Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels en coursAppel à contributions : Les inter...

Appel à contributions : Les intermédiaires de la migration

Call for Papers: Migration intermediaries
Assaf Dahdah, Kevin Mary et Olivier Clochard

Résumés

La rhétorique politique et médiatique en Europe ou en Amérique du Nord réduit la catégorie des intermédiaires des migrations à celle des « passeurs ou des trafiquants, décrits comme cupides et peu scrupuleux » (Dubet, 2018). Cette figure, floue etréductrice, participe de légitimer les politiques répressives et humanitaires à l’égard des personnes en migration qui mobilisent alors différentes ressources, réseaux et stratégies pour parvenir à circuler en prenant souvent toujours plus de risques. Se contenter de cette lecture qui fait de la question migratoire une crise à résoudre (Leconteet al., 2019) occulte inévitablement la diversité des acteurs impliqués dans la « mondialisation migratoire » (Simon, 2008). La complexité de leur rôle, de leurs intérêts et de leurs actions s’en trouve éludée, alors même qu’elle traverse de nombreuses institutions, et ce jusqu’aux États eux-mêmes. Ces derniers contribuent en effet par les politiques déployées et les traités signés parfois au détriment du droit international, à des fins de contrôle, de répression, mais aussi de gestion et d’encadrement de la main-d’œuvre, à favoriser l’émergence d’une myriade d’acteurs indispensables au mouvement comme à l’installation.

Haut de page

Calendrier

Lancement de l’appel : 15 juin 2022
Réception des propositions résumées et clôture de l’appel : 1er septembre 2022
Décision : 30 septembre 2022
Réception des articles par les coordinatrices : 1er décembre 2022
Réception des articles dans leur version définitive : 1er mai 2023
Parution du dossier : septembre 2023

Modalités de soumission

Les propositions résumées d’articles peuvent être rédigées en français ou en anglais et devront comprendrel’affiliation de l’auteur·e, une proposition de titre et un résumé de 1 000 caractères (espaces compris). Elles peuvent émaner de différentes disciplines des sciences sociales, et sont à envoyer àassaf.dahdah@cnrs.fr,kevin.mary@univ-perp.fretolivier.clochard@univ-poitiers.fravant le 1erseptembre 2022.

Les articles acceptés pourront être rédigés en français, anglais ou espagnol.

Pour plus de détails (normes, nombre de caractères, présentation, etc.) :https://journals.openedition.org/remi/5848

Comité de sélection/coordinateur·rice·s du dossier

Dahdah Assaf (géographe, Chargé de recherche CNRS à l’UMR ART-Dev, Montpellier)

Mary Kevin (géographe, MCF à l’Université de Perpignan Via Domitia et UMR CNRS ART-Dev et membre de l’Institut Convergences Migrations)

Clochard Olivier (géographe, Chargé de recherche CNRS à l’UMR Migrinter et membre de l’Institut Convergences Migrations)

Dates

La date finale de réception des propositions résumées est le 01/09/2022.

Contacts

remi@univ-poitiers.fr

Argumentaire

Larhétorique politique et médiatique en Europe ou en Amérique du Nord tend à réduire la catégorie des intermédiaires dans les mouvements migratoires à celle des « passeurs ou des trafiquants, inévitablement décrits comme cupides et peu scrupuleux » (Dubet, 2018). Cette figure décrite ainsi comme malfaisante reste cependant relativement floue et réductrice. Elle participe en revanche de légitimer — derrière leur pendant que sont le discours et l’action humanitaires (Brunet-Jailly, 2007) — les politiques répressives et restrictives à l’égard des personnes en migration qui mobilisent alors différentes ressources, réseaux et stratégies pour parvenir à circuler malgré tout, en prenant souvent toujours plus de risques. Se contenter de cette lecture qui fait de la question migratoire un enjeu humanitaire et sécuritaire, et in extenso une crise à résoudre (Leconteet al., 2019) notamment par l’érection de nouveaux camps, de nouvelles barrières et l’usage de nouvelles technologies de contrôle, occulte inévitablement ladiversité des acteurs impliqués dans la « mondialisation migratoire » (Simon, 2008). La complexité de leur rôle, de leurs intérêts et de leurs actions s’en trouve éludée, alors même qu’elle traverse de nombreuses institutions, et ce jusqu’aux États eux-mêmes. Ces derniers contribuent en effet par les politiques déployées et les traités signés parfois au détriment du droit international, à des fins de contrôle, de répression, mais aussi de gestion et d’encadrement de la main-d’œuvre, à favoriser l’émergenced’une myriade d’acteurs indispensables au mouvement comme à l’installation.

