Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31 | 2nd semestre / Autumn 2021Notes de lectureÀ propos de l’ouvrage coordonné p...

Notes de lecture

À propos de l’ouvrage coordonné par Sébastien Lechevalier, Innovation beyond technology. Science for society and interdisciplinary approaches

Matthieu Montalban
Référence(s) :

Lechevalier S. (ed.) (2019), Innovation Beyond Technology: science for society and interdisciplinary approaches, Singapore, Springer, coll. « Creative Economy ».

Texte intégral

1Le récent ouvrage coordonné par Sébastien Lechevalier, Innovation beyond technology (2019), présente quatorze contributions issues de la collaboration de chercheurs français et japonais au sein d’une équipe qui s’est constituée dans le but d’interroger l’innovation au-delà de la seule innovation technologique, c’est-à-dire incluant des formes d’innovation sociale et politique. Il s’inscrit dans des questionnements tout à fait actuels quant à la place prise par l’innovation dans nos sociétés, à partir de regards pluridisciplinaires. Il n’est guère simple de rendre compte en général d’un ouvrage collectif, dans la mesure où chaque contribution mérite en soi un commentaire et celui-ci n’échappe pas à la règle. Les contributions sont denses, variées et intéressantes, mais le pari de les faire tenir dans un ouvrage collectif est tenu et cela doit être salué : les chapitres et auteurs réfèrent les uns aux autres, ce qui indique clairement un échange réel au sein de cette équipe et une production collective. On pourrait même dire que c’est l’un des intérêts de ce travail en quelque sorte dialogique, collaboratif et interdisciplinaire. L’autre intérêt principal de l’ouvrage réside dans la diversité des questions soulevées et traitées sur les rapports entre sciences, innovation et société, ainsi que dans la variété des études de cas offertes, ce qui est particulièrement pertinent dans le contexte actuel marqué par la pandémie et la transition écologique, deux thèmes qui posent directement ces questions.

2Si l’on devait résumer en quelques phrases les thèses de l’ouvrage, on pourrait sans doute le faire ainsi : (1) les innovations techniques ne sont pas toujours ni même principalement la solution aux problèmes sociaux, car elles ne sont pas neutres sur le plan idéologique ni au regard des intérêts et elles n’apportent pas toujours les solutions escomptées du fait de leurs effets secondaires et externalités ; (2) les innovations sociales et institutionnelles sont tout aussi sinon plus importantes ; (3) quoiqu’il en soit, les innovations techniques supposent d’être accompagnées de processus de démocratisation et d’interrogations éthiques sur leur intérêt. Autour de ces fils directeurs s’articule une diversité de contributions de nature théorique – ou, disons, interprétatives –, notamment dans la première partie de l’ouvrage qui porte sur la mise en perspective critique et historique de l’« idéologie » de l’innovation (technique), ou appliquée ; les contributions relevant de la seconde catégorie étant très riches sur les questions de santé et d’environnement dans les parties II et III et sur les finalités et les effets différenciés de l’innovation en fonction des acteurs en partie IV. L’introduction de Sébastien Lechevalier et Sandra Laugier (2019) permet très adroitement de mettre en perspective et en discussion l’objet de l’ouvrage et de montrer les complémentarités entre les différentes contributions, tout en définissant les principaux fils directeurs de l’ouvrage.

Compte tenu de la richesse et de l’hétérogénéité des contributions, mais aussi parfois des tensions implicites entre celles-ci, nous suivrons l’avancée des chapitres un à un en y adossant nos commentaires et critiques, avant de conclure plus globalement sur l’ouvrage.

1. Une réflexion critique sur l’idéologie de l’innovation et ses effets

3L’intérêt premier de ce travail, comme le rappellent l’introduction de Lechevalier et Laugier (2019), ainsi que les contributions de Sayaka Oki (2019), Pierre-Benoît Joly (2019) et Shinichi Koizumi (2019) en première partie, est certainement de questionner l’idéologie sous-jacente à l’apparente évidence des solutions techniques aux problèmes sociaux, telles qu’elles peuvent être promues par exemple par l’idéologie technosolutionniste de la Silicon Valley (Morozov, 2014).

4Le texte de Pierre-Benoît Joly (2019) s’attache à déconstruire les différents mythes associés à l’innovation technique (notamment du « ruissellement de l’innovation », des « bienfaits » de la destruction créatrice, de la technologie la plus efficace sélectionnée par le marché, du modèle linéaire et de l’innovation tirée des nouvelles technologiques) en proposant une nouvelle « imagerie » de l’innovation, plus responsable, plus ouverte et démocratique. Ces mythes structurent effectivement de nombreuses politiques publiques de l’innovation et on pourrait sans doute avancer, en prolongeant quelque peu le propos de l’auteur, que les travaux de Philippe Aghion en représentent l’idéal type. La « redéfinition » de l’innovation proposée dans cette contribution trouve plusieurs échos dans les chapitres des parties III et IV de l’ouvrage.

