Navigation – Plan du site
Dossier thématique

« Sabar, sama thiosanou » (sabar, ma tradition). Frontières et propriété culturelles dans la transmission des danses sénégalaises en Europe

“Sabar, sama thiosanou” (Sabar, my Tradition). Cultural Boundaries and Property in the Transmission of Senegalese Dances in Europe
«Sabar, sama thiosanou» (sabar, mi tradición). Fronteras y propiedad culturales en la transmisión de los bailes senegaleses en Europa
Alice Aterianus-Owanga
p. 153-174

Résumés

Cet article interroge les jeux de frontières et d’appartenances en œuvre dans la transmission de la danse sénégalaise sabar en Europe. Après avoir retracé la construction du sabar comme répertoire national au Sénégal, l’article se penche sur les modalités d’implantation de cette performance en France et en Suisse. L’ethnographie du réseau européen du sabar éclaire d’abord la façon dont la mise en place de pédagogies spécifiques a permis de conférer une dimension « universelle » au sabar, tout en maintenant l’affirmation d’identifications nationales, par des circulations et des conversions des élèves qui s’intéressent à cette performance. Dans un second temps, l’approche des polémiques sous-jacentes à la transmission du sabar révèle que par-delà les inclusions partielles, les situations d’interaction et de rencontre ne dissolvent pas l’existence de frontières, dont la réaffirmation permet aux artistes de sabar de contester les inégalités économiques persistant entre les acteurs de ce champ.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Répertoire griotique, ethnique ou national : les évolutions locales du sabar
Transmettre le sabar aux Européennes : des pédagogies entre « tradition » et individuation
Maintenir la sénégalité du sabar : circulations et conversions
Au-delà de l’appropriation : frontières et rapports de pouvoir
Conclusion

Aperçu du texte

« Salam aleykoum la famille, bonjour tout le monde, al hamdoulilah je remercie le bon Dieu, mes parents. Je suis né fils de griot de père et mère, sabar ma culture qui résonne dans mes oreilles [suit une série d'émoticones en forme de cœurs rouges].
Depuis tout petit cet instrument que j’admire beaucoup et que j’aime du fond du cœur, qui me permet de partager ma culture avec des gens qui aime notre culture sénégalais qui est la danse sabar. Je vous dis encore merci, c’était magnifique ; merci les musiciens, merci les élèves et à bientôt inch’Allah ; sabar, sama thiosanou [ma tradition]. »

Maf Sing Sing, musicien et danseur sénégalais installé dans le Sud de la France, publiait ce témoignage sur sa page Facebook, en octobre 2018, au sortir d’un stage de danse sabar, organisé à Marseille, durant lequel il avait enseigné ses savoirs chorégraphiques à des passionnés de danses africaines. Présenté ici comme sa « culture » et sa « tradition », le sabar est un instrument de musique, un événe...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alice Aterianus-Owanga, « « Sabar, sama thiosanou » (sabar, ma tradition). Frontières et propriété culturelles dans la transmission des danses sénégalaises en Europe », Revue européenne des migrations internationales, vol. 35 - n°3 et 4 | 2019, 153-174.

Référence électronique

Alice Aterianus-Owanga, « « Sabar, sama thiosanou » (sabar, ma tradition). Frontières et propriété culturelles dans la transmission des danses sénégalaises en Europe », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 35 - n°3 et 4 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 10 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/remi/13737 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remi.13737

Haut de page

Auteur

Alice Aterianus-Owanga

Maitre Assistante Ambizione, ISSR, Université de Lausanne, Bâtiment Anthropole 5088, Quartier Dorigny, 1015 Lausanne, Suisse ; aliceaterianus@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page