des entretiens avec les entrepreneurs adhérents du Matériaupôle et s’est poursuivi dans l’exploration des projets qui participent à la conception d’innovations au service de l’économie circulaire dans le Val-de-Marne et en Île-de-France. Nous avons questionné ces entrepreneurs et dirigeants de petites et moyennes entreprises (PME) sur leur vision des marchés publics, la manière dont ils se saisissent de ces outils, et surtout les raisons qui participent de leur exclusion de certains de ces marchés, en particulier lorsqu’ils développent des solutions innovantes de nature à favoriser l’économie circulaire. Nous avons aussi questionné de plus grandes entreprises sur leur rapport aux marchés publics. Les entreprises répondant aux appels d’offres nous ont fourni des informations sur l’impact que les marchés publics peuvent avoir, ou non, sur le développement de leurs activités et sur les éléments qui permettraient d’améliorer l’effet d’entraînement des commandes publiques.

8En outre, dans la mesure où il s’agit pour elles d’un levier d’action majeur, cette question a aussi été explorée avec les collectivités locales, dans des entretiens plus approfondis, afin d’identifier les difficultés qu’elles rencontrent à adopter des critères favorisant l’économie circulaire dans les appels d’offres. L’enquête menée auprès de ces collectivités a d’abord permis de mieux caractériser les processus de conception et de réalisation de ces marchés, puis de mettre en lumière les différents types de difficultés rencontrées par ces collectivités pour y intégrer des spécifications et critères favorisant une économie circulaire.

9Nous avons défini et suivi un protocole de recherche pour structurer les opérations de collecte et d’analyse des données. Les données primaires ont été collectées par 83 entretiens qualitatifs semi-directifs et par l’observation-participante d’ateliers du projet EcoCirc, de réseaux, de conférences ou de projets collectifs où se rencontrent des entrepreneurs, associations, collectivités et consultants. Ces phases de collecte nous ont permis d’obtenir des données relatives aux modes d’engagement et aux difficultés des acteurs impliqués dans des projets d’économie circulaire, que ce soit sur le plan individuel, organisationnel ou interorganisationnel. Ensuite, nous avons collecté des données secondaires dans des études, rapports et documents publiés par des acteurs publics, des laboratoires de recherche ou des cabinets de consultants.

10Après la phase de collecte de données, les données textuelles issues de la retranscription des entretiens et des notes de compte-rendu d’ateliers ont été analysées. Dans un premier temps, nous avons organisé, classé et décontextualisé le matériau collecté. Puis, afin de maintenir une certaine indépendance entre notre corpus théorique et notre matériau empirique et de limiter ainsi le risque de circularité (Dumez, 2013), nous avons choisi d’effectuer un codage thématique (Ayache & Dumez, 2011) combinant à la fois des codes théoriques issus de notre revue des textes ainsi rassemblés et des codes émergents issus de l’analyse du matériau. Ce travail de codage n’avait pas simplement pour objectif de décrire le matériau empirique, mais aussi – et surtout – de mettre en évidence des patterns relevant de phénomènes récurrents, de relations causales, de relations interpersonnelles et d’actions et interactions. Un premier niveau de codage a été appliqué pour mettre en lumière les points communs entre les phénomènes qui se produisent à différents niveaux, ainsi que les interactions qui peuvent exister entre eux. Ce travail de codage a permis de faire ressortir 14 thèmes. Ensuite, un second niveau de codage spécifique à chaque niveau d’analyse a été effectué, pour identifier des récurrences et des mécanismes explicatifs (Figure 1).

Figure 1. Codage thématique du matériau empirique

1er niveau de codage

Thèmes

2niveau de codage

Thèmes

Niveaux individuel, organisationnel et interorganisationnel

Perception de l’économie circulaire

Utopie et imaginaire

Transition et changement

Déchets et ressources

Industrialisation et territoires

Dynamique et action collective

Innovation et économie circulaire

Modèle économique

Outils et méthodes

Valeur sociale et environnementale

Économie sociale et solidaire

Jeux d’acteurs

Rôle, outils et instruments de l’action publique

Théories et pratiques d’économie circulaire

Niveau individuel

Motivations

Parcours

Industrialisation de la production

Expérimentation

Inspiration et engagement

Finalité et recherche de sens

Représentations

Freins au développement économique

Niveau organisationnel

Stratégies et concurrence réglementaire

Action publique

Accès aux marchés publics

Évolution de la commande publique

Mobiliser la commande publique

Structure de coûts

Qualification des matériaux

Réemploi de matériaux

Changement de pratiques

Mise en œuvre opérationnelle

Transversalité

Niveau interorganisationnel

Transition sociétale

Enjeux sociaux

Écologie industrielle et territoriale

Écosystème

Partenariats

Plateforme

Rôle de la commande publique

Source : Ntsondé, 2020

Résultat(s)

