Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35Dossier « Économie politique de l...Les récits de la bioéconomie comm...

Dossier « Économie politique de l'écologie »

Les récits de la bioéconomie comme grille de lecture des tensions sur les transformations écologiques du capitalisme

Bioeconomic narratives as a way of interpreting tensions over the ecological transformations of capitalism
Historias de la bioeconomía como grilla de lectura de las tensiones sobre las transformaciones ecológicas del capitalismo
Nicolas Béfort, Pascal Grouiez, Romain Debref et Franck-Dominique Vivien

Résumés

Cet article propose une analyse de la transition écologique entendue comme une nouvelle phase du capitalisme. En adoptant une démarche méso-régulationniste, nous concevons les processus de transition écologique comme résultant d’une confrontation de groupes d’acteurs hétérogènes. Nous nous focalisons sur le cas de la bioéconomie et ses promesses de substitution des ressources fossiles par des ressources renouvelables pour la production d’énergie et de biens alimentaires et non alimentaires. Nous discutons de sa contribution, en tant qu’espace méso-économique en construction, à la définition d’un capitalisme intégrant la contrainte écologique. À travers le cas de la France, nous identifions trois récits concurrents de la bioéconomie (bioéconomie de la biotechnologie, bioéconomie des bioraffineries et bioéconomie écologique) qui contribuent chacun à modeler l’espace méso de la bioéconomie. Ces récits, qui expriment une certaine vision du futur, sont en tension sur leur manière d’institutionnaliser les flux de matière et d’énergie et de concevoir l’ancrage territorial et l’avènement de la bioéconomie comme nouvelle industrie.

Haut de page

Texte intégral

Cet article est dédié à notre collègue régulationniste Martino Nieddu décédé subitement en 2018. Il reste pour nous une source d’inspiration.

Financement de cette recherche

Ce travail s’inscrit dans le cadre du programme de recherche « La Bioéconomie en Champagne-Ardenne » (PSDR 4, 2016-2020) porté par le laboratoire Regards (Université de Reims Champagne-Ardenne). Cette recherche a bénéficié du soutien de l’IdEx Université Paris Cité ANR -18-IDEX-0001 (projet Meth’InTerE) . Cette recherche a également reçu le soutien de la Chaire Bioéconomie et Développement Soutenable de NEOMA Business School (financée par la Communauté Urbaine du Grand Reims, la CCI Marne-en-Champagne, la Caisse d’Épargne Grand Est Europe et NEOMA Business School) et la Région Grand Est (projet AGRIBIOEST ; Dispositif Chaires Industrielles).

Introduction

1La crise écologique ouvre une nouvelle ère pour les systèmes socio-économiques. Jusqu’alors, l’économie institutionnaliste s’est surtout intéressée aux implications ponctuelles ou locales de la transition écologique : innovations environnementales analysées au prisme de l’économie évolutionniste (Cecere et al., 2014) ; instruments de compensation écologique interprétés à travers une grille d’analyse néo-institutionnaliste (Scemama et al., 2018) ; stratégie d’atténuation climatique européenne vue par des tenants de la décroissance (Mastini, Kallis & Hickel, 2021), pour ne citer que ces quelques exemples. Si ces travaux sont riches d’enseignements, ils peinent à fournir une compréhension d’ensemble des processus par lesquels s’organise la transition écologique. Les approches régulationnistes, qui interrogent la diversité des espaces et des formes de régulation du changement (Barrère, 2016 ; Béfort, 2016), peuvent davantage y contribuer.

2D’un point de vue régulationniste, la crise écologique est d’origine anthropique et, pour certaines de ses dynamiques, elle s’enracine dans la première révolution industrielle fondée sur la consommation croissante de ressources fossiles (Boyer, 2004 ; Béfort, 2023). Cette crise ouvre une période d’incertitude forte s’exprimant à deux niveaux : (1) celui de la manière dont les acteurs se représentent, aujourd’hui, les formes futures de l’accumulation du capital et (2) celui de l’organisation du découpage productif et des relations intersectorielles qui devront accompagner cette dynamique d’accumulation.

3Dans cet article, nous adoptons une approche méso-régulationniste (Lamarche et al., 2021) qui a pour particularité de s’intéresser aux processus de différenciation sectorielle ou territoriale. L’approche méso-régulationniste permet de comprendre comment les périodes d’incertitude et de crise s’accompagnent d’une multiplication de stratégies portées par une diversité d’acteurs hétérogènes qui confrontent leurs solutions, ce qui contribue à reconfigurer les espaces de production existants, voire à définir les contours de nouveaux espaces méso. Dans certains cas, ces nouvelles configurations vont contribuer à repenser le régime d’accumulation lui-même ; dans d’autres, c’est leur autonomie relative vis-à-vis du régime qui assurera leur pérennité.

  • 1 Des « narratives » dont la terminologie anglo-saxonne. Ce concept a été utilisé et exploré sur la (...)

4La contribution de notre article est l’analyse du processus d’émergence de configurations sectorielles et territoriales de la bioéconomie, une industrie en développement depuis une quinzaine d’années (OCDE, 2009 ; Commission européenne, 2012). Elle s’articule autour de la promesse d’une transition écologique du capitalisme. Pour rendre compte de la diversité des stratégies d’acteurs qui s’expriment au sein de ce champ, nous nous appuyons sur un premier travail d’identification des différents modèles de la bioéconomie que nous avons réalisé dans une perspective d’économie écologique (Vivien et al., 2019) et que nous réinterprétons ensuite à la lumière de la grille méso-régulationniste. L’objectif est d’identifier la manière dont des récits1 peuvent être mobilisés pour donner du sens à l’action des acteurs, notamment en façonnant diverses représentations de la crise écologique elle-même.

5La première section de l’article présente la démarche méso-régulationniste et sa contribution à l’analyse du rapport entre crise écologique et capitalisme. La deuxième section expose la méthode et les matériaux empiriques utilisés pour appliquer ce cadre au cas de la bioéconomie. La troisième section analyse les tensions autour des représentations de la bioéconomie en tant qu’espace méso en devenir. La quatrième section discute des implications de ces différents récits autour de la bioéconomie sur deux aspects. D’une part, nous questionnons le positionnement de l’industrie de la bioéconomie vis-à-vis de celles déjà existantes dans le capitalisme contemporain et sur lesquelles elle prend appui. D’autre part, nous interrogeons la manière dont les différentes configurations sectorielles et territoriales de la bioéconomie qui émergent de ces récits nous renseignent sur la façon dont les acteurs conçoivent la crise du capitalisme engendrée par la crise écologique. La dernière section conclut notre travail.

1. Les régulations « méso » de la crise écologique du capitalisme

6L’approche méso-régulationniste (Lamarche et al., 2021) étudie le processus de définition des contours d’un espace en tant que processus socialement institué. La caractérisation d’un espace « méso » s’appuie sur quatre canaux de différenciation qui sont à l’origine de quatre formes de régulation : politique, technique, temporelle et matérielle. Le premier canal (c1), capital/travail, définit les conditions politiques de la mobilisation des facteurs de production. Mettre l’accent sur l’articulation capital/travail permet de souligner la diversité des manières dont les détenteurs de capitaux mobilisent le travail (production de connaissance, recherche de productivité, etc.). La régulation qui en découle est principalement de nature à faire politique, au sens de Jullien & Smith (2012), c’est-à-dire à construire une politique pour le champ découlant de compromis entre le capital et le travail. Le deuxième canal (c2), celui de la concurrence et du produit, définit les conditions techniques de production au sein de l’espace méso. Les standards de production vont être l’élément structurant de la régulation de la concurrence qui n’apparaît plus comme un processus naturel mais comme le résultat de l’institutionnalisation de compromis sociaux relatifs au contour de l’espace de concurrence lui-même (Allaire & Daviron, 2017). Au sein de ce canal, la régulation est de nature technologique dans le sens où le choix de tel ou tel standard est relativement ouvert au début du processus et dépend des innovations et des logiques de différenciation que les acteurs en lice parviennent à valoriser. Le canal futurité/patrimoine (c3) fait référence aux représentations que les acteurs se font de leurs futurs possibles. Le concept de futurité de Commons (1931) est ici mobilisé car il souligne que cette représentation du futur dépend de l’articulation entre (i) les ressources présentes à un instant t, (ii) la façon dont les acteurs se représentent les processus de production futurs et (iii) la manière dont ces mêmes acteurs conçoivent leur rôle dans le développement du capitalisme. Il s’appuie sur un ensemble de patrimoines productifs issus des différentes industries. La régulation de cette articulation entre futurité et patrimoine, qui lie des logiques de coopération et d’investissements d’acteurs potentiellement en concurrence, est essentiellement de nature temporelle. Le contexte présent a un impact sur les coopérations qui se nouent entre acteurs concurrents autour de la définition de patrimoines collectifs et dans la manière de les mobiliser dans des productions futures. Enfin, le canal société/environnement (c4) s’intéresse aux interactions entre le système sociotechnique et le système écologique au sein de l’espace étudié. C’est par ce canal que se font jour les critiques relatives à la reproduction du capitalisme découlant de la succession des crises écologiques (Cahen-Fourot, 2020), lesquelles appellent à la nécessité de réguler les conditions matérielles de reproduction de la société elle-même.

