Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 36 - n°2 et 3Dossier thématiqueExpériences de réinstallation des...

Dossier thématique

Expériences de réinstallation des réfugiés syriens à Gatineau au Québec

Resettlement Experiences of Syrian Refugees in Gatineau, Quebec
Experiencias de reasentamiento de refugiados sirios en Gatineau, Quebec
Anyck Dauphin et Luisa Veronis
p. 185-209
Traduction(s) :
Resettlement Experiences of Syrian Refugees in Gatineau, Quebec [en]

Résumés

Le Québec a accueilli un nombre important de réfugiés syriens depuis 2015. Ces derniers ont été réinstallés grâce au parrainage de l’État et du secteur privé, deux types de parrainage comportant des modes d’accompagnement qui leur sont propres. Alors que les réfugiés parrainés par le secteur privé rejoignent leur parrain là où ils résident, ceux parrainés par l’État sont largement réinstallés hors des grands centres en vertu d’une politique de régionalisation de l’immigration. Nous étudions le cas d’une ville de taille petite, Gatineau, en mettant en lumière le rôle du contexte local dans les expériences d’établissement des réfugiés parrainés par l’État et le secteur privé en lien avec l’apprentissage de la langue et l’intégration en emploi.

Haut de page

Texte intégral

Cette étude a été financée par le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada à travers le partenariat de recherche « Immigration et résilience en milieu urbain ». Nous remercions tous les membres de l’équipe de recherche et du comité consultatif ainsi que tous les participants. Nous sommes également redevables aux rédactrices du numéro thématique pour leur soutien et aux arbitres pour leurs commentaires qui nous ont aidées à réviser le texte.

  • 1 La résidence permanente est un statut qui permet d’habiter, de travailler et d’étudier au Canada ai (...)

1Depuis ses débuts en 2011, le conflit syrien a forcé près de 5,6 millions de personnes à fuir leur pays (UNHCR, 2020). De nombreux États voisins ont ainsi vu arriver à leurs frontières un nombre très important de demandeurs d’asile. Le Canada a contribué à l’effort international en réinstallant sur ton territoire plus de 44 000 réfugiés syriens entre 2015 et 2019, dont plus de 9 000 au Québec (Gouvernement du Canada, 2019). L’opération de réinstallation a consisté d’une part à organiser leur transport au Canada et à leur donner, dès leur arrivée, le statut de résident permanent1. Elle a consisté d’autre part à parrainer les réfugiés pendant une année grâce à un programme unique mis en place dans les années 1970 (Hyndman et al., 2016). En 2016, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a invité les pays à imiter le modèle canadien et depuis une vingtaine a répondu à l’appel en explorant comment mettre en œuvre un tel programme (Bond et Kwadrans, 2019).

2Le programme canadien comporte deux principaux types de parrainage ayant chacun ses modalités. Dans le premier cas, l’État transmet des critères de sélection au HCR qui se charge d’identifier les réfugiés qu’il parrainera. Dans le cas des Syriens, le Canada a favorisé les individus les plus vulnérables, comportant peu de risque pour la sécurité du pays, notamment les femmes à risque, les familles complètes et les personnes appartenant aux communautés LGBTQ+ (Gouvernement du Canada, 2015). Dès leur arrivée, les réfugiés parrainés par le gouvernement (RPG) bénéficient de services essentiels immédiats de réinstallation et d’un soutien financier s’échelonnant sur douze mois. Ces services sont offerts par des organismes à but non lucratif désignés par l’État. Dans le second cas, qui fait la spécificité du modèle canadien, les réfugiés sont parrainés par le secteur privé (RPSP). Ils ont alors pour garant soit un groupe d’individus, soit un organisme à but non lucratif qui est signataire d’une entente de parrainage. Les groupes d’individus doivent être composés de citoyens ou résidents permanents âgés de dix-huit ans ou plus, au nombre de deux à cinq pour le Québec et de cinq et plus pour le reste du Canada. Le secteur privé peut quant à lui désigner lui-même les réfugiés qu’il souhaite parrainer à condition que ces derniers ne soient pas interdits de territoire au Canada (Gouvernement du Canada, 2020). Le soutien financier et les services essentiels immédiats de réinstallation sont assurés par le parrain privé. Ce n’est qu’à partir de la deuxième année, à la fin de la période de parrainage, que ces réfugiés sont admissibles aux prestations d’assistances sociales du gouvernement. Le garant privé doit donc démontrer au gouvernement qu’il a les capacités financières de remplir ses obligations.

  • 2 Pour les autres mesures, voir Hanley (2017).
  • 3 Calcul des auteures fondé sur les données du Gouvernement du Canada (2019) en date du 30 novembre 2 (...)

3Alors que les RPSP rejoignent leur parrain dans leur lieu de résidence, ceux parrainés par l’État sont réinstallés dans des villes désignées par ce dernier. Il s’agit de l’une des mesures mises en place par le gouvernement pour régionaliser l’immigration2. En effet, dans les années 1990, les gouvernements canadiens et québécois, jugeant qu’une trop forte proportion d’immigrants s’établissait dans les grands centres et que plusieurs régions vivaient un fort déclin démographique, ont développé des politiques et des pratiques de répartition — certains diront de « dispersion » — des réfugiés, tout comme l’Australie et la Nouvelle-Zélande (Akbari et MacDonald, 2014) ou encore la France comme en fait état ce dossier spécial. Dans le cas des réfugiés syriens, l’État québécois avait désigné treize villes d’accueil, soit la métropole, Montréal, deux villes de taille moyenne, Québec et Laval, ainsi que dix villes plus petites. Moins de 5 % des réfugiés syriens parrainés par le privé ont été réinstallés hors des trois plus grands centres québécois, alors que ce pourcentage grimpe à 45 % pour ceux parrainés par l’État3.

4Dans cet article, nous documentons la réinstallation de réfugiés hors des grands centres en étudiant le cas des Syriens réinstallés à Gatineau, l’une des villes plus petites désignées pour leur réinstallation au Québec. Nous tentons de mettre en lumière le rôle de son contexte territorial unique dans les expériences d’établissement des réfugiés en lien avec l’apprentissage de la langue française et l’insertion en emploi. Gatineau est située juste à côté de la ville d’Ottawa, une ville moyenne de la province de l’Ontario, où prédomine la langue anglaise, qui est aussi la capitale nationale du Canada. Étant donné les modalités de sélection et d’accompagnement particulières des deux types de parrainage, nous tentons de voir si la taille de la ville, son contexte particulier et sa communauté ont façonné différemment les trajectoires des deux types de réfugiés. Nous adoptons un cadre théorique fondé sur la résilience et nous avons recours à une approche méthodologique mixte combinant un sondage mené auprès des familles réfugiées syriennes réinstallées à Gatineau depuis 2015 et des entretiens semi-structurés menés auprès d’intervenants en réinstallation et des familles elles-mêmes.

État des connaissances

5L’intérêt porté aux grands centres (Montréal, Toronto et Vancouver) par la littérature sur les expériences de réinstallation des nouveaux arrivants au Canada s’explique par le fait que la majorité d’entre eux choisissent de s’y établir, mais occulte le fait que les RPG sont fréquemment réinstallés dans des villes de moindre taille. Les constats dégagés par ces recherches ne se transposent pas toujours aux villes de moindre taille et aux zones à faible densité de migrants (Vatz Laaroussi et Walton-Roberts, 2005). Les contextes locaux et régionaux dans lesquels s’installent les réfugiés ne doivent pas être négligés (Hyndman et al., 2016).

6Nous considérons qu’une ville est de taille moyenne lorsqu’elle comprend entre 500 000 et 1 million d’habitants et de petite taille si elle en comporte moins (Krahn et al., 2005 ; Williams et al., 2015). Par rapport aux grands centres, les petites et moyennes villes ne sont habituellement pas aussi bien pourvues en ressources et en infrastructures d’accueil et d’accompagnement pour les réfugiés (IRCC, 2019). Les communautés ethniques y étant moins présentes, les nouveaux arrivants ne peuvent pas espérer autant de soutien. D’un autre côté, les services d’établissement offerts dans les grands centres peuvent être davantage saturés par la demande des nouveaux arrivants (Ley et Hiebert, 2001 ; Wilkinson et Garcea, 2017), surtout lors d’arrivées massives. Les communautés plus petites peuvent aussi faire preuve d’un engagement plus soutenu et chaleureux (Kyriakides et al., 2018) et démontrer plus de créativité et d’efficacité dans la fourniture de services d’établissement (Bonifacio et Drolet, 2017). Les perspectives d’emploi des petites et moyennes villes sont également différentes puisque les secteurs primaires et secondaires y occupent souvent une place plus importante. Enfin, la vitalité économique qui fait parfois défaut dans les petites villes peut raréfier les opportunités d’emploi pour les nouveaux arrivants (Fang et al., 2018). Toutes ces différences façonneront les expériences de réinstallation des réfugiés hors des grandes villes et n’auront pas forcément les mêmes conséquences sur les RPG et les RPSP puisque les modalités de leur sélection et de leur prise en charge varient.

