Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels en coursRapport salarial : redécouvrir la...

Rapport salarial : redécouvrir la centralité de ses enjeux

Date limite de soumission des articles : 15 mars 2024. Coordination : Jonathan MARIE et Sandrine MICHEL

Les questions liées au travail sont au cœur de l’actualité et remontent sur les agendas de recherche en sciences sociales. Si certains thèmes ont toujours occupé l’attention (chômage, sous-emploi…), de nombreux questionnements sont particulièrement vivaces depuis la crise sanitaire : qualité de l’emploi, insuffisance des salaires et questionnements autour du pouvoir d’achat, écarts de rémunération entre hommes et femmes comme au sein des entreprises, enjeux liés au travail de plateforme, temps de travail, télétravail, individualisation du travail, conséquence du développement de l’intelligence artificielle, regain et mutations des luttes sociales ou syndicales…

Cet appel à contributions vise à publier des travaux qui s’intéressent au travail et à l’emploi, en particulier afin de percevoir si un nouveau rapport social de travail émerge et comment on peut l’appréhender en cohérence avec la ligne éditoriale de la Revue de la régulation. Ce dossier s’inscrira notamment dans la poursuite de travaux précédemment publiés par la Revue de la régulation (Ballon & al., 2023 ; Girard & al., 2022 ; Erb & Reynaud, 2021 ; Berthonnet & Clos, 2019 ; Mazuyer, 2013 ; Michel & Vallade, 2007). Pour intégrer le dossier, les contributions peuvent porter sur tout espace géographique, comme elles peuvent prendre la forme de contributions théoriques ou d’analyses macro, méso ou micro.

La particularité des approches institutionnalistes est de situer leur démarche théorique dans le temps long et dans l’analyse des changements comme de la conflictualité.

Ainsi, l’analyse régulationniste du rapport salarial historicise le travail en tant que composante permanente des rapports de production capitalistes et montre que le travail se transforme au gré des contraintes de l’accumulation et de la conflictualité sociale (Boyer, 2002). Le rapport salarial décrit, pour un temps donné, une mise en cohérence de l’organisation du travail, du mode de vie des travailleurs et des modalités de leur reproduction. A ce titre, il correspond à la face travail des rapports de production. L’autre face, le capital, est restituée par les régimes d’accumulation. La théorie de la régulation (TR) a montré qu’à chacun d’eux correspond une forme dominante de rapport salarial. Centrale pour les régimes d’accumulation passés, la flexibilité du taux de salaire et de l’emploi en a été aussi périodiquement la principale limite (Boyer, 1978).

L’étude des déterminants et des effets de l’évolution de la répartition fonctionnelle des revenus est centrale aussi pour l’analyse post-keynésienne (Berr, Monvoisin & Ponsot (dir.), 2018). Au sein de celle-ci, les changements importants observés dans cette répartition et la hausse des inégalités salariales sont des déterminants majeurs de la crise financière globale de 2008 et de la dynamique macroéconomique observés (Stockhammer, 2012). La diversité des régimes de croissance est aussi expliquée par les différences de fonctionnement des marchés de l’emploi ou par des caractéristiques structurelles des économies analysées. En outre, dans ce courant, l’inflation est analysée comme étant la conséquence du conflit de répartition entre capital et travail (Lavoie, 2022), selon une tradition dans laquelle l’inflation est cost-push (Bastian et al., 2021).

En lien avec l’accumulation du capital, les formes dominantes de rapport salarial se substituent historiquement les unes aux autres par hybridation, dans une conflictualité sociale apte à ajuster les institutions encadrantes de l’emploi ou, plus radicalement, à fonder de nouveaux compromis. L’évolution du travail, de l’emploi et du rapport salarial pourra être interrogée dans ce dossier thématique à partir notamment de deux questionnements clés :

1. Documenter la longue dégradation du rapport salarial fordiste (Aglietta, 1998) est un premier enjeu de cet appel à contribution. Elle a contribué à relancer les déterminants concurrentiels des salaires et de l’emploi et a sans doute dégagé de nouveaux éléments de la relation d’emploi. La mise en évidence d’un rapport salarial cohérent ne semble pourtant pas en découler. Pourquoi ?

  • Les pulsations de l’armée industrielle de réserve ont permis de relancer la flexibilité des salaires et de l’emploi. Pour atteindre ce résultat, le centre de gravité de la relation d’emploi et de ses normes s’est déplacé des acteurs collectifs nationaux – ou sectoriels – vers l’entreprise, ou même dans un mouvement d’individualisation de la relation salariale (Perez et al., 2015). Le détricotage de la norme d’emploi fordiste a ouvert des espaces pour renouveler une organisation du travail sous la contrainte de la crise de l’emploi, désormais partiellement consolidés dans une réécriture du droit du travail.