7L’approche méso-régulationniste donne à voir la transition écologique comme un processus conflictuel de réallocation des ressources matérielles et immatérielles, publiques, privées et collectives en réponse à la pression pour le changement générée par la crise écologique. Ce processus fait émerger de nouveaux assemblages de ressources dont la soutenabilité est à la fois promise par certains acteurs de l’espace méso et interrogée par leurs concurrents. Cette représentation des dynamiques de changement au sein du capitalisme s’inspire de la sociologie bourdieusienne (Nieddu, 2013), qui veut que les acteurs cherchent à maîtriser leur espace par la mobilisation de ressources (analysée par les canaux c1 et c2) et la production de sens qu’ils cherchent à imposer (analysée par les canaux c3 et c4). Ce cadre d’analyse méso-régulationniste permet de faire des récits sur la « transition écologique » un objet d’analyse régulationniste, au même titre que d’autres phénomènes comme le fordisme, le post-fordisme ou la financiarisation (Boyer, 2015). Dans cet article, nous faisons de la transition écologique un objet d’analyse régulationniste et répondons plus particulièrement aux deux questions suivantes, associées aux canaux c3 et c4 : Comment les récits sont-ils mobilisés par les différents groupes d’acteurs pour donner du sens à leurs actions dans le cadre de la constitution de la bioéconomie en tant qu’espace méso de différenciation ? Quel rôle jouent les conflits d’acteurs relatifs aux différents récits sur la bioéconomie dans la manière de se représenter la crise écologique et les réponses à y apporter ?

8La bioéconomie correspond à un espace méso en cours de formation. Dès lors, nous nous focaliserons ici sur les canaux “c3” (section IV) et “c4” (section V) au sein desquels la question centrale est celle de la définition des représentations que les acteurs se font d’un espace méso en construction et de la manière dont il entend répondre à la crise écologique.

2. Méthodologie

  • 2 Les éléments développés ici pourraient être appliqués à des espaces en conversion (comme l’agricul (...)

9Notre démarche méthodologique repose sur une réinterprétation de précédents travaux réalisés sur les conflits de conception de la bioéconomie (Vivien et al., 2019) à la lumière de la grille d’analyse méso-régulationniste, et notamment de ses composantes étudiant les représentations que les acteurs se font de l’espace de différenciation (canaux c3 et c4). Ces précédents travaux ont été réalisés dans le cadre du programme de recherche interdisciplinaire « La Bioéconomie en Champagne-Ardenne » (BIOCA), financé dans le cadre du PSDR 4 (2016-2020) [Vivien et al., 2022], du projet Meth’InTerE (Idex Université de Paris, qui portait plus spécifiquement sur la méthanisation) et des travaux de la chaire Bioéconomie et Développement soutenable (NEOMA Business School). L’objectif de ces recherches était d’analyser le récit d’acteurs engagés dans la bioéconomie et d’identifier la diversité des communautés d’intérêts qui s’y affrontent, notamment en termes de représentations du futur. Ces dernières sont des promesses et des attentes véhiculées par des récits basés sur une combinaison d’éléments, comme les théories scientifiques, les conceptions de l’économie et de la société, les données et les imaginaires techniques, ainsi que les représentations de la nature (Vivien et al., 2019 ; Béfort, 2021)2.

10Trois types de données ont été collectés dans le cadre de ces projets de recherche :

  • Nous avons réalisé une veille scientifique sur le thème de la bioéconomie et de l’utilisation non alimentaire de la biomasse. Celle-ci a été couplée à une analyse documentaire. Nous avons sélectionné des publications définissant ce que devrait être la bioéconomie et décrivant les technologies utilisées, comment elle devrait être organisée et gouvernée ainsi que les questions de durabilité en jeu. Ces publications proviennent des sciences sociales, de la chimie et de la biotechnologie (y compris des nouvelles technologies). Les rapports que nous avons utilisés ont été principalement produits par des institutions publiques (Commission européenne, OCDE), des organisations semi-publiques (Biobased Industry Consortium, NNFC), des projets de recherche financés par des fonds publics (StarProBio, BiorefineryEuroview, Biocore, Suprabio) ou des organismes publics nationaux (VTT en Finlande, INRAE, etc.).
  • Nous avons réalisé des entretiens semi-directifs avec 45 parties prenantes entre 2016 et 2020. Ces entretiens ont duré entre 45 et 120 minutes. Les personnes interrogées comprenaient des chimistes et des biotechnologistes (chercheurs et ingénieurs), des consultants, des représentants de l’industrie et des filières de la bioéconomie, des agriculteurs, des chercheurs en sciences sociales, des autorités publiques. Le guide d’entretien couvrait les thèmes identifiés dans notre cadre de travail (cf. section II). Nous avons fait de l’observation participante, en assistant à 18 conférences nationales et européennes relatives à la bioéconomie, organisées par des organismes publics ou des associations industrielles. Les comptes rendus que nous avons produits sur ces conférences ont été discutés entre les membres du projet. Enfin, pour tester la cohérence de nos modèles de récits de la bioéconomie, nous les avons présentés aux membres du projet et aux membres du CIVAM de l’Oasis sous la forme de deux focus groups3. Une des particularités du programme de recherche BIOCA était, en effet, de reposer sur un dispositif de recherche participatif. La collaboration avec le CIVAM de l’Oasis nous a ainsi permis d’appréhender au sein de ce groupe d’agriculteurs engagés dans la transition écologique les débats et tensions suscités par les diverses formes de bioéconomie et leur aptitude à répondre à la crise écologique.

3. Le canal futurité/patrimoine de l’espace méso de la bioéconomie en construction : des récits hétérogènes

11La bioéconomie est souvent présentée d’une manière normative. Les discours qui l’accompagnent visent généralement à mobiliser les attentions, les énergies et les financements en vantant ses promesses économiques, sociales et environnementales. Nous avons pu montrer que, derrière ce terme de bioéconomie, on trouve trois récits qui sont autant de projets de développement économique portés par diverses coalitions d’acteurs issus des mondes scientifiques, économiques et politiques qui cherchent à emporter l’adhésion collective et à capter les ressources en leur faveur (Vivien et al., 2019). Le tableau 1 synthétise ce résultat.

Une lecture méso-régulationniste des récits de la bioéconomie en tant qu’espace de différenciation en voie de formation Bioéconomie écologique (A) Bioéconomie des biotechnologies (B) Bioéconomie de la bioraffinerie (C)
Représentation de la biomasse - Biomasse comme ressource rare à destiner à des usages socialement nécessaires. - Complexité de la biomasse à considérer et préserver. - Matières premières/procédés/produits/fin de vie doivent être soutenables. - Biomasse comme source de sucres. - Biomasse comme source de carbone. - Biomasse comme source de nouvelles fonctionnalités.
Représentation des tensions possibles avec les autres industries - Concurrence dans la définition des besoins. - Concurrence des produits issus de la bioéconomie écologique avec ceux de la bioraffinerie, des biotechnologies et pétrosourcés en train de se définir comme une nouvelle industrie. - Concurrence avec les procédés traditionnels de l’industrie de la chimie. - Concurrence entre produits biosourcés et pétrosourcés. - Concurrence sur les usages (haute vs. faible valeur ajoutée ; énergie/matériaux vs. alimentaire).
Capitaux mobilisés pour construire les représentations du futur - Innovations fonctionnelles. - R&D pluridisciplinaire sous contrainte d’utilisation soutenable de la biomasse et des ressources (énergie solaire, nouvel âge du bois, etc.). - Fermentation. - Génie biologique. - OGM. - Alliances entre start-ups et macro-acteurs de la chimie, de l’agriculture et de la pharmacie. - Programmes de recherche spécifiques sur les biotechnologies. - Venture-capital et soutiens publics sur la base des promesses de rupture technologique. - Innovations terme-à-terme vs. Fonctionnelles. - Programmes de recherches pluridisciplinaires orientées par la contrainte d’utiliser de la biomasse. - Partenariats public-privés pour soutenir l’industrialisation. - Financements publics de programme de R&D pluridisciplinaires et multi-acteurs.
Représentation de la transition écologique du capitalisme dans le discours des acteurs - Prise en compte de la coévolution des systèmes productifs et de la biosphère sur le long terme. - Étude des systèmes agroécologiques et de leur soutenabilité. - Autres enjeux écologiques et environnementaux considérés (érosion de la biodiversité, pollution des eaux et des sols, paysage…). - Modification des caractéristiques génétiques du vivant, y compris pour répondre aux enjeux environnementaux. - Source de flux de biomasse à optimiser. - Terres agricoles à gérer pour maximiser la production de biomasse (problème des intrants, en particulier). - Terres agricoles considérées prioritairement du point de vue du captage de carbone.

