Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Kizomba Dance: From Market Success to Controversial National Brand

La danse kizomba : du succès commercial à une marque nationale controversée
La danza kizomba: de éxito de mercado a marca nacional controvertida
Livia Jiménez Sedano
p. 107-127

Résumés

L’objectif de cet article est d’analyser comment la globalisation contre-hégémonique d’une danse — la kizomba — a eu une répercussion sur la représentation symbolique d’une nation — l’Angola — et les polémiques suscitées. La danse de couple appelée kizomba est devenue populaire dans certaines villes de l’Afrique lusophone et à Lisbonne pendant les années 1980. Au milieu des années 1990, une version commerciale de la danse est introduite en Portugal et ensuite globalisée. Les professeurs entrent en concurrence pour attirer des élèves, et mènent des débats sur l’angolanité, la cap-verdianité, l’africanité ou le caractère global de la danse pour donner de la légitimité à leurs propres pratiques. L’État d’Angola a ainsi profité du succès de la kizomba pour revendiquer la musique et la danse comme symboles nationaux. En conclusion, les industries globales sont devenues centrales pour définir les symboles nationaux dans le contexte néolibéral, notamment dans le cas des ex-colonies.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Introduction: The Kizomba Battlefield in Context
Methodology
Competing Narratives in the Global Kizomba Industry
Promoting a New “Angolan” National Brand
Conclusion: Contra-flows and the Role of Global Industries in the Shaping and Transnational Circulation of National Symbols

Aperçu du texte

Introduction: The Kizomba Battlefield in Context

The couple dance popularly known as kizomba became fashionable in the 1980s in the Portuguese-speaking “African” communities living in Africa and Europe sharing transnational ties. It was danced to zouk music from the West Indies (Guilbault, 1993) and derived from musical styles produced by artists from the PALOPs (Cidra, 2010a) that entered into popularity in that period. Musical hits developed by artists from the French Antilles, produced in Paris and labelled as zouk became a great success from the 1980s onwards in France, parts of West Africa, America, Asia and certain cities in Europe through transnational connections. By the 1990s, the most emblematic Antillean zouk band, Kassav, was touring Portuguese-speaking Africa and fostering the already existing passion for their music in that region.

In each context, people danced in many different ways in keeping with the influence of local styles, such as the popular semba dance in Angol...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Livia Jiménez Sedano, « Kizomba Dance: From Market Success to Controversial National Brand », Revue européenne des migrations internationales, vol. 35 - n°3 et 4 | 2019, 107-127.

Référence électronique

Livia Jiménez Sedano, « Kizomba Dance: From Market Success to Controversial National Brand », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 35 - n°3 et 4 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 07 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/remi/13584 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remi.13584

Haut de page

Auteur

Livia Jiménez Sedano

Department of Social and Cultural Anthropology, UNED (National Distance Education University), Faculty of Philosophy, Paseo Senda del Rey 7, 28040 Madrid, Spain; liviajs@fsof.uned.es

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page