Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33 | 2nd semestreDossier « Analyser les transforma...Les transformations de l’Amérique...

Dossier « Analyser les transformations de l’Amérique latine »

Les transformations de l’Amérique Latine : nouvelle dépendance ou possible bifurcation ?

Introduction au dossier
The transformations of Latin America: new dependence or possible bifurcation? Introduction to the issue
Las transformaciones de América Latina: nueva dependencia o posible bifurcación. Introducción al tema
Robert Boyer et Julio César Neffa

Texte intégral

1Déjà en 2012, un numéro spécial de la revue avait été consacré à l’analyse des dynamiques économiques et politiques des pays d’Amérique latine. Les divers articles témoignaient des principaux résultats de l’approche de la régulation appliquée au continent latino-américain. L’un de ceux-ci mettait en évidence le fait que la proximité géographique n’implique pas la convergence des modes de développement, entendus comme conjonction d’un mode de régulation et d’un régime d’accumulation. Ces différences ne tenaient pas seulement au type de spécialisation économique, qui s’échelonne de régimes rentiers purs (Venezuela) à d’autres, caractérisés par la tentative d’insertion dans les chaînes de valeurs globales (Mexique). En fait, la seconde variable discriminante n’était autre que la nature du compromis institutionnel fondateur qui façonne la hiérarchie des formes institutionnelles et, par voie de conséquence, la nature du mode de développement. C’était souligner l’importance des processus qui assurent la médiation entre la société et la sphère politique. Ces derniers façonnent les trajectoires nationales qui dérivent d’interactions spécifiques entre dynamique économique, transformation des sociétés et stratégies politiques.

2Le présent dossier thématique de la Revue de la régulation traite plus particulièrement des transformations intervenues depuis les années 2000. Il cherche à rendre compte des changements politiques observés au cours de cette période, en particulier du rééquilibrage en direction de gouvernements qui cherchent à s’affranchir de la pure logique néolibérale. En effet, des politiques conformes au consensus de Washington ont évité la répétition des crises passées, mais n’ont pas plus stimulé le développement que la croissance. Plus fondamentalement, nous pouvons nous demander si les mêmes compromis institutionnalisés continuent-ils à prévaloir ou de nouveaux émergent-ils ? Quelles sont les politiques suivies et parviennent-elles à surmonter les limites rencontrées par le passé ? La grande question qui parcourt l’ensemble des textes est aussi simple que redoutable : les gouvernements contemporains explorent-ils une sortie de la malédiction des régimes rentiers centrés sur l’exportation de ressources naturelles et/ou produits agricoles, de longue date analysée par Raúl Prebisch (2012 [1950]) ?

Les politiques économiques n’ont pas pu surmonter l’incohérence du mode de développement de la plupart des pays

3De longue date, les recherches inspirées par les approches de la régulation ont souligné un résultat majeur : il n’existe pas de politique économique s’imposant en tout temps et tout lieu (Boyer, 2018). D’une part, à chaque mode de développement correspondent un style et des instruments particuliers de la politique économique. Ainsi, l’application massive du consensus de Washington n’a absolument pas livré les résultats attendus dans les pays d’Amérique latine, car elle n’a pas surmonté la faiblesse structurelle de ses structures productives (Hausmann, 2012). D’autre part, il est deux composantes de ces politiques. La plupart de celles-ci s’attachent à la gestion du court terme, en particulier à travers la stabilisation de l’activité économique. Par contre, à certains moments critiques, les stratégies gouvernementales s’avèrent transformatrices, et parfois fondatrices, d’un nouveau mode de développement. Quelles sont les leçons des décennies 2000 et 2010 ?

4Suffirait-il de s’insérer dans les chaînes de valeur industrielles internationales pour surmonter la malédiction des régimes rentiers ? La trajectoire du Mexique est éclairante à ce titre. Le choix, fait à partir des années 1990, d’une articulation avec l’économie des États-Unis a, certes, affecté la géographie économique, mais l’insertion dans les relations internationales a transformé le type de dépendance, sans en atténuer l’intensité, par exemple, en matière de salaires bas et flexibles. De ce fait, au-delà des intentions affichées, la quatrième transformation recherchée par le président López Obrador correspond à un dépérissement de l’intermédiation opérée par les institutions, favorisant ainsi l’approfondissement des logiques libérales qui avaient marqué les décennies précédentes, comme le montrent les analyses de Max-Amaury Bertoli, Solène Morvant-Roux et Ilán Bizberg. De façon plus précise, celles-ci montrent comment les transferts monétaires en direction des plus pauvres sont en fait les auxiliaires d’une politique clientéliste qui remet en cause les mécanismes de redistribution antérieurs, qui ne permettaient pas l’expression d’une allégeance directe au pouvoir politique en place.

