Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31 | 2nd semestre / Autumn 2021Notes de lectureÀ propos de l’ouvrage d’Hélène To...

Notes de lecture

À propos de l’ouvrage d’Hélène Tordjman, La croissance verte contre la nature : critique de l’économie marchande

Sandrine Allain
Référence(s) :

Tordjman H. (2021), La croissance verte contre la nature. Critique de lécologie marchande, La Découverte.

Texte intégral

1Les premières pages du livre d’Hélène Tordjman annoncent la couleur : « instrumentalisation de toutes les formes de vie sur terre », « foi inébranlable dans le mécanisme de marché » (p. 5), « appétit frénétique et démesuré [du capitalisme industriel] » (p. 6), « recherche [agro-industrielle] aveugle et sans fin » (p. 9), « fausses solutions [aux défis écologiques], hyper-technologiques, sophistiquées et souvent hors-sol » (p. 13). On le comprend vite, la thèse développée dans ce livre est critique – emphatique, peut-être –, car prenant la forme d’un récit radical et militant. La thèse qui anime l’ouvrage d’Hélène Tordjman est celle d’une extension du régime de capitalisme industriel à un nouveau domaine, celui du monde vivant, à travers les deux grands piliers que sont le marché et la technique. Ce régime de « capitalisme vert » ou de « croissance verte » – pour citer l’auteure – est l’objet d’une description minutieuse visant à montrer que celui-ci ne rompt pas, mais au contraire approfondit, le capitalisme industriel financiarisé. Il s’agit en somme d’une opération classique, mais efficace : déconstruire le langage et les outils pour mieux dénoncer les dangers.

2L’ouvrage se compose de six chapitres qui sont autant d’illustrations des domaines et moyens qui façonnent le régime de croissance verte : bioéconomie et biocarburants, semences, conservation de la nature et finance verte. On y voit le monde vivant incorporer, par des opérations de segmentation, de comptabilisation monétaire et de mise en marché, un système socioéconomique dual (où s’exerce une domination de l’être humain sur la nature), techniciste et financiarisé. Un chapitre conclusif propose d’autres leviers d’action appliqués au cas des systèmes agricoles et alimentaires, pour « changer de cap » (titre du chapitre). « Il nous faut une vision globale, holiste, intégrant relations écologiques, biologiques, politiques, économiques et sociales, toutes relations coévoluant depuis des siècles pour former des systèmes agraires particuliers » (p. 298), suggère-t-elle alors en empruntant à la littérature agroécologique. Néanmoins, l’écrit reste avant tout un exercice de déconstruction et un cri d’alarme, bien plus qu’un ouvrage programmatique. Son originalité est de mettre en exergue la place du système technicien – autoréférent, autoalimenté, liant la technologie à ses usages – dans l’aggravation de la crise environnementale. Je proposerai ici un regard coloré par la (socio-)économie écologique qui insistera sur quelques points saillants de l’ouvrage.

1. Matrice idéologique, cognitive et langagière de la croissance verte : modalités d’émergence d’un nouveau modèle social

Hélène Tordjman introduit dans le propos liminaire une réflexion sur le langage, la « novlangue » (p. 17) de l’écologie marchande et son caractère performatif. Au-delà de ce court encart, l’auteure tisse une réflexion de fond sur le rôle du langage, des concepts et de la production de connaissances dans l’émergence et la normalisation du régime de croissance verte.

