Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 36 - n°2 et 3Dossier thématiqueLa dispersion de personnes exilée...

Dossier thématique

La dispersion de personnes exilées : ce que la spatialisation des CAO révèle des politiques migratoires et urbaines

Dispersion of Exiled People: What the Spatialisation of CAO Reveals about Migration and Urban Policies
Dispersión de los exiliados: lo que revela la espacialización de los CAO sobre las migraciones y las políticas urbanas
Camille Gardesse
p. 83-105

Résumés

Cet article aborde les logiques de dispersion de personnes exilées au travers de l’ouverture de CAO (centres d’accueil et d’orientation) dans deux villes petite et moyenne rencontrant de fortes problématiques de vacance résidentielle. L’étude de la spatialisation de ces dispositifs, à l’échelle nationale mais aussi à l’intérieur de ces villes, permet de mettre au jour des dimensions structurelles des politiques publiques, urbaines et migratoires. Dans un contexte de politique migratoire centralisée donnant lieu à une répartition spatialisée et quantitativiste des personnes exilées, l’article montre que les collectivités et les interactions locales jouent tout de même un rôle important dans la possibilité de leur implantation. Si les acteurs institutionnels locaux développent des discours sur l’opportunité que peut représenter l’arrivée d’exilés pour leurs territoires, celle-ci doit néanmoins selon eux rester discrète, voire invisible dans l’espace urbain. L’article met au jour le caractère classiquement descendant de l’action publique pour ces dispositifs pourtant inédits : leurs localisations sont décidées à l’aune de catégories habituelles des politiques urbaines, autour de l’injonction à la « mixité » et de représentations ethnicisantes.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

La dispersion dans les villes petites et moyennes, révélatrice du poids de l’État dans la gouvernance des migrations
L’ouverture des CAO : une imposition du national sur le local dans l’urgence et le silence
Le rôle fondamental des municipalités et des interactions locales
L’intériorisation des catégories des politiques migratoires nationales et européennes
Quand la vacance résidentielle transforme l’accueil en opportunité cachée
Cachez ces exilés que je ne saurais voir : l’invisibilisation d’un sujet construit comme sensible
La place de la société civile dans l’accueil : initiatives d’habitants et méfiances institutionnelles envers le bénévolat
Une action publique descendante et imprégnée de représentations ethnicisantes
Des colocations imposées pour apprendre aux exilés à « habiter comme en France »
La force de la catégorie « mixité » dans l’action publique urbaine : le succès du « diffus » versus la crainte du « communautarisme »
Conclusion

Aperçu du texte

Alors que, ces dernières années, les grandes villes européennes apparaissent à la fois comme des lieux classiques d’installation d’exilés et comme des actrices primordiales de l’accueil (Agier, 2016 ; Bontemps et al., 2018), des villes petites et moyennes situées en dehors des zones métropolitaines et frontalières constituent également des espaces d’arrivée, de passage voire d’installation de personnes exilées, en particulier au travers de politiques de dispersion. En France, en 2015 et 2016, ces processus ont été en grande partie concrétisés par la mise en place de centres d’accueil et d’orientation — CAO (Rigoni, 2018 ; Barnier et al., 2019). Conçues en novembre 2015 pour « désengorger » la « jungle » de Calais puis renforcées en 2016 pour mettre à l’abri les personnes exilées évacuées à nouveau du Calaisis ou bien des grands campements de rue parisiens, ces nouvelles structures d’hébergement et d’accompagnement administratif étaient présentées comme des « centres de répit » devan...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Camille Gardesse, « La dispersion de personnes exilées : ce que la spatialisation des CAO révèle des politiques migratoires et urbaines », Revue européenne des migrations internationales, vol. 36 - n°2 et 3 | 2020, 83-105.

Référence électronique

Camille Gardesse, « La dispersion de personnes exilées : ce que la spatialisation des CAO révèle des politiques migratoires et urbaines », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 36 - n°2 et 3 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 07 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/remi/15602 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remi.15602

Haut de page

Auteur

Camille Gardesse

Maîtresse de conférences, sociologie et urbanisme, EUP, Lab’Urba, Université Paris Est, Cité Descartes 14-20 boulevard Newton, Champs-sur-Marne 77447 Marne-la-Vallée Cedex 2 ; camille.gardesse@u-pec.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search