5Les modes de développement « hybrides », qui tentent de rendre compatibles des logiques contrastées, hypothèquent l’efficacité des politiques économiques qui ne parviennent pas à restaurer la cohérence d’une architecture des formes institutionnelles. L’évolution du Brésil depuis 2000 en est exemplaire. En effet, les gouvernements successifs ont été tiraillés entre, d’une part, la conversion des rentes tirées de l’exploitation des ressources naturelles en un soutien à la consommation domestique, et, d’autre part, la satisfaction des exigences des marchés financiers, qui au contraire consolide la position et le statut des classes moyennes et supérieures, thème que développent Miguel Bruno et Denise Gentil dans leur article. À nouveau, on constate que les mécanismes de transferts monétaires, au demeurant de taille relativement modeste, ne parviennent pas à faire advenir un régime socioéconomique tiré par la demande interne. L’enseignement est important pour l’Amérique latine, puisque le Brésil était le mieux placé pour s’affranchir de la dépendance structurelle qui pèse de longue date sur la région. L’Argentine est exemplaire à ce titre, puisque, depuis 1976, le conflit entre logique rentière et développement industriel se manifeste par des crises récurrentes qui ne débouchent sur aucun régime viable (Neffa & Ludmer, 2023).

6À partir des années 1990, l’Amérique latine a servi de terreau à l’émergence d’une nouvelle doxa en matière de lutte contre la pauvreté : les transferts monétaires conditionnels sont apparus comme un instrument à vocation universelle. L’expérience de la Colombie explicite l’écart béant entre les justifications des théoriciens de cette politique et la réalité des conséquences. En effet, l’hétérogénéité des récipiendaires, selon qu’ils sont de longue date des pauvres urbains ou partie des populations déplacées du fait de la guerre, selon leur perception de la monnaie et du rôle de l’État, implique des effets contrastés des transferts monétaires. Ils peuvent même être considérés comme injustifiés par une partie de la population pauvre. Apparaît ainsi un problème majeur, celui de l’écart entre les représentations savantes des théoriciens du développement et celles des acteurs en vertu desquelles les bénéficiaires réagissent à l’instauration de programmes de transferts monétaires conditionnels. Les mécanismes que postulent les premiers sont rarement présents, au profit d’autres qui ont pour conséquence de rendre quelque peu inefficaces les dispositifs de lutte contre la pauvreté. C’est tout l’intérêt de l’article de Leidy Yolanda González García : c’est une invitation à une approche des politiques du développement par le bas et non plus par le haut (Hibou & Samuel, 2011).

7Les spécificités des sociétés latino-américaines appellent donc à une refonte des cadres théoriques, qui ne seront pas nécessairement ceux qui ont été mobilisés par les pays de vieille industrialisation. C’est sans doute la Bolivie qui est le terrain d’expérimentation le plus avancé, puisque des gouvernements progressistes ont proposé un mode de développement original fondé sur des communautés autochtones bâties sur la coopération et non pas la concurrence, tout en respectant la nature, conçue comme partie intégrante de la société. Cette conception a été appliquée à la gestion de l’eau par des coopératives mobilisant la solidarité et la participation citoyenne. Or, au fil du temps, les formes centralisées et capitalistes de gestion de l’eau semblent l’avoir emporté sur une organisation coopérative de l’économie (Poupeau, 2021). De tels échecs sont lourds de conséquences puisqu’ils impliquent que la forme marchande, et même capitaliste, finit par dominer l’économie sociale et solidaire, soit une voie originale vers le développement humain.

Un enseignement émerge du présent dossier : au cours des deux dernières décennies, aucun des pays de l’Amérique latine ne semble avoir fait émerger un mode de développement viable.

