Navigation – Plan du site
Dossier thématique

La zone grise de l’allophonie : « mouvements secondaires » et scolarisation des « UPE2A italiens » de Strasbourg

The Grey Zone of Allophony: “Secondary Movements” and Schooling of the “Italians UPE2A” in Strasbourg
La zona gris de la alofonía: «movimientos secundarios» y escolarización de los «UPE2A italianos» de Estrasburgo
Simona Tersigni et Lorenzo Navone
p. 119-142

Résumés

Le recours à la catégorisation institutionnelle d’élèves allophones mérite d’être éclairé par l’analyse de la singularité dans la prise en charge de ceux qui bénéficient du dispositif UPE2A (Unité pédagogique pour les élèves allophones arrivants) en provenance d’Italie et d’ascendance nord-africaine. Mené à Strasbourg, notre terrain d’enquête montre qu’après un début de scolarisation en Italie depuis la maternelle, ces jeunes s’établissent en France avec leur famille. Leur allophonie est scolairement jugée peu problématique par l’institution et pourtant sa dimension atténuée d’altérité linguistique, mais aussi sociale et culturelle questionne. Les modalités d’accueil et d’accessibilité de ces élèves aux dispositifs spécialisés et à la classe ordinaire dessinent une bande de contention à l’intérieur d’une zone de relégation qui se justifie par leurs besoins spécifiques en français de scolarisation. Ce cas d’étude spécifique montre que l’école publique crée ses propres frontières à l’intérieur d’une dialectique de captation à l’égard de la relocalisation en cours des frontières européennes. Ces enfants et adolescents arrivant dans le cadre des « mouvements secondaires » prouvent l’autonomie de leur famille face à la crise économique et celle de l’accueil des nouveaux pays d’immigration de l’Europe du Sud. Ils mettent également à l’épreuve l’institution scolaire française, en dévoilant des politiques éducatives d’urgence qui risquent à long terme de réinjecter les effets de leur segmentation au-delà de l’espace scolaire. Enfin, l’« allophonie tempérée » des élèves italo-nord-africains permet de repenser la redéfinition des frontières internes à l’Europe politique. Fonctionnant selon des pratiques irrégulières de suspension temporelle et de fragmentation spatiale, ces frontières exercent un impact sur les sujets dans la production d’une constellation de statuts différents ainsi que dans de multiples processus de classements et ségrégation.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

La biopolitique de l’allophonie
Les politiques linguistiques en Europe : des adultes aux enfants migrants
L’allophonie tempérée dans une capitale européenne
« Vous aurez compris que j’ai migré une seule fois »
Produire les « UPE2A italiens »
L’allophonie tempérée comme « bande de contention » scolaire
Conclusion : la frontière comme posture de recherche

Aperçu du texte

Cet article propose une lecture de la sociogenèse propre aux recompositions catégorielles du système éducatif français au sujet d’une typologie spécifique d’élèves primo-arrivants. Leur situation conduit à relier la micro-échelle des dynamiques scolaires du dispositif UP2EA avec la reconfiguration de l’architecture des frontières internes et extérieures de l’espace européen. Une telle architecture se nourrit entre autres de politiques linguistiques dont il importe d’observer l’impact au sein des politiques éducatives nationales, en l’occurrence par la catégorisation scolaire d’élèves allophones depuis 2012.

Pour ce faire, nous analyserons la situation des « UPE2A italiens de Strasbourg », autrement dit des élèves scolarisés (et souvent nés) en Italie de parents ayant déjà migré du Maghreb, avec lesquels ils ont effectué une mobilité transalpine. Pour définir leur mobilité, nous employons le terme de « mouvement secondaire » qui a été initialement employé par le HCNUR pour désigner le...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simona Tersigni et Lorenzo Navone, « La zone grise de l’allophonie : « mouvements secondaires » et scolarisation des « UPE2A italiens » de Strasbourg », Revue européenne des migrations internationales, vol. 34 - n°4 | 2018, 119-142.

Référence électronique

Simona Tersigni et Lorenzo Navone, « La zone grise de l’allophonie : « mouvements secondaires » et scolarisation des « UPE2A italiens » de Strasbourg », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 34 - n°4 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 08 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/remi/11796 ; DOI : 10.4000/remi.11796

Haut de page

Auteurs

Simona Tersigni

Sociologue, Maître de conférences, SOPHIAPOL, Université de Paris Ouest Nanterre, 200 avenue de la République, 92001 Nanterre ; stersigni@parisnanterre.fr

Articles du même auteur

Lorenzo Navone

Docteur en sociologie (Université de Gênes, Italie), ATER à l’Université de Strasbourg, Chargé de recherche dans le cadre du programme Evascol, INSHEA, 58-60 avenue des Landes, 92150 Suresnes ; lo.navone@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page