7Quelques études récentes sur les réfugiés syriens apportent un certain éclairage à cet égard étant donné qu’elles se sont penchées sur des villes de différentes tailles en Alberta et qu’elles ont distingué les expériences des RPG et des RPSP. En ce qui concerne le recours aux services d’établissement offerts, Drolet et Moorthi (2018) mentionnent que les réfugiés résidant dans de petites villes (Red Deer et Lethbridge), voire dans des villes comptant moins de 100 000 habitants (Medicine Hat), semblent avoir entretenu des liens plus étroits avec les agences d’établissement. Elles soulignent par ailleurs que les RPSP résidant dans des centres plus importants (Calgary, une grande ville, et Edmonton, une moyenne ville) ont fait davantage appel à leur parrain. Les résultats d’Agrawal et Zeitouny (2017) indiquent aussi que les réfugiés résidant dans la plus petite des deux villes albertaines considérées, soit Lethbridge versus Calgary, s’avèrent plus satisfaits des services d’établissement qu’ils ont reçus. Ils attribuent ce résultat en partie au fait que les agences d’établissement de Lethbridge ont fait preuve de plus de flexibilité et d’inventivité pour répondre à leurs besoins et que celles à Calgary ont été plus débordées par l’arrivée des Syriens. Néanmoins, des organismes religieux et communautaires ont tenté de pallier les lacunes dans les services offerts à Calgary.

8Ces deux études indiquent que les RPG ont eu davantage recours aux services d’établissement que les RPSP, un résultat également observé par IRCC (2019) à la grandeur du Canada qui pourrait s’expliquer en partie par des besoins plus importants chez les RPG en raison de leur profil à l’arrivée. Selon Agrawal et Zeitouny (2017), les RPSP ont eu plus difficilement accès à une garderie, à des services de santé, aux transports locaux et aux formations linguistiques étant donné qu’ils n’étaient pas accompagnés par des professionnels. Une seconde raison pourrait être que les RPSP étaient majoritairement réinstallés dans un grand centre où les agences d’établissement ne semblaient pas suffire à la tâche. Une troisième raison pourrait être que des RPSP ignoraient l’existence de certains services et programmes sociaux, car les groupes d’individus formés dans un élan de générosité n’étaient pas toujours suffisamment outillés (Agrawal et Zeitouny, 2017 ; Blain et al., 2020 ; Esses et al., 2020).

9Aucune de ces études ne semble faire état de différences en emploi entre les réfugiés établis dans des grandes ou petites villes. En revanche, il apparaît que les RPSP ont intégré plus rapidement le marché du travail dans les premiers mois suivant leur arrivée et qu’ils sont toujours plus enclins à occuper un emploi que les RPG par la suite (Agrawal et Zeitouny, 2017 ; Hynie et al., 2019 ; IRCC, 2019). Ces résultats ne sont pas surprenants dans la mesure où les RSPS sont plus scolarisés et ont une meilleure connaissance des langues officielles du Canada. D’autres avancent que les RPSP ont accès, par l’intermédiaire de leur parrain, à un réseau social qui soutient leur intégration. Hynie et al. (2019) trouvent toutefois qu’une faible proportion des RPSP ont fait appel à leur parrain pour obtenir un emploi, mais confirment le rôle des réseaux sociaux dans l’occupation d’un emploi. Les communautés ethnoculturelles étant plus développées dans les grandes villes, il pourrait être plus facile de s’y trouver un emploi. Les RPG avancent aussi avoir moins d’opportunités pour interagir avec des Canadiens nés au pays, ce qui nuit à leur apprentissage de la langue et de la société canadienne (Agrawal et Zeitouny, 2017).

10Il ressort de cette revue de la littérature que certaines des différences entre les grandes et les plus petites villes se sont effectivement matérialisées par des expériences différentes pour les réfugiés syriens. Notre contribution est de documenter le déploiement du programme de parrainage canadien dans le contexte territorial unique de Gatineau, une ville francophone de petite taille située à proximité d’une ville anglophone de taille moyenne (Ottawa). Nous nous attardons sur les expériences des réfugiés en lien avec la langue française et l’emploi et nous tentons de voir si ce contexte local a pu façonner différemment les trajectoires des RPG et des RPSP étant donné les modalités divergentes de leur sélection et de leur accompagnement.

Perspective de la résilience

  • 4 Pour une revue de la littérature respectivement anglophone et francophone, voir Akbar et Preston (2 (...)

11Pour appréhender le rôle du contexte local dans les trajectoires de réinstallation des familles réfugiées, nous faisons appel au concept de résilience. Plusieurs études dans le domaine des migrations ont mobilisé ce concept au cours des dernières années, surtout du côté anglophone4. Nous nous sommes inspirées de ces travaux pour construire notre cadre théorique et spécifiquement des cadres proposés par Vatz Laaroussi (2009) et Pickren (2014) qui, dans le premier cas, mettent en lumière le rôle joué par le territoire dans la résilience des immigrants et, dans le deuxième cas, se concentrent sur la résilience des réfugiés.

12Il existe maintes définitions de la résilience (Tisseron, 2017). Celle que nous retenons fait référence à la capacité de récupérer à la suite d’une perturbation et de faire face à l’adversité. La perturbation dans le cas des réfugiés est double. C’est d’abord la situation qu’ils fuient et c’est ensuite leur déracinement et leur « atterrissage » dans un nouveau milieu où tout est à refaire. L’adversité est faite de tous les obstacles qu’ils devront surmonter pour reconstruire leur vie (Vatz Laaroussi, 2009). Les obstacles qui pavent le chemin de leur réinstallation renvoient aux difficultés créées par l’incompréhension de la langue du nouveau milieu, par la méconnaissance de sa culture, du fonctionnement de ses marchés du logement et de l’emploi, mais aussi par la non-reconnaissance de leurs diplômes et de leur expérience professionnelle. La quantité et l’ampleur des obstacles à surmonter dépendront notamment du contexte du milieu d’accueil (Dagdeviren et al., 2016). Une économie locale faisant preuve de vitalité pourra offrir davantage d’opportunités d’emploi et, par conséquent, aplanir certains obstacles liés à l’insertion au marché du travail. Un milieu dont la langue de communication est le français pourra être perçu comme plus hostile pour les réfugiés davantage exposés à l’anglais dans leur pays d’origine.

13La résilience, c’est ce qui va aider les réfugiés et leur famille à ne pas s’effondrer devant l’envergure des obstacles et à se mettre en marche pour les vaincre. Elle dépend à la fois de leurs ressources intérieures, mais également des ressources extérieures sur lesquelles ils pourront compter dans leur milieu d’accueil. Les ressources intérieures sont par exemple la confiance en soi, la motivation, l’optimisme, l’adaptabilité, les connaissances et les compétences, la fierté identitaire, les croyances, valeurs et pratiques culturelles et spirituelles (Pickren, 2014 ; Akbar et Preston, 2019). Du côté des ressources extérieures, elles sont dans un premier temps humaines (Vatz Laaroussi, 2009) et sont constituées, en particulier, des professionnels œuvrant dans le domaine de la réinstallation, des communautés ethnoculturelles et spirituelles, des bénévoles, des parrains et de la population en général. Un milieu d’accueil comportant des professionnels expérimentés et attentionnés, des parrains bienveillants, des communautés ethnoculturelles et spirituelles proactives fera sentir aux familles qu’elles sont bienvenues et appréciées, ce qui favorisera leur résilience. Les ressources extérieures sont faites dans un deuxième temps des services offerts, nommément des services de réinstallation, et des politiques sociales (Thomas, 2013 ; Murray et al., 2000) dont peuvent bénéficier les réfugiés. Vatz Laaroussi (2009 : 229) écrit : « Si, à travers les politiques, les programmes et les activités diverses, les membres de la famille immigrante se sentent connus et reconnus, alors ce territoire leur ouvre les portes de la résilience qui, elle-même, favorise l’insertion et l’intégration ». C’est ici qu’entre en jeu le type de parrainage qui agit à la fois sur l’accès aux ressources humaines et aux services et politiques. Ainsi, la résilience n’est pas figée dans le temps et dans l’espace, elle peut être impulsée, soutenue et fortifiée par des ressources humaines, des services et des politiques sociales qui seront plus ou moins accessibles selon différents facteurs, dont le type de parrainage.

Gatineau : source d’obstacles et de ressources

  • 5 Calcul des auteures fondé sur les chiffres fournis par Statistique Canada (2019a) et par MIDI (2017 (...)

14Gatineau comptait 276 245 habitants en 2016, faisant d’elle une petite ville malgré son titre de quatrième plus grande ville du Québec. 12,25 % de sa population était issue de l’immigration et, au sein de cette dernière, 22,25 % étaient des immigrants récents (Statistique Canada, 2019b). Avant, l’arrivée des réfugiés syriens, la population d’origine syrienne comptait moins de 200 personnes5, mais la communauté arabe de confession musulmane était suffisamment importante pour que deux mosquées la desservent. Une particularité de la ville de Gatineau est son emplacement géographique à la frontière de l’Ontario et de la ville d’Ottawa, la capitale du pays qui se situe juste de l’autre côté de la rivière des Outaouais. Ensemble, Gatineau et Ottawa forment la région de la capitale nationale du Canada. Outre le fait que la population d’Ottawa soit trois fois plus grande (934 243 habitants), une proportion plus élevée est issue de l’immigration (soit 23,17 %), dont 13,89 % étaient de nouveaux arrivants. D’ailleurs, Ottawa a aussi accueilli plus de 2 000 réfugiés syriens durant cette période (Gouvernement du Canada, 2019). Enfin, cette ville voisine comporte une communauté parlant arabe qui est cinq fois plus grande que celle de Gatineau (Statistique Canada, 2019b).