11Nos travaux mettent en évidence que le concept d’économie circulaire doit sa réussite, même si celle-ci est encore relative, au fait qu’il a été construit comme une « utopie rationnelle » (Metzger, 2001) par les différents acteurs cherchant à assurer sa promotion. En effet, ceux-ci présentent l’économie circulaire comme une vision comprenant simultanément une critique de l’existant et une promesse idéale pour le futur, des images-forces pouvant imprégner les représentations collectives et un guide pour l’action collective. Dans notre thèse, nous rendons ce travail de construction visible et explicitons la manière dont certains des acteurs territoriaux ont mobilisé cette forme d’utopie pour développer l’économie circulaire en Île-de-France.

12Cette modélisation de l’économie circulaire comme forme d’utopie rationnelle permet également d’identifier les ressorts sociocognitifs lui permettant de mobiliser des alliés divers et de circuler dans différentes sphères de la société. En effet, une utopie rationnelle est toujours suffisamment malléable pour que des acteurs aux représentations et intérêts très divers s’y identifient et l’investissent. À la lumière de nos travaux, l’économie circulaire peut être ainsi considérée comme un véhicule de transformation sociétale, un instrument au service d’une dynamique qui cherche à réintégrer la question des ressources naturelles dans la gestion économique et politique de la société.

13Par ailleurs, notre thèse propose aussi la conceptualisation d’un modèle de transition territoriale vers l’économie circulaire qui intègre les mécanismes cognitifs, organisationnels et interorganisationnels qui sous-tendent les choix et comportements d’acteurs. Une transition n’est, en effet, pas un projet programmable avec certitude ou susceptible d’être conduit de façon linéaire. Le modèle que nous avons élaboré permet de comprendre les conditions selon lesquelles des entreprises et des collectivités locales peuvent s’approprier une utopie rationnelle telle que l’économie circulaire pour l’intégrer dans des outils de gestion et conduire une transition territoriale. Nos travaux de recherche permettent plus précisément de mettre en lumière le processus cognitif de l’effet performatif exercé par l’utopie rationnelle de l’économie circulaire sur certains entrepreneurs et dirigeants de très petites entreprises (TPE) et petites et moyennes entreprises (PME), qui décident de développer des services et produits pour tenter de matérialiser la vision véhiculée par cette utopie.

14La seconde partie de notre modèle explicite et précise les interactions qui se développent entre ces entrepreneurs innovants et de grandes organisations publiques et privées, passant de pratiques discrètes à un continuum d’action collective. Il s’agit en fait d’un processus de performation et d’agencements sociotechniques (Callon, 2013), à travers lesquels des entreprises et des collectivités locales pionnières se saisissent de l’utopie rationnelle, la transforment et mettent en place des stratégies pour la matérialiser.

15Par ailleurs, ce modèle illustre aussi les limites et mécanismes de résistance auxquels les organisations peuvent être confrontées lorsqu’elles tentent de déployer de nouvelles pratiques. En effet, si la plasticité du concept d’économie circulaire rend ce dernier attractif pour une grande variété d’acteurs, parfois, elle contribue plutôt à entamer sa crédibilité auprès d’autres personnes, qui considèrent le concept comme flou et peu étayé scientifiquement, ce qui peut freiner son adoption dans certaines entreprises ou collectivités locales. Notre modèle souligne aussi le décalage qui existe entre la simplicité perçue par les acteurs et la complexité des difficultés économiques et organisationnelles auxquelles ils sont confrontés lors de la mise en œuvre opérationnelle de l’économie circulaire (identification et accès aux gisements de matériaux locaux, incertitude sur la qualité des gisements, fluctuation des volumes de matériaux disponibles…).

16La troisième et dernière partie de notre modèle analyse la manière dont une dynamique collective engendrée par l’économie circulaire peut contribuer à structurer de nouveaux écosystèmes d’acteurs (Adner, 2017) sécurisant le recadrage de l’action collective (Callon, 2013) et la matérialisation des promesses de l’utopie. À partir du cas de l’intégration de l’économie circulaire dans la commande publique, cette partie du modèle souligne l’importance du travail de construction de la valeur environnementale et sociale à travers la conception de nouveaux critères et indicateurs de circularité qui définissent et légitiment la valeur d’un produit circulaire, la valeur environnementale étant associée à des pratiques d’écoconception, de réemploi ou de recyclage et la valeur sociale construite autour d’enjeux d’insertion économique par l’emploi. Ce travail permet de faire évoluer les systèmes de normes et les cadres de l’action collective, pour y inscrire de nouveau des enjeux environnementaux et sociaux et guider la transition d’un territoire vers l’économie circulaire.