3« Augmentation », « convergence » et « efficacité » sont les termes qui structurent le projet bioéconomique que nous dépeint Hélène Tordjman dans ses deux premiers chapitres portant sur la convergence NBIC (nanotechnologie, biotechnologie, information, cognition), la bioéconomie et le développement de la production d’agrocarburants. Elle nous propose une lecture historique de ce projet bioéconomique, établissant la conférence de Washington « Des technologies convergentes pour améliorer la performance humaine » (tenue par la National Science Foundation et le ministère américain du Commerce en décembre 2001) comme son acte de naissance. Les fondements transhumanistes et technicistes du projet permettent à l’auteure d’introduire une référence à Jacques Ellul qui sera l’armature conceptuelle de l’ouvrage. Tordjman s’appuie sur un certain nombre de caractéristiques du système technicien – insécabilité entre la technique et ses effets, autoaccroissement (les problèmes générés par la technique produisent de nouvelles solutions techniques, etc.) et développement amoral (qui échappe aux jugements de valeur) – pour montrer qu’elles concourent à faire émerger puis à verrouiller le régime de croissance verte. L’idéologie techniciste alimente une ambition de contrôle (rendre la nature plus prévisible et plus productive) et d’amélioration des processus biologiques (faire produire par le vivant des composés et produits nouveaux, comme des bioplastiques), nouveaux avatars d’une relation duale entre sociétés humaines et autres êtres vivants.

  • 1 Commission européenne (2005), Technologies convergentes : façonner l’avenir des sociétés européenne (...)
  • 2 Organisation de coopération et de développement économiques (2009), The Bioeconomy to 2030: designi (...)
  • 3 Commission européenne (2010), The knowledge-based bioeconomy (KBBE) in Europe: achievements and cha (...)

4Hélène Tordjman décrit la pénétration de cette idéologie, au départ cantonnée à des cercles spécifiques, dans les grandes institutions internationales : rapports sur les technologies convergentes puis les « technologies clés génériques » de la Commission européenne1 (2004, 2009, 2012), plan d’action en faveur de la bioéconomie2 de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) en 2009, stratégies européennes pour la bioéconomie3 (2010, 2011, 2012) ou encore forum économique de Davos sur la « bioéconomie inclusive » (2018). Ce cadrage institutionnel s’accompagne par ailleurs de modifications réglementaires pour favoriser l’innovation dans les domaines stratégiques des biotechnologies et du numérique, mais plus encore d’un langage permettant d’apaiser les craintes d’insoutenabilité et même de se les réapproprier.

5Cette réappropriation des craintes relatives aux risques climatiques et écologiques – dont le capitalisme industriel est responsable – constitue l’un des tours de force du régime de croissance verte. Hélène Tordjman montre ainsi que, lorsque la question des risques et des limites planétaires s’est trouvée posée, la bioéconomie s’est parée des adjectifs « durable » et « verte ». Le discours a consisté à montrer que cette bioéconomie contribuait à la décarbonation de l’économie en offrant des substituts « bio- » aux énergies et matériaux d’origine fossile. Notons que la diffusion de ce discours sur la bioéconomie, au détriment d’autres récits (par exemple de sobriété ou de suffisance), est d’ailleurs l’objet de vives critiques de la part de ceux qui lui revendiquent un autre contenu (voir par exemple le texte de Franck-Dominique Vivien et ses collègues, publié en 2019, sur la « prise en otage » de la bioéconomie). Plus loin, dans son analyse des institutions de conservation de la nature, Hélène Tordjman continue son propos sur la bataille des mots et leur pouvoir de cadrage : le concept de « découplage » (p. 167), entre croissance économique ou développement humain et impacts environnementaux, se révélera justifier davantage le recours aux instruments de marché que l’instauration de règles contraignantes.

6La thèse d’Hélène Tordjman n’est pas sans faire écho aux travaux de Kean Birch, Les Levidow et Theo Papaioannou publiés en 2010, qui voient dans l’émergence de la bioéconomie en Europe l’avènement d’un nouveau type de capital, le capital « durable », reposant sur le déverrouillage, par la technologie, du potentiel productif de la nature. Pour ces auteurs, la collusion des termes « bio- » (c’est-à-dire issu du vivant) et « durable » est l’un des éléments structurants de l’avènement du capital durable : la nature, plus intensément mobilisée, participe de l’accumulation et de la reproduction du capital et lève les problèmes de finitude des ressources, puisque la capacité à se renouveler est vue comme une caractéristique intrinsèque au vivant.

