Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30 | 1er semestre/spring 2021Présentations de thèsesDe la multifonctionnalité des Coo...

Présentations de thèses

De la multifonctionnalité des Coopératives d’activités et d’emploi : des modèles socioproductifs expérimentaux dans les zones grises de l’emploi et du travail

Une recherche-action à propos d’Oxalis, Coopaname et Artenréel
The multifunctionality of Business and Employment Cooperatives. Analysis of experimental socio-productive models in the grey zones of work and employment. Integral participatory action research about Oxalis, Coopaname and Artenréel
Justine Ballon

Résumés

Dans un contexte de mutations du travail et de l’emploi, les Coopératives d’activités et d’emploi (CAE) inventent des formes de mutualisation et de coopération entre des entrepreneuses-salariées-associées dont la pérennisation reste fragile. Instaurant un dialogue entre l’architecture conceptuelle de la théorie de la régulation et l’empirisme de l’économie sociale, notre thèse revisite les modèles productifs pour caractériser les compromis de gouvernement coopératif des CAE en analysant leurs dynamiques productives multifonctionnelles. Cette recherche, aux finalités scientifiques, pédagogiques et opérationnelles, aboutit à une démarche originale de recherche-action participative intégrale, une grille d’analyse – celle des modèles socioproductifs des CAE –, une approche du travail par l’activité révélant un processus dual d’autonomisation et de démocratisation, une lecture de la complexité des rapports sociaux de production par le rapport coopératif d’activités et enfin une définition exploratoire de la multifonctionnalité des CAE.

Haut de page

Texte intégral

Thèse soutenue le 21 octobre 2020 à l’Université de Paris

Sous la direction de Thomas Lamarche, professeur des universités, Université de Paris

Hervé Defalvard, rapporteur, maître de conférences, HDR, Université Paris-Est Marne-la-Vallée,

Florence Jany-Catrice, rapporteure, professeure des universités, Université de Lille,

Philippe Eynaud, président, professeur des universités, Institut d’administration des entreprises de Paris, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne,

Nadine Richez-Battesti, examinatrice, maîtresse de conférences, Université d’Aix-Marseille,

Noémie de Grenier, invitée, codirectrice générale de Coopaname.

Question(s) de recherche

1Les transformations du travail et de l’emploi se produisent dans le contexte d’un processus d’individualisation engendrant une atomisation des collectifs de travail et une précarisation des personnes. Les stratégies d’externalisation des entreprises et les politiques de l’emploi poussent les travailleuses et travailleurs vers l’entrepreneuriat individuel, à la fois au-dehors des socialisations possibles au sein de l’entreprise et hors du champ de la protection sociale qu’octroie le statut de salarié. Face à cela, les Coopératives d’activités et d’emploi (CAE) défendent l’idée d’un entrepreneuriat collectif comme « alternative » à la création d’entreprises individuelles. Si le nombre de CAE reste limité, celles-ci suscitent l’intérêt des pouvoirs publics comme solution au chômage et aux difficultés de l’entrepreneuriat et comme « alternative » d’emploi aux plateformes de services telles Deliveroo. Cependant, leur modèle économique hybride est marqué par la fragilité de leurs ressources. Quatre faits stylisés structurent notre recherche. D’abord, on relève la coexistence de productions de nature diversifiée et géographiquement éclatées. Ensuite, c’est le régime d’entrepreneur-salarié-associé qui interroge, au regard de son caractère atypique et paradoxal. Cela nous amène à considérer les dimensions sociopolitique et productive marchande coexistantes comme caractéristiques des CAE. Finalement, c’est l’interdépendance de différentes unités de production, autonomes, mutualisées et aux activités productives éclectiques, qui mérite d’être analysée plus précisément. Cette réflexion aboutit à la problématique suivante. Dans un contexte de crise du travail et de l’emploi, combiné à une baisse des subventions publiques, comment les CAE parviennent-elles à instituer des dynamiques socioproductives pérennes et cohérentes avec leur projet politique de travail autonome et démocratique ? Par « projet », nous entendons l’intention des CAE de mettre en œuvre un espace productif favorable à l’exercice d’une activité entrepreneuriale gérée de façon autonome par les personnes, dans le cadre d’une organisation démocratique propice à l’émancipation par le travail. Il s’agit de comprendre les combinaisons dynamiques qui existent entre production marchande et projet sociopolitique, en vue d’une transformation sociale et démocratique.

