Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31 | 2nd semestre / Autumn 2021Notes de lectureÀ propos de l’ouvrage coordonné p...

Notes de lecture

À propos de l’ouvrage coordonné par D. Hugh Whittaker, Timothy J. Sturgeon, Toshie Okita et Tianbiao Zhu, Compressed development: time and timing in economic and social development

Robert Boyer
Référence(s) :

Whittaker D.H., Sturgeon T., Okita T. & T. Zhu (eds) (2020), Compressed Development: time and timing in economic and social development, Oxford, Oxford University Press.

Texte intégral

1Cet ouvrage mérite considération, car il élabore une nouvelle compréhension du processus de développement, grâce à une approche intégrée des trajectoires observées dans les pays de vieille industrialisation ainsi que de celles, beaucoup plus récentes, de l’Asie. Le cœur de l’analyse porte sur le traitement du temps historique et des enchaînements qui déclenchent ou non le développement. Cette historisation tranche avec la volonté de trouver un mode canonique de développement, stratégie des économistes qui, par exemple, font d’institutions protectrices de l’initiative privée et de l’innovation la condition sine qua non du succès (Acemoglu & Robinson, 2012). Ainsi, le cadre conceptuel des auteurs n’est pas sans rapport avec les analyses du développement inspirées par l’approche de la régulation.

Une méthodologie adaptée à une problématique originale

2Cet objectif spécifique explique l’originalité des méthodes qui sont mobilisées tout au long de l’ouvrage. La conceptualisation d’un développement accéléré (traduction proposée pour le terme anglo-saxon de « compressed development ») se traduit par une mesure de la vitesse des changements correspondants à partir d’un indicateur tel que la date de franchissement d’un niveau de PIB par tête, supposé caractériser l’entrée d’une société dans une nouvelle phase de l’histoire. Les figures du premier chapitre fournissent une illustration suggestive de l’écart qui sépare une industrialisation s’étalant sur près d’un siècle, au Royaume-Uni par exemple, d’une autre couvrant moins de 25 ans, comme en Corée du Sud. Tel est le fait stylisé que l’ensemble de l’ouvrage cherche à expliquer et, très généralement, il y parvient de façon convaincante.

3La deuxième particularité tient dans le cadre théorique proposé par Hugh Whittaker et ses collègues. Dès l’émergence de la question du développement, le débat s’est polarisé sur des oppositions frontales : le marché ou l’État ? L’organisation ou la technique ? Déjà, les spécialistes de l’Asie du Sud-Est avaient souligné que la question centrale était celle de leur articulation. L’État peut par exemple se faire l’instituteur du marché et non pas son concurrent (Amsden, 1989 ; Wade, 1990), thématique finalement reprise par la Banque mondiale (World Bank, 1993). Le grand mérite de l’ouvrage est d’analyser la coévolution des relations entre État et marché (chapitre 2), mais aussi des organisations et des technologies (chapitre 3), sachant que ces deux dyades entretiennent des relations croisées, changeantes dans le temps et l’espace. Les lecteurs des approches de la régulation ne seront pas dépaysés par cet angle d’attaque, qui utilise l’équivalent de la notion de configuration.

4Il est une troisième particularité, à savoir l’usage intensif de la méthode comparative. Quelles conclusions tire-t-on lorsque l’on compare les processus contemporains à l’œuvre, respectivement en Chine et au Japon (chapitre 4) ? De même, il est éclairant de faire un retour sur la comparaison entre les États-Unis et le Japon, qui fut si importante lors des décennies 1980-1990 (chapitre 9). Ainsi disparaît la référence à un modèle canonique par rapport auquel toutes les autres stratégies de développement devraient être comparées. En effet, à chaque époque prévaut une hiérarchie des stratégies internationales, émergent de nouveaux systèmes techniques et sont inventées des politiques publiques permettant de répondre aux enjeux de chaque période. Les divers pays sont ainsi resitués dans le temps et l’espace, sans qu’aucun de leurs modes de développement puisse être jugé supérieur à tous les autres (chapitre 5).

