Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30 | 1er semestre/spring 2021Notes de lectureCovid-19 et régulation : comment ...

Notes de lecture

Covid-19 et régulation : comment une théorie analyse une conjoncture originale

Covid-19 and Régulation. Can a theory provide an analysis on an event? An answer to Cédric Durand
Robert Boyer

Texte intégral

Comme le souligne en introduction Cédric Durand, le champ couvert par Les Capitalismes à l’épreuve de la pandémie est vaste, et la volonté d’analyser la complexité de dimensions enchevêtrées n’est pas une tâche facile. Son commentaire, qui pointe certaines limites, est donc le bienvenu. Le propos est d’éclaircir un certain nombre de malentendus en précisant la problématique très particulière qui a été adoptée dans l’ouvrage par rapport à celle qu’appelle de ses vœux Cédric Durand. La richesse de ses observations invite à une réflexion renouvelée sur la nature et la méthodologie de l’approche régulationniste.

Les zoonoses et le capitalisme mondial

1La critique centrale adressée aux Capitalismes à l’épreuve de la pandémie est que la crise économique suscitée par les réactions à la propagation de la covid-19 n’est pas exogène mais liée aux caractéristiques mêmes du capitalisme : celui-ci tend à éroder les bases écologiques et sanitaires sur lesquelles il repose et, dans ce cadre, la pandémie répond à une crise de la légitimation d’un système économique qui privilégierait l’accumulation au détriment de la santé des populations.

2La fréquence des zoonoses est-elle mécaniquement liée à la logique capitaliste ? Si l’on compare, par exemple, l’épidémie d’Ebola en Afrique avec celle du SRAS en Asie, il est loin d’être évident que le mode de production capitaliste soit le responsable. En effet, il ne s’agit pas du régime dominant dans les pays africains et, par ailleurs, la spécificité du régime alimentaire chinois, qui accorde un grand prix à la consommation d’animaux sauvages, n’est pas directement liée au régime d’accumulation de la Chine, qui pour sa part s’inscrit nettement dans une logique capitaliste, certes mâtinée d’un contrôle digital par les autorités politiques.

3Si, par contre, l’on retient une causalité faible, l’ouvrage reconnaît le rôle de la mobilité internationale des individus et pas simplement celui des marchandises dans la diffusion des virus. La logique du profit explique par ailleurs comment les politiques de santé publique sont contraintes et façonnées par l’idéologie véhiculée par le néo-libéralisme, qui a conquis une large fraction des élites politiques et économiques. Il n’est donc pas de désaccord flagrant avec l’intuition d’une endogénéité, mais au sens faible, de la pandémie par rapport au capitalisme. De même, les relations entre économie et contraintes écologiques sont prises en compte à travers l’effet du confinement sur la réduction des émissions de CO2. C’est cet entrelacement de processus que tente de représenter la figure 1 ci-après reprise, de de l’annexe statistique de l’ouvrage.

Figure 1. Quelles relations entre pandémie et contraintes écologiques ?

Figure 1. Quelles relations entre pandémie et contraintes écologiques ?

Source : Robert Boyer, Figure 7.1., annexes, Les Capitalismes à l’épreuve de la pandémie, Paris, La Découverte, 2020.

La covid-19, entre structure et événement

4Pour autant, l’auteur maintient l’hypothèse formulée dans le premier chapitre de l’ouvrage. Contrairement aux crises financières endogènes qui se sont succédé depuis les années 2000, celle qui s’ouvre en 2020 est exogène par rapport à la dynamique nationale, à l’exception du cas de la Chine, sous l’hypothèse que des recherches ultérieures confirment que le rétrovirus est bien apparu sur les marchés aux animaux de Wuhan. En effet, l’analyse est comparative et porte sur les réactions nationales des différents gouvernements. À ce niveau, la covid-19 se présente comme un événement exceptionnel qui surprend les meilleurs experts. D’une part, Wuhan était loin de l’Europe et du continent américain, comme l’affirma une ministre de la Santé française en 2020 ; d’autre part, il n’aurait pas été rationnel de se préparer à une épidémie d’une telle ampleur et qui ne se produit qu’une fois par siècle, comme le déclara au début de l’année 2021 le Premier ministre français.