  • Le contexte inflationniste actuel suscite d’importantes revendications salariales. Si leur légitimité n’est généralement pas contestée, la menace d’une réactivation de la boucle prix-salaire leur est le plus souvent opposée tandis que la boucle prix-profit, n’est certainement pas suffisamment discutée. Sont-elles susceptibles de rompre la longue période d’austérité salariale, débutée dans les années 1980, et qui a conduit à la déformation du partage de la valeur ajoutée au profit des revenus du capital ?

  • Les marchés de l’emploi nationaux ont connu des réformes visant à accroître leur flexibilité. Elles valorisent les initiatives individuelles dans des relations d’emploi inégales. En France, elles instituent l’entreprise comme lieu central de la négociation et parient sur les prérogatives du CSE pour les entreprises de plus de 11 salariés, dont les conditions d’exercice supposent une expertise inexistante et des difficultés réelles de la syndicalisation. Pourtant, le chômage et la précarisation de l’emploi, en développement depuis les années 1970, avaient déjà signé le retour des mécanismes concurrentiels dans la détermination des salaires et de l’emploi.

  • Chômage et précarité ont contribué à faire émerger des activités diverses à la frontière ou en dehors du salariat. L’économie sociale et solidaire en porte certaines, introduisant parfois la question du contrôle de l’outil de production par les travailleurs eux-mêmes à travers les coopératives (Lamarche & Richez-Battesti, 2023). L’ubérisation ou la plateformisation de l’emploi en porte d’autres (Montalban, 2023). Cette dernière concerne une offre d’activités issue des entreprises de la e-tech. Portée par l’auto-entrepreneuriat, elle lie les revenus d’activité (plutôt bas) à une autonomie complète de l’individu dans l’allocation de son temps de travail. Elle repose sur le transfert au travailleur du financement des risques en capital et des risques sociaux.

  • La crise sanitaire a accéléré des questions émergentes sur le rapport au travail salarié ou sur le sens du travail (Supiot, 2019). Ces questions amorcent des refus sur les modalités de son organisation. Pour l’instant, les réponses sont surtout de nature individuelle. Si les manifestations en sont floues et diverses, telles que la « grande démission », le quiet quitting…, leur épaisseur statistique est clairement perceptible. Simultanément, on enregistre un retour des organisations syndicales dans le champ du travail, en France, en Europe ou aux États-Unis. Les résultats obtenus dans le champ revendicatif peuvent être significatifs ou, au contraire, nuls, et le niveau du diagnostic importe.

2. Les interrogations plus structurelles autour du travail, de ses recompositions, des éléments susceptibles de faire émerger un rapport social de travail alternatif ont peut-être moins retenu l’attention (Michel, 2023). Un au-delà du salariat s’esquisse peut-être. Sur des frontières, confuses et instables, la question d’un nouveau rapport social d’activité (Laurent & Mouriaux, 2008) peut être posée ; préciser cette question fonde un second enjeu de cet appel.

  • Depuis les années 1970, l’un des moteurs fordistes de la réalisation du profit est désactivé : les économies capitalistes sont confrontées à un ralentissement durable de la croissance de la productivité du travail. Ce phénomène doit être interrogé par la montée des emplois de services dans l’emploi total ou par la montée du contrôle social par des bullshit jobs (Graeber, 2019). Qu’en est-il de la possibilité (ou nécessité) d’une baisse massive du temps de travail, telle que notamment imaginée et réclamée par Keynes en 1930 dans sa « Lettre à nos petits-enfants » ?

  • Dans ce contexte de faiblesse durable des gains de la productivité du travail, les innovations implantées sur la frontière technologique génèrent à l’inverse d’importants gains de productivité, qui vont de pair avec des gains salariaux et donc des inégalités salariales. La particularité de cette exception est-elle dans le fait que la productivité du travail continue de supporter l’innovation ou est-elle plutôt dans l’altération du régime historique de croissance de la productivité du travail qui semble dépendre désormais du travail qualifié et de sa production ? Ce phénomène contribue-t-il à expliquer la financiarisation des économies ainsi que l’allongement des chaines globales de production ? Quelles ruptures ou évolutions pourraient être générées par le développement de l’Intelligence Artificielle (on peut imaginer que ce sont des pans entiers du travail qualifié qui pourraient ici être affaiblis) ? Quels impacts pourraient être provoqués par la transition ou bifurcation écologique qui impose de revoir les modes de production ?

  • Jusqu’ici aucun régime de travail cohérent, articulant le développement marchand de la force de travail par le développement du travailleur lui-même, ne s’est dégagé. Pour autant, des effets de cette transformation sont bien présents dans le régime d’accumulation ou dans les modalités de détermination des termes des conflits de répartition. L’émergence d’un modèle anthropogénétique est-elle en question ? (Boyer, 2022)

    • 1 Autour de 30 % pour les risques sociaux et autour de 8 % pour l’éducation dans son ensemble.

