Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Arab Chadia, Dames de fraises, doigts de fée, les invisibles de la migration saisonnière marocaine en Espagne

Nouri Rupert
p. 254-257
Référence(s) :

Arab Chadia (2018) Dames de fraises, doigts de fée, les invisibles de la migration saisonnière marocaine en Espagne, Casablanca, En toutes lettres, 185 p., ISBN : 978-9954-987-90-2

Texte intégral

1Chadia Arab (Géographe, CNRS-ESO) rend compte du phénomène de migration circulaire de femmes marocaines entre le Maroc et l’Espagne en mobilisant différentes enquêtes de terrain réalisées, principalement des interviews des acteurs concernés par ce phénomène, entre 2008 et 2017.

2Le style de rédaction tranche avec des écrits académiques classiques — à mettre en lien avec le format usité par la maison d’édition choisie — puisqu’elle nous propose une ethnographie sous la forme d’investigation permettant un accès au plus grand nombre.

3L’ouvrage est divisé en six chapitres abordant à la fois l’aspect institutionnel de ce type de migration, et le parcours des femmes actrices principales. L’auteure montre tout d’abord quels types de femmes sont concernés, et les changements que cette migration a amenés tant dans leur gestion du quotidien, que dans leur perception de l’avenir. Ensuite elle indique comment ce programme de migration circulaire a été mis en place dans le but de lutter contre la migration illégale, tout en annonçant de manière concise les méfaits de cette migration institutionnalisée, sur ces femmes.

4Chadia Arab suit une méthodologie aussi riche que rigoureuse puisqu’elle procède principalement à des interviews et immersions et non uniquement à des observations espacées dans le temps, pour étudier ce phénomène.

5À l’aide de multiples témoignages, l’auteure objective ce nouveau de type de migration institutionnalisée dite « circulaire » permettant à certaines femmes marocaines de migrer pour travailler en Espagne.

6L’auteure explicite au fur et à mesure des chapitres comment ces dernières ne furent pas passives, mais pleinement actrices dans le processus, afin de tenter d’améliorer leurs conditions de vie quotidienne, mais également celles des familles restées au Maroc.

7Dans un premier chapitre, Chadia Arab explicite dans quelle mesure la migration de femmes marocaines à Huelva fut une opportunité pour sortir des grandes difficultés sociales et économiques, tout en n’omettant pas de rendre compte des méfaits qu’implique cette mobilité. Cette province située au sud de l’Espagne est surnommée « la province de l’or rouge », pour évoquer les fraises. Chaque année, des coopératives espagnoles embauchent des milliers de femmes, majoritairement d’Europe de l’Est (Pologne, Roumanie) et du Maghreb (Maroc) pour planter et cueillir les fraises, moteur économique de cette région.

8La division sociosexuée du travail est au cœur du phénomène circulatoire, car ne concerne que des femmes embauchées pour leur minutie, et leurs « doigts de fées ».

9L’État espagnol observe de son côté, cette migration comme une opportunité face à la diminution de la population dans cette région, amenant une baisse de main-d’œuvre féminine peu qualifiée.

10Le programme de « gestion éthique de l’immigration saisonnière » matérialise la migration circulaire et consiste à faire venir des femmes marocaines quelques mois en Espagne en leur octroyant des visas prévus à cet effet, puis à les renvoyer chez elles le reste de l’année.

11Selon l’auteure, ce programme a pour but de pallier les besoins économiques espagnols, de contrôler la migration vers l’Union européenne, mais également de développer les pays d’origine des femmes grâce aux flux de devises. Appartenant au programme européen AENEAS (Programme d’assistance technique et financière à des pays tiers dans le domaine de l’émigration et de l’asile) de l’UE, ce programme de migration a pour but de lutter contre la migration clandestine.

12Le Maroc ayant des relations étroites avec l’UE, dans le cadre de ces migrations circulaires, il a avec l’Espagne créé deux institutions clés : l’ANAPEC embauchant les femmes au Maroc selon les demandes des coopératives et organes de centralisation des informations, et la FUTEH en liaison avec la Mairie de Cartaya (en Espagne), organisme d’accompagnement. Ces organismes ont été mis en place dans un but de transparence du système, créant des étapes institutionnalisées entre l’embauche au Maroc et le travail en Espagne. Ce type de migration est donc contrôlé : toutes les femmes ne peuvent pas être éligibles au contraire.

13L’auteure avance avec précision les différentes conditions préalables à cette circulation : femmes marocaines rurales puisque considérées comme plus dociles. Cette circulation est encadrée tant par l’État de départ que par l’État d’arrivée : chaque étape de la migration encadrée par l’ANAPEC au Maroc puis la FUTEH en Espagne.

14Ce type de migration se signale pour son aspect temporaire et incertain. L’employeur a droit de regard sur la fin du contrat de travail et l’expulsion de la travailleuse.

15Une des forces de ce travail est de toujours considérer l’imbrication des rapports de pouvoir comme organisateur central de la circulation des femmes concernées ; grâce notamment aux données de la municipalité de Cartaya.

16Les femmes s’inscrivant à ce type de migration sont issues de milieux paupérisés de la société marocaine et plus particulièrement ruraux. Toutes les concernées sont âgées entre trente et cinquante ans, ont des enfants à charge, parfois analphabétisées.

