Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 36 - n°4Notes de lectureFournier-Finocchiaro Laura et Cli...

Notes de lecture

Fournier-Finocchiaro Laura et Climaco Cristina, Les Exilés politiques espagnols, italiens et portugais en France au XIXe siècle. Questions et perspectives

Ralph Schor
p. 200-201
Référence(s) :

Fournier-Finocchiaro Laura et Climaco Cristina (Dirs.) (2017) Les Exilés politiques espagnols, italiens et portugais en France au XIXe siècle. Questions et perspectives. – Paris : L’Harmattan. – 234 p., ISBN : 978-2-343-11700-3

Texte intégral

1Les très nombreuses secousses politiques qui marquèrent l’Europe au XIXe siècle, particulièrement en Espagne, en Italie et au Portugal, entraînèrent proscriptions et exils volontaires par vagues successives. Pour la seule Espagne, ce furent des dizaines de milliers de partisans de la France (afrancesados), de libéraux, de royalistes, carlistes, progressistes, démocrates, cantonalistes, internationalistes, républicains qui s’installèrent en France. Des effectifs tout aussi importants durent quitter l’Italie, avec des personnalités importantes comme Buonarroti, Mazzini, Manin, etc. Des études considérées comme classiques, telle Exilados, 1828-1932, publiée en 1934 par le Portugais Vitorino Nemesio, ont été consacrées à ces expériences de l’exil. Mais, depuis quelques années, des nouveaux travaux renouvèlent l’approche du phénomène.

2Les chercheurs se vouent notamment à l’étude de l’imprimé. Les réfugiés traduisent en castillan les auteurs des Lumières comme Rousseau, Voltaire, l’abbé Raynal, des ouvrages consacrés à Napoléon Ier comme Le Mémorial de Sainte-Hélène, des textes anticléricaux, des œuvres dénonçant le comportement des Espagnols en Amérique. Les Italiens publient des périodiques, tels L’Exilé ou L’Ausonio qui défendent la culture de leur pays, parfois avec la volonté de contrer l’emprise française. La Librairie européenne de Baudry fait connaître la littérature contemporaine en diffusant largement les textes de Manzoni, Pellico, d’Azeglio. L’Italiano, où s’exprime Giuseppe Mazzini, donne un écho aux idées de la Giovine Italia et propose des études théoriques destinées à offrir des modèles aux écrivains.

3Le livre ouvre des perspectives sur le rôle des femmes, sur la conception de l’exil vécu moins comme une vertu stoïcienne que comme une souffrance, sur les courants idéologiques en présence. Des développements intéressants sont consacrés aux influences, par exemple celle de Mazzini sur les exilés portugais : ceux-ci apprennent que le temps des conspirations carbonari est passé et qu’il faut répandre l’idéal de liberté par l’éducation et la propagande, que l’État républicain, étendu à toute la péninsule ibérique, est souhaitable. Dans la pratique les libéraux portugais sont soutenus, entre autres, par Lafayette et la monarchie de Juillet.

4L’ouvrage apparaît inégal, parfois disparate par la juxtaposition d’épisodes relevant de la vieille histoire-bataille et d’études plus novatrices sur l’histoire intellectuelle. Certains auteurs poussent leurs analyses jusqu’au milieu du XXe siècle, alors que le titre limite l’investigation au XIXe siècle. Cependant le livre propose une riche réflexion sur les canaux d’échanges, la circulation des idées, la sociabilité de l’exil. Les réactions et les évolutions individuelles sont bien vues : volonté de retour au pays pour le triomphe de la cause, transformation des républicains en monarchistes quand cette deuxième solution apparaît comme la plus rationnelle, renonciation au combat, installation définitive en France, etc. Le poids des identités est évalué : identité forgée dans la communauté d’idéal et de lutte, identité nationale pouvant conduire à l’idée d’une identité transnationale. Les contacts, les dialogues avec les hôtes ou d’autres exilés, les lectures font progressivement émerger une élite cosmopolite de militants liés par leurs engagements. Le débat politique s’internationalise. Une conscience commune européenne prend forme et impose ses valeurs démocratiques qui préfigurent l’avenir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ralph Schor, « Fournier-Finocchiaro Laura et Climaco Cristina, Les Exilés politiques espagnols, italiens et portugais en France au XIXe siècle. Questions et perspectives », Revue européenne des migrations internationales, vol. 36 - n°4 | 2020, 200-201.

Référence électronique

Ralph Schor, « Fournier-Finocchiaro Laura et Climaco Cristina, Les Exilés politiques espagnols, italiens et portugais en France au XIXe siècle. Questions et perspectives », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 36 - n°4 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 16 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/remi/17703 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remi.17703

Haut de page

Auteur

Ralph Schor

Historien, Professeur émérite, Université Côte-d'Azur/CMMC

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search