Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 37 - n°3 et 4Notes de lectureBaron Clémentine, Les oiseaux mig...

Notes de lecture

Baron Clémentine, Les oiseaux migrateurs. Témoignages de migrants

Ralph Schor
p. 291-292
Référence(s) :

Baron, Clémentine, Les oiseaux migrateurs. Témoignages de migrants. – Paris : L’Harmattan, 2016. – 162 p. ISBN : ‎ 978-2-34310-573-4

Texte intégral

1La journaliste Clémentine Baron a sollicité les témoignages de dix-sept migrants d’origines diverses et reproduit les propos de ceux-ci avec de brefs commentaires. Les personnes interrogées expliquent d’abord les raisons de leur venue en France. Certains ont effectué un choix délibéré ; choix classique dans le cas des rapprochements familiaux. Plusieurs rejoignent aussi des amis déjà installés dans l’hexagone. Quelques motivations apparaissent plus originales : une migrante estime que la condition de la femme étant particulièrement favorable en France, ce pays est attirant. Une Chinoise préfère vivre dans une atmosphère plus saine et moins polluée que celle de son pays d’origine. Une Géorgienne atteinte d’une grave sclérose en plaques loue la France où elle peut bénéficier de soins gratuits et de meilleure qualité. D’autres migrants sont arrivés par hasard, après des parcours mouvementés et souvent dramatiques. C’est le cas des réfugiés politiques qui ont fui des pays en guerre, comme la Syrie ou le Tibet. Bénéficiaires du droit d’asile ou clandestins, ils ont surtout voulu trouver un abri, en France ou ailleurs, loin des violences. Mais la réputation de la patrie des droits de l’homme séduit certains exilés.

2Les étrangers exposent volontiers leurs conditions de vie. Celles-ci se révèlent très variables. Les migrants qui ont un conjoint français ou des compatriotes déjà présents bénéficient d’une solidarité active et sont pris en charge dès leur arrivée. Les isolés dépendent souvent de secours dispensés par les associations ou les personnes charitables. Un Ukrainien est étonné par les lois sociales qu’il a trouvées en France : « Il y a beaucoup d’aides, le RSA, le chômage… Le nombre d’aides, c’est fou » (p. 121). Plusieurs exercent des petits métiers, par exemple comme employés de maison, et sont souvent exploités par des employeurs qui sont parfois eux-mêmes étrangers. Les exilés éprouvent généralement des difficultés pour se loger. Ils s’installent chez leur patron, dans des squats, des foyers, des églises. Un Tchétchène a expérimenté les centres d’accueil de nuit, mais il déclare que, même par grand froid : « Je préfère la tente. C’est difficile, mais c’est la liberté, l’indépendance » (p. 22).

3Les relations avec les Français se situent sur des registres variés. Beaucoup disent qu’ils n’ont pas senti de réticences chez leurs hôtes qualifiés de « gentils ». Les appréciations favorables sont souvent inspirées par la qualité des lois sociales. Une malade confie : « Je n’ai jamais eu aucun problème avec l’hôpital, chaque mois ils me donnaient le traitement alors que je n’avais pas d’argent » (p. 128). La nature du milieu fréquenté influe sur les réactions enregistrées. Ainsi une Péruvienne a apprécié l’accueil que lui ont réservé les étudiants de l’École supérieure de commerce de La Rochelle : « J’ai reçu un super accueil, très chaleureux […]. C’était très sympathique. Ma première impression de la France a été très belle » (p. 104). Mais d’autres migrants confient qu’ils ont entendu des réflexions désagréables, voire hostiles. Une Roumaine observe : « Les Français sont un peu racistes envers les Roumains, car ils nous confondent avec les Roms » (p. 81).

4Quelques confidences évoquent brièvement l’état d’esprit des migrants. Ceux qui ont échappé à de nombreux dangers dans leur pays ravagé par la guerre civile s’exclament, comme le témoin syrien : « Nous sommes revenus d’entre les morts » et concluent que l’installation en France représente « une deuxième chance, une nouvelle vie » (p. 86). Mais l’arrachement d’avec la terre natale se révèle souvent douloureux ; une Polonaise arrivée depuis peu avoue : « J’ai perdu tout ce qui me définissait » (p. 86). Certains comprennent que le temps modifie leur identité. Même s’ils ne sont pas totalement intégrés en France, ils se sentent désormais étrangers dans leur pays d’origine : « Au bout de quelques années, chez toi, ce n’est plus chez toi » (p. 106). Une Chilienne qui a fui la dictature de Pinochet veut conclure son témoignage sur une note réaliste : « La France c’est notre pays d’accueil, mais c’est aussi notre pays tout court. L’endroit où tu manges, où tu travailles, où tu vis, où tu peux aussi trouver l’amour, c’est ça ton pays » (p. 115).

5Un livre construit sur dix-sept témoignages ne peut prétendre refléter intégralement la réalité du monde immigré. C’est une peinture pointilliste qui n’offre pas la rigueur d’un sondage ou d’une analyse scientifique. On peut se demander si les personnes interrogées ont livré toute leur vérité dans la mesure où elles s’adressaient à une Française et savaient que leur récit serait imprimé. Mais la sincérité de nombreux passages, la finesse de l’auteure qui a su choisir ses interlocuteurs, l’empathie qui se dégage de l’ensemble donnent des migrants une image sensible, voire émouvante, et entrouvrent la porte de leur univers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ralph Schor, « Baron Clémentine, Les oiseaux migrateurs. Témoignages de migrants »Revue européenne des migrations internationales, vol. 37 - n°3 et 4 | -1, 291-292.

Référence électronique

Ralph Schor, « Baron Clémentine, Les oiseaux migrateurs. Témoignages de migrants »Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 37 - n°3 et 4 | 2021, mis en ligne le 10 mai 2022, consulté le 30 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/remi/19673 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remi.19673

Haut de page

Auteur

Ralph Schor

Historien, Professeur émérite, Université Côte d’Azur/CMMC

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo Maison des sciences de l’homme et de la société de Poitiers
  • Logo Notre Twitter
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search