    À travers l’éducation, la santé, la protection de la vieillesse…, le travail est l’objet d’une importante activité de production, aussi bien pour la force de travail que pour la population. Selon les pays, ces dépenses sont publiques, sociales ou privées. Quelle qu’en soit la nature, leur part dans les PIB nationaux est proche de 40 % dans les pays considérés comme développés1. Comment et pourquoi des modalités de financement historiquement disparates conduisent-elles à dégager un objet relativement homogène ? Ces modalités de financement différenciées conduisent-elles à une mise en cohérence permettant de décrire un pôle de production de la qualité de la force de travail et de la population ? Si oui, sont-elles déductibles des transformations structurelles du régime d’accumulation et comment l’influencent-elles ?

  • L’extension du champ de la protection sociale fait cohabiter un financement par les cotisations sociales et un autre par l’impôt. En Europe, la fiscalisation de la protection sociale contributive progresse partout. Ce mouvement s’accompagne d’exonérations du financement de la protection sociale obligatoire des entreprises pour des effets sur le volume de l’emploi qui ne font pas consensus. Finalement, les politiques sociales contribuent toujours à soutenir les revenus des ménages, sans parvenir à contrecarrer la montée de la pauvreté, mais elles contribuent également à l’ajustement au long cours des salaires à la baisse. Les institutions fordistes continuent à porter le salaire minimum comme norme, en extension au niveau international, tandis que la fiscalisation du financement de la protection sociale tend à l’effacer.

  • La maîtrise sectorielle des dépenses publiques et sociales visée par de nombreux gouvernements se traduit par la baisse de la qualité des services. Les investissements privés dans ces activités laminent les travailleurs et produisent de la maltraitance des personnes âgées, des enfants, des étudiants… pour des rentabilités largement fictives, arrimées aux fonds publics. Ces politiques génèrent des inégalités qui amplifient la dégradation de la rémunération marchande de la force de travail. La crise sanitaire a été un puissant révélateur du véritable coût social de la lutte contre ces « coûts » (Boyer, 2020).

  • Ces mouvements de fond interviennent dans un contexte de nécessaire transition écologique et de transformation de nos modes de production et d’échanges (Peugny & Rieucau, 2021). Depuis 2009, le concept de transition juste, associant la transition énergétique à la question sociale, est porté par les institutions internationales à l’initiative de la Confédération syndicale internationale. Pour l’instant, ses déclinaisons concrètes ou prospectives restent floues et essentiellement défensives, questionnant la réallocation des travailleurs actuellement employés par des activités liées à du capital brun. La participation des travailleurs à la gestion de la transition au plus près de la production se pose déjà et porte en creux les termes d’un nouveau compromis instituant d’un nouveau rapport social de travail.

Dans toutes les pistes évoquées, les conflits et les compromis qu’ils sont susceptibles de générer posent dans des termes inédits la question de la démocratie économique (coordination, allocation des ressources et du capital).

Ainsi cet appel vise à recueillir des propositions d’analyses institutionnalistes (notamment influencées par la TR ou l’analyse PK) qui éclairent les mutations du rapport salarial ou les transformations du travail. Nous invitons donc toute soumission sur ces questionnements en économie, en droit, en sociologie, en histoire et plus largement en sciences sociales. Nous sollicitons également des propositions qui portent sur des études de cas (analyses micro, sectorielles ou méso, analyses de conflits…), qui interrogent l’impact de la transition ou qui étudient les dynamiques d’individualisation ou d’autonomisation au travail, comme celles liées aux rémunérations extra-salariales. Conformément à l’état des savoirs sur le rapport salarial, l’appel ne privilégie aucun pays ou zone géographique : la circulation des normes est réelle, conflictuelle et adaptative pour une forme institutionnelle à la fois nationale et internationalisée. Des soumissions susceptibles de renouveler les savoirs sur le rapport salarial et la hiérarchie des formes institutionnelles sont également dans le spectre de l’appel. Enfin, des contributions analysant l’évolution du conflit de répartition entre capital et travail comme entre travailleurs eux-mêmes dans la dynamique inflationniste récente sont bienvenues.

Les articles proposés pourront être rédigés en français ou en anglais, respectant les consignes aux auteurs de la Revue de la régulation. Ils peuvent être envoyés à l'adresse regulation@openedition.org.

