Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Arab Chadia, Dames de fraises, doigts de fée, les invisibles de la migration saisonnière marocaine en Espagne

Alain Tarrius
p. 257-259
Référence(s) :

Arab Chadia (2018) Dames de fraises, doigts de fée, les invisibles de la migration saisonnière marocaine en Espagne, Casablanca, En toutes lettres, 185 p., ISBN : 978-9954-987-90-2

Arab Chadia (2018) Nous sommes tou·t·es des #DamesDeFraises, Mediapart : Le blog de Chadia Arab, [en ligne]. URL : https://blogs.mediapart.fr/chadia-arab/blog/130618/nous-sommes-tou-te-s-des-damesdefraises

Texte intégral

1Entre 2008 et 2010 les autorités consulaires commerciales espagnoles et marocaines développèrent l’idée de réglementer une migration circulaire entre les deux nations pour les saisonnières de récoltes agricoles des immenses cultures de fraises de la Huelva, dans l’Ouest andalou, proche de l’Algrave portugais : ce programme éthique mis au point devait éviter les aventures des sans-papiers et les diverses formes de leurs exploitations qui ponctuent les conflits entre travailleurs·euses marocain·e·s et propriétaires agricoles à lest de l’Andalousie, dans la province d’Almeria-El Ejido, dans la « mer des serres ». Deux structures furent concernées : au Maroc, le ministère de l’Emploi confia à l’ANAPEC (Agence Nationale de promotion de l’emploi et des compétences) la charge d’accueillir les candidates aux activités agricoles saisonnières, de les orienter et de les accompagner. En Espagne c’est la FUTEH (Fundacion para trabajadores de estranjeros en Huelva) localisée dans la mairie de Cartaya qui réalisait l’accueil et la répartition des « doigts de fées », surnom des cueilleuses proposé par Chadia Arab recueillant une unanimité de témoignages sur leur délicatesse dans la cueillette des fraises.

2Il s’agissait d’une régulation des mouvements saisonniers qui devait maintenir ces femmes dans un statut permanent de migrantes circulaires, enrichissant les familles restées au Maroc, et évitant dans le Sud espagnol les immigrations définitives liées au droit du travail des travailleurs temporaires.

3C’était oublier et, de fait, renforcer, les processus de domination auxquels les femmes marocaines étaient soumises : célibataires avec enfants, divorcées en charge de famille, mariées avec des époux sans travail, étaient nombreuses parmi ces Marocaines de trente-cinq à quarante-cinq ans astreintes à un travail méticuleux de cueillettes en plusieurs passages et accroupies dans l’humidité de l’arrosage constant et la chaleur des champs sans arbres. Dominations de genre, au Maroc, où le statut de la femme rurale est défini par toutes sortes de soumissions, et en Espagne, embauchées par des hommes, les propriétaires, et constamment surveillées par des contremaîtres espagnols, pendant leur travail et durant leurs pauses et leur vie nocturne dans des hangars-dortoirs. Cette migration genrée en situation de dépendance économique totale voyait se démultiplier les rapports de domination masculine. Chadia Arab signale à quel point le « ni d’ici ni de là-bas » de l’immigrant, formulé en 1999 par Abdelmalek Sayad prend une forme paroxystique… avec une singulière exception dans un des premiers portraits de transmigrantes circulaires présenté comme emblématique : elle décrit la réussite d’une jeune mère enrichissant sa famille au Maroc par des achats productifs de terres et de biens ; nous sommes typiquement dans un cas opposé à ceux présentés par Sayad, et développé plutôt par Lamia Missaoui en 1995, « le migrant et d’ici et de là-bas et de l’entre deux », riche analyse triadique qui contribuera à sa définition de « l’étranger de l’intérieur ». L’« entre deux », parcours social, économique, moral, transnational, malgré la cohérence de son montage politico-administratif, opère comme un incitateur à la dérogation, à la relative libération de leur condition par ces jeunes femmes : la proximité d’autres transmigrants n’y est pas pour rien, femmes polonaises qui se réclament de leur européanité pour diverses revendications, hommes sub-sahariens, qui ont pris de l’ascendance sur leurs patrons et courtisent les Marocaines, etc.

