Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 34 - n°2 et 3Notes de lectureRaulin Anne, Les traces psychique...

Notes de lecture

Raulin Anne, Les traces psychiques de la domination. Essai sur Kardiner

Marie-Antoinette Hily
p. 339-341
Référence(s) :

Raulin Anne (2016) Les traces psychiques de la domination. Essai sur Kardiner, Lormont, Le bord de l’eau, 193 p., ISBN : 978-2-35687-450-4

Texte intégral

  • 1 Abram Kardiner est né en 1891 à Manhattan et mourut en 1981 dans le Connecticut. Son père quitta l’ (...)
  • 2 C’est l’intérêt pour The Mark of Oppression écrit Anne Raulin (p. 35) qui va la conduire à commence (...)

1Dès les premières lignes de l’ouvrage qu’elle consacre à Kardiner1, Anne Raulin2 décrit l’homme comme psychanalyste, et cherche à aller au delà de celui qui fut connu comme l’initiateur du concept de « personnalité de base » et le contributeur du courant « Culture et personnalité », aussi connu comme celui qui s’intéressait à l’histoire et à l’anthropologie, connu enfin comme celui qui dans la ville de Vienne des années 1920 rencontra Freud et écrivit en 1977 un remarquable récit de son analyse — « le roman d’un fils d’immigré très pauvre, que la misère étreint et humilie, et qui ignore longtemps ses propres ressources » (Kardiner, 1978 : 11). Si Kardiner a été ignoré par bien des anthropologues français, ce ne fut pas le cas du philosophe Merleau-Ponty qui dans ses cours à la Sorbonne (1949-1952) disait son intérêt pour l’anthropologie culturelle alors qu’il poursuivait l’objectif de travailler à une ontologie adéquate du collectif (Barthélémy, 2009 : 11).

2La riche introduction d’Anne Raulin situe clairement son projet : remettre sur le métier la production d’une pensée et d’une œuvre qui avait ouvert en son temps une « route intellectuelle » de part et d’autre de l’Atlantique. Le premier chapitre plonge le lecteur dans le rôle qu’a joué le premier conflit mondial sur les interrogations de Kardiner, qui travailla dès cette époque sur les traumatismes ou névroses de guerre ; dans les années 1930, son ouverture à l’anthropologie fut favorisé par le soutien des nombreux psychanalystes européens « réfugiés du nazisme » à New York (p. 25). Puis après la Seconde Guerre mondiale, le racisme accapara son attention dans une Amérique prenant conscience de la persistance des formes de ségrégation et de discrimination raciales. Ce livre permet ainsi de prendre la mesure de la richesse du milieu intellectuel ou la recherche de la vérité se mettait « au service des causes sociales et historiques » (p. 45).

  • 3 Kardiner pensait que la psychanalyse devait intégrer l’histoire sociologique des individus et créer (...)

3Dans le second chapitre Anne Raulin s’attelle à comprendre l’homme Kardiner en prise avec son histoire (« travaillée par sa judéité » et « sa prédisposition à questionner la condition africaine-américaine dans ses paradoxes et ambivalences » : p. 26). Elle précise alors vouloir adopter une démarche chronotopique. Le chapitre trois est consacré aux démarches méthodologiques et aux collaborations scientifiques de Kardiner. Dans le chapitre quatre Anne Raulin s’efforce de dévoiler les raisons personnelles de la volonté de Kardiner d’être empirique3 dans ses démarches ; si la ville où il passa enfance et adolescence lui fournit une expérience de vie exceptionnelle, c’est à ses collaborateurs qu’il confiait en général les recherches empiriques (voir chapitre 3). Le dernier chapitre enfin renvoie à la ville encore comme espaces créateurs, comme espaces de brassages humains et intellectuels : dans les années 1940, ce n’était cependant plus la Harlem Renaissance et sa vitalité culturelle, et pas encore l’ère du mouvement des « Droits civiques, les mouvements nationalistes noirs et ceux de réafricanisation culturelle et religieuse » (p. 28), mais c’est là que fut conduite cette recherche sur « les traces psychiques de la domination » qui devaient éclairer sur la façon dont l’inconscient absorbe la discrimination raciale.

4Arrêtons-nous sur le chapitre 3 et 4 où il est question de méthodes (les psychobiographies, « les études de personnalité ») et d’exigence empirique. Les témoignages en situation (en contexte de face-à-face avec un médecin, le collaborateur de Kardiner : Lionel Ovesey) ont fourni les matériaux à The Mark of Oppression : réécrits sous forme de récits, ces entretiens sont classés selon des critères sociologiques, classe, genre et âge (lire des extraits, pp. 95-114). À la lecture de ces « comptes rendus » réalisés au début des années 1950, nous ne sommes pas si loin des entretiens que nous proposent les sociologues aujourd’hui dans la restitution de leurs recherches, mais sans l’« écoute empathique et psychanalytique » qui est l’essence même de la méthode psychobiographique où l’objectif thérapeutique est central : Kardiner « a le souci de la pratique, c’est-à-dire de la cure : il y a des hommes à guérir » écrit Mikel Dufrenne (p. 15). Le lecteur sera attentif à constater combien la couleur de la peau, la nature des cheveux, l’aspect corporel, la perception de soi sont pris comme critères de définitions des hiérarchies socio-raciales, etc. qui aujourd’hui relèvent de problématiques de la construction du rapport identité/altérité.

