Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33 | 2nd semestreDossier « Analyser les transforma...Crises, informalité et reconfigur...

Dossier « Analyser les transformations de l’Amérique latine »

Crises, informalité et reconfigurations du marché du travail : quatre décennies de bouleversements économiques au Brésil

Crises, informality and reconfigurations on the labour market: four decades of economic upheaval in Brazil
Crisis, informalidad y reconfiguraciones en el mercado de trabajo: cuatro décadas de transformaciones económicas en Brasil
Mireille Razafindrakoto, François Roubaud et Alexis Saludjian

Résumés

Cet article analyse les ajustements du marché du travail brésilien sur longue période, notamment lors des épisodes de crise macroéconomique, qui s’étendent sur plus du tiers des quarante dernières années. L’un des objectifs est de soumettre les différentes théories de l’informel à l’épreuve des faits, et tout particulièrement l’hypothèse du rôle anticyclique que lui attribue la thèse dualiste. Sur le plan empirique, notre approche est basée sur un important travail d’« archéologie statistique » de reconstitution de séries historiques et de traitement de première main de millions d’observations de microdonnées d’enquêtes ou de registres administratifs. Les trois angles d’analyse adoptés convergent. Nous montrons entre autres la formidable résilience du marché du travail brésilien qui s’inscrit dans l’histoire et les disparitions progressives depuis les années 1990 des mécanismes de la crise « canonique », supplantée par un processus d’exclusion multiforme, et des frontières entre formel et informel, en défaveur des droits des travailleurs. Cependant, les crises ne sont pas toujours le meilleur point d’observation : la phase de croissance des années 2000, par exemple, apparaît comme la seule période « transformative » qui a laissé une empreinte positive et durable sur le monde du travail.

Haut de page

Texte intégral

Nous remercions les deux rapporteurs anonymes pour leurs commentaires éclairés. Nous dédions cet article à la mémoire de Bruno Lautier, dont les enseignements ont été formateurs et dont l’avis éclairé nous aurait été précieux.

Introduction

1Le Brésil a fait l’expérience de bouleversements économiques et politiques de grande ampleur au cours des dernières décennies. La phase de croissance des années 1970, avec l’industrialisation par substitution aux importations, a été interrompue par la crise de la dette, laissant place à deux décennies « perdues ». Ces dernières ont été marquées par une politique de stabilisation dans un contexte d’hyperinflation, puis de libéralisation économique qui a amplifié les retombées au Brésil de la crise financière asiatique de 1997. Par la suite, le contexte international est devenu plus propice et des politiques progressistes ont été mises en œuvre du début des années 2000 à 2014 : hausse importante du salaire minimum puis investissement massif dans les programmes sociaux (Sabóia, 2014). Ils ont donné lieu à une période faste de croissance et de réduction des inégalités que la crise financière internationale de 2008 n’a affectée qu’à la marge. Cependant, le modèle extractiviste et rentier, restimulé par le cours favorable des matières premières, a montré ses limites et conduit à une grave crise économique à partir de 2014 (Salama, 2019 ; Gaulard & Salama, 2020). On assiste alors à un revirement majeur dans le domaine de la politique publique, qui se traduit par la mise en place d’une dérégulation brutale du marché du travail (Krein, 2018 ; DIEESE, 2017 ; Carvalho, 2017).La crise provoquée par la covid-19, accompagnée de conséquences dramatiques sur la population que l’on commence tout juste à entrevoir, constitue le dernier rebondissement de cette séquence pluri-décennale. De cette rapide revue de la trajectoire brésilienne, on peut retenir que le Brésil a dû faire face à six périodes de crise, soit quatorze années de récession sur quarante ans et trois « décennies perdues » (années 1980, 1990 et 2010).

  • 1 L’économie informelle regroupe à la fois le secteur informel (les unités de production non enregis (...)

2Plutôt que de chercher à expliquer leurs origines, l’objectif de cet article est d’examiner les formes que les crises prennent et leurs éventuels dénominateurs communs, dans un champ bien délimité : le marché du travail. Soulignons que cette institution est la principale courroie de transmission entre les dynamiques macroéconomiques. Se pose plus spécifiquement la question du rôle de l’économie informelle, aussi bien dans les transformations à l’œuvre sur une longue durée, qu’en tant que variable d’ajustement durant les crises. Un accroissement de l’économie informelle1, constituée par les salariés et les indépendants qui ne bénéficient d’aucune forme de protection sociale, est synonyme de dégradation des conditions de travail. Toutefois, malgré la précarité des emplois informels, ceux-ci peuvent jouer un rôle positif en temps de crise : refuge en dernier recours pour les travailleurs et coussin amortisseur anticyclique pour l’économie, un processus que l’on qualifie dans cet article de « crise canonique ». Le modèle sous-jacent, dénommé dualiste, considère les emplois informels comme l’unique recours de ceux qui sont contraints à la survie. Il repose sur trois hypothèses clefs. La première stipule que, contrairement aux activités formelles, il n’y a pas de barrière à l’entrée du secteur informel. La deuxième porte sur la flexibilité de ce dernier : les revenus informels s’ajustent à la baisse quand la demande qui lui est adressée fléchit. Enfin, le modèle écarte la possibilité que les décisions d’emplois puissent se faire de manière collective au sein des ménages, ou que des transferts puissent avoir lieu pour compenser les pertes de revenu. De façon plus globale, les mécanismes attendus ne tiennent pas compte des transformations institutionnelles ni des politiques publiques mises en œuvre.

  • 2 Cette approche est également identifiée sous la dénomination « légaliste » ou « orthodoxe ».

3Nous chercherons à confronter les hypothèses de la crise « canonique » à celles d’autres courants théoriques, puis nous nous interrogerons sur les éclairages que peuvent apporter les approches concurrentes, « structuraliste », « libérale » ou « utilitariste ». L’approche structuraliste souligne la dépendance des emplois informels au secteur formel (Moser 1978 ; Portes, Castells & Benton, 1989) suivant une relation de subordination, en fournissant du travail et des produits bon marché aux entreprises formelles. L’approche libérale insiste sur les coûts de légalisation associés au statut formel, considérés comme excessifs2. Selon cette approche, les micro-entrepreneurs préfèrent opérer de manière informelle pour échapper aux régulations publiques (de Soto, 1989). Enfin, d’autres auteurs soulignent que l’entrée dans le secteur informel, sans qu’il y ait forcément une volonté d’échapper à l’État, peut être aussi délibérément choisie en fonction des préférences individuelles et des attributs respectifs de chaque type d’emploi (Perry & Maloney, 2007 ; Jütting & de Laiglesia, 2009). Ces approches fournissent différents cadres théoriques à l’aune desquels pourront être interprétées, selon les périodes ou les contextes, les évolutions du marché du travail et notamment celles de l’économie informelle. Parallèlement, il faut aussi identifier les forme d’ajustement durant les crises autres que le phénomène d’informalisation.

  • 3 Voir Razafindrakoto, Roubaud & Saludjian (2021), qui présente de manière détaillée l’approche méth (...)

4Cet article se propose ainsi de relire les crises brésiliennes au cours des quarante dernières années à travers le prisme des transformations du marché du travail, une institution reconnue fondamentale mais rarement étudiée en tant que telle. Notre analyse est centrée sur la question de l’informalité. Les évolutions observées ont-elles conduit à de nouveaux modes de régulation, ou, au contraire, n’ont-elles finalement pas ou peu affecté les structures profondes du marché du travail, dont il s’agira alors de révéler les caractéristiques ? Sur le plan théorique, nous prenons appui sur nos précédents travaux dans ce domaine, qui discutent les thèses dualistes, structuralistes ou libérales de l’économie informelle (Roubaud, 1995 ; Cling et al., 2015). Sur le plan empirique, notre approche se base sur un important travail d’« archéologie statistique » de reconstitution des principales séries historiques du marché du travail (1980-2020), ainsi que, sur une période plus récente (2000-2020), de traitement de première main de millions d’observations issues des microdonnées d’enquêtes ou de registres administratifs3. À notre connaissance, une telle entreprise n’avait jamais été menée jusqu’ici. Elle prend le parti de la mise en résonance constante des informations originales extraites de registres ou d’enquêtes statistiques avec l’analyse de la dynamique socio-économique sur longue période.

5Dans la première partie, l’article offre un panorama du contexte en présentant la trajectoire macroéconomique de l’économie brésilienne au cours des quarante dernières années, ainsi que les principales évolutions du cadre institutionnel des relations de travail. Ce cadrage permet de réexaminer la dynamique du marché du travail sur longue période. La question est abordée dans la deuxième partie selon une perspective différente, celle des crises, définies comme les phases de croissance négative. Nous visons à éclairer plus finement les ajustements du marché du travail en tenant compte de l’hétérogénéité des catégories ainsi que des caractéristiques respectives des emplois. Pour chercher à expliquer les spécificités des crises brésiliennes par rapport au schéma de la « crise canonique », la troisième partie les replace dans la dynamique globale des deux dernières décennies. En déplaçant la focale, il s’agit d’identifier un éventuel nouveau mode de régulation reposant sur la fragilisation des emplois formels et la mise à l’écart d’une partie de la main-d’œuvre potentielle, à travers la montée du chômage et du nombre de travailleurs découragés exclus du marché du travail. La conclusion récapitule les principaux résultats.

1. Grand angle sur la trajectoire de l’économie brésilienne des quarante dernières années

1.1. Cadrage global sur la dynamique économique et les réformes

6L’économie brésilienne a connu de profondes transformations de son modèle de développement au cours du xxe siècle. Primo-exportateur jusqu’au début des années 1930, s’industrialisant de manière incomplète grâce à la stratégie de substitution d’importations durant la période 1930-1970, le Brésil libéralise son économie dans les années 1980-1990 (Gaulard & Salama, 2020). Au cours des quatre dernières décennies, la dynamique macroéconomique de ce pays-continent est caractérisée, entre autres, par la récurrence des crises économiques. Trois phases de la trajectoire économique du Brésil peuvent être distinguées, avec leurs spécificités, leurs ruptures, mais aussi leurs éléments de continuité. Nous analyserons chacune des périodes en présentant la dynamique macroéconomique, puis les réformes et l’évolution du marché du travail.

1.1.1. Le tournant des années 1980-1990

7La période d’industrialisation par substitution d’importations (ISI), qui s’étend des années 1930 jusqu’au tout début des années 1980, a transformé le Brésil sous l’impulsion de l’État. Ce choix a été fortement influencé par la vision structuraliste de la Comisión Económica para América Latina y el Caribe [CEPAL]. Incomplète, l’industrialisation subit une inflexion importante dès le début des années 1980 (voir Graphique 1).

  • 4 Voir Graphique A1 en annexe.

8Comme tous les pays de la région, le Brésil a également été fortement affecté par la crise de la dette durant les années 1980 et le début des années 1990, la « décennie perdue », selon l’expression de la CEPAL. La crise du début de la décennie, entre 1981 et 1983, fait suite aux conséquences du deuxième choc pétrolier. Ce dernier s’est traduit par une forte inflation, une crise de la dette et des méga-dévaluations à la fin du régime militaire. L’amélioration qui accompagne le retour à la démocratie en 1985 est de courte durée. La fin de la décennie 1980 est marquée par des tensions autour de la restructuration de la dette et du taux de change, des épisodes d’hyperinflation et divers plans de stabilisation monétaire. En pleine instabilité économique, le Brésil se dote d’une nouvelle constitution fédérale en 1988, fruit d’un consensus politique fragile au sortir de la dictature militaire de 1964-1985 entre les secteurs conservateurs qui ont soutenu le régime et les forces progressistes longtemps contraintes à l’exil. Cette Constitution établit le lien entre le développement économique par le marché et la garantie de droits sociaux, civiques et politiques inédits au Brésil. Finalement, les décennies 1980-1990 sont marquées par les plans d’ajustement structurel. Elles connaissent des épisodes destructeurs d’hyperinflation, se traduisant par une croissance de plus en plus volatile4 (Saludjian, 2007).

Graphique 1. Dynamique macroéconomique et changements structurels (1970-2020)

Graphique 1. Dynamique macroéconomique et changements structurels (1970-2020)

Notes : VA = valeur ajoutée ; les zones grisées correspondent aux périodes de crise (du PIB par tête)

Source des données : Word Development Indicators, Banque mondiale ; graphique : M. Razafindrakoto, F. Roubaud et A. Saludjian

9Cette période d’instabilité économique ne cesse qu’à la mise en place du Plano Real, en 1994. Ce dernier crée un nouveau cadre macroéconomique et monétaire ayant un effet important sur la dynamique de long-terme de l’économie brésilienne (Filgueiras, 2006). Le niveau du PIB de la fin des années 1970 n’est dépassé qu’après le Plano Real. La stabilité du taux de change de la nouvelle monnaie vis-à-vis du dollar se maintient jusqu’en 1999, quand les économies émergentes (Russie et Argentine) seront secouées par les conséquences de la crise asiatique de 1997.

  • 5 Tripé macroeconômico (cadre macroéconomique basé sur trois éléments) : cible d’inflation par la Ba (...)

10Le cycle d’hyperinflation est brisé et la stabilité macroéconomique, basée sur un tripé d’inspiration néo-classique5, consacre la prééminence du secteur financier. Toutefois, au Brésil, ce dernier ne finance que très peu l’économie en raison de taux d’intérêt élevés, de l’histoire inflationniste et du contexte mondial de montée de la financiarisation partout dans le monde (Araújo, Bruno & Pimentel, 2012).

  • 6 Bruno Lautier, Jaime Marques-Pereira et Pierre Salama (2004) notent que « le principe mutualiste-u (...)
  • 7 BPC, Benefício de prestação continuada (bénéfice de prestation continue), pour les personnes sans (...)