5Le chapitre de Sayaka Oki (2019), en présentant la relation entre les notions de « progrès » et « d’innovation » et la manière dont le second terme a succédé au premier depuis les années 1980, montre combien l’innovation s’inscrit dans l’adaptation récente du discours de la Modernité et des Lumières par le champ économique. L’autrice y évoque notamment le rôle de la diffusion des théories évolutionnistes en économie et leurs effets sur les politiques d’innovation, ainsi que la diffusion en Asie du darwinisme social. Ce chapitre et celui de P.-B. Joly montrent, au fond, que, dans notre idéologie contemporaine « techno-solutionniste » – pour reprendre le terme d’Evgeny Morozov (2014) –, tout ce qui est innovant est associé automatiquement aux signifiants « bien » ou « moderne ».

6Le chapitre de Shinichi Koizumi (2019) sur les ombres et lumières de l’industrie 4.0 (robotique, numérique, nanotechnologies etc.) complète le propos en soulignant le scepticisme croissant de nos sociétés vis-à-vis de la démocratie et de l’industrie 4.0 et le besoin d’une révolution 4.0 « positive » qui prenne mieux en compte les risques, qu’ils soient liés à la privacy, l’IA ou l’ubérisation, afin que cette révolution profite également aux classes moyennes et inférieures et réduise les inégalités, alors même qu’elle risque au contraire de les accroître. On notera cependant une tension avec les textes de Joly (2019) et Oki (2019) : Koizumi s’interroge plutôt sur une adaptation sociale « inclusive » de la révolution 4.0, ce qu’on appelle assez souvent l’acceptabilité sociale de l’innovation technique, pour retrouver une croissance inclusive, alors que les deux premiers critiquent l’intérêt même de l’innovation technique et l’idéologie sous-jacente à celle-ci. Cette tension ou ce contraste, visible dans la première partie, est aussi présent dans le reste de l’ouvrage, entre les contributions qui mettent en avant l’intérêt de substituer ou d’hybrider l’innovation sociale et l’innovation technique (Pestre, 2019 ; Gaudillière, 2019) et celles s’intéressant plutôt aux conditions sociales permettant l’innovation technique ou la rendant plus acceptable, plus soutenable ou inclusive (Ohya, 2019 ; Sengoku, 2019).

7La première partie amène une première série de remarques sur le rapport entre Modernité et idéologies de l’innovation. Si ce dernier terme a remplacé celui de « progrès », c’est, comme le soutient Oki (2019), en partie à cause de l’effondrement du socialisme et du marxisme, mais aussi parce que l’innovation technique a été promue par la « gauche » face à la mondialisation et par certaines contre-cultures critiques de la société bureaucratique et verticale, en plus des néolibéraux. Il est vrai, comme le rappellent Sayaka Oki (2019) ou Pierre-Benoît Joly (2019), que le terme « progrès » a été « dévalorisé », car certains ont pu confondre progrès technique et progrès social, et qu’il a été remplacé par le terme « innovation », qui a lui aussi été décliné en de multiples variantes. Cependant, il n’en demeure pas moins vrai que le progrès social, chez bon nombre de socialistes, n’a pas toujours été confondu avec le progrès technique : les mouvements socialistes ricardiens ou luddistes et certains marxistes (Braverman, 1998 ; Noble, 1979) ont pu montrer que le progrès technique capitaliste n’équivalait pas au progrès social et que l’utilité sociale de la technique dépendait grandement de qui la contrôle. Plus généralement, on observe que la Modernité, au moins depuis la Révolution française, est partagée entre la droite et la gauche, ou plus exactement entre le libéralisme et le socialisme, à propos de la nature du progrès social et son rapport au progrès technique. N’y a-t-il pas tout simplement dans cette substitution du « progrès » par l’« innovation » un effet, à la fois, de la reconfiguration capitaliste et néolibérale des régimes d’accumulation et des modes de régulation sous l’effet des crises fordistes et de la condition dite postmoderne (Lyotard, 1979) ? Jean François Lyotard (id.) caractérisait ainsi la postmodernité comme un scepticisme généralisé, voire un relativisme, à l’endroit des récits eschatologiques modernes d’émancipation collective fondés sur la « démocratie », le « progrès » et la « science » ; scepticisme qui serait d’ailleurs le produit paradoxal de l’évolution scientifique, à travers la sociologie des sciences. Parallèlement, l’échec du socialisme « réel » et l’apparente impuissance des états face à la mondialisation ont fini par délégitimer les projets politiques d’émancipation et réduit la politique au néolibéralisme comme horizon indépassable d’adaptation pragmatique au monde (Stiegler, 2019). Cette adaptation pragmatique, scandée comme impératif catégorique, va de pair avec la recherche de solutions politiques « dépolitisées », efficaces – donc techniques – et « innovantes ». Ainsi, dans ces chapitres, les auteurs auraient sans doute pu évoquer, dans leur réflexion sur la place du progrès, de l’innovation et de la Modernité, l’idéologie transhumaniste ou la critique du solutionnisme technologique par Morozov (2014). Le transhumanisme a pour objectif l’augmentation des capacités humaines (physiques et intellectuelles) par la mobilisation des innovations technologiques et se présente comme un métarécit moderne, voire hypermoderne et « progressiste », centré sur les sciences (dures), la technique et l’innovation. Cette idéologie relève de ce que Morozov (2014) appelle le solutionnisme technologique et elle constitue sans doute la tentative de recréation d’un récit « hypermoderne » fondée sur l’idéologie de l’innovation technologique dont parle Joly (2019) et qui s’assume aussi comme résolument « progressiste », le mouvement allant d’un « technolibertarianisme » à droite à « un technoprogressisme » à gauche (Montalban, 2020). On notera que Humanity+, l’association internationale transhumaniste, développe explicitement à ce sujet des arguments de ruissellement de l’innovation et donc de défense du libre marché1.

