Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 37 - n°3 et 4Préface

Notes de l’auteur

Pour le comité de rédaction

Texte intégral

1Le 7 janvier 2022 Michelle Guillon, directrice de la Revue Européenne des Migrations Internationales de 1994 à 1999, puis codirectrice de 2000 à 2006, nous a quittés. Pendant toutes ces années, outre ses fonctions de professeure de géographie à l’Université de Poitiers et de chercheure au laboratoire MIGRINTER, elle s’est consacrée à ce qui la passionnait, l’édition scientifique. Elle dirigea la revue avec une autorité discrète et chaleureuse. D’une grande culture sur les migrations, elle était attentive aux avancées des recherches. Elle a ainsi poursuivi la vocation de la revue, celle de publier les articles de spécialistes reconnus, de toutes disciplines. Mais elle a aussi permis à de nombreux jeunes chercheurs et chercheures de faire connaître leurs travaux.

2Durant ses mandats, elle a renouvelé la présentation graphique et la couverture de la revue et maintenu la bonne gestion de l’entreprise éditoriale. Elle n’était pas indifférente aux mutations numériques qui allaient désormais bousculer l’édition classique et surtout mettre en péril l’édition papier à laquelle elle était attachée. Elle n’ignorait cependant pas les changements en cours et ce que cela supposait de nouvelles modalités techniques de production et de diffusion. Elle restait, quoiqu’il advienne, d’une grande exigence sur la qualité des textes et sur les éclairages nouveaux que les recherches mettaient en évidence. Ces textes qui constituent les matériaux de la fabrique éditoriale étaient soumis à la sagacité des évaluatrices et évaluateurs, à la critique des membres du comité de rédaction : la vie d’une revue scientifique.

3Michelle Guillon était une éditrice intellectuelle qui n’avait de cesse de rendre visible et accessible des recherches qui faisaient écho à la diversité des questionnements de l’époque, dont nombre restent d’actualité. Publier un article relevait pour elle d’abord d’échanges avec les autrices et les auteurs et d’un dialogue avec les membres du comité de rédaction lors de réunions propices aux débats et à la production de savoirs.

4Entre 1992 et 2001, Michelle Guillon a co-coordonné de nombreux numéros thématiques dont elle était bien souvent à l’initiative. Elle était au fait des travaux menés dans les laboratoires de recherches français et étrangers, tout particulièrement en Europe et en Amérique latine.

5Quelques-uns des dossiers qu’elle a dirigés ont marqué l’histoire intellectuelle de la revue.

6En 1992, elle co-édite (avec Emmanuel Ma Mung) « La diaspora chinoise en Occident », alors que les études sur cette population étaient encore modestes et peu disponibles. Ce numéro aura permis de mettre en évidence « l’entrepreneuriat comme élément essentiel de l’organisation des communautés » et la visibilité de nouvelles migrations qui s’organisent « dans un monde en pleine recomposition économique, politique et identitaire ».

7Puis, en 1995 (avec Hervé Domenach), ce sont les migrations internationales dans le monde latino-américain qui sont traitées dans le contexte politique et économique du sous-continent qui « s’ouvre au monde ». Et alors que l’Amérique latine devient terre d’émigration et que très peu d’enquêtes sont consacrées à ces questions.

8En 1998 (avec Sophie Body-Gendrot), elle propose de prendre pour thème la ville et ce sera le volume 14 n° 1 « La ville déstabilisée ? Faits et représentations ». « Banlieues à problème », « inner-city », « ghetto » « exclus », « Blacks », un nouveau vocabulaire qui vient complexifier l’analyse des formes urbaines et des organisations sociales.

9En 1999 (avec Daniel Noin), le volume 15 n° 2 « Emploi, genre et migration » traite de la place qu’occupent les femmes à l’aube des années 2000 sur le marché de l’emploi et aborde la question de l’autonomie de celles qui en migrant vont la conquérir.

10Enfin, le dernier numéro qu’elle a coordonné en 2001(avec Marie-Antoinette Hily) s’intéresse à une région du monde où les circulations migratoires ont une longue histoire, la Méditerranée. Avec ce dossier, « État grec, diaspora et migrations », Michelle Guillon retrouvait un peu de son histoire.

11Michelle Guillon a consacré toute sa carrière à la recherche, l’enseignement et l’édition avec enthousiasme, pertinence et rigueur. Elle a largement contribué à faire connaître aux lectrices et lecteurs de la REMI des travaux qui ont marqué l’histoire de la recherche sur les migrations internationales.

12La place de la revue dans le paysage éditorial scientifique lui doit beaucoup.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Antoinette Hily, « Préface »Revue européenne des migrations internationales, vol. 37 - n°3 et 4 | -1, 7-8.

Référence électronique

Marie-Antoinette Hily, « Préface »Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 37 - n°3 et 4 | 2021, mis en ligne le 10 mai 2022, consulté le 30 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/remi/18868 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remi.18868

Haut de page

Auteur

Marie-Antoinette Hily

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo Maison des sciences de l’homme et de la société de Poitiers
  • Logo Notre Twitter
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search