5Une autre dimension des travaux de Kardiner retient l’intérêt, celle de la « formulation sociologique des émotions » (p. 119) où s’exprime « un monde hostile » et où les violences qu’elles viennent de l’intérieur du groupe ou de l’extérieur sont routines. Une « figure douloureuse » en prise à une forte émotion est emblématique, celle qui paradoxalement fige l’individu dans son appartenance raciale alors qu’il tend à vouloir « passer pour blanc » (p. 122) en s’élevant socialement par exemple. Dans la problématique de Kardiner, la violence des affects, les tiraillements entre la fidélité au groupe et le désir de s’en échapper pour une existence autre n’ont d’issue qu’au risque de devenir un traitre aux yeux des siens. Mais c’est aussi « ce sentiment de malaise, cette inadéquation psychique qui poussent des jeunes gens de classe moyenne à venir en psychothérapie, ou du moins à participer à cette enquête » (p. 123).

6Si l’on s’attarde sur la question centrale de « la ligne de couleur », on retiendra l’hommage que rend Anne Raulin à Kardiner, à ses collaborateurs et à ses collègues présents dans son séminaire, organisé dans les années 1930, que se tenir dans « la distanciation anthropologique » a évité la pente de l’interprétation de la condition noire en termes de pathologie sociale (p. 129) : « pour Kardiner et Ovesey, c’est la hiérarchie raciale et sociale au sein de la société occidentale qui est pathologique », p. 130).

7Kardiner est psychanalyste et il le reste dans tous les travaux qu’il a conduits et c’est à ce titre qu’il reconnaît « sa dette envers la sociologie africaine-américaine » et ses grands représentants, dont Frazier. Et c’est en tant que psychanalyste qu’il explore la « personnalité du Noir américain », mais en s’emparant des expériences multiples de l’individu qui en face à face avec le psychanalyste est en demande d’aide. Kardiner s’implique d’autant que sa propre expérience soutient sa compréhension ; l’explication se tenant dans l’extériorité comme espace des causes, du racisme, de la domination et de la ségrégation socio-raciale. Et à quelles fins ce puissant investissement dans la recherche ? Anne Raulin répond à cette question dans le chapitre 5 alors qu’elle mentionne la création de la Psychoanalytic and Psychosomatic Clinic for Training and Research que Kardiner fonde à cette époque à Columbia. À Harlem, d’autres initiatives aboutiront portées par des psychologues comme Kenneth Clark ou des écrivains comme Richard Wright. L’auteure souligne aussi la place et le rôle qu’occupent les fondations privées, créées dans le but de développer les sciences sociales, dont la recherche sur les Africains-Américains.

8« Rapprocher des idées que personne ne croyait compatibles » (p. 168), cette phrase de C. Wright Mills vient à propos conclure cette note de lecture sur le bel essai que nous livre Anne Raulin. Mais on ne peut s’arrêter là. Et il faut lire la conclusion (« De l’histoire au présent ») pour regretter que l’auteure ne nous informe plus avant sur la réception de l’œuvre de Kardiner et de son relativisme culturel, qui a contribué à la lutte contre les préjugés racistes et sexistes, chez les intellectuels français.

9Il convient de saluer l’entreprise d’Anne Raulin qui arrache l’œuvre de Kardiner du sommeil et la sensibilité de l’auteure à l’histoire de l’anthropologie culturelle américaine. Elle rappelle ainsi à celles et ceux qui l’ont oublié la place qu’a occupée la psychanalyse dans le projet de compréhension des sociétés, démarche qui ne participe plus guère aujourd’hui au projet d’interdisciplinarité de la recherche contemporaine sur les migrations.

10On retiendra de ce travail, bien documenté, l’effort de l’auteure pour faire revivre la pensée de Kardiner dans sa volonté de saisir les objets de recherche sous différents angles disciplinaires — ce que résumait Bastide par : « action et réaction constantes du social sur le psychique et du psychique sur le social » (voir note 5 p. 17).

Haut de page

Bibliographie

Barthélémy Jean-Hugues (Dir.) (2009) Cahiers Simondo, n°1, Paris, L’Harmattan, 156 p.

Kardiner Abram (1978) Mon analyse avec Freud, Préface de Mikel Dufrenne, Paris, Belfond, 136 p.

Haut de page

Notes

1 Abram Kardiner est né en 1891 à Manhattan et mourut en 1981 dans le Connecticut. Son père quitta l’Ukraine pour l’Amérique en 1884. Sa femme le rejoignit par la suite avec leur fille aînée.

2 C’est l’intérêt pour The Mark of Oppression écrit Anne Raulin (p. 35) qui va la conduire à commencer son « enquête » sur « son auteur » au département de sociologie de Columbia University lequel a accueilli Kardiner et son projet d’étude sur la minorité africaine-américaine, pour l’achever au Schomburg Center for Research in Black Culture. Elle avait aussi rencontré la fille de Kardiner qui lui avait confié nombre d’archives concernant son père (voir Cheminements et remerciements, pp. 29-39).

3 Kardiner pensait que la psychanalyse devait intégrer l’histoire sociologique des individus et créer ainsi un outil méthodologique heuristique (voir chapitre 4 « la marque de l’oppression »).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Antoinette Hily, « Raulin Anne, Les traces psychiques de la domination. Essai sur Kardiner »Revue européenne des migrations internationales, vol. 34 - n°2 et 3 | 2018, 339-341.

Référence électronique

Marie-Antoinette Hily, « Raulin Anne, Les traces psychiques de la domination. Essai sur Kardiner »Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 34 - n°2 et 3 | 2018, mis en ligne le 28 décembre 2018, consulté le 15 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/remi/11106 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remi.11106

Haut de page

Auteur

Marie-Antoinette Hily

Migrinter/CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo Maison des sciences de l’homme et de la société de Poitiers
  • Logo Notre Twitter
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search