Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Du séga créole à la danse nationale. Recompositions locales et circulations transnationales mauriciennes

From Creole Sega to National Dance. Local Recompositions and Mauritian Transnational Circulations
Del sega criollo al baile nacional. Recomposiciones locales y circulaciones transnacionales mauricianas
Églantine Gauthier
p. 129-152

Résumés

Le séga des descendants d’esclaves africains et malgaches de l’île Maurice (les « Créoles ») a subi de nombreuses recompositions par l’élite coloniale et l’industrie musicale afin de constituer les contours d’un folklore mauricien. À ce phénomène d’appropriation transcommunautaire du séga, deux autres permirent une labellisation nationale où la danse joue un rôle majeur : l’indépendance de l’île en 1968 et le développement touristique. Pour les différentes générations de Mauriciens immigrés en France depuis l’indépendance, le maintien des relations transnationales avec le pays d’origine passe par la constitution de repères non plus « communaux » mais nationaux, parmi lesquels le séga et l’expérience kinesthésique de sa danse. L’ethnographie des « Mauriciens de France » nous permettra d’examiner les frontières territoriales et identitaires qui se renégocient en contexte transnational.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Insularités coloniales indo-océaniques, ségas et industrie musicale régionale
La fabrication du séga comme objet « créole » (trans)national
Un genre musico-chorégraphique exotique
La fabrication d’une danse nationale mauricienne à visibilité internationale
L’essor des troupes de séga entre industrie touristique coloniale et indépendance
L’efficacité esthétique d’une danse nationale et ses enjeux économico-politiques
Marché transnational du séga et expériences kinesthésiques diasporiques
Les Mauriciens de France, histoire d’une immigration
Le marché de la vie culturelle mauricienne en Île-de-France
L’adhésion à un sentiment d’appartenance partagé à travers la danse du séga
Conclusion

Aperçu du texte

D’après Stefania Capone (2004), la notion de « transnationalisation » a émergé dans les sciences sociales avec l’analyse des phénomènes de globalisation culturelle. En effet, le monde est aujourd’hui de plus en plus transnational et les modes de recomposition et de réinterprétations identitaires se trouvent modifiés (Schnapper, 2001). Ainsi, avec les nouvelles générations d’immigrés, la diversification des trajectoires migratoires et la solidarité avec des migrants d’autres nationalités, l’unité communautaire des immigrants et transmigrants n’est plus reproduite à l’identique, ce qui rend l’application du concept de diaspora problématique. La diaspora « classique » suppose en effet une idée de continuité, de maintien d’une unité communautaire par des liens réels ou symboliques avec le territoire d’origine (Chivallon, 2006).

C’est de l’émergence, en 1968, de l’État-nation mauricien dans la globalisation, que les grandes vagues d’émigration mauricienne sont parties. Les réseaux transna...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Églantine Gauthier, « Du séga créole à la danse nationale. Recompositions locales et circulations transnationales mauriciennes », Revue européenne des migrations internationales, vol. 35 - n°3 et 4 | 2019, 129-152.

Référence électronique

Églantine Gauthier, « Du séga créole à la danse nationale. Recompositions locales et circulations transnationales mauriciennes », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 35 - n°3 et 4 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 10 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/remi/13639 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remi.13639

Haut de page

Auteur

Églantine Gauthier

Doctorante au Centre d’Étude de l’Inde et de l’Asie du Sud (CEIAS), École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), 54 boulevard Raspail, 75006 Paris ; eglantine.gauthier@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page