Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 36 - n°2 et 3VariaLa mise au ban des Haïtiens des d...

Varia

La mise au ban des Haïtiens des dispositifs de protection. L’exemple de la Jamaïque (2004-2005)

The Exclusion of Haitians from Protection Systems. The Example of Jamaica (2004-2005)
La exclusión de los haitianos de los marcos de protección. El ejemplo de Jamaica (2004-2005)
Sébastien Nicolas
p. 329-352

Résumés

Cet article s’intéresse aux instruments d’action publique déployés par les pouvoirs publics jamaïcains durant les années 2000 afin de prendre en charge l’arrivée de migrants haïtiens fuyant l’instabilité politique dans leur pays d’origine. L’hypothèse de départ est que ces déplacés sont construits comme une menace pour la population locale par le biais de diverses technologies gouvernementales, via le recours à des camps, des procédures médicalisées, des politiques d’asile et des expulsions. En désignant les Haïtiens comme un danger existentiel, ces dispositifs de pouvoir n’ont pas seulement pour effet de produire un groupe déviant : ils tracent également les frontières morales de la normalité et participent ainsi à réaffirmer la légitimité de l’ordre postcolonial.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Introduction : fabriquer de l’ordre à travers les migrants haïtiens
Politisation et processus de qualification du « problème haïtien »
La menace de la subversion
Un régime de circulation restreint
Catégorisation administrative, surveillance policière et exclusion du droit commun
La mise en scène d’une population dangereuse
Le soupçon de la contamination
Contrôles médicaux et désinfection des espaces
Mise en quarantaine et confinement des corps
Le danger de la mixité
Le faux réfugié
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction : fabriquer de l’ordre à travers les migrants haïtiens

Bien que l’immigration constitue un élément fondateur de l’histoire de la Jamaïque — qu’on songe à la déportation massive d’esclaves africains dans l’île entre le XVIIe et le XIXe siècle, ou à l’arrivée de travailleurs chinois et indiens jusqu’au début du XXe siècle — elle ne suscite qu’un faible nombre de recherches sur la période contemporaine. La Jamaïque étant aujourd’hui un pays d’émigration, la littérature scientifique s’est principalement concentrée sur les mouvements à destination de l’étranger — entre 1970 et 2012, près d’1 million de personnes, soit l’équivalent du tiers de la population actuelle, ont émigré vers les États-Unis, le Canada et le Royaume-Uni — et sur les rapports de cette diaspora à la société de départ (Lewis and Kirton, 2015 : 193-198 ; Sives, 2012). D’autres aspects sur la situation migratoire du territoire sont, en revanche, restés dans l’ombre.

C’est le cas, en particulier, de l’immigrati...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Nicolas, « La mise au ban des Haïtiens des dispositifs de protection. L’exemple de la Jamaïque (2004-2005) », Revue européenne des migrations internationales, vol. 36 - n°2 et 3 | 2020, 329-352.

Référence électronique

Sébastien Nicolas, « La mise au ban des Haïtiens des dispositifs de protection. L’exemple de la Jamaïque (2004-2005) », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 36 - n°2 et 3 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 16 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/remi/16161 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remi.16161

Haut de page

Auteur

Sébastien Nicolas

Chercheur associé en science politique au laboratoire Les Afriques dans le Monde (LAM), Sciences Po Bordeaux, 11 allée Ausone, 33607 Pessac ; sebastien.nicolas.edu@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search