Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 34 - n°2 et 3Notes de lectureGrenet Mathieu, La fabrique commu...

Notes de lecture

Grenet Mathieu, La fabrique communautaire. Les Grecs à Venise, Livourne et Marseille 1770-1840

Constance De Gourcy
p. 337-339
Référence(s) :

Grenet Mathieu (2016) La fabrique communautaire. Les Grecs à Venise, Livourne et Marseille 1770-1840, Rome, École française de Rome, École française d’Athènes, 456 p., ISBN : 978-2-7283-1210-8

Texte intégral

1L’ouvrage de Mathieu Grenet est bien davantage qu’une analyse particulièrement roborative de la présence grecque en Italie et en France durant la période 1770-1840. Issu d’une thèse de doctorat en histoire, il représente un jalon important dans le renouvellement historiographique des études portant sur les formes de groupement communautaires. Ne se satisfaisant pas de resituer dans leur contexte politique, socio-économique et religieux les modalités de cette présence pendant plus d’un demi-siècle, l’auteur met en lumière les multiples relations et échanges qui participent de cette fabrique communautaire et l’inscrivent plus largement dans une configuration diasporique.

2Les observatoires choisis, Venise qui forme la colonie la plus ancienne, Livourne et Marseille, constituent les terrains propices pour saisir, à travers la morphologie socio-spatiale de leurs établissements respectifs, les dynamiques qui leur sont propres et leur maintien sur fond de changements. Certains s’énoncent d’ailleurs sous la forme de rupture comme la guerre d’indépendance et l’émergence d’un État-nation hellénique qui marquent la fin de la période considérée. Ce faisant, un intéressant problème est posé — qui ne manquera pas d’interpeler la communauté des chercheurs — sur la façon dont se pense le changement social au sein d’une configuration diasporique stable, façonnée par des interactions et des réseaux qui assurent la circulation des idées, des objets, des connaissances et des acteurs et structurent l’espace physique, social et symbolique de la diaspora.

3La richesse de la perspective analytique choisie ne réside pas seulement dans la démarche qui consiste à remonter au général pour expliquer le particulier et inversement ; elle tient surtout à une analyse fine des effets cognitifs induits par les outils descriptifs et discursifs habituellement mobilisés dans l’explication des faits sociaux historiques. Cette approche est étayée par des fonds archivistiques sélectionnés en tenant compte d’un souci d’équilibre qualitatif entre les trois colonies. On notera ainsi l’intérêt heuristique qui consiste à croiser les sources produites par les institutions grecques-orthodoxes avec celles émanant des trois municipalités étudiées ou encore, de façon plus inédite, avec la correspondance d’un intellectuel grec, Adamantios Koraïs.

4Le fil d’Ariane de l’ouvrage posé en énigme — qui est Grec ? — introduit la question des modalités d’élaboration pratique des différents marqueurs qui opèrent dans la construction relationnelle de cette appartenance. L’étude du cas grec devient alors particulièrement intéressante en raison de la mise en évidence d’un lent mouvement de définition de ce que serait une identité collective de référence autour de caractéristiques liées à des appartenances religieuse, linguistique et géographique et leur conversion en marqueurs ethniques, jalons significatifs d’un processus qui s’affirme de plus en plus, au fil de la période considérée, comme relevant du monopole des institutions communautaires. Ainsi, la densité de l’ouvrage tient tout autant à la façon dont sont saisies ces formes de présence communautaires — et on notera ici l’importance des repères visuels et sonores qui les inscrivent dans un espace (du) sensible — qu’à la façon dont elles participent plus largement de la « grécité » comme double principe de reconnaissance au sein du collectif de référence et de distinction à l’égard des autres. Ici réside l’un des apports les plus novateurs de l’ouvrage, car en enquêtant sur « la manière dont les acteurs historiques font communauté, ceci dans plusieurs environnements différents » (pp. 395-396), l’auteur met en évidence les différents modes opératoires par lesquels ce collectif rassemble et met en présence des acteurs paradoxalement unis par leur dépendance à l’égard d’une entité collective de référence.