7Hélène Tordjman prolonge et illustre cet argument au travers du cas des agrocarburants, objet de son deuxième chapitre. Elle montre comment le développement de la production d’agrocarburants s’est accommodé d’une stratégie de « transition énergétique » centrée sur la recherche de nouvelles ressources plutôt que sur la réduction des consommations ; comment aussi ce développement s’est nourri, bien plus qu’il n’en a été entravé, d’une préoccupation croissante pour le climat (réduction des émissions de gaz à effet de serre) et la souveraineté alimentaire (amélioration de la productivité primaire requise par l’augmentation de la population). Hélène Tordjman convoque plusieurs bases de données (partenariat Land Matrix, association Grain et Groupe d’action sur l’érosion, la technologie et la concentration notamment), qui permettent de mettre en perspective justifications et effets de l’entreprise de développement du marché des agrocarburants. Les paradoxes sont mis en exergue : celui d’une politique de neutralité carbone justifiant la déforestation et la dégradation de grands réservoirs de biodiversité au profit du développement de cultures énergétiques ; celui d’une promesse de rupture avec l’extractivisme industriel, se soldant par une exploitation accrue de la biomasse, au détriment de l’agriculture paysanne et des capacités de renouvellement des écosystèmes, sans pour autant stopper la course aux énergies fossiles (voir aussi sur cette question l’ouvrage dirigé par Gilles Allaire et Benoit Daviron, publié en 2017) ; celui, encore, d’une évolution des techniques (première, deuxième, puis troisième génération d’agrocarburants) rencontrant systématiquement les mêmes limites (pollution, déforestation, consommation d’eau, érosion de l’agriculture paysanne au profit de l’agriculture industrielle, risques technologiques), mais poursuivant sa route.

8Hélène Tordjman s’extrait cependant d’une vision dans laquelle ce développement serait le seul fait d’un emballement de la technique qui se nourrit d’elle-même, insensible aux signaux environnementaux et aux alertes sociétales. Elle esquisse déjà les contours de l’infrastructure réglementaire, financière, industrielle et scientifique qui balise la trajectoire dans laquelle évolue le régime de croissance verte, tout en excluant d’autres possibilités. Cette dimension de sa pensée structure les chapitres 3, 5 et 6 de l’ouvrage, focalisés respectivement sur les régimes de propriété intellectuelle encadrant l’échange de semences, la gouvernance de la conservation de la nature et le pouvoir d’orientation de la finance « verte ».

2. Infrastructure réglementaire, politique et financière du régime de croissance verte : consolidation du modèle et exclusion des autres voies de changement

Hélène Tordjman revient dans son ouvrage sur trois dimensions fortes du régime de croissance verte qui en assurent la stabilité et régulent les contestations : privatisation des ressources biologiques, gouvernance fondée sur l’expertise et la comptabilité, développement des outils financiers appliqués à la nature.

9Revenant sur l’histoire de la privatisation des semences, le chapitre 3 présente l’évolution conjointe du cadre juridique, des techniques d’amélioration génétique et du rapport de force entre acteurs publics et privés : création des certificats d’obtention végétale, premiers brevets sur les organismes vivants, inscription dans le droit international, extension aux processus métaboliques, concentration des brevets auprès de quelques firmes… Ainsi, la production de normes sur les variétés et l’extension du champ de la brevetabilité ont permis, dans une dialectique d’inclusion-exclusion, d’évincer les agriculteurs de l’activité de multiplication de semences et de reléguer les États à un rôle de garant du « terrain de jeu » des grandes entreprises du secteur semencier. Parallèlement, ce retrait des États et de leur capacité coercitive a autorisé une prise de risque financière et technique croissante. Ce processus ne s’est pas fait sans heurts ni tiraillements ou contestations, mais la concentration des droits et des connaissances auprès de quelques grands acteurs aboutit in fine à un verrouillage de la trajectoire empruntée et à une amplification des menaces d’« expropriation de tous, êtres humains, plantes et animaux, de processus naturels fondamentaux » (p. 155).

