Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 38 - n°1 et 2VariaLa cuisine commerciale informelle...

Varia

La cuisine commerciale informelle de femmes brésiliennes en France : entre assignation, émancipation et mise en réseau

The Informal Commercial Cooking of Brazilian Women in France: Between Assignment, Emancipation and Networking
La cocina comercial informal de las mujeres brasileñas en Francia: entre la asignación, la emancipación y el trabajo en red
Marie Sigrist, Isabelle Bianquis et Maxime Michaud
p. 239-260

Résumés

Pour résister à la précarité et s’autonomiser dans leur nouveau pays de résidence, des femmes brésiliennes cuisinent des préparations associées à leur pays et les vendent à d’autres Brésiliens dans la ville de Lyon. À travers des dynamiques informelles, non déclarées légalement en France, adaptées de leur pays d’origine, elles pallient les difficultés sociales et économiques de leur quotidien. Elles témoignent ainsi de la façon dont l’alimentation, dans un contexte migratoire, peut relever d’un savoir-faire qui devient valorisable par la distance culturelle. Une telle valorisation ne concerne pas seulement des recettes et des techniques mais inclut aussi des modalités de commercialisation largement diffusées au Brésil. Si les femmes immigrées s’émancipent à travers cette activité, des logiques sociales particulières les placent toutefois dans une position d’assignation aux activités de care.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Préparation et vente culinaires par les Brésiliennes : entre nécessité économique et émancipation
Une activité culinaire en réponse à une situation de précarité
Cuisiner et vendre ses préparations pour ses concitoyens : un bien-être pour soi
Vendre sa cuisine informellement : entre débrouille et connexions intrabrésiliennes
L’utilisation des réseaux sociaux numériques dans la diffusion du travail culinaire à domicile
La négociation de l’échange alimentaire
La transaction marchande : entre adaptation et réseaux d’entraide
Livrer dans la débrouille
Conclusion

Aperçu du texte

Un matin d’octobre, sur la page du groupe Facebook Os Brasileiros lyonnais, Clara, une immigrée brésilienne, diffuse un post en portugais : « De la nourriture brésilienne dans la ville de Lyon avec livraison à domicile aujourd’hui ? ». Les commentaires, également en portugais, affluent dans les minutes qui suivent. Une femme intervient, mentionnant le nom de Cacilda. En réponse, un autre Brésilien confirme : « Oui exact, feijoada et beignet de morue de Cacilda… note dix sur dix ». À son tour, Clara écrit : « Merci, quelqu’un m’a déjà passé son numéro ! Bientôt je testerai. Bon dimanche à vous ». À la suite, Cacilda elle-même réagit : « Merci les chéris ! ». Un cinquième utilisateur intervient, avide de renseignements de la part de la cuisinière : « Tu vends jusqu’où ? Proche de l’aéroport ? », demande Flávio. « Flávio, on prend les commandes sur tout Lyon », répond la cuisinière sollicitée.

Ces échanges sur les réseaux sociaux révèlent des relations particulières qui s’opèrent entre ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Sigrist, Isabelle Bianquis et Maxime Michaud, « La cuisine commerciale informelle de femmes brésiliennes en France : entre assignation, émancipation et mise en réseau »Revue européenne des migrations internationales, vol. 38 - n°1 et 2 | -1, 239-260.

Référence électronique

Marie Sigrist, Isabelle Bianquis et Maxime Michaud, « La cuisine commerciale informelle de femmes brésiliennes en France : entre assignation, émancipation et mise en réseau »Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 38 - n°1 et 2 | 2022, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 27 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/remi/20535 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remi.20535

Haut de page

Auteurs

Marie Sigrist

Chercheuse postdoctorante en anthropologie, École polytechnique fédérale de Zurich (ETH Zurich), Rämistrasse 101, 8092 Zurich, Suisse ; marie.sigrist@etu.univ-tours.fr ; marie.sigrist@usys.ethz.ch

Isabelle Bianquis

Enseignant-chercheur en anthropologie, UFR Arts et Sciences humaines, Département de Sociologie, Université de Tours, 3 rue des Tanneurs 37041 Tours Cedex, UMR 7324 - CITERES, MSH Val de Loire BP 60449, 37204 Tours cedex 03 ; isabelle.bianquis@univ-tours.fr

Maxime Michaud

Chargé de Recherche en sciences sociales, Centre de Recherche de l’Institut Paul Bocuse, Château du Vivier, BP 25, 69131 Ecully cedex ; maxime.michaud@institutpaulbocuse.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY 4.0

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/

Haut de page
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo Maison des sciences de l’homme et de la société de Poitiers
  • Logo Notre Twitter
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search