Méthode

2Réalisée dans le cadre d’une convention industrielle de formation par la recherche au sein de la CAE Coopaname, notre thèse recourt à une démarche de recherche-action participative intégrale (Desroche, 1990). Plutôt singulière en économie, la recherche-action permet de construire une compréhension de l’action avec les acteurs impliqués. Le raisonnement adopté s’appuie sur la triade abduction-induction-déduction (Labrousse, 2006), c’est-à-dire un mouvement de boucles récursives entre compréhension théorique et situation in vivo. La thèse repose sur l’analyse de trois cas, Oxalis, Coopaname et Artenréel, documentés par des enquêtes qualitatives combinant des ressources documentaires, des entretiens semi-directifs, des observations participantes, des participations observantes et enfin des ateliers de recherche-action.

3Nous appliquons aux zones grises du travail et de l’emploi, qui désignent des situations de travail et d’emploi entre la norme salariale du CDI à temps plein et la norme de l’entrepreneur indépendant, une lecture régulationniste enrichie des apports de la littérature consacrée à l’économie sociale et solidaire (ESS). L’approche théorique se définit selon trois étapes. Tout d’abord, il s’agit de qualifier l’objet de la recherche, les CAE, en considérant le périmètre de leur production. Il s’agit d’entreprises coopératives (Vienney, 1980-1982), qui expérimentent une organisation du travail et de l’emploi atypique. Compte tenu des finalités plurielles de leurs activités, la recherche étudie l’intérêt de l’analyse de la multifonctionnalité (Groupe Polanyi, 2008). Celle-ci qualifie l’association de productions marchandes, publiques, mutualisées et communautaires. Ensuite, les transformations du travail et de son organisation sont appréhendées, en considérant leurs spécificités sociohistoriques dans les sociétés coopératives de production (Scop). Cependant, dans les CAE, la triangulation des relations sociales de production dans les zones grises (Laurent & Mouriaux, 2008) se complexifie encore, du fait de l’ajout d’une relation sociétaire. Enfin, nous étudions l’orientation et la construction des dynamiques socioproductives des CAE. Au-delà d’une approche centrée sur la performance économique (Chevallier, 2011), les caractéristiques des stratégies des coopératives (Demoustier & Malo, 2012) sont mises en perspective, pour ensuite envisager l’apport des modèles productifs (Boyer & Freyssenet, 2000) dans l’analyse des CAE (Bodet, de Grenier & Lamarche, 2013), tout en relevant leurs limites (Lung, 2008 ; Gallois, 2012). Ce cadrage théorique aboutit à l’élaboration d’une grille – les modèles socioproductifs –, qui éclaire l’architecture et les dynamiques socioproductives des CAE.

Résultat(s)

4La thèse qualifie la singularité des modèles socioproductifs des CAE, qui reposent sur des systèmes caractéristiques des mutations structurelles des zones grises de l’emploi et du travail. Leur particularité réside dans l’intention de transformer les conditions socio-économiques de travail par l’autonomie, la mutualisation et la coopération, dans un espace organisé démocratiquement. Dans une perspective régulationniste, nous montrons que la diversité des modèles socioproductifs découle des combinaisons multifonctionnelles entre des logiques marchandes, publiques, mutualisées et communautaires. Plus précisément, des compromis de gouvernement coopératif résultent des régulations internes, qui visent à amoindrir les effets de l’environnement concurrentiel et du système institutionnel sur les membres, en particulier les travailleurs autonomes. Il est possible d’apprécier les apports de la thèse selon quatre axes.

L’architecture des modèles socioproductifs

5La littérature en économie sociale n’apporte pas de grille d’analyse considérant les modes de régulation d’une coopérative et incluant une analyse de la stratégie, des moyens de production et des relations sociales de production. C’est pourquoi notre approche combine les apports conceptuels de la théorie de la régulation avec l’approche monographique descriptive caractéristique des travaux en économie sociale. Par son caractère heuristique, la grille des modèles productifs (Boyer & Freyssenet, 2000) permet d’analyser l’unité et la diversité des dynamiques productives des CAE avec la notion de compromis de gouvernement (Bodet, de Grenier & Lamarche, 2013). Cela aboutit à la conception de la grille des modèles socioproductifs pour appréhender les dynamiques des CAE. D’abord, la notion de Projet coopératif est introduite. Deux niveaux stratégiques interdépendants sont distingués : les stratégies de revenus des activités entrepreneuriales et la stratégie de compétitivité de la CAE. Il en résulte une analyse de la configuration socioproductive selon plusieurs niveaux de production. C’est l’engrenage de ces trois éléments qui rend possible l’appréhension des compromis de gouvernement coopératif des CAE. Les modèles socioproductifs de ces dernières décrivent un processus socioproductif engagé par les membres au fil des problèmes rencontrés pour améliorer leurs conditions de travail autonome et démocratique par l’instauration de régulations combinant plusieurs fonctions. Il ne s’agit pas d’identifier des modèles socioproductifs dominants, mais plutôt d’identifier les objets et les conditions favorisant la formulation de compromis de gouvernement pérennes variant selon les fonctions socioproductives privilégiées, l’hybridité de leurs ressources, les modalités d’accueil et d’accompagnement, les cadres favorisant les coopérations de production et enfin les mécanismes de mutualisation.