Carte 1 : La région d’Ottawa-Gatineau

Carte 1 : La région d’Ottawa-Gatineau

Crédit : Gilbert et al. (2014 : 18).

15La structure économique de la région de la capitale nationale est façonnée par la présence de la fonction publique fédérale où près de 25 % des emplois lui sont rattachés. Les emplois dans le secteur de la transformation se font plus rares (8 %) et ceux dans le secteur primaire sont pratiquement inexistants (0,2 %). En raison de cette structure économique particulière, de très nombreux emplois requièrent un haut niveau d’éducation et de bonnes compétences linguistiques ce qui n’est pas idéal pour les réfugiés peu scolarisés et allophones. Les taux de chômage à Gatineau et Ottawa sont en deçà des moyennes canadienne et québécoise (Statistique Canada, 2019c). Gatineau entretient des relations économiques étroites avec Ottawa. Près de 40 % de ses résidents traversent la rivière pour se rendre à leur travail en Ontario (Andrew et al., 2014). La population de Gatineau, quoique résidant dans une ville de petite taille, a donc accès à un bassin d’emploi équivalant à celui d’une ville moyenne. Toutefois, pour accéder aux emplois du côté ontarien, parfois même du côté québécois, il faut connaître l’anglais, car c’est la langue qui domine largement en milieu de travail. De plus, plusieurs emplois requièrent d’être bilingues. Ainsi, la vitalité économique de Gatineau pourra atténuer certains obstacles liés à l’insertion du marché du travail. De même, la proximité d’Ottawa pourra faciliter l’obtention d’emploi de ceux ayant une certaine connaissance de l’anglais, mais la forte présence de l’anglais pourra au contraire accentuer les défis des autres.

16Malgré les dynamiques transfrontalières fluides qu’offre la région, l’accès à de nombreux services publics est dicté par le lieu de résidence. C’est spécifiquement le cas pour les nouveaux arrivants de Gatineau qui ne sont éligibles qu’aux services d’établissement offerts du côté québécois (Veronis, 2014), en dépit du fait qu’Ottawa possède une infrastructure d’accueil et d’accompagnement beaucoup plus développée. L’organisme Accueil-Parrainage Outaouais (APO) est au cœur de l’infrastructure d’accompagnement des réfugiés à Gatineau. Ce dernier se charge d’accueillir les RPG et de leur fournir des services immédiats de réinstallation comme le prévoit le Programme réussir l’intégration du ministère de l’Immigration, la Francisation et l’Intégration (MIFI) du Québec. Une fois que les besoins immédiats ont été satisfaits, les enfants en âge scolaire sont inscrits à l’école et les adultes sont aiguillés vers des cours de français et des programmes d’établissement offerts par d’autres acteurs plus spécialisés. Les cours de français, plus communément appelés cours de francisation, du MIFI ouvrent droit à une compensation financière et se donnent en partenariat avec des établissements scolaires de la région. En ce qui concerne l’emploi, l’organisme responsable, Emploi-Québec, dans le cadre d’ententes avec le MIFI, dessert les nouveaux arrivants à partir de centres d’emploi locaux. Il redirige ceux qui souhaitent intégrer le marché du travail vers les organismes pouvant leur venir en aide. Ces organismes, mandatés par le MIFI, offrent des ateliers, des formations et un accompagnement spécialisé. Il faut savoir que ces services d’établissement s’adressent aussi aux RPSP.

Approche méthodologique

17Pour comprendre comment la ville de Gatineau a façonné l’expérience d’établissement des RPSP et des RPG, nous avons recours aux données qui ont été collectées dans le cadre d’une recherche dont l’un des objectifs est de comprendre comment le contexte local a contribué à façonner la résilience des réfugiés. Le souhait formulé par des membres de la société civile de Gatineau pour qu’un bilan soit réalisé a été l’un des éléments déclencheurs de la recherche.

18Il s’agit d’une recherche collaborative dont toutes les étapes sont guidées par un comité consultatif. Des représentants des principaux secteurs d’intervention, un parrain privé ainsi que deux migrants syriens, une femme et un homme, y siègent. Nous avons utilisé une approche méthodologique mixte pour mener notre recherche afin de faire un portrait de la réinstallation des familles et d’acquérir une compréhension plus riche de leur expérience et du rôle joué par le contexte local. Nous avons utilisé des techniques quantitatives et qualitatives de façon complémentaire en leur donnant une place égale. Plus spécifiquement, nous avons utilisé un design séquentiel et inductif en menant d’abord un sondage auprès des familles à partir d’un questionnaire standardisé et ensuite des entretiens semi-dirigés auprès des intervenants et des familles elles-mêmes.

  • 6 Toutes les questions n’étaient pas posées, car plusieurs d’entre elles étaient conditionnelles aux (...)

19Pour construire le questionnaire, nous nous sommes inspirées de l’Enquête longitudinale auprès des immigrants du Canada qu’a menée Statistique Canada au début des années 2000. Notre objectif était d’accroître la validité et la fiabilité de notre sondage en utilisant des questions et des formulations déjà éprouvées auprès des nouveaux arrivants. Certaines questions ont été adaptées au contexte et aux sensibilités syriennes. D’autres ont été ajoutées afin d’aborder des thématiques spécifiques à cette population et plusieurs n’ont pas été retenues. Notre questionnaire couvrait plusieurs domaines : santé, logement, francisation, scolarisation, emploi, situation financière, socialisation, sentiment d’appartenance et plan d’établissement. Les questions de nature familiale s’élevaient à quatre-vingt-trois alors que les questions de nature individuelle étaient au nombre de 1186. Afin de réduire les erreurs de collecte et de saisie, le questionnaire a été bâti dans le logiciel LimeSurvey et a été testé auprès de quelques familles immigrantes.

20Pour recruter les participants, l’APO a transmis à chacune des familles accueillies à Gatineau une lettre décrivant le projet de recherche et les invitant à contacter notre équipe de recherche. En parallèle, nous avons fait appel à des bénévoles très impliqués dans la communauté syrienne pour construire la liste des familles réfugiées réinstallées dans la région. Ces démarches nous ont permis de constituer une liste pratiquement exhaustive composée de soixante-dix-neuf familles. Il s’est avéré que deux familles avaient quitté la région et que deux autres étaient injoignables. Parmi les soixante-quinze familles restantes, seulement sept n’ont pas consenti à participer. Le taux de participation à l’étude s’élève donc à 91 %. Le sondage a été mené entre mars et juin 2019.

21Étant donné que plusieurs des réfugiés syriens sont illettrés en arabe et ne parlent pas français, le questionnaire électronique a été administré oralement aux participants en arabe. Au total, le questionnaire prenait entre une et deux heures à remplir selon la taille de la famille et les situations de ses membres. Au cours de l’été 2019, nous avons analysé les résultats du sondage et avons déterminé que le soutien fourni par les deux types de parrainage, la francisation et l’insertion en emploi devait faire l’objet d’une investigation approfondie.

22Nous avons ensuite tenu, pendant l’automne 2019, treize entretiens semi-structurés avec des intervenants issus de tous les domaines d’intervention afin, d’une part, d’élucider ces résultats du sondage et, d’autre part, de comprendre leur propre expérience avec les familles de réfugiés syriens. Ces entretiens ont été menés par l’une des auteures de l’étude. La grille de l’entretien était adaptée au domaine d’intervention du participant et comportait une vingtaine de questions réparties en quatre sections : leur préparation en vue de l’arrivée des réfugiés syriens, leur expérience avec les réfugiés relativement à leur domaine d’intervention respectif, leur point de vue sur la coordination des services offerts par les différents intervenants. Des questions visant à éclairer certains des résultats du sondage ont aussi été posées. Les rencontres duraient de soixante à quatre-vingts minutes. Les entretiens ont été enregistrés et retranscrits mot à mot. Pour les besoins de cet article, chacune des retranscriptions a fait l’objet d’une analyse de contenu par rapport aux thèmes généraux du parrainage, de la francisation et de l’emploi.

23Suite à l’analyse de ces entretiens, nous avons amorcé la troisième étape de collecte de données en janvier 2020 qui consiste à avoir des entretiens avec dix familles de réfugiés afin d’enrichir notre compréhension de leur expérience de réinstallation et de clarifier certains des résultats du sondage et des entretiens semi-structurés avec les intervenants. À partir des résultats du sondage, nous avons sélectionné les familles de façon à couvrir toutes les configurations possibles par rapport au type de parrainage, à la francisation et à l’emploi. Lorsque c’était possible, nous avons rencontré séparément les femmes et les hommes adultes de chaque famille afin d’avoir leurs perspectives respectives. Les entretiens ont été menés par l’une des auteures accompagnée d’une interprète et se sont déroulés en arabe, en anglais et en français au gré des capacités des participants. Les grilles d’entretien couvraient les grands thèmes suivants : description générale de l’expérience de réinstallation, le parrainage, la francisation, l’emploi et les dynamiques intrafamiliales. Elle comprenait de vingt à trente questions selon le cas de figure.