5Le reste de l’ouvrage est consacré à l’explicitation des déterminants de cette variété de développements accélérés. Intervient en tout premier lieu l’équivalent du rapport salarial, à savoir comment la formation des compétences façonne la dynamique de l’emploi (chapitre 6). Cela permet de souligner le caractère finalement assez exceptionnel du contrat de travail typique de l’ère fordiste, car, dans la période actuelle, le dualisme est la règle, plus que l’institutionnalisation d’un contrat de travail unique. La politique sociale n’est pas négligée puisque les auteurs montrent comment le développement accéléré place au premier plan la question de l’éducation, dont la finalité et l’organisation changent significativement par rapport à son rôle dans la théorie traditionnelle du développement tardif. Ainsi observe-t-on une tendance nouvelle dans la période contemporaine : la privatisation et l’internationalisation de certains pans des systèmes éducatifs (chapitre 7).

6L’analyse culmine avec le concept d’État « développementiste adaptatif ». Tout mode de gouvernement est multiniveau et, à ce titre, le cas de la Chine est emblématique, puisque c’est à travers la confrontation de deux logiques, l’une centralisée, l’autre locale, que s’explique sans doute la rapidité de transformation des organisations et des systèmes techniques (chapitre 8). L’ouvrage s’achève sur une analyse rétrospective du développement des pays aujourd’hui industrialisés, à la lumière du cadre conceptuel proposé. Ce renversement est éclairant puisque la référence implicite devient la modernité contemporaine et non plus le caractère fondateur de l’industrialisation britannique (chapitre 9, déjà cité). Ainsi, l’histoire n’est jamais répétition à l’identique, ne serait-ce que parce que l’économie numérique introduit des tendances nouvelles et change les rivalités géopolitiques. C’est une différence par rapport à d’autres recherches qui font du Japon le modèle suivi par le reste de l’Asie (Aoki, 2013). Les paradigmes construits pour rendre compte du développement doivent en tenir compte et l’ouvrage est un pas dans cette direction.

Une contribution à la théorie du développement

7On pourrait caractériser l’apport de l’ouvrage à grands traits comme une généralisation de la théorie du développement tardif :, la montée en régime de l’Asie depuis trois décennies ne serait pas analysable par une variante modernisée de la théorie de Gerschenkron (1962). Certes, les leviers d’une politique de développement changent au cours du temps, car ils ne peuvent réitérer la trajectoire des pays déjà développés. Pour les auteurs, la percée de l’Asie est la conséquence d’une articulation radicalement nouvelle entre dynamique internationale et politiques domestiques, plus précisément entre chaînes mondiales de valeur et stratégies nationales, État et marché, organisation et système technique. À peine leur analyse achevée, ils soulignent que cette modalité de développement est elle-même mise en cause, entre autres par l’irruption du numérique. Ce sens de l’historicité et la volonté de rendre compte de transformations en cours rapprochent les auteurs de la régulation. Dans le dernier chapitre, ils résument clairement leur propos par la formulation suivante :

  • 1 Traduction par l’auteur de « In sum, a transition from early compressed development to a new era of (...)

En définitive une transition d’un développement compressé précoce à une nouvelle ère de développement compressé tardif, si c’est bien ce dont nous sommes témoins, sera, espérons-le, très différente de la transition violente d’un développement précoce au développement tardif d’après-guerre. Sont requises de nouvelles formes d’encastrement des marchés et des mécanismes d’accumulation et de régulation de l’économie numérique1

8En effet, à chaque période et pour chaque espace, la ligne de partage entre développement et non-développement résulte d’une série d’interactions entre les relations État-marché, les rapports entre le national et l’international, les organisations et les techniques. Ce n’est jamais le même jeu qui se reproduit de période en période, avec un décalage entre les plus avancés et les retardataires. C’est reconnaître que le capitalisme est innovation et non reproduction d’une configuration invariante conduisant au développement.

9La grande nouveauté des trente dernières années est celle du développement des pays asiatiques : sa rapidité résulte très largement de l’inscription de ces derniers dans des chaînes mondiales de valeur dont l’extension et l’intensité sont sans précédent par rapport aux précédentes phases de mondialisation. Au demeurant, si un tel régime international entre en tension du fait de la répétition de crises financières ou de mesures protectionnistes, il ne peut à son tour être répliqué pour les nouveaux venus. Il n’est donc pas de recette générale conduisant au succès, d’autant plus que les théorisations correspondantes ne sont construites qu’ex post et jamais, semble-t-il, ex ante.

