Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Charef Mohammed, L’État, le rôle et la place des Marocains du monde dans la région de Souss-Massa

Yves Charbit
p. 251-252
Référence(s) :

Charef Mohammed (2008) L’État, le rôle et la place des Marocains du monde dans la région de Souss-Massa, Rabat, CCME, 331 p., ISBN : 978-9954-669-38-9

Texte intégral

1Le livre se compose de six solides chapitres qui associent réflexion théorique de haut niveau et données empiriques recueillies grâce à un très riche travail de terrain. Il faut souligner d’emblée l’importance de ce type d’étude régionale, qui permet de mieux comprendre la réalité profonde des choses, dans la mesure où les migrations s’inscrivent dans une identité régionale très forte.

2Le chapitre 1 discute d’abord la relation entre migration et développement. Il montre bien la diversité et la complexité des notions en jeu et surtout il pose une question cruciale : le développement permet-il réellement d’arrêter l’immigration ? À cet effet, il propose une fine analyse critique du concept de co-développement. Le chapitre 2 consacré aux migrations dans la région Sousse massa « des temps et des lieux » est particulièrement remarquable. Il propose une passionnante plongée dans l’histoire pluriséculaire de ce courant migratoire des origines jusqu’à aujourd’hui. Il montre la diversité des acteurs, des profils et des destinations, en accordant une attention particulière à l’impact des deux conflits mondiaux sur les flux migratoires.

3Le chapitre 3 intitulé avec humour « Migrant marocain et développement ou quand les migrants se mêlent du développement » équilibre les trois niveaux, national régional et local quant à l’impact des migrations. À côté de la présentation des flux de transferts d’argent, il procède à une excellente analyse des conséquences sociales de ces transferts et en particulier les mutations dans l’habitat et dans l’architecture. L’auteur, géographe, s’était révélé historien dans le chapitre 2. Ici le spécialiste de l’urbanisme se fait sociologue. En effet il restait dans ce chapitre à ne pas oublier les acteurs. Il nous montre la richesse et la diversité des migrants investisseurs dans le domaine du commerce et dans d’autres secteurs. Ces entrepreneurs ont contribué à « moderniser l’économie régionale » ce dont témoigne une « success story ».

4Le chapitre 4 consacré aux associations de migrants pose le problème de leur rôle dans le développement régional. Il s’ouvre par une riche réflexion sur la participation citoyenne et la démocratie représentative au Maroc. Ce chapitre montre en particulier le dynamisme du monde associatif dans la région par rapport aux autres (voir le spectaculaire graphique 6 en page 187). Dans le cas du Douar Ouled Mimoun, ce douar « presque ordinaire », la vie a été profondément changée par les migrants et leur association créée en 1994.

5Le chapitre 5 s’attache à d’autres associations particulièrement importantes par le rayonnement et par leur action. La première est Migration et développement créé en 1986 et qui a une approche en quelque sorte horizontale du développement. Elle se préoccupe du genre, de l’environnement, de la gouvernance locale, des activités génératrices de revenus, d’éducation et même de formation à la gestion associative. Dans le cas de la commune rurale de Arbaa Sahel, le témoignage du président de la commune rurale, Brahim Safini, met en valeur le rôle des émigrés de la diaspora économique. Enfin, le chapitre souligne les apports des associations des Marocains résidents à l’étranger et leur perception positive par les acteurs locaux.

6Le chapitre 6 s’attache à la question de la territorialisation et, à travers elle, à une réflexion sur la politique locale et régionale : en quoi et comment les structures étatiques mobilisent-elles les Marocains résidant à l’étranger dans le développement local ? Sont décrits les rôles du Centre régional d’investissement de la région, de la Chambre de commerce d’industrie de services, de l’Agence de développement social de la région, de l’Agence nationale de la promotion de l’emploi et des compétences. Tout ceci conduit l’auteur à faire des propositions concrètes notamment à propos de Taroudant et de Tiznit.

7La conclusion de l’ouvrage interroge à juste titre sur la complexité des liens actuels, qui dépassent la seule question des transferts d’argent. Elle insiste sur les risques liés à la politique migratoire des pays d’installation, qui pourrait aboutir à une fragilisation des communautés marocaines vivant l’étranger. Aussi l’auteur plaide-t-il pour le renforcement des liens avec la société d’origine alors que les migrants de la première et deuxième génération montrent peu d’empressement dans l’investissement productif. À ses yeux l’un des enjeux majeurs du développement durable au Maroc est d’arriver à utiliser au mieux les capacités des associations de migrants. Le bilan est certes positif et l’implication des MRE dans développement local a été indéniable qu’il s’agisse de l’électrification, de l’abduction d’eau, de l’éducation, de la santé, voire du renforcement de l’identité locale. Le livre se termine par quelques recommandations qui sont en réalité de véritables propositions d’une politique du développement local qui se donnerait les moyens d’associer les migrants.

8Ce rapide survol de cet ouvrage aura montré son extraordinaire richesse et son authentique dimension interdisciplinaire, car il associe géographie humaine, économie, histoire, science politique, ethnographie. Il faut souligner le brio avec lequel l’auteur parvient à mobiliser de manière extraordinairement convaincante les échelles spatiales (du niveau local au régional et au national), les échelles temporelles (court terme, moyen terme et long terme) et enfin les échelles sociales, puisque l’analyse du migrant n’est jamais dissociée de sa famille, de sa communauté d’appartenance des associations auxquelles il participe, et bien évidemment de la dialectique entre les acteurs individuels, la société civile et les institutions politiques, que ce soit l’État ou la région. Ce livre important sera sans doute une référence pour la connaissance de cet enjeu majeur qu’est le développement local et il est à souhaiter que des études comparables soient réalisées sur d’autres régions afin d’avoir une vue d’ensemble de la relation entre migration et développement au Maroc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Charbit, « Charef Mohammed, L’État, le rôle et la place des Marocains du monde dans la région de Souss-Massa », Revue européenne des migrations internationales, vol. 35 - n°1 et 2 | 2019, 251-252.

Référence électronique

Yves Charbit, « Charef Mohammed, L’État, le rôle et la place des Marocains du monde dans la région de Souss-Massa », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 35 - n°1 et 2 | 2019, mis en ligne le 01 octobre 2019, consulté le 11 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/remi/12401

Haut de page

Auteur

Yves Charbit

Démographe, Professeur émérite, CEPED, Université Paris Descartes/IRD

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page