5L’argument serait de faibles portées s’il n’était conforté par la méthodologie même de la théorie de la régulation. Ainsi, la lecture de la figure 1 du commentaire de Cédric Durand éclaire une divergence d’approche. Les relations mises en évidence sont très claires : elles opèrent au niveau du mode de production capitaliste considéré comme une entité unifiée. Il s’agit d’un schéma logique et non de la représentation de processus effectivement à l’œuvre au sein des divers régimes d’accumulation, et dont l’interaction détermine l’évolution de l’économie mondiale. Il faut se souvenir que ce n’est que sur le premier niveau, le plus abstrait, que prend appui la théorie de la régulation. Ces catégories propres à l’analyste ne sont pas celles des acteurs d’une économie concrète. En effet, ces derniers opèrent dans un environnement peuplé d’organisations, d’institutions, de normes et de marchés, dont l’ensemble permet l’émergence d’un système de prix qui se distingue de celui de la valeur auquel s’attache la théorie marxiste dans son fondement. C’est ce niveau mésoéconomique qui est le terrain de l’approche de la régulation. Il faut dès lors préciser comment le cas analysé se situe dans le temps et l’espace. C’est ce que propose la figure 2, réponse à la figure 1 de la recension de Cédric Durand.

6Interviennent trois entités : d’abord la Chine, origine présumée du virus ; ensuite les pays tiers, en l’occurrence la France ; enfin le système des relations internationales qui relie la Chine au reste du monde. La rupture est double : d’une part, il est reconnu que les relations économie-pandémie et régime d’accumulation sont différentes entre les deux pays ; d’autre part, que ces derniers sont reliés par un certain nombre de processus, au premier rang desquels se trouvent la mobilité des individus et les chaînes globales de valeur. Dès lors se trouve rompue la mécanique causale abstraite qui dérive d’une analyse du mode de production.

Figure 2. Les trois instances et les deux niveaux qui conduisent au confinement

Figure 2. Les trois instances et les deux niveaux qui conduisent au confinement

Source : Elaboration par l’auteur en réponse à la figure 1 de l’article de Cédric Durand.

7Le début de l’action se situe en Chine mais il faut immédiatement se demander si la logique du profit est bien à l’origine de l’émergence des zoonoses. Il s’agirait plutôt d’une rencontre entre une rapide urbanisation – certes causée par le dynamisme de l’accumulation – et des traditions alimentaires venues de loin. Par parenthèse, la relation entre destruction de l’environnement et pandémie n’est pas évidente, comme le montre l’exemple des pays latino-américains. Dominés par un modèle « extractiviste » fondé sur les rentes associées à la propriété de gisement de matières premières, ils ont subi des détériorations écologiques marquées, sans qu’elles ne deviennent pour autant vecteur de réduction de la diversité des espèces et de la genèse de nouvelles menaces pour la santé humaine.

  • Le régime international est clairement mû par la tendance qu’a l’accumulation du capital à déborder les frontières nationales. En la matière, il s’agit moins de globalisation financière que de constitution de chaînes globales de valeur à travers la multiplication des investissements directs à l’étranger. Nul doute que le tourisme de masse ait été favorisé par la déréglementation du transport aérien. Certes, le capitalisme s’est emparé de ce secteur mais celui-ci présente une certaine autonomie : la rapidité de transmission des virus résulte davantage de cette démocratisation des voyages longue distance, que de la multiplication des voyages d’affaires associés à la gestion d’entreprises multinationales. On mesure la diversité et la spécificité des canaux de transmission d’une économie à l’autre, dont le corrélat est de créer les réseaux à travers lesquels peuvent se propager les virus.