Dans ce contexte, le recours aux intermédiaires dans la migration, s’il est loin d’être nouveau, a pris une importance croissante depuis une trentaine d’années (Joneset al., 2017 ; Xiang et Lindquist, 2014). En Asie notamment, un nombre toujours plus important de personnes doivent s’adjoindre les services d’intermédiaires payants s’ils souhaitent migrer (Lindquist et Xiang, 2019 ; Spaan, 1994). Les raisons d’un tel engouement sontde plusieurs ordres. Il est d’abord lié au durcissement des politiques migratoires qui, par des processus de filtrage, de contrôle voire de fermeture, rendent le passage des frontières toujours plus difficile (Ayalewet al., 2018 ; Spener, 2004), contribuant à un « cloisonnement du monde » (Rosière, 2020). Il est ensuite concomitant de la privatisation croissante du management des migrations (Gammeltoft-Hansen et Sorensen, 2013), elle-même insérée dans un contexte néo-libéral plus global qui engendre une véritable « industrie de la migration » (Hernández-León, 2012). Ces dynamiques produisent in fine une demande structurelle en intermédiaires : d’une part des États qui sous-traitent l’organisation et la répression de la circulation et d’autre part des personnes souhaitant migrer qui sont en lien avec d’autres intermédiaires afin de faciliter le passage des frontières (Faist, 2014).

Si la question des intermédiaires est désormais cruciale pour mieux comprendre les migrations internationales contemporaines, lalittérature sur le sujet est très largement anglophone et les études francophones restent à la fois rares et éparses. À ce titre, la REMI a proposé une première réflexion sur le sujet à travers l’article de Linquist et Xiang (2019), mais en l’état aucune revue francophone ne s’est encore attelée spécifiquement à cette question. L’objectif de ce dossier thématique sera donc deregrouper des textes centrés sur la figure des intermédiaires afin d’en saisir à la fois les ancrages théoriques et les avancées empiriques.

Les intermédiaires dans la littérature sur les migrations internationales : entre moyen d’émigration et intermédiation sociale d’intégration

La figure des intermédiaires émerge dans les années 1970 à travers les travaux pionniers de Masseyet al.(1988) sur les réseaux migratoires. Ces recherches se situent à l’échelle « méso » et mettent en avant les liens de solidarité existant notamment dans les familles qui permettent l’accès non seulement à la migration, mais également l’aide durant l’ensembledu processus d’installation des migrants dans les pays d’accueil (Audebert, 2004). De ces études ressort particulièrement l’aspect altruiste des motivations des divers intermédiaires qui agissent dans des cadres largement informels, délaissant par la mêmele rôle et le poids des enjeux financiers dans ces contextes d’entraide (Goss et Lindquist, 1995).

En réponse à ces critiques, le concept d’« industrie de la migration » émerge à partir des années 1990 pour évoquer « la commercialisation de la mobilité humaine » (Hernández-León, 2012). Il envisage donc les migrations comme une économie incorporant des institutions, des agents, des entrepreneurs et des individus qui proposent des services facilitant la migration en contrepartie d’un gain monétaire (Bilgeretal., 2006). Ces recherches, essentiellement empiriques, ont en particulier documenté l’identité des acteurs qui peuvent être qualifiés d’intermédiaires, montrant qu’ils peuvent relever à la fois des sphères du formel et de l’informel (Salt et Stein, 1997)et qu’ils ne facilitent pas toujours la migration, mais peuvent, pour certains d’entre eux, au contraire l’empêcher voire la bloquer (Gammeltoft-Hansen et Sorensen, 2013).

Pour autant, ces travaux butent encore sur des difficultés liées notamment au trèsgrand nombre d’acteurs qui peuvent être identifiés comme étant des intermédiaires et des nombreuses terminologies qui leur sont associées en fonctions des contextes (Jones et Sha, 2020). « Aidants », « passeurs », « courtiers », « consultants », « recruteurs », « coyotes » en Amérique latine ou encore « coxeurs » en Afrique de l’Ouest traduisent ainsi les dénominations hétéroclites qui qualifient ces acteurs tout comme la diversité de leurs fonctions. Certains auteurs proposent de se focaliser plutôt sur letravail des intermédiaires et l’observation de leur rôle concret dans le processus migratoire (Spener, 2009). Ces travaux ont pu montrer que les intermédiaires ont avant tout une influence sur l’action de migrer ou non. Mais ils ont également rappelé quel’intermédiation relève en général de deux dimensions distinctes : l’intermédiation comme vecteur et moyen d’émigration et l’intermédiation sociale d’intégration.