24Toute recherche auprès des réfugiés pose des défis éthiques particuliers. Étant donné leur dépendance envers des parrains et des organismes d’accompagnement, ils peuvent se sentir contraints de participer à des études menées en partenariat avec ces derniers ou encore de donner certaines réponses (Clark-Kazak, 2018). Pour minimiser le risque, les participants ont été bien informés de leur droit de ne pas participer et de se retirer en tout temps de l’étude, de l’anonymat de leur participation et de la confidentialité de leurs réponses au sein de l’équipe de recherche et que cette dernière n’inclut pas les partenaires. Le formulaire de consentement était rédigé en arabe et leur a été présenté oralement. Dans le cas des RPSP, aucune information permettant d’identifier formellement les parrains n’a été recueillie.

Mobilisation et accueil des réfugiés syriens à Gatineau

25Alors que la crise des réfugiés syriens battait son plein dans l’actualité à l’automne 2015, plusieurs pans de la communauté gatinoise se sont mobilisés pour accueillir des familles et faciliter leur réinstallation. Un comité d’accueil, chapeauté par l’APO et regroupant tous les principaux acteurs intervenant dans la réinstallation des nouveaux arrivants, a vu le jour. La Ville de Gatineau a joué le rôle de liaison et de soutien auprès des organisations mandatées par le gouvernement. Elle a aussi pris en charge les communications afin que les informations fournies soient cohérentes, en créant notamment un document informatif de style « Questions-Réponses » mis en ligne et utilisé pour répondre aux questions des citoyens. En collaboration avec un organisme de bienfaisance, Centraide Outaouais, elle a aussi cherché à canaliser l’énergie et l’enthousiasme des nombreux citoyens qui voulaient aider en organisant deux journées de collecte de dons matériels auxquelles de très nombreux Gatinois ont répondu. Les articles recueillis ont servi par la suite à meubler les logements des familles parrainées par l’État au-delà des fournitures minimales fournies par le gouvernement. Centraide Outaouais a aussi créé un site web permettant de recueillir les dons financiers que la population souhaitait faire.

26En parallèle, des groupes de citoyens se sont mis en branle pour parrainer des familles et des églises ainsi que le Centre islamique de l’Outaouais ont appelé leurs fidèles à contribuer à cet effort collectif. Plusieurs groupes de citoyens ont alors passé par l’APO puisqu’elle est un signataire d’une entente de parrainage de telle sorte que son quota annuel (dix unités familiales), autorisé par le MIFI, a été rapidement atteint :

« Beaucoup de groupes de citoyens d’ici qui voulaient prendre en charge une famille syrienne. […] Y avait beaucoup [de familles syriennes] qui sont arrivées durant la période au niveau du parrainage privé, qui arrivent même aujourd’hui. […] On avait notre projet en parrainage privé avant, sauf que, on n’avait pas plus que cinq à six demandes durant l’année. » (Intervenant 2)

27Des institutions religieuses ont aussi parrainé quelques familles. À la fin 2017, Gatineau avait accueilli 439 réfugiés syriens, dont 161 étaient à la charge du secteur privé (Gouvernement du Canada, 2019). Comme toutes les petites villes désignées par l’État québécois, Gatineau a accueilli davantage de RPG que de RPSP.

28De nombreux bénévoles se sont impliqués de multiples façons auprès des réfugiés syriens. Un groupe d’entraide dénommé Chelsea for Refugees, toujours actif, a notamment fourni des meubles et des articles de toute sorte à de très nombreuses familles parrainées par l’État afin de compléter l’ameublement de leur logement. Le groupe a aussi fourni des habits d’hiver, des jouets et des fournitures scolaires aux enfants et leur a prodigué des conseils généraux. Comme l’APO n’avait pas de programme pour les bénévoles, à proprement parler, avant 2018 et que son personnel était affecté à d’autres tâches, c’était des bénévoles qui étaient responsables de coordonner l’afflux de bénévoles qui se comptaient alors par centaines. Plusieurs d’entre eux, essentiellement des personnes à la retraite, ont alors décidé de se regrouper pour former le comité de soutien auprès des réfugiés syriens, une initiative citoyenne très active qui a offert divers services à de très nombreuses familles, dont des services de préparation des logements, d’accompagnement aux rendez-vous, d’interprétation linguistique, de soutien à l’apprentissage du français aux parents et de l’aide aux devoirs aux enfants à domicile. Le comité a aussi organisé des sorties et des visites en groupe à caractère éducatif et culturel et a distribué aux familles des jouets, des vélos, tablettes et ordinateurs usagés remis en état ainsi que des abécédaires français-arabe. Son action s’est surtout centrée auprès des familles parrainées par l’État :

« [Les] familles prises en charge par l’État, [sont] donc totalement dépendantes des services et des programmes du gouvernement. Or, le gouvernement, il a, disons, une certaine rigidité en soi et certaines limites en termes de capacité pour intervenir en première ligne auprès de ces populations-là. » (Intervenant 12)

29Avec le temps, le soutien à domicile pour la francisation a occupé de plus en plus le comité qui observait les difficultés que rencontraient les familles :

« On s’est rapidement rendu compte qu’ils avaient de la difficulté, les adultes, à réussir les tests dans le programme de francisation. Certains avaient de la difficulté à suivre. Certains nous disaient qu’ils trouvaient le français très difficile. Il y en a qui se décourageaient. » (Intervenant 12)

30L’équipe de bénévoles dédiés au soutien à la francisation comportait plus d’une vingtaine de personnes et a soutenu près de quarante familles, sur une période s’étalant généralement de trois à neuf mois. Comme aucun autre organisme gatinois n’offrait des services de soutien en francisation à domicile, il a donc joué un rôle déterminant. En plus de cela, le comité a fait diverses représentations auprès des élus locaux et lors d’évènements au sujet de problématiques liées à l’accueil et l’insertion des réfugiés syriens à Gatineau. C’est également ce comité qui a approché l’une des auteures de l’article afin qu’un bilan de l’expérience de réinstallation des réfugiés syriens soit effectué.

31Parmi les autres initiatives de la société civile, les membres du Centre islamique de l’Outaouais (CIO), suite à un appel qu’il a lancé, se sont fortement mobilisés pour aider les réfugiés à se réinstaller. Ils sont entrés en contact avec pratiquement toutes les familles de confession musulmane et ont organisé des soupers hebdomadaires dans les premiers temps pour leur souhaiter la bienvenue et faire un suivi de leurs besoins :

« Dans les premiers temps, on les recevait chaque vendredi. On allait les chercher chez eux, puis on les amenait le vendredi, pour se réunir : toi, qu’est-ce qu’il te manque ? Toi, qu’est-ce qui te manque ? Chaque famille on, on essayait de voir qu’est-ce qu’il lui manquait. » (Intervenant 10)

32Les membres du centre ont aussi fourni des denrées alimentaires et des vêtements à plusieurs familles, ont servi de bénévoles-interprètes, les ont soutenues dans la recherche de logements et les ont dirigées vers des services d’établissement appropriés pour leurs besoins. De plus, à l’été 2017, ils ont créé un camp d’été de francisation gratuit qui a accueilli près de soixante enfants réfugiés. Comme pour le comité de soutien aux réfugiés syriens, les membres de la mosquée ont principalement accompagné les RPG parce que leurs besoins étaient plus grands :

« Principalement, c’étaient des réfugiés parrainés par l’État. Ça, ça exclut pas que d’autres familles venaient parce qu’ils étaient amis entre eux autres. Donc, ils pouvaient venir avec eux autres. Mais, principalement, ceux qui sont parrainés sont bien encadrés. Ils ont leur groupe de parrains, donc […] ceux qui étaient parrainés par le gouvernement étaient plus présents et le CIO les a pas mal accompagnés. » (Intervenant 10)

33Enfin, ils ont régulièrement contribué aux activités organisées par le comité de soutien aux réfugiés syriens, en fournissant des interprètes et des accompagnateurs bénévoles. Plusieurs membres des églises chrétiennes de la ville ont également déployé beaucoup d’efforts pour soutenir des collectes de fonds, préparer les logements et transporter les familles à leurs multiples rendez-vous. L’organisme communautaire Les Grands Frères et Grandes Sœurs de l’Outaouais a également ouvert les portes de son entrepôt à de nombreuses familles RPG pour leur permettre de se procurer des meubles supplémentaires. Parmi les autres initiatives citoyennes de solidarité, notons les collectes d’articles effectuées par dix-sept écoles, l’initiative « Un bonnet pour la paix » qui consistait à tricoter et à fournir des bonnets aux familles, ainsi que les activités de sensibilisation du grand public organisées par l’Université du Québec en Outaouais.

34Ainsi, il apparaît clairement que la société civile a tenté de pallier les insuffisances des services d’accompagnement offerts dans la région, notamment auprès des RPG. Elle a activement cherché à les aider à surmonter divers obstacles par rapport à l’acquisition du français et elle a pu ainsi contribuer à leur résilience.

Profil des familles

35À partir des résultats du sondage, nous esquissons le profil des réfugiés syriens à leur arrivée en territoire gatinois en tentant de faire ressortir les différences qui préexistaient entre les RPG et les RPSP et qui étaient susceptibles d’influencer leurs besoins en matière d’accompagnement et les obstacles qu’ils rencontreraient en francisation et par rapport à l’emploi. Notre échantillon comporte vingt-huit ménages parrainés par le secteur privé et quarante parrainés par l’État (Tableau 1). Les familles qui ont été parrainées par l’État sont de plus grande taille et comprennent, en proportion, un peu plus de femmes et de mineurs et sont un peu plus jeunes que leurs homologues parrainés par le privé.

