Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 37 - n°3 et 4Notes de lectureSelek Pinar et Trucco Daniela, Le...

Notes de lecture

Selek Pinar et Trucco Daniela, Le Manège des frontières. Criminalisation des migrations et solidarités dans les Alpes-Maritimes

Ralph Schor
p. 293-294
Référence(s) :

Selek, Pinar (dir.) et Trucco, Daniela (dir.), Le Manège des frontières. Criminalisation des migrations et solidarités dans les Alpes-Maritimes. – Paris : Le Passager clandestin, 2020. – 142 p. ISBN : 978-2-36935-240-2

Texte intégral

1L’Observatoire des migrations dans les Alpes-Maritimes, créé par des laboratoires de recherches appartenant à l’université Côte d’Azur, a patronné une étude collective portant sur les migrations dans le département maralpin, la criminalisation de celles-ci et les actions de solidarité que cette situation a engendrées.

2La partie historique se trouve curieusement enclavée au milieu du livre, ce qui décale une observation qu’il eût été intéressant de découvrir au début. En effet, la frontière entre la France et l’Italie n’a jamais constitué une simple ligne arbitraire, mais elle représente un espace s’étendant de Vintimille à Menton et Nice. Sans remonter à des périodes anciennes, on constate qu’à la fin du XIXe siècle, période de tension entre les deux pays, des fortifications sont élevées du côté français. Elles sont considérablement renforcées à l’époque fasciste avec l’édification de la ligne Maginot des Alpes. Les juifs étrangers chassés d’Italie à partir de 1938 essaient d’entrer clandestinement en France et sont repoussés par les forces de l’ordre. Aussi, policiers et contrebandiers italiens s’unissent-ils pour aider les Israélites dans le franchissement illégal de la frontière. Celle-ci s’élargit alors, car de nombreux passages s’effectuent par la voie maritime. Dans les années 1980 et 1990 ont lieu de nouvelles migrations clandestines. Curieusement, les affrontements sont masqués aux yeux de l’opinion, principalement dans l’entre-deux-guerres, par la construction d’un imaginaire idyllique. De fait, les touristes viennent en excursion à la frontière, se font photographier, visitent la grotte préhistorique de Grimaldi et admirent la beauté du paysage. Les douaniers prennent la pose en fraternisant de part et d’autre de la limite interétatique.

3Le premier et le dernier chapitre présentent la situation actuelle, analysée du point de vue des migrants et de leurs soutiens. La partie la plus importante de l’étude commence en novembre 2015, après les attentats de Paris, alors que l’état d’urgence suspend les accords de Schengen et, dans les faits, ramène la frontière franco-italienne à son statut de barrière extérieure. Dès lors, la présence policière est considérablement renforcée dans les gares, sur les routes, dans la montagne. Le livre dresse un catalogue des procédés violant les droits des migrants : procédures expéditives, manque d’informations, fréquente absence d’interprètes, d’avocats, de médecins, manque de réelles infrastructures d’hébergement. Les auteurs dénoncent le harcèlement et les brutalités imputables aux forces de l’ordre. Le nombre de personnes refoulées passe de 1 200 en 2015 à 48 362 en 2017. Ceux qui réussissent malgré tout à pénétrer sur le sol français forment une masse de travailleurs illégaux exploités, dans l’hôtellerie, la restauration, les services. Certains emplois clandestins sont gérés par des réseaux parfois situés au Maroc. Une Albanaise déboutée déclare : « Les travaux d’esclave, c’est facile à trouver » (p. 61).

4Le livre offre des développements intéressants non sur les opposants à la migration, juste mentionnés au passage, mais sur les actions de solidarité. Il montre la mobilisation des ONG nationales et internationales, ainsi que des associations locales agissant dans le cadre humanitaire, laïque ou confessionnel. Quelque 150 familles de la Roya participent sur le terrain à des initiatives solidaires : distribution de nourriture, logement chez des particuliers, aide à la poursuite du voyage, prises de position médiatiques, encadrement juridique. Les organisations et les individus obéissent à trois motivations principales. D’abord intervention au nom d’une morale supérieure aux contingences. C’est le cas de la Croix Rouge, de Médecins du Monde, des associations qui ne veulent pas lutter contre les politiques migratoires, mais remédier à leurs conséquences négatives. En second lieu, certains agissent par pur pragmatisme. Il s’agit de trouver des solutions concrètes à des difficultés réelles et insupportables : « Puisqu’ils sont là, il faut bien faire quelque chose » (p. 108). Le troisième groupe s’incarne dans le militantisme politique : Ligue des droits de l’homme, Amnesty International, anarchistes No Border… Les divers acteurs de la solidarité essaient de minorer leurs divergences et de tenir un langage commun pour atteindre à plus d’efficacité en ne froissant pas l’opinion. Mais des conflits plus ou moins visibles surgissent : les « moraux » et les « pragmatiques » condamnent les manifestations spectaculaires qui peuvent compromettre la cause. À l’inverse, les politiques reprochent parfois aux organisations caritatives de mener une action aseptisée qui fait le jeu du pouvoir et compromet la lutte pour le changement social.

5La dimension militante du livre s’appuie sur des enquêtes de terrain qui étayent la réflexion. On peut regretter la construction de l’ensemble qui ne respecte pas la chronologie et semble juxtaposer, telles quelles, les diverses contributions, ce qui conduit à des redites. Malgré ce manque de rigueur dans la construction on retiendra des développements originaux sur le monde des passeurs, la migration féminine, le camp autogéré du Présidio qui dura de juin à septembre 2015, le rôle important des catholiques de Vintimille et l’expérience d’accueil dans l’église Sant’Antonio de mai 2016 à août 2017. Le livre apporte un éclairage utile sur la dureté de la condition des migrants confrontés aux rigides règles étatiques et fait entrer le lecteur dans le monde contrasté des mouvements militants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ralph Schor, « Selek Pinar et Trucco Daniela, Le Manège des frontières. Criminalisation des migrations et solidarités dans les Alpes-Maritimes »Revue européenne des migrations internationales, vol. 37 - n°3 et 4 | -1, 293-294.

Référence électronique

Ralph Schor, « Selek Pinar et Trucco Daniela, Le Manège des frontières. Criminalisation des migrations et solidarités dans les Alpes-Maritimes »Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 37 - n°3 et 4 | 2021, mis en ligne le 10 mai 2022, consulté le 30 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/remi/19693 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remi.19693

Haut de page

Auteur

Ralph Schor

Historien, Professeur émérite, Université Côte d’Azur/CMMC

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo Maison des sciences de l’homme et de la société de Poitiers
  • Logo Notre Twitter
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search