La persistante diversité des régimes de croissance et des coalitions politiques

8Une large part de la littérature s’accorde sur la spécificité du continent sud-américain, par rapport à l’Asie, par exemple : importance du travail informel, persistance de fortes inégalités, hétérogénéité des structures productives source de faible productivité, autonomie limitée des politiques économiques par rapport au contexte international… (Cimoli et al., 2020). Pour autant, les divers pays sont-ils caractérisés par un même mode de développement ? L’approche comparative internationale de Nikolas Passos et Guilherme Spinato Morlin apporte de nouveaux arguments en faveur de la persistante hétérogénéité des dynamiques économiques de l’Amérique latine. Dans le prolongement de la taxonomie proposée par Ilán Bizberg (2019), ils proposent un double critère concernant d’une part la spécialisation économique (rentière ou diversifiée), d’autre part l’orientation des politiques économiques (d’inspiration néolibérale ou impliquées dans une redistribution du revenu). Cette classification a pour intérêt de montrer qu’une même spécialisation rentière est associée à des politiques opposées au Chili et en Bolivie et que, de même, une diversification productive, en direction des produits industriels, peut s’accompagner soit de politiques néolibérales (au Mexique), soit de gouvernements interventionnistes comme au Brésil et en Argentine.

9Les auteurs s’inscrivent dans le courant post-keynésien et propose une analyse empirique du régime de demande, composante déterminante du régime de croissance ; concepts différents, donc, de ceux proposés par l’approche de la régulation. Il ressort que les impulsions respectives des exportations, de la dépense publique ou encore de la consommation financée par le crédit diffèrent selon les pays. Trois résultats méritent attention. D’abord, on peut lire que durant la période 1996-2013, Argentine et Brésil ont un régime de croissance hybride combinant exportations et dynamique du marché interne, alors que Bolivie, Chili et Mexique sont de typiques configurations rentières. Ensuite, il apparaît que l’année 2014 marque une rupture pour la presque totalité des pays examinés : l’Argentine et le Brésil entrent dans une phase de stagnation, alors que le rôle de l’État devient déterminant en Bolivie et au Chili. Enfin, on apprend que le Mexique fait exception par la remarquable continuité de sa politique économique, sans doute parce qu’une plus grande diversification productive limite l’impact du brutal retournement du volume et des prix des marchés mondiaux de ressources naturelles et de produits agricoles.

10Au passage, Nikolas Passos et Guilherme Spinato Morlin esquissent une corrélation entre les coalitions politiques et les régimes de demande. Ils confirment nombre de résultats de recherches antérieures. Ainsi se trouve conforté l’adage selon lequel l’appartenance à un même continent n’implique pas la convergence des dynamiques économiques, soit une confirmation avec les recherches menées sur l’Union européenne et le Sud-Est asiatique (Boyer et al., 2018).

Histoire longue et comparaisons internationales : une meilleure compréhension du travail informel

11On l’a déjà souligné, l’importance et la persistance du travail informel posent question à l’approche de la régulation, car la notion de rapport salarial insiste sur l’institutionnalisation de la relation de travail à l’issue de luttes sociales des salariés, de sorte que le travail informel ne joue qu’un rôle secondaire, comme évasion par rapport au cadre juridique en vigueur, le plus souvent à vocation universelle. L’analyse du travail informel au Brésil, sur plus de quatre décennies, permet à Mireille Razafindrakoto, François Roubaud et Alexis Saludjian d’avancer d’intéressantes hypothèses en vue d’une extension de l’approche à des sociétés dans lesquelles l’informalité est la relation de travail dominante. Les auteurs montrent d’abord qu’est devenue inopérante la vieille théorie « à la Lewis » selon laquelle le travail informel sert de variable d’ajustement à la conjoncture et devrait progressivement se résorber avec l’essor d’un secteur moderne plus productif. Cette vision n’est, au mieux, pertinente que pour les deux décennies postérieures à la seconde guerre mondiale. Les reconfigurations du marché du travail, conséquences des politiques menées par les présidents Fernando Henrique Cardoso puis Luiz Inácio Lula da Silva, ont progressivement réduit la part du travail informel, même s’il demeure essentiel. Tel est le résultat d’un impressionnant travail d’« archéologie statistique », pour reprendre l’expression des auteurs. En croisant diverses enquêtes et sources, les auteurs montrent que le rôle d’amortisseur du travail informel est supplanté à partir des années 1990 par des processus d’exclusion multiformes faisant intervenir divers types de travail informel, emploi formel et chômage. La pertinence des catégories habituelles s’estompe et la tendance est à la précarisation du statut d’une partie des travailleurs. La période de forte croissance des années 2000 apparaît rétrospectivement comme transformatrice, au point de changer le monde du travail et susciter un retour tant sur le concept de travail informel que la mesure de ses diverses composantes (BIT, 2013).