  • Si l’on adopte ce cadre analytique, l’irruption de la covid-19 en Europe puis aux États-Unis apparaît comme un événement qui n’était pas considéré comme justifiant des mesures préventives ou investissements spécifiques en santé publique. En termes méthodologiques, l’irruption de coronavirus est bien exogène, même si rapidement l’interaction entre les mutations du virus et les politiques destinées à le combattre ouvre une nouvelle séquence au sein de laquelle la santé publique et le dynamisme économique interagissent. Au demeurant, la plupart des responsables découvrent que les masques et les médicaments nécessaires à la lutte contre la pandémie sont désormais produits hors des frontières nationales. Ainsi, se révèle en 2020 une dépendance vis-à-vis de la division internationale du travail, longtemps sous-estimée, car résultant d’une série de décisions de délocalisation à l’initiative des entreprises. C’est seulement ex post que les autorités publiques ont pris conscience de cette perte de souveraineté économique.

8Ironiquement, l’héritage des politiques monétaires non conventionnelles, imaginées pour surmonter la crise financière de 2008, se traduit par des taux d’intérêt durablement bas. En conséquence, les gouvernements européens ne peuvent plus invoquer la rareté des moyens financiers puisque, dans l’urgence, l’endettement consécutif aux mesures de soutien des économies soumises aux confinements et aux couvre-feux apparaît aisément finançable. Le « quoi qu’il en coûte » qui avait permis de surmonter la crise de l’euro trouve une seconde application lors de la pandémie, ce qui permet aux responsables politiques de légitimer leur action au nom de la défense de la vie des citoyens. La logique capitaliste est en quelque sorte présente au sein des trois instances – Chine, international, reste du monde – à presque toutes les étapes, mais elle n’a pas la cohérence et la force que lui prête Cédric Durand.

9En outre, reconnaître que le marasme économique ouvert en 2000 n’est pas la répétition de la bulle spéculative liée à la titrisation des crédits immobiliers aux États-Unis aide à comprendre les difficultés rencontrées par les plans de soutien puis de relance. En effet, il était relativement aisé de restaurer la confiance en recapitalisant massivement toutes les institutions financières en quasi-faillite. Par contraste, depuis 2020, l’objectif des plans gouvernementaux est de soutenir le secteur productif dans toute son hétérogénéité, car la pandémie et le confinement frappent très inégalement l’industrie manufacturière, les services aux entreprises, les services à la personne, le tourisme et les loisirs. Il est extrêmement difficile de resynchroniser une économie dans la mesure où les temps de la production, de la consommation, de la vie scolaire et des loisirs ne coïncident plus. Par ailleurs, la restauration de la confiance tient moins, dans l’immédiat, à la crédibilité en la monnaie qu’à un retour à la sécurité sanitaire permettant le rétablissement de l’ensemble des interactions sociales et économiques. Par parenthèse, les banquiers centraux fondent leurs décisions sur un pronostic concernant le cours de la pandémie, à savoir la course poursuite entre les mutations du virus et l’amplitude de la vaccination. Soit une inversion des préoccupations monétaires et sanitaires, autre indice du caractère très particulier de la crise.

10Enfin, la crise n’est pas celle de la partie la plus dynamique de l’économie, en l’occurrence numérique, mais celle d’États qui, sous la pression de l’impératif de dynamisme entrepreneurial et de compétitivité ont, de période en période sous-investi dans la santé et même la recherche, y compris biomédicale. C’est l’un des autres canaux par lesquels la primauté accordée à la recherche du profit privé finit par éroder les prémisses de tout régime d’accumulation viable, à savoir la sécurité sanitaire et un certain armistice dans les conflits capital/travail.

Les populismes : une réponse à l’impasse dans la formation de blocs hégémoniques

11Une seconde critique majeure concernant l’ouvrage porte sur « une utilisation superficielle du concept de populisme (qui) risque de contribuer à une réification antipopulaire du champ politique ». En conséquence, « les clivages de classe passeraient au second plan1 ». De plus, mauvais lecteur des travaux de Bruno Amable et Stefano Palombarini, l’auteur « ignorerait les fractures au sein de chacun de ces pseudo-blocs2 ». En fait, d’autres recherches ont analysé plus complètement cette question, d’abord grâce à une série de travaux sur les transformations sociales à l’origine du vote en faveur du Brexit, ensuite à une réflexion plus générale sur la diversité des formes de populisme, tant dans l’histoire longue que de nos jours.