17Les commandes publiques répondant à un niveau de standardisation élevé, suivant le code de la commande publique, les grandes lignes de notre modèle tiré du cas de l’Île-de-France pourraient être transposées à d’autres territoires. En dernier lieu, nous visons à examiner la question sous un angle plus général que le modèle de transition économique territoriale. Nous proposons l’esquisse d’un modèle d’ingénierie politique qui s’articule autour de quatre leviers que les acteurs économiques, sociaux et politiques peuvent utiliser pour accompagner une transition vers l’économie circulaire : la conception d’un nouvel imaginaire à partir d’utopies rationnelles, la conception d’innovations circulaires, le développement de méthodes et outils pour guider l’action collective et, enfin, la structuration d’écosystèmes pour transformer les cadres de l’action collective.

Haut de page

Bibliographie

Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie [Ademe] (2016), Guide de l’achat public. L’achat public : une réponse aux enjeux climatiques, octobre. URL : https://www.economie.gouv.fr/files/files/directions_
services/daj/marches_publics/oeap/gem/guide-climat/guide-climat.pdf
[consulté le 11/01/2018]

Adner R. (2017), « Ecosystem as structure: an actionable construct for strategy », Journal of Management, vol. 43, no 1, p. 39-58.

Ayache M. & H. Dumez (2011), « Le codage dans la recherche qualitative : une nouvelle perspective ? », Le Libellio d’Aegis, vol. 7, no 2, p. 33-46.

Callon M. (2013), « Qu’est-ce qu’un agencement marchand ? », in Callon M., Akrich M., Dubuisson-Quellier S., Grandclément C., Hennion A., Latour B., Mallard A., Méadel C., Muniesa F. & V. Rabeharisoa, Sociologie des agencements marchands. Textes choisis, Paris, Presses des Mines, coll. « Sciences sociales », p. 325-440.

Dumez H. (2013), Méthodologie de la recherche qualitative. Les 10 questions clés de la démarche compréhensive, Paris, Vuibert.

Geels F. W. (2010), « Ontologies, socio-technical transitions (to sustainability), and the multi-level perspective », Research Policy, vol. 39, no 4, p. 495-510.

Korhonen J., Honkasalo A., & J. Seppälä (2018), « Circular economy: the concept and its limitations », Ecological Economics, vol. 143, p. 37-46.

Lévy J.-C. (dir.) (2016), Économie circulaire et coopération décentralisée. Des clés pour agir, Issy-les-Moulineaux, We Demain Groupe GS. URL : http://www.desclespouragir.fr/wp-content/uploads/2016/04/GCFT_eco_cir_
coop_decentralisee_2016_sousembargo.pdf
[consulté le 25/03/2021]

Markard J., Raven R. & B. Truffer (2012), « Sustainability transitions: an emerging field of research and its prospects », Research Policy, vol. 41, no 6, p. 955-967.

Metzger J. L. (2001), « Management réformateur et utopie rationnelle », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 2, no 111, p. 233-259.

Moisdon J.-C. (2015), « Recherche en gestion et intervention », Revue française de gestion, vol. 41, no 253, p. 21-39.

Ntsondé J. (2020), « Entre utopie et action collective, comment accompagner la transition des territoires vers l’économie circulaire ? Le cas de la commande publique dans le secteur de la construction », Thèse de doctorat, Université Paris sciences et lettres, Mines ParisTech.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joël Ntsondé, « Entre utopie et action collective, comment accompagner la transition des territoires vers l’économie circulaire ? », Revue de la régulation [En ligne], 30 | 1er semestre/spring 2021 | 2021, mis en ligne le 07 juillet 2021, consulté le 28 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/regulation/19199 ; DOI : 10.4000/regulation.19199

Haut de page

Auteur

Joël Ntsondé

Enseignant-chercheur, EPF École d’ingénieurs, associé au Centre de gestion scientifique de l’Institut interdisciplinaire de l’innovation (CGS-i3), Mines ParisTech, 60 boulevard Saint-Michel, 75006 Paris ; joel.ntsonde@mines-paristech.fr, https://pastel.archives-ouvertes.fr/tel-03115437

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search