4Chadia Arab nous introduit finement, anthropologiquement (la danse des « alters »), dans la première partie de son ouvrage, aux histoires de vie liées à ces cheminements transnationaux puis elle nous livre (pp. 85-106) une enquête sociographique méticuleuse sur les origines, les localisations, les contours, fratries, revenus familiaux, etc. qui complète l’enquête par proximité, par accompagnement, et permet de situer les enjeux sociétaux de cette migration circulaire de femmes marocaines.

5Il est rare de lire une recherche de terrain aussi sensible et précise, nouant sans arrêt un continuum entre trajectoires individuelles et collectives, voguant du plus sensible, empathique, rapport aux personnes aux plus distantes récollections collectives de l’enquête intensive.

6L’information contextuelle concerne surtout le Maroc. Il faut resituer cette recherche dans une suite de travaux concernant le Levant espagnol, de la frontière du Perthus à l’Ouest andalou. Des enquêtes, en collaboration, de David Sempere, Oriol Romani, Lamia Missaoui, Alain Tarrius de 1999, ont mis en évidence les modalités de développement de réseaux marocains le long du Levant ibérique, incluant la « traite des travailleurs saisonniers » et les premières révoltes des Marocains d’El Ejido travaillant sous serre, celles de Swanie Potot, 2003, concernent les travailleuses roumaines dans les serres andalouses, celles encore de Fatima Lahbabi et Pilar Rodriguez Martinez (2002-2004) sur la prostitution massive de jeunes Marocaines en Andalousie, et enfin celles d’Olivier Bernet et d’Alain Tarrius sur les trafics de femmes balkaniques vers le Levant espagnol (2011-2015).

7L’expérience relatée par Chadia Arab se voulait « réparatrice » des tensions révélées par les précédentes études. La chercheure montre l’inanité des figurations de maîtrise administrative des frontières politiques : d’autres frontières, morales, s’imposent rapidement, générées entre autres par la rigidité administrative des montages internationaux, ignorants des désirs, aspirations, soumissions et consciences de ces phénomènes permis par l’entre-deux transmigratoire…

Haut de page

Bibliographie

Lahbabi Fatima y Rodriguez Martinez Pilar (2005) Migrantes y trabajadoras del sexo, Del Blanco, 214 p.

Missaoui Lamia (1995) Généralisation du commerce transfrontalier : petit ici, notable là-bas, Revue Européenne des Migrations Internationales, 11 (1), pp. 53-75.

Missaoui Lamia, Sempere Juan David et Oriol Romani (2000) Apparition des comptoirs, et des réseaux souterrains marchands, marocains le long du Levant Ibérique, Rapport de recherche DG12 Europe (5ème PCRD), 132 p.

Sayad Abdelmalek (1999) La double absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Seuil, 437 p.

Tarrius Alain (2014) Transmigrations européennes de travailleuses du sexe balkaniques et caucasiennes accompagnées de parentèles féminines, Revue Tiers Monde, 217 (1), pp. 25-43.

Tarrius Alain (2002) La mondialisation par le bas. Les nouveaux nomades de l’économie souterraine, Paris, Balland, 175 p.

Péraldi Michel (Éd.) (2001) Cabas et containers. Activités marchandes informelles et réseaux migrants transfrontaliers, Paris, Maisonneuve et Larose, 361 p.

Potot Swanie (2005) La place des femmes dans les réseaux migrants roumains, Revue Européenne des Migrations Internationales, 21 (1), pp. 243-257.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Tarrius, « Arab Chadia, Dames de fraises, doigts de fée, les invisibles de la migration saisonnière marocaine en Espagne », Revue européenne des migrations internationales, vol. 35 - n°1 et 2 | 2019, 257-259.

Référence électronique

Alain Tarrius, « Arab Chadia, Dames de fraises, doigts de fée, les invisibles de la migration saisonnière marocaine en Espagne », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 35 - n°1 et 2 | 2019, mis en ligne le 01 octobre 2019, consulté le 11 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/remi/12433

Haut de page

Auteur

Alain Tarrius

Sociologue et anthropologue, Professeur émérite, LISST, Université de Toulouse le Mirail/CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page