Navigation – Plan du site
Mouvements migratoires d’hier et d’aujourd’hui en Italie

Déconstruire les paradigmes migratoires à travers les études sur les émigrations et les immigrations des femmes en Italie

Deconstructing Migration Paradigms through Studies on Female Emigration and Immigration in Italy
Deconstruyendo los paradigmas de la migración a través de estudios sobre la emigración y la inmigración femenina en Italia
Adelina Miranda
p. 173-194

Résumés

Les recherches sur les émigrées et les immigrées italiennes ont évolué dans le même espace épistémique, elles ont posé les mêmes questions et apporté des réponses complémentaires qui permettent d’avancer dans les études genre-migrations à partir de trois constats. Le premier est que la complexification des flux migratoires est un processus en devenir, lié à une superposition constante des modalités migratoires genrées ; le deuxième fait apparaître que les structures de pouvoir impliquent toutes les femmes, migrantes et non migrantes ; le troisième souligne que les différences et les similitudes ne s’inscrivent pas dans des oppositions binaires (migrantes actuelles/du passé, migrante/non migrante). La réflexivité théorique et méthodologique développée autour de la problématique des questions genre et migrations en Italie permet de saisir la dimension genrée comme étant consubstantielle à la construction du savoir sur les migrations. Ces travaux montrent l’insuffisance des modèles explicatifs classiques et mettent en évidence que l’étude des migrations doit prendre en compte d’une manière simultanée la mobilité et l’immobilité, les forces centrifuges et centripètes, les structures économiques et culturelles, les dimensions administratives et politiques.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

À la recherche de la spécificité des femmes émigrées
L’arrivée des immigrées : l’effet structurant du travail du care
Une représentation persistante androcentrée
Les articulations entre transnational et local
L’enjeu des rapports sociaux de pouvoir
Conclusions

Aperçu du texte

Dans cette contribution, je propose d’examiner la mise en visibilité de la place des femmes dans les études sur les migrations en Italie. Pendant les années 1960, les immigrées commencent à arriver dans la Péninsule tandis que les émigrées continuent à partir à l’étranger. À l’époque, les premières ont été ignorées et les secondes ont été regardées comme n’accomplissant que leur devoir d’épouses, de mères ou de filles. Au cours des années 1970, les premiers travaux sur les femmes émigrées sont réalisés dans une perspective historique et anthropologique ; à partir des années 1980, les études sur les femmes immigrées se développent en portant une attention particulière au travail du care. Depuis le début du XXIe siècle, nous assistons à la complexification de cet espace épistémique. Si certain·e·s auteur·e·s utilisent le concept de genre comme une variable statistique qui fait référence à une représentation abstraite et universelle de la femme, étayant ainsi une vision androcentrée de...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adelina Miranda, « Déconstruire les paradigmes migratoires à travers les études sur les émigrations et les immigrations des femmes en Italie », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 34 - n°1 | 2018, mis en ligne le 28 décembre 2019, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/remi/10279

Haut de page

Auteur

Adelina Miranda

Anthropologue, Professeure, MIGRINTER, Université de Poitiers/CNRS, MSHS, Bât. A5, 5 rue Théodore Lefebvre, TSA 21103, 86073 Poitiers cedex 9 ; adelina.miranda@univ-poitiers.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page