Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Séraphin Gilles, Famille et migration

Jordan Pinel
p. 252-254
Référence(s) :

Séraphin Gilles (Éd.) (2016) Famille et migration, Recherches familiales, 13, Paris, Union Nationale des Associations Familiales, 145 p.

Texte intégral

1La migration, même lorsqu’elle ne concerne qu’un membre de la famille, « marque tout autant le vécu de l’ensemble de la famille » (p. 3). Gilles Séraphin, par ces mots, insiste sur l’importance de s’intéresser aux acteurs de la migration, migrants et non migrants et notamment à la famille où chaque membre voit sa place évoluer par la migration par une « restructuration familiale au moins sur le plan symbolique » (p. 3). Et à l’instar d’ouvrages récents (Imbert et al., 2018 ; Kraler et al., 2011), la famille est au cœur de l’attention de plusieurs auteurs réunis dans ce dossier thématique « Famille et Migration ». Pour ce treizième numéro de Recherches familiales, l’introduction de Gilles Séraphin pose les bases de la réflexion sur la relation entre famille et migration qui sera le fil conducteur des six articles francophones. Le dossier est pensé en trois parties énoncées dans la partie introductive : « La migration dans le roman familial : la construction de l’identité », « Migration et relations familiales » et « Migration, droit et institution ».

2La première partie aborde ainsi l’histoire et l’identité familiale forgée à travers la migration et surtout son énoncé après la migration. Cette partie aborde notamment les questions d’identité que se posent les descendants de migrants. Ainsi, le premier article d’Anne Tatu-Colasseau, aborde la transmission de la mémoire et de la culture dans des familles maghrébines et son rôle dans l’intégration sociale des enfants. Les deux sont liés ici, car « pour se soumettre à l’injonction de réussite sociale, les descendants ont besoin de garder les “pieds trempés” dans les références d’origine, invalidant l’hypothèse d’une assimilation par la rupture culturelle » (p. 20). Anne Tatu-Colasseau conclut son article en soulignant l’importance des transmissions féminines. La mère « se révèle actrice pivot des transmissions décisives » (p. 20) et les filles seront plus réceptives à ces transmissions culturelles et mémorielles, moteur pour elles de leurs projets d’ascension sociale. Ce lien parents-enfants est poursuivi dans l’article suivant d’Elsa Lagier. La sociologue lie le roman familial avec l’intérêt et l’engagement politique des enfants d’immigrés et constate que « le parcours migratoire des parents influence la socialisation politique de leurs enfants à partir du moment où l’histoire personnelle familiale des parcours concrets se trouve réinscrite dans une histoire plus collective qui lui donne du sens » (p. 33). Les enfants mobilisent, consciemment ou non, cette histoire familiale dans leur rapport à la politique et donnent un sens à leurs situations à travers cette histoire.

3La deuxième partie se focalise sur les relations familiales au sein de la migration. Gilles Séraphin évoque la double absence de l’émigré qui modifie les relations familiales, avec une diversité de situations aujourd’hui qui peuvent affecter les relations intergénérationnelles entre enfants partis et parents restés. Deux articles évoquent ces questions de génération et de distance au sein de la famille. Ainsi, le texte de Carole Beaugendre, Didier Breton et Claude-Valentin Marie donne l’exemple de migrations d’outre-mer à la métropole et évoque une des conséquences du départ sur les populations restées. En effet, à partir d’un travail sur l’Enquête Migration, Famille, Vieillissement (2009-2010) et des données du recensement, les trois auteurs montrent « l’importance de l’éclatement des familles des natifs des DOM » (p. 51) avec le départ des plus jeunes. Face à cet éclatement, l’enjeu principal est la prise en charge des personnes âgées dans des territoires où le vieillissement est important et où le nombre « d’enfants-aidants » tend à diminuer par la migration et la baisse de la fécondité. L’inquiétude est d’autant plus forte que les auteurs rappellent que « les DOM sont particulièrement déficitaires en équipement d’accueil de ce public » âgé. Mathilde Plard poursuit le thème de l’intergénérationnel avec l’article suivant. Elle explique comment la décohabitation des enfants et parents crée une nouvelle organisation dans les relations de care et donc une prise en charge à distance pour des familles transnationales brahmanes. Ces enjeux de prise en charge des populations âgées au pays d’origine ont d’ailleurs été rappelés dans un ouvrage récent (Nowik et Lecestre-Rollier, 2015) où Mathilde Plard évoque également le cas des familles transnationales indiennes, mais où était aussi évoquée la situation de Mayotte dont on peut faire des rapprochements avec celle des Antilles ou de La Réunion.

