Navigation – Plan du site

Les accords de coopération inter-entreprises à l’ère numérique

How does the digital revolution affect interfirm cooperative agreements?
Alain Bienaymé
p. 43-67

Résumés

L’outil numérique affecte les stratégies de coopération des entreprises en raison de ses qualités propres et de la culture commune qu’il diffuse à travers le tissu industriel. Cet outil de communication aide à construire des cathédrales technologiques, cependant que, dans ses formes avancées, les plateformes numériques, le traitement et l’exploitation des mégadonnées préfigurent des changements profonds dans la relation des entreprises à leurs marchés. Pour autant, le numérique ne remet en cause ni la spécificité des rapports de coopération inter-entreprises, ni leur raison d’être, ni les conditions de leur viabilité, thèmes abordés en introduction de ce rapport. On s’interroge enfin sur la résurgence du paradoxe de productivité énoncé naguère par R. Solow à propos des ordinateurs.

Haut de page

Notes de l'auteur

Cet article trouve son origine dans une présentation faite en novembre 2016 lors d’un colloque pluridisciplinaire CNAM-CNRS, dont les actes ont été publiés sous la direction d’A.-M. Laulan par L’Harmattan sous le titre La coopération à l’ère numérique.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

1. Des atouts utiles pour la coopération industrielle ?
2. Une culture transversale qui rapproche les secteurs de production
3. Un outil qui sert les ACIE à deux fins
4. Des formes avancées qui transforment la relation de l’entreprise à ses marchés
5. En effet, en paraphrasant R. Solow, on peut voir le numérique partout, sauf dans les statistiques de croissance : pourquoi ?

Aperçu du texte

« Les entreprises forment des partenaires d’une danse,
mais quand la musique cesse, elles peuvent en changer. »
G.B. Richardson (1972)

Les accords de coopération interentreprises (ACIE) désignent un mode de coordination des activités distinct des cinq autres types de relations généralement étudiées : la relation client-fournisseur par l’échange marchand, l’entreprise, la concurrence, l’absorption par prise de contrôle du capital, le cartel clandestin. Partout, l’information joue un rôle décisif, quoique différent dans ses cibles, ses contenus, ses itinéraires. Les informations de marché se résument pour l’essentiel à des prix et des quantités échangées. La concurrence, les OPA hostiles relèvent des jeux non coopératifs dans lesquels les informations servent plus souvent d’armes de confrontation que d’outils de collaboration. Les coalisés des cartels partagent en secret les informations servant à défendre leurs rentes de situation.

À l’inverse, le concept de coopération anime tout à la ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Bienaymé, « Les accords de coopération inter-entreprises à l’ère numérique », Revue d'économie industrielle, 158 | 2017, 43-67.

Référence électronique

Alain Bienaymé, « Les accords de coopération inter-entreprises à l’ère numérique », Revue d'économie industrielle [En ligne], 158 | 2e trimestre 2017, mis en ligne le 15 juin 2019, consulté le 19 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/rei/6550

Haut de page

Droits d'auteur

© Revue d’économie industrielle

Haut de page