Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Éditorial

Texte intégral

1Le numéro 36 de la Revue de la régulation paraît à un moment particulier de l’histoire politique de la France : l’extrême droite pourrait accéder au pouvoir à l’issue du deuxième tour des élections législatives, programmé le 7 juillet 2024. Dans les débats du moment, la Revue de la régulation réaffirme son attachement au principe de liberté académique qui fonde la recherche publique française, son rejet absolu de l’idée de préférence nationale et son attachement au débat scientifique éclairé, notamment concernant les options sur les politiques économiques auxquelles les membres du comité de rédaction sont attachés.

2Ce nouveau numéro parait aussi alors que le monde des revues scientifiques est bousculé. Par exemple par les effets du recours à l’intelligence artificielle dans la production de « fausse science » : on lisait ainsi en mai 2024 dans les colonnes du Wall Street Journal que l’éditeur Wiley avait dû retirer plus de 11 000 articles publiés ces dernières années, articles dont on a depuis leur publication découvert le caractère frauduleux. En mai, ce même éditeur fermait 19 revues de son catalogue (aucune en économie ni gestion), notamment parce qu’elles seraient susceptibles d’héberger du contenu douteux du point de vue scientifique. Ces revues figuraient dans le catalogue de l’éditeur égyptien Hindawi, acquis par Wiley en 2021. Aujourd’hui, l’éditeur justifie cette décision par la volonté d’éviter que ces revues ne se superposent du point de vue de la ligne éditoriale avec d’autres revues scientifiques1… Difficile à croire quand on sait au contraire que les éditeurs scientifiques font tout pour que la production scientifique sous forme d’articles augmente en quantité, et ce afin d’accroitre les recettes liées à l’édition des revues.

3L’économie comme discipline scientifique est également touchée par ces turbulences : le 7 février dernier, nous apprenions que l’ensemble du board du Journal of Economic Surveys, édité par Wiley, avait démissionné. Dans une lettre, ses membres invitent les éditeurs, mais plus largement l’ensemble de la communauté scientifique, à ne pas penser les revues comme des réservoirs à publications, à se prémunir contre le recours à l’intelligence artificielle pour produire de faux contenus scientifiques ou encore à discuter des risques liés aux frais de soumission et/ou aux frais à payer (Article processing charges, ou APC) pour qu’un article soit publié en Gold Open Access2.

4Membres du comité de rédaction de la Revue de la régulation, nous partageons ces questionnements fondamentaux. À notre échelle, nous cherchons à défendre un modèle, sinon une éthique. Rappelons simplement que la Revue (référencée par le DOAJ3) est éditée selon le modèle dit diamant de la science ouverte : l’intégralité du contenu de la Revue est librement accessible en ligne et les autrices et auteurs n’ont aucun frais à payer. Ce modèle repose sur un soutien public (par le CNRS et la MSH-Paris Nord via son pôle éditorial) et sur l’obtention de revenus freemium, liés aux téléchargements des articles au format .pdf. Il repose aussi sur un double bénévolat : celui de l’ensemble des membres du comité de rédaction et celui de nos rapportrices et rapporteurs externes. Que ces collègues soient ici remerciés car ce travail est vital pour une revue : il fournit l’évaluation et permet la discussion scientifique des contributions.

5Il va sans dire que nous tenons beaucoup à notre modèle, qui nous permet de faire vivre une revue structurante, pour la Théorie de la régulation (TR), mais plus largement pour les analyses institutionnalistes et hétérodoxes en économie. Ce caractère structurant est attesté par ce numéro, qui est original dans l’histoire de la Revue. Si elle publie habituellement des articles rédigés en français ou en anglais, il se trouve que l’ensemble des articles scientifiques de ce volume est proposé en langue anglaise, sans que cela ne réponde à une volonté manifeste de notre part. Une fois n’est pas coutume donc, mais cette originalité souligne l’internationalisation de la Revue.

6La pertinence de notre ligne éditoriale, marquée par l’ouverture à différents cadres théoriques pour penser les capitalismes, est confortée par ce numéro, en particulier par les quatre articles varias publiés. Le premier article de ce numéro propose une analyse de la transition en France, du régime féodal vers le capitalisme. Mobilisant approches régulationniste et marxiste, N. Pinsard défend la thèse selon laquelle l’absolutisme constitue une forme spécifique du féodalisme qui permet l’apparition du capitalisme en initiant celle du prolétariat.

7Le deuxième article fournit lui aussi une analyse historique de longue durée mobilisant le cadre régulationniste. S. Celle y révèle comment l’économie sociale et solidaire est devenue un espace mésoéconomique relativement unifié en France, au cours d’un processus déclenché après la Révolution française. Pour ce faire, trois sous-périodes sont repérées : un compromis libéral (1790-1880) suivi d’un compromis républicain (1880-1970) avant une période qualifiée de néolibérale.

8Le troisième article traite de la financiarisation du secteur de l’assurance santé au Brésil sur la période 2007-2019. N. Montani-Martins et C. Ocké-Reis montrent, en étudiant les stratégies des principaux acteurs de l’assurance santé privée, qui s’articulent avec le système public (Système Universel de Santé [SUS]), que leurs actions présentent des caractéristiques qui ne sont pas celles généralement attendues. Les sociétés étudiées ne semblent en effet pas avoir complètement rompu avec le modèle d’intermédiaire financier apportant en priorité des financements aux structures médicales privées.

9Le quatrième article de ce numéro présente la formation intellectuelle de M. Aglietta, l’un des fondateurs de la TR. L’article de Y. Tadjeddine, combinant histoire de la pensée et sociologie des sciences, identifie plusieurs rencontres et étapes clés dans ce parcours de formation intellectuelle, jusqu’à l’année 1976 qui voit la publication de l’ouvrage Régulation et Crise du capitalisme.

10La rubrique Opinions-Débats accueille un entretien mené par M. Carpenter et M. E. Sakinç avec un autre grand penseur de l’économie institutionnaliste et radicale, théoricien de la firme et de sa gouvernance, influencé par Marx et Schumpeter : l’américain W. Lazonick. L’entretien, dense et passionnant, s’articule avec celui publié en 2018 réalisé avec M. O’Sullivan4.

11Ce numéro comprend également deux notes de lecture : la première est consacrée à l’important ouvrage « Théorie de la régulation, un nouvel état des savoirs ». Dans son analyse critique, M. Lainé ouvre de multiples possibilités de questionnements et de discussion, soulignant ainsi la vitalité de la TR et invitant à l’organisation de séminaires autour de l’ouvrage et des propositions qu’il porte. La deuxième note, du politiste A. Guironnet, porte sur le livre du géographe Brett Christophers Our Lives in Their Portfolios : Why Asset Managers Own the World. Si l’ouvrage porte sur les gestionnaires d’actifs, le croisement disciplinaire permis par cette note enrichit l’analyse qu’on peut avoir des intermédiaires financiers.

12Enfin, trois comptes rendus de thèse complètent ce numéro. Les présentations des travaux de J. Deyris, N. Nenovska et J. Pharo témoignent, à leur manière singulière, du dynamisme, des avancées et du pluralisme des recherches doctorales menées en économie monétaire, en économie écologique comme en économie des conventions.

13En vous souhaitant une excellente lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Éditorial »Revue de la régulation [En ligne], 36 | 1er semestre|Spring 2024, mis en ligne le , consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/regulation/24250 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11w7g

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search