10À l’instar de Christophe Bonneuil et Frédéric Thomas (2012), qui pointaient le rôle structurant de l’Institut national de la recherche agronomique dans l’histoire de la sélection variétale en France (« cerveau et bras armé des politiques agricoles », p. 14), y compris dans sa prise en main par quelques grandes firmes, Hélène Tordjman examine également l’institution « recherche », ainsi que son financement. Dans le cas des semences et de l’ingénierie génétique, elle décrit le transfert des inventions depuis les universités vers des start-ups puis de plus grandes entreprises à travers des licences d’exploitation en cascade. De même, elle retrace l’enfermement progressif dans un solutionnisme technologique, réponse constante aux risques et inquiétudes soulevées. Ailleurs, dans son analyse des institutions de conservation de la nature, elle qualifiera même de « bullshit jobs » (p. 187) les activités d’expertise et de recherche visant à évaluer les services rendus par les écosystèmes. Au-delà du caractère provocateur de la référence, la question est posée des modalités d’élaboration des choix collectifs et de l’interface entre sciences, industrie et politique : pour l’auteure, les processus démocratiques n’interviennent finalement qu’en bout de chaîne, dans un jeu où experts et grandes firmes ont déjà façonné l’éventail des solutions envisageables.

11Les enjeux de gouvernance sont un point central du chapitre 4 intitulé « Protéger la nature à l’ère contemporaine ». Ils constituent, aux côtés de la privatisation des droits de propriété intellectuelle, un autre facteur de stabilisation du régime de croissance verte que nous décrit Hélène Tordjman. Pour elle, la gouvernance internationale de la nature marque un recul de la capacité des États et citoyens à intervenir dans la gestion de l’environnement, au profit de coalitions hétérogènes d’acteurs dont la légitimité démocratique est faible : grandes agences internationales au niveau macro, « objets institutionnels non-identifiés » au niveau méso (p. 181), partenariats public-privés au niveau micro. Hélène Tordjman nous montre par ailleurs que les coalitions d’acteurs et rapports de force sont mouvants, aboutissant parfois à des désalignements résolus par une complexification des institutions. Ainsi, l’approche contractuelle instaurée par la Convention sur la diversité biologique (1992) pour assurer le partage équitable des bénéfices issus de l’exploitation des ressources contredit les traités sur l’accès libre et gratuit aux ressources phytogénétiques ; contradiction finalement résolue par l’introduction d’un nouveau traité (Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture, ou TIRPAA) permettant la coexistence de plusieurs régimes juridiques.

La dynamique de changement institutionnel procède ici encore de mécanismes typiquement elluliens : des incomplétudes et incohérences légales posent des problèmes concrets dans l’exercice du droit, problèmes auxquels on répondra par l’addition d’un nouveau régime, qui engendrera de nouvelles incohérences appelant de nouvelles réponses juridiques, dans un processus de complexification dont on ne sait où il s’arrêtera. (p. 174)