Tableau 1 : Caractéristiques sociodémographiques des ménages de réfugiés syriens à leur arrivée à Gatineau, selon le type de parrainage

Tableau 1 : Caractéristiques sociodémographiques des ménages de réfugiés syriens à leur arrivée à Gatineau, selon le type de parrainage

Source : Tous les tableaux et graphiques de l’article proviennent du sondage mené dans cette étude.

36Le graphique 1 présente le nombre d’années de scolarité que les réfugiés syriens avaient à leur actif avant leur arrivée. Les réfugiés syriens étaient très peu scolarisés puisque près des deux tiers avaient passé moins de neuf années sur les bancs d’école. De plus, les RPG étaient beaucoup moins scolarisés. Il est intéressant de noter que les femmes étaient un peu plus scolarisées que les hommes dans le groupe des parrainés par le privé alors qu’elles étaient passablement moins scolarisées que les hommes dans le groupe des parrainés par l’État.

Graphique 1 : Répartition (en %) du nombre d’années de scolarité des réfugiés syriens adultes à leur arrivée à Gatineau selon le type de parrainage et le sexe

Graphique 1 : Répartition (en %) du nombre d’années de scolarité des réfugiés syriens adultes à leur arrivée à Gatineau selon le type de parrainage et le sexe

37Plusieurs d’entre eux avaient une connaissance fonctionnelle de l’anglais, mais très peu étaient familiers avec le français comme l’indique le tableau 2. De plus, les RPG avaient moins de compétences linguistiques en anglais et français. Pour chacune des langues officielles du Canada, l’écart qui séparait les deux groupes découlait surtout du fort écart existant entre les femmes. En cohérence avec les chiffres sur les années de scolarité, chez les RPSP, les femmes étaient plus à l’aise dans les deux langues officielles que les hommes, alors que la situation inverse prévalait chez les RPG.

Tableau 2 : Connaissance, selon le type de parrainage, des langues officielles parlées au Canada chez les réfugiés syriens adultes à leur arrivée à Gatineau (en %)

Tableau 2 : Connaissance, selon le type de parrainage, des langues officielles parlées au Canada chez les réfugiés syriens adultes à leur arrivée à Gatineau (en %)

38Ainsi, le profil des RPSP et des RPG à leur arrivée différait à plusieurs égards. Ces différences s’expliquent essentiellement par des critères de sélection distincts comme nous l’avons vu plus tôt. Ils devraient se traduire par des obstacles plus importants à surmonter pour les familles parrainées par l’État en vue d’acquérir la langue française et d’intégrer le marché du travail, spécialement pour les femmes.

Rôle du parrainage

39La résilience des réfugiés dépendra grandement des ressources extérieures sur lesquelles ils pourront s’appuyer pour surmonter ces obstacles. Dans cette optique, nous explorons d’abord comment le parrainage a agi sur l’accès aux ressources humaines ainsi qu’aux services et aux politiques. Le graphique 2 présente à cet effet la fréquence des contacts avec les parrains ou le personnel d’APO, selon ce qui s’applique.

Graphique 2 : Répartition (en %) selon le type de parrainage et la fréquence des contacts durant le parrainage des ménages de réfugiés syriens arrivés à Gatineau

Graphique 2 : Répartition (en %) selon le type de parrainage et la fréquence des contacts durant le parrainage des ménages de réfugiés syriens arrivés à Gatineau

40Tant chez les RPSP que les RPG, la fréquence des contacts a diminué à travers le temps, ce qui est normal puisque les réfugiés devenaient plus autonomes. Par contre, la faiblesse des échanges au départ est frappante pour les RPG. En fait, la distribution des fréquences des échanges des ménages parrainés par l’État lors du premier mois (quatrième barre du graphique 2) s’apparente à celle des ménages parrainés par le privé lors des huit derniers mois (troisième barre du graphique 2).

41Cette intensité inégale des contacts selon le type de parrainage se répercute inévitablement sur l’aide apportée aux familles comme l’illustre le tableau 3. Le pourcentage des ménages sous la responsabilité du secteur privé qui affirment avoir bénéficié de conseils généraux est pratiquement le double de celui des ménages parrainés par le gouvernement. Une différence substantielle est également visible en matière de soutien émotionnel, d’aide à l’emploi et de garde d’enfants. La faiblesse de l’aide fournie par l’APO dans ces domaines n’est pas surprenante puisque son rôle se limite à aiguiller les personnes qui en ont besoin vers les services appropriés, mais il est tout de même remarquable que les familles parrainées par le privé soient aussi nombreuses à avoir été épaulées à travers leur parrainage sur ces aspects. Notons finalement qu’il n’y a pas de différence notable dans l’accompagnement fourni par rapport à la francisation. Ainsi, nos résultats divergent de ceux d’Agrawal et Zeitouny (2017) qui trouvaient que les RPSP avaient eu plus difficilement accès à une garderie pour leurs enfants, aux transports locaux et aux formations linguistiques étant donné qu’ils n’étaient pas accompagnés par des professionnels.

Tableau 3 : Aides apportées, selon le type de parrainage, aux ménages de réfugiés syriens arrivés à Gatineau (en %)

Tableau 3 : Aides apportées, selon le type de parrainage, aux ménages de réfugiés syriens arrivés à Gatineau (en %)

42Lorsque les familles sont questionnées sur les problèmes qu’elles ont rencontrés dans le cadre de leur parrainage (Tableau 4), celles prises en charge par l’État sont beaucoup moins nombreuses à n’en rapporter aucun. C’est l’accompagnement lui-même qui était le plus problématique, suivi par les problèmes de communication. Un réfugié relatait certains des problèmes qu’il a rencontrés avec l’APO en ces termes :

« Vu qu’à ce moment, je ne parlais ni français ou anglais et parfois à APO, il n’y avait aucune personne qui parlait arabe là-bas excepté X. Et peut-être que X est sorti. Pour moi, quand j’allais voir Y pour demander qu’un document soit traduit, il ne comprenait pas ce que je voulais. Pour moi, il aurait dû y avoir plusieurs personnes parlant arabe à APO. » (Homme 1 ; traduction de l’arabe)

Tableau 4 : Problèmes rencontrés, selon le type de parrainage, par les ménages de réfugiés syriens arrivés à Gatineau (en %)

Tableau 4 : Problèmes rencontrés, selon le type de parrainage, par les ménages de réfugiés syriens arrivés à Gatineau (en %)

43Cette perception négative pourrait s’expliquer par les besoins et les attentes élevées des RPG et par le fait qu’il n’y avait pas à tout moment un agent en accompagnement qui parlait arabe sur place. Or le mandat donné par le MIFI à l’APO ne lui permettait d’en faire plus comme en témoignent ces propos :

« Dans certains cas, au niveau des réfugiés, les attentes sont beaucoup plus élevées que les services que l’on donne. […] Deuxième chose, les attentes au niveau des communications, oui, on peut venir une situation que [il] y a personne qui parle arabe [et que quelqu’un] qui vient chercher un service […] Parce que vous savez, quelque part, on est une petite organisation. […] Mais vous savez combien le gouvernement nous paye l’interprétariat pour une nouvelle famille ? Il nous paye sept heures en interprète pour accueil et installation en Outaouais. Vous savez, tous les services qu’on est obligés de donner, ils vont être accompagnés par [un] interprète, mais pour le reste, pour le reste, on peut pas garantir. » (Intervenant 2)

44Contrairement à Drolet et Moorthi (2018) et d’Agrawal et Zeitouny (2017), les RPG à Gatineau ne semblent pas avoir entretenu de liens étroits avec les agences d’établissement. Ainsi, sur le plan des services d’établissement, les villes petites ne possèdent pas forcément la flexibilité et la créativité qui leur permettraient de compenser pour leur infrastructure moins développée que dans les grandes villes.

Résultats : francisation et emploi

45Dans cette dernière section, nous cherchons à comprendre comment la ville de Gatineau a influé sur la résilience des réfugiés par rapport à l’acquisition du français et l’intégration au marché du travail en prenant en considération que les obstacles étaient considérablement plus élevés pour les RPG et que leur parrainage était moins soutenu. Au tableau 5, nous pouvons d’abord voir que la très grande majorité des réfugiés suivent ou ont déjà suivi des cours de francisation. La proportion des hommes des deux groupes est comparable, mais les femmes RPG sont légèrement moins enclines à suivre une formation en francisation que leurs consœurs RPSP. De nombreuses femmes invoquent un manque de motivation et des contraintes de temps. De plus, la moitié des femmes RPG indiquent qu’elles n’avaient pas de garderie pour leurs enfants. Comme les femmes RPG ont plus d’enfants que leurs consœurs RPSP et qu’ils sont en moyenne plus jeunes, il est normal qu’elles aient été moins portées à suivre des cours de francisation, d’autant plus qu’elles ont obtenu moins d’aide avec la garde des enfants que les familles RPSP et que les cours qui donnaient droit à une compensation financière du MIFI n’offraient pas de service de garde sur place et requéraient de s’absenter toute la journée. C’est ce dernier facteur qui est ressorti le plus fortement lors des entretiens semi-structuré avec les familles.

