Navigation – Plan du site

Accueil

Présentation

La Revue Européenne des Migrations Internationales (REMI), lancée en 1985 à l’initiative de Gildas Simon, a pour vocation de publier les travaux de recherche, empiriques et théoriques, des différentes disciplines concernées par les migrations internationales et les relations interethniques. Tout en privilégiant la dimension européenne comme cadre spatial de référence, la revue est ouverte à d’autres champs, à travers d’autres systèmes migratoires dans le monde.

La REMI livre quatre numéros par an et est accessible en texte intégral sur OpenEdition, avec un délai de restriction d’un an. Les numéros antérieurs à 2002 sont en ligne en texte intégral sur Persée.

Dans le cadre de l’accord de diffusion commerciale entre le CLEO et Cairn.info, les articles des derniers numéros de la revue sont accessibles en accès payant sur le portail Cairn.info et Cairn International.
La revue est éditée par l’Université de Poitiers avec le concours de l’INSHS du CNRS ; la responsabilité de sa réalisation en incombe au comité de direction qui délègue cette fonction au(x) directeur.rice.(s) de la revue. Le directeur de publication, responsable juridique de la revue, est le Président de l’Université de Poitiers. Le siège de la revue est à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de Poitiers.

La REMI, ouverte à l’ensemble des sciences sociales, se veut un observatoire permanent de la diversité des espaces étudiés et de l’évolution des approches, de la complexité mouvante des migrations internationales et des dynamiques sociales, en s’articulant autour de trois ambitions principales :

- Aborder l’étude des migrations internationales de manière pluri et interdisciplinaire à travers les différentes branches des sciences sociales (géographie, sociologie, anthropologie, sciences politiques, droit, démographie, histoire, etc.) en permettant, ainsi, une analyse riche et variée du phénomène migratoire.
- Apporter le regard de chercheurs européens et internationaux sur les migrations.
- Mettre les contenus de la revue à disposition d’un large éventail de lecteurs (chercheurs, enseignants, étudiants, etc.), mais aussi favoriser l’accès du public anglophone à travers la plateforme Cairn International.

Dernier numéro en ligne
vol. 36 - n°1 | 2020
Situations de violence et migration

ISBN 979-10-90426-66-5
Sous la direction de Marie-Antoinette Hily et Christian Poiret
Violence and Migration in Contexts
Situaciones de violencia y migración
REMI 36-1 | Situations de violence et migration
Informations sur cette image
Crédits : Alexandra Galitzine-Loumpet

La violence ne peut pas être réduite à des faits objectifs ni appréhendée « objectivement », elle relève aussi de la perception et de l’expérimentation qu’en ont et qu’en font les acteurs dans des situations et des contextes. Elle ne peut pas non plus être seulement appréhendée « subjectivement » comme un phénomène subi : dans leur rapport à ce qui est vécu comme violence, les migrants élaborent des stratégies ou des tactiques d’évitement, de protection, pour faire face aux dangers. Sans directement rendre compte des nombreux usages du concept de violence qui, même adjectivé, violence structurelle, violence institutionnelle, violence interpersonnelle, violence raciste, sexiste, classiste, violence physique, psychologique, symbolique, recouvre un large champ de significations, les auteurspubliés dans le dossier « Situations de violence et migration » questionnent l’inhospitalité et les violences qui affligent les mobilités des hommes et des femmes que ce soit par voie terrestre ou par voie maritime. On retrouvera les problématiques d’entrée en migration, les aléas des routes empruntées et les situations plus ou moins durables d’installation. On retrouvera également la question centrale du rôle de l’État et des logiques administratives et de leurs conséquences sur les populations migrantes.

Violence cannot be reduced to objective facts or apprehended “objectively”; it also depends on the perception and experimentation ofvarious actors facingmany situations and contexts. Neither can it be understood “subjectively” as a phenomenonedured: in their relation to what is experienced as violence, migrants develop strategies, tactics of avoidance, and ways of protecting themselves to facedangers. Without giving a direct account of the many uses of the concept of violence which, even when adjectival, structural violence, institutional violence, interpersonal violence, racist, sexist, classist, physical, psychological and symbolic violence,covering a wide range of meanings, the authors published in theprevious dossier “Violence and Migration in Contexts”have questioned the inhospitality and violence that afflict the mobility of men and women, whether by land or by sea. We will complete the reflexion, in this file, withthe problems of migrationentries, the hazards of the routes taken and the more or less lasting situations of settlements. The central question of the role of the State and administrative logics and their consequences on migrant populations will also be studied.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search