Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 37 - n°3 et 4Notes de lectureFogel Frédérique, Parenté sans pa...

Notes de lecture

Fogel Frédérique, Parenté sans papiers

Marie-Antoinette Hily
p. 287-288
Référence(s) :

Fogel, Frédérique, Parenté sans papiers. – La Roche-sur-Yon : Éditions Dépaysage, 2019. – 303 p. ISBN : 978-2-90203-901-2

Texte intégral

1En 2019, paraît aux Éditions Dépaysage, l’ouvrage Parenté sans papiers qui va nous conduire sur un terrain que Frédérique Fogel a mené pendant une dizaine d’années pour rendre compte de la migration de familles qui, en France, se retrouvent dans une situation irrégulière après l’expiration de leur visa. L’auteure a suivi et observé des familles victimes d’une situation où domine au quotidien l’angoisse de n’avoir pas de papiers, seuls documents qui permettent de se dire « légitime » sur le sol français. Ce sont ces « sans-papiers », rencontrés dans le Réseau éducation sans frontières (RESF) où l’auteure s’est engagée, que nous apprenons à connaître et à comprendre dans leurs démarches en vue d’une régularisation. Et le quotidien de ces familles nous apparaît péniblement empêché par la recherche de papiers qui remplit le temps. L’auteure montre aussi combien ces personnes sont déterminées à s’installer pour se faire une vie en France, et cela à « tout » prix.

2C’est en anthropologue rompue aux méthodes de sa discipline que Frédérique Fogel va s’écarter des typologies et des catégorisations institutionnelles des individus pour interroger la trilogie relations de parenté/conditions de sans-papiers/politique migratoire, sous l’angle des pratiques des familles migrantes au regard d’une expérience migratoire qui met à mal celles et ceux qui partent, ainsi que leur entourage familial. Dans un entretien accordé à Erwan Cario du journal Libération, elle dit : « cette famille qui a été détruite par le voyage, par la difficulté des relations à distance, par la vie sans papiers » (Cario, 2020).

3Le livre est préfacé par François Héran qui relève d’emblée la pertinence d’une enquête sur la parenté des sans-papiers qui nous conduit à interroger les contraintes institutionnelles des politiques migratoires.

4L’originalité du travail de Frédérique Fogel réside essentiellement dans le choix d’une démarche qui ne laisse rien de côté et comme elle l’écrit (p. 30) « est fondée sur le maillage de plusieurs points de vue, plusieurs gestes, plusieurs contextes, plusieurs plans, qui présentent et exemplifient l’analyse du cadre législatif et réglementaire de l’accès au séjour en le rapportant à des situations concrètes, aux paroles et aux actes des personnes concernées ».

5Tout au long des 290 pages, divisées en huit chapitres, l’auteure va d’abord (chapitre 2) situer les acteurs et nous enseigner le langage et les pratiques administratives. Nous sommes déjà dans la complexité des procédures et des démarches et surtout dans un temps qui est pesant et qui se compte souvent en années d’attente : « dix ans de présence et deux demandes pour obtenir l’accès au séjour », « deux exils avant d’obtenir l’asile ». Le chapitre 3 est justement consacré aux « Circulaires et files d’attente ». Et on entre dans les arcanes de l’interprétation et de l’application de la loi des étrangers. L’auteure nous montre alors que les chemins de la régularisation sont tortueux et que la logique juridique est quelque peu mise à mal. « D’une circulaire à l’autre », l’obtention des papiers n’est jamais acquise. Le chapitre 4 décrit des sans-papiers « qui sont des migrants comme les autres », mais cependant pas tout à fait, dès lors que le titre de séjour fait d’eux des immigrés qui peuvent voyager et ont alors acquis le droit à la mobilité : « Je ne suis même pas un immigré, je ne peux pas visiter mes parents ». Le chapitre qui suit aborde la question de la légitimité que procurent les « preuves » de présence (sédentarité ?) sur le sol français. Et ces papiers conservés pour « avoir des papiers » s’accumulent jusqu’à remplir un meuble qui occupe une place centrale dans le foyer (Leclerc-Olive et al., 1998) : « Des papiers ? J’ai plus de papiers que de vêtements » (p. 135). Dans cette même veine, l’auteure, dans le chapitre 6 « Titres de séjour », part de l’encadrement juridique de l’obtention au séjour pour aborder la place et l’importance des liens personnels et familiaux (mariage, pacs, etc.) et de la « carrière administrative » dans les différentes procédures mises en place (p. 32). « Parenté au guichet » (chapitre 7) est l’étape où la personne va devoir se présenter aux agents. Dans le formulaire de salle, détaillé par le menu, « Ego est identifié en tant qu’individu, puis en tant qu’enfant, puis conjoint, et enfin parent » (p. 206). Dès lors c’est à inscrire l’individu dans le temps et dans l’espace que se livre une administration soucieuse d’établir « un état migratoire » de la famille afin de « dresser l’état des lieux des liens personnels et familiaux, établir la carte transnationale de la dispersion des proches, et par conséquent, faire le constat des ruptures et des manques » (p. 207). Dans l’ultime chapitre « Filiation sans papiers, filiation et parentalité ? », Frédérique Fogel montre que « l’institution matrimoniale ne garantit pas l’obtention de papiers » en ce qui concerne notamment les couples francoétrangers sans papiers. Il en va de même pour les femmes célibataires avec ou sans enfants dont la régularisation dépend de leur engagement professionnel (processus d’empowerment) ou/et de leur statut de mère seule.

6Efficace, ce livre au service d’une problématique pourtant complexe fait appel à une lecture patiente. Les résultats des enquêtes fournissent un panorama précis des épreuves que rencontrent celles et ceux qui veulent jusqu’à épuisement devenir des gens ordinaires vivant en France en toute légalité. On retiendra de ce travail la description minutieuse des lois, décrets et circulaires qui définissent (déterminent ?) l’avenir des demandeurs et demandeuses de titres de séjour sur le sol français. On retiendra aussi la justesse des descriptions des itinéraires des personnes et celles des multiples législations qui portent l’espoir de vivre en paix et qu’il est pourtant si difficile de conquérir dans un État de droit. Comme le dit l’auteure au journaliste qui l’interroge : « Et surtout, d’en finir avec cette logique absurde qui oblige des personnes sans papiers à accumuler des papiers pour prouver qu’elles sont capables de s’intégrer, dans les conditions les plus difficiles, pour, finalement, obtenir les papiers qui devraient leur permettre… de s’intégrer » (Cario, 2020).

Haut de page

Bibliographie

Cario Erwan (2020) La condition de sans-papiers, comme la migration, détruit les liens de parenté, Libération, 27 février, [en ligne]. URL : https://www.liberation.fr/debats/2020/02/27/la-condition-de-sans-papiers-comme-la-migration-detruit-les-liens-de-parente_1779866/

Leclerc-Olive Michèle, Engrand Sylvie et Sall Mamadou (1998) La commode à papiers. Gestion des documents administratifs et immigration, Sociétés Africaines et Diaspora, 10, pp. 71-93.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Antoinette Hily, « Fogel Frédérique, Parenté sans papiers »Revue européenne des migrations internationales, vol. 37 - n°3 et 4 | -1, 287-288.

Référence électronique

Marie-Antoinette Hily, « Fogel Frédérique, Parenté sans papiers »Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 37 - n°3 et 4 | 2021, mis en ligne le 10 mai 2022, consulté le 30 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/remi/19653 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remi.19653

Haut de page

Auteur

Marie-Antoinette Hily

Chercheure honoraire CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo Maison des sciences de l’homme et de la société de Poitiers
  • Logo Notre Twitter
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search