Il est vrai que sur un plan analytique, on trouve dans la littérature de très nombreuses définitions alternatives du populisme (Tableau 1). Dès lors, il est de bonne méthode d’examiner leur pertinence à dire la période contemporaine et éventuellement de détecter les nouveautés que présentent nombre de gouvernements contemporains. On peut alors développer l’analyse qui suit.

  • L’ouverture à la concurrence internationale, la déréglementation du travail, les innovations financières ont entraîné de profonds changements dans les structures sociales des économies de vieille industrialisation. La balkanisation des contrats de travail et la divergence entre la rémunération des compétences et de celle des capitaux financiers ont multiplié le fractionnement en une myriade de groupes sociaux aux intérêts et représentations distincts. Ainsi la frontalité du conflit capital-travail, dont sont toujours porteurs les capitalismes contemporains, s’atténue-t-elle.

  • Les analyses de Stefano Palombarini et Bruno Amable montrent alors que, dans le cas de la France, cette forte différenciation des attentes et des demandes adressées au pouvoir politique rend impossible la formation tant d’un bloc bourgeois que d’une alternative progressiste. Les politologues notent ainsi la montée d’un autoritarisme des gouvernements qui tendent à imposer des mesures impopulaires. Par le passé, des manifestations de masse avaient pu faire reculer les gouvernements en matière de réformes des retraites et du droit du travail. Depuis la décennie 2010, l’usage du pouvoir coercitif de l’État impose des réformes malgré de fortes oppositions ; les gouvernements n’hésitent plus à mobiliser la force, y compris policière. De plus, à travers la spécificité de lois électorales qui convertissent une option relativement minoritaire en une majorité parlementaire, parfois écrasante, se constitue bien un bloc hégémonique qui s’affranchit plus ou moins de la recherche d’une majorité dans la société.

  • Il faut alors faire intervenir le rôle des représentations politiques dans la formation d’une majorité parlementaire ou présidentielle. Le processus qui conduit au Brexit est exemplaire. En premier lieu, le New Labour entend substituer la société civile à la traditionnelle opposition entre État et marché, soit le traditionnel marqueur droite/gauche. Ensuite, l’irruption d’un parti antieuropéen, l’Ukip, place au centre des discussions politiques la question de la souveraineté nationale. Enfin, lors du référendum de 2016, la question n’est pas celle de la couverture sociale, de la fiscalité et ou de l’organisation des services publics, mais celle de la poursuite ou non de l’appartenance à l’Union européenne. Les enquêtes statistiques confirment que les laissés pour compte de l’internationalisation et de la financiarisation de l’économie anglaise ont en majorité voté pour la sortie de l’Europe. Les individus ne se définissent plus comme des salariés déclassés mais comme des Anglais dont le pays a perdu son autonomie et son statut international. Dernier enseignement, une fraction notable des Brexiter était prête à accepter une chute de son revenu pour retrouver dignité et souveraineté nationale.

Tableau 1. Les populismes en perspective historique et comparative

Tableau 1. Les populismes en perspective historique et comparative

Note. Pour une meilleure visualisation, consulter l’annexe.

Source : Robert Boyer au titre de la session du Congrès de l’Institut des Amériques, consacrée aux enseignements d’une comparaison des populismes, 11 Octobre 2019, Paris Condorcet. URL : https://www.youtube.com/​watch?v=Wpyqtyl6tSk&feature=youtu.be

Si l’on suit ce processus, le populisme que mentionne l’ouvrage est original car il est le résultat d’une stratégie politique visant à mettre au centre de l’agenda politique une question qui transcende les différenciations sociales et économiques impulsées par l’internationalisation. C’est en un sens une défaite des partis de gauche, dont les électeurs sont devenus plus nationalistes que partisans d’un rééquilibrage du statut du travail dans les sociétés contemporaines.

Le mode de développement anthropogénétique : quelles alliances politiques ?