5Les analyses sont structurées en quatre parties comprenant deux chapitres chacune à l’exception de la dernière qui se termine par un épilogue. Les intitulés courts et explicites exposent les différentes facettes de ce fait communautaire grec au prisme des trois colonies étudiées. La première partie souligne ainsi explicitement dans son intitulé même « Présence », la façon dont la communauté se constitue comme telle au sein des sociétés d’accueil. Il ne s’agit pas ici de réduire la diversité des profils qui s’offrent à l’analyse, ni du côté de la communauté grecque étudiée ni du côté de la société avec laquelle elle entretient d’ailleurs des rapports de contiguïté renouvelés. Le champ couvert par cette partie permet de mettre au jour des modalités inédites de présence, celle des femmes dans ces collectifs majoritairement masculins, celle des marins et des « gens de la mer » pris dans des parcours de mobilité ou encore celle de ces « passants ordinaires » qui, d’une colonie à l’autre, structurent les équilibres sociaux et démographiques en même temps qu’ils animent un réseau de relations dans et hors de l’Empire ottoman. La deuxième partie intitulée « Espace » porte sur les enjeux liés au processus de territorialisation de la communauté grecque à travers ses multiples dimensions, sociale, économique, symbolique et culturelle. L’espace est celui que dessinent les pratiques, notamment celles qui permettent de voir comment se distribuent les circulations. L’auteur analyse ainsi le processus de territorialisation qui opère à travers le fait de prendre place dans des territoires pris dans des hiérarchies locales et transnationales. La combinaison des différents dispositifs d’interaction participe ainsi de cette stabilisation du commun et contribue à l’insertion du local dans l’espace réticulé de la diaspora. Portant sur la fabrique du « lien communautaire », la troisième partie « Communauté » met en évidence le rôle des institutions dans la formation d’un sentiment commun d’appartenance dont la visée « performative » est de donner sens et consistance à la « grécité ». Investies des fonctions religieuses, éducatives et caritatives, ces institutions organisent, contrôlent, représentent le groupe et le font exister comme entité sociale de référence à l’intérieur comme à l’extérieur du groupe. Enfin, la dernière partie intitulée « Recompositions » revient sur les deux événements majeurs de la période considérée, la guerre d’indépendance grecque et l’émergence du premier État national néohellénique, afin de souligner les effets de cette nouvelle « conscience nationale » sur la diaspora. Mettant à l’épreuve le postulat classique selon lequel l’expérience diasporique serait un laboratoire du national, l’auteur montre finement les lignes de tension qui traversent les colonies, des lignes de divergence révélatrices d’une identité en recomposition qui ne saurait se dissoudre mécaniquement dans la « nation ».

6Répondant à un double objectif d’analyse historique et contextualisée d’un fait communautaire et de mise en perspective critique des outils de la recherche, cet ouvrage vient non seulement combler un manque dans l’historiographie grecque à une période charnière, mais il représente également une contribution majeure à l’étude des formes communautaires de l’établissement humain. On ne saurait trop en recommander la lecture à l’heure où le fait communautaire est souvent présenté comme un modèle figé de présence, propice à l’essentialisation des groupes auxquels il s’applique. La fabrique communautaire rappelle en effet avec force que ce qu’il importe de connaitre ce n’est pas tant ce qui est produit que la façon dont cela l’est.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Constance De Gourcy, « Grenet Mathieu, La fabrique communautaire. Les Grecs à Venise, Livourne et Marseille 1770-1840 »Revue européenne des migrations internationales, vol. 34 - n°2 et 3 | 2018, 337-339.

Référence électronique

Constance De Gourcy, « Grenet Mathieu, La fabrique communautaire. Les Grecs à Venise, Livourne et Marseille 1770-1840 »Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 34 - n°2 et 3 | 2018, mis en ligne le 28 décembre 2018, consulté le 07 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/remi/11094 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remi.11094

Haut de page

Auteur

Constance De Gourcy

Sociologue, maître de conférences, LAMES/Aix Marseille Université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo Maison des sciences de l’homme et de la société de Poitiers
  • Logo Notre Twitter
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search