Crédits : les auteurs.

3.1. Le récit de la bioéconomie écologique (A)

  • 4 Le Forum BIORESP se conçoit comme une interface de dialogues entre de multiples acteurs (agriculte (...)

12Le premier récit, qui s’appuie sur les travaux des économistes du développement et de l’environnement hétérodoxes, Georgescu-Roegen, Passet et Ignacy Sachs (Debref & Vivien, 2021), introduit l’idée d’une bioéconomie écologique, une perspective qui est aujourd’hui défendue, par exemple, par Browaeys (2018) et le Forum BIORESP4. C’est à partir des années 1970 que ces économistes s’interrogent sur les perspectives de développement en intégrant les limites de la biosphère dans leurs analyses, ce qui les amène à parler de bioéconomie ou de bio-industrialisation.

13Selon eux, la crise écologique ne pourra se résoudre qu’avec une refonte profonde de la discipline économique et la mise en œuvre de modèles de soutenabilité forte, voire, comme chez Georgescu-Roegen (1975), très forte. Ce dernier initie une réflexion sur la décroissance. Et si, avec le temps, Sachs (1993) et Passet (1996) se rallient à la notion de développement durable, ils le font dans une perspective qui n’est pas celle présentée dans le rapport Brundtland (Figuière, 2019 ; Vivien, 2019). Les rédacteurs de ce dernier inversent, en effet, la priorité des contraintes édictées par le premier rapport au Club de Rome (Meadows et al., 1972) en situant les limites auxquelles nous sommes confrontés dans nos ingéniosités et organisations sociales, et non pas dans la biosphère elle-même. On s’éloigne fortement, dès lors, de la hiérarchie des normes dessinée par le schéma des trois sphères de Passet dans L’Économique et le vivant (1979) – une représentation pionnière en matière d’économie écologique (Martinez-Alier, 2008) – qui stipule que la reproduction du système économique est soumise à la reproduction de la sphère des affaires humaines, laquelle est elle-même dépendante de la reproduction de la biosphère.

14Il va de soi que la société de consommation est questionnée par ces auteurs. Passet (1979) dénonce le règne des « choses mortes » sur le vivant. Georgescu-Roegen (1975) appelle à s’éloigner de « notre soif morbide pour les gadgets extravagants ». Sachs (1980) critique l’obsolescence programmée qui est à la base de ce qu’il appelle la « société acquisitive ». Ces économistes invitent à la sobriété et à l’autocontrôle des besoins. Ils remettent ainsi en question les effets bénéfiques du marché en matière d’orientation des choix sociaux et d’allocation optimale des ressources. Ce faisant, ils esquissent l’idée d’une planification écologique afin de gérer les ressources naturelles stratégiques (matières premières et pétrole) et de s’assurer que le taux d’exploitation des ressources renouvelables ne dépasse pas leur rythme de reproduction.

15Concernant le monde de la production, ces auteurs proposent une approche tout à fait originale en mettant au cœur du processus d’innovation la valorisation de la biomasse et du vivant. Passet (1957) a travaillé très tôt sur l’essor des nouvelles technologies de l’information et leurs répercussions sur l’organisation de la production. Une dizaine d’années plus tard, il a également été influencé, au sein du Groupe des Dix (Vivien, 2019), par les travaux du cybernéticien Sauvan et du biologiste de Rosnay (1975), à un moment où ce dernier voyait dans la bio-industrie naissante le moyen d’insérer l’économie dans les limites de la biosphère, dans la lignée du premier rapport du Club de Rome. De son côté, Georgescu-Roegen (1982), fortement influencé par Schumpeter, insiste sur ce qu’il appelle les « technologies prométhéennes », cette catégorie particulière de technologies qui permettent, à certaines époques, à l’humanité d’accéder à de nouvelles et abondantes sources d’énergie. Dans son esprit, la bioéconomie correspondra à l’avènement d’un « nouveau Prométhée » et d’un « nouvel âge du bois » et du végétal, c’est-à-dire d’une civilisation reposant sur l’exploitation de l’énergie solaire. Toutefois, c’est Sachs (1980) qui est probablement celui qui entre le plus dans le détail de cette perspective de développement de la bioéconomie. Le choix des « technologies appropriées » occupe une place centrale dans ses stratégies d’écodéveloppement et la « nouvelle civilisation industrielle durable » qu’il appelle de ses vœux. Selon lui, celles-ci peuvent et doivent « tirer le meilleur parti possible du flux d’énergie solaire et des ressources renouvelables obtenues par la bioconversion de cette énergie, tout en veillant au bon déroulement des cycles écologiques qui assurent précisément leur renouvellement ». Cette « bio-industrialisation », comme il l’appelle encore, doit s’appuyer sur « des techniques relativement simples d’ingénierie biologique impliquant des micro-organismes et des enzymes » afin de produire de la nourriture, de l’énergie et une grande variété de matériaux, notamment de plastiques, caoutchoucs et autres produits chimiques. Sachs est conscient que cette stratégie d’écodéveloppement bioéconomique va se traduire par une intensification de l’exploitation des forêts – notamment en milieu tropical où la biomasse est abondante. Il convient donc d’emblée d’en appréhender les conséquences écologiques. Sachs recommande ainsi d’utiliser prioritairement le bois et les arbustes de mauvaise qualité dans les secteurs forestiers déjà exploités. De même, la lutte contre les gaspillages, la recherche de complémentarités techniques et le bouclage des flux énergétiques et matériels doivent guider l’élaboration des complexes industriels qui exploiteront la biomasse. Il prône aussi une meilleure répartition des emplois générés, une réduction du temps de travail et le développement de systèmes de sécurité sociale. C’est aussi l’interdépendance entre les pays du Sud et les pays du Nord qui doit être renégociée.

3.2. Le récit de la bioéconomie des biotechnologies (B)

16La bioéconomie des biotechnologies est un récit d’inspiration schumpetérienne qui s’est peu à peu élaboré à partir du début des années 1980. Il décrit l’essor d’une nouvelle révolution industrielle, ou d’un nouveau cycle de Kondratiev, dont il faut libérer le potentiel productif. C’est une économie des promesses qui s’est construite sur la capacité à maîtriser les organismes vivants – ce que l’on résume parfois par l’idée selon laquelle la cellule biologique serait une usine (de Rosnay, 1975, p. 160) – grâce à des processus de fermentation et du génie génétique dans le but de produire un ensemble de produits répondant aux besoins des sociétés. Dans cette vision, la bioéconomie est un sous-secteur des biotechnologies.

17La recherche scientifique combinée au monde industriel et à la financiarisation sont les principaux ressorts de ce récit. Le développement des biotechnologies s’est appuyé sur une architecture institutionnelle originale, décrite par Coriat et Orsi (2002), qui a contribué à l’instauration d’un régime d’innovation finance-driven. L’exploration du vivant et l’exploitation de ces capacités de production s’appuient sur la création de start-ups qui recherchent et développent des innovations de procédé de niche, grâce à des business models qui reposent sur des droits de propriété intellectuelle (des brevets, notamment) [Audretsch, 2001 ; Arora, Fosfuri & Gambardella, 2001 ; Mowery & Sampat, 2005]. Ces entreprises mettent en avant la nature radicale des innovations qu’elles génèrent pour justifier des investissements financiers privés et des soutiens publics (Arora & Gambardella, 1990 ; Béfort, 2021). Les marchés financiers interviennent pour soutenir les projets qui semblent offrir des opportunités économiques à terme (Coriat & Orsi, 2002). Les politiques publiques, quant à elles, visent à créer un environnement économique favorable à l’innovation et à la concurrence pour s’assurer que l’appropriation de ces nouveaux procédés puisse générer de nouveaux relais de croissance. Un des premiers programmes de recherche européens portait ainsi sur le développement des biotechnologies (Aguilar, Bochereau & Matthiessen, 2009). Ces éléments trouvent aussi leur déclinaison sur le plan national. Certains pays, comme l’Allemagne, y voient un moyen d’obtenir de nouveaux avantages comparatifs en proposant des molécules d’intérêts et des nouveaux procédés pour les secteurs de la chimie, de la santé, de l’agriculture et de l’énergie (Schmidt, Padel & Levidow, 2012).

18Ce récit de la bioéconomie des biotechnologies a été fortement développé au sein de l’OCDE, qui la relie à l’économie de la connaissance, comme en témoigne un ensemble de rapports qui a vu une évolution sémantique allant successivement de la « Knowledge Economy » (OCDE, 1996) à la « Knowledge-Based Economy » (OCDE, 1998), puis à la « Knowledge Bio-Based Economy » (OCDE, 2006) pour arriver enfin à la « Bioeconomy » (OCDE, 2009). Cette dernière est définie comme l’ensemble des nouveaux modes de production, des manières de consommer et des styles de vie qu’entraînera le développement des biotechnologies.