11En ce qui concerne le marché du travail, il est structuré par la Consolidation des lois du travail (CLT), promulguée en 1943 sous Getúlio Vargas (1930-1945). Cette dernière est à l’origine de la carteira de trabalho assinada (carnet de travail signé par les employeurs accompagnant le salarié tout au long de sa vie active et lui garantissant des droits). Au sortir de la dictature, qui avait limité le pouvoir des syndicats, l’espoir de pouvoir mettre en place un État-providence est l’objet d’âpres débats en 1988. La nouvelle constitution fédérale « citoyenne » reconnaît des droits aux travailleurs, comme le droit à la retraite ou à des prestations sociales minimales, tout en institutionnalisant et en assurant leurs sources de financement6. Cette constitution est, selon Luciana Jaccoud (2018), antilibérale et universalisante. Elle est aussi redistributive, grâce à des dispositifs sociaux qui réaffirment le rôle de l’État : Système unique de santé (SUS), éducation publique gratuite et obligatoire, prestations non contributives comme le BPC7, droits du travail, salaire minimum, financement de la sécurité sociale et innovation pour ce qui est de l’équité et du traitement de la pauvreté.

  • 8 Vision également défendue par Fernando Henrique Cardoso, ministre de l’économie puis président de (...)

12La violence de la crise des années 1980, l’épuisement des capacités légitimantes des discours présentant les avantages de l’État-Providence ont rapidement pris l’ascendant sur les droits garantis dans les débats autour de la constitution fédérale. Après la mise en place de politiques d’ouverture, de privatisation et de libéralisation à partir de la présidence de Fernando Collor de Mello (1990-1992), leurs effets sur le marché du travail n’ont pas tardé à apparaître. La flexibilisation et la sous-traitance étaient alors présentées comme une manière de rompre les « privilèges » des emplois formels régis par la CLT, en mettant en concurrence les différents types d’emplois et en laissant au marché le soin de trouver son « équilibre » (Dedecca, 1998 et 2005). L’objectif était de rendre le marché du travail flexible, pour faire face au défi du chômage et de l’informalité, et d’ajuster la réglementation du travail aux transformations technologiques et à la concurrence, à l’époque du consensus de Washington8 (Krein, 2018). En effet, dans un contexte d’importations massives principalement de biens manufacturés (automobiles notamment), les entreprises nationales ont subi de plein fouet les effets de l’ouverture commerciale, ce qui a provoqué une vague de licenciements.

13Les dynamiques de la production et du marché du travail construites entre 1930 et 1970 sont profondément modifiées pendant les années 1990, pensées alors contre l’État-Providence, en s’appuyant sur l’informel, servant d’amortisseur, et la liberté d’entreprendre (promotion des micro-entrepreneurs ; Dedecca, 2005). José Krein (2018) note qu’il a toutefois manqué le poids politique au président Fernando Henrique Cardoso pour mener à bien une réforme globale (en raison de la combativité syndicale, notamment de la CUT, Central unica de trabalhadores, liée au PT, Parti des travailleurs de Luiz Inácio Lula da Silva). F. H. Cardoso a toutefois promu des mesures ponctuelles qui ont eu un poids important à l’époque et sur le long terme, autant de mesures qui ont soumis les salariés à une concurrence accrue et qui, en matière de droits sociaux, n’ont pas été compensées par l’amorce de politiques sociales de transferts conditionnels.

14Le Plano Real de 1994 a eu des effets négatifs pour nombre de travailleurs brésiliens. Dès lors, la lassitude puis le rejet de la proposition de continuité du projet libéral alimentent l’espérance au sein d’un projet porté par Lula lors de la première élection du nouveau millénaire en 2002 ; et cela d’autant plus que la stabilité monétaire et macroéconomique était mise à mal par les crises financières asiatique, russe et enfin brésilienne.

1.1.2. Les années 2000

15L’évolution de l’économie brésilienne depuis le début des années 2000, avec l’arrivée du président Lula et du PT au pouvoir, se démarque de la période précédente par une croissance élevée. Entre 2004 et 2008, celle-ci est tirée, en externe, par le cycle haussier des prix des matières premières et de la forte demande de l’économie chinoise et, en interne, par la demande du marché intérieur (augmentation de la consommation, notamment en raison d’une politique active de revalorisation du salaire minimum, de transferts monétaires et également de l’investissement public dans le secteur industriel).

16En 2007, à l’heure d’entamer son second mandat, Lula lance, un an après l’annonce en grande pompe de la découverte de l’une des plus grandes réserves de pétrole au monde dans les eaux brésiliennes (pré-sal), le Programme pour l’accélération de la croissance (PAC). Celui-ci bute contre les premiers effets de la crise de 2008. Affecté à partir du quatrième trimestre, le taux de croissance chute en 2009 (-0,1 %), avant de récupérer en 2010 grâce à des politiques économiques contracycliques (allégements fiscaux massifs pour les entreprises et réduction d’impôts à la consommation pour les ménages).

17Ces mesures, qui ont marqué la fin de la présidence de Lula et l’élection de Dilma Rousseff en 2010, ne permettent pas de renouer avec le niveau de croissance d’avant la crise de 2008. Pire, ce ralentissement de la croissance, de l’ordre de 2 à 3 %, bien en deçà de la période 2004-2008, s’est maintenu jusqu’en 2014, début du second mandat de D. Rousseff. Du point de vue structurel, l’économie brésilienne poursuit son processus de désindustrialisation précoce amorcé dès la fin des années 1980, et qui s’accélère avec la montée en puissance de la Chine dans l’économie mondiale (Salama, 2020 ; Painceira & Saludjian, 2021).

  • 9 Retraite au niveau du salaire minimum pour les travailleurs ruraux, même sans avoir contribué au c (...)

18Les bons résultats de croissance du PIB lors du premier mandat de Lula ont permis – comme cela a été rarement le cas dans l’histoire du Brésil – une amélioration notable du marché du travail, une nette augmentation du salaire minimum et une réduction de l’informalité. Les décisions politiques concernant les retraites rurales9 et surtout les programmes de transferts comme Bolsa Família ont eu, ensemble, un effet positif pour une proportion importante de personnes jusque-là exclues du système de protection du travail : 13 millions de foyers ont bénéficié de Bolsa Família en 2017 (Jaccoud, 2018). Ces décisions ont eu un fort impact sur la popularité de Lula, qui est restée très élevée jusqu’à la fin de son mandat et au-delà. En 2008, le second gouvernement de Lula crée le statut de microentrepreneur individuel (microempreendedor individual, ou MEI), proposant ainsi de formaliser le statut des informels en leur donnant accès à un ensemble de droits, comme la retraite, à laquelle ils doivent contribuer individuellement et dont ils avaient toujours été exclus.

19J. Krein (2018) dresse un bilan contradictoire des changements institutionnels opérés pendant les années des gouvernements du PT (2003-2016), les droits ayant connu des avancées, mais aussi des reculs. Au titre des avancées, nous pouvons citer la politique de valorisation du salaire minimum, la réglementation du travail domestique, les négociations collectives sur le pouvoir d’achat et le débat sur l’égalité de traitement entre hommes et femmes ; au titre des reculs, nous identifions la réforme des retraites en 2003 pour certains secteurs, comme les fonctionnaires publics, les restrictions sur les allocations-chômage, le maintien du recours à des entreprises de sous-traitance, la flexibilisation et l’intensification de la journée de travail.

1.1.3. Crises et stagnation depuis 2014

  • 10 Teto dos Gastos, Modification constitutionnelle no 95, sous la présidence de Michel Temer (2016-20 (...)

20À partir du deuxième trimestre 2014, le taux de croissance, un temps à peine positif, devient négatif, et ce, jusqu’au premier semestre 2017 (-3,5 % et -3,8 % en 2015 et 2016). Il se maintient à un niveau faible les années suivantes (inférieur à 2 % en 2018 et 2019). L’économie est donc en berne depuis 2014. Les recettes libérales de la réduction des dépenses publiques comme gage de bonne gouvernance, comme la réforme constitutionnelle de 2016, sont encore appliquées10.

21Fin 2018, Jair Bolsonaro est élu président avec un programme économiquement peu cohérent conduit par Paulo Guedes, son ministre de l’économie, ancien membre des « Chicago boys ». Le discours ultralibéral peine à se transformer en actes. La politique de privatisation (Petrobras, Banco do Brasil, Caixa Econômica Federal) n’a toujours pas pu être menée à son terme au moment de la publication de cet article, en raison de la tradition étatisante des militaires qui dominent le gouvernement Bolsonaro, ainsi que des volte-face politiciennes du président (Pinto et al., 2019). En 2019, la première année de son mandat, le gouvernement s’est mobilisé pour mettre en œuvre une réforme des retraites. Menée au nom des équilibres financiers et de la fin des « privilèges » du secteur public (mais pas des militaires), elle impose une réduction des droits de l’immense majorité des Brésiliens et laisse la part belle au système financier (fonds de pension). Cette réforme, comme celles de l’État (fiscale et administrative), a été reportée pour des raisons de politiques politiciennes, puis freinée par la pandémie de covid-19. Finalement, le gouvernement de Bolsonaro s’est contenté d’entériner la réforme du marché du travail de 2017 entreprise par son prédécesseur M. Temer et d’engager la privatisation d’Electrobras. Dans le contexte d’austérité pré-covid-19, la croissance a été réduite à la portion congrue. La politique d’austérité et les principes néolibéraux qui la sous-tendent restent toujours à l’ordre du jour, quel que soit le prix économique à payer pour la population (Dweck, Rossi & Matos de Oliveira, 2021). Le ministre de l’économie et ses alliés font même de ces réformes des conditions sine qua non de la sortie de crise.

22La crise de la covid-19 est venue frapper de plein fouet une économie brésilienne déjà fortement affaiblie. Le Brésil, l’un des pays les plus touchés par la pandémie, n’a pas été en mesure de contrôler la propagation du virus. Au-delà de conséquences tragiques, la réaction du gouvernement est caractérisée par un double paradoxe (Roubaud & Razafindrakoto, 2021). D’une part, sur le volet sanitaire, le président nie la gravité de la situation épidémiologique du pays, contribuant à alourdir le bilan auquel ses propres partisans paient un lourd tribut. D’autre part, sur le front économique, alors que le gouvernement Bolsonaro est violemment opposé à toute forme de redistribution, il est à l’origine d’un programme de transferts d’urgence (auxilio emergencial), une politique interventionniste d’une ampleur inégalée en Amérique latine comme à l’aune de l’histoire du pays (environ 9 % du PIB). En dépit de cette injection massive de fonds publics, le PIB a régressé de 4 % en 2020. Le prolongement de l’aide d’urgence dans une version très allégée à partir d’avril n’a contribué qu’à la marge au rebond de croissance de 5% observé en 2021.

  • 11 Mesure provisoire no 665 publiée le 30 décembre 2014 par Dilma Rousseff (deux jours avant la fin d (...)
  • 12 Loi 13.467/2017 qui altère 201 points de la CLT et loi 13.429/2017 qui libéralise la sous-traitanc (...)

23En ce qui concerne les réformes, les conditions d’accès à l’assurance chômage ont été durcies fin 2014 en raison de l’aggravation de la situation économique, mais également pour des considérations de crédibilité politique dans la perspective des élections présidentielles11. La réforme du marché du travail de 2017 est la plus importante depuis la CLT de 1943, qu’elle contribue à déconstruire par l’ampleur de la régression des droits qu’elle porte12. Elle suit les recettes libérales en gardant pour mot d’ordre la réduction du « coût Brésil » (custo Brasil) pour gagner en compétitivité. J. Krein (2018) détaille dans un article l’ensemble des mesures qu’elle comporte. On y retrouve la plupart des éléments clefs de la relation de travail (autorisation des formes atypiques de contrat et facilité de licenciement, journées de travail flexible, rémunération variable, conditions de travail, notamment santé et sécurité des salariés), mais aussi des altérations et des transformations institutionnelles (dont l’inversion dans la hiérarchie des normes, mais aussi la limitation de l’accès à la justice du travail et la réduction du système de contrôle de fraudes, ainsi que la fin du financement obligatoire des syndicats).

  • 13 Les contrats temporaires, à temps partiel, intermittents, les contrats 270 jours par an et les « c (...)

24Au cœur de cette réforme, le recours aux autoentrepreneurs individuels (MEI) ou employés d’entreprises sous-traitantes s’est répandu parmi les nouveaux contrats13. Cette possibilité est étendue à pratiquement toutes les activités (alors que la liste était auparavant limitée), déchargeant les employeurs de leurs contributions sociales patronales et réduisant les droits des employés (droit au chômage, indemnités de départ). Comme nous le verrons, l’existence de la figure de MEI depuis 2008 rend plus aisée encore la substitution du salarié avec droits (CLT) et « carteira de trabalho assinada » (CLT ; Krein, 2018) par un « micro-entrepreneur individuel » ou un « autonome » sans accès aux droits des salariés.

  • 14 Phrase prononcée par J. Bolsonaro lors d’une entrevue à la radio en 2018. Jovem Pan (2018), « Bols (...)

25J. Bolsonaro s’est inscrit dans la continuité du cadre légal fourni par la réforme de 2017, qu’il a appuyée en tant que parlementaire à cette époque. Dès son arrivée au pouvoir en 2019, et durant durant la campagne à l’élection présidentielle, le président a présenté ainsi sa vision du marché du travail : « plus d’emploi et moins de droits14 ».

1.2. La dynamique du marché du travail sur longue période

26L’évolution du marché du travail se situe à la croisée des dynamiques macroéconomiques et des réformes du marché du travail, elles-mêmes liées au cycle politique. Étant donné le nombre limité d’indicateurs disponibles sur longue période, on gardera à l’esprit la fragilité du diagnostic posé. Malgré tout, ils permettent d’identifier un certain nombre de faits stylisés.

27Le premier constat d’ensemble est l’étonnante stabilité de la structure du marché du travail (Graphique 2). Cette résilience apparaît d’autant plus surprenante qu’elle s’accompagne, d’une part, d’une conjoncture au niveau macro particulièrement heurtée et, d’autre part, de tendances de fond qui travaillent la société brésilienne (chute massive des emplois agricoles et de la population rurale, forte montée du niveau d’éducation, vieillissement accéléré et poussée de la participation des femmes au marché du travail, pour ne citer que les plus notables ; Vidal Luna & Klein, 2020).