La multifonctionnalité tronquée des CAE

6Au-delà d’une approche strictement marchande de la production des coopératives, la thèse montre la pluralité de rapports et de logiques possibles dans un même espace productif. De plus, au-delà de la dualité coopérative (comme société commerciale et association de personnes), elle considère l’enchâssement de logiques productives (marchandes, sociales, etc.) comme un facteur de diversité et de variabilité, selon des dynamiques complémentaires et contradictoires liées à l’environnement. L’un des objets centraux du compromis de gouvernement coopératif concerne la multifonctionnalité, soit le choix d’une combinaison de fonctions socioproductives pour s’adapter aux évolutions de l’environnement socio-économique et institutionnel, en vue de garantir leur pérennité. Elle englobe l’ensemble des activités socioproductives contribuant au développement politique, économique et social des CAE. Notre enquête montre que les combinaisons de productions sont variables selon les CAE étudiées et au cours du temps. À Oxalis, la multifonctionnalité est marquée par la prééminence des logiques marchande et mutualisée. À Coopaname, trois logiques sont mobilisées de façon relativement équivalente : marchande, mutualisée et sociale. À Artenréel, la logique majeure est publique (intérêt général), la deuxième dans l’ordre d’importance est sociale. Ces combinaisons évoluent selon la nature du compromis de gouvernement coopératif formulé et son acceptation par la communauté de membres, l’évolution des politiques publiques (en particulier au niveau des régions) et du contexte socio-économique.

L’autonomisation et la démocratisation du travail dans les CAE

7La réflexion sur le sens du travail et l’organisation de ce dernier est centrale dans les CAE. Le projet coopératif est marqué par une intention visant l’émancipation des membres par l’exercice d’un travail autonome et démocratique dans une entreprise encadrée par le droit coopératif. Cette dimension, peu considérée dans la grille des modèles productifs, est, en revanche, plus présente dans la littérature d’économie sociale. Nous mobilisons la notion d’activités pour appréhender les mutations du travail et ses spécificités dans une entreprise coopérative, en considérant la centralité politique du travail (du Tertre, 2013). L’agencement et l’organisation du travail des membres des CAE sont schématisés dans une perspective multifonctionnelle. Considéré comme un ensemble indivisible, le travail imbrique trois types d’activités interdépendantes : les activités professionnelles (principalement rémunérées), démocratiques et sociales (principalement bénévoles). Le cadre collectif et démocratique favorise l’autonomie dans et par le travail au fil d’apprentissages, constituant une activité transversale. Pour que le travail soit démocratique, il implique d’être autonome, pour que le travail soit autonome, il implique des dynamiques démocratiques. Notre enquête révèle toutefois plusieurs tensions : la difficile valorisation des activités non directement productives au sens marchand, ou encore la surcharge de travail chronique des salariées de l’entité mutualisée. Finalement, la thèse montre la capacité des CAE à renforcer l’autonomie et la démocratie dans le travail, sans pour autant être une réponse complète, du fait des facteurs internes et externes qui complexifient sa mise en œuvre.

Les ambivalences des relations sociales de production dans les CAE

8Les relations sociales de production dans les coopératives restant peu théorisées, notre thèse mobilise les concepts de relations salariales et de rapport social d’activités (Laurent & Mouriaux, 2008), enrichis par la considération d’un rapport de coopération (Vienney, 1980-1982), pour étudier la spécificité des relations dans les CAE. La distinction des catégories de membres des CAE et l’analyse de leurs rapports se déclinent à travers trois relations, dites primaires – la relation entrepreneuriale, la relation d’emploi et la relation sociétaire –, qui composent le rapport coopératif d’activités. C’est cette dernière notion qui qualifie la singularité des relations sociales de production des CAE et constitue l’un des déterminants majeurs lors de la formulation du compromis. Le rapport coopératif d’activités qualifie un engagement mutuel, duquel résulte une coresponsabilité des actions réalisées entre les membres de la communauté et l’entité juridique. Il montre la complexité des relations sociales de production dans les CAE, qui découlent des interactions complémentaires ou conflictuelles entre ces relations, générant à terme des tensions et des contrepoids. La complexité des CAE s’illustre par la diversité et l’imbrication de rapports de production définis par des règles, pratiques et relations différentes éclairant les reconfigurations d’emploi des zones grises du travail et de l’emploi.