8Par ailleurs, sur le rôle de la critique de la technique, on pourrait se demander pourquoi les figures de Gunther Anders (2002) ou de Jacques Ellul (1954) n’ont pas été mobilisées, alors que ces références auraient pu être un appui utile pour développer un propos critique sur l’innovation technologique, tant leurs critiques de la modernité et de la technique semblent faire écho aux propos de l’ouvrage.

Les parties II et III, ensuite, se présentent majoritairement comme une collection intéressante d’études de cas appliquées retraçant des expériences concrètes et des leçons plus générales tirées de ces observations.

2. La santé et l’environnement comme champ d’investigation des rapports entre science, innovation et politique

2.1. Les contributions sur la santé

Trois chapitres s’intéressent aux innovations en santé : ceux de Robert Boyer (2019), Jean-Paul Gaudillière (2019) et Shintaro Sengoku (2019).

9Le chapitre de Robert Boyer (2019) s’intéresse aux spécificités du secteur de la santé, notamment au fait que les innovations sociales et techniques ne s’y traduisent pas par une baisse des prix et coûts. Pour expliquer cela, il analyse les rôles du mode de financement de la santé, de l’évolution de la demande de soin liée au changement technique et la perception de la santé qu’il implique, ainsi que la faiblesse des gains de productivité dans ces secteurs. Comme ce secteur occupe une part croissante de nos économies, on doit s’attendre à une croissance des gains de productivité « classiques » relativement plus faible. Dans la lignée de ses travaux précédents, Robert Boyer (2019) montre que c’est le signe du passage à un mode de développement « anthropogénétique », où l’amélioration de la qualité et de l’espérance de vie seront les critères à prendre en considération, plutôt que le produit intérieur brut (PIB). Par ailleurs, il montre comment les innovations techniques dans le domaine modifient la demande et la perception de la santé.

10Si on veut aller plus loin, on pourrait souligner que, parfois, ce sont les innovations techniques, notamment les médicaments, qui finissent par définir certaines maladies, comme le trouble déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité de l’enfant, ou TDAH (Brun et al., 2015). Pour le dire avec mes propres mots, le changement technique modifie plus généralement notre perception du monde et donc nos fantasmes et attentes. Là aussi, il aurait pu paraître utile de faire le pont avec les fantasmes transhumanistes des dirigeants de la Silicon Valley, qui font de la jeunesse éternelle un objectif « politique » à atteindre par la technique : Alphabet (la maison-mère de Google), à travers sa filiale Calico, entend ni plus ni moins que « résoudre » le problème de la mort. Il se pourrait bien que le mode de développement anthropogénétique prenne une forme « plateformisée », technolibertarienne, tout à fait singulière. Cet article peut être largement mis en relation avec celui de Yoshinori Hiroi (2019) dans la partie IV, qui fait également le constat d’un possible état stationnaire devant amener à changer nos objectifs pour aller vers une « société de bien-être soutenable », en repensant spécifiquement le rôle de « la science comme soin » (science as care).

11Le chapitre de Jean-Paul Gaudillière (2019) rappelle la crise de l’innovation de l’industrie pharmaceutique classique, fondée sur un modèle linéaire de développement amenant des coûts croissants de recherche et développement, et montre comment la reformulation et le repositionnement des traitements issus de la médecine traditionnelle indienne ayurvédique est une réponse locale à cette crise, à travers la création de bases de données numériques et d’un droit de propriété protégeant ces savoirs ancestraux, qui semblent fonctionner comme un « commun » ; mais, dans ce cas, cette ressource commune a été hybridée avec les pratiques capitalistes de commercialisation. L’industrialisation de la médecine ayurvédique défie, au fond, le modèle d’innovation et de médecine occidental, brevets inclus, tout en devenant lui-même capitaliste. On pourrait ici faire un parallèle avec les idées sur la diversité des modèles productifs (Boyer & Freyssenet, 2000) ou des paradigmes et trajectoires technologiques (Dosi, 1982), qui sont des réalités dans tout secteur.