Graphique 2. Emploi, chômage, informalité et rémunération sur longue période

Graphique 2. Emploi, chômage, informalité et rémunération sur longue période

Notes : Les zones grisées correspondent aux périodes de crise (baisse du PIB par tête). Les variables disponibles dans la PNAD ne permettent pas de calculer le taux d’informalité avant 2005. La variable « proxy » est ainsi calculée en considérant les salariés sans carteira assinada et les travailleurs à leur propre compte (sachant que ces derniers ne sont pas tous dans le domaine informel)

Sources des données : Pesquisa Nacional por Amostra de Domicílios [PNAD], Pesquisa Nacional por Amostra de Domicílios Contínua [PNAD-C] et diverses publications, Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística [IBGE] ; calculs et graphique : M. Razafindrakoto, F. Roubaud et A. Saludjian

  • 15 Le changement de l’enquête-source (de la PNAD à la PNAD-C) ne permet pas de raccorder parfaitement (...)

28Lorsque l’on examine la période des années 1970-1980 jusqu’à 2020, on observe que le taux d’activité est de manière générale en croissance très lente. Il s’est stabilisé légèrement au-dessus de 60 % depuis le début des années 2010, le décrochage du tournant des années 2010 n’étant peut-être qu’un artefact statistique15. En ce qui concerne taux de chômage, il monte inexorablement. Quasi inexistant durant les années 1970 (de l’ordre de 2 %-3 %), il atteint une première fois les 10 % à la fin des années 1990, pour atteindre un palier à 12 %-13 % lors de la seconde moitié de la dernière décennie.

29Après une période de stagnation d’un quart de siècle, de 1976 (premier point de notre série) à la fin des années 1990, l’informalité régresse très fortement jusqu’à la crise de 2014-2016 (de 15 à 20 points de pourcentage). Le taux d’emploi informel passe d’environ 60 % à 40 %, pour se stabiliser depuis à ce niveau. Cette chute de l’emploi informel, et donc le mouvement concomitant de formalisation du marché du travail brésilien, apparaît comme l’évolution la plus notable des 50 dernières années. Elle est d’autant plus exceptionnelle que les estimations de la part du secteur informel dans l’emploi urbain pour des périodes antérieures, utilisant différentes approximations (« proxys ») tirées des données censitaires, convergent et font état d’une remarquable constance entre 1950 et 1980 (Paiva, 1984 ; PREALC, 1987 ; Cacciamali, 1988).

30Quant à l’évolution des revenus du travail, elle est de loin la plus volatile. Cette variabilité (en volume), reflète les à-coups (hyper)inflationnistes des années 1980-1990, la série en valeur étant beaucoup plus régulière. Du point de vue des grandes tendances, on retrouve la périodisation macroéconomique décrite plus haut : on observe une stagnation en moyenne sur les deux dernières décennies du vingtième siècle, puis une phase de croissance rapide entre 2000 et 2014 et, depuis, une stagnation suivant grosso modo les évolutions du salaire minimum réel. En une décennie (de 2003 à 2014), la rémunération réelle moyenne a augmenté de 54 % et le salaire minimum de 75 %.

31Néanmoins, au-delà de ces grandes tendances, une lecture plus fine du graphique no 2 est riche d’enseignements, notamment pour identifier les points de retournement, de crises ou au contraire de reprises. La première crise identifiée est celle de 1981-1983. À l’aune du temps long et de nos lunettes d’observation, elle est à peine identifiable : montée du chômage (à des niveaux structurellement très bas) et de l’informalité (+2 points de pourcentage), premier décrochage du salaire minimum, reflétant une politique de désindexation pour contrôler une inflation croissante. Nous n’avons pas pu reconstituer la série de rémunération du travail jusque-là, mais il est probable qu’elle ait aussi baissé. La seconde moitié des années 1980 est atone, marquée uniquement par une légère récupération de l’emploi formel et des salaires. C’est cependant à cette époque que la politique de désindexation du salaire minimum est mise en place et celle-ci durera une vingtaine d’années, jusqu’à la fin des années 1990.

  • 16 Voir encadré méthodologique (Razafindrakoto, Roubaud & Saludjian, 2021).

32Comme nous l’avons décrit, la décennie 1990 correspond à une longue période de stabilisation à l’échelle macroéconomique, marquée par deux récessions majeures au tournant des années 1990 et 2000. Du côté du marché du travail, le mouvement le plus notable est l’inexorable montée du taux de chômage. Si la rémunération moyenne chute au moment des crises, elle est plutôt orientée à la hausse sur l’ensemble de la période. C’est aussi à cette époque, sous les gouvernements Cardoso, que s’amorce une politique de revalorisation du salaire minimum, que vient accompagner la mise en place de politiques sociales. Enfin, et paradoxalement, le taux d’informalité semble globalement inerte au niveau national. Il s’agit toutefois d’un effet d’optique. En effet, l’autre enquête sur le marché du travail, centrée sur les principales régions métropolitaines (la PME), met clairement en évidence une croissance de plus de 10 points du taux d’emploi informel16 (Cacciamali, 2001). La stagnation au niveau national serait alors le reflet d’un processus d’informalisation des emplois urbains et non agricoles et, au contraire, de formalisation de l’agriculture dans les zones rurales. Ce phénomène mériterait d’être documenté plus avant, puisqu’il met bien en évidence la difficulté de porter un diagnostic national dans un pays d’une telle hétérogénéité, notamment régionale.

33Les années des gouvernements du PT sont les plus faciles à interpréter : sous le double effet d’une croissance forte et de politiques sociales favorables au travail (voir section 1.1), tous les indicateurs du marché du travail sont au vert. En un peu plus de 10 ans, le taux de chômage perd 4 points (de 10 % à 6 %), malgré une certaine rigidité à la baisse – surtout lorsqu’on le compare à la dynamique des emplois qui se formalisent en masse (de près de 15 points) – tandis que les revenus du travail augmentent de plus de 50 % et que les inégalités se réduisent significativement, sous l’effet principal de la croissance du salaire minimum (les politiques de redistribution, au premier chef Bolsa Família, assurant le reste ; Pero, 2012).

34Depuis 2014, le Brésil est entré dans une longue crise économique, ouverte entre 2014-2016, stagnant à un point bas entre 2017 et 2019, et à nouveau ouverte en raison de la pandémie. Le principal effet sur le marché du travail a été, encore une fois, une forte poussée du chômage, qui double entre la fin de 2013 et le début de 2017 (de 6,5 % à 13,5 % au point haut). Plus marginalement, on observe un début de « réinformalisation », qui, paradoxalement, ne se manifeste pas pendant la crise ouverte mais après (entre 2017 et 2019), et qu’on peut probablement imputer à la réforme du marché du travail de 2017. Quant aux revenus du travail, ils continuent de croître, certes à un rythme ralenti, mais en dépit de la crise.

35En conclusion, à ce stade de l’analyse et à un niveau très surplombant, deux faits majeurs se dégagent. D’une part, on observe une montée structurelle du chômage, en partie liée au processus d’urbanisation et à la chute des emplois agricoles. Si les rémunérations semblent partiellement rigides à la baisse, elles réagissent clairement à la conjoncture macroéconomique. D’autre part, l’informalité se montre peu sensible au cycle économique dans son rôle d’amortisseur en période de crise. L’arbitrage entre chômage et emploi informel est globalement inopérant. En revanche, et de manière asymétrique, le mécanisme semble fonctionner lors des phases de croissance. Durant les années de gouvernement du PT, entre 2002 et 2014, chômage et informalité ont baissé de conserve. La dynamique du marché du travail sur cette période est à tout point de vue atypique, par la durée et l’ampleur des améliorations observées et par la « lisibilité » des mécanismes à l’œuvre, alors que le bilan des périodes antérieures et postérieures est beaucoup plus confus.

2. Un zoom sur les crises

36Jusqu’ici, notre diagnostic sur les modes d’ajustement du marché du travail brésilien a adopté les lunettes de la longue période (40 ans : 1980-2020) ; mais cette analyse « du point de vue de Sirius » est partiellement insatisfaisante. D’une part, les indicateurs dont nous disposons pour en apprécier les mécanismes sont à la fois limités et lacunaires. D’autre part, elle « écrase » les phénomènes à l’œuvre. Pour combler ce potentiel effet de presbytie, nous renverserons la focale en centrant notre attention sur les épisodes de crise. Par nature, il s’agit d’un formidable laboratoire qui cristallise les moments de bouleversement et de reconfiguration, qu’il convient d’éclairer plus finement.

  • 17 Voir le document de travail de Razafindrakoto, Roubaud & Saludjian (2021) pour plus de détails sur (...)
  • 18 Soit les dernières données disponibles au moment de la rédaction de cet article. Le point bas de l (...)

37Pour mener ce travail à bien, il nous faut d’abord définir ce que nous appelons ici « crise ». Sans entrer dans le débat sur cette notion floue et polysémique, notre approche est avant tout pragmatique et partiellement arbitraire. Nous retenons tous les chocs macroéconomiques, quelle qu’en soit l’origine, ayant conduit à une réduction du PIB. Ensuite, il faut tenir compte des possibilités d’accès aux microdonnées, seule manière de mener une analyse de précision. En général, et le Brésil ne fait pas exception17, il s’agit d’une contrainte majeure. Nous étudierons donc ici en détail les trois crises qui ont affecté le Brésil au cours des vingt dernières années, à savoir : la crise en cours liée à la pandémie (2020), marquée par un recul du PIB18 (-4,3 %) entre le dernier trimestre 2019 et le troisième trimestre 2020, celle des années 2014-2016 (-7 % de croissance sur deux ans), auxquelles nous ajouterons enfin celle de 2008-2009, même si la chute du PIB a été minime (-0,1 %). Il est clair que ces trois crises macroéconomiques n’ont ni la même origine, ni la même intensité ; la dernière crise est, de plus, toujours en cours. Cela n’empêche pas néanmoins de se poser une question commune : comment le marché du travail a-t-il absorbé ces chocs ? Nous compléterons la perspective par une analyse plus succincte des trois crises précédentes, survenues durant les années 1980-1990, pour en tirer des enseignements plus généraux.

38Commençons par préciser nos hypothèses, à savoir les mécanismes de réaction attendus. Nous jugerons les évolutions observées à l’aune de ce que nous convenons d’appeler la « crise canonique », supposée typique du mode d’ajustement sur le marché du travail dans les pays en développement (PED). De manière générale, dans les pays industrialisés, la principale variable d’ajustement est le chômage, quelle que soit la manière dont on interprète sa hausse (rigidités et/ou chute de la demande), avec, à la marge, une flexion des taux d’activité et une pression à la baisse sur les salaires. La principale différence constatée dans les PED est la présence massive de l’informalité, dont on attend qu’elle se substitue au chômage en période de récession ; un phénomène documenté de longue date (voir par exemple Roubaud, 1994 et Cling et al., 2014). Du point de vue théorique, ce schéma repose le modèle « dualiste » qui s’inscrit dans le courant néoclassique, dans la lignée des travaux sur le dualisme (Lewis, 1954 ; Harris & Todaro, 1970). La distinction entre les deux segments de l’économie est bien marquée : formel et informel. Prenant l’individu comme unité d’analyse, le modèle postule que, de façon mécanique, ceux qui perdent leur emploi formel (ou qui ne peuvent y accéder en tant que primo-demandeurs) sont contraints de trouver des moyens de subsistance. Par conséquent, trois possibilités se présentent à eux : soit ils deviennent chômeurs dans le cas où ce statut donne lieu à une indemnisation, soit ils acceptent de devenir des salariés informels (mais cela suppose que des employeurs les embauchent), soit ils s’auto-emploient en décidant de créer leurs micro-unités de production et deviennent travailleurs indépendants dans le secteur informel. Il n’y a pas de barrière à l’entrée de ce dernier, contrairement au secteur formel. Dans les PED, où le chômage – le plus souvent – n’est pas indemnisé, les actifs ne peuvent donc recourir qu’à l’informel en temps de crise.

39En réalité, les mécanismes sont plus complexes. Dans la crise « canonique », les travailleurs formels perdent leur emploi et se reportent soit sur l’emploi informel, soit sur le chômage. L’arbitrage entre les deux dépend de plusieurs facteurs : du rapport entre allocation-chômage (quand elle existe) et revenu informel, du salaire de réservation et des anticipations de retour à l’emploi. Dans tous les cas de figure, l’emploi informel (dans sa grande masse) joue un rôle contracyclique. En termes de revenus du travail, l’accroissement du nombre d’emplois informels et la chute de la demande globale (dont celle adressée au secteur informel) se traduisent mécaniquement par une baisse de la rémunération des informels. De plus, les salaires formels étant plus rigides en ce qui concerne la baisse (législation, syndicats) et les licenciements ciblant en priorité les travailleurs les plus précaires du secteur formel, l’écart de rémunération entre formel et informel augmente ; ce qui se traduit par un accroissement des inégalités salariales intersectorielles. L’informel remplit donc son rôle d’amortisseur, de variable d’ajustement, pour éviter que la croissance du chômage ne se transforme en chômage de masse, mais au prix d’une baisse de la qualité des emplois qu’il génère. Les crises brésiliennes successives sont-elles des crises canoniques et si non, en quoi et pourquoi s’en distinguent-elles ? Nous commencerons par étudier la crise de 2020, la plus massive et encore la moins bien connue, que nous mettrons en regard des deux précédentes.

2.1. Premier ajustement : marge extensive (emploi, chômage et travailleurs découragés)

  • 19 Sachant que la crise de 2014-2016 était déjà qualifiée de plus grande crise jamais connue par le B (...)
  • 20 Le nombre d’emplois perdus est en fait plus important, puisqu’il faut tenir compte de ceux qui aur (...)

40En 2020, la crise de la covid-19 est de très loin le pire choc sur le marché du travail jamais enregistré dans l’histoire du Brésil contemporain19, comme en témoigne un ouvrage paru en 2020 intitulé « la dévastation du travail » (Andrade Oliveira & Pochmann, 2020). De plus, elle ne suit en rien les effets attendus de la crise « canonique » décrits plus haut. Les principaux faits stylisés des mécanismes à l’œuvre sont les suivants. Du côté des emplois, 12 millions de postes ont été perdus entre le quatrième trimestre 2019 et le troisième trimestre 2020, soit 13 % des 95 millions d’emplois pré-crise20 (Tableau A1 en annexe). Cette destruction massive d’emplois n’est pas spécifique au Brésil, puisqu’on la retrouve dans tous les pays, mais elle y est plus marquée (ILO, 2021). À titre de comparaison, entre 2014 et 2016, alors que le PIB avait reculé de 8 % (contre 4 % en 2020), « seulement » 1,2 million d’emplois avaient été perdus. Quant à l’emploi durant la crise financière de 2009 (légère décroissance de -0,1 % du PIB), il avait continué à croître (à un rythme ralenti) : + 500 000 emplois. Autant dire que l’élasticité de l’emploi au PIB n’a rien à voir d’une crise à l’autre, ce qui pose la question du sens des approches estimant des effets moyens de phénomènes a priori incommensurables.