« L’école était trop longue. Ça créait de la pression sur moi, car parfois les enfants arrivaient de l’école avant moi. […] Donc ça mettait beaucoup de pression sur moi parce que je voulais être à la maison pour les recevoir quand ils arrivaient. » (Femme 24 ; traduction de l’arabe)

46Milkie et al. (2020) soulèvent les mêmes constats par rapport aux responsabilités familiales des réfugiées syriennes et l’absence d’un réseau pour les soutenir. Plusieurs hommes se sont également plaints de la longueur des cours, car cela ne leur permettait pas de travailler en après-midi. Plusieurs aussi, particulièrement les moins scolarisés, trouvaient qu’ils n’arrivaient plus à maintenir leur attention en après-midi. De plus, ces derniers auraient souhaité que les cours soient moins « scolaires » et qu’ils offrent davantage d’occasions de se pratiquer en situation réelle pour se familiariser à l’accent et aux expressions québécoises. D’autres trouvaient également que les classes étaient trop hétérogènes :

« Mes collègues dans la classe, la plupart ils parlaient anglais et parce qu’ils connaissaient l’anglais, c’était plus facile pour eux que pour moi. Vu que je ne comprenais même pas l’anglais, je ne comprenais rien, je manquais toute l’information. » (Femme 45 ; traduction de l’arabe)

Tableau 5 : Participation aux cours de francisation, selon le type de parrainage et le sexe, des réfugiés syriens arrivés à Gatineau (en %)

Tableau 5 : Participation aux cours de francisation, selon le type de parrainage et le sexe, des réfugiés syriens arrivés à Gatineau (en %)

47La motivation aurait peut-être été davantage au rendez-vous et les contraintes de temps moins prononcées si les cours s’étaient déroulés sur des demi-journées, qu’ils avaient été plus axés sur la pratique et s’étaient adressés à des groupes plus homogènes (voir Rahemtulla et al., 2017).

48Toutefois, Gatineau étant une petite ville, elle n’avait peut-être pas la souplesse d’offrir les cours de cette façon :

« C’est pas clair qu’il serait possible de réunir un assez grand groupe d’élèves de même niveau qui voudraient suivre un cours à temps partiel. […] Déjà il y a des classes à temps plein avec trois niveaux. Ce serait difficile d’avoir assez d’homogénéité dans des classes à temps partiel. » (Intervenant 3)

49La taille de Gatineau a peut-être aussi exacerbé les obstacles liés à l’apprentissage de la langue française, surtout pour les RPG. Par contre, le comité de soutien aux réfugiés syriens a cherché à atténuer les obstacles des RPG en offrant des leçons en francisation à domicile. Enfin, la forte présence de l’anglais dans la région a réduit l’utilité d’apprendre le français pour certains :

« Les familles qui arrivent ici et non à Ottawa, elles sont très nerveuses, car elles assimilent l’anglais au succès, car partout dans le monde, les gens qui réussissent parlent anglais. “Français ? Pourquoi je vais parler français ?” Ils essayaient tous de se rendre à Ottawa. Ils ne voulaient pas aller à l’école. » (Intervenant 8 ; traduction de l’anglais)

« J’étudie présentement l’anglais, je veux compléter l’anglais, ensuite je vais étudier le français. » (Femme 31 ; traduction de l’anglais)

50Nous poursuivons avec l’emploi. Le tableau 6 indique que les RPSP en âge de travailler, tant les hommes que les femmes, sont beaucoup plus nombreux à s’être cherché un emploi depuis leur arrivée que les RPG. Nous avons vérifié que cela ne s’expliquait pas par une proportion plus importante de RPG que de RPSP suivant une formation linguistique au moment du sondage. L’absence de recherche d’emploi des femmes RPG est en grande partie due au nombre d’enfants qu’elles ont comme l’exprimait l’une d’entre elles : « Je ne souhaite pas me trouver un emploi, j’ai trop d’enfants ! » (Femme 17 ; traduction de l’arabe). Une autre raison est que les RPG parlent moins bien le français, ce qui leur ferme les portes du marché du travail comme l’exprime cet homme : « Je ne peux pas encore travailler, car je ne parle pas encore le français » (Homme 12 ; traduction de l’arabe). Puisque la scolarité est une variable déterminante pour l’emploi, indépendamment des difficultés d’apprentissage qu’elle crée en français, nous avons catégorisé les réfugiés selon qu’ils détenaient moins de neuf ans de scolarité ou neuf ans et plus à leur arrivée au Canada. Lorsque la scolarisation est prise en compte, nous remarquons que ce sont les RPG peu scolarisés qui sont en cause. Seuls 12 % de ceux détenant moins de neuf années de scolarité ont tenté de se trouver un emploi en comparaison à 53 % de ceux détenant neuf ans et plus, un pourcentage très similaire à celui des RPSP plus scolarisés. L’écart qui sépare les RPSP moins et plus scolarisés est quant à lui léger. Par conséquent, le type de parrainage ne semble pas avoir une influence sur le fait d’entreprendre des démarches pour trouver un emploi chez les individus plus scolarisés, mais il semble en avoir une chez ceux moins scolarisés.

Tableau 6 : Démarches et situations liées à l’emploi, selon le type de parrainage et la durée de la scolarité, des réfugiés syriens arrivés à Gatineau (en %)

Tableau 6 : Démarches et situations liées à l’emploi, selon le type de parrainage et la durée de la scolarité, des réfugiés syriens arrivés à Gatineau (en %)

51En ce qui a trait aux démarches effectuées en vue de dénicher un emploi, nous remarquons qu’une proportion plus importante de RPSP que de RPG mentionne avoir obtenu de l’aide à travers le parrainage. Les RPSP sont aussi plus nombreux à avoir entrepris la plupart des autres démarches énumérées pour se trouver un emploi. La démarche la plus fructueuse aux yeux des individus moins scolarisés, c’est l’aide reçue à travers le parrainage pour les RPSP et d’avoir directement approché des employeurs pour les RPG, alors qu’aux yeux des individus plus scolarisés, c’est d’avoir mobilisé leur réseau social pour les deux groupes. Ainsi contrairement à Hynie et al. (2019), les RPSP moins scolarisés sont nombreux à avoir fait appel à leur parrain pour obtenir un emploi et, à leurs yeux, cette démarche est la plus bénéfique, mais conformément à eux les réseaux sociaux semblent jouer un rôle déterminant dans l’occupation d’un emploi pour les individus plus scolarisés. Une raison pourrait être que le réseau social des individus plus scolarisés comporte plus d’individus actifs sur le marché du travail.

52La majorité des individus qui ont effectué des démarches pour insérer le marché du travail n’ont pas rencontré de problème, mais les RPG moins scolarisés sont tout de même 44 % à déclarer avoir vécu des embûches. L’obstacle le plus fréquemment mentionné, toutes catégories confondues, est d’ordre linguistique. Les RPG peu scolarisés mentionnent également le manque d’emplois disponibles dans leur domaine, l’absence d’expérience canadienne et le fait d’ignorer comment trouver un emploi. Les individus moins scolarisés détiennent en effet une expérience de travail dans des domaines peu présents à Gatineau, comme en agriculture, ou encore, qui ne reconnaissent pas leurs compétences, comme en construction, comme l’illustrent les propos de ces intervenants :

« Surtout des paysans ou dans le domaine de la construction, beaucoup de plâtriers […], mais comme leurs compétences ne sont pas reconnues ici, on leur propose une formation de plâtrier, mais ils n’en veulent pas. » (Intervenant 4)

53Du côté d’Ottawa, il n’est pas nécessaire de suivre une formation pour travailler en construction, mais il faut parler l’anglais. Pour ce qui est de travailler en agriculture, il faut quitter la ville et s’isoler culturellement comme l’illustre cette citation : « Je préfère de loin qu’il y a des gens avec moi parce qu’une fois que j’ai fini le travail, j’aimerais bien s’asseoir avec, pas rester tout seul sans contact » (Homme 12). Enfin, parmi les individus ayant effectué des démarches pour se trouver un emploi, la plupart en ont effectivement décroché un. Néanmoins, un écart important sépare les RPG moins scolarisés des autres groupes. Il en va de même pour le taux d’emploi. Notons également qu’une fraction non négligeable des réfugiés travaille à Ottawa, mis à part les RPG moins scolarisés où la barrière de la langue anglaise pourrait avoir été plus problématique.

54Il ressort de ces résultats que le parrainage par le privé ne semble pas faire une grande différence pour les individus plus scolarisés puisque les RPG et les RPSP plus scolarisés s’intègrent aussi bien sur le marché du travail. Il en va cependant autrement pour les individus moins scolarisés. Les RSPS peu scolarisés, avec l’appui de leur parrain, s’insèrent pratiquement aussi bien que leurs compatriotes plus scolarisés. Par contre, les RPG peu scolarisés s’en tirent beaucoup plus difficilement. Ils sont moins nombreux à faire des démarches pour se trouver un emploi, rencontrent davantage d’obstacles lorsqu’ils en font et, au final, sont moins nombreux à occuper un emploi et tirent plus difficilement profit du bassin d’emploi à Ottawa. Il apparaît donc que dans un milieu comme Gatineau, les parrains semblent renforcer singulièrement la résilience des réfugiés moins scolarisés par rapport à l’emploi.