10À cet égard, le cas de la Chine est fascinant. Masahiko Aoki (2013) avait essayé de montrer que sa trajectoire reproduisait, une fois décalée, celle du Japon. En fait, les autorités chinoises tirent les leçons de l’expérience japonaise, tout particulièrement concernant le danger d’une ouverture internationale, y compris financière, quant à la viabilité d’une stratégie nationale de développement. En revanche, loin de compter sur la dynamique d’un marché intérieur protégé au bénéfice des producteurs nationaux, la Chine a choisi d’accepter et d’adapter les technologies et les organisations importées pour mieux constituer une base productive nationale susceptible de soutenir une stratégie d’exportation. Le rôle des multinationales acceptant d’ouvrir des établissements modernes a été déterminant, l’insertion internationale devenant le vecteur des transformations domestiques. À chaque étape, les politiques, tant du gouvernement central que des localités, doivent s’adapter aux configurations émergentes.

11L’ouvrage revient sur la malédiction des pays qui atteignent un niveau de PIB par tête intermédiaire, mais qui se trouvent bloqués dans le processus d’industrialisation et la poursuite de la croissance de la productivité et du niveau de vie. L’interprétation la plus courante de ce « middle-income-trap » souligne que les pays correspondants se trouvent pris en tenaille entre la montée en régime des pays moins développés et les difficultés d’accéder aux innovations qui construisent la compétitivité des pays les plus avancés. Hugh Whittaker et ses co-auteurs avancent une autre interprétation. Les gouvernements doivent, à la fois, poursuivre leurs efforts d’offre compétitive, mais aussi construire les formes d’organisation et les institutions telles que la couverture sociale ou le droit du travail, qui augurent d’une mutation du mode de développement. La politique se trouve écartelée (policy stretch) entre des objectifs difficiles à concilier. Comment arbitrer entre éducation de base et éducation supérieure, entre lutte contre les maladies infectieuses et celles de la civilisation moderne ? Ainsi, dans le cas de la Chine, la désindustrialisation intervient avant même que la croissance ait permis de financer les dépenses publiques et la couverture sociale rendues nécessaires par l’urbanisation et le vieillissement de la population.

12Le chapitre final pose une question stimulante : est-ce que l’économie numérique n’implique pas que tous les pays soient maintenant contraints à un développement accéléré ? La réponse est la suivante : le capitalisme de plateforme introduit de considérables déséquilibres dans les relations internationales, au point de susciter des tentations protectionnistes. Plus encore, la pandémie du covid-19 a posé la question de la résilience d’économies, ces dernières étant devenues tellement interdépendantes les unes des autres que leur gouvernement et leur opinion publique aspirent à une relocalisation des productions jugées les plus essentielles. Ce serait alors détruire les ressorts mêmes qui avaient permis le développement accéléré des économies asiatiques. Aussi les auteurs répugnent-ils à fournir des recettes ou à diagnostiquer des régimes d’avenir : le capitalisme déclenche des processus ouverts car, par définition, l’innovation est surprise et non répétition.

Convergences et différences avec l’approche de la régulation

13L’innovation, comme caractéristique intrinsèque au capitalisme est un trait commun avec la régulation et cela mérite quelques commentaires. En effet, cette dernière trouve son origine dans l’analyse des trajectoires des États-Unis et de la France en longue période, mais les concepts et la méthodologie ont très vite été appliqués à la question du développement, à partir de l’exemple latino-américain (Ominami, 1986). Pourtant, sur le plan théorique, peu d’articles ont traité des relations entre régulation et développement, alors qu’à chacune des étapes de la recherche, ils ont livré un diagnostic qui garde sa pertinence. Ainsi, l’accent mis sur l’articulation entre sections productives pointe la dépendance vis-à-vis des moyens de production, et plus généralement l’innovation, comme source du blocage du développement. (Talha, 2002). N’est-ce pas un éclairage pertinent quant à la différentiation de l’Amérique latine par rapport au Sud-Est asiatique ? Dans un second temps, le non-développement a été expliqué par l’impossibilité de mettre en œuvre une consommation de masse, du fait d’une faible institutionnalisation d’un rapport salarial, noyé dans un océan d’informalité (El Aoufi, 2009). On ne peut manquer de songer à l’évolution contrastée du Brésil, qui a longtemps paru le plus proche de rejoindre le club des pays développés. Plus récemment, la prise en compte des processus politiques a livré une troisième approche : le sous-développement tiendrait à l’incapacité d’un régime politique à forger un compromis institutionnalisé permettant d’assurer une hiérarchie des formes institutionnelles assurant la viabilité (toujours temporaire) d’un régime d’accumulation (Boyer, 2016).