41Contrairement aux attentes, cette chute de l’emploi a concerné au premier chef l’emploi informel, qui recule de 18 % dans l’absolu (contre 9 % pour l’emploi formel), ce qui induit une baisse du taux d’informalité de 2,4 points de pourcentage. La destruction d’emplois ne s’est que très partiellement convertie en chômage. Avec 2,5 millions de chômeurs supplémentaires, le taux de chômage est passé de 11,6 % à 14,1 %, soit une infime partie des emplois perdus (20 %). En vérité, l’essentiel du choc a été absorbé par un retrait massif du marché du travail. Le nombre d’inactifs a augmenté de 13 millions en moins d’un an. Si le nombre d’inactifs dans leur ensemble augmente à peu près au même rythme que le chômage (+20 %), le nombre de travailleurs (ou chômeurs) découragés (c’est-à-dire qui ne travaillent pas, mais souhaitent travailler même s’ils ne cherchent plus d’emploi) explose (+68 %). En résumé, la dynamique de la crise de la covid-19 s’est manifestée par une chute des emplois, principalement informels, un retrait massif du marché du travail et une montée contenue du chômage. Si la chute de l’informel s’explique aisément ex post (mesures de confinement, faibles possibilités de télétravail et rôle de l’auxilio emergencial dans les stratégies de survie), aucun analyste ne l’avait anticipé.

42Qu’en est-il des deux crises précédentes ? Comme nous l’avons vu, elles sont de bien moindre intensité en termes macro comme en termes de destruction d’emplois. Entre 2014 et 2016, ainsi qu’entre 2008 et 2009, le nombre de chômeurs augmente (+66 % en 2016 et +17 % en 2009). Les deux épisodes se distinguent l’un de l’autre et de la crise de 2020 par une montée du taux d’activité au cours de la crise de 2014-2016 (flexion à la hausse) et un maintien pour celle de 2008-2009, contre un effondrement en 2020. Ces évolutions de l’emploi et du chômage se traduisent mécaniquement sur l’inactivité. Le nombre total d’inactifs baisse en 2014-2016 (alors qu’il a explosé en 2020), mais, et cette fois comme en 2020, le nombre de travailleurs découragés fait un bond de 32 %. Le manque de données ne nous permet malheureusement pas de mesurer la dynamique des travailleurs découragés en 2008-2009. La seule chose que l’on puisse apprécier est le nombre d’inactifs, qui augmente à un rythme légèrement inférieur à celui des actifs. Plus surprenante encore, et centrale pour notre analyse, est la dynamique de l’emploi informel : non seulement celui-ci baisse en nombre absolu, mais sa chute est plus forte que celle de l’emploi formel, d’où un taux d’informalité en recul ; soit l’inverse des prédictions. Dans les trois cas et quelle que soit la nature et l’ampleur du choc, l’emploi informel ne joue donc pas son rôle attendu de coussin de sécurité.

43Qu’en est-il avant les années 2000 ? L’analyse sera nécessairement plus succincte, faute de traitement des microdonnées. Le mode de régulation par le chômage et non l’informalité semble également valoir pour la crise de la fin des années 1990. Alors que le taux de chômage double presque entre 1995-1999 (de 6 % à 10 %), tous les proxys de l’emploi informel dont nous disposons montrent que le taux d’informalité est stable (Graphique 2).

  • 21 Les Nordestins sont les habitants de la région la plus pauvre du Brésil, située au nord-est (Norde (...)

44Pour aller plus loin, il est intéressant de désagréger l’impact macro sur l’emploi (formel et informel) par catégorie sociodémographique. Quels sont les groupes de population qui paient au premier chef le prix des crises ? L’analyse des données confirme le diagnostic précédent tout en l’affinant. Commençons par la crise de 2020. Trois principaux résultats émergent. En premier lieu, l’emploi recule pour toutes les catégories, formelle ou informelle, mais c’est cette dernière qui s’effondre le plus (Graphique A2 en annexe). Le taux d’informalité s’affaisse dans tous les groupes. En second lieu, la crise est profondément inégalitaire. Ce sont les groupes déjà socialement désavantagés qui encaissent le choc le plus fort : les jeunes, les moins éduqués, les Afro-descendants, les femmes, les Nordestins21… À titre d’exemple, alors que l’ensemble des emplois formels et informels baisse respectivement de 9 % et 18 %, la chute est de 21 % et 25 % pour les jeunes (14-25 ans), de 18 % et 28 % pour les Afro-descendants et de 18 % et 23 % pour ceux qui n’ont pas dépassé le cycle primaire. À titre de comparaison, ceux qui ont fréquenté l’université voient l’emploi informel baisser seulement de 6 % et l’emploi formel augmenter de 1 %. Enfin, ces mêmes catégories défavorisées se retrouvent le plus souvent exclues du marché du travail (travailleurs découragés), ce que l’on constate par une chute massive de l’emploi, formel ou informel, tandis que les catégories plus avantagées enregistrent moins de pertes d’emplois, mais une plus forte montée du chômage. Dans l’ensemble, un double ajustement négatif est à l’œuvre : entre chômage et retrait du marché du travail d’une part et entre emploi formel et informel de l’autre, toujours au détriment des plus démunis. Ce coup porté aux couches sociales les plus vulnérables est une constante des crises brésiliennes que l’on retrouve, à une moindre échelle, aussi bien en 2014-2016 qu’en 2008-2009. Il va au-delà de la seule concentration de ces groupes dans des emplois informels, déjà problématique en soi, puisqu’il opère au sein de chaque secteur, rendant possibles toutes sortes de discriminations.

45Notre principal paradoxe, à savoir la baisse de l’emploi informel dans la crise, pourrait être expliqué par son hétérogénéité intrinsèque, une critique récurrente qui a conduit certains chercheurs à en rejeter la pertinence. Ce dernier comprend en effet deux composantes principales : les emplois exercés dans le secteur informel, principalement à compte propre – autónomos –, et les emplois informels dans le secteur formel, qui sont massivement des emplois salariés non protégés. Ces deux segments sont susceptibles de réagir très différemment aux crises. Les salariés informels du secteur formel pourraient être les premiers débauchés, tandis que l’effet de bascule entre emplois formels et informels pourrait ne concerner que les indépendants informels, ceux qui ne trouvent pas d’emplois formels étant amenés à créer ex nihilo leur propre emploi ou entreprise de survie pour éviter le chômage ou l’inactivité.

46Il est difficile de tester cette hypothèse, le secteur informel n’étant pas mesuré au Brésil (Razafindrakoto, Roubaud & Saludjian, 2021). Nous avons néanmoins tenté de décomposer l’emploi dans le secteur informel en l’approximant par la taille de l’entreprise (moins de cinq personnes). Cette opération n’est possible que pour les deux dernières crises. Suivant cette décomposition, il apparaît que les emplois informels dans le secteur formel sont bien les principales variables d’ajustement par temps de crise. En 2020 comme en 2014-2016, c’est bien ce type d’emploi informel qui régresse le plus (Tableau 1). De plus, mais seulement durant la crise de 2014-2016, les emplois dans le secteur informel sont en légère croissance (+1,3 %), contre -11 % pour les emplois informels dans le secteur formel.

47Deux conclusions peuvent être tirées de cet exercice : d’une part, l’hypothèse du coussin de sécurité (contracyclique) semble partiellement à l’œuvre dans cette crise-là. D’autre part, et paradoxalement, l’éviction des emplois informels du secteur formel au moment des crises conduit mécaniquement à une « reformalisation » par le bas du secteur formel.

Tableau 1. Structure et évolution des emplois par type d’informel dans les crises

2019-2020 2014-2016 2008-2009
Emplois (millions) % Emplois (millions) % Emplois (millions) %
2019 2020 Diff. Diff. 2014 2016 Diff. Diff. 2008 2009 Diff. Diff.
Formel (EF) 55,1 50,0 -5,1 -9,2 % 55,9 55,2 -0,64 -1,1% 45,6 47,0 1,4 3,0%
EI (SI) 31,1 25,8 -5,3 -16,9 % 27,78 28,1 0,35 1,3 % n.d. n.d.
EI (hors SI) 8,3 6,6 -1,7 -20,7 % 8,2 7,3 -0,9 -10,7 % n.d. n.d.
Total 94,6 82,5 -12,1 -12,8 % 91,8 90,7 -1,2 -1,3% 92,4 92,9 0,4 0,5%

Note : L’emploi dans le secteur informel (proxy) correspond à l’emploi informel dans les microentreprises (cinq personnes ou moins).

Sources : Pesquisa Nacional por Amostra de Domicílios Contínua [PNAD-C] 2019-2020 et 2014-2016, Pesquisa Nacional por Amostra de Domicílios [PNAD] 2008-2009, Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística [IBGE] ; calculs des auteurs

2.2. Deuxième ajustement : marge intensive (horaires, rémunération et sous-emploi)

48Jusqu’ici, nous n’avons traité que la marge extensive, à savoir les dynamiques de création d’emplois, du chômage et de l’inactivité. Or, les ajustements sur le marché du travail passent aussi par la marge intensive, c’est-à-dire la qualité des emplois, et au premier chef la gestion des horaires et des rémunérations (voir Tableau A2 en annexe).

49En 2020, la destruction d’emplois n’a pas été le seul mode d’ajustement sur le marché du travail. Les changements du nombre d’heures travaillées et des rémunérations (choisis ou subis par les entreprises et les travailleurs) constituent un autre canal à travers lequel le marché du travail s’est adapté aux nouvelles conditions. Au niveau global, si 13 % des emplois ont été détruits entre le dernier trimestre 2019 et le troisième trimestre 2020, le volume horaire de travail total a été réduit de 17 %. Le plus grand nombre d’heures perdues l’a été dans l’économie informelle (-22 % contre -14 % pour l’économie formelle). Cette baisse du volume horaire global pour l’ensemble du marché du travail résulte de la combinaison des pertes d’emplois et de la réduction du nombre d’heures effectivement travaillées par les actifs occupés. En moyenne, la semaine de travail a été réduite d’environ 5 %, que ce soit dans le secteur formel ou informel.

50La masse des rémunérations réelles (déflatée de l’inflation) a elle aussi reculé de 16 % ; un phénomène nettement plus marqué pour les emplois informels (-22 %) que pour les emplois formels (-14 %). Ces baisses sont la combinaison de la chute des emplois et du nombre d’heures travaillées, sachant que la rémunération horaire réelle est restée globalement stable, et même légèrement croissante (+0,9 %). Par conséquent, la rémunération mensuelle en volume de ceux qui ont gardé ou obtenu un emploi est en baisse d’environ 4 %, du fait de la réduction du nombre d’heures ouvrées. Elle est du même ordre de grandeur pour les emplois formels et informels. À ce niveau d’analyse, il n’est pas possible de départager les différentes modalités de cet ajustement : blocage des salaires en valeur rognés par l’inflation sur la période, baisse en valeur, effet de composition (des pertes d’emplois concentrées sur les postes les plus précaires). Seules des données de panel suivant les mêmes individus dans le temps permettraient d’en savoir plus.

51Les modes d’ajustement des crises précédentes sont différents. En 2014-2016, si le nombre total d’heures ouvrées est lui aussi en baisse (une combinaison des pertes d’emplois et de la réduction de la journée de travail de ceux qui ont conservé leur emploi), la masse des revenus réels continue d’augmenter (+4 %), du fait d’une importante hausse de la rémunération horaire réelle moyenne des travailleurs (+7 %). Enfin, en 2008-2009, la masse des rémunérations est également à la hausse, tout comme la rémunération mensuelle (+2 %). Finalement, seule la crise de la covid-19 se traduit par un recul des rémunérations réelles. Lors des crises précédentes, le pouvoir d’achat des revenus continue d’augmenter en moyenne, plus fortement pour les emplois formels que pour les emplois informels, dont les revenus stagnent (Tableau 2).

Tableau 2. Taux de croissance de la rémunération réelle mensuelle dans l’emploi principal

2019-2020 2014-2016 2008-2009
Formel -5,3 % 7,1 % 1,9 %
Informel -5,6 % 0,1 % 0,0 %
Total -3,7 % 5,5 % 2,2 %

Sources : Pesquisa Nacional por Amostra de Domicílios Contínua [PNAD-C] 2019-2020 et 2014-2016, Pesquisa Nacional por Amostra de Domicílios [PNAD] 2008-2009, Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística [IBGE] ; calculs des auteurs

52Pour terminer cette analyse détaillée des trois dernières crises, nous nous intéresserons aux « formes atypiques » d’emplois, notamment pour tester l’hypothèse souvent avancée de la précarisation de l’emploi formel lors des crises. Les données disponibles permettent d’appréhender trois formes de précarisation : les emplois dont la durée est inférieure à 40 heures par semaine (temps partiel), ceux dont la rémunération est inférieure au salaire minimum, un type de contrat autorisé par les réformes du marché du travail sous certaines conditions, et enfin le sous-emploi lié à la durée du travail, à savoir la part de ceux dont les horaires effectifs sont inférieurs à 40 heures et qui déclarent vouloir travailler plus.

53Seule la crise de la covid-19 présente une dégradation systématique de la qualité des emplois, aussi bien dans l’emploi formel qu’informel, ce dernier affichant systématiquement des niveaux très supérieurs d’emploi dégradé (voir Tableau A3 en annexe). En revanche, aucun des trois indicateurs ne présente d’évolution significative au cours des deux crises antérieures.