12Ces résultats soulèvent deux perspectives de recherche. D’une part, ne faut-il pas remplacer la notion de rapport salarial par celle de rapport social de travail ou rapport d’activité, rejoignant ainsi une proposition des chercheurs régulationnistes qui se sont intéressés à l’agriculture, secteur dans lequel le salariat est minoritaire et coexistent nombre de statuts du travail (Girard et al., 2022 ; Magnan & Laurent, 2023). D’autre part, ne faut-il pas récuser le mythe d’un travail informel dénué de toute organisation sociale ou règle ? En effet, les recherches sur la mondialisation par le bas ont par exemple montré qu’au Mexique le travail informel était encadré et organisé, tout à fait indépendamment de la codification du travail formel (Alba Vega, Ribeiro & Mathews, 2015). Les relations de pouvoir y sont présentes, méritent analyse et incorporation dans les notions de base de l’approche de la régulation.

Les crises se répètent, mais pas à l’identique

13La littérature considère conventionnellement qu’une crise économique se caractérise par l’ampleur de la chute du PIB et une crise financière par le renversement brutal et profond des cours boursiers. Pour leur part, les approches de la régulation les distinguent par référence à des critères qualitatifs : est-ce la conséquence d’un choc qualifié d’externe ou l’expression d’un mode de régulation ou bien, a contrario, la crise pointe-t-elle les limites d’un régime d’accumulation et par voie de conséquence d’un mode de développement ? Ces diverses crises sont l’expression de la configuration de l’économie. Cette hypothèse permet de caractériser les crises latino-américaines.

14Il s’agit là d’un autre apport de l’article « Crises, informalité et reconfigurations sur le marché du travail ». Faut-il le rappeler, au Brésil, la première grande crise est celle des modes de développement autocentrés formés en réponse à l’effondrement des relations internationales de l’entre-deux-guerres. Selon les pays, elle intervient entre 1970 et 1980. Pour leur part, les auteurs se concentrent sur les trois crises du xxie siècle :

  • La première est la répercussion de la grande crise financière américaine puis internationale de 2007. Les gouvernements latino-américains ont appris à maîtriser la dépense publique et la politique monétaire. Cependant, leurs économies entrent en récession, car s’inversent les flux de capitaux en direction des États-Unis. Ces récessions sont l’expression de la dépendance financière de l’Amérique latine, due à l’incapacité des pays à s’endetter dans leur propre monnaie. Le marché du travail traverse la période sans grand déséquilibre, car l’emploi informel joue son rôle d’amortisseur.
  • La seconde, qui se manifeste à partir de 2014, trouve son origine dans le caractère déséquilibré d’un mode de développement tiré par l’exportation de ressources naturelles et de produits agricoles. Le retournement de la conjoncture est lié à l’effondrement de la demande mondiale qui leur est adressée et la chute brutale des termes de l’échange. C’est la conséquence d’un mode de régulation incapable de faire face à l’instabilité internationale. Sur le marché du travail, l’originalité de la situation tient alors au fait que l’emploi informel croît alors que l’emploi formel décroît. On peut y voir l’effet des transformations intervenues en matière de formalisation de l’emploi et d’avancées quant à la couverture sociale.
  • La pandémie du covid est d’une tout autre nature. Les mesures de confinement, ou tout simplement la crainte de contagion, pèsent lourdement sur la possibilité d’emploi informel, qui se contracte encore plus fortement que l’emploi formel. En effet, il ne s’agit pas de la transmission internationale d’une crise par la finance puis par l’économie, mais de mesures tentant d’arbitrer entre maintien d’activités économiques essentielles et limitation de la mortalité. La pandémie passe au crible les faiblesses du régime économique et du système politique.

15D’autres contributeurs au présent numéro (Nikolas Passos et Guilherme Spinato Morlin, Marcelo Soares Bandeira et Diogo Oliveira Santos, ainsi que Miguel Bruno et Denise Gentil) s’accordent pour faire de 2014 une date clé, car elle marque l’entrée en crise de régimes d’accumulation combinant extractivisme et financiarisation. Ainsi, l’Amérique latine continue à être le laboratoire des crises économiques, financières, mais aussi politiques. En effet, l’arrivée aux limites de ce mode de développement débouche sur les mouvements sociaux qui, dans nombre de cas, ont suscité l’arrivée au pouvoir de gouvernements se présentant comme progressistes : par exemple en Bolivie, en Argentine, au Chili, au Pérou et en 2022 au Brésil, lors de la seconde élection de Lula à la présidence. Comme le souligne dans son entretien Carlos Ominami, dans quelle mesure ces nouveaux gouvernements peuvent-ils changer la donne ? C’est ce qu’examine plus particulièrement la dernière section de cette introduction.