Conclusion

55Notre étude a montré que les réfugiés RPG et RPSP accueillis à Gatineau avaient des profils distincts à leur arrivée. Les premiers avaient des familles plus grandes, comprenaient plus de mineurs, étaient moins scolarisés et avaient une moins bonne connaissance des langues officielles du Canada. Les obstacles que les RPG devaient surmonter pour se réinstaller étaient donc de plus grande ampleur, spécialement pour les femmes. Or, il apparaît que l’appui que les RPG ont reçu à travers leur parrainage a été beaucoup moins soutenu que celui des RPSP. Ces derniers ont bénéficié de contacts beaucoup plus fréquents avec leur parrain et d’un accompagnement plus soutenu dans divers domaines. L’une des raisons est le mandat limité de l’organisme désigné pour les accompagner. Une autre raison semble être que les services de réinstallation à Gatineau, une ville de petite taille, ne possèdent pas la flexibilité et la créativité d’autres petites villes, ni l’envergure de ceux dans les moyennes et grandes villes. Néanmoins, la société civile a indéniablement tenté de remédier aux insuffisances des services d’accompagnement offerts dans la région, soit en offrant directement des services, soit en faisant des représentations auprès des décideurs pour que l’offre de services soit améliorée. De plus, plusieurs des initiatives citoyennes ont réussi à rejoindre un très grand nombre de RPG. Il y a lieu de se demander si les initiatives similaires dans les plus grandes villes ont pu avoir la même portée auprès des familles ou si le contexte d’une petite ville a pu favoriser cela.

56Du côté de l’expérience en francisation, le type de parrainage ne semble pas avoir joué un rôle significatif. Il faut souligner toutefois que le manque de services en garderie a pu limiter la participation des femmes RPG à des formations linguistiques, car elles avaient plus d’enfants et ne pouvaient pas compter directement sur leur parrainage. De plus, la taille de la ville de Gatineau pourrait ne pas lui avoir donné la latitude d’offrir des cours de langue plus adaptés aux besoins des réfugiés syriens. Ici encore, une initiative citoyenne a tenté de pallier les insuffisances en offrant un soutien en francisation à la maison qui a surtout bénéficié aux RPG. Par ailleurs, l’omniprésence de l’anglais dans la région semble avoir réduit l’utilité d’apprendre le français pour certains réfugiés. D’une façon, la présence de l’anglais a nui à l’apprentissage du français, mais d’une autre façon, il a permis à des réfugiés de contourner l’obstacle de la langue française.

57Sur le plan de l’insertion en emploi, notre étude a montré que le parrainage par le privé a davantage fortifié la résilience des réfugiés, surtout des moins scolarisés. Nous avons trouvé en effet que les RSPS peu scolarisés, avec l’appui de leur parrain, s’insèrent quasiment aussi bien que leurs compatriotes plus scolarisés. Par contre, les RPG peu scolarisés ont une trajectoire en emploi beaucoup plus difficile. Ils sont moins nombreux à faire des démarches pour se trouver un emploi, rencontrent davantage d’obstacles lorsqu’ils en font et, au final, sont moins nombreux à occuper un emploi et à tirer parti du grand bassin d’emploi disponible à Ottawa. Parmi ces obstacles, notons que plusieurs RPG peu scolarisés ne pouvaient pas pratiquer leur métier sur le territoire de Gatineau, soit parce que le domaine d’emploi était absent, soit parce que leurs compétences n’étaient pas reconnues. Pourtant, les RPSP peu scolarisés ont été plus nombreux à surmonter ces obstacles, probablement avec l’aide de leur parrain. Enfin, les RPG peu scolarisés ne pouvaient pas compter sur le soutien d’une grande communauté ethnoculturelle à Gatineau ni sur des initiatives citoyennes comme pour les services immédiats de réinstallation et à la francisation, probablement parce qu’il est beaucoup plus ardu d’intervenir dans ce domaine, surtout lorsque la plupart des citoyens impliqués sont à la retraite.

58Quoique le contexte de Gatineau soit unique, il y a lieu de se demander si les villes de petite taille, par rapport aux grands centres, offrent un contexte plus favorable aux RPSP ou aux RPG. Notre étude suggère qu’elles semblent favoriser davantage la résilience des RPSP. Des recherches futures sont nécessaires pour mieux cerner l’influence de la taille de la ville selon le type de prise en charge des réfugiés. Nous recommandons plus particulièrement des études comparatives entre villes de taille moyenne et de petite taille à travers la province québécoise.

Haut de page

Bibliographie

Agrawal Sandeep and Zeitouny Seraphine (2017) Settlement Experience of Syrian Refugees in Alberta, Alberta, University of Alberta.

Akbar Marshia and Preston Valerie (2019) Migration and Resilience, Exploring the stock of knowledge. Review of literature 2000-2016, BMRC Working paper, York, University of York.

Akbari Ather H. and MacDonald Martha (2014) Immigration Policy in Australia, Canada, New Zealand, and the United States: An Overview of Recent Trends, International Migration Review, 48 (3), pp. 801-822.

Andrew Caroline, Ray Brian, Chiasson Guy et Lefebvre Marie (2014) La fonction capitale et l’emploi, in Anne Gilbert, Luisa Veronis, Marc Brosseau et Brian Ray (Eds.), La frontière au quotidien : expériences des minorités à Ottawa-Gatineau, Ottawa, Les Presses de l’Université d’Ottawa, pp. 41-58.

Blain Marie-Jeanne, Caron Roxane, Rodriguez Lourdes, Rufagari Marie-Claude, Richard Myriam, Boucher Yannick et Lester Caroline (2020) Private sponsorship of Syrian refugees: Perspectives of sponsors and refugees in Quebec, in Leah K. Hamilton, Luisa Veronis and Margaret Walton-Roberts (Eds.), A National Project: Syrian Refugee Resettlement in Canada, Montréal & Kingston, McGill-Queen’s University Press, pp. 302-333.

Bond Jennifer et Kwadrans Ania (2019) Resettling Refugees through Community Sponsorship: A Revolutionary Operational Approach Built on Traditional Legal Infrastructure, Refugee: Canada’s Journal on Refugees, 35 (2), pp. 86-108.

Bonifacio Glenda Tibe and Drolet Julie (Eds.) (2017) Canadian Perspectives on Immigration in Small Cities, Basel, Springer International Publishing.

Clark-Kazak Christina (2018) Ethical Considerations: Research with People in Situations of Forced Migration, Refuge: Canada’s Journal on Refugees, 33 (2), pp. 11-17.

Dagdeviren Hulya, Donoghue Matthew and Promberger Markus (2016) Resilience, Hardship and Social Conditions, Journal of Social Policy, 45 (1), pp. 1-20.

Drolet Julie and Moorthi Gayatri (2018) The Settlement Experiences of Syrian Newcomers in Alberta: Social Connections and Interactions, Canadian Ethnic Studies/Études ethniques au Canada, 50 (2), pp. 101-121.

Esses Victoria M., Hamilton Leah K., El Hazzouri Mohammed, Sutter Alina, McCafferty Bailey and Pyati Ajit (2020) The right information at the right time: optimizing the provision of information to facilitate the settlement and integration of refugees in Canada, in Leah K. Hamilton, Luisa Veronis and Margaret Walton-Roberts (Eds.), A National Project: Syrian Refugee Resettlement in Canada, Montréal & Kingston, McGill-Queen’s University Press, pp. 71-96.

Fang Tony, Sapeha Halina and Neil Kerri (2018) Integration and Retention of Refugees in Smaller Communities, International Migration, 56 (6), pp. 83-99.

Gilbert Anne, Veronis Luisa, Brosseau Marc et Ray Brian (Eds.) (2014) La frontière au quotidien expériences des minorités à Ottawa-Gatineau, Ottawa, Les Presses de l’Université d’Ottawa.

Goudet Anna (2019) Panorama du concept de résilience. Une revue de la littérature en français, BMRC Working paper, York, Université de York.

Gouvernement du Canada (2020) Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés, [en ligne] consulté le 12/07/2020. URL : https://laws-lois.justice.gc.ca/fra/lois/I-2.5/index.html

Gouvernement du Canada (2019) Réfugiés syriens – Mises à jour mensuelles d’IRCC, [en ligne] consulté le 12/07/2020. URL : https://ouvert.canada.ca/data/fr/dataset/01c85d28-2a81-4295-9c06-4af792a7c209

Gouvernement du Canada (2015) #Bienvenueauxréfugiés : Les premiers 25 000 – Phase 1, [en ligne] consulté le 12/07/2020. URL : https://www.canada.ca/fr/immigration-refugies-citoyennete/services/refugies/bienvenue-refugies-syrien/premiers-25000-processus/phase-1.html

Hanley Jill (2017) The “Regionalization” of Immigration in Quebec: Shaping Experiences of Newcomers in Small Cities and Towns, in Glenda Tibe Bonifacio and Julie Drolet (Eds.), Canadian Perspectives on Immigration in Small Cities, International Perspectives on Migration 12, Springer, pp. 271-285.

Hyndman Jennifer, Payne William and Jimenez Shauna (2016) The State of Private Refugee Sponsorship in Canada: Trends, Issues, and Impacts, York, University of York.

