Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 37 - n°3 et 4Notes de lectureFaret Laurent et Sanders Hilary, ...

Notes de lecture

Faret Laurent et Sanders Hilary, Migrant Protection and the City in the Americas

Dominique Vidal
p. 295-296
Référence(s) :

Faret, Laurent (Éd.) et Sanders, Hilary (Éd.), Migrant Protection and the City in the Americas. – Cham : Palgrave Macmillan, 2021. – 302 p. ISBN : 978-3-03074-369-7

Texte intégral

1Les recherches sur les migrations internationales n’ont de cesse aujourd’hui de souligner les restrictions croissantes à la mobilité imposées par des politiques migratoires de plus en plus restrictives et les réactions hostiles de populations anciennement établies à l’encontre des migrants qui arrivent. Sans jamais oublier ces caractéristiques d’une majorité des migrations contemporaines, l’ouvrage dirigé par Laurent Faret et Hilary Sanders adopte une perspective bien différente pour s’intéresser aux villes des Amériques qui mettent en œuvre des politiques locales destinées à favoriser l’accueil et le séjour des migrants. Il concerne à ce titre directement les discussions actuelles sur la gouvernance et la régulation des migrations internationales, en plaçant la focale sur ce qui se joue à la fois à l’échelon urbain et dans les tensions entre les contextes locaux et les contextes nationaux.

2À partir de dix études de cas encadrés par une solide introduction et une conclusion roborative, il examine tout un ensemble de questions posées dans des contextes chaque fois singuliers par ce que les éditeurs nomment les « diverses politiques de sanctuaire » (p. 4). Le terme de sanctuaire est apparu, rappellent-ils, au début des années 1980 lors de l’arrivée massive aux États-Unis de réfugiés centraméricains fuyant les guerres civiles qui ravageaient plusieurs pays de l’isthme. Sa connotation éminemment religieuse tient à la place importante qu’ont jouée les églises dans leur accueil à une époque où le gouvernement fédéral refusait de leur accorder l’asile. En dépit de la fréquence de son usage et des différentes définitions qui en ont été proposées, il ne saurait donc, insistent Laurent Faret et Hilary Sanders, être considéré comme un concept qui ne pose pas problème. C’est aussi pourquoi ils jugent plus approprié de raisonner en termes de « gouvernance locale des migrations », soit d’adopter une approche reconnaissant l’influence sur la migration et la politique locale de l’interaction d’acteurs situés à différentes échelles.

3Il est difficile, on le sait, s’agissant d’un ouvrage collectif de rendre justement compte de chacun de ces chapitres dans les limites d’une recension, et la tentation devient alors forte de n’en évoquer que quelques-uns. Concernant ce livre, il paraît néanmoins indispensable de mentionner, ne serait-ce que rapidement, l’argument central de chaque étude de cas, tant la richesse de l’ensemble tient à leur diversité et à leur mise en contraste. James Cohen insiste sur l’ancienneté de la présence mexicaine à Tucson pour expliquer les raisons qui font de cette ville un haut lieu des politiques d’accueil des immigrants dans un Arizona pourtant farouchement décidé à empêcher qu’ils franchissent la frontière. Rocío Castillo montre comment, selon les époques, Austin a mis alternativement en œuvre des mesures d’inclusion et d’exclusion, selon les changements d’orientation de l’État du Texas et du gouvernement fédéral étatsunien. Graham Hudson nous présente, lui, un autre exemple des relations complexes entre un État fédéral et des autorités locales au travers du cas de Toronto. Toujours au Canada, Idil Atak s’intéresse, de son côté, aux difficultés que rencontre la politique de sanctuaire de la ville de Montréal, dont une pluralité d’autres acteurs contrecarre les efforts. Hilary Sanders nous ramène alors aux États-Unis dans un chapitre consacré à la protection des migrants sans papiers à New York durant l’administration Trump, en soulignant en particulier le rôle qu’a joué la décriminalisation des petits délits. Claudia Yévenes et Cristián Rivera nous conduisent, eux, à l’autre bout du continent dans leur étude du Sello Migrante (le « Cachet Migrant ») dans une ville proche de Santiago du Chili. Ils y mettent en évidence les limites de cette forme de politique ad hoc accordée par le gouvernement fédéral aux municipalités. Laurent Faret se demande ensuite si Mexico est vraiment devenue une ville hospitalière à partir de l’expérience dans la métropole des migrants centraméricains dont la vulnérabilité les pousse à se tenir distants des dispositifs locaux leur étant destinés. Maria-Dolores París-Pombo et Verónica Montes proposent de leur côté une analyse fascinante des formes d’hostilité et de solidarité que la population de Tijuana entretient à l’égard des migrants d’Amérique centrale et d’Haïti coincés dans cette ville à la frontière des États-Unis. Alors, en effet, que l’on aurait pu penser que les premiers, hispanophones et culturellement plus proches, seraient mieux reçus localement, ce sont en fait les seconds qui font l’objet de sympathie et reçoivent davantage d’aide. L’Amérique centrale n’est pourtant pas qu’un territoire d’émigration, c’est aussi une terre de transit et d’accueil. Abelardo Morales-Gamboa l’évoque à propos des politiques d’intégration sociale de San José au Costa Rica qui, en dépit d’une volonté politique réelle, ne parviennent pas à réduire significativement l’invisibilité et l’ostracisme que subissent les migrants. Enfin, Isabel Setién et Cécile Blouin étudient la diversité des politiques adoptées par la ville de Lima depuis l’afflux massif de réfugiés vénézuéliens et mettent l’accent sur leurs effets contrastés.

