Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 36 - n°4VariaSénégalais au Gabon : travailler ...

Varia

Sénégalais au Gabon : travailler sous contrat, résister à l'insécurité et réinvestir discrètement

The Senegalese in Gabon: Working under Contract, Enduring Hostility and Reinvesting Discreetly
Senegalés en Gabón: trabajar bajo contrato, resistir a la inseguridad y reinvertir discretamente
Sylvie Bredeloup
p. 143-165

Résumés

Alors que l’État gabonais, par temps de crise, multiplie les obstacles à la circulation des ressortissants étrangers et que les autorités sénégalaises tablent de plus en plus sur les réinvestissements financiers et politiques de leurs compatriotes immigrés, on peut s’interroger sur les formes discrètes de résistance mises en œuvre par les Sénégalais pour continuer de travailler au Gabon. Quels liens et compétences mobilisent-ils pour sortir grandis de cette expérience migratoire et préparer leur avenir au Sénégal ? Un détour par la longue histoire des relations de travail immigré, instaurées entre le Sénégal et le Gabon permettra d’apprécier de quelle manière les migrants, qui, hier étaient recherchés pour leurs compétences et savoir-faire insuffisamment représentés au sein des populations gabonaises, sont devenus majoritairement des travailleurs précarisés ou stigmatisés et, une fois de retour au Sénégal, des retraités sans pension de retraite.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Quand les autorités coloniales importent au Gabon la main-dœuvre sénégalaise
Un « exil sous contrat »
Quand l’État gabonais recrute au Sénégal des travailleurs qualifiés
Recherche ouvriers spécialisés
Recrute professeurs sénégalais dans l’enseignement secondaire
Quand les réseaux sénégalais s’organisent
Quand la migration débouche sur du commerce transnational
Quand le Gabon reconsidère l’accueil des travailleurs africains
Gabonisation des emplois et révision des conditions de l’hospitalité
Entre demandes de rapatriement volontaire et grèves sur les marchés librevillois
« On ne rentre pas pour faire de la politique, mais c’est la politique qui te fait rentrer »
« L’immigration au Gabon, c’est la maison d’abord »
Conclusion

Aperçu du texte

Monsieur S. a passé vingt-huit ans au Gabon dont la majeure partie, employé dans des armements de pêche :

« Heureusement Dieu merci, je suis rentré légalement. Dans le bateau, j’ai fait tous les postes, de cuisinier, de matelot, de graisseur aide-mécanicien jusqu’à second de capitaine que j’ai assimilé sur le terrain. C’est l’expérience… Je faisais 300 jours en mer, vingt-cinq jours de mer, quatre jours à terre. On quittait Port-Gentil jusqu’à la frontière avec la Guinée Équatoriale ou la frontière avec le Congo. »

Souhaitant prendre sa retraite au Sénégal, son pays d’origine, où vivent sa femme et ses enfants qui ne sont jamais venus le rejoindre en migration, il dépose en 2016 au Gabon un « certificat de vie », ce formulaire-clé qui permet aux caisses de retraite vieillesse de vérifier que la personne à laquelle elles doivent verser la pension est encore en vie. Ayant fait le nécessaire auprès des autorités gabonaises avant de regagner Dakar, monsieur S. touche sa pension pendant un...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Bredeloup, « Sénégalais au Gabon : travailler sous contrat, résister à l'insécurité et réinvestir discrètement », Revue européenne des migrations internationales, vol. 36 - n°4 | 2020, 143-165.

Référence électronique

Sylvie Bredeloup, « Sénégalais au Gabon : travailler sous contrat, résister à l'insécurité et réinvestir discrètement », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 36 - n°4 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 16 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/remi/17408 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remi.17408

Haut de page

Auteur

Sylvie Bredeloup

Socioanthropologue, directrice de recherche, UMR LPED – IRD/Université Aix-Marseille, Site Saint-Charles, Case 10 – 3 place Victor Hugo, 13331 Marseille Cedex 3 ; sylvie.bredeloup@ird.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search