12Shintaro Sengoku (2019) s’intéresse, quant à lui, au rôle de l’open innovation comme innovation organisationnelle ou sociale, dans l’étude du cas d’un district industriel de biotechnologies au Japon, organisé en consortiums ouverts incluant diverses firmes et différents centres de recherche publics. Il s’agit ici, dans une perspective proche des travaux de Michael Porter en gestion de l’innovation, d’analyser les conditions sociales du développement de ce cluster. Là encore, on s’aperçoit que des formes organisationnelles plus démocratiques favorisent les interactions et apprentissages cumulatifs collectifs nécessaires à l’innovation, tout en étant compatibles avec le mode de production capitaliste. Cependant, de façon quelque peu étonnante, l’auteur semble penser qu’une forme optimale d’organisation des clusters régionaux et consortiums ouverts est possible, alors que la littérature sur les systèmes nationaux d’innovation (Lundvall, 1992 ; Nelson, 1993 ; Amable, Barré & Boyer, 1997) semble plutôt mettre en avant une diversité des formes d’organisation de l’innovation.

Évidemment, ces chapitres sur la santé prennent un ton tout particulier avec la crise sanitaire actuelle du covid-19, où des solutions sociales et techniques, qu’on pourrait qualifier de rustiques (distanciation physique, confinement, gestes barrières, masques, etc.), ont constitué le cœur de la réponse aux problèmes, en attendant l’arrivée des nouveaux vaccins (à ARN ou non).

2.2. Les contributions sur l’environnement

13Le chapitre de Dominique Pestre (2019) défend l’idée que les innovations techniques n’ont jamais été la solution aux problèmes environnementaux. La pollution, les rejets et la destruction de l’environnement sont présentées comme l’autre face de la technologie en tant que moyen de production et de consommation. L’auteur y analyse les principaux instruments de régulation environnementaux (compensation environnementale, outils de marché, etc.) et la manière dont ceux-ci ont été façonnés par les économistes et le monde des affaires pour limiter les effets de ces outils sur la croissance. Assez paradoxalement, l’idée annoncée dans le titre du chapitre (« Environment and social innovation: why technology never was the solution ») n’est pas vraiment ce qui y est développé, car l’auteur ne mesure pas empiriquement l’effet réel du changement technique sur la résolution des problèmes environnementaux et écologiques : on pourrait d’ailleurs assez légitimement critiquer une affirmation aussi tranchée sur l’effet néfaste de l’innovation sur l’environnement, sans offrir d’évidences empiriques pour l’étayer. Pour aller néanmoins dans le sens de l’auteur, selon lequel la technique n’est pas la solution aux problèmes environnementaux, mais en relativisant l’influence forcément « néfaste » « des » économistes, il aurait pu être fait mention du paradoxe de Jevons ou effet rebond (Sorrell, 2009), des implications ou soubassements des concepts de soutenabilité forte et faible, ou encore de l’identité de Kaya (Treiner, 2009) pour montrer l’ampleur du défi auquel font face les solutions techniques de certains problèmes environnementaux.

14Les chapitres de Takayoshi Kusago (2019) et Yuko Fujigaki (2019) retracent deux études de recherche-action menées à la suite de catastrophes naturelles et technologiques, en l’occurrence le tremblement de terre de Chūetsu dans la région de Niigata en 2004 pour Kusago (2019) et celui de Fukushima et surtout de l’accident de la centrale qui s’en est suivi pour Fujigaki (2019). Cette dernière y déploie le concept de responsible research and innovation et un certain nombre de recommandations en matière de politiques publiques et de gouvernance. Ces deux chapitres montrent comment les sciences sociales peuvent être mobilisées concrètement dans des dispositifs de recherche-action, ce qui amène à développer dans la partie suivante de l’ouvrage le rôle social des sciences.

2.3. L’innovation : pour qui et pour quoi faire ?

La dernière partie interroge la finalité de la science et de l’innovation (sociale ou technique) et leurs effets différenciés selon les intérêts des acteurs.

15Le chapitre de Stéphanie Ruphy (2019) sur le rôle de la participation des citoyens dans la définition des programmes de recherche pose des questions compliquées sur la manière d’articuler le champ scientifique et la société. L’autrice critique en quelque sorte la vision de la recherche comme une « citadelle » où des chercheurs y définiraient de manière autonome et désintéressée leurs programmes de recherche, ce qui est d’ailleurs le point de vue défendu par certains syndicats de chercheurs et enseignants-chercheurs. A contrario, l’autrice défend que la recherche peut – et surtout doit – être utile à la société et donc, en ce sens, « orientée » politiquement. De fait, les choix de financement de projets doivent être soumis ou, en tout cas, discutés par les citoyens. Elle montre pour cela que les présupposés sociologiques et épistémologiques du modèle de la science « autonome » sont très discutables, donc qu’il faut partir du principe que la science doit être socialement utile, et qu’il serait tout à fait envisageable d’avoir une participation citoyenne à la définition des projets scientifiques à financer. Je ne reprendrai pas tous les arguments, dont la plupart sont pertinents, mais je me permettrai malgré tout de pointer quelques manques.