3.3. Le récit de la bioéconomie des bioraffineries (C)

19Le récit de la bioéconomie des bioraffineries est une promesse de grande transition vers l’usage de la biomasse en lieu et place des ressources fossiles afin de produire de l’énergie, des molécules chimiques et des matériaux. De ce point de vue, la bioraffinerie ne doit pas uniquement être considérée comme une infrastructure technique à l’image de celles qui sont déjà en fonctionnement, comme la bioraffinerie de Pomacle-Bazancourt, près de Reims (Allais, Katir & Chauvet, 2021 ; Ayrapetyan, Béfort & Hermans, 2022). Elle est aussi un « objet transitionnel » (Nieddu & Vivien, 2015), un imaginaire technique et un cadre de pensée structurant les visions du futur de certains acteurs engagés dans la bioéconomie. Le récit de la bioéconomie des bioraffineries prend, en effet, la forme d’une histoire orientée technico-économiquement par la succession de plusieurs générations de bioraffineries (Laurent et al., 2011 ; Nieddu et al., 2014) : la bioraffinerie de première génération transforme un type de biomasse (le colza, par exemple) en un type de produit (du biocarburant) ; la bioraffinerie de deuxième génération transforme plusieurs types de biomasse (le bois, la paille ou des résidus agricoles, entre autres) en un produit (comme l’éthanol cellulosique) ; la bioraffinerie de troisième génération, en cours de développement, sera censée transformer plusieurs types de biomasse en plusieurs types de produits (agrocarburant, chaleur, molécules intermédiaires…). La bioraffinerie fait ainsi figure de « technologie victorieuse » qui va remplacer la raffinerie pétrolière avec la promesse de produire les mêmes molécules que celles fabriquées par cette dernière, mais à partir de « carbone biosourcé ».

20L’exploitation croissante de ce « pétrole vert » provoquerait une transition comparable à celle qui, au xxe siècle, a vu le triomphe de l’ère du pétrole et, dans le même temps, le reflux, puis la disparition, des recherches et développements sur les agrocarburants et agromatériaux initiés à partir de la fin du xixe siècle, puis dans l’entre-deux-guerres. Aux États-Unis, à l’époque de la Grande Dépression, les promoteurs de la « chemurgy » considéraient déjà que l’agriculture devait fournir le secteur de la chimie en matières premières et offrir une nouvelle prospérité aux régions agricoles durement touchées par la crise (Finlay, 2003 ; Béfort & Nieddu, 2020). On cite souvent l’exemple emblématique de la « soybean car », un prototype présenté par l’entreprise Ford en 1941, dont la carrosserie et le carburant, entre autres, étaient fabriqués avec du soja ou du chanvre. On le voit, ce récit porte une problématique ancienne de la possible articulation industrielle entre des valorisations alimentaires et non alimentaires du végétal.

21Après une longue éclipse, cette perspective est revenue sur le devant de la scène au cours des années 1970-1980 avec la conjonction d’importants excédents agricoles à écouler et des deux premiers chocs pétroliers. Ce n’est qu’au cours des années 1990 que les enjeux environnementaux vont peu à peu entrer dans les arguments des acteurs des bioraffineries, qui mobilisent des références à la lutte contre le changement climatique et à l’essor de la « chimie verte ». Le récit de la bioéconomie des bioraffineries se structure alors autour de projets de R&D développés par des entreprises de la chimie (Dupont de Nemours, par exemple) ou du secteur agricole (Roquette, par exemple) qui visent à explorer les opportunités de valorisation des agrocarburants et des bioplastiques (Nieddu, 2000). À partir des années 2000, ces initiatives reçoivent le soutien de la puissance publique, tant en Europe qu’aux États-Unis, à travers, d’une part, la réalisation de grands exercices de prospective (BIOPOL, EUROVIEW…), destinés à faire l’inventaire des biomasses disponibles, des bases de connaissance et des marchés potentiels et, d’autre part, le financement de programmes de recherche sur les bioraffineries, dont certains prennent la forme de partenariats public-privé. Tel est le cas, par exemple, du Bio-Based Joint Undertaking (BBI-JU), lancé en 2014, dont les appels à projets sont basés sur la définition de cinq chaînes de valeur (SIRA, 2013), pour lesquelles il est possible d’identifier un acteur leader, des fournisseurs et des débouchés. Pour chacune d’entre elles, l’objectif est de financer soit un projet phare soit le passage à l’échelle industrielle, avec la nécessité de faire des évaluations d’impacts et de soutenabilité.

  • 5 La méthanation est un procédé industriel qui vise à créer une réaction chimique ou biologique en c (...)

22Il ressort de ces travaux deux conceptions concurrentes du développement des produits (Cherubini et al., 2009 ; de Jong et al., 2012). La première, qui est largement dominante, considère la biomasse avant tout comme une source de carbone et cherche à substituer terme-à-terme des produits d’origine fossile par des produits fabriqués à partir de la biomasse ou à les mélanger (dans le domaine des plastiques, notamment). Pour ce faire, deux grands types de technologie sont disponibles (SCAR, 2015) : soit la gazéification ou la méthanation5, qui correspondent à des procédés anciens maîtrisés par l’industrie chimique, soit des procédés biotechnologiques. La seconde conception en matière d’innovation des produits, qui est minoritaire au sein des projets industriels développés, considère la biomasse, non pas comme une source de carbone, mais comme une source de fonctionnalités dont il faut préserver la complexité. L’enjeu est alors d’orienter le développement des produits, non pas par la substitution de produits de commodités, mais par des substitutions répondant à des fonctionnalités attendues (par exemple, produire des matériaux plus légers, plus durables, etc.) reposant sur celles de la biomasse.

23Se présentant très souvent comme le récit qui intègre en son sein les deux autres, la bioéconomie des bioraffineries recouvre ainsi une diversité de modèles élaborés en fonction des ressources agricoles disponibles, des patrimoines productifs collectifs des acteurs engagés dans ces projets de bioéconomie et des débouchés visés. Ces différents modèles peuvent coexister sur un même territoire. Dans la région Grand Est, par exemple, des groupes d’acteurs produisent du carbone renouvelable à partir de biomasses historiques (betterave à sucre pour la bioraffinerie de Bazancourt-Pomacle), tandis que d’autres se concentrent sur la valorisation de la complexité de la plante (le chanvre pour la bioraffinerie du Pôle européen du Chanvre) (Schieb et al., 2015 ; de Rouffignac et al., 2022).

4. Discussion

4.1. Une relecture des récits de la bioéconomie par l’institutionnalisation de nouvelles industries mobilisant des flux de matière et d’énergie

24Lorsqu’ils construisent des récits supposés apporter l’adhésion du plus grand nombre pour bâtir une nouvelle industrie, les acteurs de la bioéconomie doivent composer avec la matérialité des flux de matière et d’énergie, et avec la dynamique du vivant (Béfort, 2023 ; Giampietro, 2019). Ces acteurs sont donc pris en tension entre, d’une part, les opportunités offertes par leur capacité à générer et à maîtriser ces flux grâce à leurs patrimoines productifs qui proviennent de leur insertion dans des industries préexistantes (canal c3) et, d’autre part, les contraintes liées à la matérialité de ces flux et à leurs interactions avec le vivant (canal c4). Comme le montre le cas de la fabrication de plastiques (Debref, 2014 ; Béfort, 2021), ils cherchent à dépasser ces dernières contraintes par des efforts d’apprentissage réalisés au sein des industries existantes qui prennent des formes variées : recherche et développement sur les aspects très contraints d’adaptation des processus de production aux nouvelles réalités dans lesquelles les acteurs se projettent, mais aussi processus de lobbying au sein du « gouvernement des industries » (Jullien & Smith, 2012).

25Par conséquent, la mise en place de stratégies par les acteurs, ainsi que les architectures institutionnelles, peuvent être interprétées comme une séquence de désinstitutionnalisation/réinstitutionnalisation des industries dans laquelle la définition et la gestion des flux de matière et d’énergie apparaissent comme des éléments essentiels du processus de différenciation d’un nouvel espace vis-à-vis de la dynamique d’une industrie donnée. Ainsi, au sein de ces espaces, les acteurs portent des récits de la bioéconomie qui visent à structurer la projection dans le futur de ces industries et contribuent à en définir les frontières.

Le tableau 2 ci-dessous propose une interprétation en ces termes des trois récits de la bioéconomie.

Bioéconomie écologique (A) Bioéconomie des biotechnologies (B) Bioéconomie de la bioraffinerie (C)

Groupes d’acteurs principaux

- Militants de l’agriculture biologique. - Coopératives inscrites dans l’agroécologie. - Producteurs de biomasses nécessitant peu d’intrants ou à forte valeur ajoutée. - Producteurs de biens de consommation intermédiaires pouvant appliquer une stratégie de décroissance. - Start-ups des biotechnologies. - Incumbents du secteur de la chimie et des agro-industries productrices de sucre. - OCDE. - Agro-industries et industrie du bois/pâte à papier. - Incumbents de la pétrochimie. - Start-ups (biotechnologies et autres technologies). - Union Européenne.