Dans le premier cas de figure, les intermédiaires agissent en général plutôt en amont du processus migratoire et influent sur les destinations des migrants, tout comme les recrutements dans certains secteurs économiques. Dans le second cas, ils jouent un rôle important dans l’installation et l’intégration des migrants dans les pays de transit et de destination — qu’ils soient associations, familles d’accueil, militants ou encore réseaux familiaux ou plus largement communautaires. Plusieurs travaux ont déjà su documenter ce rôle dans l’intégration des migrants, et ce dans divers contextes, qu’ils soient occidentaux (Pette, 2014 ; Harney, 1979) ou dans les Suds (Barraud, 2011 ; Pian, 2008). Enfin,nous ajouterons à cette liste tous ces acteurs privés recrutés pour le bon fonctionnement de cette « industrie de la migration » dans son volet administratif — par exemple les services auprès desquels il est désormais obligatoire de déposer son dossier pour toute demande de visa —, et dans son volet policier voire militaire — à l’image des entreprises bénéficiant de contrats pour la construction des barrièreset pour le développement des technologies pour le contrôle des identités.

Ce dossier thématique a pour ambition d’interroger la figure des intermédiaires en insistant sur plusieurs aspects en lien avec les mutations sociales, économiques et politiques actuelles, sans écarter pour autant les contributions susceptibles de mettre en lumière la profondeur historique des processus à l’œuvre. Il aura ainsi pour ambition de recueillir des contributions traitant de contextes nationaux et régionaux divers afin de dégager à la fois les spécificités et les aspects plus structurels susceptibles de ressortir d’une lecture globale qui montre combien, à l’échelle de la planète, la question migratoire se trouve prise en étau entre les logiques répressives et libérales.

Lerapport à l’État des intermédiaires

L’État occupe une place centrale dans les processus auxquels se rattachent les intermédiaires. Il se révèle être un acteur relativement ambigu qui à la fois légitime et criminalise l’économie — ou business — de la migration (Kim, 2018). Il facilite également, par ses politiques, l’entrée de certaines catégories de migrants au détriment d’autres (Spaan et Naerssen, 2018). Il s’inscrit en cela dans une logique néo-libérale au sein de laquelle l’État sauvegarde et promeut les mécanismes du marché (Pinson, 2020 : 15). Par son action, l’État en vient aujourd’hui en effet à décomposer les parcours migratoires. L’émergence de tout un ensemble d’institutions publiques comme privées (centres de traitement de demande de visas, services publics dématérialisés, etc.) crée un écosystème bureaucratique dans lequel se développent et naviguent les intermédiaires, qui deviennent des acteurs incontournables des processus migratoires, jusqu’à parfois contribuer à la production du droit de lamigration et à sa redéfinition (Miazet al., 2021 : 9). Les contributions pourront ainsi interroger la place de l’État à travers le travail des intermédiaires et les relations qu’entretiennent ces derniers avec l’État.

Les réseaux et leurs acteurs

La notion de réseau s’avère très mobilisée, bien que l’on n’en saisisse bien souvent pas vraiment la nature, le fonctionnement, les logiques, ni l’importance en tant que ressource pour les personnes en migration. Contrastant avec le réseau « mafieux » ou le terme de « filière » (Casella Colombeau, 2017) généralement invoqué pour se maintenir dans le registre répressif et disqualifier la capacité des personnes à élaborer des stratégies pour se mouvoir, les contributions pourront s’intéresser ici aux manières dontles réseaux, qu’ils soient de nature diasporique, familiale, villageoise, amicale, associative et politique, sont organisés et mobilisés dans le cadre du mouvement comme de l’installation (Béteille, 1974). En sorte que le réseau peut être qualifié de système d’intermédiaires dont les analyses s’attacheront à en décrypter le fonctionnement.