12Tordjman observe cette complexification institutionnelle sous un angle technicien : de même que la technique s’autoalimente, les changements juridiques génèrent des contradictions, à leur tour prises en charge par une nouvelle complexification du droit. La troisième dimension structurante du régime de croissance verte est la proéminence du secteur financier (p. 249), le financement de la transition écologique faisant appel prioritairement au secteur privé plutôt qu’à l’impôt. Cette financiarisation n’est pas neutre, puisque les finances sont orientées vers des acteurs et des projets spécifiques ; en outre, elle passe par des outils complexes et difficiles à appréhender. On saluera ici le travail didactique effectué par Hélène Tordjman pour rendre compréhensible l’esprit de ces outils. Elle distingue ainsi les outils d’orientation ou de canalisation de l’investissement (indices boursiers et obligations) et ceux d’assurance des risques (« produits dérivés »). Parmi les premiers, les benchmarks de responsabilité sociale et environnementale des entreprises ont un rôle fondamental. Si ceux-ci ont acquis certaines caractéristiques communes, comme la prévalence de l’enjeu climatique sur d’autres enjeux environnementaux ou encore l’évaluation des performances par les procédures mises en œuvre, Hélène Tordjman nous décrit avant tout un secteur émergent, foisonnant et faiblement régulé. Pour ce faire, elle sélectionne quelques cas d’étude – le Dow Jones Sustainability World Index, la Climate Bonds Initiative et le label européen Transition énergétique et écologique pour le climat (TEEC) – montrant tour à tour l’absence de remise en cause sérieuse du critère de maximisation de la valeur des actions. En matière de gestion des risques, la tendance mise en évidence est celle d’une dissolution du lien entre débiteurs et créanciers qui augmente la vulnérabilité aux « risques systémiques ». Les produits financiers de gestion des risques s’étendent pourtant à de nouvelles catégories – risques météorologiques (weather derivatives), de catastrophes naturelles (cat bonds), de pandémie (pandemic bonds) – qui, outre l’accroissement des phénomènes d’interconnexion, génèrent des effets pervers (par exemple l’absence d’action face à une crise pour favoriser le déclenchement de l’assurance).

13Ainsi se dessine une cohérence de fond entre régimes de propriété intellectuelle, régimes de production de connaissances et de gestion de la nature et régimes de financement des entreprises, qui orientent et consolident le contenu idéologique de la croissance verte. Cette cohérence s’exprime dans une relation entre société et nature dématérialisée, dépolitisée, voire spéculée, qui rend impossible la prise en considération de signaux d’épuisement.

3. Dématérialisation et marchandisation du vivant

14Le chapitre 5, intitulé « La dématérialisation de la nature : vers une nouvelle classe de marchandises fictives », occupe une place à part dans l’ouvrage d’Hélène Tordjman, car il délivre une proposition théorique originale. Plutôt que de parler de marchandisation – terme parfois difficile à délimiter –, l’auteure parle de création de « marchandise fictive », se référant à Karl Polanyi. La nature n’est plus une réalité complexe et matérielle, mais un ensemble d’objets désincarnés produits en vue d’une transaction marchande (le marché autorégulateur étant considéré comme une fiction exerçant un pouvoir d’organisation sociale dans la pensée polanyienne). Hélène Tordjman parle ainsi de nature « dématérialisée » (au contraire d’« immatérielle »), « dans la mesure où on a affaire à un processus institutionnel construit et voulu, à un projet » (p. 190). Cette transformation intentionnelle de la nature en marchandise fictive opère en trois temps : définition, évaluation et valorisation.

  • 4 On pourra remarquer que l’IPBES (plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les service (...)

15Par la définition, il s’agit d’inventorier et d’apposer des caractéristiques normalisées aux objets de la nature. Les exemples donnés sont ceux de l’Évaluation des écosystèmes pour le millénaire, du TEEB (The Economics of Ecosystems and Biodiversity) et de la CICES (Classificaton internationale commune pour les services écosystémiques) dans le cas des services écosystémiques4. Les classifications procèdent en divisions et sous-divisions et ont vocation à être englobantes. Néanmoins, se pose inévitablement la question des frontières du tout que l’on cherche à définir. Avec les services écosystémiques, exemple développé dans le chapitre, on fait le choix d’un prisme utilitariste (ce qui rend service) et d’une entrée biotique (en excluant les composantes abiotiques de la nature). Puis, on cherche des métriques pour mesurer ces différents objets et les comparer. Cette recherche d’équivalences n’est pas neutre, puisqu’elle autorise, par construction, des compensations. Ainsi, on pourra chercher à compenser la dégradation d’un habitat par un effort de restauration jugé équivalent (par le type d’habitat restauré ou sa qualité, par exemple).