12Cette grille d’analyse s’applique à l’une des conclusions, apparemment paradoxale, de l’ouvrage. D’une part, ce dernier souligne la vigueur des forces qui façonnent la croissance en longue période des dépenses consacrées à l’éducation, la formation permanente, la santé et la culture entendue comme la matrice à partir de laquelle peuvent se former des compromis institutionnalisés, fondateurs d’un mode de développement. De l’autre, en dépit de l’urgence sanitaire qu’a véhiculée la pandémie, l’alliance de personnels engagés dans la fourniture de ces services et des citoyens qui en bénéficient est loin d’avoir débouché sur des alliances politiques qui seraient des alternatives à celle qui prône l’insertion dans la modernité internationale. L’analyse des forces politiques est donc présente dans l’ouvrage, même si ce n’est pas le thème exclusif.

13C’est d’ailleurs la forme des alliances politiques qui peut déterminer autant de configurations du mode de développement anthropogénétique. Si la trajectoire historique a produit un État social fort, il peut devenir un objectif à son actualisation en réponse aux demandes des citoyens. A l’opposé, si la rivalité marchande est au cœur d’une société, ce même modèle sera le vecteur d’un approfondissement des inégalités. C’est ce qui est observé aux États-Unis : non seulement les plus défavorisés ont étés plus durement touchés par le virus, mais encore l’espérance de vie des plus modestes et des minorités baisse alors que continue à progresser celle des plus riches.

Le capitalisme transnational de plateforme : une victoire à la Pyrrhus ?

14Le capitalisme transnational de plateforme peut se faire le vecteur du modèle anthropogénétique, comme en témoigne la rapide conquête de nouveaux secteurs pendant la pandémie. Tout d’abord, le commerce électronique maintient ouvertes les frontières et donc l’approvisionnement en matière de biens requis dans une phase de confinement. Ensuite, il permet de tracer tant les transactions économiques, les préoccupations de l’opinion publique que la mobilité urbaine, nationale et transnationale des individus. Certaines applications permettent de mettre effectivement en œuvre le mot d’ordre : « tester, tracer, isoler », soit le cœur de la stratégie qui a permis à Taïwan, Singapour, Hong-Kong et la Corée du Sud de contenir la diffusion du coronavirus.

15Dans le climat d’incertitude actuel, les financiers hésitent encore à faire des paris sur les secteurs qui vont permettre de lutter contre le réchauffement climatique. Ils préfèrent miser sur la convergence du numérique et des biotechnologies. Comme le montrent les modèles de formation d’opinion sur les marchés boursiers, la forte augmentation de la valorisation boursière des Gafam est possible et même probable, puisque la spéculation amplifie l’estimation favorable de la valeur de long terme des entreprises correspondantes. N’est donc pas exclue la formation d’une bulle dont le destin est d’éclater, toujours à la surprise générale, tant l’euphorie des acteurs les a convaincus de l’ouverture d’une nouvelle époque, dans laquelle les méthodes traditionnelles d’évaluation des titres financiers sont obsolètes. Telle est la séquence qui réitère les crises financières et économiques.

16Il est une seconde limite à l’établissement d’un capitalisme de plateforme, à savoir les menaces pesant sur le contrôle de la vie sociale, à l’écart des institutions démocratiques qui devraient encadrer l’accumulation des informations en temps réel, processus qui bouscule les rapports de force entre tous les acteurs. Aux États-Unis mêmes, les sénateurs songent enfin à mobiliser les lois antitrust pour limiter la montée en puissance des Gafam. Pour leur part, les citoyens peuvent se mobiliser en constatant que les données individuelles peuvent être vendues à des entrepreneurs de la politique pour susciter et organiser des mouvements d’opinion en leur faveur. Tel est le cours de la politique européenne marqué par des lois visant à encadrer l’économie de l’information, tant en termes de contenu que de violation du principe de concurrence.