2.3. Troisième ajustement : une vision synthétique de l’ensemble des crises depuis 1980

54En fait, on peut s’interroger : y a-t-il jamais eu de crise « canonique » au Brésil ? Nous tentons de synthétiser dans le tableau 3 les principaux résultats de l’analyse détaillée des trois crises des années 2000 et de l’étendre à celles des années 1980-1990. Le diagnostic sera moins fouillé pour les crises antérieures, faute d’informations détaillées. Plus globalement, il ne peut être que qualitatif, pour ces mêmes raisons, mais aussi du fait du pas de temps et d’une intensité du choc macro variable. Le principal enseignement qui s’en dégage est l’irréductibilité de chaque crise. Le seul dénominateur commun à l’ensemble de ces six crises est la montée du taux de chômage, bien qu’avec des élasticités au PIB très variables. C’est notre deuxième enseignement : le chômage est depuis le début des années 1980 une variable centrale d’ajustement sur le marché du travail. Enfin, le troisième enseignement est le changement observé dans le temps quant au rôle de l’informalité. Dans les années 1980-1990, l’emploi informel semblait jouer son rôle de « coussin de sécurité » anticyclique. Cette propriété s’est progressivement effacée à partir des années 2000, la crise de la covid-19 apparaissant comme la plus atypique de ce point de vue.

Tableau 3. Principaux mécanismes d’ajustement lors de crises (1980-2020)

Principaux indicateurs
PIB/t Taux d’activité Taux de chômage Taux d’informalité Rémunération réelle Ratio REF/REI Inégalité
Générique :
Pays développés / - +++ / +/≃ / +
PED (crise canonique) / + + +++ ≃/- ++ ++
Brésil :
2019-2020 -5,1 % --- ++ -- -
2014-2016 -8,2 % + +++ ++ +++
2008-2009 -1,1 % + - + +
1997-1999 -2,3 % ++ + - ?
1988-1992 -7,7 % ++ ++ + -- ?
1980-1983 -13,4 % + + ++ --- + ?

Note : REF= rémunération moyenne des emplois formels, REI = rémunération moyenne emplois informels

Sources : Pesquisa Nacional por Amostra de Domicílios [PNAD] et Pesquisa Nacional por Amostra de Domicílios Contínua [PNAD-C], 1979-2020, diverses publications ; élaboration des auteurs

55Il semble qu’il faille remonter à la crise de la dette du début des années 1980 pour trouver la trace la plus canonique de la crise « canonique ». L’analyse qu’en fait João Sabóia (1986) dans un article est éclairante. À la suite d’un recul de 13 % du PIB par tête entre 1981 et 1983, alors que le taux de participation observe une légère augmentation, tout comme le taux de chômage (de 2,8 % en 1979 à 4,9 % en 1983), le taux d’emploi informel grimpe de 6 points de pourcentage, de 47 % à 53 %. Du côté des emplois formels, la baisse du rythme de création d’emplois se fait principalement par une réduction des admissions, plutôt que par licenciement (nous y reviendrons dans la troisième partie). Cependant, le mouvement d’informalisation est entièrement dû aux salariés informels, qui passent de 25 % à 31 % tandis que la part des comptes propres se maintient aux alentours de 22 %, alors que le modèle de crise « canonique » aurait pronostiqué le contraire.

3. Les crises dans la dynamique du marché du travail depuis 2000 : des frontières plus floues entre formel et informel ?

56Les crises, au nombre de six (14 ans au total) entre 1980 et 2020, ont occupé une large place dans l’histoire économique du pays. Choisies comme entrée analytique, elles peuvent illustrer les ressorts profonds des modes de régulation du marché du travail, révéler des caractéristiques inattendues ou des spécificités qui ne sont pas forcément visibles durant les phases de stabilité ou d’embellie de l’économie. Suivant cette perspective, la partie précédente a permis de dégager des mécanismes de réaction qui différencient les crises brésiliennes des crises « canoniques », schéma qui correspond à des évolutions observées dans d’autres PED. Pour analyser cette éventuelle spécificité brésilienne, il convient d’une part de replacer les crises dans la dynamique d’ensemble. Il s’agit d’agrandir l’angle d’approche pour étudier les grandes tendances, en reliant les crises aux périodes qui les précèdent, ainsi qu’en étudiant les ajustements lors des phases postérieures de récupération : élargir la focale pour avoir une vision plus complète des processus. D’autre part, il convient d’interroger le modèle théorique « dualiste » à la base de la crise « canonique », cadre d’analyse qui a été choisi comme point de départ.

57Pourquoi les effets des crises sur le marché du travail ne se ressemblent pas ? Pourquoi, contrairement à ce que l’on aurait pu attendre, l’informel ne joue pas son rôle de coussin amortisseur ? Les emplois informels non seulement n’augmentent pas de façon significative, mais semblent reculer plus fortement que les emplois formels. Même en ne retenant que les travailleurs informels à leur propre compte, on ne retrouve pas le schéma contracyclique attendu. Rappelons que Bruno Lautier (2013) a déjà dénoncé ce qu’il a dénommé la théorie du secteur informel comme « éponge à emplois » venant compenser les pertes d’emploi et de revenu du secteur formel. Pour contester l’idée de « facilité d’entrée » dans l’informel, il a souligné qu’il est difficile de concevoir durant la période d’appauvrissement des couches moyennes la création de milliers d’emplois de cireurs de chaussures à Rio de Janeiro, par exemple.

  • 22 Remonter plus avant dans le temps (années 1980 et 1990) n’est pas possible dans le cadre de cet ar (...)

58Dans cette troisième partie, on passera d’abord en revue les principaux flux qui transforment la structure du marché du travail par catégories d’emploi. Cette étape mettra en exergue quelques faits stylisés qui caractérisent le marché du travail brésilien sur les deux dernières décennies22. Notre démarche consistera ensuite à restreindre la focale sur des thématiques spécifiques, au cœur des dynamiques en cours. En premier lieu, les deux composantes de la formalisation seront étudiées : la place croissante des salariés formels d’une part ; le rôle non négligeable des MEI d’autre part. En second lieu, on cherchera à comprendre le poids grandissant du chômage, qui s’inscrit en fait dans un phénomène plus large de sous-utilisation de plus en plus généralisée de la main-d’œuvre. À l’issue de ces incursions thématiques, nous tenterons de reconstituer le puzzle afin de dégager les tendances principales et les pistes à approfondir.

3.1. Un phénomène de formalisation difficilement réversible

59Pour affiner l’approche macro et rudimentaire présentée dans la première partie (1.2), nous commencerons par nous pencher en détail sur le solde des flux annuels et la contribution de chaque catégorie de statut vis-à-vis de l’emploi (Graphique 3). Le premier constat est la confirmation de la formalisation de 2002 à 2013, elle-même massivement portée par un accroissement des effectifs des salariés formels. Pendant la période 2001-2008, cette catégorie contribue à hauteur de presque 60 % de la croissance de la population active occupée. L’effectif des travailleurs à compte propre augmente également régulièrement, un phénomène que l’on observe sur l’ensemble des deux décennies, même si les flux sont de moindre ampleur. Ils prennent surtout le relais à partir de 2012, les flux de salariés formels fléchissant.

Graphique 3. Contribution de chaque type de statut aux évolutions du marché du travail

Graphique 3. Contribution de chaque type de statut aux évolutions du marché du travail

Notes : PAO = population active occupée

Sources des données : Pesquisa Nacional por Amostra de Domicílios [PNAD] et Pesquisa Nacional por Amostra de Domicílios Contínua [PNAD-C] ; calculs et graphique : M. Razafindrakoto, F. Roubaud et A. Saludjian

60Durant cette faste et longue phase des années 2003 jusqu’à la crise de 2014, on assiste parallèlement à un recul du chômage et une diminution des travailleurs non rémunérés (les travailleurs familiaux exerçant dans les micro-unités informelles), ainsi qu’à une réduction des effectifs salariés informels entre 2009 et 2012. Sachant que ces mouvements s’accompagnent d’une hausse des revenus moyens du travail, guidée par la montée du salaire minimum, l’analyse fine des données vient confirmer le diagnostic déjà présenté dans la première partie : tous les mouvements constatés vont dans le sens de l’amélioration de l’emploi (quantité et qualité), même en tenant compte de la crise de 2009.

61Ainsi, à ce stade, les résultats observés tendent plutôt à valider le modèle « dualiste », qui prévoit une réduction de l’économie informelle dans les phases de croissance inclusive. On pourrait avancer que le modèle est validé uniquement en phase de croissance (et que son mécanisme ne se retrouve pas en phase de récession ou de crise). La contraction de l’emploi informel a été obtenue grâce à la mise en place de mesures progressistes à cette période au Brésil, qui l’ont alimentée. Notons par ailleurs que la crise financière exogène de 2008-2009 n’a eu qu’un impact très limité (en 2009) qui n’a pas modifié la dynamique globale lancée depuis le début de la décennie (voir partie 2). Ce constat témoigne de la vigueur du mouvement de formalisation, une tendance lourde qui s’est inscrite dans la durée, donc sans doute difficile à effacer à court terme. La crise de 2014-2016 a néanmoins interrompu le processus positif en cours (Pinto et al., 2019). Lors de la seconde période (2014-2020), on assiste à un retournement de la tendance avec l’arrêt du processus de formalisation, puis une remontée de l’informel. Dès 2014, on constate un premier fléchissement, visible par la diminution des flux de salariés formels, qui deviennent clairement négatifs de 2015 à 2017. On peut noter que le mouvement principal durant la crise est bien la montée du chômage, qui continue jusqu’en 2017. Les effectifs de salariés informels suivent le même mouvement de chute en 2014 et 2015, ce schéma procyclique confirmant qu’ils ne jouent pas le rôle d’amortisseur attendu (le mécanisme prévu ne se retrouve pas dans les faits). Toutefois, dans la phase d’après-crise, de 2017 à 2019, la hausse du salariat informel est le phénomène qui prédomine. Les salariés du secteur informel semblent venir remplacer les emplois formels perdus dans la crise. Dans tous les cas, la réforme de 2017 n’a pas d’effet sur la création d’emplois formels, qui ne survient qu’en 2019 et est d’une ampleur modérée.

62Ainsi, le bilan de cette période débutant en 2014 est une dégradation de la situation sur le front de l’emploi pour l’ensemble des salariés (formels et informels), constat qui vaut avant même le choc causé par la pandémie en 2020 et qui cette fois affecte toutes les catégories d’emploi (à l’exception du secteur public). Les observations semblent se conformer au modèle « structuraliste » : la mobilisation des salariés informels à la suite de la crise correspondrait à une volonté des entreprises formelles de bénéficier d’une main-d’œuvre flexible et à faibles coûts. On retrouve ici la philosophie de la réforme de 2017, mais les entreprises recourent aux emplois informels et non au recrutement de salariés formels comme attendu. La réduction plus marquée du nombre de salariés informels en 2020 montre bien qu’ils constituent les variables d’ajustement dans la crise, en étant plus facile à licencier.

63Par ailleurs, il faut souligner de nouveau la contribution positive, en termes d’emplois, des travailleurs à compte propre, surtout formels. Cette catégorie a résisté, avec un flux toujours positif chaque année, même au milieu de la crise. Elle a même contribué largement à la reprise sur le marché du travail de 2017 à 2019. De manière plus globale, on discutera dans la suite dans quelle mesure la part formelle des travailleurs à compte propre a permis de limiter l’informalisation des emplois.

3.2. Les salariés formels : un nombre croissant mais une qualité en baisse ?

  • 23 Ces données incluent les patrons et leurs salariés, mais n’incluent pas les travailleurs à leur pr (...)

64Nous avons pu constater l’ampleur du processus de formalisation à travers la place croissante des salariés formels dans le flux net d’embauche durant la première période (2002-2013). On a également vu que ces derniers marquent le pas dans la seconde phase, à la suite de la crise de 2014-2016. Ces observations méritent d’être analysées de manière approfondie. Les données CAGED et RAIS (registres administratifs des emplois formels) donnent l’opportunité d’étudier les caractéristiques des emplois formels23 et leurs modifications au cours de ces deux dernières décennies.

  • 24 On assiste en fait à une attitude attentiste du côté des entreprises, attitude renforcée par le co (...)

65L’analyse des flux permet de souligner que la crise de 2014-2016 a mené à une contraction des embauches, plutôt qu’à une augmentation des licenciements24. Ainsi, la crise n’a pas conduit les entreprises à remettre en question leurs décisions de recrutement passées. Cela pourrait expliquer le fait que le processus de formalisation ne s’inverse pas si facilement. Toutefois, parallèlement à la montée des effectifs, il convient de s’interroger sur la qualité des emplois, en particulier ceux correspondant aux recrutements depuis le début des années 2000. Il s’agit de tester les hypothèses suivantes : les emplois créés sont-ils plus concentrés dans les entreprises de petite taille (qui pourraient être plus fragiles) ? Sont-ils moins bien payés ? Sont-ils de plus courte durée ?

  • 25 Voir Razafindrakoto, Roubaud & Saludjian (2021) pour plus de détails sur les caractéristiques des (...)
  • 26 Pour pouvoir véritablement les qualifier de sous-emploi, il faudrait savoir si les personnes conce (...)

66Concernant la taille des entreprises qui composent le tissu formel25, on n’observe pas de montée du nombre d’unités de production de petite taille, que ce soit les moins de 5 ou moins de 10 personnes. Quant aux rémunérations, les recrutements supplémentaires ont concerné essentiellement les salariés gagnant 1 à 1,5 salaire minimum (leur part passe de 17 % à 25 % de 2002 à 2019). En contrepartie, le solde est clairement négatif depuis début 2000 pour les salariés qui reçoivent plus de deux fois le montant du salaire minimum. La phase de formalisation correspond ainsi à une augmentation des bas salaires, qui correspondent aux emplois faiblement qualifiés. Enfin, on constate une montée des emplois atypiques de moins de 40 heures26 (qui passent de 30 % à 35 % de 2010 à 2019). Ces indicateurs sur le nombre d’heures et les rémunérations traduisent une dégradation de la qualité des emplois formels.

67Parallèlement, le taux de rotation augmente, ce qui se traduit par une diminution de la durée moyenne des emplois de 2003 à 2010 (voir Graphique A3 en annexe) : les nouveaux recrutements pourraient donc être de plus courte durée. Néanmoins, en raison de l’hétérogénéité des emplois et des effets de structure, le bilan n’est pas simple à établir.

