Navigation – Plan du site

Les transformations de l’assurance maladie complémentaire à la lumière de la démutualisation/hybridation des banques coopératives

Changes in supplementary health insurance in the light of the demutualization of cooperative banks
Philippe Abecassis, Nathalie Coutinet et Jean-Paul Domin
p. 9-38

Résumés

Ce travail analyse l’évolution de deux secteurs comparables : les banques mutualistes et coopératives (M&C) d’une part, les mutuelles de santé et les institutions de prévoyance d’autre part. Si les premières ont entamé une phase de concentration du capital et de démutualisation/hybridation dès les années 1980, les secondes connaissent aujourd’hui une évolution semblable, mais plus prudente. L’article propose dans un premier temps une analyse comparative des deux secteurs et montre dans une seconde partie que les processus d’hybridation constatés dans le secteur bancaire ne sont pas identiques dans l’assurance maladie complémentaire. Les processus de démutualisation/hybridation n’ont pas été sans conséquence sur le fonctionnement des banques M&C, mais il semble que les mutuelles de santé et les institutions de prévoyance protègent mieux leurs principes mutualistes originels.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Introduction
1. L’évolution comparée de la structure des banques M&C et des acteurs paritaires en santé
1.1. Concentration du secteur et hybridation des banques M&C
1.1.1. Réformes bancaires et concentration
1.1.2. L’hybridation des banques M&C : deux exemples emblématiques
1.2. Concentration et hybridation des acteurs paritaires en santé
1.2.1. Réformes assurantielles et concentration
1.2.2. L’hybridation des acteurs paritaires en santé ?
2. L’hybridation des acteurs paritaires en santé est-elle comparable à celle des banques ?
2.1. Les conséquences de la cohabitation entre structures capitalistes et entreprises de l’ESS
2.1.1. L’évolution de l’ESS expliquée par l’isomorphisme institutionnel
2.1.2. L’hybridation a impacté le fonctionnement mutualiste des banques
2.2. L’effet protecteur du modèle d’hybridation des acteurs paritaires en santé
2.2.1. La singularité des transformations organisationnelles des acteurs paritaires
2.2.2. La création de SA par les acteurs paritaires en santé : un premier pas vers l’hybridation ?
3. Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Comme le secteur bancaire dans les années 1980 et 1990, le secteur de l’assurance maladie complémentaire est confronté à une transformation de son environnement et soumis à des modifications réglementaires importantes. Dans le secteur bancaire, l’internationalisation des marchés, la dérégulation financière et le renforcement des règles de solvabilité (accords de Bâle) ont affecté l’ensemble des établissements de crédit sans distinction entre banques SA et banques mutualistes et coopératives (M&C). Ces évolutions ont profondément modifié les structures et le fonctionnement des banques et initié un mouvement important de concentration (le nombre d’établissements de crédit étant divisé par deux entre 1980 et 2000). De nombreux observateurs y ont vu une amorce inéluctable d’un mouvement de démutualisation du secteur initié au Royaume-Uni où, à la suite du Building Society Act de 1986, 75 % des building societies ont changé de statut et se sont totalement démutualisées entre ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Abecassis, Nathalie Coutinet et Jean-Paul Domin, « Les transformations de l’assurance maladie complémentaire à la lumière de la démutualisation/hybridation des banques coopératives », Revue d'économie industrielle, 161 | 2018, 9-38.

Référence électronique

Philippe Abecassis, Nathalie Coutinet et Jean-Paul Domin, « Les transformations de l’assurance maladie complémentaire à la lumière de la démutualisation/hybridation des banques coopératives », Revue d'économie industrielle [En ligne], 161 | 1er trimestre 2018, mis en ligne le 15 mars 2020, consulté le 20 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/rei/6709 ; DOI : 10.4000/rei.6709

Haut de page

Auteurs

Philippe Abecassis

CEPN-CNRS (UMR 7234), Université Paris 13
philippe.abecassis@univ-paris13.fr

Nathalie Coutinet

CEPN-CNRS (UMR 7234), Université Paris 13
nathalie.coutinet@univ-paris13.fr

Jean-Paul Domin

Regards (EA 6292), Université de Reims Champagne-Ardenne et CEPN-CNRS (UMR 7234)
jp.domin@univ-reims.fr

Haut de page

Droits d'auteur

© Revue d’économie industrielle

Haut de page