Migration et gestion de la main-d’œuvre qualifiée et non qualifiée : une myriade d’intermédiaires publics et privés

L’intermédiation dans le domaine du recrutement de lamain-d’œuvre est un phénomène à la fois ancien, global et persistant (Bosmaet al., 2013). À l’image des travailleurs recrutés en Europe via « les contrats à durée déterminée, les missions en intérim, le portage salarial, le détachement [...] par une entreprise étrangère, les contrats saisonniers » (Morice et Potot, 2010) ou des ouvriers et des domestiques asiatiques exportés au Moyen-Orient encadrés par le système de la kafala (Dahdah, 2020 ; Bruslé, 2015), la mondialisation migratoire s’inscrit dans une nouvelle division internationale du travail impliquant le recrutement, la formation et la gestion d’hommes et de femmes destinées à circuler pour travailler à moindres coûts, à renvoyer des devises vers leur pays d’origine avant d’être à leur tour renvoyésdans le cadre d’un turn over évitant l’installation des « indésirables » (Agier, 2008 ; Bruslé, 2015). La main-d’œuvre plus qualifiée n’est pas non plus exclue de ces logiques, comme en témoignent les programmes dits de migration « choisie » souhaitant attirer des travailleurs étrangers dans des secteurs clés capables de stimuler la croissance économique (Pellerin, 2011) ou encore l’attraction d’étudiants étrangers aujourd’hui synonyme d’attractivité et de revenus supplémentaires pour les universités (Garneau et Mazzella, 2013). Le recrutement d’étudiants internationaux constitue à ce titre à la fois un champ de recherche en plein développement et une « industrie émergente de la migration » nourrie par le travail d’intermédiaires pour le recrutement de candidats dans des universités souvent privées (Baas, 2019 ; Mary, 2020; Robinson-Pant et Magyar, 2018; Huanget al., 2016). Ces formes de circulation sont encadrées par la coopération entre autorités publiques des pays de départ et d’arrivée, et acteurs privésà l’instar des agences de recrutement, des universités, des entreprises de gestion des camps et des employeurs. Administrations et autorités publiques comme acteurs privés intègrent ainsi ce panorama des intermédiaires de la migration. Les contributions pourront ainsi interroger les liens parfois complexes entre institutions privées et publiques dans le travail des intermédiaires.

Externalisation, répression et contrôles aux frontières : une approche spatiale de l’intermédiarité

L’externalisation des frontières et les accords Schengen garantissant la liberté de circulation dans une partie de l’Europe ont eu tendance à occulter le rôle des autorités policières européennes dans la répression des mouvements migratoires vers l’Europe et à l’intérieur du continent. Or, à l’image de la répression à Calais ou de la gestion en apparence pacifiée à Lampedusa (Guenebeaud et Lendaro, 2020), de la remise en place des contrôles aux frontières entre pays de la zone Schengen en 2015, mais également du discours sur le déploiement des agents Frontex en Europe et dans son voisinage (Ottavy et Clochard, 2014), les agents de police et les douanes, mais également les armées dans le cadre d’opérations en Méditerranée, les forces policières et militaires ont été mises à nouveau surle devant de la scène en tant qu’intermédiaires de la politique répressive à l’égard de la migration internationale. Elles s’appuient pour se faire sur les technologies développées par les industries de l’armement alors destinées à l’érection de frontières, à leur surveillance et au contrôle des migrants et migrantes arrêtés. L’industrie de la frontière pour la répression de la migration repose alors sur la collaboration d’intermédiaires que sont les autorités publiques et les intérêts privés (Rodier, 2012). En outre, à l’image des accords passés par les États-Unis avec le Mexique et par l’Union européenne avec la Turquie, la Tunisie et le Maroc, l’externalisation frontalière, autrement dit le contrôle et le refoulement, produit une nouvelle catégorie d’État que l’on pourrait qualifier d’État intermédiaire, négociant bon gré mal gré, dans le cadre de rapports de force géopolitiques (Greenhill, 2010), la gestion administrative, policière et humanitaire des migrants sur son sol, mais aussi menaçant de les laisser passer s’il n’obtient pas satisfaction. Cet aspect rappelle l’un des registres de l’intermédiarité qui s’inscrit dans une approche résolument spatiale (Merle, 2011 : 89).

Bibliographie

Agier Michel (2008)Gérer les indésirables. Des camps de réfugiés au gouvernementhumanitaire, Paris, Flammarion.

Audebert Cédric (2004) Immigration et insertion urbaine en Floride : le rôle de la famille transnationale haïtienne,Revue Européenne des Migrations Internationales, 20 (3), pp. 127-146.

