Navigation – Plan du site

Identification des filières économiques à partir des modèles entrées-sorties : l’exemple de la filière bois en France

Identifying a production-chain from input-output models: A case study of the wood production chain in France
Jean-Jacques Malfait et Jean-Christophe Martin
p. 69-100

Résumés

Cet article vise à développer la méthodologie d’identification d’une filière économique. Les études d’identification de filières tentent de repérer un ensemble de branches d’activités ayant de fortes intensités d’échange entre elles. Dans cet article, nous clarifions l’utilisation des modèles entrées-sorties dans les études d’identification de filière. Nous apportons une amélioration méthodologique concernant d’une part la sélection des branches et d’autre part le calcul de la distance économique entre deux branches d’activités d’une même filière. Ces améliorations méthodologiques seront appliquées pour l’analyse de la filière bois de la France.

Haut de page

Notes de l'auteur

Cette recherche a bénéficié du soutien financier de la région Aquitaine dans le cadre du contrat de recherche numéro 2007-1204002 sur la « Durabilité du système de production forêt-bois d’Aquitaine dans un environnement changeant ». Elle a été réalisée en partenariat avec le FCBA (institut technologique Forêt Cellulose Bois Construction Ameublement), Paris.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Introduction
1. Méthodologie de détermination d’une filière à partir d’une analyse entrées-sorties
1.1. Intérêt des différents modèles entrées-sorties pour la construction des filières
1.2. Sélection des branches formant une filière
1.3. Détermination de la structure de la filière
2. Application à l’analyse d’une filière : la filière bois française
2.1. Détermination de la composition et de la structure d’une filière
La sélection des branches à partir de l’intensité relative des échanges d’un produit I de référence
La détermination de la structure de la filière
2.2. L’analyse approfondie des échanges d’une filière au sein de l’économie française, via les valeurs des binômes des coefficients d’achats-ventes
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

La compréhension des circuits de transformation des produits a toujours été au centre des préoccupations des acteurs économiques. Lorsqu’elle induit l’affectation d’une ressource naturelle, l’approche technique s’impose souvent par sa capacité à suivre les différents stades de transformation de la ressource jusqu’à la consommation finale.

Ces approches techniques conduisent les économistes à confronter la pertinence de ces résultats par l’étude des relations d’interdépendance entre les différentes activités économiques. Il s’agit de connaître les différentes destinations de la ressource à travers les achats et ventes des produits intermédiaires entre branches d’activités.

Cette approche est au cœur du concept de filière économique développé par des économistes français travaillant en économie industrielle. Rainelli (1991) définit une filière comme une suite d’opérations conduisant une matière première à un produit fini. Monfort (1983) caractérise la filière comme un ensemb...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Jacques Malfait et Jean-Christophe Martin, « Identification des filières économiques à partir des modèles entrées-sorties : l’exemple de la filière bois en France », Revue d'économie industrielle, 158 | 2017, 69-100.

Référence électronique

Jean-Jacques Malfait et Jean-Christophe Martin, « Identification des filières économiques à partir des modèles entrées-sorties : l’exemple de la filière bois en France », Revue d'économie industrielle [En ligne], 158 | 2e trimestre 2017, mis en ligne le 15 juin 2019, consulté le 19 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/rei/6564

Haut de page

Auteurs

Jean-Jacques Malfait

GREThA, Université de Bordeaux

Jean-Christophe Martin

Vertigo Lab (Bordeaux) et laboratoire AMURE

Haut de page

Droits d'auteur

© Revue d’économie industrielle

Haut de page