4Seule une lecture attentive de chaque chapitre peut néanmoins restituer la richesse des données présentées et faire pleinement ressortir la subtilité analytique des auteurs. Il en ressort toutefois le constat partagé de la perméabilité aux contextes national et transnational de ces politiques locales. Quel que soit le degré d’autonomie dont jouissent les villes (notamment aux États-Unis, dont l’ouvrage met en lumière la plus grande liberté laissée aux acteurs infraétatiques par son type de modèle fédéral), la politique du gouvernement central exerce toujours une influence sur les municipalités et la société civile locale. Les caractéristiques des flux migratoires internationaux qui touchent chaque ville ont de même toujours un poids sur l’efficacité de leur réponse politique à l’accueil des migrants.

5L’ouvrage ici présenté réussit surtout son pari de constituer l’échelle de la ville en unité d’analyse pertinente tout en prenant en compte les cadres et dynamiques qui la dépassent, ainsi que l’expérience ordinaire des populations concernées. Ce faisant, l’approche retenue fait également échapper le lecteur à l’opposition généralement stérile entre approche « par le haut » et « approche par le bas ». On aurait bien sûr parfois aimé en savoir plus sur les politiques migratoires nationales ou le vécu des migrants, mais cela aurait indubitablement porté préjudice à la tension analytique qui traverse tout le texte. L’idée que les politiques locales étudiées offrent une forme de citoyenneté urbaine, distincte de la citoyenneté nationale au sens classique, méritait également d’être plus développée, tant les auteurs montrent souvent la fragilité de l’accès au droit et de la protection juridique.

6Mais nul livre ne peut parfaitement aborder toutes les questions qu’il suscite, a fortiori dans un domaine où les évolutions sont rapides. Il convient donc de lire Migrant Protection and the City in the Americas comme une référence aujourd’hui incontournable dans les débats sur les politiques migratoires et la gouvernance des migrations internationales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Vidal, « Faret Laurent et Sanders Hilary, Migrant Protection and the City in the Americas »Revue européenne des migrations internationales, vol. 37 - n°3 et 4 | -1, 295-296.

Référence électronique

Dominique Vidal, « Faret Laurent et Sanders Hilary, Migrant Protection and the City in the Americas »Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 37 - n°3 et 4 | 2021, mis en ligne le 10 mai 2022, consulté le 30 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/remi/19710 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remi.19710

Haut de page

Auteur

Dominique Vidal

Université Paris Cité et Université Côte d’Azur, CNRS, IRD, URMIS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo Maison des sciences de l’homme et de la société de Poitiers
  • Logo Notre Twitter
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search