16L’évaluation, ensuite, est entendue très vite comme « évaluation monétaire ». Il s’agit désormais d’attribuer une valeur de référence à un service, sans pour autant que celle-ci n’ait forcément un sens dans l’échange. Évaluation monétaire n’est pas prix, nous rappelle Hélène Tordjman. C’est ainsi que la « valeur économique totale » (VET) intègre à la fois des valeurs d’usage, d’option et de non-usage. Les méthodes économiques pour les estimer sont diverses, mais souvent peu transparentes et peu fiables. On retrouve là une analyse proche de celle proposée par Jean Gadrey et Aurore Lalucq (2015) : « [c]es inventions sont d’une effroyable complexité technique. Tout concourt à ce que leur fonctionnement échappe aux citoyens » (Gadrey & Lalucq, 2015, p. 107). Hélène Tordjman ajoute à ces remarques la dimension contingente de l’outil, montrant que la valeur attribuée à un écosystème dépend hautement des connaissances ; la VET donnera ainsi à des objets bien référencés (comme les récifs coralliens) l’avantage sur d’autres, qui n’attirent qu’un faible effort de recherche (les océans par exemple). Gadrey et Lalucq (2015) parlaient d’« armes à double-tranchant » (p. 76) et d’un « principe de précaution intellectuelle » (p. 103) ; Tordjman dénonce quant à elle « le non-sens de tout l’exercice » (p. 219).

17Elle évoque, enfin, la valorisation, soit la formation d’un prix au travers de l’échange marchand. Cette dernière étape requiert donc l’existence de marchés, permettant en l’occurrence achat et vente de services écosystémiques. Plusieurs « arrangements marchands » sont décrits par Hélène Tordjman : marché de carbone, paiements pour services environnementaux, crédits biodiversité et banques de compensation ou encore dispositifs de réduction des émissions provenant du déboisement et de la dégradation des forêts (REDD+). Elle en définit les modalités d’exercice et les effets négatifs : incapacité à réduire les émissions polluantes et artificialisation des terres, rapports de forces déséquilibrés et « chantage écologique », phénomènes d’expropriation et de violation de droits en sont quelques-uns.

18Pour finir, elle fait le constat que ces dispositifs de monétisation et de valorisation de la nature sont inefficaces en matière de ralentissement de la crise écologique, mais performatifs en matière de « financiarisation des esprits ». Inefficaces d’abord, car, dans la théorie économique néoclassique, le mécanisme de prix n’assure son rôle d’allocation efficace des ressources qu’en l’absence d’externalité. Or, les systèmes écologiques sont interconnectés, donc les externalités environnementales le sont aussi, ce qui rend illusoire le projet de les internaliser. Toutefois, ce que dénonce plus encore l’auteure que l’absence d’efficacité, c’est l’existence d’effets pervers, autrement dit le rôle de la séquence « définition-évaluation-valorisation » dans la « financiarisation des esprits ». Elle l’attaque d’abord sur le plan des valeurs collectives :

Fonder la protection de la nature sur la rationalité économique, c’est-à-dire la recherche de l’efficacité et du profit maximum, consacre la révolution anthropologique portée par le capitalisme, où tout sens du collectif, de l’intérêt général et du bien commun a disparu. (p. 241)

19Ensuite, elle réitère sur celui du rapport à la nature : « [l]a vision en termes de services écosystémiques place l’être humain au sommet de la nature, pour ainsi dire, trônant au-dessus de toutes les autres formes de vie qui sont là à son service » (p. 242). On peut alors penser au travail d’Antonin Pottier (2016), davantage axé sur les mécanismes de marché appliqués au climat qu’à la biodiversité, qui dénonce « l’extraordinaire capacité du discours économique à reformuler les problèmes selon ses propres termes, à déplacer la question sur son terrain, à imposer son cadre d’interprétation » (p. 25).