17Pour sa part, la Chine offre un exemple frappant d’usage de l’économie de l’information à des fins de contrôle politique et non plus seulement de stabilisation de l’activité économique. Clairement, les plateformes peuvent constituer une menace pour l’organisation de la vie démocratique, d’autant plus que leurs ressources financières permettent d’influencer les politiques publiques… au point, jusqu’à présent, d’avoir entretenu le mythe d’une « contestabilité » des monopoles actuels, car y serait toujours possible l’entrée de nouvelles start-ups.

18La roche tarpéienne est proche du Capitole ! En effet, le propre de l’approche de la régulation est de diagnostiquer les sources d’une prochaine crise structurelle dans le succès même d’un nouveau régime d’accumulation. Tous les régimes finissent par rencontrer leurs limites, indépassables sans une recomposition des rapports de force et des compromis institutionnalisés. De plus, dans la course poursuite engagée entre les mutations du coronavirus et les campagnes de vaccination, il n’est pas certain que la restauration de la santé publique soit acquise rapidement. Cela pourrait déclencher un dégonflement des cours boursiers et de nouvelles incertitudes hypothéquant l’émergence d’un autre régime d’accumulation.

Analyser l’interdépendance de régimes nationaux contrastés

19Il ne semble pas exact d’affirmer, comme le fait Cédric Durand, « que les mécanismes d’articulation méta-économiques des différents capitalismes nationaux sont largement ignorés3. » La critique était tout à fait fondée concernant les travaux fondateurs qui se concentraient sur l’analyse des modes de développement nationaux, sans grande référence au fait que, par exemple, États-Unis et France appartenaient au même régime d’accumulation fordiste, mais que les deux économies occupaient des positions bien différentes dans la hiérarchie internationale. Elle a continué à porter lorsqu’une part significative des recherches s’est concentrée sur l’élaboration de taxonomies des modes de développement et finalement des types de capitalisme. Ce n’est plus le cas au cours des années 2000, sous de double impact de l’accélération de l’intégration européenne et de la mondialisation. Au concept de globalisation, analysé comme vecteur de convergence des différents capitalismes, s’oppose celui d’intensification des interdépendances entre régimes socio-économiques contrastés, pas seulement capitalistes mais aussi rentiers. L’ouvrage pousse l’analyse dans deux directions.

20Sous l’hypothèse où le capitalisme de plateforme, centré sur l’information, désigne une tendance de longue période, comment la pandémie affecte-t-elle ces trois configurations : nord-américaine, chinoise et européenne ? À nouveau se trouve posée, au niveau international, la question fondatrice de l’approche de la régulation : comment trois configurations aussi hétérogènes, puisque dominées respectivement par la concurrence marchande, le contrôle politique et finalement le principe de citoyenneté, s’influencent-elles et peuvent-elles coexister au sein de relations internationales en rapide transformation ? Tel est l’objet de la figure 7.5, accessible sur le site web de l’auteur, mais qui ne semble pas avoir attiré l’attention de Cédric Durand. Pour faciliter la lecture, la figure 3 infra en reproduit le contenu. L’aptitude à prévenir et/ou surmonter la probable répétition des pandémies constitue un nouveau facteur de la plus ou moins grande résilience de ces trois figures du capitalisme de l’information.

Figure 3. Comment les politiques de lutte contre la pandémie vont affecter les trois régimes de la décennie 2010

Figure 3. Comment les politiques de lutte contre la pandémie vont affecter les trois régimes de la décennie 2010

Source : tirée du site de l’auteur. URL htttp://robertboyer.org/download/Annexes-livre-Chap7-Boyer2.pdf

21En Chine, la centralisation du pouvoir politique, associée à la mise en concurrence des territoires et des entreprises, se trouve apparemment légitimée : victoire (transitoire) sur la covid-19 et retour à un sentier de croissance davantage tourné vers la demande et les besoins domestiques, en particulier de couverture sociale.

  • Aux États-Unis, les autorités politiques, après s’être félicitées de la puissance des Gafam qui maintiennent l’économie à la frontière technologique, constatent que leurs intérêts ne coïncident plus avec celui du pays et de ses citoyens. Par ailleurs, le mythe selon lequel une démocratie est plus efficace qu’un régime autoritaire dans la gestion d’une crise sanitaire s’est dégonflé, alors que s’aggravent encore les inégalités.

