Navigation – Plan du site
Dossier thématique

École et migration en Guyane française : invisibilité des parcours migratoires dans les dossiers scolaires à Maripasoula

School and Migration in French Guiana: Invisibility of Migratory Routes in the Scholastic Folders in Maripasoula
Escuela y migración en la Guayana francesa: invisibilidad de las rutas migratorias en los registros escolares en Maripasoula
Alexandra Vié
p. 143-165

Résumés

Dans cet article, nous proposons d’interroger la migration par le prisme de l’école en Guyane française. Puisque l’accès à la scolarité est conditionné par la production de documents administratifs, nous avons choisi de travailler à partir de dossiers scolaires d’enfants et d’adolescents. L’absence d’écriture dans les dossiers, la récurrence des attestations d’hébergement chez un tiers, la pluralité des adresses sont autant d’éléments qui mettent en avant la manière dont les enfants et leurs familles pratiquent le territoire et par conséquent l’école. En confrontant différents récits, nous tenterons de dégager des pistes de réflexion sur la mise en mots des parcours migratoires des enfants et des jeunes migrants, à Maripasoula, ville d’Amazonie, située à la frontière du Brésil et du Suriname.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Exister sur le fleuve Maroni : une lente reconnaissance des populations
Une invisibilité juridique de la colonisation à la francisation
De la catégorie de « primitif » à celle « d’étranger » : le cas des Marrons dans l’Ouest guyanais
Maripasoula : une commune en marge de la société
Le droit à l’instruction : un parcours semé d’embûches
Une offre scolaire à deux vitesses
Pratiques discriminatoires face à l’accès à l’école : la nécessité de produire des papiers
Mettre en mots des écrits pour reconstruire des parcours
Une impression de vide dans les dossiers scolaires
Des mobilités et des déplacements passés sous silence
Des fratries gommées sur le papier
Conclusion

Aperçu du texte

« Lucas est un jeune garçon né en 2007 au Suriname. À la lecture de son dossier scolaire, nous constatons qu’il possède un passeport brésilien. Il serait arrivé à l’école primaire de Maripasoula, en classe de CE2 en avril 2016. Dans son dossier, une adresse indiquait un domicile dans le bourg de la commune. À la rentrée 2017, Lucas est absent de l’école alors qu’il est inscrit en CM1. Il arrive en décembre et une nouvelle adresse est donnée. Sans que cette dernière soit changée, en avril 2018 il déménage du côté du Suriname et termine son année scolaire à l’école. » (Notes de terrain, 2018)

Cet extrait de notes de terrain a été construit à l’aide de différents documents retrouvés dans le dossier scolaire de Lucas. S’intéresser aux papiers, qu’ils soient document d’identité, justificatif de domicile ou autre, c’est considérer qu’ils remplissent un rôle, une fonction. Pour Dardy (1997 : 225), « ces papiers multiples disent que nous participons d’un système généralisé d’inscriptions, as...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandra Vié, « École et migration en Guyane française : invisibilité des parcours migratoires dans les dossiers scolaires à Maripasoula », Revue européenne des migrations internationales, vol. 34 - n°4 | 2018, 143-165.

Référence électronique

Alexandra Vié, « École et migration en Guyane française : invisibilité des parcours migratoires dans les dossiers scolaires à Maripasoula », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 34 - n°4 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/remi/11811 ; DOI : 10.4000/remi.11811

Haut de page

Auteur

Alexandra Vié

Doctorante, sciences de l’éducation, GRHAPES, INS-HEA, 58-60 avenue des Landes, 92150 Suresnes ; alexandramarie.vie@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page