Navigation – Plan du site

Facebook use and individual well-being: Like me to make me happier!

Usage de Facebook et satisfaction : les Likes font-ils notre bonheur ?
Alexandre Mayol et Thierry Pénard
p. 101-127

Résumés

Cet article cherche à savoir comment l’usage de Facebook influence le bien-être de ses utilisateurs. à l’aide d’une enquête auprès d’un échantillon représentatif français. Nos résultats indiquent que Facebook affecte le bien-être individuel par le biais de son impact sur les liens d’amitié et l’estime de soi. Ainsi, nous observons une relation positive entre le fait de recevoir un grand nombre de likes et de commentaires de la part de ses amis et son bien-être. A l’inverse, les individus recevant trop peu de Likes ont tendance à être les plus insatisfaits de leur vie. Nos résultats soulignent l’ambivalence de l’usage des réseaux sociaux sur le bien-être, et donc les risques pour la perennité d’un réseau social comme Facebook, dès lors qu’il ne parvient pas à satisfaire tous ses utilisateurs.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

1. Introduction
2. Literature review and research hypotheses
2.1. Relationship between Internet use and well-being
2.2. Relationship between social network sites and life satisfaction
2.3. Hypotheses
3. Data and methodology
3.1. Description of data
3.2. Dependent variable
3.3. Independent variables
3.4. The econometric model
4. Results
5. Conclusion

Aperçu du texte

1. Introduction

Social network sites (SNS) like Snapchat, Twitter, Facebook, or LinkedIn, have built their business models around the monetization of users data. They collect large amounts of data related to their users’ profiles and behaviors and convert this data into valuable services (recommendation, matchmaking, targeted advertising, etc.). These data-based business models are innovative, but challenging. Digital markets are characterized by a rapid pace of innovation and surmountable barriers to entry. Even the most dominant SNSs are not protected from competition or new entrants (Evans, 2017). Moreover, users’ needs are difficult to anticipate and satisfy. Individuals typically use more than one social network site (multi-homing) and can easily switch from a social network to another when they distrust the service or find better services elsewhere. For example, the social network MySpace was previously dominant but collapsed within a few years of Facebook entering the market, ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Mayol et Thierry Pénard, « Facebook use and individual well-being: Like me to make me happier! », Revue d'économie industrielle, 158 | 2017, 101-127.

Référence électronique

Alexandre Mayol et Thierry Pénard, « Facebook use and individual well-being: Like me to make me happier! », Revue d'économie industrielle [En ligne], 158 | 2e trimestre 2017, mis en ligne le 15 juin 2019, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/rei/6570 ; DOI : 10.4000/rei.6570

Haut de page

Auteurs

Alexandre Mayol

PSE, Université de Paris 1

Thierry Pénard

CREM, Université de Rennes 1 & M@rsouin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Revue d’économie industrielle

Haut de page