Hynie Michaela, McGrath Susan, Bridekirk Jonathan, Oda Anna, Ives Nicole, Hyndman Jennifer, Arya Neil, Shakya Yogendra B., Hanley Jill and McKenzie Kwame (2019) What Role Does Type of Sponsorship Play in Early Integration Outcomes? Syrian Refugees Resettled in Six Canadian Cities, Refuge: Canada’s Journal on Refugees, 35 (2), pp. 36-53.

Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) (2019) Rapport sur les résultats des syriens, Ottawa, Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, 42 p.

Krahn Harvey, Derwing Tracey M. and Abu-Laban Baha (2005) The retention of newcomers in second- and third-tier Canadian cities, International Migration Review, 39 (4), pp. 872-894.

Kyriakides Christopher, Bajjali Lubna, McLuhan Arthur and Anderson Karen (2018) Beyond Refuge: Contested Orientalism and Persons of Self-Rescue, Canadian Ethnic Studies, 50 (2), pp. 59-78.

Ley David and Hiebert Daniel (2001) Immigration policy as population policy, Canadian Geographer, 45 (1), pp. 120-125.

Milkie Melissa A., Maghbouleh Neda and Peng Ito (2020) Stress in refugee settlement: Syrian mothers’ strains and buffers during early integration, in Leah K. Hamilton, Luisa Veronis and Margaret Walton-Roberts (Eds.), A National Project: Syrian Refugee Resettlement in Canada, Montréal & Kingston, McGill-Queen’s University Press, pp. 180-211.

Ministère de l’Immigration, de l’Inclusion et de la Diversité du Québec (MIDI) (2017) Statistiques réfugiés syriens, [en ligne] consulté le 12/07/2020. URL : https://www.immigration-quebec.gouv.qc.ca/publications/fr/divers/Statistiques_Refugies_Syriens.pdf

Murray Nettles Saundra, Mucherah Wilfridah and Jones Dana S. (2000) Understanding Resilience: The Role of Social Resources, Journal of Education for Students Placed at Risk, 5 (1-2), pp. 47-60.

Pickren Wade E. (2014) What Is Resilience and How Does It Relate to the Refugee Experience? Historical and Theoretical Perspectives, in Laura Simich and Lisa Andermann (Eds.), Refuge and Resilience - Promoting Resilience and Mental Health among Resettled Refugees and Forced Migrants, New-York, Springer, pp. 7-26.

Rahemtulla Zahida, Jeffries Diana and Wilbur Amea (2017) Supporting Refugee Women: Barriers and Opportunities in Language and Settlement Programs, Policies and Research, Canadian Diversity, 14 (2), pp. 23-25.

Statistique Canada (2019a) Résultats du Recensement de 2016 : les réfugiés syriens réinstallés au Canada en 2015 et 2016, Ottawa, Statistique Canada.

Statistique Canada (2019b) Profil du recensement, Recensement de 2016, Statistique Canada, [en ligne] consulté le 12/07/2020 URL : https://www12.statcan.gc.ca/census-recensement/2016/dp-pd/prof/details/page.cfm?Lang=F&Geo1=CMACA&Code1=24505&Geo2=PR&Code2=01&Data=Count&SearchText=24505&SearchType=Begins&SearchPR=01&B1=All&Custom=&TABID=3

Statistique Canada (2019c) Caractéristiques de la population active selon la région métropolitaine de recensement [en ligne] consulté le 12/07/2020. URL : https://www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/fr/tv.action?pid=1410029401

Thomas Ren (2013) Resilience and Housing Choices among Filipino Immigrants in Toronto, International Journal of Housing Policy, 13 (4), pp. 408-432.

Tisseron Serge (2017) La résilience, Paris, Presses universitaires de France.

United Nations High Commissioner for Refugees (UNHCR) (2020) Syria Regional Refugee Response, [en ligne] consulté le 12/07/2020. URL : https://data2.unhcr.org/fr/situations/syria

Vatz Laaroussi Michèle (2009) Mobilité, réseaux et résilience : le cas des familles immigrantes et refugiées au Québec, Québec, Les Presses de l’Université du Québec.

Vatz Laaroussi Michèle et Walton-Roberts Margaret (2005) Présentation par les éditeurs du numéro spécial L’immigration en dehors des métropoles canadiennes, Canadian Ethnic Studies/Études ethniques au Canada, 27 (3), pp. 6-11.

Veronis Luisa (2014) Accueil des immigrants et (re)production de l’idéal canadien de citoyenneté, in Anne Gilbert, Luisa Veronis, Marc Brosseau et Brian Ray (Eds.), La frontière au quotidien expériences des minorités à Ottawa-Gatineau, Ottawa, Les Presses de l’Université d’Ottawa, pp. 305-322.

Wilkinson Lori and Garcea Joseph (2017) The Economic Integration of Refugees in Canada: A Mixed Record?, Washington, Migration Policy Institute.

Williams Allison M., Kitchen Peter, Randall James, Muhajarine Nazeem, Newbold Bruce, Gallina Melissa and Wilson Kathi (2015) Immigrants’ perceptions of quality of life in three second- or third-tier Canadian cities, The Canadian Geographer, 59 (4), pp. 489-503.

Haut de page

Notes

1 La résidence permanente est un statut qui permet d’habiter, de travailler et d’étudier au Canada ainsi que d’accéder à la plupart des avantages offerts aux citoyens canadiens. Il ouvre droit à la citoyenneté par naturalisation après trois ans.

2 Pour les autres mesures, voir Hanley (2017).

3 Calcul des auteures fondé sur les données du Gouvernement du Canada (2019) en date du 30 novembre 2019.

4 Pour une revue de la littérature respectivement anglophone et francophone, voir Akbar et Preston (2019) et Goudet (2019).

5 Calcul des auteures fondé sur les chiffres fournis par Statistique Canada (2019a) et par MIDI (2017).

6 Toutes les questions n’étaient pas posées, car plusieurs d’entre elles étaient conditionnelles aux réponses précédentes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : La région d’Ottawa-Gatineau
Crédits Crédit : Gilbert et al. (2014 : 18).
URL http://journals.openedition.org/remi/docannexe/image/15190/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Titre Tableau 1 : Caractéristiques sociodémographiques des ménages de réfugiés syriens à leur arrivée à Gatineau, selon le type de parrainage
Crédits Source : Tous les tableaux et graphiques de l’article proviennent du sondage mené dans cette étude.
URL http://journals.openedition.org/remi/docannexe/image/15190/img-2.png
Fichier image/png, 38k
Titre Graphique 1 : Répartition (en %) du nombre d’années de scolarité des réfugiés syriens adultes à leur arrivée à Gatineau selon le type de parrainage et le sexe
URL http://journals.openedition.org/remi/docannexe/image/15190/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Tableau 2 : Connaissance, selon le type de parrainage, des langues officielles parlées au Canada chez les réfugiés syriens adultes à leur arrivée à Gatineau (en %)
URL http://journals.openedition.org/remi/docannexe/image/15190/img-4.png
Fichier image/png, 30k
Titre Graphique 2 : Répartition (en %) selon le type de parrainage et la fréquence des contacts durant le parrainage des ménages de réfugiés syriens arrivés à Gatineau
URL http://journals.openedition.org/remi/docannexe/image/15190/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Tableau 3 : Aides apportées, selon le type de parrainage, aux ménages de réfugiés syriens arrivés à Gatineau (en %)
URL http://journals.openedition.org/remi/docannexe/image/15190/img-6.png
Fichier image/png, 31k
Titre Tableau 4 : Problèmes rencontrés, selon le type de parrainage, par les ménages de réfugiés syriens arrivés à Gatineau (en %)
URL http://journals.openedition.org/remi/docannexe/image/15190/img-7.png
Fichier image/png, 17k
Titre Tableau 5 : Participation aux cours de francisation, selon le type de parrainage et le sexe, des réfugiés syriens arrivés à Gatineau (en %)
URL http://journals.openedition.org/remi/docannexe/image/15190/img-8.png
Fichier image/png, 27k
Titre Tableau 6 : Démarches et situations liées à l’emploi, selon le type de parrainage et la durée de la scolarité, des réfugiés syriens arrivés à Gatineau (en %)
URL http://journals.openedition.org/remi/docannexe/image/15190/img-9.png
Fichier image/png, 52k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anyck Dauphin et Luisa Veronis, « Expériences de réinstallation des réfugiés syriens à Gatineau au Québec »Revue européenne des migrations internationales, vol. 36 - n°2 et 3 | 2020, 185-209.

Référence électronique

Anyck Dauphin et Luisa Veronis, « Expériences de réinstallation des réfugiés syriens à Gatineau au Québec »Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 36 - n°2 et 3 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 18 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/remi/15190 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remi.15190

Haut de page

Auteurs

Anyck Dauphin

PhD économie, Professeure au Département des sciences sociales, Université du Québec en Outaouais, 283 boulevard Alexandre-Taché, Gatineau (Québec), Canada, J8X 3X7 ; anyck.dauphin@uqo.ca

Luisa Veronis

PhD géographie, Professeure au Département de géographie, environnement et géomatique, Université d’Ottawa, 60 rue Université (salle 017), Ottawa (Ontario), Canada, ON K1N 6N5 ; lveronis@uottawa.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search