68Ce processus s’interrompt en 2015-2016, puisque l’on assiste à la baisse rapide de l’indicateur de rotation des emplois formels. C’est l’effet mécanique de la forte contraction des embauches (avec également la diminution des départs : les opportunités d’emploi se faisant plus rares, on garde son emploi). La remontée de la durée des emplois formels résulte surtout d’un effet de structure, sachant que ce sont les emplois les plus précaires, les moins stables et les plus récents qui disparaissent en premier dans la crise. Le taux de rotation repart ensuite à la hausse dès 2017, mais avec un flux net d’embauche plus limité. Ainsi, même si des emplois « de qualité » se maintiennent dans le secteur formel, nos résultats tendent à montrer une forme de fragilisation et de précarisation d’une partie des emplois formels. A priori, cela concerne en particulier les emplois nouvellement créés à partir de la fin des années 2000 jusqu’avant la crise 2015-2016.

69Pour compléter ce tableau sur les caractéristiques des emplois formels, un examen de l’évolution des rémunérations s’impose. Le graphique 4 confirme que celles-ci s’accroissent sur l’ensemble de la période et pour toutes les catégories d’emploi (et ce, malgré les crises – bien sûr, pour ceux qui réussissent à garder leur emploi). Notons tout de même la montée plus forte des revenus des salariés informels et ceux des travailleurs à compte propre qui se rapprochent de ceux des salariés formels, même si cela se produit avec des accès à des droits différents et inférieurs.

Graphique 4. Évolution des rémunérations réelles des différents types d’emplois

Graphique 4. Évolution des rémunérations réelles des différents types d’emplois

Sources des données : Pesquisa Mensal de Emprego [PME] et Pesquisa Nacional por Amostra de Domicílios Contínua [PNAD-C], Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística [IBGE] ; calculs et graphique : M. Razafindrakoto, F. Roubaud et A. Saludjian

  • 27 La catégorie des travailleurs à compte propre est composée à hauteur de 80 % environ d’informels.

70Ce phénomène, attesté par deux sources indépendantes (la PNAD et la PME), est plus marqué dans les régions métropolitaines, mais s’observe également à l’échelle du Brésil. Le rapport, qui était de 0,52 entre les revenus informels et formels chez les salariés en 2004, passe à 0,64 en 2019. Le ratio correspondant pour les travailleurs à compte propre27 passe de 0,67 à 0,77 en fin de période, après avoir atteint le niveau de 0,82 en 2013. Ainsi, la segmentation supposée entre les secteurs formel et informel, à la base de l’approche dualiste, est de moins en moins marquée. La prime en faveur du premier tend à se réduire grâce aux politiques de revalorisation du salaire minimum, prix directeur dans l’informel, et étant donné la détérioration de la qualité des emplois formels, à côté d’autres facteurs potentiels (élévation du niveau d’éducation et des qualifications, changement de nature des emplois, etc.). Ce resserrement de l’écart de rémunération entre emplois formels et informels pourrait expliquer plus globalement le moindre recours des entreprises à la main-d’œuvre informelle.

3.3. Le rôle des MEI : formalisation des micro-unités informelles et externalisation des emplois des entreprises formelles

71Nous avons pu voir que les travailleurs à compte propre ont contribué significativement aux flux nets d’embauche. Même s’ils sont en grande partie informels, la composante formelle de cette catégorie a pu jouer un rôle dans la phase de formalisation du marché du travail, ainsi que dans la limitation de l’informalisation à la suite de la crise de 2014-2016. Sachant que cette contribution a commencé à être significative à partir de 2012, on peut la relier à la dynamique des MEI. Depuis la création du statut de MEI fin 2008 et sa mise en vigueur en 2010, en période de croissance et à la veille des élections présidentielles, cette catégorie d’emploi est en croissance continue. D’après les données disponibles, on compte 11 millions de MEI actifs28 en 2020. Cette même année, les MEI représentent 57 % des entreprises au Brésil et 79 % des créations d’entreprises. Ces chiffres montrent la place des micro- et petites entreprises formelles. En analysant le solde des ouvertures et des fermetures, depuis 2012, on observe l’accroissement de leur nombre d’environ 1 million par an, l’augmentation atteignant même 1,5 depuis 2019. Les crises n’ont pas freiné cette dynamique, au contraire : on constate une accélération en 2015 et surtout en 2020. Il s’est créé 2,6 millions de MEI en 2020, soit 8,4 % de plus qu’en 2019, alors que dans le même temps, 12 millions d’emplois ont été détruits. L’accélération en 2020 s’explique également, au moins en partie, par les politiques publiques mises en œuvre pour limiter l’impact de la pandémie, notamment le Pronampe (Programa nacional de apoio às microempresas e empresas de pequeno porte), qui a ouvert des lignes de crédit spécifiques pour que les petites entreprises puissent avoir accès à un fonds de roulement.

72Notre hypothèse est la suivante : la dynamique des MEI résulte non seulement d’une formalisation des travailleurs à compte propre informels, mais aussi de la création ex nihilo de micro-unités formelles. Elle découle en particulier d’un allégement des procédures, de la multiplication des structures d’appui et des avantages que le statut procure, des facteurs qui, apparemment, ont réussi à convaincre un certain nombre de chefs de micro-unités de production de l’intérêt de se formaliser ou de créer directement des MEI. De ce fait, les évolutions constatées autour de ce statut semblent valider directement l’approche « légaliste ». Toutefois, on peut penser que la multiplication des MEI résulte également de la volonté des grandes entreprises d’externaliser certains services pour éviter de payer des charges salariales. Ce processus d’externalisation tend à valider certains éléments de l’approche « structuraliste » : le MEI offre des conditions de travail plus favorables que le milieu des indépendants informels, mais qui restent malgré tout plus précaires que celles du statut de salarié formel.

3.4. Sous-utilisation de la main-d’œuvre : un processus d’exclusion

73La forte montée du chômage au moment des crises au Brésil pose question. On s’écarte des schémas classiques dans les PED où le chômage reste limité, même en temps de crise. L’analyse montre que la montée du chômage (au lieu de l’informalité) ne s’explique pas par l’assurance-chômage (seguro desemprego), car l’indemnisation ne concerne qu’une partie des chômeurs, à savoir les salariés formels qui ont travaillé pendant une durée suffisante ; avec des restrictions de plus en plus fortes à partir de 2015 (Razafindrakoto, Roubaud & Saludjian, 2021).

74En fait, le chômage n’est que l’une des composantes d’un phénomène plus large. Depuis la crise de 2014-2016, le principal mode d’ajustement sur le marché du travail passe par une forme d’exclusion d’une partie de la main-d’œuvre. Nous avons déjà vu plus haut que la part des emplois formels de moins de 40 heures augmente. Ce sous-emploi horaire, lié à la durée du travail, touche également d’autres catégories. L’indicateur de sous-occupation horaire fourni par l’IBGE englobe l’ensemble des personnes qui travaillent moins de 40 heures et qui souhaitent travailler plus. Leur nombre diminue au moment des crises (du moins au début), car ils sont probablement les premiers licenciés par les entreprises en cas de difficultés (voir Graphique A4 en annexe). En revanche, à l’instar du nombre des salariés informels, il augmente significativement dans l’après-crise. Ainsi, la main-d’œuvre en situation de sous-emploi horaire, informelle mais également formelle, forme un volant de main-d’œuvre précarisé, a priori plus flexible, qui peut être utilisé comme variable d’ajustement pour les entreprises soucieuses de réduire leurs coûts.

75La deuxième composante de cette forme d’exclusion est le chômage. On a vu précédemment qu’une partie seulement des chômeurs bénéficient d’une allocation, qui de plus a été réduite en montant et en durée par la réforme de 2017. La troisième composante, qui n’est pas aisément identifiable car ils ne sont plus comptabilisés parmi les actifs, est constituée des travailleurs découragés. Il s’agit des individus qui ne sont pas occupés, qui sont disponibles pour travailler, mais qui ne cherchent plus de travail. En additionnant les trois composantes, on obtient un indicateur de sous-utilisation de la main-d’œuvre estimé à 19 % de la population en âge de travailler en 2020 (et déjà 16 % en 2019 avant la crise sanitaire). Sachant qu’à l’échelle individuelle, ces trois formes de sous-occupation sont subies et non choisies, elles traduisent un phénomène d’exclusion d’une fraction croissante de la population potentiellement active. De 15 millions en 2014, on passe à plus de 30 millions en 2020. Au vu de l’ampleur de ce phénomène, se dessine un mode de régulation du marché du travail qui vient se substituer au processus d’informalisation.

3.5. Recomposition des éléments du puzzle

76Les crises ne donnent pas forcément lieu à un processus d’informalisation des emplois, car d’autres mécanismes sont à l’œuvre. D’abord, rappelons que le Brésil a connu une forte montée des niveaux de vie depuis 2000 : on peut imaginer que les informels ne sont plus pour la plupart cantonnés dans les activités de survie et que les exclus du marché du travail ne sont plus des personnes contraintes d’accepter tout type d’emploi informel, ou de créer leur micro-unité de production en « cirant des chaussures dans la rue » (Lautier, 2013). Ils vont chercher des activités (formelles ou informelles) pour lesquelles les barrières à l’entrée existent et peuvent leur en empêcher l’accès. En temps de crise, les modes d’ajustement passent alors par des processus d’exclusion multiforme des plus précaires, en les poussant au chômage ou à l’inactivité (une sortie du marché du travail qui est, par définition et de façon paradoxale, qualifiée de « volontaire »). L’accroissement des transferts publics aux ménages (retraites, chômages, programmes ciblés) au début des années 1990, un phénomène spécifique au Brésil (Lautier, 2012 ; Pochmann, 2020), pourrait expliquer la capacité des individus à tenir en l’absence de revenus du travail.

77Par ailleurs, différentes formes de précarisation du secteur formel ont été constatées à des degrés variables. D’une certaine manière, elles se substituent en partie à l’informalisation des emplois. La distinction entre formel et informel devient plus floue. Les caractéristiques des emplois formels montrent que ces derniers ont tendance à se dégrader, suivant un processus que l’on pourrait qualifier de « formalisation par le bas », offrant un « statut au rabais ».

Conclusion

78Dans cet article, nous avons analysé les ajustements du marché du travail brésilien sur longue période, notamment lors des périodes de crise macroéconomique, qui, dans le cas d’espèce, occupent plus du tiers des quarante dernières années et se soldent par trois « décennies perdues » (années 1980, 1990 et 2010). Le premier enseignement qu’il est possible de tirer d’emblée de cette analyse est la grande résilience du marché du travail brésilien, dont les structures ne se déforment que très lentement en dépit de ce contexte exceptionnellement volatil. L’un de nos objectifs principaux était de soumettre les différentes théories de l’informel à l’épreuve des faits, et tout particulièrement l’hypothèse du rôle anticyclique que lui attribue la thèse dualiste (que nous avons qualifiée de crise « canonique »). Les trois approches adoptées ici (au niveau macro et historique, centrée sur les seules périodes de crise, et enfin en recomposant la dynamique d’ensemble sur les deux dernières décennies) convergent pour montrer les principaux mécanismes en jeu. En premier lieu, une première surprise, on remarque que chaque crise ne ressemble à aucune autre, ni dans ses manifestations, ni dans son mode de dénouement. C’est surtout le cas de la crise en cours de la covid-19, qui se distingue à la fois par un choc d’une ampleur inégalée et, pour la première fois, par une destruction massive d’emplois, principalement informels. Ce retrait forcé du marché du travail se traduit par un effondrement des taux d’activité. Ex post, la chute de l’informel s’explique aisément par les mesures prises (confinement, possibilité de bénéficier de l’auxilio emergencial), mais il était difficile d’anticiper ce phénomène et en particulier son ampleur. En deuxième lieu, on constate que, depuis les années 2000, l’informel ne joue plus son rôle d’amortisseur en période de crise. Alors que cette propriété pouvait encore être observée au début des années 1980, elle s’est progressivement effacée au cours des années 1980 et 1990. Aujourd’hui, les principaux mécanismes d’ajustement sont la précarisation des emplois formels, le chômage et la flexion des taux d’activité. Les deux dernières modalités résultent de choix contraints et non volontaires des individus concernés : la régulation du marché du travail passe de plus en plus par l’exclusion d’une partie de la main-d’œuvre. En troisième lieu, on observe que les périodes de crise ne sont ni les seuls ni les meilleurs points d’observation pour comprendre les reconfigurations du marché du travail. Celles-ci peuvent aussi survenir dans les phases de croissance ou en réaction après les crises. Dans le cas brésilien, la principale transformation s’est manifestée lors des années PT par une amélioration généralisée des revenus et des conditions de travail, mais aussi par un processus majeur de formalisation des emplois, que la récession puis la stagnation des années ultérieures n’ont pas réussi à effacer. La réforme libérale de 2017, visant à flexibiliser le marché du travail, a failli à deux de ses principaux objectifs : elle n’a pas réussi à résorber le chômage de masse et elle s’est traduite par une reprise de l’informalisation.

79Comment expliquer ces transformations et, au premier chef, pourquoi l’informel ne joue-t-il plus son rôle d’amortisseur lors des crises ? Un premier facteur peut en être la cause : l’hétérogénéité structurelle de l’emploi informel, que l’on peut décomposer en emplois salariés informels dans le secteur formel et emplois indépendants informels. Si les seconds sont susceptibles de se développer durant les crises, en adoptant des stratégies de survie, les premiers constituent au contraire la principale variable d’ajustement, dont les entreprises cherchent à se défaire en premier. Leur évolution est donc procyclique. Ensuite, trois types d’arguments complémentaires peuvent être avancés, à titre de conjectures principalement, faute de données, pour comprendre cette capacité d’absorption limitée de l’informel au Brésil. Le premier repose sur le rôle déterminant des revenus formels dans la demande de produits informels et donc dans la création d’emplois informels. Le deuxième concerne l’évolution du mode et du type de consommation (produits formels et informels n’étant qu’imparfaitement substituables, la demande adressée aux entreprises formelles ne peut pas aisément être satisfaite par les entreprises informelles). Enfin, le troisième implique les individus qui n’arrivent pas à s’insérer sur le marché du travail et ne sont pas forcément prêts à exercer n’importe quelle activité informelle de survie (supposée sans barrière à l’entrée) s’ils peuvent être pris en charge par des proches ou bénéficier de transferts (familiaux ou institutionnels, mais aussi religieux, voire mafieux). Seules des analyses plus fouillées qui dépasseraient le cadre de cet article, combinant approches individuelles et approches ménages, permettraient de mieux comprendre le nouveau mode de régulation de l’emploi qui se dessine.