Fonction des flux de biomasse dans le système productif

- Vecteur de transformation globale des systèmes productifs. - Limite biophysique des flux comme principe de régulation. - Biomasse source de sucres fermentescibles. - Utilisation de déchets organiques. - Biomasse source de carbone ou de nouvelles fonctionnalités. - Substitution de matières pétrosourcées ou production d’équivalents biosourcés complémentaires.

Insertion des flux dans le processus de production du nouvel espace en formation et entre cet espace et des espaces méso déjà existants

-I nsertion des systèmes sociaux dans des flux d’énergie et de matière. - Diminution des volumes de flux de matière et d’énergie comme principe organisateur de la production. - Bioéconomie comme nouvel espace extérieur à tout autre espace puisque permettant de repenser le capitalisme lui-même. - Innovation technique au cœur du processus de définition de la bioéconomie en tant qu’espace. - Extension du secteur des biotechnologies au-delà de la santé. - Bioéconomie comme débouché du secteur des biotechnologies. - Biotechnologie comme secteur central dans une nouvelle révolution industrielle. - Insertion des flux à la frontière entre flux territorialisés et mondialisés. - Technique comme un outil parmi d’autres de maîtrise des flux. - Transformation en amont de la biomasse définissant une frontière nouvelle entre secteur agricole et secteur de la chimie.

Effets promis, anticipés et réalisés de ces flux sur les systèmes socioéconomiques et les écosystèmes

- Décroissance. - Soutenabilité forte. - Contestation du découplage. - Nouvelle révolution industrielle générant un cycle de croissance, éventuellement soutenable. - Flux de déchets organiques comme sources de croissance supplémentaire. - Diffusion dans le vivant d’organismes nouveaux. - Source de croissance verte. - Promesse de découplage. - Tension entre substitution des produits fossiles et complémentarités (hybrides biosourcés / pétrosourcés possibles). - Tension sur l’allocation des terres et des biomasses.

Crédits : les auteurs.

26Une lecture des récits de la bioéconomie en termes de flux de matière et d’énergie fait apparaître la triple caractéristique de la nouvelle phase du capitalisme que la transition écologique semble incarner. Tout d’abord, le premier récit de la bioéconomie (A) propose une forme d’accumulation qui ne repose pas forcément sur le développement de nouveaux flux de matière, mais parfois sur leur restriction et la substitution de nouveaux matériaux afin d’insérer la reproduction de l’économie dans la reproduction de la société et de la biosphère. Les deux derniers récits de la bioéconomie (B et C) visent quant à eux à utiliser l’argument de la transition écologique comme un outil de reproduction du modèle d’accumulation soit au niveau sectoriel, dans le cas des biotechnologies, soit au niveau intersectoriel, dans le cas de la bioraffinerie, pour augmenter la rentabilité des flux de matières excédentaires.

  • 6 Le ministère de l’Agriculture définit le biocontrôle comme un ensemble de solutions destinées à pr (...)
  • 7 Cette concurrence peut être uniquement technologique dans le cas où une même entreprise offre des (...)

27Les récits de la bioéconomie interrogent également les liens interindustriels. Dans le cas de la bioéconomie des biotechnologies (récit B), la problématique est de réussir à insérer une nouvelle activité dans des industries existantes, sans les déstructurer. Il ne s’agit donc pas à proprement parler de construire un nouvel espace méso en capacité de s’autonomiser vis-à-vis de ces industries existantes. La bioéconomie des biotechnologies se propose ainsi de simplement devenir une fournisseuse de technologies de biocontrôle6, lesquelles entrent en concurrence avec les solutions techniques traditionnelles que sont les intrants de synthèse de l’industrie de la chimie7. Il en va de même dans le cas du récit de la bioéconomie de la bioraffinerie (C) : l’agriculture devient un fournisseur de matières premières (de biomasse notamment) pour l’industrie de la chimie alors qu’elle était jusqu’à aujourd’hui un débouché de la chimie pour les produits de synthèse. À l’opposé des deux précédents, le récit de la bioéconomie écologique (A) prend appui sur la matérialité des matières premières et leurs interactions avec la biosphère pour envisager une transformation radicale du processus de production, c’est-à-dire des rapports capital/travail (c1) et produit/concurrence (c2). Cela vaut aussi quand il traite des approches d’économie circulaire, lesquelles doivent permettre de se substituer aux flux utilisant des ressources naturelles (D’Adamo et al., 2020). C’est la raison pour laquelle la capacité à se constituer en un espace méso partiellement autonome apparaît essentielle dans ce récit de la bioéconomie écologique.

28Le récit de la bioéconomie écologique interroge d’ailleurs la capacité du capitalisme à se reproduire tout en continuant à faire reposer sa croissance sur une logique extractiviste. Il considère que le découplage entre les deux n’est pas possible et que la croissance doit nécessairement être limitée par la disponibilité des ressources naturelles et la capacité de charge des écosystèmes. Il porte en lui les germes d’une bioéconomie perçue comme un espace méso de différenciation, dont la dialectique avec le macro est disruptive pour le régime d’accumulation lui-même. Cette question n’en est vraisemblablement pas une pour le récit de la bioéconomie des biotechnologies (B) qui considère que les entités que manipulent la nature ne se trouvent pas dans cette dernière et qu’elles sont susceptibles de remodeler fondamentalement le vivant, faisant miroiter par là même la perspective de ressources inépuisables. Les tenants de la bioéconomie de la bioraffinerie (récit C) considèrent, eux, que le découplage est un moyen pour le capitalisme de composer avec les limites planétaires. Cette stratégie s’appuie sur les perspectives offertes par la bioéconomie circulaire (Commission européenne, 2018 ; Giampietro, 2019), laquelle considère que l’utilisation de flux de déchets, jusqu’alors non ou peu valorisés, permet de s’extraire de la contrainte de finitude des ressources naturelles. Or, dans la perspective développée ici, l’utilisation de ces déchets correspond à la mise en place d’une nouvelle étape dans le processus de production capitaliste, puisqu’ils deviennent des biens produits, échangés et consommés au sein de chaînes de valeur – certaines existant déjà, d’autres étant en cours d’élaboration. Ainsi, sur cet aspect, et contrairement à celui relatif aux liens interindustriels, le récit de la bioéconomie de la bioraffinerie suppose la constitution de la bioéconomie comme un espace méso autonome.

4.2. Les transitions écologiques au prisme de la bioéconomie : une réponse à quelles crises du capitalisme ?

29Dans une perspective évolutionniste, les développements régulationnistes contemporains ont insisté sur le rôle des visions du futur pour rendre compte de la manière dont la dynamique de changement du système économique est elle-même régulée (Boyer, 2018 ; Béfort & Nieddu, 2020 ; Lamarche et al., 2021). Le changement institutionnel est le produit de conflits de groupes sociaux dont les revendications sont orientées par leurs patrimoines productifs, leurs positions dans leurs espaces productifs et leur volonté de prendre position dans le futur (Amable & Palombarini, 2009 ; Nieddu, 2007 ; Beckert, 2016). L’imposition d’une vision du futur au sein d’un espace permet d’en prendre le contrôle, notamment pour guider les programmes d’appels à projets, de subventions, de législation, etc. (Jullien & Smith, 2008 ; Popp, Hafner & Johnstone, 2011).

  • 8 Le premier type de crise, dont les acteurs de la bioéconomie reconnaissent le fait qu’il n’a pas d (...)

30Une période de crise est un temps de recomposition des visions du futur. Elle est également un temps de conflits d’interprétation de la crise elle-même et des solutions à mettre en œuvre pour y répondre. Le numéro spécial de la Revue de la Régulation consacré à la pandémie de COVID-19 (Graz et al., 2021) illustre parfaitement cet effort fait par les acteurs économiques pour peser sur la théorisation de la crise afin d’en influencer la sortie. On observe le même phénomène dans le domaine de la bioéconomie : les trois récits que nous avons identifiés proposent des conceptions différentes de la crise écologique que l’on peut considérer à l’aune de la typologie régulationniste des crises. Cette dernière identifie initialement cinq types de crise (Boyer & Saillard, 2002, p. 559), parmi lesquels quatre correspondent aux récits de crise proposés par les acteurs de la bioéconomie que nous avons étudiés8 :

  • La crise comme produit du mode de régulation. Des tensions apparaissent qui traduisent l’accumulation de déséquilibres durant la période d’expansion. Elle est la conséquence des compromis institutionnels en vigueur, sans que ces derniers ne soient remis en cause.
  • La crise du mode de régulation. Elle traduit l’existence de difficultés dans l’agencement des formes institutionnelles, sans que les fondements qui définissent ces dernières ne soient remis en cause. Les mécanismes de mise en cohérence des formes institutionnelles doivent être révisés.
  • La crise du régime d’accumulation. Elle est l’expression de l’existence de contradictions au sein des formes institutionnelles et de leur agencement qui appellent à repenser le régime lui-même.
  • La crise du mode de production. L’effondrement des rapports sociaux conduit à leur remise en cause « dans ce qu’ils ont de plus fondamental » (Boyer & Saillard, 2002, p. 560). La crise apparaît comme celle du capitalisme lui-même.

