Navigation – Plan du site
Varia

Des ressources pour une union, une union contre des ressources : mise en couple et conditions de vie chez les immigré·e·s d’Afrique subsaharienne après leur arrivée en France

Resources for a Union, a Union for Resources: Union Formation and Living Conditions among Subsaharan Migrants after their Arrival in France
Recursos para una unión, una unión a cambio de recursos: emparejamiento y condiciones de vida en los inmigrantes de África subsahariana después de su llegada a Francia
Mireille Le Guen, Élise Marsicano et Nathalie Bajos
p. 195-221

Résumés

Lorsqu’ils arrivent en France, généralement à un âge auquel les couples se forment, les immigré·e·s d’Afrique subsaharienne connaissent des conditions de vie particulièrement difficiles. Or, les dynamiques conjugales dépendent des ressources économiques et matérielles détenues par les individus et ce, de façon différente pour les femmes et les hommes. De fait, les hommes pourraient avoir des difficultés à entrer en union après leur arrivée France, alors que les femmes seraient amenées à se mettre rapidement en couple, accédant aux ressources matérielles de leur conjoint et ainsi, échapper à la précarité économique. Cet article détaille les conditions d’entrée en union des immigré·e·s d’Afrique subsaharienne après leur arrivée en France. Nous utilisons les données de l’enquête biographique ANRS-Parcours menée en 2012-2013 en Île-de-France. Nos résultats mettent en évidence le fait que les hommes immigrés d’Afrique subsaharienne entrent moins rapidement en union que leurs homologues de sexe féminin. Chez ces derniers, la mise en couple dépend du fait d’avoir un emploi stable, un logement personnel ou un titre de séjour pérenne. En outre, plus leurs conditions de vie sont favorables, plus ils entrent rapidement en union. Pour les femmes en revanche, la mise en couple ne semble pas dépendre de leurs situations administrative ou professionnelle. Il semblerait même que le fait d’entrer en union puisse leur permettre d’améliorer leurs conditions de vie.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Étudier les trajectoires conjugales des immigré·e·s
Une enquête biographique auprès des immigré·e·s d’Afrique subsaharienne
Analyser l’entrée dans une première union
Migrer et connaitre la précarité
Femmes et hommes migrent au même âge, mais pour des raisons différentes
Des conditions de vie difficiles à l’arrivée pour les femmes et les hommes
Entrer en union après l’arrivée en France : une expérience genrée
Les femmes entrent plus rapidement en union que les hommes
L’effet genré des conditions de vie sur la mise en couple
Accumuler les capitaux pour maximiser ses chances
Les conditions genrées de la mise en couple chez les immigré·e·s d’Afrique subsaharienne vivant en Île-de-France

Aperçu du texte

Les profils migratoires des personnes nées en Afrique subsaharienne et venant s’installer en France ont fortement évolué au cours de la deuxième moitié du XXe siècle (Lessault et Beauchemin, 2009). Dans les années 1960, le contexte économique favorable incite les entreprises françaises à recruter de la main-d’œuvre. Elles se tournent alors vers les anciennes colonies et embauchent des hommes, majoritairement. Ces derniers ont ensuite été rejoints, au cours des années 1970, par leurs femmes et leurs enfants au titre du regroupement familial. À partir des années 1980, on assiste à une diversification des pays d’émigration ainsi qu’à l’apparition d’un nouveau profil d’immigré·e·s, comme les étudiant·e·s, rajeunissant par là même la population des personnes venues d’Afrique subsaharienne (Barou, 2002). Par la suite, d’autres raisons ont motivé la migration telle que la demande d’asile, ou, depuis 1998, l’obtention d’un titre de séjour pour « raisons médicales » (Couillet, 2010). En cons...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mireille Le Guen, Élise Marsicano et Nathalie Bajos, « Des ressources pour une union, une union contre des ressources : mise en couple et conditions de vie chez les immigré·e·s d’Afrique subsaharienne après leur arrivée en France », Revue européenne des migrations internationales, vol. 34 - n°4 | 2018, 195-221.

Référence électronique

Mireille Le Guen, Élise Marsicano et Nathalie Bajos, « Des ressources pour une union, une union contre des ressources : mise en couple et conditions de vie chez les immigré·e·s d’Afrique subsaharienne après leur arrivée en France », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 34 - n°4 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 19 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/remi/11968 ; DOI : 10.4000/remi.11968

Haut de page

Auteurs

Mireille Le Guen

Démographe, Ceped, Université Paris Descartes – IRD ; Cesp-Inserm, Université Paris-Saclay-Paris-Sud, Hôpital Paul Brousse, Bât. 15/16, 16 avenue PV Couturier, 94807 Villejuif ; mireille.le-guen@inserm.fr

Élise Marsicano

Maîtresse de conférences, Sage/Cesp-Inserm, Université de Strasbourg, Maison Interuniversitaire des Sciences de l'Homme – Alsace, 5 allée du Général Rouvillois, 67083 Strasbourg cedex ; marsicano@unistra.fr

Nathalie Bajos

Sociologue-démographe, Directrice de recherche, Cesp-Inserm, Université Paris-Saclay-Paris-Sud, Hôpital du Kremlin-Bicêtre, 84 rue du Général Leclerc, 94270 Le Kremlin Bicêtre ; nathalie.bajos@inserm.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page