Le rôle des banques centrales : idées dominantes, instruments et gouvernabilité

16L’article de Jaime Marques Pereira, Miguel Bruno et Stéphane Longuet propose une interprétation de la dynamique économique brésilienne à partir de la configuration originale que parvient à trouver et maintenir la banque centrale. Les auteurs soulignent l’incompatibilité entre une soumission à la logique financière et une redistribution de revenus en faveur de la demande interne. Un régime de connaissance devient la référence dominante de la politique économique et se convertit en une série d’instruments permettant de piloter la politique monétaire dans le respect de trois objectifs : une cible d’inflation, un surplus du budget et un taux de change flexible. À l’issue d’un processus de tâtonnement, la reconnaissance de ces instruments s’impose, sans que soit nécessaire l’expression du pouvoir de la coalition politique. Les auteurs entendent donc marier approches de la régulation et théorie de la gouvernementalité telle que formulée par Michel Foucault. C’est une façon originale de combiner relations de pouvoir, représentations dominantes et construction d’instruments de pilotage, dont la conjonction caractérise tant le succès du néo-développementisme que d’une approche dominée par le néolibéralisme. Néanmoins, à moyen et long termes, resurgissent les contradictions qu’une forme de domination a permis de contenir. En effet, la domination de la financiarisation finit par empêcher qu’une politique de redistribution porte ses fruits, sans oublier que la croissance de type rentier, tirée par les exportations de ressources naturelles et de produits agricoles, accélère le sous-investissement dans l’industrie, ce qui compromet la viabilité d’une croissance tirée par la consommation interne.

Régimes d’accumulation et blocs hégémoniques

17L’article de Marcelo Soares Bandeira et Diogo Oliveira Santos propose une mise en perspective de la succession des régimes d’accumulation et des blocs politiques qui les ont soutenus au Brésil. Le panorama de la transformation des formes institutionnelles débouche sur une analyse statistique du basculement d’un régime à sa crise. Les auteurs soulignent le renforcement, au cours des deux dernières décennies, de la dépendance du Brésil au régime monétaire dominé par le dollar, au point d’impliquer une hiérarchie par rapport aux formes institutionnelles que sont le rapport salarial, la concurrence et les relations État/économie. Ainsi s’aggrave la tension que la conjonction d’une logique « extractiviste » et de la financiarisation fait peser sur la viabilité du régime d’accumulation. Ces mouvements économiques se répercutent dans la sphère politique et précipitent la brutale remise en cause de la stratégie du président Lula.

18L’entretien avec Carlos Ominami complète le présent dossier. Son point de départ est une réflexion sur la trajectoire chilienne : comment expliquer que le mode de développement institué par la mise en œuvre des idées de l’école de Chicago ait duré aussi longtemps ? Le basculement de ce dernier tient d’abord au fait que le régime de croissance antérieur tourné vers l’économie domestique n’était plus viable ; mais la durée de la dictature a un impact à long terme sur la formation des conceptions et des aspirations de la population, car l’individualisme devient la norme et rend difficile une transformation progressive. Ex post, après plusieurs décennies, cette révolution capitaliste a porté ses fruits car elle finit par faire progresser le niveau de vie de la population, mais de façon très hétérogène car les inégalités s’accentuent. C’est donc un phénomène d’inculcation de l’effort individuel et des vertus de l’entreprise qui se prolonge jusque dans la période de la transition à la démocratie. Pourtant, les difficultés d’accès à l’éducation et à la santé et leur marchandisation finissent par générer un mouvement social de grande ampleur, qui aboutit à une nouvelle constitution et finalement à l’élection d’un président progressiste. Explorer ces interactions entre idéologie, relations de pouvoir et dynamique économique constitue donc un chantier prometteur mais difficile pour les approches de la régulation.

Anciennes et nouvelles dépendances : une fatalité ?

