Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 36 - n°2 et 3Notes de lectureStock Inka, Time, Migration and F...

Notes de lecture

Stock Inka, Time, Migration and Forced Immobility. Sub-Saharan African Migrants in Morocco

Franziska Reiffen
p. 355-357
Référence(s) :

Stock Inka (2019) Time, Migration and Forced Immobility. Sub-Saharan African Migrants in Morocco. – Bristol, Bristol University Press. – 224 p., ISBN : 978-1-529-20197-0

Texte intégral

  • 1 Toutes les citations sont traduites de l’anglais.

1Le Maroc était autrefois un pays que beaucoup de personnes en provenance d’Afrique subsaharienne traversaient en direction de l’Europe. Plus récemment, pourtant, la continuation de ce trajet a été rendue difficile, voire même impossible, à cause de l’intensification du contrôle aux frontières extérieures de l’Union européenne. L’ouvrage Time, Migration and Forced Immobility. Sub-Saharan African Migrants in Morocco, écrit par la sociologue Inka Stock, part donc d’un paradoxe : alors que les acteurs politiques se réfèrent à la migration subsaharienne au Maroc comme une « migration de transit », les migrant·e·s restent, de fait, « bloqué·e·s »1 (p. 2) pour des périodes prolongées. D’un côté, le traitement de ces personnes en termes de « migration de transit » a pour conséquence que l’État marocain fait peu de chose pour leur faciliter l’accès à une résidence légale et aux droits fondamentaux ; et de l’autre, cette « vie dans les limbes » (p. 19) pour une période indéterminée affecte l’existence des migrant·e·s de manière profonde.

2Face à cette situation, Inka Stock propose de conceptualiser l’expérience de ces personnes comme une « immobilité forcée ». L’immobilité forcée, selon elle, devient pour les migrant·e·s une phase dans le processus migratoire qui se fait de plus en plus notoire et prolongée ; un état durant lequel les migrant·e·s se voient privé·e·s de leurs droits ; et une condition de vie, au sens où les personnes concernées voient leurs projets migratoires individuels — et leurs perceptions de la vie en général — remis en question (p. 10). Inka Stock base son analyse sur une enquête qualitative comprenant des observations participantes, mais surtout des entretiens réalisés à Rabat entre 2009 et 2017. Du fait de l’immobilité prolongée de ses interlocuteur·trice·s, elle a pu répéter certains entretiens plusieurs années de suite. Ceci rend l’analyse plus profonde et renforce un aspect central de son argumentation : les conséquences de l’immobilité forcée au fil du temps.

3Après l’introduction des concepts analytiques centraux dans le premier chapitre, le deuxième chapitre de l’ouvrage est dédié à l’externalisation des politiques migratoires européennes et à son influence sur les migrant·e·s au Maroc. Bien que des acteurs non étatiques prêtent une aide d’urgence à ces personnes souvent considéré·e·s comme « victimes d’une crise humanitaire » (p. 32), leurs chances de légaliser leur statut de résidence, d’obtenir un emploi ou d’accéder à la migration légale vers l’Union européenne sont bien faibles. Les chapitres suivants retracent le trajet de certain·e·s migrant·e·s à travers différents pays subsahariens (chapitre 3) jusqu’à l’arrivée au Maroc (chapitre 4). Récusant la distinction nette entre migration « volontaire » et « forcée », Inka Stock révèle la multiplicité des motivations qui poussent ses interlocuteur·trice·s à quitter leur pays, ainsi que les changements de motivations et de projets individuels au cours des différentes étapes du trajet. Quant à la situation après l’arrivée au Maroc, Inka Stock montre que les difficultés d’obtenir un contrat de travail, un compte bancaire ou de se défendre contre la violence policière arbitraire ne sont pas limitées aux migrant·e·s, mais affectent aussi les populations pauvres locales. Pour beaucoup de personnes, l’État apparaît comme « un juge arbitraire et autoritaire » (p. 78). Ceci est un aspect important et une partie particulièrement intéressante de l’analyse qui ancre la situation actuelle des migrant·e·s subsaharien·ne·s dans l’histoire autoritaire de l’état marocain et ouvre la possibilité d’une dés-exceptionalisation de la situation migratoire.