20Le chapitre 5 a donc ceci de fondamental qu’il rompt avec le sentiment d’amalgame qui peut, à la lecture globale, confondre le lectorat. On pourra ainsi voir les termes évaluation et évaluation monétaire utilisés comme s’ils étaient synonymes. Or, l’évaluation appliquée à des problèmes de durabilité n’est pas un monolithe et a fait l’objet de multiples développements en matière de traitement de l’incommensurabilité (avec notamment l’évaluation multicritère – voir notamment l’article de Joan Martinez-Alier, Giuseppe Munda et John O’Neill publié en 1998), de délibération collective (voir ici la publication de 2011 de Bob Frame et Martin O’Connor) ou encore de capacité à rendre compte de seuils biophysiques (Giampietro, Mayumi & Ramos-Martin, 2009). On pourra également penser en lisant l’ouvrage (p. 163-167) que l’économie écologique se résume à donner une valeur monétaire au capital naturel et aux services écosystémiques (Costanza et al., 1997). Or, l’économie écologique est un champ de batailles intellectuelles, où se confrontent diverses mouvances et dans lequel on pourra aussi bien trouver l’écologisme des pauvres d’un Joan Martinez-Alier, que des applications de la science post-normale de Silvio Funtowicz et Jerome Ravetz. Au-delà de ces questions d’appartenance académique, il est vrai que l’on souhaiterait voir les institutions de conservation de la nature ou les activités d’expertise ou de conseil en responsabilité sociale et environnementale décrites avec un plus grand souci de représenter leur pluralité et leurs antagonismes.

21On retiendra donc de l’ouvrage d’Hélène Tordjman un méticuleux travail de déconstruction des ressorts techniques et idéologiques du régime de croissance verte. Le cœur de sa thèse est l’idée que ce régime, qui s’érige en solution aux dégâts environnementaux du régime industriel, n’en est en fait que la prolongation et le verdissement. Ce nouveau régime recourt aux mêmes outils – développement technique et marchés financiarisés – que le précédent et les étend à un nouveau domaine, la nature. Pour couvrir ce nouveau domaine, par essence rétif à la décomposition et la standardisation, une infrastructure réglementaire, scientifique, économique se développe. Hélène Tordjman illustre ce mouvement au travers d’exemples variés et rigoureusement documentés – semences végétales, agrocarburants, services écosystémiques, conservation de la biodiversité, finance verte – qui donnent à l’ouvrage une remarquable dimension systémique. Pourtant, on pourra parfois avoir le sentiment qu’économistes, écologues, juristes, hommes et femmes politiques, industriels, financiers ou ONG travaillent à l’unisson à un grand projet de sujétion de la nature et de maximisation du profit pour quelques-uns. L’effort de décorticage des facteurs d’émergence du régime de croissance verte et de ses modes de régulation se trouve alors contrebalancé par des effets d’amalgame en d’autres endroits du texte. La difficulté est inhérente aux postures de recherche engagées, pourtant tellement bienvenues !

22On soulignera aussi le travail sur les propositions, formulées dans la conclusion de l’ouvrage. Des actions au niveau micro, méso et macro sont répertoriées de façon à réformer les systèmes agricoles et alimentaires. C’est là que l’on voudrait encore prolonger l’exercice en interrogeant, par exemple, la question énergétique, car les réponses sont moins consensuelles qu’en matière agricole et alimentaire. Elles relèvent davantage du dilemme à trancher que de la capacité collective à passer du projet à sa réalisation (ce qui semble être le principal obstacle à lever pour développer l’agroécologie ou les circuits alimentaires de proximité). Au-delà de ces quelques critiques, l’ouvrage d’Hélène Tordjman impressionne par sa richesse documentaire et délivre une base argumentaire solide à quiconque se demande encore « où en sommes-nous dans la gestion de la crise écologique et climatique ? ». Le discours environnemental et la sensibilisation du grand public apparaissent à la lecture à rebours des grandes tendances de l’économie et de la gestion de l’environnement, avec ce sentiment omniprésent qu’Hélène Tordjman parvient à mettre en mots et à analyser : « nous évoluons dans un monde que nous avons construit collectivement, mais que nous ne comprenons plus individuellement » (p. 23).