16Si on peut être d’accord avec le constat que les chercheurs sont intéressés (Bourdieu, 1976) et même que le politique oriente les choix de recherche, voire qu’il y a légitimité à ce que la politique et donc les citoyens participent à l’orientation de la recherche dans une plus large mesure et que celle-ci en rende compte, il reste que le principal problème, qui n’est qu’évoqué ici, est de savoir comment doit se faire cette implication, notamment à quel moment et sur quels points. S’agit-il de demander aux citoyens de se prononcer sur la validité des résultats ou leur utilité ? Étant donné qu’il faut pour cela un bagage scientifique que très peu ont, il est difficile de voir comment cela serait possible. Qui plus est, s’il est vrai qu’en matière de santé, on peut s’accorder très facilement sur l’utilité de telles recherches, qu’en est-il de l’astrophysique des trous noirs, dont l’évidence des retombées est très incertaine, mais qui pourtant est l’un des résultats remarquables de l’astrophysique de ces dernières années ? Ajoutons que la validation des résultats de la recherche ne fonctionne pas et ne peut logiquement pas fonctionner de manière démocratique : la validité d’une connaissance ne se décrète pas par vote. S’il s’agit du simple besoin d’orienter par grandes masses les projets de recherche, outre que peu de scientifiques s’opposeraient totalement à une représentation citoyenne dans les instances de financement, il reste à savoir jusqu’à quel degré les voix des citoyens ordinaires doivent compter et il n’est pas certain qu’une telle mesure ait une grande effectivité. En effet, les programmes de recherche sont déjà en partie politiquement formatés : on trouve beaucoup plus d’argent en adjoignant aux projets les mots clés « développement durable », « inclusivité », « utilité sociale » et, bien entendu, les sacro-saints « innovation » et « excellence », ce qui amène les chercheurs à faire entrer dans ce moule leurs projets, parfois jusqu’à l’absurde. Cette orientation politique est en partie nécessaire : il est par exemple parfaitement compréhensible qu’en période de pandémie, tous les moyens possibles soient employés pour trouver un traitement ou des vaccins au covid. Toutefois, outre que la programmation par le politique n’est pas exempte d’effets de mode et de focalisation sur des horizons temporels courts influant sur le développement de la recherche (les travaux sur les coronavirus étaient quelque peu délaissés politiquement en France avant SARS-CoV2), que changerait vraiment une plus grande participation citoyenne ? Ne ferait-on pas face aux mêmes effets, d’autant plus que, comme il est souligné par ailleurs, il ne serait pas si simple de trouver des citoyens éclairés qui s’y investiraient ?

17Il n’est pas fait mention non plus des difficultés de la recherche dans les champs très controversés sur le plan politique et éthique, où parfois les jugements de valeur viennent polluer les jugements de faits. Ajoutons que, lorsqu’il est question de ces sujets polémiques, les scientifiques peuvent être amenés pour des raisons politiques ou éthiques à avoir des biais de confirmation, conscients ou inconscients, parfois forts, qui peuvent être amplifiés par des citoyens qui partageraient les mêmes objectifs idéologiques.

18On pourrait ensuite évoquer la question de la médiatisation des résultats de la science, dont on sait qu’elle est complexe, pour ne pas dire très problématique, notamment sur les sujets controversés. Certains scientifiques contournent parfois la publication pour se faire de la publicité précoce, voire pour faire de la politique, en exagérant la portée de leurs résultats, bien aidés en cela par les journalistes ou les revues scientifiques en quête d’augmentation d’indice H, le tout amenant une crise de la reproductibilité des résultats scientifiques (Ioannidis, 2005 ; Bourdaa et al., 2015 ; Dumas-Mallet et al., 2017 ; 2018). Au sein de cette médiatisation, les citoyens ordinaires peuvent aussi prendre part aux débats, à leur échelle, sur d’autres supports. L’épisode récent de la lutte entre raoultiens et anti-raoultiens, où des millions de Français se sont soudain sentis aptes à discuter de virologie ou des bienfaits de la vaccination, est précisément l’effet de la médiatisation précoce des résultats scientifiques, dont on comprend aisément qu’elle peut avoir des effets délétères.