4Les trois derniers chapitres du livre sont consacrés à l’expérience prolongée de l’immobilité physique qui affecte la vie des migrant·e·s de façon continue. Dans le chapitre 5, Inka Stock accentue la temporalité que ses interlocuteurs expérimentent en termes d’ennui, de désillusion et d’humiliation. Plus l’expérience de l’immobilité se prolonge, plus ses interlocuteur·trice·s se sentent déconnecté·e·s de leur passé et rejettent leurs projets pour le futur ; leurs vies deviennent « désynchronisées » (p. 104). Face à cette situation, les organisations religieuses et non religieuses des migrant·e·s à Rabat offrent une option pour obtenir un soutien, bien qu’elles ne soient pas dépourvues de relations inégales de pouvoir, comme souligné dans le chapitre 6. Inka Stock ne se lance ni dans une célébration de ces organisations, ni ne les dénonce comme étant exclusivement exploitantes. Selon son analyse, les structures communautaires sont fortement hiérarchiques, mais elles offrent en même temps aux migrant·e·s la possibilité de donner une signification sociale au quotidien en contexte hostile et, donc, d’accéder à une forme d’agentivité dans un contexte de restriction des possibles.

5Le dernier chapitre se focalise sur les projets de continuer le trajet et sur l’attente. En mobilisant la distinction entre attente situationnelle et attente existentielle de Dwyer (2009), Inka Stock décrit comment la qualité de l’attente se modifie quand la durée. Bien que l’attente permanente affecte ses interlocuteur·trice·s dans le sens le plus existentiel, celle-ci ne diminue pas leur souhait de continuer le trajet. Plutôt, l’état d’attente les empêche davantage de s’installer en permanence. Dans une situation d’« attente en espoir désespéré », comme la décrit Inka Stock, certain·e·s refusent les mesures politiques d’intégration, comme l’enregistrement des enfants dans des écoles publiques, parce que ceci les approche trop d’une fixation non souhaitée. Ni le concept de la migration de transit, ni les politiques d’intégration ne « reconnaissent les migrants comme “sujets en attente” », écrit Inka Stock (p. 149), qui sont conceptualisés soient comme des personnes mobiles, soient comme de nouveaux colons. Les migrant·e·s immobilisé·e·s de manière forcée au Maroc, pourtant, ne sont ni l’un ni l’autre.

6On peut regretter, à la lecture de ce livre, l’absence d’analyse des interactions avec la population locale, qui sont évoquées de manière sporadique, mais qui ne prennent pas un rôle important dans l’argumentation. Celle-ci permettrait de réfléchir à la construction et à la remise en cause des catégorisations des personnes comme étranger·ère·s, récepteur·trice·s d’aide humanitaire, représentant·e·s d’une communauté, etc. Dans l’ensemble, cependant, l’ouvrage décrit d’une manière pertinente la situation des personnes immobilisées au Maroc. Il révèle ainsi les limites et même la déconnexion de la réalité migratoire, d’un côté, et les conceptualisations politiques et légales actuelles, de l’autre. Ainsi, les conceptualisations purement économiques selon lesquelles les migrations dépendraient d’un schéma push-and-pull, la classification de la migration comme « volontaire » ou « forcée » et l’opposition entre « migration » et « sédentarité » sont fortement questionnées. L’ouvrage se joint à une production académique récente qui focalise les expériences de migrant·e·s classé·e·s « en transit » et qui font face aux politiques d’externalisations et de renforcements de frontières dans divers contextes (Collyer et al., 2012 ; Missbach, 2015 ; Vogt, 2018). À cela, Inka Stock ajoute un apport important qui révèle les coûts humains de ces politiques dans le contexte marocain.

Haut de page

Bibliographie

Collyer Michael, Düvell Franck et De Haas Hein (2012) Critical Approaches to Transit Migration, Population, Space and Place, 18, pp. 407-414.

Dwyer Peter D. (2009) World of Waiting, in Ghassan Hage Ed., Waiting, Carlton, Melbourne University Press, pp. 15-26.

Missbach Antje (2015) Troubled Transit: Asylum Seekers Stuck in Indonesia, Singapore, ISEAS-Yusof Ishak Institute.

Vogt Wendy A. (2018) Lives in Transit. Violence and Intimacy on the Migrant Journey, Oakland, California University Press.

Haut de page

Notes

1 Toutes les citations sont traduites de l’anglais.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Franziska Reiffen, « Stock Inka, Time, Migration and Forced Immobility. Sub-Saharan African Migrants in Morocco », Revue européenne des migrations internationales, vol. 36 - n°2 et 3 | 2020, 355-357.

Référence électronique

Franziska Reiffen, « Stock Inka, Time, Migration and Forced Immobility. Sub-Saharan African Migrants in Morocco », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 36 - n°2 et 3 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 12 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/remi/16210 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remi.16210

Haut de page

Auteur

Franziska Reiffen

Doctorante en anthropologie, Département d’Anthropologie et d’Études Africaines, Université Johannes Gutenberg de Mainz (Allemagne)

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search