Ayalew Tekalign, Adugna Fekadu and Deshingkar Priya (2018) Social embeddedness of human smuggling in East Africa: brokering Ethiopian migration to the Sudan,African Human Mobility Review, 4 (3). pp. 1333-1358.

Baas Michiel (2019) The Education-Migration Industry: International Students, Migration Policy and the Question of Skills,International Migration, 57, pp. 222-234.

Barraud Émilie (2011) Kafâla transnationale. Modalités de formation des familles kafilates de France,Autrepart, 57-58 (1-2), pp. 247-261.

Béteille Roger (1974)Les Aveyronnais. Essai géographique sur l’espace humain, Thèse de géographie, Université de Toulouse-le-Mirail.

Bilger Veronika, Hofmann Martin and Jandl Michael (2006) Human Smuggling as a Transnational Service Industry: Evidence from Austria,International Migration, 44, pp. 59-93.

Bosma Ulbe, Van Nederveen Meerkerk Elise and Sarkar Aditya (Eds.) (2013)Mediating labour worldwide: Labour intermediation in the nineteenth and twentieth centuries, Cambridge, Cambridge University Press.

Brunet-Jailly Emmanuel (Ed.).(2007)Borderlands. Comparing Border Security in North Africa and Europe, Ottawa, University of Ottawa Press.

Bruslé Tristan (2015) Loger pour exclure. Le camp de travailleurs, dispositif central d’un système de domination des migrants à bas revenus dans le Golfe arabique (exemples au Qatar), in Anne Clerval, Antoine Fleury, Julien Rebotier et Serge Weber Éds.,Espaces et rapports de domination, Rennes, Presses universitaires de Rennes, pp. 273-284.

Casella Colombeau Sara (2017) Des « faux touristes » aux « filières » : la reformulation de la cible des contrôles par la police aux frontières (1953-2004),Cultures & Conflits, 105-106, pp. 163-188.

Dahdah Assaf (2020) La domesticité internationalisée au Moyen-Orient : globalisation, exploitation et ancrage, inBénédicte Florinet al.Éds.,Abécédaire de la ville au Maghreb et au Moyen-Orient, Paris, PUFR.

Dubet François (2018) Préface. Déclin et retour des frontières, in François Dubet Éd.,Politiques des frontières, Paris, La Découverte.

Faist Thomas (2014) Brokerage in cross-border mobility: Social mechanisms and the (re)production of social inequalities,Social Inclusion, 2 (4), pp. 38-52.

Gammeltoft-Hansen Tomma Nyberg and Sorensen Ninna (Eds.) (2013)The Migration Industry and the Commercialization of International Migration, London, Routledge.

Garneau Stéphanie et Mazzella Sylvie (2013) Transformation des mobilités étudiantes Nord-Sud : approches démographiques et sociologiques,Cahiers québécois de démographie, 42 (2), pp. 183-200.

Goss Jon and Lindquist Bruce (1995) Conceptualizing International Labor Migration: À Structuration Perspective,International Migration Review, 29 (2), pp. 317-351.

Greenhill Kelly (2010)Weapons of Mass Migration: Forced Displacement, Coercion, and Foreign Policy, Ithaca, NY, Cornell University Press.

Guenebeaud Camille et Lendaro Annalisa (2020) Mettre le feu aux poudres ou passer inaperçu ? Stratégies de résistance à Lampedusa et à Calais,Cultures Conflits, 117, pp. 79-96.

Harney Robert F. (1979) Montreal’s King of Italian Labour: À Case Study of Padronism,Labour/Le Travailleur, 4, pp. 57-84.

Hernández-León Rubén (2012) L’industrie de la migration. Organiser la mobilité dans le système migratoire Mexique-États-Unis,Hommes & Migrations, 1296 (2), pp. 34-44.

Huang Iona-Yuelu, Raimo Vincenzo and Humfrey Christine (2016) Power and control: managing agents for international student recruitment in higher education,Studies in Higher Education, 41 (8), pp. 1333-1354.

Jones Katharine and Sha Heila (2020)Mediated migration: A literature review of migration intermediaries, Working paper, Centre for Trust, Peace and Social Realations, Conventry University.

Jones Katharine, Melnyk Leanne and Nasri Alix (2017) The Migrant Recruitment Industry: Profitability and unethical business practicesin Nepal, Paraguay and Kenya, Genève, International Labour Office.