19En premier lieu, il importe de s’interroger sur les facteurs qui, en longue période, ont façonné les sociétés latino-américaines contemporaines. Il est remarquable que ce continent soit celui qui ait vu naître une théorie originale de la dépendance. Celle-ci est fondée non pas sur une hiérarchie entre divers capitalismes, mais sur le caractère inégal de l’échange entre des pays producteurs de matières premières, soumis à l’instabilité des marchés mondiaux, et des économies industrialisées dont l’avance technologique garantit des termes d’échange favorables. Cette conceptualisation n’a pas perdu de sa pertinence au xxie siècle. Tous les articles de la présente revue traitant du Brésil (Bandeira et Santos, Bruno et Gentil, Razafindrakoto, Roubaud et Saludjian, ainsi que Pereira, Bruno et Longuet), sans oublier l’analyse comparative de Nikolas Passos et Guilherme Spinato Morlin, attribuent les difficultés présentes au brutal renversement du volume et des prix du marché mondial des ressources naturelles. À ce titre, la dépendance impliquée par l’articulation au système international est un défi adressé aux gouvernements, tout particulièrement lorsqu’ils entendent dépasser la coalition qui perpétue une logique rentière.

20Cette dépendance économique est elle-même la conséquence d’une dépendance technologique, due au retard latino-américain que la phase d’industrialisation sur la base de l’encouragement par l’État d’un marché domestique n’est pas parvenue à surmonter. Les comparaisons des systèmes nationaux d’innovation confirment cette particularité, préjudiciable lorsque la concurrence entre les principales économies porte sur le rythme et la direction de l’innovation. Le jeu des avantages comparatifs ricardiens et la faiblesse de l’État se sont conjugués pour bloquer la remontée des filières productives. Les efforts du Brésil des années quatre-vingt n’ont pas porté leurs fruits et le Mexique est inséré dans les chaînes globales de valeur en position dominée. De plus, la très rapide montée en régime de l’industrie puis du système d’innovation chinois précipite la désindustrialisation de l’Amérique latine et éloigne les centres de recherche et développement de ce continent.

21La dépendance monétaire et financière est tout aussi importante, car elle conditionne les instruments et les degrés de liberté des politiques économiques nationales. D’une part, les gouvernements ne peuvent financer leurs dettes publiques sans recours à la finance internationale et ces dernières ne peuvent être libellées dans la monnaie nationale. D’autre part, cette dépendance au dollar s’étend au financement de l’économie et du secteur privé : des marchés financiers locaux peu profonds n’assurent pas une intermédiation efficace qui favoriserait l’investissement productif. Voilà qui explique que les crises financières mondiales se traduisent par des sorties de capitaux se dirigeant vers les États-Unis, au point qu’une grande partie de l’ajustement de l’épargne et de l’investissement se produit hors des frontières nationales, l’Argentine étant un exemple emblématique de cette faiblesse structurelle. Les autorités publiques ont certes appris à mieux gérer ce type de crise, mais la contrainte pesant sur la nature des politiques nationales demeure, au détriment de la croissance et de la lutte contre la pauvreté et les inégalités.

22Enfin, la dépendance sanitaire est venue s’ajouter aux formes précédentes lors de l’irruption du covid-19. N’est-il pas remarquable que, à l’exclusion de Cuba, les chercheurs latino-américains aient été incapables de trouver un vaccin et de le produire sur place, puis les autorités sanitaires de le diffuser efficacement ? C’est une forme de dépendance technologique. Ce sont de grandes multinationales pharmaceutiques, en alliance avec des start-up innovatrices en matière de recherche biologique avancée, qui dominent ces marchés. Ainsi, les dépenses publiques des gouvernements alimentent la prospérité de ces multinationales. De fait, le continent fait piètre figure par rapport aux États-Unis, à l’Europe et même l’Asie (figure 1).

Figure 1. Production scientifique à propos du covid-19 par pays en 2020

Figure 1. Production scientifique à propos du covid-19 par pays en 2020

Source : Maisonobe M. (2020), « Where do Covid-19 researches come from ? », GeoScimo, 15 juin. URL : https://geoscimo.univ-tlse2.fr/​blog/​2020/​06/​15/​where-do-covid-19-researches-come-from/​. Image CC-BY-NC-SA.

Le contexte mondial ouvre-t-il sur un autre avenir pour l’Amérique latine ?

23Une guerre gronde aux portes de l’Europe, nationalisme et populisme animent l’espace médiatique, le conflit entre les États-Unis et la Chine, d’économique et rampant, est devenu politique et ouvert et le délitement du régime international s’accentue. Le capitalisme de plateforme, qui semblait devoir dominer le xxie siècle, entre dans une période troublée, marquée par la chute des cours boursiers et une nouvelle vague de destruction créatrice. Auparavant, la transition énergétique marquait le pas du fait des opinions publiques et le réchauffement climatique semblait un danger lointain. En 2022, analystes et responsables politiques sont contraints de remettre en cause l’orthodoxie en matière monétaire et budgétaire. Au processus de mondialisation succèdent des intégrations économiques régionales, en particulier de façon spectaculaire en Asie du sud-est. La construction européenne, longtemps centrée sur le passage à l’euro, redécouvre les vertus de la coopération en réponse aux pandémies, menaces de guerre et pénuries énergétiques.