17Chadia Arab rappelle avec justesse que les femmes choisies pour la réussite de ces programmes sont des femmes qui n’avaient jamais quitté leur village. Cela facilite leur renvoi après les récoltes en pariant également de leur docilité.

18Ces départs ne se font pas sans difficulté puisque l’auteure narre les difficultés initiales rencontrées par ces femmes. Cela concerne la somme d’argent nécessaire pour compléter leurs dossiers administratifs qui mène à un endettement, et les négociations avec les familles pour l’autorisation de partir à l’étranger seules.

19Malgré cela, questionnaire à l’appui, Chadia Arab explique que les candidates trouvent un intérêt humain à avoir quitté le Maroc, et ce malgré des conditions de travail plus que difficiles.

20Cependant il faut prendre en compte la subjectivité des réponses aux questionnaires qui peuvent alors être erronées, car ces femmes subissent une certaine pression de leur employeur, et du système lui-même, car redoutent de ne plus être rappelées.

21D’un point de vue économique, l’auteure remarque que ces dames de fraises par leur rémunération et expérience en Espagne sont plus autonomes et libres. L’autonomie financière en est la preuve la plus marquante, car leur permet d’acquérir un certain pouvoir décisionnel dans la famille. Cette migration leur permet d’être plus mobile une fois au Maroc, et plus à l’aise, lorsqu’entourées d’hommes. Elles passent d’un rôle plus traditionnel féminin (lié à l’injonction à la maternité) au rôle de cheffes de famille et actrices économiques. En outre, ces femmes marocaines choisies pour leur précarité ont prouvé leur force face au travail et à l’éloignement, on parle de « zoufria » (femmes capables).

22Cependant, cet ouvrage n’omet pas les aspects plus négatifs. La plupart retrouvent leur rôle de « femme » au sein de la famille, la division sexuelle du travail se recompose dès qu’elles rentrent chez elles. Cette soumission est même présentée comme institutionnalisée, car elles nécessitent un accord masculin pour participer à ces programmes de migration. Le choix de migrer est potentiellement rarement personnel, mais répond aux besoins des familles.

23Cette « émancipation » est donc réelle, mais temporaire. L’image renvoyée de ces femmes au Maroc est loin d’être aussi positive, en effet on les assimile à de mauvaises mères, voire déstabilisatrices, de la valeur familiale, en se voyant accusées de prostitution en Espagne.

24Enfin, dans les deux derniers chapitres Chadia Arab explique les effets pervers de cette immigration circulaire ; puisque la frontière entre celle-ci et l’immigration clandestine est ténue.

25Loin d’être un processus gagnant-gagnant comme imaginé de jure, ce dernier est un moyen d’éviter toute volonté d’installation de ces femmes en Espagne ; au risque de devenir « sans-papières ».

26L’auteure s’efforce donc à mettre en avant les répercussions sociales de ce phénomène économique. Cette migration institutionnalisée est fortement critiquée négativement par des organismes agissant pour les droits humains au Maroc. Ils dénoncent l’exploitation de ces femmes précaires et l’atteinte aux droits humains (comme l’attente au droit de circulation).

27L’auteure explicite que ce système institutionnalisé sous le regard de l’Union européenne est à même de créer des Harragas (migrant·e·s clandestin·e·s). En n’employant les femmes que sur des périodes courtes, les employeurs peuvent diminuer les effectifs des coopératives d’une année à l’autre. Ceci impacte la précarité de ces femmes qui, n’ayant pas les moyens de reconstituer leurs dossiers chaque année, préfèrent rester sur place malgré l’interdiction juridique. Ce phénomène est paradoxal, car allant à l’encontre de l’esprit de la migration circulaire. Ces dernières se retrouvent dans des situations de contraintes concrètes. Elles tentent d’acheter leurs contrats de travail pour parvenir à la régularisation tandis que d’autres cherchent une protection masculine en tentant de contracter mariage, bien souvent sans succès.

28Chadia Arab conclut son ouvrage par un ultime chapitre au titre évocateur « une immigration jetable ». Loin de créer une migration sociale et éthique, l’Union européenne et le Maroc ont mis en place un système de « migration jetable » où les femmes sont sollicitées seulement si besoin, et en fonction des conditions économiques espagnoles. Les employeurs peuvent librement choisir leurs effectifs.

29Ce processus de migration circulaire fut établi dans le seul but de pallier le besoin économique des deux pays concernés et de lutter contre l’immigration clandestine. Les conditions de vie de ces femmes et leurs précarités ne sont utilisées qu’à des fins économiques et politiques. Cependant, et malgré des conditions de travail et vie indignes, l’ouvrage visibilise au mieux les espaces interstitiels de liberté et le certain bénéfice social et économique que ces femmes retirent de ces emplois saisonniers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nouri Rupert, « Arab Chadia, Dames de fraises, doigts de fée, les invisibles de la migration saisonnière marocaine en Espagne », Revue européenne des migrations internationales, vol. 35 - n°1 et 2 | 2019, 254-257.

Référence électronique

Nouri Rupert, « Arab Chadia, Dames de fraises, doigts de fée, les invisibles de la migration saisonnière marocaine en Espagne », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 35 - n°1 et 2 | 2019, mis en ligne le 01 octobre 2019, consulté le 11 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/remi/12420

Haut de page

Auteur

Nouri Rupert

Sociologue, LCSP-CEDREF/Université Paris Diderot

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page