Haut de page

Bibliographie

Andrade Oliveira D. & M. Pochmann (dir.) (2020), A devastação do trabalho: a classe do labor na crise da pandemia, Brasília, Gráfica e Editora Positiva.

Araújo E., Bruno M. & D. Pimentel (2012), « Financialization against Industrialization: a regulationnist approach of the Brazilian Paradox », Revue de la régulation, no 11. DOI : https://doi.org/10.4000/regulation.9604

Boyer R. (dir.) (2012), Les capitalismes en Amérique latine. De l’économique au politique, in Revue de la régulation, no 11.

Boyer R. (2012), « Diversité et évolution des capitalismes en Amérique latine. De la régulation économique au politique », Revue de la régulation, no 11. DOI : https://doi.org/10.4000/regulation.9720

Cacciamali M. C. (1988), « Mudanças estruturais no produto e emprego no Brasil: 1950-85 », thèse d’habilitation à diriger des recherches, université de São Paulo.

Cacciamali M. C. (2001), « Informalidade, flexibilidade e desemprego : necessidade de regras e de políticas públicas para o mercado de trabalho e o exercício da cidadania », Revista GEOUSP, vol. 5, no 2, p. 77-90. DOI : https://doi.org/10.11606/issn.2179-0892.geousp.2001.123607

Carvalho S. S. de (2017), « Uma visão geral sobre a reforma trabalhista », Mercado de trabalho: conjuntura et análise, note technique, Instituto de Pesquisa Economica Aplicada (IPEA), no 63, p. 83-94.

Cling J.-P., Lagrée S., Razafindrakoto M. & F. Roubaud (dir.) (2015), The Informal Economy in Developing Countries, Londres et New York, Routledge.

Dedecca C. S. (1998), « O desemprego e seu diagnóstico hoje no Brasil », Brazilian Journal of Political Economy, vol. 18, no 1, p. 99-120. DOI: https://doi.org/10.1590/0101-31571998-1290

Dedecca C. S. (2005), « Notas sobre a evolução do mercado de trabalho no Brasil », Brazilian Journal of Political Economy, vol. 25, no 1, p. 113-130. DOI: https://doi.org/10.1590/0101-35172005-1640

Departamento intersindical de estatística e estudos socioeconômicos [DIEESE] (2017), Previdência: reformar para excluir? Contribuição técnica ao debate sobre a reforma da Previdência Social brasileira, Brasília, DIEESE et Associação Nacional dos Auditores Fiscais da Receita Federal do Brasil [ANFIP].

Dweck E., Rossi P. & A.-L. Matos de Oliveira (2020), Economia pós-pandemia: desmontando os mitos da austeridade fiscal e construindo um novo paradigma econômico no Brasil, São Paulo, Autonomia Literária.

Filgueiras L. (2006), História do Plano Real: fundamentos, impactos e contradições, São Paulo, Boitempo.

Gaulard M. & P. Salama (2020), L’économie de l’Amérique latine, Paris, Bréal.

Green J., Mitchell-Walthour G. & J. Moraes (2021), Recommendations on Brazil to President Biden and the New Administration, U.S. Network for Democracy in Brazil. DOI: https://www.democracybrazil.org/policy-paper-on-brazil [accessed on 04/02/2021]

Harris J. R. & M. P. Todaro (1970), « Migration, unemployment, and development: a two-sector analysis », American Economic Review, vol. 60, no 1, p. 126-142.

International Labour Organization [ILO] (2021), ILO Monitor: covid-19 and the world of work. Seventh edition: updated estimates and analysis, Genève, ILO.

Jaccoud L. (2018), « Démocratie, conflits redistributifs et réforme de la protection sociale au Brésil », Problèmes d’Amérique latine, no 111, p. 41-57. DOI : https://doi.org/10.3917/pal.111.0041

Jütting J. P. & J. R. de Laiglesia (dir.) (2009), Is Informal Normal? Towards more and better jobs in developing countries, Paris, Organisation for Economic Co-operation and Development [OECD] Development Centre.

Krein J. D. (2018), « O desmonte dos direitos, as novas configurações do trabalho e o esvaziamento da ação coletiva: consequências da reforma trabalhista », Tempo Social, vol. 30, no 1, p. 77-104. DOI : https://doi.org
/10.11606/0103-2070.ts.2018.138082

Lautier B. (2012), « La diversité des systèmes de protection sociale en Amérique latine. Une proposition de méthode d’analyse des configurations de droits sociaux », Revue de la régulation, no 11. DOI : https://doi.org/10.4000
/regulation.9636

Lautier B. (2013), « Sociologie de l’emploi, informalité des relations de travail et stratégies familiales en Amérique latine », Cahiers du genre, no 55, p. 199-217. DOI : https://doi.org/10.3917/cdge.055.0199

Lautier B., Marques-Pereira J. & P. Salama (2004), Régime de croissance, vulnérabilité financière et protection sociale en Amérique latine. Les conditions « macro » de l’efficacité de la lutte contre la pauvreté, Santiago, Comisión Económica para América Latina y el Caribe [CEPAL], « Financiamento del desarrollo », no 140.

Lewis W. A. (1954), « Economic development with unlimited supplies of labour », Manchester School, vol. 22, no 2, p. 139-191. DOI : https://doi.org
/10.1111/j.1467-9957.1954.tb00021.x

Moser C. (1978), « Informal sector or petty commodity production: dualism or dependence in urban development », World Development, no 6, p. 1041-1064. DOI : https://doi.org/10.1016/0305-750X(78)90062-1

Painceira J.-P. & A. Saludjian (2021), « Latin American international integration and global value chains. what changed after 2008 global financial crisis », in Levy-Orlik N., Bustamante-Torres J. & L.-P. Rochon (dir.), Capital Movements and Corporate Dominance in Latin America: reduced growth and increased instability, Cheltenham, Edward Elgar, « New Directions in Post-Keynesian Economics », p. 175-192.

Paiva P. de T. A. (1984), « Cinquenta anos de crescimento populacional e absorção de mão-de-obra no Brasil: de 1950 A 2000 », Belo Horizonte, Centro de Desenvolvimento e Planejamento Regional [Cedeplar], Universidade Federal de Minas Gerais, « Texto para discussão », no 19.

Pero V. (2012), « Bolsa Família : une nouvelle génération de programmes sociaux au Brésil », CERISCOPE Pauvreté [en ligne], 3 février. URL : http://ceriscope.sciences-po.fr/pauvrete/content/part4/bolsa-familia-une-nouv
elle-generation-de-programmes-sociaux-au-bresil
[consulté le 24/02/2022]

Perry G. E. & W. F Maloney (dir.) (2007), Informality: exit and exclusion, Washington D.C., The World Bank, « World Bank Latin American and Caribbean studies ».

Pinto E. C., Guedes Pinto J. P., Saludjian A., Nogueira I., Balanco P., Schonerwald C. & G. Baruco (2019), « A guerra de todos contra todos e a Lava Jato: a crise brasileira e a vitória do capitão Jair Bolsonaro », Revista da Sociedade Brasileira de Economia Política, vol. 54, p. 107-147.

Pochmann M. (2020), « Os trabalhadores na regressão neo-liberal », in Andrade Oliveira D. & M. Pochmann (dir.) (2020), A devastação do trabalho: a classe do labor na crise da pandemia, Brasília, Gráfica e Editora Positiva, p. 31-53.

Portes A., Castells M. & L. A. Benton (dir.) (1989), The Informal Economy: studies in advanced and less developed countries, Baltimore, The John Hopkins University Press.

Programa Regional del Empleo para América Latina y el Caribe [PREALC] (1987), Mercado de trabajo en cifras, Santiago, Oficina Internacional de Trabajo [OIT].

Razafindrakoto M., Roubaud F. & A. Saludjian (2021), « Dynamique de l’informalité et reconfigurations du marché du travail sur longue période au Brésil », document de travail 2021-03, équipe Développement, institutions, mondialisation [DIAL].

Roubaud F. (1995), La economía informal en México: de la esfera doméstica a la dinámica macroeconómica, Mexico, Fondo de Cultura Económica.

Roubaud F. & M. Razafindrakoto (2021), « Bolsonaro et la covid-19 au Brésil : réflexions autour d’un double paradoxe », Revue de la régulation, no 29. DOI : https://doi.org/10.4000/regulation.20124

Sabóia J. (1986), « Transformações no mercado de trabalho no Brasil durante a crise: 1980-1983 », Brazilian Journal of Political Economy, vol. 6, no 3, p. 82-106.

Sabóia J. (2014), « Baixo crescimento econômico e melhora do mercado de trabalho: como entender a aparente contradição?  », Estudos Avançados, vol. 28, no 81.

Salama P. (2019), « O Brasil em retrocesso? », Cadernos do Desenvolvimento, vol. 14, no 24, p. 177-203.

Salama P. (2020), Contagion virale, contagion économique, risques politiques en Amérique latine, Vulaines-sur-Seine, éditions du Croquant, « Dynamiques socio-économiques ».

Saludjian A. (2007), « Le régime d’accumulation dans le Cône Sud-Américain depuis les années 1990 », Revue de la régulation, no 1. DOI : https://doi.org
/10.4000/regulation.2162

Soto H. de (1994), L’autre sentier. La révolution informelle dans le tiers monde, trad. M. Couderc, Paris, La Découverte, « Textes à l’appui. Économie ».

Vidal Luna F. & H. S. Klein (2020), História social do Brasil moderno, São Paulo, Imprensa Oficial do Estado de São Paulo.

Haut de page

Annexe

Annexes

Tableau A1. Structure et évolution du marché du travail dans les crises des années 2000

2019-2020 2014-2016 2008-2009
Nombre (millions) % Nombre (millions) % Nombre (millions) %
2019 2020 Diff. Diff. 2014 2016 Diff. Diff. 2008 2009 Diff. Diff.
PAT (14 ans et plus) 171,6 175,1 3,5 2,1 % 161,1 165,7 4,6 2,9 % 148,0 150,6 2,6 1,7 %
Actifs 106,2 96,6 -9,6 -9,1 % 98,7 102,5 3,8 3,8 % 99,5 101,3 1,8 1,8 %
Actifs occupés 94,6 82,5 -12,1 -12,8 % 91,8 90,7 -1,2 -1,3 % 92,4 92,9 0,4 0,5 %
Formel (EF) 55,1 50,0 -5,1 -9,2 % 55,9 55,2 -0,6 -1,1 % 45,6 47,0 1,4 3,0 %
Informel (EI) 39,4 32,4 -7,0 -17,7 % 36,0 35,4 -0,5 -1,5 % 46,8 45,9 -0,9 -2,0 %
Taux informalité 41,7 % 39,3 % -2,4 ppt -5,7 % 39,2 % 39,1 % -0,1 ppt -0,2 % 50,6 % 49,4 % -1,2 ppt -2,5 %
Chômeurs 11,6 14,1 2,5 21,5 % 6,8 11,8 5,0 72,6 % 7,1 8,4 1,3 18,8 %
Taux chômage 0,1 % 0,1 % +3,6 ppt 32,7 % 6,9 % 11,5 % +4,6 ppt 66,2 % 7,1 % 8,3 % +1,2 ppt 16,7 %
Inactifs 65,4 78,6 13,2 20,1 % 55,6 54,3 -1,3 -2,4 % 48,5 49,3 0,8 1,6 %
Découragés 10,8 17,1 6,3 57,9 % 6,8 9,0 2,2 31,7 % n.d. n.d. n.d. n.d.

Note : Il y a une discontinuité méthodologique entre la PNAD et la PNAD-C. Cela pose des problèmes de comparaison, mais qui affectent surtout les totaux et non les structures. PAT : population en âge de travailler. Ppt : point de pourcentage.

Sources des données : Pesquisa Nacional por Amostra de Domicílios Contínua [PNAD-C] 2019-2020 et 2014-2016, Pesquisa Nacional por Amostra de Domicílios [PNAD] 2008-2009, Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística [IBGE] ; calculs et tableau : M. Razafindrakoto, F. Roubaud et A. Saludjian

 

Tableau A2. Ajustements sur le marché du travail : emploi, horaires et rémunération (%)

2019-2020 2014-2016 2008-2009
Totaux
Formel Informel Total Formel Informel Total Formel Informel Total
Emploi -9,2 -17,7 -12,8 -1,2 -1,5 -1,3 3,0 -2,0 +0,5
Heures -14,2 -21,5 -16,9 -2,6 -2,4 -2,8 n.d. n.d. n.d.
Rémunération réelle -14,3 -22,3 -15,9 +5,9 -1,3 +4,3 +4,3 -2,0 +2,4
Moyenne (pour ceux en emploi)
Formel Informel Total Formel Informel Total Formel Informel Total
Heures -5,6 -3,9 -4,6 -1,6 -1,3 -1,4 n.d. n.d. n.d.
Rémunération réelle -5,3 -5,6 -3,7 +7,1 +0,1 +5,5 +1,9 +0 +2,2
Rem. horaire réelle +0,3 -1,7 +0,9 +8,8 +1,4 +7,1 n.d. n.d. n.d.

Note : L’enquête PNAD pour les années 2008 et 2009 ne renseigne pas les horaires effectifs, mais seulement les horaires « normaux ».

Sources des données : Pesquisa Nacional por Amostra de Domicílios Contínua [PNAD-C] 2019-2020 et 2014-2016, Pesquisa Nacional por Amostra de Domicílios [PNAD] 2008-2009, Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística [IBGE] ; calculs et tableau : M. Razafindrakoto, F. Roubaud et A. Saludjian

 

Tableau A3. Formes d’emploi atypiques (%)

Formel Informel Total
2019-2020
2019 2020 2019 2020 2019 2020
Moins de 40 h/semaine 20,3 26,3 47,1 50,0 31,5 35,7
Inférieur au salaire minimum 4,8 9,5 50,0 60,2 23,7 29,4
Sous-emploi 2,0 2,3 14,5 15,7 7,2 7,5
2014-2016
2014 2016 2014 2016 2014 2016
Moins de 40 h/semaine 19,7 18,6 46,6 44,7 30,3 28,8
Inférieur au salaire minimum 4,7 5,4 50,4 52,6 22,6 23,8
Sous-emploi 1,6 1,5 11,3 11,7 5,4 5,5
2008-2009
2008 2009 2008 2009 2008 2009
Inférieur au salaire minimum 3,4 3,9 55,7 56,4 29,8 29,8

Note : la PNAD ne mesure que les horaires habituels et non les horaires effectifs.