Kim Jaeeun (2018) Migration-Facilitating Capital: A Bourdieusian Theory of International Migration,Sociological Theory, 36 (3), pp. 262-288.

Leconte Romain, Toureille Étienne et Grasland Claude (2019) La production médiatique d’une « crise migratoire », Dynamiques spatio-temporelles de l’agenda global de la presse en 2015,Socio-anthropologie, 40, p. 181-199.

Lindquist Johan and Xiang Biao (2019) Space of Mediation: Labour Migration, Intermediaries and the State in Indonesia and China since the Nineteenth Century,Revue Européenne des Migrations Internationales, 35 (1-2), pp. 39-62.

Mary Kevin (2020) La marchandisation universitaire de la migration. L’exemple canadien en Afrique, in Thomas Lacroixet al.Éds.,Penser les migrations pour penser la société, Tours, Presses universitaires François Rabelais, pp. 95-109.

Massey Douglaset al.(1988) Theories of international migration: À review and appraisal,Population and Development Review,19 (3), pp. 431-466.

Merle Anthony (2011) De l’inclassable à « l’espèce d’espace » : l’intermédiarité et ses enjeux en géographie,L’information géographique, 75 (2), pp. 88-98.

Miaz Jonathan, Odasso Laura et Sabrié Romane (2021) Le droit de la migrationet ses intermédiaires : usages sociopolitiques du droit et production des politiques migratoires,Droit et société, 107, pp. 7-15.

Morice Alain et Potot Swanie (2010) Travailleurs étrangers entre émancipation et servitude, in Alain Morice et Swanie Potot Éds.,De l’ouvrier immigré au travailleur sans papiers. Les étrangers dans la modernisation du salariat, Paris, Karthala, pp. 5-21.

Ottavy Eva et Clochard Olivier (2014) Franchir les dispositifs établis par Frontex. Coopérations policières transfrontalièreset refoulements en mer Égée,Revue Européenne des Migrations Internationales, 30 (2), pp. 137-156.

Pellerin Hélène (2011) De la migration à la mobilité : changement de paradigme dans la gestion migratoire. Le cas du Canada,Revue Européenne des MigrationsInternationales, 27 (2), pp. 57-75.

Pette Mathilde (2014) Associations : les nouveaux guichets de l’immigration ? Du travail militant en préfecture,Sociologie, 5 (4), pp. 405-421.

Pian Anaïk (2008) Le « tuteur-logeur » revisité : Le « thiaman » sénégalasi, passeur de frontières du Maroc vers l’Europe,Politique africaine, 109 (1), pp. 91-106.

Pinson Gilles (2020)La ville néolibérale, Paris, PUF.

Robinson-Pant Anna and Maygar Anna (2018) The recruitment Agent in Internationalized Higher Education: Commercial Broker and Cultural Mediator,Journal of Studies in International Education, 22 (3), pp. 225-241.

Rodier Claire (2012)Xénophobie business. À quoi servent les contrôles migratoires ?, Paris, La Découverte.

Rosière Stéphane (2020)Frontières de fer : lecloisonnement du monde, Paris, Éditions Syllepse.

Salt Johnn and Stein Jeremmy (1997) Migration as a Business: The Case of Trafficking,International Migration, 35, pp. 467-494.

Simon Gildas (2008)La planète migratoire dans la mondialisation, Paris, Armand Colin.

Spaan Ernst (1994) Taikongs and Calos: the role of middlemen and brokers in Javanese international migration,International Migration Review, 28 (1), pp. 93-113.

Spaan Ernst and Naerssen Ton (2018) Migration decision-making and migration industryin the Indonesia-Malaysia corridor,Journal of Ethnic and MigrationStudies, 44 (4), pp. 680-695.

Spener David (2009)Some critical reflections on the migration industry concept, Paper presented at the Migration in the Pacific Rim Workshop, University ofCalifornia, Los Angeles, CA. May 29.

Spener David (2004) Mexican migrant-smuggling: A cross-border cottage industry,Journal of International Migration and Integration, 5 (3), pp. 295-320.

Xiang Biao and Lindquist Johan (2014) Migration Infrastructure,International Migration Review, 48 (1), pp. 122-148.

Haut de page
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo Maison des sciences de l’homme et de la société de Poitiers
  • Logo Notre Twitter
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search