  • L’Union européenne s’enorgueillit d’être aux avant-postes de l’instauration de biens communs mondiaux, d’abord au titre de la préservation du climat, puis au nom du commun que devrait être la santé publique. Cependant, sa base économique est loin de pouvoir soutenir cette stratégie, car la pandémie a encore aggravé les déséquilibres économiques entre le Nord et le Sud, l’Ouest et l’Est. Les avancées juridiques et institutionnelles ne vont pas de pair avec de vigoureuses innovations annonciatrices de secteurs d’avenir, alors que les opinions publiques hésitent entre solidarité intra-européenne et repli sur la souveraineté nationale.

22Trop rapidement sans doute, puisque cela a échappé à la lecture attentive de Cédric Durand, le chapitre 7 de l’ouvrage examine la manière dont les régimes socio-économiques hérités du passé se sont transformés depuis l’apparition de la pandémie (figure 4, reprise de la figure 7.5 des annexes des Capitalismes à l’épreuve de la pandémie). On laisse le soin au lecteur de s’approprier les diverses interactions existant entre des pays réputés emblématiques de divers régimes, et l’on préfère insister sur quelques aspects méthodologiques.

  • Les processus à l’œuvre dépassent la seule question de la résilience aux pandémies pour concerner l’ensemble des conséquences liées aux alternances entre confinement et relaxation des restrictions touchant la mobilité individuelle nationale et internationale : réévaluation des délocalisations, concentration des recherches biomédicales dans un petit nombre d’économies et nouvelles formes de dépendance, régression sociale dans les pays dont les gouvernements ne peuvent s’endetter en leur propre monnaie, fragilité financière accrue si se succèdent des mutations du virus, soit autant de menaces sur l’ouverture internationale du fait d’un contrôle accru des frontières en vue de tenter de freiner les pandémies.

Figure 4. Vers de nouvelles relations entre régimes socioéconomiques transformés par la pandémie

Figure 4. Vers de nouvelles relations entre régimes socioéconomiques transformés par la pandémie

Source : Boyer, 2021. URL : http://robertboyer.org/​download/​Annexes-livre-Chap7-Boyer2.pdf

  • Ces interdépendances sont si variées qu’elles introduisent une seconde source d’incertitude radicale liée à la complexité du contexte dans lequel acteurs privés et publics doivent prendre leurs décisions. Elle s’ajoute à celle que représente encore en 2021 le virus : les divers vaccins parviendront-ils à éradiquer la pandémie, et ce à quel horizon ? Tous les pays pourront-ils être couverts ou faut-il anticiper un fractionnement de l’économie mondiale, donc un retournement de la division internationale du travail ?

  • Enfin, il ne faut pas sous-estimer l’inertie associée aux compromis institutionnalisés qui sont à la base de tout régime socioéconomique. En effet, il serait par exemple assez problématique d’imaginer que les sociétés dominées par la rivalité marchande puissent répondre aux pandémies par la constitution d’un État social du type de celui qui prévaut dans les sociétés scandinaves. Il s’agit d’ailleurs d’un facteur de stabilisation de l’économie mondiale : que serait-elle devenue si l’accumulation tirée par l’innovation financière avait été le seul facteur en 2008 ?

Ainsi, l’analyse de la diversité des capitalismes contribue à la compréhension du Capitalisme.

La régulation, une dialectique entre conceptualisation et observation

En définitive, Cédric Durand est à la recherche d’une théorie du capitalisme tellement générale et puissante qu’elle permettrait une lecture directe des transformations contemporaines. Le point de départ de l’approche de la régulation vient du constat suivant : vouloir lier, sans intermédiation, théorie d’un mode de production et analyse d’une conjoncture, fut-elle de crise, conduit à des diagnostics erronés.