19Ainsi, si « intervention citoyenne » signifie seulement « intérêt croissant et modeste des citoyens sur les enjeux scientifiques », ainsi que « participation à la décision quant à l’orientation des financements », on ne peut qu’y être favorable, à quelques détails près ; en revanche, si cette participation citoyenne devait se traduire par « médiatisation » (incluant réseaux sociaux, blogs, etc.), prolifération sans contrôle des pairs d’opinions mal étayées, « populisme scientifique » et confusion entre aspects normatifs et positifs (sans même parler des habituels problèmes de biais cognitifs), nous devrions être quelque peu circonspects. Il s’agit pourtant également d’une forme possible d’intérêt pour la question scientifique qui s’exprime spontanément et plus ou moins massivement dans la configuration actuelle et à laquelle il s’agit de répondre. Ce n’est pas ce que dit l’autrice, évidemment, qui en reste seulement à l’orientation des financements, mais il aurait sans doute été souhaitable que cet angle de perspective soit abordé pour comprendre la difficulté de traiter de la tension entre démocratie, citoyenneté et science. Au fond, la science étant déjà traversée par des enjeux politiques et économiques, on pourrait se demander si, sans pour autant refuser que les citoyens participent à l’orientation des financements de projets scientifiques, il ne faudrait pas plutôt une plus grande clôture relative, au sens d’une régulation plus autonome qu’hétéronome par rapport aux champs politiques et médiatiques, afin d’éviter un certain nombre de dérives produites par la médiatisation (le fait de confondre « publicité » et « publication », par exemple, comme le soulignait Bourdieu en 1976, ou arènes politiques et arènes sous contrôle des pairs). Ainsi, s’il faut sans doute revoir la gouvernance de la recherche pour y inclure les citoyens à certaines étapes, les questions inhérentes sont surtout celles du « comment ? » et du « jusqu’où ? » (qui s’appliquent également aux politiques, industriels et chercheurs eux-mêmes).

20Brice Laurent (2019), dans son chapitre, interroge le rapport entre technologies et politiques au travers d’une étude de cas sur San Francisco relative à l’urbanisme. L’étude porte notamment sur la contestation des effets de la hausse des prix du foncier et la multiplication des expulsions, qui sont la conséquence de l’attraction de la Silicon Valley et de son développement technologique accéléré : c’est donc une critique par les acteurs des effets de l’innovation sur les inégalités (spatiales). San Francisco se présente comme capitale de l’innovation et la technologie y est utilisée comme un moyen d’« optimiser » la démocratie en temps réel par les données numériques, déployant une vision politique de l’urbanisme individualiste, de l’immédiateté et sans planification. Ce projet politique suscite des contestations parmi ceux qui subissent les hausses des prix immobiliers. Néanmoins, entre ces deux visions opposées, l’auteur montre que la technologie est mobilisée et donc que la séparation, voire l’opposition, entre technique et politique est en grande partie fictive.

21Takehiro Ohya (2019) s’interroge quant à lui sur les problèmes de régulation juridique des innovations. L’auteur montre, en l’occurrence, à partir des questions de l’intelligence artificielle et des voitures autonomes, que le droit peut ralentir ou accélérer la diffusion d’innovations, par exemple en fonction de l’attribution des responsabilités juridiques en matière de traitement des accidents automobiles. Selon quelles personnes sont jugées responsables, les effets économiques diffèrent et donc favorisent plus ou moins le développement de l’innovation. Comme dans le chapitre de Shinichi Koizumi (2019) et contrairement à celui de Dominique Pestre (2019) ou Pierre-Benoît Joly (2019), il s’agit plutôt ici de réfléchir aux conditions sociales, en l’occurrence juridiques (l’auteur étant juriste), qui favorisent l’innovation technologique, plutôt que de critiquer l’innovation technologique per se.

22Enfin, Yoshinori Hiroi (2019), prenant acte du déclin des taux de croissance dans les pays de l’OCDE et du nécessaire dépassement de la mesure du bien-être par le PIB, tente de dessiner la perspective d’une société post-croissance dans laquelle l’attention au capital social, aux inégalités, à l’environnement, ainsi qu’à la spiritualité aurait une plus grande place et dans laquelle la science devrait avoir une fonction de care. Ainsi, ce chapitre, comme celui de Stéphanie Ruphy (2019), de Yugo Fujigaki (2019) et de Takayoshi Kusago (2019), de nature plus normative, interroge le rôle des sciences sociales dans le changement social, puisqu’au fond, les auteurs en viennent à défendre qu’elles doivent assumer un rôle engagé auprès des acteurs, en l’occurrence celui d’améliorer le bien-être collectif. On pourrait affirmer, en somme, qu’il s’agit d’une vision des sciences sociales au service de l’émancipation, du bien-être et de la réflexivité pour les acteurs, proche de la recherche-action.