14Pourtant, le plus souvent, la recherche a principalement avancé par la multiplication d’analyses de cas et une réflexion sur la méthodologie des nouvelles approches de l’économie standard (Revue de la régulation, 2009 ; 2010). Rétrospectivement, il est possible d’expliciter quelques lignes de force qui ressortent de ces recherches (Boyer, 2018) et de les mettre en parallèle avec une analyse en matière de développement accéléré (tableau 1).

Tableau 1. Deux problématiques voisines mais différenciées

Composantes

Développement accéléré

Approche de la régulation

Conditions du développement du point de vue national

Synergie État-marché, organisation-technologie, national-international

Cohérence du régime d’accumulation associé aux cinq formes institutionnelles

Unicité/variété

Succession d’époques du point de vue mondial

Diversité dans le temps et l’espace de modes de développement nationaux

Progrès/optimalité

Pas de progression vers des modes de développement supérieurs

Viabilité et non optimalité au sein d’une diversité de configuration

Durabilité

Limitée car des innovations déstabilisent les ressorts du développement

Crises essentiellement endogènes, tant cycliques que structurelles

Les moteurs de l’évolution

Une coévolution des techniques et des organisations

Invention puis remise en cause de compromis institutionnalisés fondateurs

Source : Robert Boyer, 2021

15Un autre trait commun tient à une hypothèse centrale : le développement suppose une mise en cohérence de relations dyadiques d’un côté et des différentes formes institutionnelles de l’autre. Il faut donc abandonner la recherche d’un mode de développement unique. Cependant, l’hypothèse du développement accéléré suppose un modèle canonique à chaque époque, alors que l’approche de la régulation insiste sur leur diversité aussi bien dans le temps que l’espace. C’est tout particulièrement le cas en Asie du Sud-Est (Alary & Lafaye de Micheaux, 2015). Cette diversité pourrait même être une condition de stabilité structurelle de l’économie mondiale (Boyer et al., 2018). En tout état de cause, il est illusoire d’imaginer un progrès vers des modes de développement de plus en plus efficaces et le concept d’optimalité perd de son sens. De la même façon, aucune configuration institutionnelle ne peut perdurer dans le long terme. Pour Hugh Whittaker et ses co-auteurs, des innovations tant technologiques qu’organisationnelles, qui font époque, viennent périodiquement déstabiliser le mode de développement canonique. Pour l’approche de la régulation, les contradictions un temps contenues se manifestent par un blocage de l’accumulation, qui à son tour suscite les luttes politiques et des innovations porteuses, ou non, de nouvelles bases pour l’établissement d’un autre mode de développement. Enfin, quels sont les moteurs de l’évolution ? La lecture de l’ouvrage laisse penser à un certain déterminisme technologique, ou à défaut organisationnel, à l’opposé de la régulation, qui fait de la direction et de l’intensité des innovations les conséquences d’un compromis institutionnalisé fondateur.

Quelques questions ouvertes

Un programme de recherche aussi ambitieux ne peut livrer toutes les réponses aux interrogations que la lecture de l’ouvrage suscite. En voici quelques-unes.

16Assurément, c’est la trajectoire remarquable des pays du Sud-Est asiatique qui est la principale source d’inspiration de l’ouvrage. À juste titre, les auteurs soulignent que le point décisif est la compatibilité d’une stratégie définie par rapport à l’international, avec la possibilité de la mettre en œuvre moyennant des instruments précis de politique économique, technologique et sociale. Les analyses de la seconde partie de l’ouvrage, à savoir les chapitres 4 à 7, fournissent une description, a priori convaincante, de tous les ingrédients qui ont permis le paradoxal succès de l’Asie. Comment expliquer que la plupart des pays latino-américains se soient avérés incapables de mettre en pratique ce mode de développement compressé, question lancinante pour les économistes de l’Amérique latine (Bresser-Pereira, 2009) ? Certes, ils ont voulu mimer le développement tardif centré sur une base nationale, mais n’ont-ils pas été desservis par une spécialisation dans l’exportation de produits agricoles et de ressources naturelles, soit une insertion dépendante dans les réseaux dont ont au contraire bénéficié les pays asiatiques nouvellement industrialisés ? Même lorsque le choix des gouvernements a été d’accepter une intégration dans les chaînes de valeur industrielles – c’est le cas du Mexique depuis trois décennies –, le résultat a été une faible croissance, si ce n’est une stagnation durable. La question théorique est donc la suivante : quels sont finalement les facteurs discriminants entre échec et succès, ce que devrait révéler une analyse internationale systématique ? Ce pourrait être un prolongement intéressant de l’ouvrage étudié.

