Navigation – Plan du site
Varia

Du refuge moyen-oriental à la dispersion mondiale. Structuration de l’exode syrien entre 2011 et 2016

From the Middle Eastern Refuge to the Global Diasporization. Structuring the Syrian Exodus between 2011 and 2016
Del refugio de Oriente Medio a la dispersión global. Estructuración del éxodo sirio entre 2011 y 2016
David Lagarde
p. 267-297

Résumés

À la fin de l’année 2017, près de 6,3 millions de ressortissants syriens avaient trouvé refuge hors de leur pays, engendrant par là même une rapide reconfiguration du système migratoire proche-oriental. L’ampleur de cet exode mondialisé interroge le processus de diffusion d’un tel déplacement de population. En abordant cette question à partir d’une approche macro-politique, enrichie d’une lecture cartographique de l’exode syrien, cet article entend offrir un accès distancié sur les données et les dynamiques spatio-temporelles de ce phénomène, depuis son éclosion au printemps 2011, jusqu’à sa relative stabilisation en 2016. Il s’agira dès lors de questionner l’intensité et les spatialités de ces flux, dans le contexte évolutif des combats en Syrie et des orientations politiques adoptées par les États de premier accueil en matière de gestion migratoire, en particulier la Jordanie. Cette analyse souligne en filigrane l’inégalité de l’accueil des exilés syriens dans le monde.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Syrie
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Questionner les chiffres de l’exode syrien
Le HCR et la production de statistiques sur les réfugiés
Un comptage hasardeux qui peut rapporter gros
Dynamiques spatio-temporelles des flux de réfugiés syriens au Moyen-Orient
2011-2012 : premiers départs vers les pays limitrophes
Un exode devenu exponentiel à partir de l’été 2012
Du durcissement des positions jordanienne et libanaise à la réorientation des flux vers la Turquie
Vers une inexorable dispersion de la population syrienne
La dégradation des conditions de vie des réfugiés à l’origine d’une augmentation des départs vers l’Occident
L’exil syrien : un phénomène mondialisé
L’Europe : entre accueil et rejet
Conclusion

Aperçu du texte

Du génocide arménien à la guerre en Irak de 2003, en passant par la permanence des tensions israélo-palestiniennes ayant marqué toute la seconde moitié du XXe siècle, les violences qui ont déchiré le Moyen-Orient à l’époque contemporaine ont poussé plusieurs millions de personnes à quitter leur pays. Au cours des dernières décennies, aux côtés de la persistance des mouvements de réfugiés palestiniens (Doraï, 2006) et irakiens (Chatelard et Doraï, 2009), des migrations de travail internes à la région, mais provenant également d’Asie du Sud et dans une moindre mesure d’Europe de l’Est et d’Afrique subsaharienne, ont participé à animer les dynamiques de mobilités traversant le Moyen-Orient (Berthomière, 2002 ; De Bel-Air, 2005 ; Anteby-Yemini, 2008 ; Dahdah, 2014). Cette région représente à ce titre un « carrefour migratoire » (Berthomière et al., 2003) s’inscrivant pleinement dans le processus de « globalisation des migrations internationales » (Berthomière, 2007). Depuis 2011, l’exil...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Lagarde, « Du refuge moyen-oriental à la dispersion mondiale. Structuration de l’exode syrien entre 2011 et 2016 », Revue européenne des migrations internationales, vol. 35 - n°3 et 4 | 2019, 267-297.

Référence électronique

David Lagarde, « Du refuge moyen-oriental à la dispersion mondiale. Structuration de l’exode syrien entre 2011 et 2016 », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 35 - n°3 et 4 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 05 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/remi/13962 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remi.13962

Haut de page

Auteur

David Lagarde

Postdoctorant CNRS - équipe LISST (UMR 5193), Membre associé à l’Institut français du Proche-Orient (UMIFRE 6 – MAEE/CNRS-USR 3135), Université Toulouse - Jean Jaurès, Maison de la Recherche, 5 allées Antonio-Machado, 31058 Toulouse cedex 9 ; david.lagarde@univ-toulouse.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page