Haut de page

Bibliographie

Allaire G. & B. Daviron (dir.) (2017), Transformations agricoles et agroalimentaires. Entre écologie et capitalisme, Quae, coll. « Synthèses ».

Birch K., Levidow L. & T. Papaioannou (2010), « Sustainable Capital? The neoliberalization of nature and knowledge in the European “knowledge-based bio-economy” », Sustainability, vol. 2, no 9, p. 2898-2918.

Bonneuil C. & F. Thomas (2012), Semences. Une histoire politique : amélioration des plantes, agriculture et alimentation en France depuis la Seconde Guerre mondiale, Charles Léopold Mayer.

Costanza R., d’Arge R., de Groot R., Farber S., Grasso M., Hannon B., Limburg K., Naeem S., O’Neill R., Paruelo J., Raskin R., Sutton P. & M.  van den Belt (1997), « The value of the world’s ecosystem services and natural capital », Nature, vol. 387, no 6630, p. 253-260.

Frame B. & M. O’Connor (2011), « Integrating valuation and deliberation: the purposes of sustainability assessment », Environmental Science & Policy, vol. 14, no 1, p. 1-10.

Gadrey J. & A. Lalucq (2015), Faut-il donner un prix à la nature ?, Les petits matins, Institut Veblen, coll. « Politiques de la transition ».

Giampietro M., Mayumi K. & J. Ramos-Martin (2009), « Multi-scale integrated analysis of societal and ecosystem metabolism (MuSIASEM): theoretical concepts and basic rationale », Energy, vol. 34, no 3, p. 313‑322.

Martinez-Alier J., Munda G. & J. O’Neill (1998), « Weak comparability of values as a foundation for ecological economics », Ecological Economics, vol. 26, no 3, p. 277‑286.

Pottier A. (2016), Comment les économistes réchauffent la planète, préface G. Giraud, Le Seuil, coll. « Anthropocène ».

Vivien F.-D., Nieddu M., Befort N., Debref R. & M. Giampietro (2019), « The hijacking of the bioeconomy », Ecological Economics, vol. 159, p. 189‑197.

Haut de page

Notes

1 Commission européenne (2005), Technologies convergentes : façonner l’avenir des sociétés européennes. Rapport 2004, rapporté par Alfred Nordmann, Luxembourg, Office des publications officielles des Communautés européennes ; Commission européenne (2009), Préparer notre avenir : développer une stratégie commune pour les technologies clés génériques ; Commission européenne (2012), Une stratégie européenne pour les technologies clés génériques : une passerelle vers la croissance et l’emploi.

2 Organisation de coopération et de développement économiques (2009), The Bioeconomy to 2030: designing a policy agenda, Paris, OCDE.

3 Commission européenne (2010), The knowledge-based bioeconomy (KBBE) in Europe: achievements and challenges ; Commission européenne (2011), The European bioeconomy in 2030 : delivering sustainable growth by addressing the grand societal challenges (2011) ; Commission européenne (2012), L’innovation au service d’une croissance durable : une bioéconomie pour l’Europe.

4 On pourra remarquer que l’IPBES (plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques) n’est pas présenté, alors qu’il offre une forme d’inflexion par rapport au paradigme dominant d’évaluation des services écosystémiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Allain, « À propos de l’ouvrage d’Hélène Tordjman, La croissance verte contre la nature : critique de l’économie marchande »Revue de la régulation [En ligne], 31 | 2nd semestre / Autumn 2021 | décembre 2021, mis en ligne le , consulté le 19 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/regulation/20393 ; DOI : https://doi.org/10.4000/regulation.20393

Haut de page

Auteur

Sandrine Allain

Chargée de recherche au Laboratoire écologie et sociétés en montagne (LESSEM), Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE), Université Grenoble Alpes, 2 rue de la Papeterie, 38402 Saint-Martin-d’Hères ; sandrine.allain@inrae.fr ; 0000-0002-9119-1898

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Recherche & Régulation
  • Logo Maison des sciences de l’homme Paris Nord
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search