17Une interrogation parcourt l’ouvrage : les économies-continents (Inde, Chine, Brésil, Russie) ne devraient-elles pas occuper une place particulière dans l’analyse ? En effet, compte tenu des potentialités de leur marché intérieur, elles peuvent mobiliser les rendements croissants typiques des réseaux industriels, tout particulièrement numériques, pour propulser un mode de développement centré sur les besoins et les objectifs domestiques. À ce titre, la comparaison entre l’Inde et la Chine est éclairante car, au-delà de traits communs, c’est la question de l’ampleur des rendements d’échelle qui fait la différence entre les deux trajectoires. Pour leur part, Brésil et Russie partagent les limites d’un modèle rentier centré sur l’exportation de ressources naturelles, spécialisation qui aggrave la désindustrialisation, tarit la source de gains de productivité et donc l’amélioration des niveaux de vie à long terme. C’est une invitation à analyser comment les pays asiatiques ont vaincu la malédiction de la rente. Plus fondamentalement, alors que des pays tels que Taïwan ou Singapour ont dû accepter une dépendance à l’égard de la demande mondiale, tant la Chine que l’Inde peuvent envisager un recentrage de leur mode de développement sur la demande et les besoins domestiques. Le développement compressé aurait été en quelque sorte le moyen de réaliser une industrialisation tardive. Plus généralement, ne conviendrait-il pas de faire de la taille du marché domestique potentiel l’une des variables discriminantes ? On peut arguer pour cela d’abord que des économies-continents peuvent externaliser leurs difficultés internes et ensuite, à l’opposé, que des économies de petite taille sont incitées à internaliser, grâce à des institutions nationales, les bénéfices et les risques de l’internationalisation. En dernier lieu, on observe que les pays de taille moyenne occupent une position intermédiaire et c’est une forme de malédiction : pas assez grands pour peser sur l’économie mondiale, ils sont souvent incapables d’organiser une solidarité nationale équivalente à celle qu’ont pu organiser les pays scandinaves, du fait de structures productives et sociales hétérogènes.

18Il est une hypothèse implicite à l’ensemble de l’ouvrage que l’on peut formuler ainsi : à chaque époque, insertion internationale et maîtrise des organisations et des technologies émergentes sont les déterminants du développement. Le Royaume-Uni a lancé son processus d’industrialisation grâce à l’exportation sur des espaces qu’il contrôlait politiquement. Le mode de développement fordiste américain, puis sa transformation, du fait de l’hégémonie de la finance, correspondent aussi à une position dominante dans les relations internationales. Il est permis de penser que, sans la généralisation de la sous-traitance des processus industriels les plus modernes, l’essor de l’Asie du Sud-Est n’aurait pas été aussi marqué. Réciproquement, une insertion internationale dépendante explique pour l’essentiel le blocage du continent latino-américain. Les auteurs de l’ouvrage seraient-ils d’accord pour reconnaître une proximité avec le concept d’économie-monde développé par Immanuel Wallerstein (2006) : la hiérarchie entre l’hégémon et les autres sociétés implique des potentialités de développement fort contrastées ? La question renvoie au dialogue amorcé par François Fourquet (2018) entre approche de la régulation, qui à l’origine postulait le primat du national dans les régimes de l’après-guerre, et hypothèse d’une détermination en dernière instance par le type d’intégration dans l’économie mondiale dans la lignée de l’analyse des économies-mondes.

19Les auteurs répugnent à procéder à une analyse prospective, fût-elle exploratoire. Or, c’est dommage, car la mobilisation de tous les processus mis en évidence tout au long de l’ouvrage permettrait d’avancer certains scénarios. La postface compacte mais suggestive montre que c’est sans doute possible, d’autant plus que la pandémie a opéré comme révélateur et accélérateur des tendances déjà observées au cours des deux dernières décennies. Depuis la rédaction de cette postface, comment les auteurs pourraient-ils actualiser leurs analyses ? En effet, le diagnostic d’une fin possible du développement accéléré se trouve conforté. En outre, il est une autre raison de prolonger cet effort : avec la montée en régime du capitalisme de plateforme centré sur les technologies de l’information, n’a-t-on pas assisté à la constitution d’un capitalisme transnational qui viserait à s’affranchir de leur dépendance par rapport aux pouvoirs politiques nationaux ? Avec l’irruption de la pandémie, les gouvernements prennent brutalement conscience de leur perte de contrôle. La nouvelle présidence des États-Unis marque une rupture, car elle propose à ses partenaires un dispositif disciplinant la concurrence fiscale, alors que pointe la possible application des lois antitrust, trop longtemps inappliquées à l’égard des Gafam. Se joue peut-être un moment important quant aux relations entre le national et l’international, conformément à l’approche dyadique chère à Whittaker et ses co-auteurs.

