Navigation – Plan du site
Varia

Qui est vulnérable ? Une analyse critique du discours public de l’agence européenne Frontex

Who Is Vulnerable? A Critical Analysis of the Public Narrative of the European Agency Frontex
¿Quién es vulnerable? Un análisis crítico del discurso público de la agencia europea Frontex
Cécile Dubernet
p. 205-227

Résumés

Cet article présente les résultats d’une analyse critique des communiqués de presse et rapports de l’agence européenne Frontex sur les dix années de sa période opératoire (2006-2016). L’étude du vocabulaire dominant, des thèmes récurrents et des jeux de langage met en évidence la permanence d’une rhétorique du risque soulignant des menaces extérieures aux frontières de l’UE et des vulnérabilités propres. Malgré quelques réflexions sur les droits fondamentaux ou le sauvetage en mer, la vulnérabilité dont parle l’agence reste celle des États européens, non des migrants. Par ailleurs, l’agence se présente comme l’intelligence seule capable d’orienter et de coordonner la sécurisation des frontières. L’attention portée aux mots de l’archive sur la durée permet de nuancer les accusations d’hypocrisie humanitaire régulièrement lancées à l’encontre de Frontex. Ce travail permet également de souligner la structure d’un discours. On note en particulier une crispation sur la frontière en tant que ligne, sur la menace vue comme extérieure et sur la technologie construite comme solution. Compte tenu de la mue de Frontex en 2016, cette étude ouvre la voie à des analyses plus poussées tant sur la marginalisation de la protection juridique des migrants que sur la performativité d’un narratif institutionnel.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Dix ans de projection institutionnelle passée sous crible
L’énonciateur : Frontex, produit de Schengen
L’énoncé : le corpus dans son contexte
Un cadrage critique pour décoder des silences et des absences
« En-quête » de vulnérabilité : choix des mots et dépouillement
Les limites de l’enquête : interpréter avec prudence
Des frontières et des hommes : qui est vulnérable ?
Des frontières sous pression
Au-delà des expressions consacrées, quels besoins ?
Quelle rhétorique du risque ?
La vulnérabilité contée par Frontex : retour sur la littérature et pistes de réflexion
Quelle science-fiction ?
Crispation sur la frontière-ligne
La technologie comme seule option
Conclusion : les risques de la science-fiction

Aperçu du texte

La « crise » migratoire qui secoue l’Europe donne lieu à de multiples éditoriaux et commentaires politiques ainsi qu’à des articles scientifiques débattant âprement de la raison d’être et du futur des accords de Schengen comme du régime de l’asile. Au cœur de la tourmente se trouve Frontex, qui se définit comme « l’agence pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures des États membres de l’Union européenne ». Créée en 2004 dans la vague sécuritaire qui a suivi les attentats du 11 septembre 2001, Frontex a progressivement pris une place prépondérante dans la formulation et la mise en œuvre de politiques anti-migratoires aux frontières de l’Union (Leonard, 2010 ; Campesi, 2014).

De nombreux travaux examinent l’efficacité de ces politiques d’étanchéité et leur ambiguïté vis-à-vis des droits humains fondamentaux (Fink, 2012 ; Horsti, 2012 ; Intran et Sibley, 2014 ; Ottavy et Clochard, 2014 ; Campesi, 2014 ; Peyronnet, 2015). Peu d’études néanmoins examinent ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Dubernet, « Qui est vulnérable ? Une analyse critique du discours public de l’agence européenne Frontex », Revue européenne des migrations internationales, vol. 34 - n°2 et 3 | 2018, 205-227.

Référence électronique

Cécile Dubernet, « Qui est vulnérable ? Une analyse critique du discours public de l’agence européenne Frontex », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 34 - n°2 et 3 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 19 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/remi/11181 ; DOI : 10.4000/remi.11181

Haut de page

Auteur

Cécile Dubernet

Enseignante-chercheuse, Institut catholique de Paris, EA Religion, culture et société, 21 Rue d'Assas, 75006Paris ; c.dubernet@icp.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page