Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30 | 1er semestre/spring 2021ÉditorialÉditorial

Texte intégral

Ce 30e numéro de la Revue de la régulation propose un dossier thématique sur les « Figures de l’État Actionnaire ». Ce terme renvoie à la fois à un instrument de politique publique spécifique (la participation au capital d’entreprises), à un ensemble disparate d’acteurs et d’institutions et à un « mythe » politique.

Ce dossier fait écho à des débats anciens, plus ou moins initiés au xvie siècle, sur l’action publique, même si la critique libérale de l’État n’influence les politiques économiques qu’au xixe et au début du xxe siècle. Parallèlement, de nombreuses crises et de violents conflits sociaux émaillent ces périodes, ce qui conduit les intellectuels à réinvestir des théories alternatives au libéralisme. Elles fleurissent après la Seconde Guerre mondiale et l’État devient alors un acteur central, un stratège qui structure l’action publique, même si les représentations libérales nourrissent toujours des discours dissidents. Ces derniers affirment que l’action publique est inefficace, sous-optimale et qu’elle favorise l’assistanat. À partir de la fin des années 1970, la défiance à l’égard de l’État redevient influente dans l’espace politique. Le débat ne porte cependant plus sur le rôle économique de l’État mais davantage sur les modalités de gestion de l’action publique. Celles-ci doivent s’inspirer des pratiques managériales propres au secteur de l’entreprise privée capitaliste et l’État doit organiser la mise en œuvre de ce programme. En d’autres termes, le rôle économique de l’État semble incompressible dans les sociétés capitalistes contemporaines (la crise du covid-19 en fournit de nouvelles preuves, largement débattues1) ; mais, pour être efficaces, les normes des gestions adossées à la concurrence, à la relation coût/avantage ou à la logique actionnariale doivent être appliquées aux services de l’État.

Le dossier consacré aux « Figures de l’État Actionnaire » est composé de neuf articles mis en perspective par une introduction substantielle qui présente les cadres théoriques retenus. Fidèle à la volonté de la Revue de la régulation de favoriser le dialogue transdisciplinaire, ce dossier mobilise les apports de l’économie, de la gestion et de l’histoire pour étudier cet objet trop peu analysé. Nous ne présenterons pas chaque texte, nous mettrons simplement en valeur les points saillants qui caractérisent le dossier. Premièrement, la dimension historique. Pour étayer leurs démonstrations, les auteures s’appuient sur un enchaînement de faits articulant, pour l’essentiel, deux moments remarquables : la Libération et le tournant des années 1980. Deuxièmement, le dossier montre la richesse des travaux en cours sur le cas français et, par contraste, le besoin d’études internationales sur le sujet. L’article consacré à l’émergence de la logique actionnariale au sein de la Caisse de dépôts et de gestion marocaine en montre bien la pertinence. Troisièmement, la complexité de l’action publique ne saurait être encadrée par un mode de gestion propre au « monde de l’entreprise privée capitaliste ». Dès lors, en se transformant, les structures publiques « bricolent » pour concilier des logiques parfois contradictoires et ainsi garantir une forme de cohésion sociale.

L’article publié au sein de la section Varia analyse l’évolution du secteur laitier dans trois pays : le Canada, la France et la Nouvelle-Zélande. Marie Dervillé se penche sur la réglementation pour montrer la diversité des trajectoires nationales.

L’entretien, réalisé par Hadrien Coutant, Antoine Ducatel et Scott Viallet-Thévenin, retrace le parcours de François Morin au sein de plusieurs cabinets ministériels. Ce dernier a participé à la mise en place des politiques industrielles et expose les dynamiques à l’origine de choix économiques pour lesquels les rapports de force, les stratégies politiques, les alliances, etc. occupent une place centrale.

Dans la rubrique « Opinion-Débat », Nicolas Piluso fait, dans une perspective marxienne, une proposition plus théorique sur la monnaie. Ce texte alimente les controverses et les discussions sur les liens entre monnaie et valeur.

Quatre notes de lecture et quatre comptes rendus de thèse clôturent ce numéro. Irène Berthonnet propose une recension originale qui fait dialoguer deux ouvrages : L’économie féministe et L’économie politique du genre pour montrer l’influence économique des questions genrées. Sterenn Lebayle et Nicolas Pinsard se livrent à une analyse critique du concept de techno-féodalisme défini par Cédric Durand. Ce dernier est également présent dans ce numéro, en tant qu’auteur, à travers une recension critique de l’ouvrage de Robert Boyer récemment publié, Les capitalismes à l’épreuve de la pandémie. Robert Boyer ne partage pas la vision de Cédric Durand sur les liens entre pandémie et capitalisme et argumente sa position dans un contrepoint. Dans son ouvrage, il démontre que la crise sanitaire ne traduit pas une crise du capitalisme, dans la mesure où des formes de capitalismes en profitent quand d’autres en pâtissent.

Les comptes rendus de thèse, dont les trois premiers abordent différentes facettes de l’action publique, mettent en valeur les travaux de nos jeunes collègues. Nicolas Pinsard montre comment la fiscalité participe au processus de marchandisation et de constitution de l’État français ; Joël Ntsondé s’intéresse à la place qu’occupent les commandes publiques dans le secteur de la construction pour assurer la transition des territoires vers une économie circulaire. Justine Ballon caractérise la spécificité des coopératives d’activités dans un contexte où l’entrepreneuriat individuel est de plus en plus valorisé. Enfin, Benjamin Bürbaumer analyse la construction institutionnelle de marchés entre les pays signataires du Tafta.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Éditorial », Revue de la régulation [En ligne], 30 | 1er semestre/spring 2021 | 2021, mis en ligne le 07 juillet 2021, consulté le 28 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/regulation/20055 ; DOI : 10.4000/regulation.20055

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search