Haut de page

Bibliographie

Acemoglu D. & J.A. Robinson (2012), Why Nations Fail: the origins of Power, Prosperity, and Poverty, New York, Crown.

Alary P. & E. Lafaye de Micheaux (2015), Capitalismes asiatiques et puissance chinoise. Diversité et recomposition des trajectoires nationales, Presses de Sciences Po, Paris, coll. « Collection académique ».

Amsden A.H. (1989), Asia’s Next Giant: South Korea and late industrialization, New York, Oxford University Press.

Aoki M. (2013), « Historical sources of institutional trajectories in economic development: China, Japan and Korea compared », Socio-Economic Review, volume 11, no 2, p. 233-263.

Bresser-Pereira L.C. (2009), Mondialisation et compétition. Pourquoi certains pays émergents réussissent et que d’autres non, préface R. Boyer, trad. Y. Guilllaud, La Découverte, Paris, coll. « Textes à l’appui. Économie ».

Boyer R. (2016), « Development and régulation theory », in Reinert E., Gosh J. & R. Kattel, Handbook of Alternative Theories of Economic Development, Cheltenham, Edward Elgar, p. 352-385.

Boyer R. (2018), « The process of development: the contribution of régulation theory », in Nissanke M. & J.A. Ocampo (eds), The Palgrave Handbook of Development Economics: critical reflections on globalisation and development, Basingstoke, Palgrave, p. 177-227.

Boyer R., Uemura H., Yamada T. & L. Song (eds) (2018), Evolving Diversity and Interdependence of Capitalisms, Tokyo, Springer, coll. « Evolutionary Economics and Social Complexity Science ».

El Aoufi N. (2009), « Théorie de la régulation : la perspective oubliée du développement », Revue de la régulation, no 6.

Fourquet F. (2018), Penser la longue durée. Contribution à une histoire de la mondialisation, suivi de Le rapport international est toujours dominant, préface C. Chavagneux, postface R. Boyer, Paris, La Découverte.

Gerschenkron A. (1962), Economic Backwardness in Historical Perspective: A book of Essays, Cambridge, The Belknap Press of Harvard University Presss.

Ominami C. (1986), Le tiers monde dans la crise, Paris, La Découverte.

Revue de la régulation (2009), « Institutions, régulation et développement 1 », no 6.

Revue de la régulation (2010), « Institutions, régulation et développement 2 », no 7.

Talha L. (2002), « Théorie de la régulation et développement », in Boyer R. & Y. Saillard (dir.), Théorie de la régulation : l’état des savoirs, La Découverte, Paris, coll. « Recherches », p. 452-458.

Wade R. (1990), Governing the Market: economic theory and the role of government in East Asian industrialization, Princeton, Princeton University Press.

Wallerstein I. (2006), Comprendre le monde. Introduction à l’analyse des systèmes-monde, trad. C. Horsey, Paris, La Découverte, coll. « Grands repères. Manuels ».

World Bank (1993), The East Asian Miracle: economic growth and public policy, New York, Oxford University Press.

Haut de page

Notes

1 Traduction par l’auteur de « In sum, a transition from early compressed development to a new era of late compressed development, if that is indeed what we are witnessing, will hopefully be very different from the violent transition from early late development to post-war late-late development. New forms of embedding are needed, of markets, and mechanisms for accumulation and regulation in the digital economy » (p. 228)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robert Boyer, « À propos de l’ouvrage coordonné par D. Hugh Whittaker, Timothy J. Sturgeon, Toshie Okita et Tianbiao Zhu, Compressed development: time and timing in economic and social development »Revue de la régulation [En ligne], 31 | 2nd semestre / Autumn 2021 | décembre 2021, mis en ligne le , consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/regulation/20385 ; DOI : https://doi.org/10.4000/regulation.20385

Haut de page

Auteur

Robert Boyer

École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Institut des Amériques, Campus Condorcet, 5 cours des Humanités, 93322 Aubervilliers ; r.boyer2@orange.fr, 0000-0003-0425-7439

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Recherche & Régulation
  • Logo Maison des sciences de l’homme Paris Nord
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search