24Les entretiens avec deux personnalités qui ont cumulé carrière académique et responsabilités politiques interrogent sur la possibilité d’une bifurcation de l’Amérique latine. Pour sa part, José Ocampo actualise le diagnostic qu’il avait formulé dans un ouvrage publié en 2013. Les responsables politiques ont à surmonter cinq problèmes majeurs.

  • Certes, les inégalités avaient légèrement diminué dans la période faste de boom des exportations de commodities, mais le retournement survenu depuis lors repose la question : comment surmonter les blocages politiques à une redistribution plus importante des revenus ?
  • La faible croissance, si ce n’est la stagnation, tient à la faible transformation des structures productives, incapables de soutenir la demande domestique : quelles sont les politiques industrielles qui permettraient de diversifier la production et de stimuler une accélération de la productivité, sans lesquelles le niveau de vie de l’ensemble de la population ne peut augmenter ?
  • La réaction des gouvernements à la pandémie a fait ressortir l’un des obstacles aux politiques de stabilisation de l’économie. Dans les pays de vieille industrialisation, les gouvernements peuvent mener des politiques contracycliques pour répondre aux aléas de l’économie mondiale, car des politiques monétaires accommodantes permettent des politiques budgétaires actives. Par contraste, en Amérique latine, les politiques monétaire et budgétaire doivent défendre la crédibilité du pays. Elles sont donc procycliques et amplifient les déséquilibres véhiculés par l’économie mondiale.
  • L’ampleur du travail informel et sa difficile résorption constituent un autre handicap qui pénalise la cohésion sociale, rend difficile l’institution d’une couverture sociale universelle et surtout inhibe la recherche de méthodes productives plus efficaces, c’est-à-dire la condition d’une amélioration des conditions de vie de la majorité de la population.
  • Enfin, la déforestation à l’œuvre en Amazonie contribue au changement climatique, ce qui en retour détériore les conditions de vie des populations autochtones, affecte la fertilité des sols et transforme la géographie des pays. Or, l’arbitrage en faveur de modes de développement soutenables ne peut être favorisé que par une solidarité internationale et un financement par les pays les plus riches.

25Le diagnostic de Carlos Ominami est largement convergent. Il souligne que l’essor de la Chine tend à substituer une dépendance à l’égard des États-Unis par une autre. Cette dernière passe par le commerce, les investissements directs étrangers et la domination technologique. Ainsi, le prolongement des tendances actuelles conduirait à la persistance du travail informel, la polarisation des sociétés et les inégalités d’accès à l’éducation et à la santé (figure 2). Les perspectives d’inflexion, si ce n’est de rupture, visent à une réforme fiscale permettant un investissement dans ces deux derniers secteurs et des efforts de diversification de la production, par exemple en participant au système énergétique d’électromobilité, tant l’Amérique latine est riche de lithium, de cuivre ou d’énergie solaire, susceptibles de produire en masse de l’hydrogène vert. Ces changements ne sont pas possibles sans un affranchissement de la tutelle tant des États-Unis que de la Chine. Carlos Ominami témoigne de son appartenance à un groupe de Latino-Américains qui prônent une politique de non-alignement actif, point de départ de formes de coopérations originales dans l’ordre économique (figure 2).

Figure 2. Deux futurs des modes de développement de l’Amérique latine

Figure 2. Deux futurs des modes de développement de l’Amérique latine

Source : Boyer R., 2022

Il avance également un impératif : la raison géopolitique doit l’emporter sur la raison purement économique. Ce pourrait être une grille d’analyse pour penser la période qui s’ouvre, non seulement en Amérique latine, mais aussi en Europe.

Haut de page

Bibliographie

Alba Vega C., Ribeiro G. L., G. Mathews (dir.) (2015), La globalización desde abajo. La otra economía mundial, Mexico, El Colegio de México, Fondo de cultura económica.

Bértola L., Ocampo J. A. (2013), El desarrollo económico de América Latina desde la independencia, Mexico, Fondo de cultura económica.