23Plus généralement, les auteurs de l’ouvrage tentent de montrer que des expérimentations démocratiques et de participation sont souvent des innovations sociales utiles. Pourtant, la démocratie étant une pratique très ancienne, on pourrait se demander pourquoi les auteurs ont choisi de garder le terme d’innovation pour décrire ces formes de changements sociaux « positifs » et pas de progrès social ou de réforme sociale par exemple, alors même que le concept d’« innovation » y est critiqué comme étant très lié au monde marchand, ainsi qu’un recyclage du « progrès ». Dès lors, le choix de maintenir le terme d’« innovation » pour décrire certains processus participatifs n’est-il pas symptomatique, finalement, de la prégnance de cette idéologie de l’innovation et de l’obligation de se conformer à cet esprit du temps qui veut que le concept d’innovation soit utilisé à toutes les modes ?

24En définitive, cet ouvrage collectif coordonné par Sébastien Lechevalier couvre de nombreuses problématiques très contemporaines à propos du rapport entre la technologie et la société et offre des pistes de réflexion intéressantes, le tout en s’appuyant sur de nombreuses et riches études de cas. Son intérêt provient autant des études de cas empiriques que de la diversité des points de vue disciplinaires positifs et normatifs proposés. Même sans partager entièrement les avis tirés par les auteurs des analyses, on y trouvera matière à penser et on ne peut donc qu’en conseiller la lecture, alors même que la pandémie nous pousse à prendre des décisions dans l’urgence, en pondérant santé et économie, éclairages scientifiques et choix de traitements.

Haut de page

Bibliographie

Amable B., Barré R. & R. Boyer (1997), Les systèmes d’innovation. À l’ère de la globalisation, Paris, Economica.

Anders G. (2002), L’obsolescence de l’homme. Sur l’âme à l’époque de la deuxième révolution industrielle, trad. de l’allemand C. David, Paris, éditions de l’Encyclopédie des nuisances, Ivrea.

Bourdaa M., Konsman J.P., Sécail C., Venturini T., Veyrat-Masson I. & F. Gonon (2015), « Does television reflect the evolution of scientific knowledge? The case of attention deficit hyperactivity disorder coverage on French television », Public Understanding of Science, vol. 24, no 2, p. 200-209.

Bourdieu P. (1976), « Le champ scientifique », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 2, nos 2-3, p. 88-104.

Boyer R. (2019), « How scientific breakthroughs and social innovations shape the evolution of the healthcare sector », in Lechevalier S. (ed.), Innovation Beyond Technology: science for society and interdisciplinary approaches, Singapore, Springer, coll. « Creative Economy », p. 89-119.

Boyer R. & M. Freyssenet (2000), Les modèles productifs, Paris, La Découverte, coll. « Repères ».

Braverman H. (1998), Labor and monopoly capital: the degradation of work in the twentieth century, foreword P. Sweezy, introd. J.B. Foster, New York University Press.

Brun C., Demazeux S., Di Vittorio P., Gonon F., Gorry P., Konsman J.P., Lung F., Lung Y., Minard M., Montalban M., Rumeau N. & A. Smith (2015), « La construction des catégories diagnostiques de maladie mentale », Revue de la régulation. Capitalisme, institutions, pouvoirs, vol. 17.

Dosi G. (1982), « Technological paradigms and technological trajectories: a suggested interpretation of the determinants and directions of technical change », Research Policy, vol. 11, no 3, p. 147-162.

Dumas-Mallet E., Smith A., Boraud T. & F. Gonon (2017), « Poor replication validity of biomedical association studies reported by newspapers », PloS one, vol. 12, no 2.

Dumas-Mallet E., Smith A., Boraud T. & F. Gonon (2018), « Scientific uncertainty in the press: how newspapers describe initial biomedical findings », Science Communication, vol. 40, no 1, p. 124-141.

Ellul J. (1954), La technique ou l’enjeu du siècle, Paris, Armand Colin, coll. « Sciences politiques ».

Fujigaki Y. (2019), « Lessons from Fukushima for responsible innovation : how to construct a new relationship between science and society? », in Lechevalier S. (ed.), Innovation Beyond Technology: science for society and interdisciplinary approaches, Singapore, Springer, coll. « Creative Economy », p. 223-239.

Gaudillière J.P. (2019), « From crisis to reformulation : innovation in the global drug industry and the alternative modernization of Indian Ayurveda », in Lechevalier S. (ed.), Innovation Beyond Technology: science for society and interdisciplinary approaches, Singapore, Springer, coll. « Creative Economy », p. 121-139.

Hiroi Y. (2019), « Science as care : science and innovation in post-growth society », in Lechevalier S. (ed.), Innovation Beyond Technology: science for society and interdisciplinary approaches, Singapore, Springer, coll. « Creative Economy », p. 301-324.

Ioannidis J.P. (2005), « Why most published research findings are false », PLoS medicine, vol. 2, no8.