9Finalement, la thèse explique les dynamiques du champ des activités de service aux travailleuses et travailleurs indépendants et autonomes dans une perspective régulationniste. D’ailleurs, les questionnements empiriques et théoriques soulevés résonnent avec la crise sociale et économique provoquée par la pandémie de la covid-19. Le contexte ravive les réflexions sur la mutualisation des risques et les solidarités interprofessionnelles des travailleuses et travailleurs autonomes, interrogeant ainsi la valorisation de leur patrimoine collectif immatériel.

Haut de page

Bibliographie

Bodet C., de Grenier N. & T. Lamarche (2013), « La coopérative d’activité et d’emploi à la recherche d’un modèle productif », Revue internationale de l’économie sociale, no 329, p. 37-51.

Boyer R. & M. Freyssenet (2000), Les modèles productifs, Paris, La Découverte, coll. « Repères ».

Bureau M.-C. & A. Corsani (2018), « Collective actions on the margins of the salariat », Transfer: European Review of Labour and Research, vol. 24, no 3, p. 279-295.

Chevallier M. (2011), « Les coopératives entre rationalité située et rationalité formelle », Thèse de doctorat, Université de Toulouse. URL : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00960140

Demoustier D. & M.-C. Malo (2012), « L’économie sociale et solidaire, une économie relationnelle ? Questions d’identité et de stratégie ! », in Bayle E. & J.-C. Dupuis (dir.), Management des entreprises de l’économie sociale et solidaire, préface É. Pflimlin, postface B. Devert et L. Grangeon, 1re éd., Bruxelles, De Boeck Supérieur, coll. « Méthodes et recherches », p. 15-37.

Desroche H. (1990), Entreprendre d’apprendre. D’une autobiographie raisonnée aux projets d’une recherche-action, Paris, Éditions ouvrières.

Gallois F. (2012), « Une approche régulationniste des mutations de la configuration institutionnelle française des services à la personne », Thèse de doctorat, Université de Reims Champagne-Ardenne.

Groupe Polanyi (2008), La multifonctionnalité de l’agriculture : une dialectique entre marché et identité, Versailles, Quae, coll. « Synthèses ».

Labrousse A. (2006), « Éléments pour un institutionnalisme méthodologique : autonomie, variation d’échelle, réflexivité et abduction », Économie et institutions, no 8, p. 5-53.

Laurent C. & M.-F. Mouriaux (2008), « Secteurs, territoires, rapport social d’activité », in Laurent C. & C. du Tertre, Secteurs et territoires dans les régulations émergentes, Paris, Association Recherche et régulation, L’Harmattan, coll. « Économiques », p. 25-42.

Lung Y. (2008), « Modèles de firme et formes du capitalisme : penser la diversité comme agenda de recherche pour la TR », Revue de la régulation, no 2.

Tertre C. du (2013), « Travail, “rapport salarial” et théorie de la régulation : apports et limites », Travailler, no 29, p. 17-28.

Vienney C. (1980-1982), Socio-économie des organisations coopératives, Paris, Coopérative d’information et d’édition mutualiste, coll. « Tiers secteur ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Justine Ballon, « De la multifonctionnalité des Coopératives d’activités et d’emploi : des modèles socioproductifs expérimentaux dans les zones grises de l’emploi et du travail », Revue de la régulation [En ligne], 30 | 1er semestre/spring 2021 | 2021, mis en ligne le 07 juillet 2021, consulté le 28 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/regulation/19298 ; DOI : 10.4000/regulation.19298

Haut de page

Auteur

Justine Ballon

Postdoctorante, Maison des sciences de l’Homme et de la société, Laboratoire dynamiques sociales et recomposition des espaces (Ladyss), Université de Paris, UFR Géographie, Histoire, Sciences de la Société, bâtiment Olympe de Gouges, 5 rue Thomas-Mann, 75205 Paris ; justine.ballon@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search