31Les tenants d’une bioéconomie écologique (récit A) partent du constat (1) de la spécificité écologique et matérielle de la biomasse qui ne permet pas de développer les mêmes chaînes de valeurs que celles de la pétrochimie et (2) des limites biophysiques qui contraignent les flux de matière et d’énergie. Dans cette perspective, le découpage global de la division du travail, l’orientation des flux de matière et d’énergie et les fonctions attendues des systèmes économiques sont profondément réinterrogés. Deux visions s’expriment au sein des défenseurs de la bioéconomie écologique : certains s’accommodent d’une logique d’accumulation du capital et ne remettent en cause que les conditions de cette accumulation quand d’autres s’inscrivent dans la perspective d’une sortie du capitalisme. Pour ces derniers, il ne s’agit pas seulement de remplacer une matière première par une autre, mais d’ajuster la taille des systèmes économiques aux limites de la biosphère. En d’autres termes, les partisans de la bioéconomie écologique sont partagés entre un récit de la crise qui serait celle du régime d’accumulation ou bien celle du mode de production lui-même. Cela se reflète, par exemple, dans l’impossibilité d’adopter une position commune relative à l’usage de certaines technologies de bioéconomie telles que celle de la méthanisation (voir Berthe, Grouiez & Fautras, 2022 ; Debref, Grouiez & Vivien, 2023 ; Grouiez et al., 2023).

32Pour les tenants de la bioéconomie des biotechnologies (récit B), la crise à résoudre relève d’une crise du mode de régulation au sein du régime d’accumulation financiarisé. Cette bioéconomie a pris son essor dans les années 1990 et s’inscrit pleinement dans une logique de financiarisation de l’économie. Selon le discours de sortie de crise que déploient ses partisans, il s’agit simplement de trouver de nouveaux relais de croissance permettant l’expansion d’un nouveau secteur, celui de la bioéconomie, en dehors du débouché qui a rendu son existence possible, à savoir celui des biotechnologies de santé. Pour y parvenir, l’accent est mis sur la nécessité de renforcer le modèle et le rôle des start-ups, dont le développement doit être soutenu par les politiques publiques. Dans les faits, ce dernier se fait grâce à une alliance, d’une part, avec une partie de l’industrie de la chimie, qui y trouve de nouvelles opportunités de monopole sur des procédés brevetés, et, d’autre part, avec les agro-industries qui y trouvent des technologies de fermentation permettant de valoriser des excédents de production grâce à la fabrication de produits « verts ». L’investissement dans les biotechnologies et la production de produits biosourcés comme débouchés, largement soutenus par les politiques publiques, participent à légitimer une croissance de la production subordonnée à la financiarisation de l’économie.

33Pour les tenants de la bioéconomie de la bioraffinerie (récit C), la crise qui est à l’origine de la constitution de leur récit est ancienne : elle remonte à la problématique de la surproduction agricole associée à la politique agricole commune. Cette crise est considérée comme endogène au mode de régulation fordiste qui avait tendance à générer de la surproduction dans le secteur agricole (Nieddu, 1998). Ce n’est qu’à partir des années 1990 que cette bioéconomie a été progressivement considérée comme une possibilité de lier croissance et transition écologique – cette dernière ayant d’ailleurs tendance à être réduite à la transition énergétique. Les acteurs des agro-industries se sont saisis de cette opportunité pour construire un nouveau discours vantant leur capacité à maintenir une activité de production intensive tout en répondant à des objectifs de soutenabilité. Pour des acteurs situés en aval des chaînes de valeur, l’opportunité d’utiliser des composants biosourcés permet soit de verdir une gamme de produits tout en la maintenant inchangée, soit d’en différencier une partie grâce à un argument environnemental. On observe tout de même quelques entreprises qui développent des stratégies d’écoconception visant à répondre aux enjeux posés par le productivisme, dont le secteur agricole, en tant qu’espace méso, n’est pas sorti, malgré le basculement du régime d’accumulation vers un régime financiarisé (Nieddu et al., 2013).

Conclusion

34Dans cet article, nous avons développé une analyse de la transition écologique entendue comme une nouvelle phase du capitalisme. Pour ce faire, nous avons adopté une démarche méso-régulationniste en analysant les périodes de crise comme des moments de reconfiguration des espaces qui contribuent à définir un nouveau régime d’accumulation.

35L’article appréhende la transition écologique comme une période du capitalisme au cours de laquelle les acteurs s’interrogent sur la possibilité d’une transformation de l’accumulation qui puisse être soutenable écologiquement. Cela se traduit par l’élaboration de grands récits qui font de la biomasse la ressource essentielle d’une transformation des industries et des relations interindustrielles existantes, voire du découpage des contours de nouveaux espaces productifs. Nous avons mobilisé le cadre méso-régulationniste pour réinterpréter ces récits et rendre compte de la manière dont ils contribuent à la régulation du changement (Béfort & Nieddu, 2020 ; Lamarche et al., 2021), notamment dans les dynamiques d’émergence de nouveaux espaces. C’est la raison pour laquelle nous nous sommes focalisés sur deux des quatre canaux de différenciation identifiés par Lamarche et al., le canal patrimoine/futurité (c3) et le canal société/environnement (c4). Le canal c3 rend compte des représentations que les acteurs se font de leurs trajectoires passées, de leurs futurs productifs possibles et de la mobilisation des ressources présentes en vue de concrétiser ces derniers. Dans le domaine de la bioéconomie, des représentations du futur portées par différentes coalitions d’acteurs s’opposent fortement. Ce conflit est révélateur d’un rapport complexe au temps – une des caractéristiques de la problématique environnementale contemporaine étant précisément de réinterroger la manière dont on pense et on vit le temps, en particulier le temps de la décision (Semal & Villalba, 2013).

36Le canal c4 étudie les interactions entre le système sociotechnique et le système écologique au sein de l’espace méso. Nous avons montré que les critiques relatives à la reproduction du capitalisme à l’égard de la crise écologique donnaient lieu à diverses interprétations quant à ses causes et la manière de la résoudre. Ainsi, dans cette période de crise écologique, la construction du futur souhaitable par les acteurs nécessite qu’ils travaillent à construire un récit de la crise qu’ils affrontent. En d’autres termes, par le biais de leur récit, les acteurs doivent dire quel est le problème qui se pose à eux et quelle est la solution qu’ils proposent. La représentation et la régulation de la crise écologique sont donc, au moins en partie, construites par les acteurs eux-mêmes. Néanmoins, le résultat de la sortie de crise n’est que partiellement le fruit de l’intentionnalité des acteurs. Cela est particulièrement vrai dans le cas de la crise écologique contemporaine, comme nous le rappellent les signes de plus en plus évidents de l’accélération des changements climatiques.

37Bibliographie

38Aguilar A., Bochereau L. & L. Matthiessen (2009), « Biotechnology as the engine for the Knowledge-Based Bio-Economy », Biotechnology and Genetic Engineering Reviews, vol. 26, p. 371-388. DOI : 10.5661/bger-26-371

39Allaire G. & B. Daviron (dir.) (2017), Transformations agricoles et agroalimentaires. Entre écologie et capitalisme, Versailles, Éditions Quae.

40Allais F., Katir H. & J.-M. Chauvet (2021), « The continuous evolution of the Bazancourt-Pomacle site rooted in the commitment and vision of pioneering farmers. When reality shapes the biorefinery concept », EFB Bioeconomy Journal, vol. 1, p. 100007. DOI : 10.1016/j.bioeco.2021.100007

41Amable B. & S. Palombarini (2009), « A neorealist approach to institutional change and the diversity of capitalism », Socio-Economic Review, vol. 7, no 1, p. 123-143. DOI : 10.1093/ser/mwn018

42Arora A., Fosfuri A. & A. Gambardella (2001), « Markets for technology and their implications for corporate strategy », Industrial and Corporate Change, vol. 10, no 2, p. 419-451. DOI : 10.1093/icc/10.2.419

43Arora A. & A. Gambardella (1990), « Complementarity and external linkages: the strategies of the large firms in biotechnology », The Journal of Industrial Economics, vol. 38, no 4, p. 361-379.

44Audretsch D. (2001), « The role of small firms in U.S. biotechnology clusters », Small Business Economics, vol. 17, p. 3-15.

45Ayrapetyan D., Béfort N. & F. Hermans (2022), « The role of sustainability in the emergence and evolution of bioeconomy clusters: An application of a multiscalar framework », Journal of Cleaner Production, vol. 376, p. 134306. https://doi.org/​10.1016/​j.jclepro.2022.134306

46Barrère C. (2016), « La régulation des goûts. Prolégomènes à un programme de recherche », Revue de la régulation, no 19. DOI : 10.4000/regulation.11799

47Beckert J. (2016), Imagined futures: fictional expectations and capitalist dynamics, Cambridge MA/ London, Harvard University Press.