Haut de page

Bibliographie

En un sens, l’ouvrage ne fait qu’actualiser cette prise de conscience, intervenue lors de l’entrée en crise du mode de développement fordiste. Il s’inscrit dans le projet d’une économie politique qui fait de l’observation des transformations des capitalismes le vecteur de l’actualisation et de la généralisation d’une théorie qui procède par comparaisons dans le temps et l’espace.

Beckert J. & B. Richard (2018), Uncertain futures, Imaginaries, Narratives and Calculation in the Economy, Oxford, Oxford University Press.

Boyer R. (2015), Figure 4, Économie politique des capitalismes, théorie de la régulation et des crises, Paris, La Découverte, coll. « grands repères », p. 43.

Boyer R. (2018), « Le Brexit. Souveraineté nationale contre internationalisation de l’économie » in Christ J. & S. Gildas, La dette souveraine, Paris, Éditions de l’EHESS, coll. « Raisons pratiques », p. 133-172.

Boyer R. (2021), « Platform capitalism. A socioeconomic Analysis », Socio Economic Review, vol. 18, no 4.

Durand C. (2020), Technoféodalisme. Critique de l’économie numérique, Paris, éditions Zones.

Institut des Amériques (2019), « Les populismes en comparaison internationale », Congrès 11 Octobre, Paris. https://www.youtube.com/watch?v=Wpyqtyl6tSk&feature=youtu.be.

Hausmann R. & A. Lipietz (1980), « Économie ésotérique, économie éxotérique : la dialectique oubliée », Working Paper Cepremap, Paris.

Lipietz A. (1983), Le monde Enchanté. De la valeur à l’envol inflationniste, Préface de C. Bettelheim, Paris, La Découverte/Maspéro, coll. « Économie et Socialisme, 38 ».

Mjoset Lars (2015), « Stein Rokkan’s Methodology of Macro-Historical Comparison », Comparative Sociology, vol. 14, no 4, p. 500-547.

Haut de page

Notes

1 Cédric Durand, « Quand l'histoire économique nous mord la nuque », Note de lecture, Revue de la régulation, no 30, § 15. URL : https://journals.openedition.org/regulation/19363

2 Id. URL : https://journals.openedition.org/regulation/19363

3 Ibid., § 25. URL : https://journals.openedition.org/regulation/19363

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Quelles relations entre pandémie et contraintes écologiques ?
Crédits Source : Robert Boyer, Figure 7.1., annexes, Les Capitalismes à l’épreuve de la pandémie, Paris, La Découverte, 2020.
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/19365/img-1.png
Fichier image/png, 100k
Titre Figure 2. Les trois instances et les deux niveaux qui conduisent au confinement
Crédits Source : Elaboration par l’auteur en réponse à la figure 1 de l’article de Cédric Durand.
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/19365/img-2.png
Fichier image/png, 47k
Titre Tableau 1. Les populismes en perspective historique et comparative
Crédits Note. Pour une meilleure visualisation, consulter l’annexe.
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/19365/img-3.png
Fichier image/png, 130k
Titre Figure 3. Comment les politiques de lutte contre la pandémie vont affecter les trois régimes de la décennie 2010
Crédits Source : tirée du site de l’auteur. URL htttp://robertboyer.org/download/Annexes-livre-Chap7-Boyer2.pdf
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/19365/img-4.png
Fichier image/png, 89k
Titre Figure 4. Vers de nouvelles relations entre régimes socioéconomiques transformés par la pandémie
Crédits Source : Boyer, 2021. URL : http://robertboyer.org/​download/​Annexes-livre-Chap7-Boyer2.pdf
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/19365/img-5.png
Fichier image/png, 104k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robert Boyer, « Covid-19 et régulation : comment une théorie analyse une conjoncture originale », Revue de la régulation [En ligne], 30 | 1er semestre/spring 2021 | 2021, mis en ligne le 07 juillet 2021, consulté le 28 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/regulation/19365 ; DOI : 10.4000/regulation.19365

Haut de page

Auteur

Robert Boyer

EHESS et Institut des Amériques, Campus Condorcet, 5 cours des Humanités, 93322 Aubervilliers cedex France.r.boyer2@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search