Calendrier :

Date limite de soumission des articles : 15 mars 2024

Publication prévisionnelle du dossier : juin/juillet 2025

S’ils le souhaitent, les contributeurs peuvent déclarer leur intention de contribution auprès des porteurs du dossier ou les contacter pour toute question :

Jonathan MARIE : jonathan.marie@univ-paris13.fr

Sandrine MICHEL : sandrine.michel@umontpellier.fr

Bibliographie

Aglietta M. (1998), Régulation et crise du capitalisme, 2ème édition augmentée, Paris, Odile Jacob.

Ballon J., Celle S., Fretel A. & D. Vallade (2023), « Coopératives de production : quelle spécificité du rapport social d’activités coopératif à l’aune du rapport salarial ? », Revue de la régulation, vol. 34. DOI : 10.4000/regulation.22351

Bastian E., Charles S. & J. Marie (2021), « Inflation Regimes and Hyperinflation. A Post-Keynesian/Structuralist typology », IE-UFRJ DISCUSSION PAPER, #32.

Berr E., Monvoison V. & J.-F. Ponsot (dir.) (2018), L’Économie post-keynésienne. Histoire, théories et politiques, Paris, Seuil.

Berthonnet I. & C. Clos (2019), « Intégrer la division sexuelle du travail au rapport social du travail. Quelques pistes pour l’analyse régulationniste », Revue de la régulation, vol. 25. DOI : 10.4000/regulation.14506

Boyer R. (1978), « Les salaires en longue période », Économie et Statistique, vol. 103, no 1, p. 27-57.

Boyer R. (2002), « Vingt ans de recherches sur le rapport salarial : un bilan succinct », in Boyer R. & Y. Saillard (dir.), Théorie de la régulation. L’Etat des savoirs, Paris, La Découverte, p. 106-114.

Boyer R. (2020), Les capitalismes à l’épreuve de la pandémie, Paris, La Découverte.

Boyer R. (2022), « Développement anthropogénétique et reconnaissance de l’utilité sociale du travail », Sociologie du travail, vol. 64, no 1-2. DOI : 10.4000/sdt.40685

Erb L.-A. & F.-P. Reynaud (2021), « Les conséquences de la crise sanitaire sur les relations de travail », Revue de la régulation, no 29. DOI : 10.4000/regulation.18630.

Girard P., Michel S., Mercandalli S. & B. Losch (2022), « The income-labour nexus as the dominant institutional form in rural sub-Saharan Africa », Revue de la régulation, no 32. DOI : 10.4000/regulation.21157

Graeber D. (2018), Bullshit Jobs: A Theory, New York, Simon & Schuster.

Laurent C. & M.-F. Mouriaux (2008), « Secteurs, territoires, rapport social d’activités », in Laurent C. & C. Du Tertre (dir.), Secteurs et territoires dans les régulations émergentes, Paris, L’Harmattan, p. 25-62.

Lamarche T. & N. Richez Battesti (2023), « Produire est politique : les coopératives, levier de transformation », Revue de la régulation, no 34. DOI : 10.4000/regulation.22341

Lavoie M. (2022), Post-Keynesian Economics. New Foundations, Cheltenham, Edwar Elgar.

Mazuyer E. (2013), « Les mutations des droits du travail sous influence européenne », Revue de la régulation, no 13. DOI : 10.4000/regulation.10117

Michel S. (2023), « Le retour du rapport salarial ? Une enquête régulationniste », in Boyer R., Chanteau J.-P., Labrousse A. & Lamarche T. (coord.), Théorie de la régulation, un nouvel état des savoirs, Paris, Dunod, p. 137-146.

Michel S. & D. Vallade (2007), « Une analyse de long terme des dépenses sociales », Revue de la régulation, no 1. DOI : 10.4000/regulation.1507

Montalban M. (2023), « Economie numérique et organisation industrielle : enjeux du capitalisme de plateforme », in Boyer R., Chanteau J.-P., Labrousse A. & T. Lamarche (coord.), Théorie de la régulation, un nouvel état des savoirs, Paris, Dunod, p. 529-536.

Perez C., Thevenot N., Berta N., Brochard D., Delahaie N., Jallais S., Perraudin C., Sauviat C. & J. Valentin (2015), « Modes d’ajustement par le travail en temps de crise : des relations professionnelles sous tension », La Revue de l’IRES, vol. 84, no 1, p. 59-90.

Peugny C. & G. Rieucau (2021), « Emploi, travail et environnement : l’heure des transitions ? », Travail et Emploi, no 166-167, p. 5-18. DOI : 10.4000/travailemploi.12531

Stockhammer E. (2012), « Financialization, Income Distribution and the Crisis », Investigación Económica, vol. 71, no 279, p. 39-70.

Supiot A. (2019), Le travail n’est pas une marchandise – Contenu et sens du travail au XXIème siècle, Paris, Collège de France.

Haut de page

Notes

1 Autour de 30 % pour les risques sociaux et autour de 8 % pour l’éducation dans son ensemble.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search