48Béfort N. (2016), « Pour une mésoéconomie de la bioéconomie : représentations, patrimoines productifs collectifs et stratégies d’acteurs dans la régulation d’une chimie doublement verte », thèse en sciences économiques, Université de Reims Champagne-Ardenne.

49Béfort N. (2021), « The promises of drop-in vs. functional innovations: The case of bioplastics ». Ecological Economics, vol. 181, p.106886. https://doi.org/​10.1016/​j.ecolecon.2020.106886

50Béfort N. (2023), The bioeconomy: institutions, innovations and sustainability for a post-fossil economy, New York, Routledge.

51Béfort N. & N. Nieddu (2020), « Bioéconomie : un retour historique sur deux problématisations de l’usage des ressources renouvelables », Natures Sciences Sociétés, vol. 28, no 3-4, p. 216-225. DOI : 10.1051/nss/2021011

52Berthe A., Grouiez P. & M. Fautras (2022), « Heterogeneity of agricultural biogas plants in France: a sectoral system of innovation perspective », Journal of Innovation Economics & Management, vol. 38, no 2, p. 11-34. DOI : 10.3917/jie.pr1.0116

53Boyer R. (2004), Une théorie du capitalisme est-elle possible ?, Paris, Odile Jacob.

54Boyer R. (2015), Économie politique des capitalismes : théorie de la régulation et des crises, Paris, La Découverte.

55Boyer R. (2018), « Expectations, narratives, and socio-economic regimes », in Beckert J. & R. Bronck (dir.), Uncertain Futures. Imaginaries, Narratives, and Calculation in the Economy, Oxford, Oxford University Press. DOI : 10.1093/oso/9780198820802.003.0002

56Boyer R. & Y. Saillard (dir.) (2002), Théorie de la régulation, l’état des savoirs, Paris, La Découverte.

57Browaeys D. (2018), L’Urgence du vivant. Vers une nouvelle économie, Paris, François Bourin.

58Cahen-Fourot L. (2020), « Contemporary capitalisms and their social relation to the environment », Ecological Economics, vol. 172, 106634. DOI : 10.1016/j.ecolecon.2020.106634

59Cecere G., Corrocher N., Gossart C. & M. Ozman (2014), « Lock-in and path dependence: an evolutionary approach to eco-innovations », Journal of Evolutionary Economics, vol. 24, p. 1037-1065. DOI : 10.1007/s00191-014-0381-5

60Cherubini F., Jungmeier G., Wellisch M., Willke T., Skiadas I., Van Ree R. & E. de Jong (2009), « Toward a common classification approach for biorefinery systems », Biofuels, Bioproducts and Biorefining, vol. 3, no 5, p. 534-546. DOI : 10.1002/bbb.172

61Commission européenne (2012), Innovating for Sustainable Growth: A Bioeconomy for Europe. Communication from the Commission to the European Parliament, the Council, the European Economic and Social Committee and the Committee of the Regions.

62Commission Européenne (2018), Une bioéconomie durable pour l’Europe : renforcer les liens entre l’économie, la société et l’environnement, Communication de la Commission au Parlement européen. URL : https://eur-lex.europa.eu/​legal-content/​FR/​TXT/​PDF/​?uri=CELEX:52018DC0673&from=EN (consulté le 03 décembre 2023).

63Commons J. R. (1931), « Institutional economics », The American economic review, vol. 21, no 4, p. 648-657.

64Coriat B. & F. Orsi (2002), « Establishing a new intellectual property rights regime in the United States », Research Policy, vol. 31, no 8-9, p. 1491-1507. DOI : 10.1016/S0048-7333(02)00078-1

65D’Adamo I., Falcone P. M., Imbert E. & P. Morone (2020), « A socio-economic indicator for EoL strategies for io-based products », Ecological Economics, vol. 178, p. 106794. DOI : 10.1016/j.ecolecon.2020.106794

66Debref R. (2014), « Le processus d’innovation environnementale face à ses contradictions : le cas du secteur des revêtements de sol résilients », thèse de doctorat en sciences économiques, Université de Reims Champagne-Ardenne.

67Debref R., Grouiez P. & F.-D. Vivien (2023), « La filière de méthanisation agricole, c’est une affaire d’agriculteurs », in Dziebowski A., Guillon E. & P. Hamman, Les idées reçues sur la méthanisation, Paris, Le Cavalier bleu.

68Debref R. & F. D. Vivien (2021), « Quelle bioéconome écologique ? Retour sur le débat des années 1970-1980 » Économie rurale, no 376, p. 19-35. DOI : 10.4000/economierurale.8789

69de Jong E., Higson A., Walsh P. & M. Wellisch (2012), « Product developments in the bio-based chemicals arena », Biofuels, Bioproducts and Biorefining, vol. 6, no 6, p. 606-624. DOI : 10.1002/bbb.1360

70De Rosnay J. (1975), Le Macroscope, Paris, Le Seuil.

71de Rouffignac A., Debref R., Gallos A., Remy S., J. Bastien et al. (2022), « Le chanvre, plante d’intérêt dans un système bioéconomique durable », in Bucolo E. & V. Maire (dir.), Le chanvre, matière à transitions, Paris, École supérieure d’art et de design de Reims/ Loco

72Figuière C. (2019), « L’écodéveloppement, le développement durable autrement », The Conversation. URL : https://theconversation.com/​lecodeveloppement-le-developpement-durable-autrement-114377 (consulté le 03 décembre 2023).

73Finlay M. R. (2003), « Old Efforts at New Uses: A Brief History of Chemurgy and the American Search for Biobased Materials », Journal of Industrial Ecology, vol. 7, no 3-4, p. 33-46. DOI : 10.1162/108819803323059389

74Georgescu-Roegen N. (1975), « L’énergie et les mythes économiques », in La décroissance, Paris, Éditions du sang de la Terre, Paris, 1995, p. 73-148.

75Georgescu-Roegen N. (1982), « La dégradation entropique et la destinée prométhéenne de la technologie humaine », in La décroissance, trad. fse, Ed. du sang de la Terre, Paris, 1995, 169-197.

76Giampietro M. (2019), « On the Circular Bioeconomy and Decoupling: Implications for Sustainable Growth », Ecological Economics, vol. 162, p. 143-156. DOI : 10.1016/j.ecolecon.2019.05.001

77Graz J.-C. et al. (2021), « Covid-19 : l’économie dévoilée par la crise pandémique », Revue de la régulation, no 29. DOI : 10.4000/regulation.17592

78Grouiez P., Debref R., Vivien F-D. & N. Béfort (2023), « The complex relationships between non-food agriculture and the sustainable bioeconomy: The French case », Ecological Economics, vol. 214, p. 107974.

79Jullien B., Smith A. (dir.) (2008), Industries and Globalization. The Political Causality of Difference, Basingstoke, Palgrave.

80Jullien B. & A. Smith (2012), « Le gouvernement d’une industrie : vers une économie politique institutionnaliste renouvelée », Gouvernement et action publique, vol. 1, no 1, p. 103-123. DOI : 10.3917/gap.121.0103

81Labrousse A., Vercueil J., Chanteau J.-P., Grouiez P., Lamarche T., Michel S. & M. Nieddu (2017), « Ce qu’une théorie économique historicisée veut dire. Retour sur les méthodes de trois générations d’institutionnalisme », Revue de philosophie économique, vol. 18, DOI : 10.3917/rpec.182.0153

82Lamarche T., Grouiez P., Nieddu M., Chanteau J.-P., Labrousse A., Michel S. & J. Vercueil (2021), « Saisir les processus méso : une approche régulationniste », Économie appliquée, vol. 1, p. 13-49. DOI : 10.48611/isbn.978-2-406-11904-3.p.0013

83Laurent P., Roiz J., Richel A. & M. Paquot, (2011), « Le bioraffinage, une alternative prometteuse à la pétrochimie », Biotechnol. Agron. Soc. Environ., vol. 15, no 4, p. 597-610.

84Martinez-Alier J. (2008), « De l’économie à l’écologie en passant par les Andes : entretien avec M. Saint-Upéry », Mouvements, vol. 54, no 2, p. 111-116.

85Mastini R., Kallis G. & J. Hickel (2021), « A Green New Deal without growth? » Ecological Economics, vol. 179, 106832. DOI : 10.1016/j.ecolecon.2020.106832

86Meadows D.H. et al. (1972), The Limits to growth; A Report for the Club of Rome’s Project on the Predicament of Mankind, New York, Universe Books.

87Mowery D. & B. Sampat (2005), « The Bayh-Dole Act of 1980 and University–Industry Technology Transfer: A Model for Other OECD Governments? », Journal of Technology Transfer, vol. 30, p. 115-127.

88Nieddu M. (1998), « Dynamiques de longue période dans l’agriculture productiviste et mutations du système agro-industriel français contemporain », thèse de doctorat en sciences économiques, Université de Reims Champagne Ardenne.

89Nieddu M. (2000), « Science et dynamiques économiques, le cas des biopolymères », Sciences de la Société, no 49, p. 87–104.