4Enfin les deux derniers textes sont de nature plus juridique et institutionnelle et abordent la famille au cœur du droit et des institutions françaises. Le premier, d’Anne Wyvekens se base sur une enquête faite dans deux tribunaux de grande instance et place le droit familial en contexte de migration. L’auteure montre comment la justice familiale face à des justiciables immigrés ou d’origine immigrée met en scène une double appartenance produite par la migration plutôt que des « conflits de normes » qui opposeraient « le droit du pays d’accueil et les systèmes de valeurs de populations venues d’ailleurs » (p. 76). Pour les magistrats, l’examen individuel doit se faire de manière pragmatique face à la dimension collective qu’est l’immigration, ils « voient les individus, leur réalité immédiate […] avant ce qu’ils représentent socialement » (p. 77). Enfin le dernier article de Myriam Hachimi Alaoui, évoque les politiques publiques d’intégration destinées à « inculquer un socle de “valeurs” aux “nouveaux entrants” dans la communauté politique » (p. 92). Elle revient sur les différentes étapes de cette réglementation de l’immigration familiale et met la focale sur les « femmes d’immigrées » vue comme « pivot de l’intégration des familles » (p. 83). En parallèle des discours autour de la mise en place de cette politique d’intégration, elle dresse le portrait des dispositifs pour intégrer les familles migrantes, notamment des formations civiques qui y sont associées. Face à des « valeurs » souvent déconnectées de la vie de ces migrants, les tentatives pour les « inculquer » semblent vaines, voire parfois contreproductives.

5Nous pouvons regretter le manque d’éléments conclusifs et liants pour clore ce dossier et développer une dimension plus globale sur les rapports familiaux en migration. Cependant, la partie introductive de Gilles Séraphin a apporté en amont quelques éléments de réflexion sur l’évolution familiale au cœur des migrations, tout en résumant parfaitement les différents articles. Dans tous les cas, le dossier remplit l’objectif d’« étudier ce que la migration d’une unité familiale ou de l’un de ses membres […] construit comme pratiques familiales » (p. 7) et plus largement comme mémoire et identité familiales et sociales. Les différentes études de cas permettent d’enrichir la réflexion autour d’un champ d’études des migrations encore en construction.

Haut de page

Bibliographie

Imbert Christophe, Lelièvre Éva et Lessault David (2018) La famille à distance : mobilités, territoires et liens familiaux, Paris, INED, 376 p.

Kraler Albert, Kofman Éléonore, Kohli Martin and Schmoll Camille (2011) Gender, Generations and the Family in International Migration, Amsterdam, Amsterdam University Press, 404 p.

Nowik Laurent et Lecestre-Rollier Béatrice (2015) Vieillir dans les pays du sud. Les solidarités familiales à l’épreuve du vieillissement, Paris, Karthala, 312 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jordan Pinel, « Séraphin Gilles, Famille et migration », Revue européenne des migrations internationales, vol. 35 - n°1 et 2 | 2019, 252-254.

Référence électronique

Jordan Pinel, « Séraphin Gilles, Famille et migration », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 35 - n°1 et 2 | 2019, mis en ligne le 01 octobre 2019, consulté le 12 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/remi/12408

Haut de page

Auteur

Jordan Pinel

Géographe, Doctorant, Migrinter/Université de Poitiers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page