Bizberg I. (2019), Diversity of Capitalisms in Latin America, Cham, Palgrave Macmillan. DOI : https://doi.org/10.1007/978-3-319-95537-7

Boyer R. (2018), « From the variety of socioeconomic regimes to contemporary international relations », in Magara H. (dir.), Policy Change in New Democratic Capitalism, Londres, Routledge. DOI : https://doi.org/10.4324
/9781315469454

Boyer R., Uemura H., Yamada T. & L. Song (dir.) (2018), Evolving Diversity and Interdependence of Capitalisms, Tokyo, Springer, « Evolutionary Economics and Social Complexity Science ». DOI : https://doi.org/10.1007/978-4-431-55001-3

Bureau international du travail [BIT] (2013), Mesurer l’informalité : Manuel statistique sur le secteur informel et l’emploi informel, Genève, Organisation internationale du travail.

Cimoli M., Ocampo J. A., Porcile G. & N. Saporito (2020), « Choosing sides in the trilemma: international financial cycles and structural change in developing economies », Economics of Innovation and New Technology, vol. 29, no 7, p. 740-761. DOI : https://doi.org/10.1080/10438599.2020.1719631

Girard P., Michel S., Mercandalli S. & B. Losch (2022), « The income-labour nexus as the dominant institutional form in rural sub-Saharan Africa », Revue de la régulation, no 32.

Hausmann R. (2012), « Structural transformation and economic growth in Latin America », in Ocampo J.A. & J. Ros (dir.), The Oxford Handbook of Latin American Economics, Oxford, Oxford University Press, p. 519-545. DOI : https://doi.org/10.1093/oxfordhb/9780199571048.013.0021

Hibou B. & B. Samuel (2011), « Macroéconomie et politique en Afrique », Politique africaine, no 124, p. 5-27. DOI : https://doi.org/10.3917/polaf.124.0
005

Jordà Ò., Singh S. R. & A. M. Taylor (2020), « Longer-run economic consequences of pandemics », Londres, Centre for Economic Policy Research [CEPR], « Covid Economics, Vetted and Real-Time Papers », no 1.

Magnan A. & C. Laurent (2023), « Le développement du travail salarié précaire en agriculture. Une recomposition du rapport social d’activité », in Boyer R., Chanteau J.-P., Labrousse A. & T. Lamarche (dir.), Nouvel état des savoirs : la théorie de la régulation, Paris, Dunod, à paraître.

Neffa J. C. & G. Ludmer (2023), « Conflits récurrents entre les logiques des deux régimes et ses crises. Argentine : 1976-2019 », in Boyer R., Chanteau J.-P., Labrousse A. & T. Lamarche (dir.), Nouvel état des savoirs : la théorie de la régulation, Paris, Dunod, à paraître.

Poupeau F. (2021), Altiplano. Fragments d’une révolution (Bolivie, 1999-2019), Paris, Raisons d’agir, « Cours & travaux ».

Prebisch R. (2012 [1950]), El desarrollo económico de la América Latina y algunos de sus principales problemas, Santiago, Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes. URL : http://hdl.handle.net/11362/40010

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Production scientifique à propos du covid-19 par pays en 2020
Crédits Source : Maisonobe M. (2020), « Where do Covid-19 researches come from ? », GeoScimo, 15 juin. URL : https://geoscimo.univ-tlse2.fr/​blog/​2020/​06/​15/​where-do-covid-19-researches-come-from/​. Image CC-BY-NC-SA.
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/21810/img-1.png
Fichier image/png, 207k
Titre Figure 2. Deux futurs des modes de développement de l’Amérique latine
Crédits Source : Boyer R., 2022
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/21810/img-2.png
Fichier image/png, 213k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robert Boyer et Julio César Neffa, « Les transformations de l’Amérique Latine : nouvelle dépendance ou possible bifurcation ? »Revue de la régulation [En ligne], 33 | 2nd semestre | Autumn 2022, mis en ligne le 14 décembre 2022, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/regulation/21810 ; DOI : https://doi.org/10.4000/regulation.21810

Haut de page

Auteurs

Robert Boyer

École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Institut des Amériques, Campus Condorcet ; 5 cours des Humanités, 93322 Aubervilliers ; ORCID 0000-0003-0425-7439

Articles du même auteur

Julio César Neffa

Centro de Estudios e Investigaciones Laborales (CEIL-CONICET) ; Saavedra 15, CABA, y Universidad Nacional de Moreno, Avenida Bartolomé Mitre no 1.891 del Partido de Moreno, Pcia. Buenos Aires, Argentina

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search