Joly P.B. (2019), « Reimagining innovation », in Lechevalier S. (ed.), Innovation Beyond Technology: science for society and interdisciplinary approaches, Singapore, Springer, coll. « Creative Economy », p. 25-45.

Koizumi S. (2019), « The light and shadow of the fourth industrial revolution », in Lechevalier S. (ed.), Innovation Beyond Technology: science for society and interdisciplinary approaches, Singapore, Springer, coll. « Creative Economy », p. 63-86.

Kusago T. (2019) « Post-disaster community recovery and community-based collaborative action research – a case of process evaluation method for community life improvement », in Lechevalier S. (ed.), Innovation Beyond Technology: science for society and interdisciplinary approaches, Singapore, Springer, coll. « Creative Economy », p. 195-221.

Laurent B. (2019), « Innovation for whom? City experiments and the redefinition of urban democracy », in Lechevalier S. (ed.), Innovation Beyond Technology: science for society and interdisciplinary approaches, Singapore, Springer, coll. « Creative Economy », p. 265-283.

Lechevalier S. & S. Laugier (2019), « Innovation beyond technology – Introduction », in Lechevalier S. (ed.), Innovation Beyond Technology: science for society and interdisciplinary approaches, Singapore, Springer, coll. « Creative Economy », p. 1-21.

Lundvall B.Å. (1992), National systems of innovation: towards a theory of innovation and interactive learning, Londres, Pinter Publishers.

Lyotard J.-F. (1979), La condition postmoderne. Rapport sur le savoir, Paris, éditions de Minuit, coll. « Critique ».

Montalban M. (2020), Rester humain. Lacan et le lien social postmoderne, Paris, éditions Stilus, coll. « Résonances ».

Morozov E. (2014), Pour tout résoudre, cliquez ici. L’aberration du solutionnisme technologique, trad. M.-C. Braud, Limoges, FYP éditions, coll. « Innovation ».

Nelson R.R. (ed.). (1993), National innovation systems: a comparative analysis, Oxford, Oxford University Press.

Noble D.F. (1979), America by design: science, technology, and the rise of corporate capitalism, Oxford, Oxford University Press.

Ohya T. (2019), « Image of jurisprudence reconstructed to enhance innovation : liability allocation for improved predictability », in Lechevalier S. (ed.), Innovation Beyond Technology: science for society and interdisciplinary approaches, Singapore, Springer, coll. « Creative Economy », p. 285-299.

Oki S. (2019), « ‘Innovation’ as an adaptation of ‘progress’ : revisiting the epistemological and historical contexts of these terms », in Lechevalier S. (ed.), Innovation Beyond Technology: science for society and interdisciplinary approaches, Singapore, Springer, coll. « Creative Economy », p. 47-62.

Pestre D. (2019), « Environment and social innovation : why technology never was the solution », in Lechevalier S. (ed.), Innovation Beyond Technology: science for society and interdisciplinary approaches, Singapore, Springer, coll. « Creative Economy », p. 175-194.

Ruphy S. (2019), « Public participation in the setting of research and innovation agenda : virtues and challenges from a philosophical perspective », in Lechevalier S. (ed.), Innovation Beyond Technology: science for society and interdisciplinary approaches, Singapore, Springer, coll. « Creative Economy », p. 243-261.

Sengoku S. (2019), « Consortium-based open innovation : exploring a unique and optimal model for regional biotechnology industry », in Lechevalier S. (ed.), Innovation Beyond Technology: science for society and interdisciplinary approaches, Singapore, Springer, coll. « Creative Economy », p. 141-171.

Sorrell S. (2009), « Jevons’ paradox revisited : the evidence for backfire from improved energy efficiency », Energy Policy, vol. 37, no 4, p. 1456-1469.

Stiegler B. (2019), “Il faut s’adapter”. Sur un nouvel impératif politique, Paris, Gallimard, coll. « NRF. Essais ».

Treiner J. (2009), « Pour un catastrophisme raisonné : réflexion sur l’identité de Kaya », Natures, sciences, sociétés, vol. 17, no 4, p. 402-405.

Haut de page

Notes

1 Humanity+ (n.d.), « Transhumanist FAQ », Humanity+. URL : https://humanity
plus.org/philosophy/transhumanist-faq/
[consulté le 14/09/2021]

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Montalban, « À propos de l’ouvrage coordonné par Sébastien Lechevalier, Innovation beyond technology. Science for society and interdisciplinary approaches »Revue de la régulation [En ligne], 31 | 2nd semestre / Autumn 2021 | décembre 2021, mis en ligne le 15 septembre 2021, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/regulation/20384 ; DOI : https://doi.org/10.4000/regulation.20384

Haut de page

Auteur

Matthieu Montalban

Maître de conférences HDR, université de Bordeaux, Bordeaux Sciences Économiques ; matthieu.montalban@u-bordeaux.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Recherche & Régulation
  • Logo Maison des sciences de l’homme Paris Nord
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search