90Nieddu M. (2007), « Le patrimoine comme relation économique », Économie appliquée, vol. 60, no 3, p. 31-55.

91Nieddu M. (2013), « Évaluation et changement technologique : réflexions sur le cas des agromatériaux », in Vivien F.-D. et al. (dir.), L’évaluation de la durabilité, Versailles, Éditions Quæ, p. 175-190.

92Nieddu M., Van Niel J. & A. Youssef (2013), « Novamont : Vers un modèle de bioraffinerie sans biocarburants ? », Biofutur, no 344, p. 52-59.

93Nieddu M., Garnier E. & C. Bliard (2014), « Patrimoines productifs collectifs versus exploration/exploitation : Le cas de la bioraffinerie », Revue économique, vol. 65, no 4, p. 957-987. DOI : 10.3917/reco.pr2.0031

94Nieddu, M. & F.-D. Vivien (2015), « La chimie verte, une fausse rupture ? Les trajectoires de la transition écologique », Revue Française de Socio-Économie, no 2, p. 139–153.

95OCDE (1996), The Knowledge-based Economy, Paris, OCDE.

96OCDE (1998). 21st Century Technologies – Promises and Perils of a Dynamic Future, Paris, OCDE.

97OCDE (2006), La bioéconomie en 2030 : définition d’un programme d’action. Document exploratoire. Réunion d’experts informelle, Paris, OCDE. URL : https://www.oecd.org/​fr/​sti/​prospective/​defistechnologiquesetsocietalesalong-terme/​37002938.pdf (consulté le 03 décembre 2023).

98OCDE (2009), The bioeconomy to 2030: designing a policy agenda, Organization for Economic Co-operation and Development, Paris, OCDE.

99Passet R. (1957), Problèmes économiques de l’automation, Paris, Montchrestien.

100Passet R. (1979), L’Economique et le vivant, Payot, Paris.

101Passet, R. (1996), « Avant-propos de l’édition de 1996 », L’Économique et le vivant, Paris, Economica, p. 9-22.

102Popp D., Hafner T. & N. Johnstone (2011), « Environmental policy vs. public pressure: Innovation and diffusion of alternative bleaching technologies in the pulp industry », Research Policy, vol. 40, no 9, p. 1253-1268. DOI : 10.1016/j.respol.2011.05.018

103Sachs I. (1980), Stratégies de l’écodéveloppement, Paris, Éditions Economie et Humanisme/ Les Éditions Ouvrières.

104Sachs I. (1993), L’Écodéveloppement, Syros, Paris.

105SCAR (2015), Sustainable Agriculture, Forestry and Fisheries in the Bioeconomy – A Challenge for Europe. 4th Foresight Exercise, European Commission, Directorate General for Research and Innovation. URL : https://op.europa.eu/​en/​publication-detail/​-/​publication/​7869030d-6d05-11e5-9317-01aa75ed71a1 (consulté le 03 décembre 2023).

106Scemama P., Kermagoret C., Levrel H. & A.-C. Vaissière (2018), « L’économie néo-institutionnelle comme cadre de recherche pour questionner l’efficacité de la compensation écologique », Natures Sciences Sociétés, vol. 26, no 2, p. 150–158.

107Schieb P. A., Lescieux-Katir H., Thénot M. & B. Clément-Larosière (2015), Biorefinery 2030. In Future Prospects for the Bioeconomy, Berlin – Heidelberg, Springer.

108Schmidt O., Padel S. & L. Levidow (2012), « The bio-economy concept and knowledge base in a public goods and farmer perspective », Bio-based and Applied Economics, vol. 1, no 1, p. 47–63. DOI : 10.13128/BAE-10770

109Semal L. & B. Villalba (2013), « Obsolescence de la durée. La politique peut-elle continuer à disqualifier le délai ? », in Vivien F.-D. et al. (dir.), L’Évaluation de la durabilité, Paris, Éditions Quae, p. 81-100.

110SIRA (2013), Bio-based and Renewable Industries for Development and Growth in Europe, European Commission. URL : http://ec.europa.eu/​research/​participants/​data/​ref/​h2020/​other/​legal_basis/​jtis/​bbi/​bbi-sira_en.pdf, 03/12/2023 (consulté le 03 décembre 2023).

111Vivien F.-D. (2019), « L’économie au prisme du Groupe des Dix : d’une bioéconomie l’autre », Natures Sciences Sociétés, vol. 27, no 2, p. 147-158. DOI : 10.1051/nss/2019033

112Vivien F.-D., Nieddu M., Béfort N., Debref R. & M. Giampietro (2019), « The hijacking of the bioeconomy », Ecological Economics, vol. 159, p. 189–197. DOI : 10.1016/j.ecolecon.2019.01.027

113Vivien F.-D., Altukhova-Nys Y., Bascourret J.-M., Béfort N., Benoit S., Debref R., Grouiez P., Ory J.-F. & J.-L. Petitjean (2022), « PSDR4 BIOCA – La bioéconomie en Champagne Ardenne : une variété de modèles de développement et d’agriculture », Innovations Agronomiques, vol. 86, p. 307-318. DOI : 10.17180/ciag-2022-vol86-art26

Haut de page

Notes

1 Des « narratives » dont la terminologie anglo-saxonne. Ce concept a été utilisé et exploré sur la thématique de la bioéconomie par Vivien et al. (2019).

2 Les éléments développés ici pourraient être appliqués à des espaces en conversion (comme l’agriculture ou l’énergie). De même, ils peuvent être mobilisés pour étudier des secteurs producteurs de servicesous l’angle d’une économie politique de la transition écologique.

3 Le CIVAM de l’Oasis est un réseau associatif d’agriculteurs accompagnant ses adhérents dans leurs réflexions et démarches de transition écologique (https://www.civam.org/civam-oasis/). Ce partenariat s’est traduit par la participation régulière aux réunions des chercheurs de l’animateur-coordinateur et du vice-président du CIVAM de l’Oasis.

4 Le Forum BIORESP se conçoit comme une interface de dialogues entre de multiples acteurs (agriculteurs, chimistes, énergéticiens…) impliqués dans une transition bioéconomique viable et soutenable. Il propose d’examiner collectivement les opportunités et les risques environnementaux, sociaux et de gouvernance des usages du vivant et leurs controverses associées.

5 La méthanation est un procédé industriel qui vise à créer une réaction chimique ou biologique en combinant de l’hydrogène avec du dioxyde de carbone ou du monoxyde de carbone.

6 Le ministère de l’Agriculture définit le biocontrôle comme un ensemble de solutions destinées à protéger les plantes contre les maladies, les insectes et autres ravageurs ainsi que contre les adventices (mauvaises herbes). Ces méthodes sont le plus souvent utilisées en association avec d’autres procédés plus anciens (surveillance, rotation des cultures, travail mécanique…) ou innovants, comme la robotique, la sélection génétique, les outils d’aide à la décision, etc.

7 Cette concurrence peut être uniquement technologique dans le cas où une même entreprise offre des produits de synthèse traditionnels et des produits issus des biotechnologies.

8 Le premier type de crise, dont les acteurs de la bioéconomie reconnaissent le fait qu’il n’a pas de pertinence pour expliquer la crise écologique, est « la crise comme perturbation externe ». Elle correspond à un épisode durant lequel la reproduction économique dans une aire géographique donnée est bloquée par des catastrophes naturelles ou climatiques, des pénuries des guerres, dont l’origine est externe à l’aire analysée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Béfort, Pascal Grouiez, Romain Debref et Franck-Dominique Vivien, « Les récits de la bioéconomie comme grille de lecture des tensions sur les transformations écologiques du capitalisme »Revue de la régulation [En ligne], 35 | 2nd semestre|Autumn 2023, mis en ligne le 22 décembre 2023, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/regulation/23106 ; DOI : https://doi.org/10.4000/regulation.23106

Haut de page

Auteurs

Nicolas Béfort

Professeur Associé, NEOMA Business School (France), Chaire Bioéconomie et Développement Soutenable, the World We Want AoE ; Chercheur associé au LISIS (CNRS, INRAE, Université Gustave Eiffel). ORCID : 0000-0003-3283-0351. nicolas.befort@neoma-bs.fr

Articles du même auteur

Pascal Grouiez

Professeur des Universités, Université Paris Cité, Laboratoire Ladyss (UMR 7533). ORCID : 0000-0002-1631-7737. pascal.grouiez@gmail.com

Articles du même auteur

Romain Debref

Maître de conférences en Sciences économiques, UFR des Sciences Économiques, Sociales et de Gestion, Laboratoire REGARDS (EA 6292), Université de Reims Champagne-Ardenne, France. ORCID : 0000-0003-1229-7211. romain.debref@univ-reims.fr

Articles du même auteur

Franck-Dominique Vivien

Professeur des universités, UFR des Sciences Économiques, Sociales et de Gestion, Laboratoire REGARDS (EA 6292), Université de Reims Champagne-Ardenne, France. ORCID : https://orcid.org/0000-0003-0291-4159. fd.vivien@univ-reims.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search