Sources des données : Pesquisa Nacional por Amostra de Domicílios Contínua [PNAD-C] 2019-2020 et 2014-2016, Pesquisa Nacional por Amostra de Domicílios [PNAD] 2008-2009, Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística [IBGE] ; calculs et tableau : M. Razafindrakoto, F. Roubaud et A. Saludjian

Graphique A1. Taux de croissance du PIB et évolution du commerce extérieur

Graphique A1. Taux de croissance du PIB et évolution du commerce extérieur

Note : PIB/t = PIB par tête

Sources des données : Word Development Indicators, Banque mondiale ; graphique : M. Razafindrakoto, F. Roubaud et A. Saludjian

Graphique A2. Dynamique de l’emploi, du chômage et de l’informalité par catégorie sociodémographique (2019-2020)

Graphique A2. Dynamique de l’emploi, du chômage et de l’informalité par catégorie sociodémographique (2019-2020)

Sources des données : Pesquisa Nacional por Amostra de Domicílios Contínua [PNAD-C] 2019-2020, Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística [IBGE] ; calculs et graphique : M. Razafindrakoto, F. Roubaud et A. Saludjian

Graphique A3. Durée des emplois et taux de rotation

Graphique A3. Durée des emplois et taux de rotation

Notes : Le taux de rotation (ou turnover) est calculé de deux manières : soit en calculant le ratio (nombre d’emplois + minimum(nombre de départs ; nombre d’arrivées))/nombre moyen d’emplois sur la période, indicateur qui considère une forme d’excédent (Saboia, 1986), ratio que nous avons dénommé ici « taux de rotation » ; soit, plus simplement, de façon classique en retenant le ratio (nombre de départs + nombre d’arrivées)/(2 × nombre d’emplois en début de période), ratio que nous avons dénommé ici « turnover ».

Sources des données : Cadastro Geral de Empregados e Desempregados [CAGED] et Relação Anual de Informações Sociais [RAIS] ; calculs et graphique : M. Razafindrakoto, F. Roubaud et A. Saludjian

Graphique A4. Sous-occupation de la main-d’œuvre (stock)

Graphique A4. Sous-occupation de la main-d’œuvre (stock)

Notes : Les catégories dans les graphiques sont définies suivant les critères de l’IBGE. Total sous-utilisation = sous-emploi + chômeurs + force de travail potentielle.

Sources : Pesquisa Nacional por Amostra de Domicílios Contínua [PNAD-C], Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística [IBGE] ; calculs des auteurs

Haut de page

Notes

1 L’économie informelle regroupe à la fois le secteur informel (les unités de production non enregistrées) et les emplois informels (non protégés), qui peuvent être dans le secteur informel ou formel.

2 Cette approche est également identifiée sous la dénomination « légaliste » ou « orthodoxe ».

3 Voir Razafindrakoto, Roubaud & Saludjian (2021), qui présente de manière détaillée l’approche méthodologique adoptée.

4 Voir Graphique A1 en annexe.

5 Tripé macroeconômico (cadre macroéconomique basé sur trois éléments) : cible d’inflation par la Banque centrale, taux de change flexible et rigueur fiscale génératrice d’excédents primaires (Araújo, Bruno & Pimentel, 2012).

6 Bruno Lautier, Jaime Marques-Pereira et Pierre Salama (2004) notent que « le principe mutualiste-universaliste ainsi défini n’oriente pas seulement les systèmes européens de protection, puisqu’il est explicitement à la base de la partie de la constitution brésilienne de 1988 concernant la protection sociale ».

7 BPC, Benefício de prestação continuada (bénéfice de prestation continue), pour les personnes sans ressources et handicapées, soit 4,5 millions de personnes en 2017.

8 Vision également défendue par Fernando Henrique Cardoso, ministre de l’économie puis président de 1994 à 2002.

9 Retraite au niveau du salaire minimum pour les travailleurs ruraux, même sans avoir contribué au cours de leur vie active, qui profitait à 9 millions de personnes en 2017.

10 Teto dos Gastos, Modification constitutionnelle no 95, sous la présidence de Michel Temer (2016-2018), qui a gelé le montant des dépenses publiques en volume pour 20 ans (Jaccoud, 2018).

11 Mesure provisoire no 665 publiée le 30 décembre 2014 par Dilma Rousseff (deux jours avant la fin de son premier mandat) doublant notamment le temps minimum de travail de 6 mois à 12 mois pour pouvoir prétendre à l’assurance chômage (faible et pour une courte durée).

12 Loi 13.467/2017 qui altère 201 points de la CLT et loi 13.429/2017 qui libéralise la sous-traitance (terciarização) et étend le contrat temporaire (Krein, 2018). Cette réforme a été créée sans légitimité politique (après le coup d’État parlementaire), mais avec un fort appui des organisations patronales et des partis « physiologistes » du Centrão (partis politiques sans ligne politique claire et disposés à monnayer leur appui politique au plus offrant).

13 Les contrats temporaires, à temps partiel, intermittents, les contrats 270 jours par an et les « contrats déguisés » passés avec le statut de travailleur autonome sans avoir les droits liés à la CLT, même en cas d’employeur unique et de travail continu.

14 Phrase prononcée par J. Bolsonaro lors d’une entrevue à la radio en 2018. Jovem Pan (2018), « Bolsonaro sobre futuro trabalhista: “menos direito e emprego ou todos os direitos e desemprego” », Jovem Pan, 5 mai. URL : https://jovempan.com.br/programas/jornal-jovem-pan/bolsonaro-sobre-futuro-trabalhista-menos-direito-e-emprego-ou-todos-os-direitos-e-desemprego.html. Bolsonaro a mobilisé son équipe économique pour qu’elle limite les activités des syndicats, en compliquant la captation des cotisations des syndiqués et en menaçant d’associer les grèves et manifestations à des activités illégales (U.S. Network for Democracy in Brazil, 2021).

15 Le changement de l’enquête-source (de la PNAD à la PNAD-C) ne permet pas de raccorder parfaitement les séries et par là de savoir si le décrochage est dû à des changements méthodologiques ou à des phénomènes réels.

16 Voir encadré méthodologique (Razafindrakoto, Roubaud & Saludjian, 2021).

17 Voir le document de travail de Razafindrakoto, Roubaud & Saludjian (2021) pour plus de détails sur les données mobilisées.

18 Soit les dernières données disponibles au moment de la rédaction de cet article. Le point bas de la crise se situe au deuxième trimestre 2020 (-11 % entre le quatrième trimestre 2019 et le deuxième trimestre 2020), suivi d’un début de récupération. Du point de vue annuel, le PIB a baissé de 4,1 % en 2020, soit une chute similaire à celle de nos analyses.

19 Sachant que la crise de 2014-2016 était déjà qualifiée de plus grande crise jamais connue par le Brésil, tout comme celle de 2008-2009 à l’échelle internationale (depuis la crise des années 1930).

20 Le nombre d’emplois perdus est en fait plus important, puisqu’il faut tenir compte de ceux qui auraient été créés en période normale (maintien des taux d’emploi).

21 Les Nordestins sont les habitants de la région la plus pauvre du Brésil, située au nord-est (Nordeste en portugais).

22 Remonter plus avant dans le temps (années 1980 et 1990) n’est pas possible dans le cadre de cet article, faute de données accessibles.

23 Ces données incluent les patrons et leurs salariés, mais n’incluent pas les travailleurs à leur propre compte.

24 On assiste en fait à une attitude attentiste du côté des entreprises, attitude renforcée par le contexte politique de la période (avec le lava-jato et le climat de défiance entretenu par les médias).

25 Voir Razafindrakoto, Roubaud & Saludjian (2021) pour plus de détails sur les caractéristiques des emplois formels.

26 Pour pouvoir véritablement les qualifier de sous-emploi, il faudrait savoir si les personnes concernées souhaitent travailler plus d’heures ou non, information qui n’est pas collectée par la CAGED.

27 La catégorie des travailleurs à compte propre est composée à hauteur de 80 % environ d’informels.

28 Ces données sont fournies par le site du gouvernement fédéral. URL : https://www.gov.br/empresas-e-negocios/pt-br/empreendedor

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Dynamique macroéconomique et changements structurels (1970-2020)
Légende Notes : VA = valeur ajoutée ; les zones grisées correspondent aux périodes de crise (du PIB par tête)
Crédits Source des données : Word Development Indicators, Banque mondiale ; graphique : M. Razafindrakoto, F. Roubaud et A. Saludjian
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/21613/img-1.png
Fichier image/png, 269k
Titre Graphique 2. Emploi, chômage, informalité et rémunération sur longue période
Légende Notes : Les zones grisées correspondent aux périodes de crise (baisse du PIB par tête). Les variables disponibles dans la PNAD ne permettent pas de calculer le taux d’informalité avant 2005. La variable « proxy » est ainsi calculée en considérant les salariés sans carteira assinada et les travailleurs à leur propre compte (sachant que ces derniers ne sont pas tous dans le domaine informel)
Crédits Sources des données : Pesquisa Nacional por Amostra de Domicílios [PNAD], Pesquisa Nacional por Amostra de Domicílios Contínua [PNAD-C] et diverses publications, Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística [IBGE] ; calculs et graphique : M. Razafindrakoto, F. Roubaud et A. Saludjian
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/21613/img-2.png
Fichier image/png, 219k
Titre Graphique 3. Contribution de chaque type de statut aux évolutions du marché du travail
Légende Notes : PAO = population active occupée
Crédits Sources des données : Pesquisa Nacional por Amostra de Domicílios [PNAD] et Pesquisa Nacional por Amostra de Domicílios Contínua [PNAD-C] ; calculs et graphique : M. Razafindrakoto, F. Roubaud et A. Saludjian
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/21613/img-3.png
Fichier image/png, 164k
Titre Graphique 4. Évolution des rémunérations réelles des différents types d’emplois
Crédits Sources des données : Pesquisa Mensal de Emprego [PME] et Pesquisa Nacional por Amostra de Domicílios Contínua [PNAD-C], Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística [IBGE] ; calculs et graphique : M. Razafindrakoto, F. Roubaud et A. Saludjian
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/21613/img-4.png
Fichier image/png, 253k
Titre Graphique A1. Taux de croissance du PIB et évolution du commerce extérieur
Légende Note : PIB/t = PIB par tête
Crédits Sources des données : Word Development Indicators, Banque mondiale ; graphique : M. Razafindrakoto, F. Roubaud et A. Saludjian
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/21613/img-5.png
Fichier image/png, 279k
Titre Graphique A2. Dynamique de l’emploi, du chômage et de l’informalité par catégorie sociodémographique (2019-2020)
Crédits Sources des données : Pesquisa Nacional por Amostra de Domicílios Contínua [PNAD-C] 2019-2020, Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística [IBGE] ; calculs et graphique : M. Razafindrakoto, F. Roubaud et A. Saludjian
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/21613/img-6.png
Fichier image/png, 154k
Titre Graphique A3. Durée des emplois et taux de rotation
Légende Notes : Le taux de rotation (ou turnover) est calculé de deux manières : soit en calculant le ratio (nombre d’emplois + minimum(nombre de départs ; nombre d’arrivées))/nombre moyen d’emplois sur la période, indicateur qui considère une forme d’excédent (Saboia, 1986), ratio que nous avons dénommé ici « taux de rotation » ; soit, plus simplement, de façon classique en retenant le ratio (nombre de départs + nombre d’arrivées)/(2 × nombre d’emplois en début de période), ratio que nous avons dénommé ici « turnover ».
Crédits Sources des données : Cadastro Geral de Empregados e Desempregados [CAGED] et Relação Anual de Informações Sociais [RAIS] ; calculs et graphique : M. Razafindrakoto, F. Roubaud et A. Saludjian
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/21613/img-7.png
Fichier image/png, 191k
Titre Graphique A4. Sous-occupation de la main-d’œuvre (stock)
Légende Notes : Les catégories dans les graphiques sont définies suivant les critères de l’IBGE. Total sous-utilisation = sous-emploi + chômeurs + force de travail potentielle.
Crédits Sources : Pesquisa Nacional por Amostra de Domicílios Contínua [PNAD-C], Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística [IBGE] ; calculs des auteurs
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/21613/img-8.png
Fichier image/png, 117k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mireille Razafindrakoto, François Roubaud et Alexis Saludjian, « Crises, informalité et reconfigurations du marché du travail : quatre décennies de bouleversements économiques au Brésil »Revue de la régulation [En ligne], 33 | 2nd semestre | Autumn 2022, mis en ligne le 15 décembre 2022, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/regulation/21613 ; DOI : https://doi.org/10.4000/regulation.21613

Haut de page

Auteurs

Mireille Razafindrakoto

Directrice de recherche, économiste et statisticienne, Institut de recherche pour le développement [IRD], membre Laboratoire d’économie de Dauphine [LEDa], équipe Développement, institutions et mondialisation [DIAL], chercheuse invitée à l’Institut d’économie de l’Universidade Federal do Rio de Janeiro [UFRJ] ; 4, rue d’Enghien75010 Paris ; ORCID 0000-0002-6797-3021

Articles du même auteur

François Roubaud

Directeur de recherche, économiste et statisticien, Institut de recherche pour le développement [IRD], membre Laboratoire d’économie de Dauphine [LEDa], équipe Développement, institutions et mondialisation [DIAL], chercheur invité à l’Institut d’économie de l’Universidade Federal do Rio de Janeiro [UFRJ] ; 4, rue d’Enghien75010 Paris ; ORCID 0000-0003-2234-5256

Articles du même auteur

Alexis Saludjian

Professeur, économiste, Institut d’économie l’Universidade Federal do Rio de Janeiro [UFRJ] ; ORCID 0000-0001-6115-1417

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search